Navigation – Plan du site
Champs de recherche et enjeux de terrain

"No admittance except on business1

Les enjeux de la négociation de l’entrée dans les organisations
“No admittance except on business”. Issues in negotiating entry into organisations
Mathilde Bourrier

Résumés

Cet article a une histoire. La première raison qui m’a donné envie de l’écrire est liée au montage d’un cours de master en sociologie sur les conditions de l’entrée dans les organisations en 2007. À ma grande surprise, en le préparant et malgré mes efforts, j’ai trouvé peu de textes discutant des conditions concrètes de l’entrée. Cet article rend compte de cette déconvenue. La deuxième raison vient de l’observation répétée d’un durcissement des conditions d’enquête dans les organisations, que ce soit en France ou aux États-Unis. En particulier dans le champ des organisations du haut-risque, on m’a rapporté et j’ai pu constater de plus en plus de difficultés faites aux jeunes chercheurs ou doctorants pour organiser librement leur terrain. Paradoxalement, alors que davantage d’efforts sont entrepris pour que les sociologues (entre autres) aient accès aux univers des industries à risque, ils sont confrontés à des droits d’entrée sous conditions, souvent rigides et peu généreux. Les problématiques elles-mêmes sont très alignées avec les questions managériales des industriels. Les travaux ethnographiques en immersion sont abandonnés au profit de recherche-action, sous forme de thèses, devant proposer in fine des améliorations et recommander des outils de gestion. Je pressens que ce qui se passe dans les organisations du haut-risque vaut aussi pour la sociologie des organisations en général.
Dans une première partie, je propose un état des lieux partiel de la manière dont la sociologie des organisations a travaillé la question de l’entrée dans les organisations. Je m’interrogerai sur le peu de travaux consacré à cette question et sur ce que cela a pu avoir comme conséquence sur le champ lui-même. Puis dans une seconde partie, je m’intéresserai aux possibilités offertes aujourd’hui et aux efforts à consentir pour soit, s’engager résolument dans une « sociologie embarquée », soit s’en dégager radicalement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « On n’entre pas ici, sauf pour affaires ! »

« Nous allons donc en même temps que le possesseur d’argent et le possesseur de force de travail, quitter cette sphère bruyante où tout se passe à la surface et aux regards de tous, pour les suivre tous deux dans le laboratoire secret de la production, sur le seuil duquel il est écrit : No admittance except on business. Là, nous allons voir non seulement comment le capital produit, mais encore comment il est produit lui-même ».
(Karl Marx, Le Capital, Livre 1, Section II, Chapitre VI, « Achat et vente de la force de travail », p. 75, édition 1875).

Introduction

1Cet article a une histoire. La première raison qui m’a donné envie de l’écrire est liée au montage d’un cours de master en sociologie sur les conditions de l’entrée dans les organisations en 2007. Il s’agit d’un cours de méthode, visant à initier les apprentis sociologues aux subtilités de la négociation de l’entrée dans une organisation. Il a pour objectif de les sensibiliser aux compromis qu’ils ne manqueront pas de devoir faire pour réaliser une enquête, mais aussi aux implications que ceux-ci génèrent. À ma grande surprise, en préparant ce cours et malgré mes efforts (toujours insuffisants bien sûr mais répétés chaque année depuis) et mes appels à l’aide auprès de collègues, il existe peu de textes discutant des conditions concrètes de l’entrée. J’ai aussi bien sondé des collègues français qu’américains, qui m’ont tous confirmé que ce genre de textes – donc centrés sur l’entrée dans les organisations – était rare. Tandis que les anthropologues et les ethnologues racontent depuis longtemps ces conditions initiales de l’enquête et surtout les conséquences que celles-ci ont sur le matériau recueilli (Fassin & Bensa, 2008), rien de tel chez les experts de la sociologie des organisations.

2Pourtant, on le sait, on le devine, on ne rentre pas dans une bureaucratie, une institution, un hôpital, que sais-je ? une centrale nucléaire, à n’importe quelle condition. Ce silence me paraît étonnant aujourd’hui, alors que paradoxalement, il ne m’avait nullement choquée plus jeune. J’ai moi-même passé sous silence nombre de mes démarches auprès des managers des centrales nucléaires françaises et américaines. J’ai démarré le récit de mes enquêtes, une fois entrée, alors que certaines de mes démarches infructueuses ou d’autres demandes émanant des sites, menant à des situations rocambolesques, auraient servi à situer une enquête somme toute très ethnographique (Bourrier, 1999). Mais je n’ai jamais écrit une ligne sur les conditions des négociations ou sur certains incidents ayant émaillé les longs mois au cœur des installations, en France ou aux États-Unis. Je n’en voyais pas l’intérêt et personne, que ce soit à Paris ou à Berkeley, ne m’avait encouragée à le faire.

  • 2 J’ai bien sûr remercié nommément certains informateurs et j’avais choisi de ne pas travestir le nom (...)

3J’étais même plutôt opposée à ces récits à la première personne, que je trouvais impudiques et narcissiques. Je n’aimais pas la mise en scène de la personne du sociologue que cela conduisait à faire. Je trouvais aussi que cela exposait trop les liens que l’on avait pu tisser avec certains interlocuteurs privilégiés 2. Le nucléaire (comme bien d’autres sujets !) était un sujet sensible et je faisais profil bas pour continuer à être autorisée à entrer sans être accompagnée. Le reproche que je peux donc faire aux autres, je me le fais également.

4Je remarque cependant que la pratique est en train de changer et qu’il est moins toléré de publier aujourd’hui sans décrire, ni entrer dans les détails de son accès au terrain. On a même des récits de refus de terrain (Darmon, 2005). Daniel Bizeul plaide pour une pratique systématique du récit d’enquête (Bizeul, 1998 et 2007). J’essaie moi-même désormais de rendre les étudiants attentifs à cet aspect de notre travail et je m’y intéresse davantage. Je fais aussi l’effort, dans les enquêtes que je dirige ou que j’ai dirigées plus récemment, de clarifier les choses le plus possible et j’évite de passer sous silence les négociations que je conduis en amont avant que l’enquête ne démarre (Bourrier, à paraître). Les canons de l’anthropologie et de l’ethnographie semblent avoir gagné y compris les bastions de la sociologie des organisations.

5La deuxième raison à l’écriture de cet article vient de la constatation répétée d’un durcissement des conditions d’enquête dans les organisations, que ce soit en France ou aux États-Unis, deux pays que je connais mieux. Pour ce qui est de la Suisse, le champ n’est pas très développé, je me permets donc de ne pas me prononcer pour l’instant. Dans le champ de l’étude des organisations du haut-risque, on m’a rapporté et j’ai pu constater de plus en plus de difficultés faites aux jeunes chercheurs ou doctorants pour organiser librement leur terrain. Ces embûches sont généralement tues par les intéressés, comme s’il s’agissait là d’un sujet tabou. Les directeurs de thèse ou de recherche n’en parlent jamais. Seuls quelques jeunes chercheurs ont le courage d’en parler (Perrin-Joly, 2010).

6En me penchant sur le sujet, j’ai pu constater que de plus en plus de médiateurs (fondations, instituts, agences de recherche et appels d’offre publics comme privés…) viennent se situer entre les laboratoires ou départements académiques et les pourvoyeurs de terrains, à savoir les entreprises elles-mêmes. Paradoxalement, alors que davantage d’efforts sont entrepris pour que les sociologues (entre autres) aient accès aux univers des industries à risque, ils sont confrontés à des droits d’entrée sous conditions, souvent rigides et peu généreux. Les problématiques elles-mêmes sont souvent très alignées avec les questions managériales des industriels. Les travaux ethnographiques en immersion sont abandonnés au profit de recherche-action, sous forme de thèses, devant proposer in fine des améliorations, et recommander des outils de gestion.

7Bien évidemment, toute perspective critique ou disons simplement réflexive s’en trouve passablement négligée. Les chercheurs eux-mêmes, tout à la joie de récolter des financements (dans un contexte de rareté, notamment en France) et des accès aux terrains n’ont, semble-t-il, pas pris acte de cette transformation et se censurent largement. Précisons tout de suite que les droits d’entrée existaient déjà et que même par le passé, on n’entrait pas si facilement dans les organisations ou les installations. Mais par le passé, une fois en possession de l’autorisation d’y enquêter, une certaine liberté entourait la plupart des recherches de terrain. Cette liberté d’action était tolérée plus qu’acceptée formellement. On avait accès aux réunions, on pouvait observer des chantiers des jours durant, ou interviewer qui bon semblait sans donner la liste des personnes rencontrées à un membre de la hiérarchie. Il n’existait pas ou peu de comités de suivi de thèse ou de comités de suivi de recherche. De surcroît dans l’univers qui m’intéressait spécialement, à savoir le nucléaire, il existait d’autres voies d’entrée, plus politiques, auprès des syndicats notamment ou de la médecine du travail.

8Les temps ont changé et aujourd’hui, à l’instar de l’embedded journalism, ayant émergé à la faveur de la deuxième guerre en Irak, il semble qu’une « sociologie embarquée » soit un horizon possible pour notre pratique de terrain. J’ai présenté dans un article récent les parallèles entre l’embedded journalism et la sociologie « embarquée » (Bourrier, 2010).

9Le journalisme incorporé est un programme de management de la presse, initié en 2002 par le Departement of Defense américain (Zeide, 2005). Il fixe les conditions dans lesquelles les médias sont autorisés à fonctionner sur les lieux de combat. Les reporters embeds sont embarqués avec les troupes et partagent leur quotidien. Ils ont un accès illimité aux opérations. L'armée américaine leur offre protection, nourriture et soins médicaux (si besoin). En échange, les journalistes s'engagent à ne pas divulguer le nom des lieux sur lesquels l'armée évolue, à ne pas dévoiler celui des soldats, ni l'ampleur des pertes subies. Ils s'engagent à laisser un droit de veto aux militaires sur la production journalistique, si les militaires jugent que la sécurité des troupes l'exige.

10La majorité des sociétés de presse a accepté ces conditions-cadres, de façon à assurer à leurs reporters une protection et un accès au théâtre des opérations. Selon la juriste Elana Zeide, beaucoup de commentateurs ont considéré d’abord qu’il s’agissait ni plus ni moins que de l’organisation du contrôle de la presse par l’armée et d'un recul patenté du free speech (Zeide, 2005).

11Pour autant, si l'on suit l'étude d’Elana Zeide, la possibilité d’accéder au champ de bataille et de pouvoir observer tout ce qui s’y passe contrebalancerait largement les restrictions qui pourraient être imposées. Selon la juriste, la possibilité de couvrir les événements de façon très détaillée, d’être aux premières loges de la manière dont les autorités et les militaires engagent les combats, et surtout d’être les témoins de la façon dont l’armée endosse la responsabilité de ses actes, compense les restrictions à la publication de certaines informations sensibles.

12Comme on l’imagine, le système de l’embedded journalism est fragile et réclame une vigilance démocratique articulée et constante. Le principe du free speech donne un cadre légal à cette vigilance civique. Il est bien évident du coup que les juristes américains ont leur rôle à jouer pour que l’équilibre trouvé ne soit pas rompu par quelques franchissements renforçant les prérogatives de la censure militaire.

13Je me demandais s’il était souhaitable qu’un tel « programme » émerge pour l’étude sociologique des organisations du haut-risque, et surtout si les conditions politiques étaient réunies (free speech et vigilance civique) pour qu’un tel contrat puisse trouver sa place dans la pratique sociologique. Plus encore, je pressens que ce qui se passe dans les organisations du haut-risque vaut aussi pour la sociologie des organisations en général, étendant la question des conditions d’accès à d’autres univers.

14Ainsi, le propos de cet article est organisé comme suit : dans une première partie, je propose un état des lieux partiel de la manière dont la sociologie des organisations a travaillé la question de l’entrée dans les organisations. Je m’interrogerai sur le peu de travaux consacré à cette question et sur ce que cela a pu avoir comme conséquence sur le champ lui-même. Puis dans une seconde partie, je m’intéresserai aux possibilités offertes aujourd’hui et aux efforts à consentir pour, soit s’engager résolument dans une « sociologie embarquée », soit s’en dégager radicalement.

État des lieux partiel : un héritage problématique

Le poids d’un héritage

15D’emblée, on peut relever un paradoxe en relisant les textes historiques de la sociologie des organisations : il existe indéniablement un souci de méthode et le déploiement méthodologique de l’analyse stratégique dans L’Acteur et système est emblématique de cette exigence (Crozier & Friedberg, 1975). Dans le même temps, les conditions concrètes de la production du regard sociologique et une réflexion sur les alliances faites par le chercheur pour entrer dans les organisations ne font l’objet d’aucune interrogation.

16Michel Crozier, dans le premier tome de ses mémoires, évoque d’ailleurs en biais cette question, relevant que ses amis sociologues se perdaient trop en conjectures méthodologiques (Crozier, 2002). Il voulait pratiquer une sociologie qui allait plus vite et s’intéressait plus au « comment » qu’au « pourquoi », au diapason parfait avec Howard Becker, qui lui aussi exhorte à s’intéresser davantage au « comment » qu’au « pourquoi » (Becker, 2002, p. 105).

« Mes collègues de l’époque s’étaient engagés dans de très grandes enquêtes bien trop ambitieuses, et qui mettraient encore du temps à aboutir. Tout le monde parlait d’enquêtes, mais personne, ou presque, n’en faisait. » (Crozier, 2002, p. 91).

17Puis plus loin :

« La bonne enquête devenait alors celle qui permettait de comprendre comment les gens étaient capables de travailler ensemble pour atteindre un but. La question du comment me semblait préalable à celle du pourquoi » (Crozier, 2002, p. 104).

18On comprend vite en relisant les textes canoniques entre les lignes, que l’entregent, le réseau, et ce qu’il faut bien appeler une socialisation d’élites, suffisaient à ouvrir les portes. Voici comment Philippe Masson présente le contexte sociologique des enquêtes de Michel Crozier :

« Il y avait bien finalement une convergence entre la sociologie des organisations proposée par Crozier, tournée vers l’expertise et le conseil aux instances dirigeantes politiques ou d’entreprise et cet intérêt pour les gens de pouvoir qu’illustrait bien son réseau de relations parmi les membres du club Jean-Moulin, ceux d’Esprit, les politiques ou les hauts fonctionnaires » (Masson, 2008, p. 69).

19Les contrats existaient bien sûr déjà, permettant de faire tourner les enquêtes. Il s’agissait donc le plus souvent d’une entrée par le haut, négociée avec le management (parfois avec les syndicats), une enquête « autorisée », souvent mandatée, donc avec un financement à la clef pour les chercheurs. Mais de ces négociations, personne ne parlait. Peut-être que dans les débuts de l’aventure, des échanges ont lieu sur cette position du chercheur au sein des organisations et sur le type d’entrée à favoriser, mais plus tard, il semble que, soit la question avait été réglée une fois pour toute, sans trop laisser de traces écrites, soit elle avait cessé d’intéresser les analystes des organisations. Pierre Grémion, revenant sur les débuts de Michel Crozier, semble indiquer que des débats ont eu lieu dans les débuts sur la mise en place de ce qui était présenté comme une « sociologie clinique des organisations ».

  • 3 On ne dit rien des manières de s’implanter, ni comment se faire des informateurs et garantir leur p (...)

« Tout, dès lors, se joue sur la capacité du chercheur à mettre en œuvre une démarche de recherche aux conditions suivantes : 1) S’implanter dans une organisation et y susciter des informateurs ; 2) offrir une garantie d’indépendance entre les détenteurs de l’autorité et les informateurs. À la limite… l’idéal de la recherche sociologique dans une société industrielle serait le self survey où le chercheur se ferait l’accompagnateur d’un groupe conduisant sa propre investigation sur sa propre situation » 3 (Grémion, 1994, p. 51).

20Michel Crozier, dans ses mémoires, évoque un peu plus dans le détail la négociation des enquêtes fameuses, confirmant la synthèse qu’en propose Philippe Masson (Crozier, 2002, pp. 103 et suivantes). Il précise aussi que peu de sociologues étaient tentés par l’étude du monopole des Tabacs : « Du côté des universitaires, on considérait qu’il s’agissait d’une tâche relevant de la collaboration de classes, et fort ingrate de surcroît » (p. 107). Cependant, on découvre aussi que rien n’était gagné et qu’en dépit des connexions au plus haut niveau, les résultats des enquêtes n’étaient pas toujours reçus avec enthousiasme, y compris celle du monopole, notamment sa partie dédiée à la direction.

« Restait à rendre compte au directeur général. Le deuxième rapport, consacré à l’encadrement et au fonctionnement d’ensemble du monopole, était beaucoup plus diplomatique que le premier. Chaque mot en fut pesé. Mais le clash était inévitable, je le pressentais… J’ai eu une longue conversation téléphonique avec M. Grimaldi avant de lui envoyer le rapport. Il ne m’en accusa pas réception. Je le rappelai et me souviendrai longtemps du caractère glacial de ce coup de téléphone. Je lui demandai – c’était mon prétexte – de combien d’exemplaires il souhaitait disposer. Il me répondit : "Le moins possible" » (Crozier, 2002, p. 126).

21On se prend à regretter de ne pas trouver des textes plus analytiques sur les politiques de l’enquête qui, au-delà des anecdotes, toujours utiles, permettraient de véritablement mieux comprendre quelles ont été les implications de ce type de choix d’entrée dans les terrains organisationnels de l’époque. Les alliances que dût faire l’équipe de Crozier avec les réformateurs de l’administration française pour négocier leurs accès aux terrains colorèrent sans nul doute la pratique même de la sociologie des organisations. Ce qui donc avait été une stratégie payante pour l’étude de la bureaucratie française fut réutilisé dans les décennies suivantes. C’est-à-dire une entrée par les élites managériales des différentes entreprises qui ont fait l’objet en l’occurrence d’une analyse sociologique (Renault ; la SNCF ; l’hôpital entre autres).

22Cependant, paradoxalement, dans les années 1990 on n’enseignait pas aux étudiants comment s’y prendre, ni que penser de ces entrées terrain « par le haut ». Pas plus que n’étaient commentées ou évoquées les questions de rôle et de positionnement dans l’organisation, qui nécessairement allaient se poser, un jour ou l’autre. Tout cela finalement allait de soi, et le sociologue des organisations avait une place toute trouvée, parfaitement légitime, lui apportant gratification et crédibilité. Il était utile. Il était du côté de ceux qui voulaient changer l’Organisation, autant dire la société. J’ajoute que le sociologue des organisations apparaissait in fine du côté des puissants, des élites éclairées.

De la sociologie des organisations à la sociologie d’intervention dans les organisations

23Ainsi, progressivement, on est passé à une sociologie des organisations d’intervention. Mieux, les interlocuteurs des chercheurs doivent avoir une qualité d’importance, celle d’être des entrepreneurs de changement. Erhard Friedberg précise :

« Cette représentation modélisée du système d’acteurs qui sous-tend l’organisation dans laquelle on lui a demandé d’intervenir fournit donc au sociologue-analyste sa propre compréhension du fonctionnement de celle-ci, une compréhension à la fois proche et décalée par rapport à celle développée par les intéressés eux-mêmes, et notamment par le groupe de décideurs qui a fait appel à lui et qui forme cet entrepreneur de changement mentionné plus haut » (Friedberg, 2001, p. 122).

24Les sociologues des organisations sont invités à aider certains cadres de la hiérarchie, des « décideurs », à réaliser leurs aspirations organisationnelles au changement, à la réforme (Friedberg, 1995 et 1997). Les sociologues eux-mêmes recherchent cette compagnie, un peu comme si seuls ces candidats au changement étaient dignes d’intérêt. On constate, en relisant les textes, que cette contrainte d’entrée – à savoir, avoir partie liée avec des entrepreneurs de changement, ou proclamés comme tels – est énorme et qu’elle a forcément eu des implications sur la production scientifique. Elle ressemble un peu à la caractéristique que Michel Callon souhaite voir chez ses interlocuteurs : il faut qu’ils soient innovateurs. Le choix des acteurs avec lesquels le sociologue décide de travailler est stratégique nous prévient-il (Callon, 1999).

25Pourtant, le degré d’innovation ou le degré d’inclination au changement organisationnel ne peuvent être les seuls critères. Il est parfois utile de s’attacher à des acteurs qui nous déplaisent, ou qui ne remplissent pas les qualités de l’acteur innovant ou de l’entrepreneur de changement. Par ailleurs, ce choix nous semble en contradiction avec certains des principes du travail de terrain qui visent à ne pas prêter aux acteurs sociaux des stratégies que nous, sociologues, aimerions peut-être les voir endosser, à titre de citoyens plus que de sociologues.

26Pourtant, la sociologie des organisations n’est pas qu’une simple entreprise d’intervention, de conseil. Les sociologues des organisations ne peuvent pas être uniquement devenus des socio-managers (Boussard et al., 2002), aux prises avec des questions de changement managérial, quand sont perdues de vue les logiques macrosociologiques, économiques et politiques qui poussent les organisations à adopter tel ou tel nouveau système de production.

27C’est dès l’origine plus que cela. C’est un champ capable d’attirer notre attention sur la dépendance dans laquelle nos sociétés et nous-mêmes en tant qu’individus, nous trouvons face aux organisations (Perrow, 1994), au pouvoir bureaucratique (Gouldner, 1954a ; 1954b ; Crozier, 1964) et sur les conséquences sociologiques de cette dépendance. La question de l’appropriation des ressources, de la distribution des privilèges, celle de la création des identités et des catégories, celle de la formation des carrières, de la stigmatisation, de la fabrique de l’exclusion, la mise à jour des logiques de maltraitance au quotidien des collaborateurs comme des usagers et des clients, font partie du terreau originel de toute réflexion sur les organisations, aussi innovantes et désireuses de transformation soient-elles. Se peut-il que le Dark Side of Organizations, dont nous parle si systématiquement Diane Vaughan (Vaughan, 1999) ait cessé d’être dicible, ou purement et simplement cessé d’être un objet possible, pour des raisons justement liées aux difficultés d’un accès non autorisé et aux facilités d’un accès autorisé ?

28On sait bien sûr, comme le confirme le récit de Pierre Grémion que rien n’était fatal à tout cela : il existait bien une critique de la manière dont le pouvoir était exercé en France, arc-bouté à des privilèges de classes, en haut comme en bas, ruinant tout effort de changement social d’importance (Grémion, 1994). Les charges de Michel Crozier étaient virulentes contre les élites, contre l’autoritarisme et les privilèges de l’administration. Que reste-t-il de cet héritage critique aujourd’hui dans la sociologie des organisations contemporaine ?

29Il semble que la possibilité même d’être critiques, non pas au sens dénonciateurs, mais au sens d’être capables de voir, de comprendre et de faire partager des logiques d’action contraires non seulement aux intérêts des parties prenantes mais des organisations en cause, se soit perdue dans les sables. Pourtant, c’est ce que le sociologue sait faire de mieux, puisque sa compétence réside dans la capacité à s’abstraire des discours particuliers et situés pour reconstruire des logiques d’action, invisibles à l’œil nu, mais pourtant bien opérantes au quotidien, le plus souvent à l’insu des principaux concernés.

30Les nouvelles organisations du travail ont apporté des bouleversements sans précédents, que certains sociologues, psychologues ou psychopathologues du travail ont commentés. En revanche, les sociologues des organisations, ou leurs collègues de gestion ont trouvé peu à dire à ces transformations quotidiennes, dont ils sont les témoins privilégiés depuis 40 ans.

  • 4 « If we look at the literature based on fieldwork in the United States, we find a relatively abunda (...)

31Les exhortations de Laura Nader aux anthropologues à pratiquer le Studying Up, et à s’interroger sur les pratiques des élites managériales et pas, comme trop souvent le pensait-elle, à s’intéresser aux pratiques des underdogs, des petits, des gens de peu (Nader, 1972), auraient pu bénéficier de ces accès privilégiés des sociologues des organisations 4. Dans les débuts d’ailleurs, la mise au jour des rouages des corps d’État en France, par exemple (Friedberg & Desjeux, 1972), aurait pu s’apparenter à ce vaste programme que Laura Nader appelait de ses vœux. Un programme qui, selon une de ces disciples, a fait long feu (Hertz, 2010), comme si interroger les puissants restait très complexe.

32Si les chercheurs en sciences sociales refusent cette position et n’offrent plus de narrations, ou si des forces immenses, invisibles, systémiques, poussent à leur disqualification systématique, ce n’est pas seulement les disciplines académiques qui sont en danger, mais bien évidemment la capacité de recul offerte à la société elle-même.

Peut-on faire autrement ?

33Je reviens à mon cours de méthode d’entrée dans les organisations. Que faut-il enseigner aux étudiants ? Que faut-il leur recommander quand ils veulent se lancer dans des travaux organisationnels? Finalement a-t-on d’autre choix qu’une entrée sous conditions, négociée, et d’une certaine façon contrôlée ? Et même si cette entrée était contrainte, ne peut-on en prendre son parti, en acceptant un opportunisme de cheval de Troie ?

Des alternatives éclairantes

34Heureusement, il existe quelques travaux pour poser ces questions avec candeur mais sans naïveté (Bryman, 1988 ; Buchanan, Boddy & McCalman, 1988 ; Crompton & Jones, 1988). Heureusement, certains chercheurs ont témoigné de leurs conditions d’enquête mais aussi de la ruse et de l’humour qu’ils ont déployés et au final de ce qu’ils sont vu, à force d’être bridés (Born, 2004). Évidemment, l’organisation qui contrôle les accès et demande sans cesse des droits de regard et des restitutions à n’en plus finir, et qui compose des comités scientifiques de membres éminents mais forts éloignés des préoccupations du chercheur, dit quelque chose sur elle-même. Évidemment, en creux se lisent les stratégies d’acteurs, les rapports de pouvoir, et le chercheur novice comme plus expérimenté fait l’expérience sans cesse renouvelée de la manipulation dont il peut être victime : il fait partie du système, et les acteurs l’utilisent (Bizeul, 1998 et 2007). L’instrumentalisation dont il fait l’objet, moyennant une prise de recul salutaire – qui n’est pas si aisée à pratiquer quand on est jeune et assez inexpérimenté et pas toujours acquise lorsqu’on est pourtant davantage maître de sa pratique de chercheur, car alors d’autres considérations de positionnement et de renommée entrent en ligne de compte – lui apprend bien des choses sur les mécanismes politiques à l’œuvre dans l’organisation, cadre de l’étude.

35J’ajoute tout de suite qu’il y a toujours eu, aux États-Unis notamment et encore tout récemment, des travaux de sociologie des organisations révélant des logiques organisationnelles dérangeantes et critiques au prix d’efforts d’immersion très conséquents par les chercheurs et chercheuses. Les entrées négociées par les auteurs de ces monographies sont bien sûr complexes, et ont dû allier des stratégies mixtes de collecte de données : impossible souvent de faire des campagnes d’entretien à l’intérieur de l’organisation durant des mois (Rees, 1994), l’idée même de terrain se voit reconsidérer de fond en comble (Marcus, 1998), enfin souvent il est probable qu’un retour dans l’organisation soit sinon impossible, du moins compromis (Ho, 2009 ; Goldman, 2005). Je citerai pour mémoire quelques exemples.

36Diane Vaughan, dans son étude de la NASA, a fait d’abord un travail d’archive, puis des entretiens, la plupart du temps avec des retraités de la NASA (Vaughan, 1996). Elle raconte très bien que son livre n’a eu aucun impact à l’intérieur de l’organisation, et que malgré son prix Pulitzer elle ne sera jamais invitée à le présenter publiquement au sein de l’entreprise. Après le deuxième accident de navette en 2003, elle sera au contraire réclamée au chevet de la commission d’enquête. Karen Ho fut pour quelque temps en sabbatique de son programme de PhD de manière à se faire embaucher comme jeune cadre, internal management consultant, à la Bankers Trust New York Corporation (Ho, 2009). Sous cette couverture, elle se rendit à des conventions professionnelles pour s’immerger dans le langage employé à Wall Street, au cœur de ce qu’elle appelle la culture de la liquidation. Michael Goldman, dans son anthropologie organisationnelle de la World Bank, utilisa des entretiens, mais proposait aussi des séances de formation destinées au personnel de la World Bank (Goldman, 2005). La nouvelle génération des socio-anthropologues des organisations se retrouve sous la bannière de la multi-sited ethnography (Marcus, 1998). Une manière élégante de dire que le terrain circonscrit à une certaine période de temps, où l’on interviewe une certaine quantité de personnes et où l’on observe certaines activités, avant de rédiger une monographie, base de l’analyse, n’est probablement plus concevable aujourd’hui, ni même souhaitable.

« The aim is to represent a whole local world and simultaneously a world system, by attempts either to represent an intensively studied locale penetrated by larger systems, or to represent larger systems in human terms by revealing as intersubjective processes the multiple centers of activity that constitute the systems, conventionally labeled the market, capitalism, or the state » (Marcus, 1998, p. 39).

37Sans devenir sorcière comme Jeanne Favret-Saada, comment peut-on s’en sortir, en préservant ses questions de sociologue, qui peuvent ne pas être du goût de l’institution ou de l’organisation ciblée, en restant poli, en ne crevant pas de faim, et en ayant la possibilité de publier, c’est-à-dire en refusant de signer toutes ces demandes de visa institutionnel, qui de fait s’appellent une censure ?

38La prise de position de l’anthropologue Marie-Christine Pouchelle, qui offre un récit pour le moins décomplexé des conditions dans lesquelles elle s’est engagée dans son terrain auprès des chirurgiens et comment elle a symboliquement planté sa tente dans l’hôpital (Pouchelle, 2010), suggère que cette idée de négociation et de donnant-donnant n’est pas si limpide que cela. Après tout, elle ne demandait qu’à observer, et personne n’attendait d’elle qu’elle réforme l’hôpital. Même si elle raconte comment il lui fallut trouver une place auprès des différents corps de métiers et que son entregent personnel l’a bien aidée à franchir les portes des blocs opératoires, elle ne recherche aucun mandat et n’est bien sûr nullement mandatée par l’hôpital. Sa pratique de l’écoute flottante va de pair avec une présence flottante et libre au sein de l’institution. Des conditions qui sont devenues fort rares pour les sociologues des organisations, même pour les plus férus d’ethnographie d’entre eux.

La solution de l’observation participante

39En poursuivant avec les exemples d’études menées à l’hôpital, Jean Peneff, de son côté, soutient qu’il n’est pas possible de pratiquer l’observation non-participante à l’hôpital et que l’observation participante doit être privilégiée (Peneff, 1992). Observer la maladie, la douleur et les soins sans broncher lui paraît intenable. Une contenance est nécessaire. Il ne s’agit pas seulement de savoir se rendre utile, ou d’être en situation de ressentir comme les observés la fatigue physique après la manipulation d’un énième corps, le roulage d’un énième chariot, celui d’un lit, ou le poids des nuits de garde dans un service d’urgences débordées. Il s’agit d’être accepté et de pouvoir maintenir une observation au long cours et ainsi avoir des raisons légitimes – par rapport au travail – d’être là. Les raisons du sociologue ne sont bien sûr pas toujours suffisantes pour les observés. Et d’ailleurs, on ne devrait pas s’en offusquer : pourquoi observer le travail de gens pendant des heures devrait-il a priori être une activité sociale aussi légitime que de faire une toilette à une dame âgée ? La participation aux scènes de travail permet d’alimenter l’observation. Elle n’est bien sûr pas possible partout, ni en toutes circonstances. Trouver un rôle ou se laisser assigner un rôle peut dès lors s’envisager.

40L’observation participante peut en effet régler une partie des difficultés à pénétrer au sein de l’organisation, puisqu’on y occupe une fonction. Se posent alors toutes les questions relatives à la déclaration de cette fonction : opère-t-on incognito ou à découvert ? Pierre Fournier a travaillé incognito comme agent de service intérimaire dans les centrales nucléaires françaises et a bien raconté cette plongée dans le monde du nucléaire vu du côté des vestiaires et du sale boulot (Fournier, 1996). Anne Vega agent hospitalier et fille d’infirmière (Vega, 2000) ou Anne -Marie Arborio, stagiaire, au statut flou mais existant (Arborio, 2001), se sont aussi servies de leurs expériences familiales et personnelles pour mieux comprendre le monde de l’hôpital dans ses dimensions quotidiennes, intimes et problématiques.

Négocions !

41Reste qu’il est indéniable que l’entrée dans une organisation doit faire l’objet d’une négociation, que l’on se place dans le cas d’une enquête non participante, mêlant entretiens et observations ou dans celui d’une observation participante. Si dans ce dernier cas, la négociation peut ne pas être explicite, elle existe forcément à un niveau intrasubjectif pour le chercheur qui doit sans cesse cacher aux membres de l’organisation qu’il les observe tout en travaillant et vivre avec ces micro-trahisons du quotidien. Partons donc de l’exemple le plus courant, celui d’une observation non participante.

42Les deux parties prenantes, chercheur comme interlocuteur de l’entreprise ou de l’institution, peuvent y trouver un intérêt mutuel, et faire coïncider leurs aspirations. Il est évident que tous les dispositifs ayant fait des thésards de potentiels embauchés et de futurs collaborateurs ont brouillé considérablement les pistes. Le chercheur peut-il être sans dommage un employé de l’organisation ? Je pense que cette question n’est pas à poser au sens moral mais doit plutôt être envisagée dans le cadre de la déontologie de notre métier et des implications qu’un tel lien peut avoir sur la problématique et les biais qui ne manqueraient pas d’émerger. Le chercheur peut recevoir de l’argent provenant de cette société mais le statut d’indépendant ou le truchement par un tiers (laboratoire, institut ou département) est sans doute préférable. Il existe bien sûr des services de recherche au sein de grandes institutions ou d’entreprises, qui salarient des sociologues. Il s’agit souvent d’enquêtes de pratiques ou d’usages, qui intéressent très directement l’institution ou l’organisation. Le chercheur est alors un expert-maison, comme le serait un juriste. Il est rare, mais cela arrive, qu’il puisse publier facilement à partir de ce type d’enquêtes.

43La négociation, que ce soit pour une enquête mandatée ou pas, semble pouvoir porter à la fois sur le sujet, les modalités d’accès, le mode de restitution des données. Elle doit aussi comporter un volet sur le traitement confidentiel et l’anonymisation des données. Sur la complexité de cette dernière question, on pourra se reporter au chapitre d’Aude Béliard et Jean-Sébastien Eideliman (2008). Il est important que l’interlocuteur de l’entreprise ou de l’institution sache qu’il n’est pas question de le mettre en difficulté délibérément ou de critiquer sans retenue l’entreprise pour laquelle il travaille. Il faut lui donner des garanties de traitement équitable et loyal et ainsi pour l’ensemble des personnes rencontrées ou observées.

  • 5 Il est difficile dans notre pratique d’être très précis : la possibilité de faire des entretiens su (...)

44Il faut s’engager par écrit à un certain nombre de choses, fixer des dates, rassurer sur la durée d’enquête, apporter des éléments, même incomplets 5, sur le type d’interviews ou d’observations qui seront pratiqués et le nombre d’acteurs –grosso modo – qui seront mobilisés. Il est important de réfléchir au type de consentement que peuvent donner les personnes observées. Il y a des cas, comme à l’hôpital en Suisse, où toute enquête qui de près ou de loin s’approche des patients et désormais des collaborateurs, réclame une demande d’autorisation auprès du comité d’éthique de l’établissement. Pour une analyse des implications de ce mouvement pour la pratique de l’ethnographe et du sociologue, on pourra se reporter au livre de Charles L. Bosk (2008).

  • 6 Je remercie Claudine Burton-Jeangros pour avoir attiré mon attention sur ce phénomène de double con (...)

45Il existe aujourd’hui un contrôle « éthique » qui se surajoute au contrôle managérial strict au sein des organisations, qui est à l’œuvre au sein des comités d’éthique institutionnels et qui complète et renforce le premier. Des médecins ou autres non-spécialistes des sciences humaines et sociales jugent de la qualité d’un projet de recherche en anthropologie, en ethnologie ou en sociologie et réclament des aménagements sur des bases contestables 6. De surcroît, même si toutes les organisations n’exigent pas de consentement écrit, le mouvement est en marche et le sociologue doit se préparer à cette demande des observés d’être acteurs de nos recherches (Laurens, 2010).

« The problem with Institutional Review Boards for qualitative research is that they are such a distraction from the real difficulties that we face and from the real ethical dilemmas that confront us that we may not recognize and discuss the serious and elemental because we are so busy with the procedural and bureaucratic » (Bosk & De Vries, 2008, p. 99).

46Muriel Darmon raconte très bien – et je fais sans cesse la même expérience – que pour travailler avec les médecins, il faut accepter de se fondre dans le format de ce qu’ils connaissent bien (et reconnaissent) comme nature de texte, à savoir un « protocole de recherche », qui comporte des items obligatoires (fond du problème ; objectifs ; méthodologie ; situation clinique ; type de population ; échantillon ; pertinence ; consentement ; éthique et confidentialité ; bibliographie ; budget…) (Darmon, 2005). Une fois retravaillé par le sociologue, à sa manière, ce protocole de recherche, disons clinique, sert de viatique et permet le dialogue entre interlocuteurs aux perspectives, compétences, mondes de référence différents. Ce protocole est un document de référence, un plus petit dénominateur commun, qui engage, comme il libère. Il engage sur les points que nous avons énumérés rapidement ci-dessus. Il libère aussi car les attentes de part et d’autre sont ainsi cadrées. Le « protocole » n’est pas la panacée, mais il est une manière de publiciser et de matérialiser une négociation, qui de toute façon existe.

47L’engagement à une restitution du travail est très important (Flamant, 2005 ; Friedberg, 2001). On considère aujourd’hui que la restitution fait partie de l’enquête, car ce retour au terrain permet de tester certaines hypothèses interprétatives. Point n’est besoin d’ailleurs que tout soit validé, mais on sera réconforté de lire dans les yeux des acteurs un peu de considération pour le sens mis par le sociologue dans des logiques relativement opaques pour eux. Les logiques mises au jour sont parfois difficiles à avaler pour certaines parties prenantes. Il faut savoir alors choisir celles sur lesquelles ils ont envie de dialoguer, celles sur lesquelles ils laissent le chercheur libre de penser ce qu’il veut et accepter que certaines ne soient abordables que dans le conflit. La confiance est bien sûr très importante, mais elle ne suffit pas.

48Enfin, en guise de proposition, il me semble que la « fabrique » de la sociologie – au sens de l’atelier où l’on produit des objets, en l’occurrence des analyses et des interprétations ­ doit être aussi ouverte que l’organisation qui ouvre ses portes et ses arcanes. Si un va-et-vient, bien réel et organisé, existe entre sociologues et enquêtés, sans pour autant que les problématiques ne soient l’objet d’un alignement, il est plus facile de faire ce travail de critique interne que le sociologue des organisations devrait pouvoir conduire. Les enquêtés doivent aussi pouvoir venir dans nos laboratoires, nos salles de cours et nos bureaux, assister, observer, participer au travail du sociologue en train de se faire. Il ne s’agit pas d’entonner la chanson bien connue de la co-production de la connaissance, mais de créer des conditions d’un dialogue sur les logiques sociales à l’œuvre pour dépasser la peur d’être dévoilés des uns et la peur de dévoiler des autres.

Conclusion

49Est-ce à cela que l’on assiste aujourd’hui ? Cet accord minimaliste sur les droits et les devoirs du sociologue des organisations est-il à l’œuvre ? Est-ce que la clairvoyance que la sociologie des organisations peut offrir est encore garantie ? Où en est-on avec l’héritage critique ? Difficile de porter un jugement global, car notre connaissance est basée sur de nombreux témoignages qui, même s’ils sont divers, n’en sont pas moins limités. On assiste plutôt à un asservissement de la sociologie des organisations au profit des seuls intérêts des commanditaires, privés comme publics. C’est la raison pour laquelle, prenant acte de cette dépendance de tous les dangers, je pense qu’il faut étudier pour les sociologues la solution de l’embeddness des journalistes de guerre (Bourrier, 2010). Plutôt que de se voiler la face et accepter des entrées terrain sans cesse plus contrôlées, ne faudrait-il pas se pencher sur la situation actuelle faite aux sociologues désireux de pratiquer une analyse organisationnelle ? En réalité, on constate que la base minimale de l’accord que nous avons brièvement esquissée ci-dessus et qui peut régir sans trop de difficultés les rapports entre le chercheur et les interlocuteurs de l’organisation est régulièrement enfreinte.

50Les sociétés savantes s’intéressent peu à cette question, car bien sûr elle est très délicate. Doit-on vraiment se pencher sur les difficultés de ces sociologues qui ont un peu « pactisé » avec l’administration et l’entreprise et engrangé décennie après décennie mandats privés comme publics, sans trop se poser de question sur les conséquences qu’une telle dépendance pouvait à terme induire en matière de liberté académique et de biais dans les agendas de recherche ? Tant de doctorants cherchent un financement, comment peut-on aujourd’hui tourner le dos à ces mannes (aussi maigres soient-elles par ailleurs) ?

51La pratique des journalistes est au cœur de la démocratie. Qu’en est-il de celle des sociologues ? Accepterons-nous qu’il y ait des lieux dans notre société où aucun regard sociologique ne se porte parce que l’accès n’est pas négociable ? À quelles conditions devons-nous continuer à intervenir ? Les journalistes embeds ont préféré renoncer à une part de liberté, en échange de la garantie de continuer à avoir accès au théâtre des opérations et ainsi avoir toujours la possibilité de témoigner un jour. Devons-nous en passer par là, ou devons-nous au contraire, empêcher à tout prix d’avoir à négocier un statut car c’est au fond la négation même de notre ethos de chercheur ? Je ne sais pas répondre exactement à cette question, mais je pressens que si nous ne nous la posons pas frontalement, d’autres acteurs de la société y répondront de leur côté, en poursuivant sur la voie de l’assignation du sociologue des organisations aux côtés des seuls « entrepreneurs de changement », pour atteindre peut-être celle d’une forme d’assignation à résidence.

Haut de page

Bibliographie

Arborio A.-M. (2001), Un Personnel invisible. Les aides-soignantes à l’hôpital, Paris, Éditions Anthropos-Economica.

Béliard A. & J.-S. Eideliman (2008), « Au-delà de la déontologie. Anonymat et confidentialité dans le travail ethnographique », dans Fassin D. & A. Bensa (dir), Les Politiques de l’enquête, épreuves ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte, pp. 123-142.

Becker H. (2002), Les Ficelles du métier, Paris, Éditions La Découverte.

Bizeul D. (1998), « Le récit des conditions d’enquête, exploiter l’information en connaissance de cause », Revue Française de Sociologie, vol. 39, n° 4, pp. 751-787.

Bizeul D. (2007) « Que faire des expériences d’enquête, apports et fragilités de l’observation directe », Revue française de Science Politique, vol. 57, n° 1, pp. 69-89.

Born G. (2004), Uncertain Vision: Birt, Dyke and the Invention of the BBC, London, Vintage Editions.

Bosk C. (2008), What would you do? Juggling Bioethics and Ethnography, Chicago, University of Chicago Press.

Bosk C. & R. De Vries (2008), « Bureaucraties of Mass Deception, Institutional Review Boards and the Ethics of Ethnographic research », dans Bosk C. (dir.), What would you do? Juggling Bioethics and Ethnography, Chicago, University of Chicago Press, pp. 87-99.

Bourrier M. (1999), Le Nucléaire à l’épreuve de l’organisation, Paris, Presses universitaires de France.

Bourrier M. (2010), « Pour une sociologie "embarquée" des univers à risque ? », Tsantsa, Revue de la société suisse d'Ethnologie, N°15, "Anthropologie et journalisme", pp. 28-37.

Bourrier M. (à paraître), Les Enjeux de l’apprentissage médical à l’hôpital. Une étude de cas dans un service d’anesthésie, Genève, Éditions Médecine et Hygiène, avec la collaboration de Sami Coll.

Boussard V., Craipeau S., Drais E., Guillaume O. & J.-L. Metzger (2002), Le Socio-Manager. Sociologies pour une pratique managériale, Paris, Éditions Dunod.

Bryman A. (1988), Doing Research in Organizations, London and New York, Routledge Editions.

Buchanan D., Boddy D. & J. McCalman (1988), « Getting in, getting on, getting out, and getting back », dans Bryman A. (dir.), Doing Research in Organizations, London and New York, Routledge Editions, pp. 53-67.

Callon M. (1999), « Ni intellectuel engagé, ni intellectuel dégagé : la double stratégie de l’attachement et du détachement », Sociologie du travail, vol. 41, n° 1, pp. 65-78.

Crompton R. & G. Jones (1988), « Researching white collar organizations : why sociologists should not stop doing case studies », dans Bryman A. (dir.), Doing Research in Organizations, London and New York, Routledge Editions, pp. 68-81.

Crozier M. (1964), Le Monopole industriel, Paris, Éditions du Seuil.

Crozier M. (2002), Ma Belle époque. Mémoires, Tome 1 (1947-1969), Paris, Éditions Fayard.

Crozier M. & E. Friedberg (1975), L’Acteur et le système, Paris, Éditions du Seuil.

Darmon M. (2005), « Le psychiatre, la sociologue et la boulangère : analyse d'un refus de terrain », Genèses, Quantifier, n° 58, mars, pp. 98-112.

Fassin D. & A. Bensa (2008), Les Politiques de l’enquête, épreuves ethnographiques, Paris, Éditions La Découverte.

Flamant N. (2005), « Observer, analyser, restituer. Conditions et contradictions de l’enquête ethnologique en entreprise », Terrain, n° 44, pp. 137-152.

Fournier P. (1996), « Des observations sous surveillance », Genèses, n° 24, pp. 103-119.

Friedberg, E. & D. Desjeux (1972), « Fonctions de l'État et rôle des grands corps : le cas du corps des Mines », Annuaire International de la Fonction Publique, Paris, 18 p.

Friedberg E. (1995), « Comment apprendre le raisonnement organisationnel aux cadres ? », Sciences sociales et entreprises. Les Cahiers de Cargèse, Paris, Éditions L'Harmattan.

Friedberg E. (1997), « Le sociologue, partenaire du manager », La Gestion, n° 46, avril.

Friedberg E. (2001), « Faire son métier de sociologue, surtout dans l’intervention », dans Vrancken D. & O. Kuty (dir.), La Sociologie et l’intervention, enjeux et perspectives, Bruxelles, Éditions De Boeck Université, pp. 111-130.

Goldman M. (2005), Imperial Nature: The World Bank and Struggles for Social Justice in the Age of Globalization, New Haven, CT and London, Yale University Press.

Gouldner A. (1954), Wildcat Strike, Yellow Springs, Ohio, Antioch Editions.

Gouldner A. (1954), Patterns of Industrial Bureaucraty. A Case Study of Modern Factory Administration, New York, The Free Press.

Gremion P. (1994), « La construction du phénomène bureaucratique », dans Pavé F. (dir.), L’Analyse stratégique, sa genèse, ses applications et ses problèmes actuels. Autour de Michel Crozier, Colloque de Cerisy, Paris, Éditions du Seuil, pp. 49-79.

Hertz E. (2010, à paraître), « Excessively Up at the International Labour Organisation: Notes of 'Notes of the proceedings TMITI/2007/10' », dans Gonzales R. & R. Stryker (dir.), Studying Up, Down and Sideways. Critical Perspectives on « Studying Up ».

Laurens S. (2010), « Menaces sur le droit d’enquêter », Sciences Humaines, n° 211, janvier, http://www.scienceshumaines.com/menaces-sur-le-droit-d-enqueter_fr_24734.html.

Ho K. (2009), Liquidated, an Ethnography of Wall Street, Durham, Duke University Press.

Marcus G. (1998), Ethnography through Thick and Thin, Princeton, Princeton University Press.

Masson P. (2008), Faire de la sociologie, les grandes enquêtes françaises depuis 1945, Paris, Éditions La Découverte.

Nader L. (1972), Up the Anthropologist: Perspectives Gained from Studying Up, Mimeo, Berkeley, 28p.

Peneff J. (1992), « Annexe méthodologique », L’Hôpital en urgence. Étude par observation participante, Paris, Éditions Métailié, pp. 231-253.

Perrin-Joly C. (2010), « De la recherche salariée en France : lien de subordination et liberté de la recherche », SociologieS, revue en ligne, http://sociologies.revues.org/index3380.html.

Pouchelle M.-C. (2010), « Situations ethnographiques à l’hôpital, "elle vient voir si on a un os dans le nez" », Revue des Soins Infirmiers, n° 103, pp. 4-19.

Rees J. (1994), Hostages of each other : The Transformation of Nuclear Safety since Three Mile Island, Chicago, University of Chicago Press.

Vaughan D. (1996), The Challenger Launch Decision, Chicago, Universtiy of Chicago Press.

Vaughan D. (1999), « The Dark Side of Organizations. Mistake, Misconduct and Disaster », Annual Review of Sociology, n° 25, pp. 271-305.

Vega A. (2000), Une Ethnologue à l’hôpital, l’ambiguïté du quotidien infirmier, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Zeide E. (2005), « In bed with the military: 1st amendment implications of embedded journalism », The New York University Law Review, vol. 80, n° 4, pp. 1309-1343.

Haut de page

Notes

1 « On n’entre pas ici, sauf pour affaires ! »

2 J’ai bien sûr remercié nommément certains informateurs et j’avais choisi de ne pas travestir le nom des centrales nucléaires. Les managers américains n’y voyaient pas d’inconvénient, sans qu’ils ne me l’aient écrit noir sur blanc. Bien évidemment, si j’avais demandé l’autorisation à EDF, elle m’aurait été refusée. Les Presses Universitaires de France ne demandèrent pas leur reste. J’ai donc publié avec les noms véritables.

3 On ne dit rien des manières de s’implanter, ni comment se faire des informateurs et garantir leur protection.

4 « If we look at the literature based on fieldwork in the United States, we find a relatively abundant literature on the poor, the ethnic groups, the disadvantaged; there is comparatively little field research on the middle class, and very little first hand work on the upper classes. Anthropologists might indeed ask themselves whether the entirety of fieldwork does not depend upon a certain power relationship in favor of the anthropologist, and wether indeed such dominant-subordinate relationships may not be affecting the kinds of theories that we are weaving » (Nader, 1972, p. 5).

5 Il est difficile dans notre pratique d’être très précis : la possibilité de faire des entretiens supplémentaires avec un groupe inconnu au départ mais s’avérant important ; une invitation à observer tel ou tel exercice, telle ou telle activité...

6 Je remercie Claudine Burton-Jeangros pour avoir attiré mon attention sur ce phénomène de double contrôle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Bourrier, « "No admittance except on business », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3483

Haut de page

Auteur

Mathilde Bourrier

Université de Genève, Suisse - Mathilde.bourrier@unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page