Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2011Ce qui circule entre nous. Donner...Un livre incertain

2011
Ce qui circule entre nous. Donner, recevoir, rendre.

Un livre incertain

Discussion de l’ouvrage de Jacques Godbout, Ce qui circule entre nous. Donner, recevoir, rendre, Paris, Éditions du Seuil, 2007
Alain Bourdin

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de Ce qui circule entre nous. Donner, recevoir, rendre, par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3492.html et la discussion par Liliane Voyé à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3495.html.

Texte intégral

1Malgré ses grandes qualités et les « mille fleurs » qu’il recèle, le livre de Jacques Godbout, Ce qui circule entre nous, ne m’a pas convaincu, et je vais tenter d’expliquer pourquoi.

L’incertitude du lecteur

2Celui qui n’est pas spécialiste du don et ne lit qu’épisodiquement la Revue du MAUSS trouve dans ce livre une synthèse plus qu’utile. Elle se lit agréablement, sous la plume d’un auteur qui sait doser les anecdotes ou les évocations personnelles et qui nous fait voyager entre des bibliographies européennes et nord-américaines, où se mêlent économistes, sociologues philosophes, anthropologues et quelques autres.

3La trame du livre paraît très simple, une première partie critique l’utilitarisme (« l’appât du gain ») alors qu’une deuxième affirme l’importance du don (« l’appât du don »). Mais la progression entre cette dernière et les deux parties suivantes ne se saisit pas aisément : pourquoi introduire à ce moment – et pas avant – les chapitres qui concernent l’analyse stratégique et la théorie des jeux (troisième partie) ainsi que les « excursus » sur les cadeaux d’entreprise et la posture du chercheur et de l’artiste (quatrième partie) ? D’autant que les textes de la quatrième partie semblent d’une autre nature que ceux qui les précèdent. Il s’agit d’une part d’un compte-rendu d’enquête et de l’autre d’un essai rapide qui fait fi de presque tout ce qui a pu s’écrire sur les savants et les artistes.

4Une autre dissonance contribue à un sentiment diffus de malaise. Ce livre se présente comme une production sociologique conforme aux normes académiques. Il débat, à partir de cette posture, de manière claire avec les anthropologues et avec les économistes, même si ces derniers (comme d’ailleurs des sociologues, Raymond Boudon par exemple) sont parfois traités de façon un peu cavalière. Le rapport avec la philosophie reste beaucoup plus ambigu. Les philosophes reçoivent de nombreuses convocations et sont omniprésents, mais le sociologue les instrumentalise plus qu’il ne débat avec eux ou qu’il n’essaie de nous expliquer quelle place tient la thématique du don dans la philosophie.

5Fort soucieux d’affirmer le caractère scientifique de sa démarche et de traquer la non-falsifiabilité (et secondairement la tautologie) chez les autres, l’auteur se laisse aller – mais on comprendra plus loin qu’il s’agit d’autre chose que d’une faiblesse – à d’étranges et incertaines affirmations. On apprend par exemple (p. 65) que « le lien social a horreur du rapport fin-moyens » et l’on nous parle plusieurs fois de la « tendance à » (par exemple p. 208 : « le don est le prolongement de cette tendance à secourir un individu dans le dénuement »). Le bonheur, souvent évoqué et débattu avec les économistes, ne fait jamais l’objet d’une définition : va-t-elle de soi ? Ceci vaut pour d’autres notions qui tiennent une place plus ou moins importante dans le raisonnement. Certes, dans la dernière page du livre, l’auteur prend à son compte cette citation : « la quête du sens qui se trouve au centre de la question du don ne s’explique pas, elle se raconte », mais l’argument ne suffit pas à nous convaincre du bien-fondé d’une certaine inégalité de traitement épistémologique entre ceux que l’auteur critique et lui-même. Inégalité aggravée par une propension à montrer ses adversaires sous leur plus mauvais angle et à les contester dans leurs démarches les plus caricaturales – ce qui serait de bonne guerre si ce livre se présentait comme un essai et non comme une somme – voire à inventer des moulins à vent pour mieux les abattre.

6Moulin à vent, cette affirmation finale de l’opposition stérile entre individu libre et société contraignante. Cette opposition a certes marqué, mais aujourd’hui qui la revendique en ces termes, hormis quelques sociologues radicaux ou archaïques ? Et pourquoi aller chercher les écrits les plus bornés des économistes, par exemple celui qui explique pourquoi le cadeau en nature entraîne un gaspillage de valeur, qu’il chiffre pour les USA et l’année 1992, ou celui qui justifie le comportement des marchands de combustibles qui profitaient de la pénurie provoquée par la grande tempête qu’a connu le Québec à l’hiver 1998 pour augmenter leurs prix. Certes tout cela a été écrit, et l’on sait un prix Nobel d’économie dont les écrits sur la famille sont affligeants, mais outre qu’il faudrait prendre le temps de bien situer de tels textes (dans leur intégralité et par rapport à des enjeux intradisciplinaires), l’économie produit aussi bien d’autres choses, parfaitement discutables mais plus intéressantes.

7Chacun de ces éléments n’a qu’une importance relative en lui-même et par rapport au propos d’ensemble, mais leur accumulation crée une réelle insécurité de lecture.

Critique ou disqualification de l’utilitarisme ?

8La première partie du livre a pour fil conducteur la critique de l’utilitarisme à travers le paradigme de l’acteur rationnel, la rationalité instrumentale et le modèle du marché. La discussion du paradigme de l’acteur stratégique et celle du modèle du donnant-donnant inspiré de la théorie des jeux intervient ultérieurement mais se rattache à cette démarche. Anti-utilitariste qui prend l’utilitarisme au sérieux, Jacques Godbout reconnaît quelques vertus au marché et même à l’acteur rationnel. Ses critiques sont souvent stimulantes et son interprétation de l’utilité de l’acteur rationnel, présentée presque au détour du texte, mériterait bien plus : pour lui la rationalité de l’acteur est une sorte de technique utilisée pour prendre des décisions et non un schéma décrivant la réalité des motivations de l’action. Sa critique la plus forte s’exprime dans cette phrase :

« Doit-on pour autant considérer comme complète toute explication par l’intérêt, sans nécessité de vérification empirique ? Il me semble au contraire que, tout en lui accordant un statut spécial, il est illégitime de considérer cette action comme complète du seul fait que sa plausibilité est établie. C’est ce principe qui constitue un privilège inacceptable » (p. 45).

9Le débat ne porte plus sur l’utilitarisme, mais sur la place de l’explication par l’intérêt dans la sociologie et sur son articulation avec d’autres types d’explication, ainsi que sur le sens de la référence à l’intérêt dans des lectures sociologiques qui n’ont pas pour objectif l’explication mais, par exemple, la compréhension.

10L’auteur ne s’engage jamais complètement dans cette voie pourtant féconde – d’autant qu’elle permet d’intégrer les critiques ou les apports des neurosciences – car il ne parvient pas à se débarrasser (à supposer qu’il le veuille !) de la volonté de disqualifier ce qu’il réunit sous le nom d’utilitarisme. D’où quelques postulats qui mériteraient discussion ou démonstration. Le premier renvoie dans les ténèbres extérieures ceux qui veulent faire porter le choix rationnel sur autre chose que l’intérêt. D’abord, ils le disent mais ne le font jamais. En admettant que cela soit vrai (et ce l’est souvent) on ne saurait y voir la preuve que d’une chose : on peut facilement construire l’intérêt sans démarche compréhensive, sans « se mettre à la place » de l’acteur. Ensuite si le choix rationnel porte sur autre chose que l’intérêt, cela affaiblit le modèle. Cette affirmation mérite au moins une discussion, qui n’est jamais ouverte. Cela paraît d’autant plus inacceptable que nombre de travaux, en sociologie et même en économie, inventent de nouvelles définitions et utilisations de l’acteur rationnel en le libérant de l’intérêt, en particulier dans ses définitions les plus étroites.

11Le deuxième postulat affirme que l’utilité constitue une notion peu claire, qui appelle toujours l’objectivation par la mesure et qu’il faut lui substituer la notion de préférence, d’ailleurs prise en compte par le marché. On acceptera volontiers que la maximisation de l’utilité chère aux économistes ne se représente clairement que dans des circonstances qui concernent plus les acteurs spécialisés de la sphère économique que les citoyens ordinaires. Pour autant, le débat n’est pas clos en avançant l’idée de préférence. La notion plus sociologique de satisfaction (qui se juge ex post et non ex ante comme la préférence) pourrait également intervenir. En outre l’idée que l’utilité appelle la mesure et que le marché réduit tout à la mesure mérite quelques nuances. Il existe nombre de biens (ou, dans un autre ordre, de satisfactions personnelles) incommensurables et le livre de Lucien Karpik – paru la même année que celui de Jacques Godbout – décrit les systèmes de coordination qui permettent au marché d’offrir toujours plus de bien singuliers et aux consommateurs de parvenir à faire leur choix, en s’appuyant sur d’autres éléments que le prix (Karpik, 2007).

12Un troisième postulat porte sur le marché qui, tout en respectant la liberté individuelle, séparerait le monde en deux parts, consommateurs et producteurs. Un tel degré de généralité fait sortir du raisonnement sociologique, mais on peut au moins remarquer qu’il existe un troisième rôle, devenu central : celui qui organise l’échange entre producteur et consommateur, qu’il s’appelle commerçant, banquier ou autrement.

13La volonté de disqualifier – plutôt que de critiquer – des démarches auxquelles il trouve pourtant de l’intérêt s’illustre parfaitement dans le chapitre consacré au paradigme de l’acteur stratégique.

14Jacques Godbout remarque justement que, dans les travaux fondés sur l’analyse stratégique, la description ex post des motifs de l’action renvoie presque toujours à l’intérêt de l’acteur, même si la théorie affirme qu’ils peuvent être de toute autre nature. Est-ce parce que, dans les systèmes d’action étudiés, l’intérêt de l’acteur a suffisamment d’importance pour que les autres motifs puissent être laissés de côté, ou parce que « la méthodologie utilisée ou les a priori des chercheurs n’ont pas permis de mettre les autres motifs en évidence » ?

15Jacques Godbout penche pour la deuxième réponse et plaide pour la recherche du non-utilitaire dans les motifs qui guident les acteurs au sein des systèmes d’action. La question des insuffisances méthodologiques imputées à Michel Crozier, Erhard Friedberg et leur école mérite d’être posée. Faut-il pour autant chercher le « non utilitaire » ? Certains motifs des acteurs relèvent d’objectifs relativement clairs qui sont facilement énonçables en termes d’intérêt ou au moins de préférences (même quand il s’agit de nuire à un concurrent simplement parce qu’on le déteste). D’autres se forment en réaction aux contraintes du jeu, avec comme préoccupation de préserver leurs marges de manœuvre et de faire évoluer la situation en leur faveur, ce qui correspond à « l’instinct stratégique », tout autant sécuritaire qu’utilitaire. D’autres enfin expriment des attitudes ou des réactions non centrées sur le jeu du système d’action, par exemple référées à la seule image de soi de l’acteur ou encore à des convictions (un terme que Jacques Godbout n’utilise pas) fortes, indépendantes du contexte.

16On le voit, le rapport au système d’action tient la place centrale et l’analyse stratégique n’oblige pas à le réduire à sa dimension instrumentale. Plus précisément, si l’analyse stratégique constitue bien un paradigme, un cadre de raisonnement, celui-ci contribue à structurer un domaine de la sociologie, l’analyse de l’action organisée. Ces deux termes délimitent un champ précis, celui de systèmes d’action construits et régulés pour organiser la coopération entre des acteurs, en vue de la réalisation d’objectifs. Que cela permette de considérer des dispositifs de coopération qui ne s’inscrivent pas dans la définition traditionnelle des organisations ne justifie d’ailleurs pas qu’on l’applique sans précautions à toute configuration sociale. On ne peut alors pas considérer l’action et les motifs de chaque acteur sans envisager en même temps le contexte d’action, les caractéristiques du système de coopération et en particulier de son mode de régulation. L’acteur stratégique n’est qu’une des nombreuses variations (marquée par la lignée d’Herbert Simon) de l’acteur rationnel, dans le contexte de la sociologie de l’action organisée, elle-même part de la sociologie actioniste. Centrer la critique sur le seul acteur stratégique et sur la relative incapacité de ses utilisateurs à le voir autrement que mu par son intérêt étroit conduit à la caricature.

17En fait, Jacques Godbout affiche suffisamment de points d’accord avec Michel Crozier et Erhard Friedberg pour pouvoir formuler ses critiques « de l’intérieur » de la sociologie de l’action organisée. Mais il ne le fait pas. Pourquoi choisit-il plutôt la posture de disqualification évoquée plus haut ?

18Un élément de réponse tient dans une autre question : dans quel débat sommes-nous ? S’agit-il de discuter de l’intérêt (si j’ose dire !) sociologique de divers paradigmes, c’est-à-dire cadres de construction des questions et des raisonnements ? Dans ce cas, le raisonnement ne se situe pas toujours à la bonne échelle : le marché constitue bien un paradigme, pour les économistes au moins. L’acteur rationnel également, mais dans des versions différentes (l’importance de la différence méritant discussion) entre l’économie et la sociologie et à l’intérieur même de ces disciplines. La distinction (plus importante que la rationalité limitée) opérée par Herbert Simon entre rationalité substantielle et instrumentale, marque une étape décisive dans la diversification du paradigme et n’est ici jamais évoquée. La rationalité instrumentale wébérienne fait partie d’un même paradigme que la rationalité axiologique – jamais évoquée non plus. Quel serait alors le paradigme lié au don ? Celui de l’homo donator dit l’auteur, qui tend à réduire les paradigmes à des clés d’analyse du comportement humain. Mais à suivre son texte on parlerait volontiers d’un paradigme de la réciprocité (ou de la circulation réciproque) dont le don serait le point central.

19Quoiqu’il en soit, discuter de la puissance ou de la richesse d’un paradigme (pour ne pas dire de son utilité !) en sociologie n’oblige pas à adopter ses arrière-plans philosophiques, ni même à croire qu’il dit une vérité. En revanche cela conduit à examiner les conditions et les contextes de son utilisation. Considérer l’acteur rationnel comme un bon outil d’analyse, en particulier dans le cadre d’une démarche compréhensive, n’oblige pas à adopter une lecture utilitariste de la société et conduit aussi bien à l’élucidation des diverses rationalités axiologiques (qui sont autant de « cités »).

20Ou bien discute-t-on de théories de la société ou du lien social, à moins que ce ne soit de théories sociales ? L’utilitarisme en est une, qui oscille entre la théorie (philosophique) du lien social, avec le paradoxe de l’égoïsme produisant du bien, du bonheur collectif et la théorie sociale qui exprime une vision du monde et entraîne des choix politiques. Ou encore, à la manière de Georges Gurvitch avec ses paliers en profondeur, des dimensions du fait social, ou des régularités anthropologiques.

21Le livre de Jacques Godbout se situe dans la tension entre ces différentes orientations, ce qui pourrait constituer une richesse, mais il n’assume pas cette tension, ce qui crée une certaine confusion.

L’ambiguïté du projet

22Faut-il y voir une cause ? Les ambiguïtés que l’on vient de souligner font écho au caractère paradoxal du projet. Celui-ci devient manifeste lorsqu’on lit la partie consacrée au don lui-même, ce qui d’ailleurs n’empêche pas qu’elle présente des analyses riches, originales, fortes qui seront ici laissées de côté. Ainsi toute la démonstration qui conclut que le don pur n’existe pas, que le don aux inconnus pose foule de problèmes et que les paradoxes du don d’organe ne se résolvent qu’en acceptant le don comme une force qui nous dépasse et dont nous sommes tous partie prenante.

23Jacques Godbout essaie de tenir sur un phénomène social (anthropologique) qui ne s’y prête pas un discours individualiste (au sens méthodologique du terme). À côté du paradigme de l’homo oeconomicus, avec l’intérêt, de l’homo aequalis avec la justice, il y aurait l’homo donator avec le don et sa réciprocité. On aurait là trois clés, trois cadres d’analyse pour expliquer (l’auteur ne dit pas comprendre) l’action. À chacune correspondent des systèmes d’action. Celui de l’homo donator repose sur un cycle du don qui ne s’arrête jamais et inscrit dans l’organisation sociale des figures diverses mais permanentes de la réciprocité. L’enjeu – ou l’un d’entre eux – de la démarche de Jacques Godbout est de produire une théorie individualiste de la communauté. En simplifiant, le don avec sa réciprocité obligatoire qui ne fonctionne pleinement qu’à l’échelle des groupes primaires – ce que le livre démontre avec nuances et de manière convaincante – serait la base réelle – non identitaire – des communautés : « Le fait que le tiers du don soit immanent permet de reconnaître l’importance de la dimension communautaire dans le don, mais débarrassée de sa dimension de contrainte extérieure à l’individu » (p. 288).

24Mais, en même temps, la théorie de Jacques Godbout met à mal l’intentionnalité de l’acteur, c’est-à-dire sa capacité d’initiative au moins dans l’attribution de sens à ce qu’il fait. En effet, le don primordial (celui de la vie) qui serait l’origine du cycle du don, la dette et tout ce qui en découle, définissent – pour rester dans le vocabulaire individualiste – un rapport de l’autre (ou de l’autrui généralisé) à soi et non de soi à soi, puis de soi à l’autre, que l’intentionnalité nécessite. La force de l’idée d’intérêt tient justement à ce qu’elle relève d’abord du rapport de soi à soi. Autrement dit, Jacques Godbout développe l’idée d’un acteur qui, pris dans le mouvement de la nécessité anthropologique qu’est la propension à la réciprocité, peut difficilement former des intentions. Or comment penser l’acteur sans intentions ? Pour la même raison – le caractère extérieur à l’individu de la logique du don – il peine à concevoir l’irrationalité ou tout simplement le rôle des sentiments, des convictions et des affects dans la formation de l’action.

25C’est ce qui fait la fragilité du livre et qui pourrait en faire la force. Les raisonnements les plus stimulants cheminent sur les crêtes dangereuses et les tensions que l’on constate dans ce livre, les paradoxes qu’il recèle et que l’on pourrait illustrer plus longuement, formeraient la trame d’un essai fort et stimulant, s’il prenait des libertés avec le style universitaire pour mieux rendre compte de ses contradictions et distinguer ce qui relève de la conviction philosophico-politique et ce qui appartient à l’analyse ou de la démonstration. Mais l’auteur a choisi la forme de la « somme », du livre de synthèse, quitte à y ajouter des chapitres qui auraient (ou avaient) fait de bons articles mais n’y trouvaient pas vraiment leur place. On regrette le court essai stimulant que cette somme étouffe.

26Vient alors une autre question : qu’est ce aujourd’hui qu’un bon livre sociologique ? Répondre oblige à prendre acte des nouveaux modes de diffusion des travaux scientifiques de base : les communications de colloques, les rapports de recherche, les articles où qu’ils soient parus deviennent faciles d’accès grâce à Internet. L’auteur d’un livre peut y renvoyer ses lecteurs. On croule sous l’information, les chercheurs ont appris les nouvelles ficelles du métier (celles qui permettent d’obtenir les évaluations positives), mais la capacité de construire des raisonnements de qualité s’étiole. Le rôle spécifique des livres n’est plus de diffuser des codes qui font déjà l’objet de trop de conformismes ou des informations déjà connues, mais de donner l’exemple de raisonnements cohérents et ambitieux, qu’ils soient fondés sur un travail de terrain, sur la théorie ou sur le décryptage du monde ambiant. Entre le jeu de la médiatisation, celui de l’affrontement et de l’inter-fécondation des disciplines, la nécessaire solidité des références, des données et des constructions, les exigences éditoriales de formats courts, certains, comme Jean-Claude Kaufmann en France, ont su inventer des modèles de livres nouveaux. Il reste encore beaucoup à faire.

Haut de page

Bibliographie

Karpik L. (2007), L’Économie des singularités, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Bourdin, « Un livre incertain »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 27 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.3494

Haut de page

Auteur

Alain Bourdin

Institut français d’urbanisme, Université de Marne-le-Vallée, France - bourdin@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search