Navigation – Plan du site
La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec

Grand résumé de La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Québec, Presses de l’université Laval, 2010.

Suivi d’une discussion par Dominique Méda et Diane-Gabrielle Tremblay
Daniel Mercure et Mircea Vultur

Notes de la rédaction

La discussion par Dominique Méda est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3504.html et celle par Diane-Gabrielle Tremblay à l’adresse : http://sociologies.revues.org/index3505.html.

Texte intégral

1Issu d’une vaste étude réalisée au Québec, ce livre poursuit deux grands objectifs. D’abord, repérer, décrire et analyser les ethos contemporains du travail dans le contexte d’émergence d’un nouveau modèle productif de type postfordiste qui s’inscrit dans l’esprit libéral actuel, caractérisé par la domination du marché comme régulateur principal de nos sociétés ainsi que par la montée de nouvelles formes d’individuation. Ensuite, examiner l’arrimage des types d’ethos du travail repérés avec les principales caractéristiques des idéologies et pratiques managériales propres au nouveau modèle productif défini sur la base des formes de gestion de la production, d’organisation du travail et de mobilisation professionnelle.

2La démarche de recherche a suivi un itinéraire ponctué de trois étapes. Dans un premier temps, une enquête par questionnaire auprès d’un échantillon statistiquement représentatif de la population active du Québec nous a permis de repérer six formes générales d’orientation au travail fondées sur le degré de centralité du travail et sa finalité principale. Dans un deuxième temps, l’analyse d’entrevues en profondeur menées auprès de travailleurs nous a conduits à distinguer, de manière plus substantielle et plus fine, différents types d’ethos du travail. Par ethos du travail, nous entendons l’ensemble des valeurs, des attitudes et des croyances relatives au travail qui induisent une manière de vivre son travail au quotidien. Adossés à des ethos de vie, les ethos du travail sont circonscrits sur la base de plusieurs dimensions : d’abord, la valeur accordée au travail, soit l’importance que revêt le travail dans la vie et la nature des rapports entre la vie de travail et la vie hors travail ; ensuite, les valeurs associées au travail, à savoir la finalité principale et les différentes finalités secondaires attribuées au travail, les liens complexes entre celles-ci, de même que les aspirations considérées sous l’angle du travail idéal ; enfin, les attitudes à l’égard des normes managériales dominantes, plus spécifiquement le degré d’adhésion aux normes, la nature du rapport à celles-ci ainsi que les formes d’implication au travail. Dans un troisième temps, nous avons effectué une analyse transversale des types d’ethos du travail afin de mettre en relief les changements culturels dont ils sont des révélateurs et d’analyser les schèmes de valeurs et d’attitudes dont ils sont porteurs au regard des principales dimensions du nouveau modèle productif, à savoir : 1) la flexibilité comme logique d’entreprise ; 2) la dynamique de mobilisation et de contrôle fondée sur l’implication subjective au travail et l’autonomie responsable ; 3) la nouvelle GRH axée sur le développement des compétences et la logique de l’employabilité. Notre objectif était d’évaluer dans quelle mesure les schèmes de valeurs et d’attitudes qui caractérisent les types d’ethos du travail sont en phase ou non avec les nouvelles idéologies et pratiques managériales.

Les ethos du travail

3Nos analyses nous ont conduits à mettre au jour un certain nombre de tendances générales au sein de la société québécoise. Trois nous semblent dignes de mention. La première concerne l’importance du travail dans la vie des individus. Il s’agissait de vérifier la thèse, de plus en plus répandue, selon laquelle le travail est une valeur en déperdition. Cette étude montre qu’il n’en est rien. L’affirmation selon laquelle le rapport au travail est de plus en plus banalisé et dévalorisé ne correspond pas à la réalité observée. Ajoutons que la grande importance accordée au travail se conjugue avec la présence d’une forte éthique professionnelle, ce qui contredit plusieurs clichés relativement à une désaffection des travailleurs à l’endroit du travail et des objectifs poursuivis par les employeurs.

4La deuxième tendance observée porte sur la place du travail dans la vie au regard des autres sphères d’existence. Le travail constitue-t-il le pivot de l’identité des travailleurs, le cœur de leur ethos de vie ? Notre étude montre qu’en dépit de la grande importance que revêt le travail, on ne saurait pour autant conclure que le rôle professionnel constitue le pivot de la vie et de l’identité des individus. C’est plutôt la quête d’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée qui est revendiquée ou vécue avec une très grande intensité. Il s’agit d’une tendance lourde, clairement exprimée par la majorité des travailleurs, qui préside souvent au choix d’emploi et qui constitue un idéal de vie. La grande majorité des travailleurs ne construisent pas leur identité prioritairement à partir de leur rôle professionnel : ils l’affirment en milieu de travail, comme ailleurs au demeurant, ou encore ils l’édifient de manière équilibrée sur la base de leur rôle professionnel comme des autres rôles qui meublent leur existence.

5La troisième tendance a trait à la signification du travail. Il s’agissait pour nous de vérifier si la signification principale accordée au travail est, non pas uniquement fondée, mais inscrite dans la nature même de l’expérience vécue au travail. Au découpage classique, qui oppose la signification instrumentale, axée sur la finalité matérielle et économique, à la signification expressive, réduite dans plusieurs études à la quête de réalisation de soi au travail, nous avons substitué un mode de classement qui s’appuie sur deux grands regroupements de finalités principales accordées au travail : économique et expérientielle.

6Dans le cas du premier regroupement de significations, le travail est, de façon dominante, un outil de l’« avoir » en ce que sa signification principale ne se réfère pas prioritairement à la nature de l’expérience vécue au travail. Le travail est plutôt un moyen d’atteindre des finalités d’« être » à l’extérieur du travail, c’est-à-dire un moyen d’échange matériel, ce qui correspond effectivement au principe classique de l’instrumentalité économique. Dans le cas du deuxième regroupement de significations, il s’agit de finalités diversifiées, mais qui ont en commun d’être prioritairement centrées sur la nature même de l’expérience vécue au travail, sur la substance de la pratique, que la finalité prioritaire du travail concerne le contenu explicite des tâches, l’activité globale ou encore le cadre relationnel dans lequel celle-ci s’exerce. Dans tous les cas, la signification première du travail réside dans la nature de ce qui est fait et de ce qui est vécu au travail. Ainsi considéré, c’est près de 60% des travailleurs québécois qui inscrivent la finalité principale de leur travail dans la nature même de l’expérience vécue, ce qui remet en question la thèse selon laquelle nos sociétés, marquées par un vaste procès d’individuation, ne considèrent le travail que comme un « résidu de vie utile » sans signification substantielle, simple outil de l’« avoir » en vue d’atteindre des finalités d’être à l’extérieur du travail. De telles observations tendent aussi à confirmer en partie la thèse relative au développement de valeurs postmatérialistes dans nos sociétés, du moins dans le champ du travail.

7Tout au long de nos analyses, nous avons dégagé six ethos du travail fondés sur la définition de soi et de la place du travail dans la vie, soit trois types à dominante expérientielle (le professionnaliste, l’égotéliste et l’harmoniste) et trois à dominante économique (l’autarcique, l’utilitariste et le résigné). En résumé, pour le professionnaliste, le travail est le principal lieu de construction identitaire et de développement de soi ; pour l’égotéliste, un lieu non pas de construction, mais d’affirmation de son individualité, de ce qu’il est, tandis que pour l’harmoniste, le travail est une expérience subsidiaire qui contribue à l’équilibre identitaire par le développement de relations sociales enrichissantes au travail et la participation à l’espace public. Le travail, vu sous l’angle du statut de travailleur qu’il procure et en tant que garant de l’indépendance économique et de l’autonomie personnelle constitue pour l’autarcique le vecteur principal de la définition de soi, alors que pour l’utilitariste, le travail est une composante signifiante et hautement négociable d’un mode de vie qu’il finance ; enfin, chez le résigné, on décèle un refus d’être défini par la sphère professionnelle dont il retire peu : le travail n’a guère d’autres visées que celle de favoriser le financement de projets extérieurs au travail porteurs de sens auxquels il s’identifie.

8L’étude montre que les différents types d’ethos du travail se comprennent, dans une très large mesure, à la lumière des conditions et des possibilités objectives du travail, au premier rang desquelles se trouvent la situation professionnelle concrète des individus, le statut d’emploi, le contenu et les conditions de travail, de même que l’histoire professionnelle.

Les attitudes à l’égard des normes managériales

9Quelles sont les attitudes des travailleurs envers les principales normes managériales dominantes, notamment en ce qui a trait à l’engagement moral envers le travail et l’employeur, à l’adhésion aux nouveaux objectifs de flexibilité et à l’investissement de ressources personnelles aux fins du travail ? Par l’examen du degré d’adhésion des travailleurs aux normes en question, structurées sur la base d’un type idéal construit selon la vision des gestionnaires, nous avons tenté de voir comment les travailleurs les interprètent et dans quelle mesure ils intériorisent le discours gestionnaire contemporain ancré dans un nouvel esprit libéral et dont les trois priorités sont la valorisation du travail, la quête de flexibilité et la mobilisation de la subjectivité des travailleurs.

10Ce sont les normes relatives à l’engagement envers le travail et les objectifs poursuivis par les employeurs qui suscitent le plus haut niveau d’adhésion des travailleurs. En revanche, celles relatives à l’investissement en ressources personnelles aux fins du travail suscitent une adhésion nettement moins prononcée. De manière générale, le taux d’adhésion des travailleurs québécois aux nouvelles normes managériales apparentées au postfordisme est élevé. Par exemple, on constate une forte adhésion aux nouvelles exigences de polyvalence, ainsi que l’acceptation des principes de la rémunération au rendement et de la responsabilité individuelle en matière de sécurité d’emploi et d’avenir professionnel… La prégnance de telles attitudes chez plus de 65% des travailleurs témoigne de la remise en question d’importants piliers traditionnels du rapport salarial fordiste, ce qui est de nature à susciter une vive inquiétude dans le monde syndical.

11En fait, à des degrés variables, les attitudes et les valeurs des travailleurs semblent de plus en plus en adéquation avec les attentes des entreprises et les normes managériales propres au nouveau modèle productif. Les entreprises trouvent sur le marché du travail une main-d’œuvre dont certes l’investissement en ressources personnelles aux fins du travail n’est pas acquis, mais qui est néanmoins fortement engagée envers le travail et disposée à œuvrer à l’atteinte de leurs objectifs d’efficacité productive ; aussi, une main-d’œuvre plus facilement adaptable à leurs besoins de compétitivité et à leurs multiples exigences de flexibilité. Un nouveau contrat social implicite semble émerger, orienté par la nouvelle idéologie managériale qui pénètre de plus en plus profondément les consciences, idéologie qui trouve un écho plus fort chez les catégories de travailleurs privilégiés du point de vue de la nature des emplois occupés.

Les ethos du travail analysés sous l’angle des changements culturels et structurels contemporains

12Cette étude soulève aussi la question de la singularité historique des types repérés, ainsi que celle de la nature des changements culturels et structurels dont ils sont des révélateurs.

13Sous des formes variables et à des degrés divers, les différents types d’ethos du travail révèlent la présence d’un vaste procès d’individuation : effritement de schèmes d’attitudes et de valeurs qui érigeaient la collectivité au titre de grande finalité de l’agir au travail, comme si le travail avait été délesté de ses significations de solidarité et de devoir envers la société ; déclin des valeurs d’utilité sociale ; quête très accentuée d’équilibre entre la vie au travail et la vie privée ; émergence de nouveaux principes de sens qui se manifestent tant dans le rapport à la vie professionnelle que dans celui à la vie privée. Par exemple, la quête d’autoréalisation et d’épanouissement personnel revêt une grande importance ; celle-ci se manifeste tantôt primordialement ou de façon complémentaire dans la vie au travail, tantôt dans la vie hors travail, par choix ou par dépit, selon des modalités multiples en fonction de la position professionnelle et de l’histoire professionnelle. En outre, le sujet individuel adhère fortement au principe de l’autodétermination ainsi qu’à la quête d’authenticité dans ses différentes manières d’agir et dans ses rapports sociaux ; il est à la recherche d’une adéquation entre ses valeurs personnelles et son comportement au quotidien. Le travail est ainsi de plus en plus investi par des valeurs d’autodétermination et d’autoréalisation, d’authenticité et d’équilibre de vie, à partir desquelles il est jaugé et jugé, apprécié ou dénigré. De telles valeurs ont des incidences importantes sur la manière de penser sa vie au travail et le travail dans sa vie.

14Conclure que des traits culturels de cette nature, associés à une plus grande individuation, s’inscrivent en rupture de ban avec les grandes idéologies managériales qui ont cours ne nous semble pas exact, tant s’en faut. En effet, les divers traits culturels évoqués ci-dessus entretiennent plutôt un rapport d’« affinité élective » avec le nouvel esprit libéral. Ils correspondent aux schèmes d’attente institutionnelle et au « caractère social », ou encore à la personnalité de base, souhaités par les entreprises qui constituent le fer de lance du nouveau modèle productif, du moins dans les sphères du travail qualifié qui font de plus en plus appel à l’individualisation du travail, à l’implication subjective des travailleurs, ainsi qu’à leur potentiel de créativité. À notre sens, il n’est pas exagéré de soutenir que la quête d’une plus grande réalisation de soi, d’authenticité et d’autodétermination est en accord avec l’esprit libéral contemporain et le modèle de travail jugé le plus susceptible de favoriser une performance économique accrue. L’individu entrepreneur de sa vie sied bien à une dynamique entrepreneuriale qui fait de l’investissement subjectif au travail, de l’autonomie responsable et de l’esprit d’initiative la principale source de valorisation du capital. Évidemment, tous les types d’ethos du travail ne s’inscrivent pas pour autant, ou encore avec la même intensité, dans une telle perspective et la vie privée, en raison de la forte revendication formulée par les travailleurs à un meilleur équilibre entre celle-ci et la vie de travail, résiste aux injonctions visant à accroître l’investissement des ressources personnelles aux fins du travail.

15Pour l’essentiel, l’analyse globale des types sous le prisme des trois principales dimensions du nouveau modèle productif indique que ce sont les ethos de la professionnalité et de l’égotélisme qui s’inscrivent avec le plus d’emphase dans les tendances novatrices du nouveau modèle postfordiste, alors que d’autres, tels l’ethos de l’autarcie et surtout celui de l’utilitarisme, constituent des figures héritières de l’ancien mode de fonctionnement fordiste en transformation, soit des ethos caractérisés par une position critique à l’endroit des nouvelles normes managériales et un esprit de revendication collective plus affirmé et que d’autres encore se trouvent à la marge du modèle dominant, notamment les ethos de la résignation, produit de l’exclusion et de l’harmonie, marqué par la quête de plus de temps libre.

Des ethos du travail en phase avec le nouveau modèle productif

16De fait, ce sont les ethos de la professionnalité et de l’égotélisme qui sont le plus en symbiose avec les nouvelles pratiques et idéologies managériales, plus spécifiquement en ce qui concerne les exigences de flexibilité, les nouvelles formes de mobilisation au travail ainsi que la nouvelle GRH axée sur le développement des compétences et l’employabilité. Les travailleurs apparentés à ces ethos sont porteurs du nouvel esprit du capitalisme. Leur conception expérientielle du travail, leur adhésion aux diverses attentes de flexibilité, leur grande implication au travail, de même que leurs réponses favorables aux demandes de mobilisation des subjectivités individuelles dans le procès de production, en vue soit de développer leur professionnalité, soit d’affirmer leur individualité au travail, font d’eux des travailleurs en phase avec le modèle productif contemporain. Ces traits sont particulièrement accusés chez le professionnaliste, lequel est au sommet de la hiérarchie professionnelle. Sa quête d’autonomie et de responsabilité professionnelle, son identification à la communauté professionnelle, son rapport fusionnel entre sa vie privé et son activité de travail, son désir de réalisation de soi au travail, son adhésion aux nouvelles logiques de flexibilité ainsi que sa forte implication au travail constituent un idéal pour les entreprises qui s’inscrivent résolument dans le nouveau modèle productif.

17C’est toutefois l’ethos de l’égotélisme qui est le plus important et le plus porteur au Québec. Cet ethos s’inscrit aussi dans la ligne directrice des nouvelles normes managériales, mais avec un peu moins d’intensité que ce n’est le cas chez le professionnaliste, et surtout avec une différence notable : le travail est plus un lieu d’affirmation de son identité que de construction de celle-ci, sans pour autant que l’identité personnelle se dissocie du rôle professionnel. Chez le travailleur qui souscrit à ce type d’ethos du travail, l’implication subjective dans le procès de production est élevée ainsi que le désir de réalisation de soi, mais l’expressivité revendiquée au travail le particularise : il s’agit d’un ethos du travail novateur selon lequel les sphères d’affirmation de son individualité sont équilibrées et imbriquées. La nature du rapport expérientiel que l’égotéliste entretient avec le travail recèle une tendance culturelle de grande amplitude : animé par un désir de réalisation de soi dans les différentes sphères de vie, il n’est pas disposé à accorder au travail la primauté dans son échelle de valeurs, même si celui-ci revêt une grande importance, surtout du point de vue de son contenu. Il s’emploie plutôt à s’accomplir personnellement aussi bien dans sa vie professionnelle que dans les autres rôles qui meublent son existence.

18En fait, l’ethos de l’égotélisme est un puissant révélateur des transformations sociales en cours. Il témoigne de l’effet conjugué des changements culturels récents, marqués par la culture du « moi », le désir de réalisation de soi-même et la quête d’épanouissement et des nouvelles réalités du monde du travail, caractérisées par l’accroissement des exigences de flexibilité et de mobilisation des subjectivés individuelles aux fins de l’activité productive. C’est ainsi que ce type d’ethos, qui regroupe le plus grand nombre de travailleurs au Québec (36,7%), exprime fort bien les changements des dernières décennies : il révèle avec une grande clarté les marques des entrelacs évolutifs entre les faits de culture et les faits de structure qui, en s’amalgamant au cours des dernières décennies, ont engendré, par affinités électives, les principaux traits de caractérisation du nouveau modèle productif. Tout compte fait, il est l’expression concrète de la nouvelle figure d’ethos dominant de notre époque, celui de l’« individualisme qualitatif », qui affirme les qualités uniques du sujet attentif à l’expression de sa personnalité « authentique » et « autonome » en quête d’épanouissement personnel, arrimé à l’esprit libéral contemporain au cœur du nouveau modèle productif. Un nouveau modèle productif qui instrumentalise les besoins de réalisation de soi, mais qui doit affronter les résistances qu’occasionne le désir d’équilibre entre la vie professionnelle et la vie privée, résistances qui tracent des limites de plus en plus difficilement franchissables au grand dam des injonctions des gestionnaires qui visent à accroître l’investissement de ressources personnelles aux fins du travail.

19De quel avenir du travail est porteur l’ethos de l’égotélisme ? Certes, un tel schème de valeurs et d’attitudes comporte un potentiel critique à l’endroit de certaines exigences du nouveau modèle productif, surtout sur le plan de la défense de la vie privée au nom de l’équilibre entre la vie de travail et la vie hors travail. Toutefois, l’essentiel de ses revendications, qui mettent de l’avant le droit à un travail qualifiant et à la réalisation de soi au travail, s’inscrivent dans les schémas institutionnels dominants, plutôt que dans la perspective d’une remise en question des assises des nouvelles dynamiques managériales comme c’est le cas chez l’utilitariste. En outre, sur la base de sa vision du monde, qui érige le moi en valeur suprême, l’égotéliste entretient des liens d’appartenance ténus avec les collectifs de travail, tout en ayant une conception expérientielle du travail et une forte implication subjective dans l’activité productive ; il fait sien le principe d’être l’entrepreneur de lui-même et de son avenir professionnel et, de surcroît, il exprime ses revendications par la voie personnalisée de la transaction subjective, qui s’inscrit fort bien dans les nouveaux modes de mobilisation au travail. L’égotéliste participe pleinement de la nouvelle idéologie du travail, laquelle a su conjuguer les changements culturels et structurels récents aux fins de la valorisation du capital. Il constitue la figure de proue de notre monde, celle qui marquera vraisemblablement l’avenir de nos sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Mercure et Mircea Vultur, « Grand résumé de La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, Québec, Presses de l’université Laval, 2010. », SociologieS [En ligne], Grands résumés, La Signification du travail. Nouveau modèle productif et ethos du travail au Québec, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3503

Haut de page

Auteurs

Daniel Mercure

Département de sociologie, Université Laval, Québec, Canada – daniel.mercure@soc.ulaval.ca

Articles du même auteur

Mircea Vultur

Institut national de la recherche scientifique du Québec (INRS Urbanisation, Culture et Société), Québec, Canada – mircea.vultur@ucs.inrs.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page