Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2011Ce qui circule entre nous. Donner...L’invitation au don

2011
Ce qui circule entre nous. Donner, recevoir, rendre.

L’invitation au don

Discussion de l’ouvrage de Jacques Godbout, Ce qui circule entre nous. Donner, recevoir, rendre, Paris, Éditions du Seuil, 2007
Liliane Voyé

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de Ce qui circule entre nous. Donner, recevoir, rendre, par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3492.html et la discussion par Alain Bourdin à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3494.html

Texte intégral

1Le « grand résumé » que nous propose Jacques Godbout donne incontestablement envie de lire l’ouvrage en son entier. À mes yeux, deux aspects majeurs expliquent cette envie. Tout d’abord, il inscrit le don et dans la perspective plus globale du lien social et dans le contexte occidental contemporain. D’autre part, il montre la perversité tant d’une approche du don par la seule rationalité instrumentale que d’une réduction du don « pur » à son caractère unilatéral, excluant toute idée de réplique alors que, pour lui, celle-ci est pleinement constitutive du don. Il fonde cette hypothèse sur la réponse qu’il découvre à ce qui est pour lui la question centrale dans l’analyse du don : une interrogation sur ce que le don met en circulation. La lecture de ce résumé m’a suggéré certaines réflexions, alimentées par des faits, récents ou récurrents, qui me paraissent susceptibles de modestement falsifier (au sens de Popper) cette hypothèse.

Le mécène et le sponsor

2C’est un petit fait, datant d’il y a peu de temps, qui m’est venu le premier à l’esprit. Une association scientifique (autre que l’AISLF, dont je fais – aussi – partie), cherchait de l’aide pour financer un de ses Congrès. Via son université, le Secrétaire Général de l’époque eut la chance de trouver un « sponsor » ou plutôt un « mécène ». En effet, déniché par le vice-recteur, celui-ci qui, contrairement à certains de ses semblables, a d’emblée voulu rester anonyme pour l’association, refusait explicitement et catégoriquement la première désignation qu’il jugeait péjorative. Dans son esprit, le sponsor, intéressé, attend un retour alors que le mécène agit dans la gratuité. Un dictionnaire ordinaire met en exergue les différences qui, selon ses auteurs, séparent les définitions des deux termes. Un sponsor est celui, entreprise ou personne, qui « finance une entreprise quelconque dans un but publicitaire » tandis qu’un mécène est « la personne qui protège des écrivains, des artistes, des savants en les aidant financièrement ». Si, dans les deux cas, le financement est l’objet concret de l’action, la définition du sponsor arrête l’agir de celui-ci à ce financement alors que le mécène est réputé « protéger ». La relation qui s’instaure par le financement est ainsi présentée comme relevant de deux ordres : d’un côté, l’ordre matériel du marché, la stricte rationalité économique, que paraît estomper sinon annuler, de l’autre, un agir moral. Par ailleurs et toujours selon le dictionnaire, dans ces définitions le sponsor attend un retour et tant lui que le bénéficiaire ne sont pas nécessairement des personnes (il y en a, comme l’exemple cité, des sportifs, mais cela peut être également des entreprises) alors que la définition du mécène n’évoque pas de retour et présente mécène et bénéficiaire comme des personnes ou encore conçoit le bénéficiaire comme étant une activité hautement valorisée. En outre, le premier terme, d’origine anglo-saxonne, appartient au jargon du libéralisme économique moderne alors que le second ferait plutôt « vieille France ». Là encore, une double opposition latente : moderne/ancien et culture entendue soit au sens large, soit au sens restreint (les beaux-arts et la science). Certes, ce sont là des idéaltypes au sens de Max Weber mais on voit bien que, subrepticement, tout se passe comme si le sponsor ne pouvait prétendre à la noblesse du mécène. Et la noblesse de ce dernier serait d’autant plus grande que, lorsqu’il veut rester anonyme, le mécène n’entend pas être remercié – tout au moins directement puisque, dans le cas évoqué, les remerciements de l’Association lui ont été transmis par le vice-recteur, seule personne au courant de son identité.

3Mais peut-on en rester là, à cette idée de noblesse associée à la gratuité attachée au mécène ? Tout d’abord et à un niveau très pragmatique et quelque peu trivial, n’y a-t-il pas eu un certain retour financier à travers la déduction fiscale du montant du don que le mécène a pu demander ? Ensuite, tout en préservant, à une exception près, son anonymat, le mécène n’a-t-il pas reçu diverses gratifications (telles que des invitations à des manifestations académiques, des ouvrages et publications d’art…) de la part de l’université, reconnaissante du soutien apporté à un de ses membres éminents ? Et enfin, la satisfaction narcissique qu’a apporté au mécène le geste de donner et de s’en voir remercié n’est-elle pas une autre forme de retour et n’est-elle pas amplifiée par le secret qui, comme le dit Georg Simmel, rend inaccessible l’auteur du don et met en œuvre sa supériorité tandis que ce même secret peut griser l’autre, le bénéficiaire qui s’interroge sur la qualité de celui-ci, placé ainsi en situation d’exception : « c’est justement grâce à ce qu’il dissimule aux autres que le sujet doit apparaître comme particulièrement remarquable » (Simmel, 1991, p. 51) ?

4Il n’empêche, dans le cas évoqué, une différence me semble subsister : le sponsor s’affiche (au sens propre du terme !) et le mécène s’efface… Le retour, présent des deux côtés, n’est donc pas radicalement du même ordre, même si de part et d’autre, il comporte un aspect financier. En effet, le mécène est porté par le souci de développer un lien social qui dépasse la rationalité instrumentale pour prendre en compte ce qui est à ses yeux l’intérêt social, culturel, voire moral de l’activité qu’il entend aider (le mécène évoqué entendait en effet être mis au courant non seulement du bilan financier du Congrès qu’il avait aidé à mettre sur pieds mais aussi du contenu scientifique de celui-ci). La satisfaction dont il a fait part à l’intermédiaire (et qui conditionnait les aides ultérieures) est certes un retour mais un retour d’un autre ordre que simplement marchand (par ailleurs non absolument absent, on l’a dit) : il relève du registre moral contenu dans l’intention qui le colore de façon particulière et s’éloigne ainsi, sans l’exclure radicalement, de la domination du calcul qui, aujourd’hui, entend tout comptabiliser. Ainsi si le mécène, contrairement au sponsor, s’engage dans un « lien social voulu pour lui-même » (pour reprendre les termes de Jacques Godbout), celui-ci n’est pas pour autant engagé dans « un lien pur » c’est-à-dire sans retour, d’où toute instrumentalité serait, même inconsciemment, bannie. Mais l’argent qui circule dans l’un et l’autre cas diffère dans l’intention qui l’engage : but pour le sponsor, il est moyen chez le mécène. Peut-on toutefois s’arrêter là en ce qui concerne plus particulièrement le sponsor ? L’exemple du don transitant par de grandes opérations médiatiques est à ce propos éclairant.

Le don et les médias

5Dans tous nos pays, nous avons désormais l’habitude de voir organiser de grandes actions télévisées, genre Téléthon, visant à récolter de l’argent pour de « bonnes œuvres » : maladies orphelines, sida ou cancer, victimes d’un tsunami, d’un tremblement de terre ou encore d’une sévère inondation. Revenant périodiquement sur nos écrans, certaines de ces actions s’inscrivent désormais dans une sorte de « calendrier liturgique » de la bienveillance et de la compassion, rythmant l’année comme les fêtes traditionnelles. À ces occasions, dont le « Monsieur Loyal » est toujours une figure populaire du petit écran, sont conviées des « vedettes » – sportifs, chanteurs, acteurs – considérées comme les plus susceptibles de convaincre un maximum de téléspectateurs de donner et de contribuer ainsi à une « bonne action » collective. Le spectacle est haut en couleurs, mélangeant numéros de variétés, images de désolation et moments de présence fugace de victimes. Les sommes récoltées s’affichent sans interruption et leur montant grossissant est clamé sous les applaudissements du public présent tandis que, chez eux, les téléspectateurs suivent avec anxiété la progression des chiffres, les animateurs les incitant à espérer voir battus les records précédents. Outre qu’elles mettent en évidence les carences profondes de l’État-providence, de telles émissions ne peuvent qu’interroger sur la signification des dons ainsi récoltés. Qu’est-ce qui circule alors à travers ces dons, pour reprendre la question de Jacques Godbout et Alain Caillé ? Certes, de l’argent ! Mais pas seulement, loin s’en faut.

6Du côté des entreprises-sponsors, entendues au sens défini ci-dessus, l’argent est certes toujours le but ultime. Mais il est proposé en association immédiate avec une image moins unilatérale de soi, de l’entreprise. En donnant de l’argent pour l’une ou l’autre cause humanitaire, l’entreprise cherche à se dédouaner de l’image d’une rationalité économique rigide et refermée sur elle-même, en accompagnant celle-ci d’un geste censé révéler sa sensibilité aux problèmes du monde, sa capacité d’émotion face aux difficultés des personnes. Même s’il peut ne s’agir que de camouflage – ce qui n’est pas nécessairement le cas – l’intention est d’adoucir l’image, de l’humaniser en vue de gagner ou d’accroître une certaine sympathie du public, et par là, peut-être, d’augmenter les ventes. Mais il serait trop court de gommer le fait que ce qui circule ici, au-delà de l’argent, c’est le souci d’obtenir une évaluation positive que l’argent seul est loin de pouvoir radicalement donner. Au-delà des « affaires » qu’il entend réaliser, le sponsor manifeste son besoin d’une certaine reconnaissance morale, celle-ci fonctionnant peut-être comme une façon de « blanchir » de l’argent, aujourd’hui toujours suspecté d’être plus ou moins sale.

7Qu’en est-il du côté du grand public, spectateurs et téléspectateurs dont on attend qu’ils donnent « selon leurs moyens », comme il est suggéré (abusivement parfois car ce ne sont pas nécessairement les plus nantis qui donnent le plus !) ? Pour eux, l’argent donné n’est généralement pas central dans leur démarche. Deux choses me semblent à leurs yeux prioritaires. Tout d’abord et sans conteste, la sympathie (au sens premier du terme : souffrance avec) qu’ils éprouvent face aux maux et misères qui touchent leurs semblables et qui, dans un élan de solidarité, les poussent à donner. (On notera à ce propos que l’élan, comme le terme l’indique, est d’une durée généralement brève et que les semblables sont loin d’être tous égaux, les victimes du tsunami ayant par exemple suscité plus de solidarité que celles du tremblement de terre à Haïti). Mais cette sympathie n’est pas le seul facteur qui mobilise la générosité. Ce n’est en effet pas par hasard que des « vedettes » sont invitées à participer à de telles émissions. Leur présence, témoignant d’un engagement (plus ou moins ressenti) pour la cause concernée, joue comme un puissant ressort pour l’ouverture des porte-monnaie. En effet, spectateurs et téléspectateurs développent ainsi un sentiment de proximité et de complicité avec des personnes qu’ils considèrent comme porteurs de notoriété et de légitimité : ce que font celles-ci mérite d’être suivi et imité. Outre l’argent, ce qui circule ici c’est donc aussi la légitimation de modèles sociaux, la reconnaissance de personnes-références. Mais aussi le désir de créer avec elles des liens – virtuels – par le truchement de la participation, même distante, à une même action. Et le fait que, comme cela a été dit, ce ne sont pas nécessairement les mieux nantis qui donnent le plus, témoigne sans doute de ce besoin pour ceux-ci de saisir cette occasion de s’approcher de « notables » et de partager ainsi un peu de leur aura. Ainsi ce monsieur d’âge relativement avancé, manifestement issu d’un milieu très simple, qui, à chaque Téléthon, fait le tour des villages voisins du sien pour collecter de l’argent. À chaque maison, il s’introduit en disant : « Je suis Richard, de Modave (son village) », avançant ainsi son prénom comme moyen désormais suffisant de faire connaître le but de sa visite : le Téléthon et Richard sont associés ! Ce rôle de collecteur qu’il a choisi de jouer et qu’il assume avec zèle et régularité, a fini ainsi par le doter d’une identité dont il est fier, lui qui n’a sans doute jamais eu de métier susceptible de lui offrir une telle reconnaissance. Désormais, il est connu et reconnu comme le « meilleur collecteur » de la région !

8On le voit : les médias contribuent à modifier et à amplifier la gamme de ce qui, au-delà de l’argent, circule avec le don. Ils ont particulièrement pour effet d’élargir à chacun, même aux moins nantis, la possibilité d’être partie prenante d’actions de solidarité et, par là, de développer un sentiment d’identité fière à travers leur complicité avec des « notables ».

Le don et le temps

9Avec cet exemple de Richard, on touche au troisième point que me suggère le « grand résumé » de l’ouvrage sur le don que propose Jacques Godbout : le don et le temps. En effet, la gloire de Richard repose sur le don que fait celui-ci, de façon récurrente, d’un certain laps de son temps. À une époque et dans un contexte où l’on ne cesse de répéter que « le temps, c’est de l’argent », donner du temps paraît une hérésie aux fidèles de la rationalité économique tandis que d’autres y voient le comble du luxe. Cela m’a rappelé l’époque de mes grands-parents (il y a 40 ou 50 ans !) où les facteurs avaient le temps de bavarder quelque peu avec les habitants, particulièrement les plus âgés et les moins bien portants d’entre eux et parfois même de rendre à l’un ou l’autre d’entre eux un petit service. Ils recevaient en retour une tasse de soupe ou « une petite goutte ». Depuis, la rationalité économique conçue de façon bureaucratique a mis en place des systèmes de calcul des performances des facteurs (en Belgique, c’est le système « géo-route »…) qui ne leur permettent plus ce genre de « gaspillage » : ils sont contraints de desservir un nombre fixe de maisons en un temps imposé de travail, le contrôle de tout cela étant informatisé. En revanche, divers services spécialisés ont été mis en œuvre, qui ont chacun un objectif précis : télé-services pour écouter les personnes isolées ou en proie à l’un ou l’autre problème et leur parler, télésurveillance des personnes malades, services d’aide familiale pour les aider dans leurs courses ou dans l’accomplissement d’une démarche administrative… Et alors que le facteur n’était pas davantage payé pour ce genre d’attentions auxquelles il donnait gratuitement de son temps, les services ad hoc créés supposent des financements spécifiques. Rationalité économique à courte vue donc…

10Certes je caricature un peu les choses en les présentant comme reposant sur un mécanisme simple de cause à effet alors que tout cela, je le sais, est bien plus complexe. Il n’empêche : l’oubli ou plutôt le refus de laisser jouer les fonctions latentes d’une activité comme celle du facteur (mais comme bien d’autres aussi) entraîne des effets pervers pour la rationalité économique elle-même que de telles mesures entendent optimaliser. De plus – et c’est là que je veux en venir – une différence majeure distingue les deux situations. D’un côté, le facteur pouvait « donner » de son temps et les bénéficiaires recevaient cela comme un cadeau, ce qui valorisait les deux partenaires. Avec la rationalité économique qui calcule le temps méticuleusement et l’attribue à des actes scrupuleusement définis, le facteur se voit inscrit dans une liste de devoirs et les usagers, devenus des clients, s’énoncent comme porteurs de droits. On a donc complètement changé de registre, passant de celui du lien social conçu en soi spontanément (je ne dis pas pur) à celui du clientélisme programmé (je ne dis pas excluant tout lien social). Le rapport entre personnes est devenu un rapport entre fonctions. Et la valorisation ressentie dans la première situation a fait place, dans la deuxième, à un échange de devoirs et de droits, si étranger au don comme le souligne Jacques Godbout.

11Donner du temps, donner de son temps est cependant chose assez fréquente aujourd’hui. Que l’on pense à toutes ces personnes bénévoles qui, par exemple, assistent les patients dans les hôpitaux ou les visiteurs dans les musées, à celles qui visitent les malades ou les personnes âgées isolées dans des cliniques ou des homes, à celles qui font de l’alphabétisation pour les immigrés ou encore à celles qui s’engagent pour les « restos du cœur » ou pour créer des activités pour des jeunes de milieux défavorisés. On ne peut nier que ce type de bénévolat, comme tous les autres, suscite parfois des réactions négatives : ces personnes qui ont le temps de donner du temps n’appartiennent-elles pas à des milieux aisés et ne reproduisent-elles pas ainsi une forme de charité, manifestant par là les inégalités sociales sans les dépasser ? Et ce faisant, ne privent-elles pas d’emploi, en se substituant à elles, des personnes qui en auraient besoin ? Si ces questions sont pertinentes, elles n’en sont pas moins partielles et partiales. Non seulement parce qu’y répondre par l’affirmative et dès lors éventuellement refuser ce genre de services bénévoles ne résoudrait sans doute ni pleinement ni automatiquement les problèmes posés mais aussi parce que deux choses majeures transitent par le don du temps (comme c’est le cas de tout don mais peut-être plus encore lorsqu’il s’agit de donner du temps). Tout d’abord, comme le souligne Jacques Godbout, le don est une manifestation de la liberté de l’être humain, de sa capacité de choix qui fonde « l’incertitude essentielle du don ». Et dans une société qui place si haut la valeur unique de l’individu, le don du temps, avec la valeur marchande actuelle attribuée à celui-ci, peut apparaître comme un acte de rébellion face aux impératifs omniprésents de la rationalité économique. En outre, le don (du temps) exprime « une structure d’appartenance, immanente aux partenaires » que ne satisfait ni la justice axée sur l’égalité, ni l’État-providence reposant sur des droits et, comme le dit Jacques Godbout, renvoyant à un tiers. Le don naît d’une volonté individuelle que rien n’oblige si ce n’est la conscience du lien social et la permanente recherche de son entretien et de son développement. Ce qui circule ici c’est la liberté de l’individu et son engagement libre dans le tissage du lien social.


***

12Peut-être les cas de figures que je viens d’évoquer ont-ils doublé les propos et les exemples donnés par l’auteur dans son ouvrage. En insistant sur l’importance qu’il y a à s’intéresser à « ce qui circule » dans le don, Jacques Godbout a le grand mérite de mettre en avant le rôle (potentiel) d’une société civile elle aussi souvent occultée par la rationalité économique et qui risque parfois d’être stérilisée par un État-providence certes absolument indispensable, mais impuissant à rencontrer à lui seul tout ce que l’on pourrait en attendre. Ainsi la figure de l’homo donator s’impose-t-elle comme figure indispensable, à côté de celle de l’homo oeconomicus et de celle de l’homo aequalis.

Haut de page

Bibliographie

Simmel G. (1991), Secret et sociétés secrètes, Strasbourg, Éditions Circé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Liliane Voyé, « L’invitation au don »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 11 avril 2011, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3495 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.3495

Haut de page

Auteur

Liliane Voyé

Université catholique de Louvain, Unité d'Anthropologie et de Sociologie Collège Leclercq, Belgique - dobbelaere.voye@skynet.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search