Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2011Les partenariats de rechercheChercheurs et militants peuvent-i...

2011
Les partenariats de recherche

Chercheurs et militants peuvent-ils être des partenaires ?

L’exemple français du Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux
Can researchers and activists be partners? A French example of the Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux
Michel Chauvière et Bruno Duriez

Résumés

Dans cet article, les auteurs relatent la naissance d’un dispositif de recherche partenarial et analysent comment il s’est structuré sur différents plans : contractuel, organisationnel et méthodologique. Ils exposent ensuite ce que ce résultat doit à une socialisation réciproque, entre coopération et conflits d’interprétation. Puis ils présentent diverses difficultés rencontrées et les solutions trouvées pour que cette coproduction reste effective à tous les stades du processus – de la définition des thèmes des journées d’étude à l’écriture des Cahiers – incluant l’organisation pratique et la fabrication des livres. Enfin, ils notent qu’une des conditions de réussite d’un tel partenariat interactif et contractuel est sans doute qu’il était exclusivement centré sur la production de connaissances historiques, sans visée transformatrice, quoique non sans effets sur la représentation des organisations actuelles de leur propre histoire.

Haut de page

Texte intégral

1En sociologie comme en histoire du temps présent, les acteurs sont invités à rapporter une expérience, à décrire une relation, à rendre compte d’un événement vécu individuellement ou collectivement ou, tout simplement, à raconter leur vie (Bertaux, 1997). Avec certaines techniques, comme l’entretien non directif, le sujet est convié par le chercheur à une introspection personnelle (Michelat, 1975). Dans l’histoire orale, les acteurs ou les témoins d’événements passés font part de leurs souvenirs ; leurs propos sont alors consignés et deviennent autant d’archives orales complétant les documents écrits ou iconographiques de l’époque (Chauvière & Duriez, 1992 ; Descamps, 2006). Cependant, ces différentes méthodes, largement éprouvées, visent toujours à constituer un matériau dont le chercheur, avec ses outils propres, fera son miel en l’absence de l’acteur.

2D’autres approches tentent de dépasser cette coupure entre acteurs et chercheurs. C’est ainsi que dans certains dispositifs, des acteurs, souvent de haut rang, sont invités à donner leur témoignage devant un public de chercheurs et de pairs qui les interrogent, leur demandant d’apporter des précisions sur les événements évoqués mais aussi sur leur disposition d’esprit à l’époque. Le caractère public de cette parole lui donne déjà un autre statut.

3Dans la sociologie d’intervention, promue par Alain Touraine et son équipe, les acteurs d’une lutte sont invités, avec l’aide des chercheurs, à analyser leur pratique afin de pouvoir orienter celle-ci (Touraine, 1978 ; Wieviorka, 1984).

  • 1  Même si le dispositif s'en rapproche, il ne s'agit pas de sociologie de l'intervention (Uhalde, 20 (...)

4L’exemple présenté dans ces pages s’inspire de ces méthodes (et d’autres), tout en s’en distinguant (Chauvière & Duriez, 1984) 1. Sa particularité est d’inviter les acteurs non seulement à témoigner de leur expérience passée mais aussi à s’associer aux chercheurs dans une entreprise commune, au cours de laquelle tous les aspects du travail sont pris en charge par les chercheurs et par les acteurs, dans un partenariat au long cours. Le projet est donc de partager et de construire des connaissances, non de transformer la réalité sociale, si ce n’est les représentations de l’histoire.

5C’est sur cette base que, vingt-quatre années durant, le Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux (GRMF) s’est consacré à la sociohistoire d’un ensemble d’associations qui, dans le sillage de l’Action catholique des jeunes (notamment de la Jeunesse ouvrière chrétienne – JOC), ont émergé en France durant les années 1940 et 1950. Ces mouvements ont alors occupé une place importante, mais mal connue, tant parmi les organisations ouvrières que dans la sphère de l’action familiale, telle qu’elle se présentait à l’époque. Ainsi se découvre notamment le Mouvement populaire des familles (MPF), qui fut un véritable creuset, entre 1941 et 1950, d’organisations nouvelles et de militants.

  • 2  Les mouvements populaires comme les mouvements ruraux ont une visée globale mais ils se réfèrent à (...)

6À la fin des années 1930, comme dans plusieurs autres pays, la Belgique, le Canada, entre autres, des mouvements d’Action catholique spécialisée de jeunes (JOC, Jeunesse agricole catholique – JAC, etc.) ont donné naissance en France à différents mouvements d’adultes : du côté populaire, la Ligue ouvrière chrétienne (LOC) qui deviendra le MPF puis, après une scission, le Mouvement de libération du peuple (MLP) et le Mouvement de libération ouvrière (MLO) ; du côté rural, la Ligue agricole catholique (LAC) qui deviendra le Mouvement familial rural (MFR) et, plus tard, Chrétiens en monde rural (CMR) 2.

7Dans leur prétention à couvrir l’ensemble du champ de l’« action hors travail », les mouvements souches ont été conduits à créer plusieurs nouvelles organisations, soit pour assurer la représentation des familles dans tous les secteurs de la vie sociale et économique (Associations familiales ouvrières – AFO, Associations familiales rurales – AFR) (Chauvière, 2006), soit pour leur apporter des services comme l’aide familiale à domicile, des maisons de vacances, etc. Les organisations de cette mouvance ont ensuite connu plusieurs avatars qui ont contribué, souvent avec d’autres, à de nouvelles créations dans différents domaines : un mouvement d’Action catholique d’adultes, l’Action catholique ouvrière (ACO) ; un parti politique, le Parti socialiste unifié (PSU) (Kesler, 1990) et, parallèlement, l’Association pour la démocratie et l’éducation locale et sociale (ADELS) (Tétard, 2003) ; des associations d’éducation populaire, comme l’Institut de culture ouvrière (ICO) devenu le Centre de culture ouvrière (CCO) fondu avec le MLO dans Culture et liberté ; Loisirs vacances tourisme (LVT) ; des organisations de défense des familles, des consommateurs ou des usagers comme la Confédération syndicale des familles (CSF), la Confédération nationale des associations populaires familiales (CNAPF), devenue la Confédération syndicale du cadre de vie (CSCV), puis Consommation, logement et cadre de vie (CLCV) et, chez les ruraux, Familles rurales, l’Aide à domicile en milieu rural (ADMR), etc. L’action de toutes ces organisations a eu également de nombreux débouchés institutionnels et professionnels. Il y a là une étonnante arborescence, bien difficile à saisir dans sa totalité.

  • 3  Pour une présentation complémentaire du GRMF : Chauvière & Duriez (1994).

8Le GRMF, quant à lui, est né en 1982 dans un contexte d’ouverture de la politique scientifique à l’ensemble de la société (Bezes et al., 2003). Les États généraux de la recherche convoqués fin 1981 ne sont pas étrangers à l’intérêt porté par quelques chercheurs à la sociohistoire de certaines associations et à une réalisation en étroite collaboration avec les personnes concernées, a priori non initiées aux règles et aux mœurs de la recherche scientifique, des « profanes », si l’on peut dire 3.

9En réalité, ce qui semble avoir principalement motivé les chercheurs les plus actifs au sein du Groupement, c’était l’intérêt tout à la fois humain et cognitif de travailler avec des femmes et des hommes autrefois très fortement impliqués dans diverses organisations sociales et aujourd’hui non seulement intéressés par ce qui restera de leur militantisme collectif, mais également soucieux de transmission aux générations suivantes et prêts à y passer du temps. En acceptant ainsi, sous certaines conditions, une collaboration originale mais risquée avec des chercheurs professionnels, on peut penser rétrospectivement qu’ils en attendaient aussi une forme de reconnaissance publique autant qu’académique.

10La contribution qui suit se propose, dans un premier temps, de rapporter les conditions externes et internes dans lesquelles cette collaboration a été possible et comment elle s’est structurée notamment aux plans organisationnel et méthodologique, ces deux aspects étant en l’espèce fortement liés. On clarifiera ensuite les enjeux de cette démarche et les formes données à ce qu’il faut bien considérer comme une socialisation réciproque, tant les chercheurs et les militants ont beaucoup appris les uns des autres au fil de ce cheminement cognitif partagé. On donnera quelques exemples pour montrer comment concrètement et aussi dans quelles limites cette coproduction efficace a pu fonctionner, avant d’examiner quelques hypothèses susceptibles d’expliquer la longévité et la fécondité de ce montage.

Les étapes de la construction d’un projet commun

  • 4  Les notations suivantes sont plus amplement développées dans Chauvière & Duriez (2000a). Rapidemen (...)

11Deux rencontres sont à l’origine de cette initiative. La première est intervenue entre deux sociologues, chercheurs du CNRS, s’intéressant l’un et l’autre aux mouvements familiaux populaires, mais pour des raisons différentes, quoique potentiellement complémentaires : le militantisme du cadre de vie pour l’un (Bruno Duriez), l’action familiale pour l’autre (Michel Chauvière) 4. La seconde s’est faite, à peu près au même moment, entre ces deux chercheurs et un groupe d’anciens militants du MPF. Parvenus à l’âge de la retraite, ces derniers s’étaient réunis joyeusement pour évoquer leur passé commun et se préoccuper matériellement de sauvegarder leurs archives. De ces deux rencontres devait naître une collaboration de plus de vingt-quatre ans !

12Du point de vue des anciens militants, pas de doute, le GRMF est la suite logique de leurs réunions amicales. Du point de vue des chercheurs, c’est un peu plus compliqué. Pour la petite histoire, c’est à l’issue d’une simple interview sollicitée par l’un d’entre eux que, dans le contexte qui vient d’être rappelé, sont nés le projet et la proposition d’un travail en commun. La stratégie de recherche s’est élaborée en plusieurs temps. À l’origine, officiellement, il s’agissait simplement de réunir anciens militants et chercheurs au cours d’une journée d’étude pour essayer de faire revivre les « belles années » du MPF – un tel projet était évidemment le plus facile à négocier avec nos partenaires. Au-delà, il s’agissait aussi d’amener à se rencontrer et surtout à se confronter, avec une ambition nettement plus critique, ceux de ces acteurs les plus disposés à un travail de remémoration, quels qu’aient été leurs trajectoires, voire leurs conflits passés – ce qui était déjà beaucoup moins facile à négocier ; mais plusieurs anciens se sont vite pris au jeu. À un niveau plus heuristique, nous voulions par cette voie essayer de mieux comprendre les enjeux, les rhétoriques et les non-dits de pareilles pratiques sociales organisées, tout à la fois catholiques, ouvrières et familiales, dans le contexte chaotique des années 1940 et 1950 (fin de la Troisième République avec son Code de la famille et de la natalité françaises de 1939 (Chauvière & Bussat, 2000), entrée en guerre et Occupation, régime de Vichy, collaboration, création de l’Union nationale des associations familiales (UNAF), Résistance, Libération, reconstruction, grèves de 1947, progressisme chrétien et sa condamnation par l’épiscopat, guerre froide, etc.).

  • 5 Sur l’histoire du temps présent et l’IHTP : Rousso (1998, pp. 50-52 et 72-75).

13Sur ces bases, une toute première séquence commune a eu lieu en juin 1982, sous la forme de deux journées d’étude dans les locaux de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) 5. Sur l’initiative des chercheurs, cette première séance avait d’ailleurs été ouverte par Jean-Pierre Rioux, alors historien en ces lieux ; ce qu’on peut considérer comme une façon d’imposer un style de recherche et de limiter les risques de la simple commémoration, sans toutefois en exclure le plaisir des retrouvailles. Chaque séquence de cette journée était introduite par des exposés de chercheurs et d’anciens militants sur des points d’histoire particuliers.

14L’objet proposé était volontairement très large et peu problématisé. Il était notamment convenu que la période à examiner – dans l’attente des premiers témoignages spontanés – devait être située entre la naissance de la LOC, au milieu des années 1930 et la fin des années 1950, sans aller plus loin. On se situait donc avant qu’une fraction de ces militants ouvriers, catholiques et familiaux, ne rejoigne le PSU à sa naissance en 1960, via l’Union de la gauche socialiste (UGS) et l’on avait également le souci de ne pas privilégier une seule branche dans la large diaspora des anciens militants. On retrouvait d’ailleurs pour cette toute première rencontre des militants certes issus du même creuset, le MPF, mais qui s’étaient engagés par la suite soit au sein du Mouvement républicain populaire (MRP), soit au PSU, soit dans des organisations familiales ou culturelles (le plus grand nombre), soit encore au sein du Parti communiste français, la plupart ayant eu une expérience syndicale longue (principalement dans la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC) qui deviendra la Confédération française démocratique du travail (CFDT), ou dans la Confédération générale du travail (CGT). Nous nous sommes par la suite globalement tenus à ces limites temporelles. En cela, nous avions le souci de préserver une certaine unité d’action et de valeurs, à vrai dire le temps d’une même génération.

  • 6  En profitant de la parution alors toute récente de l’ouvrage de Joseph Debès (1982).

15Le succès et surtout l’importance des questions soulevées lors de ces premières journées ont alors presque naturellement entraîné, d’un côté comme de l’autre, le souhait de publier les actes et surtout le projet de renouveler l’opération les années suivantes en suscitant d’autres participations. Nous insistions alors, nous chercheurs, pour que ce soit avec la même technique de croisement organisé des données et des analyses entre chercheurs et acteurs. Plutôt que de faire une histoire linéaire, suivant la chronologie, le parti a donc été pris de choisir, pour les rendez-vous ultérieurs, des questions sensibles comme la déconfessionnalisation du mouvement (1946-1950) 6, puis la traversée du régime de Vichy. Ce qui fut facilement admis.

16Dans le même temps, pour trois raisons principales, il est apparu nécessaire de doter ce programme de recherche d’un statut adapté à son objet et à sa méthode encore embryonnaire. Nous sentions en effet qu’il nous fallait formaliser le projet en lui donnant une assise juridique et une capacité financière autonome – ce qu’apportait la création d’une association ad hoc – fixer par ce moyen la nécessité d’une méthode de travail entre partenaires, avec l’espoir de la faire progresser et, enfin, créer symboliquement un lieu tiers, extérieur à la fois à nos laboratoires et aux organisations militantes. C’est dans ces conditions qu’à l’instigation des chercheurs, une association dite « Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux » a été fondée dès 1982. Celui-ci se donnait comme finalité de permettre une production commune, en y associant toutes les parties intéressées. C’est d’ailleurs pourquoi, outre les chercheurs et les anciens militants, nous avons alors imaginé associer au Groupement les mouvements actuels les plus concernés, en présumant chez eux d’un intérêt suffisant pour leur propre histoire. Ce qui n’était pas si simple : dans toutes les organisations la maîtrise du récit des origines reste en effet un enjeu politique de première importance. Ceci étant, leur appui actif a été acquis dès le début. Nous sommes d’ailleurs convenus que certains responsables nationaux de ces organisations seraient également associés à cette entreprise de recherche.

17Au demeurant, c’était bien là une sorte de « contrat de connaissance », pour reprendre la formule valorisée en 1982 dans le rapport de Maurice Godelier (Godelier, 1982) et non une quelconque prestation ni un simple effort de mémoire. D’où l’idée, également très importante, que, pour atteindre un tel objectif, il fallait nécessairement partager plus que la recherche elle-même et notamment intégrer les tâches d’organisation générale, de préparation des journées d’étude, d’écriture et de fabrication des livres, logiquement suivies de la valorisation des résultats et de la diffusion des volumes. Une recherche complète en quelque sorte.

Éléments de la mise en œuvre

  • 7  Semblable objectif se retrouve également dans le champ politique. À ce sujet : Fromentin & Wojcik (...)

18Pas plus qu’elle ne se programme, une telle convergence d’intérêts ne se réalise facilement. Si l’on veut dépasser la classique division du travail intellectuel entre spécialistes et non-spécialistes ou profanes 7 et si l’on veut, comme dans l’expérience du GRMF, associer à la recherche les uns et les autres, chacun de sa place et avec son point de vue propre, alors une méthode adéquate mais souple et forcément ajustable s’avère indispensable. Dans notre cas, nous avons tâtonné et expérimenté diverses façons de faire avant de fixer la méthode que nous avons fini par définir comme interactive et contractuelle (Chauvière & Duriez, 2000a et 2000b).

19La formule est fondée avant tout sur un principe général d’équilibre des capacités et des contributions entre chercheurs et acteurs, mais elle intègre aussi une part indispensable de négociation pour sa mise en œuvre. Au demeurant, il faut rappeler une fois encore que la coproduction de travaux analytiques, la coédition et la co-diffusion de plusieurs volumes historiographiques originaux, qui constituent le résultat le plus tangible de notre travail commun, n’ont cependant jamais été préconçus ni proposés en de tels termes. C’est progressivement, au fur et à mesure de nos échanges, parfois marqués par des incompréhensions réciproques, que les principaux aspects méthodologiques ont été arrêtés.

20On peut brièvement caractériser cette voie de la façon suivante. À la différence de méthodes proches (histoire orale, appel à de grands témoins, biographies et récits de vie, etc.), il ne s'agissait pas de faire appel à une série de témoignages et de les traiter extérieurement aux acteurs concernés. Il s'agissait de réduire autant que possible la coupure entre observateurs et observés pour obtenir une compréhension plus riche des tenants et aboutissants des pratiques militantes. Pour ce faire, nous avons privilégié dans un premier temps le croisement et la confrontation des récits, ainsi que leur rapprochement avec les archives en cours de rassemblement et cela systématiquement en groupe. Mais la gestion de la confrontation entre archives écrites et mémoire orale nécessite beaucoup de doigté.

21Les ressources mobilisées pour ce travail au long cours ont donc été de deux ordres : des propos recueillis le plus souvent lors de journées d’étude, quelquefois dans des interviews individuelles ou dans des travaux d’investigation complémentaires pour la préparation de certains cahiers, le plus souvent par les chercheurs et des archives écrites progressivement reconstituées et classées par les uns et par les autres. Certains travaux menés hors GRMF par des chercheurs (ainsi la sociologie des militants d’une organisation – Chauvière, Duriez, 1985) de même que des autobiographies librement écrites par certains anciens sont aussi venus abonder le travail collectif.

22Il n’existait pratiquement pas d’archives concernant les faits auxquels nous nous sommes intéressés, exception faite des revues (dépôt légal). Il nous a donc également fallu faire œuvre d’archivistes et toujours de manière conjointe. Pour cela, le fonds initial, constitué sous la responsabilité de Georges Tamburini, par des anciens de la première heure, s’est progressivement enrichi de nombreux dépôts personnels ou en provenance des organisations. Mais beaucoup de pièces, celles concernant les réunions ou les manifestations par exemple, avaient disparu. Sauf cas d’espèce, la vie militante ne se soucie guère de la conservation des détails (la date d’une réunion, par exemple). De même, il y avait peu d’archives iconographiques et encore moins d’archives sonores.

  • 8  Après un débat difficile, sur la qualification du fonds ainsi constitué (entre histoire ouvrière, (...)
  • 9  Cette question n’est traitée qu’indirectement dans le Cahier du GRMF n°6, celui-ci étant davantage (...)

23Au demeurant, les archives orales, notamment les interviews individuelles ou collectives réalisées et surtout les enregistrements et les décryptages des journées d’étude nationales ou régionales, compensent certaines lacunes du corpus écrit 8. On recueille ainsi ce que les acteurs, du moins ceux qui acceptent de témoigner aujourd’hui (c’est une des limites de l’approche), ont gardé en mémoire des enjeux et des conditions subjectives d’hier. C’est peu, c’est indirect, mais c’est cependant irremplaçable. En outre, au cours de ces journées, le travail de mémoire se faisant collectivement, dans la confrontation et, si nécessaire, en réaction à des faits attestés par les archives écrites, nous avons pu souvent observer une bonne stimulation générale et souvent même un approfondissement des remémorations. Cependant, le questionnement sur la part d’implication personnelle ou familiale à l’époque a suscité quelques réticences chez des anciens militants qui ne comprenaient pas bien l’importance pour la compréhension de leur engagement passé de ces aspects selon eux purement privés 9. Il en était de même quand étaient évoqués les effets de leurs engagements sur leurs trajectoires personnelles.

24Au total, si les objets de recherche ainsi constitués ont été multiples, il faut y voir des constructions problématiques successives négociées autour d’un même axe de préoccupation : les origines, les motivations, les formes d’organisation et le devenir de militants issus de l’Action catholique spécialisée collectivement engagés dans les luttes ouvrières et dans les stratégies des organisations familiales au milieu du XXe siècle (Chauvière, 2006). Pour simplifier, disons que cette interrogation axiale s’est trouvée déclinée de trois manières principales :

    • 10  Le Cahier 14 contient également un bilan à plusieurs voix de toute l’aventure du GRMF avec des con (...)

    la question générale (Cahier 1) a d’abord nourri de nombreux approfondissements thématiques comme la déconfessionnalisation du MPF (Cahier 2), les contradictions de la période de Vichy (Cahier 3), déjà cités et la presse (Cahier 4), mais aussi les femmes militantes (Cahier 6), l’action des squatters de 1946 pour le droit au logement (Cahier 7), les services et le droit des usagers (Cahier 11), la scission de 1951 (Cahier 9), les stratégies de formation (Cahier 10 et 14 10) ;

  • nous avons également abordé trois situations locales : le Nord-Pas-de-Calais (Cahier 5), le Lyonnais (Cahier 12) et les Bouches-du-Rhône (Cahier 13) ;

  • enfin, à des fins comparatives, nous avons analysé le cas de militants issus aux mêmes dates de la JAC, leur mise à l’épreuve sous Vichy et leurs stratégies dans le champ familial naissant (Cahier 8 et diverses contributions réparties dans plusieurs Cahiers).

  • 11  Une organisation internationale des MPF a existé. Sur la LOC canadienne, voir Collin, 1996 ; sur l (...)

25Le souci d’établir des comparaisons avec ce qui se passait dans d’autres pays n’a pas été absent (la LOC québécoise, le MPF suisse, le MPF belge) mais la même méthode ne pouvait pas être utilisée. Quelques repères ont pu néanmoins être établis 11.

26Bien que la coproduction affichée n’ait été effective et pleinement assumée que dans quelques cas et ait été plus difficile dans quelques autres, en vingt-quatre ans, cette stratégie de recherche en pleine association a finalement permis de produire quatorze cahiers, plus un index général dans la série des Cahiers du GRMF, soit environ 4 300 pages, avec une diffusion variant entre 500 et 1 500 exemplaires chaque fois.

27L’approche de ces mouvements est importante pour une compréhension non seulement des formes de certaines mobilisations collectives pendant les années 1940 et 1950, mais aussi des enjeux de l’action publique dans le champ social et familial. C’est bien pourquoi nous, chercheurs, leur avons consacré autant de temps et d’efforts. La méthode suivie, avec ses limites, nous a permis d’accéder à une meilleure connaissance de ce qui fait lien entre les acteurs en réseaux et les institutions et de mieux comprendre la force de ce lien dans et pour l’action collective, soit une connaissance bien difficile à atteindre autrement.

28L’observation de la façon dont sont revécus et reconstruits les conflits enrichit considérablement la saisie d’une culture sociopolitique. En l’espèce, s’agissant d’une culture principalement héritée de l’Action catholique spécialisée (JOC et JAC), qui se caractérise notamment par un rapport ambivalent et parfois impossible avec le politique (Chauvière, 2001), notre méthode a permis de dépasser les approches caricaturales courantes et de situer à sa juste place l’apport social, économique et culturel des militants qu’elle a imprégnés et ses contradictions.

Une communauté brisée - Regards croisés sur la scission MLP/MLO de 1951
Plus que tout autre, le travail collectif sur ce conflit a mis à l'épreuve la méthode partenariale du GRMF : comment aborder rétrospectivement avec les protagonistes des deux bords un moment aussi délicat et passionnel dans la vie d’une organisation qu’une scission ? Le premier résultat de ce travail est dans l’adoption négociée d’une méthode adéquate à l’objet et aux risques encourus, qui a permis d’en parler avec distance, d’objectiver un maximum de données et d’éviter la réitération de certains conflits (sans toutefois y parvenir totalement). Le second résultat, c’est la réalisation d’un ouvrage à plusieurs voix, qui présente tout à la fois des éléments d’analyse acceptés par tous et d’autres faisant encore l’objet de controverses. Enfin, troisième résultat, c’est un apport à l’histoire et à la sociologie des crises, trop souvent analysées à froid, sans les acteurs concernés.

29Partant, cette méthode efficace a révélé aussi quelques problèmes de type épistémologique, des problèmes que nous avons tenté d’identifier avec nos partenaires et d’inclure dans la démarche générale, sans toutefois toujours y parvenir.

Une socialisation réciproque

30Pour avancer dans une telle direction, il faut tout d’abord que les anciens éprouvent de l’intérêt pour ce type d’entreprise et donc que l’identification des acteurs aux groupes étudiés ait été et demeure suffisamment forte. Il faut aussi que le sens donné à la lecture du passé soit encore aujourd’hui à leurs yeux un enjeu et que l’écriture soit considérée par eux comme un moyen nécessaire et fiable de travail et de communication. D’ailleurs, certains d’entre eux, invoquant la priorité de l’action présente, ont refusé de se prêter au jeu. Pas toujours définitivement !

  • 12  Les actions de résistance à l’occupant (1940-1945) ou les condamnations judiciaires de militants s (...)

31Pas étonnant qu’au long de ce programme de recherche, les difficultés d’objectivation aient été nombreuses. Avoir été acteur donne des certitudes et peut conduire à l’illusion contemporanéiste (« j’y étais, donc je sais ») ou encore à la glorification des luttes passées 12, attitudes qui ne facilitent guère l’analyse. Il est vrai aussi que, de manière générale, le contexte de l’action est plus facilement oublié que son détail. Enfin persiste, notamment dans les rencontres, une pudeur sur la vie privée et la subjectivité des acteurs qui empêche d’accéder à certains ressorts de l’engagement.

  • 13  Au sujet de la « mémoire historique » : Halbwachs (1925). Sur la mémoire militante : Lavabre (1994 (...)
  • 14  L’action menée sous le régime de Vichy amène facilement à de tels comportements. Ainsi, telle mili (...)

32En outre, si le témoignage des contemporains est toujours précieux, aucun acteur n’a le monopole de la connaissance des faits ni a fortiori de leur signification. Les rétrospectives ne sont jamais que des reconstructions, avec les risques connus de la sélection inconsciente, de la survalorisation ou, au contraire, de la minimisation de certains faits ou de certaines significations 13. La peur du jugement porté sur l’action passée conduit parfois au plaidoyer ou à l’évacuation de certains événements 14. De surcroît, les participants à la démarche sont par définition des volontaires et donc ne peuvent constituer un échantillon (dont la population mère serait d’ailleurs impossible à identifier).

  • 15  Nous reprenons ici la position de Marc Uhalde (2008) s’appuyant lui-même sur Didier Vrancken (Kuty (...)
  • 16  Les participants constituaient un groupe à géométrie variable, de niveaux de responsabilité les pl (...)

33Pour dépasser ces difficultés, il faut donc admettre et faire admettre une pluralité des points de vue et, par conséquent, la nécessaire mise en question des interprétations globales. Dans ce processus de coproduction des analyses, les participants doivent rester conscients du caractère incomplet de la connaissance 15. Les acteurs impliqués dans le travail d’histoire au sein du GRMF n’ont pas toujours accepté facilement ce parti pris pluraliste, dont les chercheurs avaient le souci, jusqu’à solliciter individuellement des anciens réticents 16. Si la vie militante est riche de valeurs et marquée par le prosélytisme, au risque d’attitudes plus ou moins dogmatiques, le travail de recherche relève au contraire d’une éthique de la connaissance plus relativiste, jamais achevée, impliquant la critique continue des sources et des interprétations. La plupart des incompréhensions entre nous ont trouvé leur origine dans cette différence. Mais la médiation et le questionnement du chercheur ont aussi parfois permis de la dépasser.

34L’objectivation des faits, le récit des événements et le vécu des acteurs ne se conjuguent jamais simplement. La tentative ambitieuse d’accéder, par cette voie collective nécessairement lente, au niveau de l’interprétation réfléchie des causes et des conséquences de certains événements, n’a pas toujours abouti. Mais les résultats obtenus la valident. Plusieurs des Cahiers du GRMF peuvent être considérés comme plutôt réussis à cet égard.

35Le passage par l’écriture fait aussi partie de la socialisation réciproque. Cette contrainte a permis à plusieurs anciens de dépasser une culture largement orale, héritée de leur période militante. Plusieurs d’entre eux cependant, notamment les responsables nationaux, avaient l’habitude de l’écrit, qu’il s’agisse de la rédaction des documents de congrès, de rapports, d’articles destinés aux revues du mouvement (témoignages, projets, bilans). Le GRMF exigeait toutefois un autre type d’écriture, plus analytique et autrement argumentée.

36Inversement, la longue fréquentation de militants intéressés à reconsidérer ensemble leur passé commun ou conflictuel a permis aux chercheurs de se sensibiliser à des variables généralement absentes dans les analyses scientifiques, s’agissant notamment des données plus relationnelles (liens affectifs, réseaux invisibles, part d’incertitude ou de volontarisme dans l’action, etc.) et de tenter de les intégrer dans l’analyse puis dans l’écriture des résultats.

37Au demeurant, le traitement de ces difficultés ayant été globalement fructueux sur de nombreux points, au fil de ces années de compagnonnage, certains anciens des mouvements concernés – pas tous – ont changé significativement non leur façon de voir le monde, mais leur façon d’en rendre compte, notamment grâce à cette forme d’écriture. Ils ont accepté la nécessité de la réflexion collective sur les conditions et la validité de ce type d’ouvrage. La relecture de ces textes par les autres anciens et par les chercheurs les a amenés à étayer leur point de vue ou à le modifier.

Comment analyser une crise avec les protagonistes ?

38Un riche exemple est fourni par l’approche de la scission intervenue en 1951 au sein du MLP et ayant donné naissance au MLO. Comment aborder avec ses protagonistes (du moins avec certains d’entre eux) les tenants et aboutissants, les enjeux explicites et les raisons plus implicites d’un tel moment de crise dans une organisation très compacte ? Comment, en l’espèce, faire œuvre de connaissance, de manière aussi complète que possible, en gardant cette co-construction avec les acteurs des deux bords ? Comment dépasser la confrontation des justifications ex-post ?

39Pour y parvenir, vu l’importance du ressenti quarante ans après les faits – ce qui nous a beaucoup étonnés – nous avons dû inventer une démarche originale, à vrai dire une manière de contourner l’obstacle. C’est ainsi qu’au lieu de tenter d’analyser directement la scission avec ceux qui l’avaient vécue ou subie, au risque de réactiver des clivages non cicatrisés, nous sommes finalement convenus de la nécessité d’un comité des méthodes. Ce qui revenait à évoquer les mêmes faits douloureux, mais au travers d’une approche au deuxième degré recevable par toutes les parties : « compte tenu de ce que nous sommes devenus les uns et les autres, comment s’y prendre pour parler de ce qui nous a séparés un jour, en laissant aux chercheurs le droit d’aborder de manière plus oblique et parfois même intempestive les faits dont nous nous souvenons les uns et les autres ? »

40Sur la base de cet accord, un travail tout en dentelle a été conduit pendant plus de deux années jusqu’à la publication d’un nouveau Cahier intitulé par respect pour la démarche : « Une communauté brisée. Regards croisés sur la scission MLP/MLO de 1951 ». Sur cette question des plus sensibles qui soient, le détour par un accord méthodologique a finalement été fécond, malgré la réitération des conflits idéologiques dans le groupe des participants et même quelques défections bruyantes au cours de ces deux années. Le Cahier n° 9 constitue à cet égard un résultat extrêmement riche mais complexe, mêlant des points de vue divergents, parfois contradictoires, sur certains faits et sur leur signification a posteriori. Pour cette raison sans doute, il est difficilement abordable pour qui n’a pas participé à cette histoire ou à la démarche d’analyse.

41Les ouvrages sur les femmes militantes (Cahier 6), sur les actions squatters (Cahier 7) ou sur les services (Cahier 11) ont emprunté peu ou prou les mêmes modalités, avec des variations dues à l’objet et aux caractéristiques du groupe d’ancien(ne)s militant(e)s impliqué(e)s. Notons encore que plusieurs Cahiers ont été soit préfacés soit postfacés par une personnalité extérieure au programme, mais bonne connaisseuse à un titre ou un autre (politique, disciplinaire, militant) du champ concerné, comme s’il fallait contrebalancer les difficultés internes par un forme de validation symbolique externe. Ce choix venait d’ailleurs des chercheurs plus que des anciens qui n’en ont pas toujours compris la nécessité, mais s’y sont facilement ralliés.

La bataille des squatters
Dans le second lustre des années 1940, le MPF lance à Marseille puis dans toute la France une campagne de squattages de logements vides qu'il attribue à des mal-logés. S'ensuivent des poursuites judiciaires, des condamnations, parfois aussi des acquittements. Le but de ces actions est d'obtenir des pouvoirs publics l'application de l'ordonnance du 11 octobre 1945 prévoyant la réquisition de logements inoccupés. Dans ces actions illégales, à forte charge symbolique, l'exigence morale de militants chrétiens l'emporte à la fois sur le respect de la loi protégeant la propriété et sur la justification théologique de celle-ci. Le mouvement a plusieurs effets : la mise en œuvre de l'ordonnance, notamment par la régularisation des squats, la radicalisation des positions du MPF dans un contexte politique de haute tension et l'exacerbation des conflits internes au mouvement lui-même. Dans ces actions on trouve les prémisses d'un droit au logement par la jurisprudence et une référence pour des actions qui seront menées en France cinquante ans plus tard.

42Finalement, la plus grande différence est bien d’ordre épistémologique. Acteurs et chercheurs, nous n’avons pas les mêmes rapports aux faits évoqués, ni par voie de conséquence à la manière de les faire revivre, de les reconstruire et d’en conserver la trace écrite (sachant que la trace matérielle, autrement dit l’archive, ne pose pas tout à fait les mêmes problèmes). Spontanément, la contemporanéité des anciens avec les faits peut paraître leur paraître suffisante pour qu’ils les rapportent et qu’ils en imaginent le sens. Mais nous, chercheurs, savons professionnellement qu’il n’en est rien. Avec une méthode beaucoup plus problématique, il est vrai plus ou moins appliquée selon les disciplines (davantage en sociologie, moins en histoire), les faits doivent être reconstruits pour exister et l’accent mis sur des méthodes adaptées à cette reconstruction. D’où notre nécessaire inventivité en matière de dispositif de recherche, de manière à aller au-delà de la classique journée d’étude et surtout de dépasser la division sociale du travail intellectuel qu’elle implique et qu’elle fige le plus souvent.

Trois interrogations

43Bien d’autres groupements pour la recherche on tenté et continuent de tenter d’aller dans cette direction (Vie sociale, 2004). Sans préjuger de ses qualités scientifiques, comment expliquer la réussite du GRMF ?

Nommer les partenaires ?

44Dans cette expérience, les non chercheurs n’étaient pas définis par nous, les chercheurs, ni implicitement ni encore moins explicitement, comme des profanes, c’est-à-dire par leur différence plus ou moins invalidante avec ce que nous sommes censés être, savants ou experts. Ils étaient avant tout considérés selon leurs ressources et leurs capacités propres, notamment leur aptitude présumée à s’engager dans un tel processus avec toutes ses exigences. On pourrait donc les définir comme des partenaires, bien que ce mot n’ait jamais été utilisé en interne, alors même qu’il était en train de devenir très à la mode dans l’action publique modernisée. À vrai dire, nous parlions principalement et simplement d’« anciens » ou d’« anciens militants » ou, à l’extérieur, spécialement dans le champ académique, d’« acteurs ». Et cela suffisait bien.

45Reste à savoir comment eux-mêmes, les anciens, se sont nommés au cours de ce travail. Nous pouvons écrire à ce sujet qu’ils n’ont guère changé leurs façons de voir et que la qualité de « militant » est certainement leur principal commun dénominateur, tant subjectivement que dans les transactions avec nous, au sein du GRMF. Durant ces vingt-quatre années de grande proximité, c’est ce mot qui a fait le plus souvent et le plus facilement l’unité entre eux, par-delà les différences de leurs choix politiques, syndicaux, associatifs, durant les années 1940 et 1950 et ensuite. C’est aussi pourquoi ils n’avaient explicitement nul besoin de se voir reconnaître la qualité de chercheur, même pas pour le chemin parcouru ensemble. Il y aurait même, de notre part, quelque outrecuidance à penser qu’ils pouvaient le souhaiter.

La force d’un contrat équilibré, respectueux des différences

46Dans cette expérience partagée, le contrat qui n’a jamais eu de caractère marchand mais est demeuré de type coopératif, peut être examiné sur trois plans : l’engagement ou l’implication de chacun, la reconnaissance réciproque des intérêts différents des uns et des autres et l’invention d’instruments idoines pour durer. Même si on peut toujours différencier a posteriori les chercheurs, les anciens, les organisations, l’engagement dans le cadre du GRMF est resté individuel, chacun n’impliquant que lui-même. Cette activité n’était pas gratuite, elle concernait aussi des carrières dans la recherche ou dans l’enseignement pour les uns, des enjeux de reconnaissance ou d’image de soi pour les autres, des investissements en moyens et en temps ainsi qu’une responsabilité politique pour tous. Pour durer, la recherche entreprise en commun impliquait la création d’un certain nombre d’instruments ad hoc, tels qu’une problématique décalée, parfois critique, ou l’obligation pour tous d’en passer peu ou prou par l’écriture. En dépit des inégalités qui ont subsisté jusqu’au bout et des effets de l’avance en âge au sein du groupe, les engagements ont pu ainsi demeurer formellement égaux tout au long du processus. Ajoutons que les éléments constitutifs de ce contrat, globalement plus moral que juridique, n’ont jamais été des préalables mais qu’ils ont au contraire été précisés ensemble, de façon orale et écrite, progressivement.

47Concrètement, le contrat a permis que s’organisent au mieux les conditions matérielles des situations d’interaction, afin qu’elles soient satisfaisantes, confiantes et fécondes et surtout qu’elles perdurent. Les journées d’étude thématiques ont constitué l’élément de base du dispositif, mais il faut également relever la place du bulletin interne. Celui-ci a facilité la confrontation polyphonique des points de vue, d’autant qu’en l’espèce, les relations des parties pouvaient être conflictuelles. Certains sujets, comme la traversée de Vichy, la déconfessionnalisation ou la scission de 1951, étaient effectivement difficiles, voire douloureux, pour plus d’un participant.

48Finalement, le contrat a été tout à la fois un moteur pour la recherche mais aussi un précieux outil de management collectif. À cet égard, la vie associative exigeante à laquelle ces militants sont aguerris par expérience et pour laquelle ils sont généralement beaucoup plus sourcilleux que les chercheurs, a révélé sa vraie force régulatrice. En outre, au plan des contenus, par la démultiplication des procédures interactives, orales et écrites, le contrat a sans doute rendu possible une pratique historique plus totale, à plusieurs voix, produite et assumée tout à la fois de façon collective et dans le respect des différents points de vue exprimés. Dans les moments les plus productifs du GRMF, il existait une bonne synergie entre les positions occupées, les attentes exprimées et les compétences révélées des uns et des autres.

La part d’un habitus commun

49À titre d’hypothèse, on peut aussi estimer que ces convergences fécondes n’étaient pas dues au hasard et qu’elles étaient liées à une culture suffisamment proche entre la majorité des chercheurs et les acteurs impliqués. C’est là que peut intervenir l’hypothèse d’un habitus catholique commun, tant il est vrai que bon nombre des chercheurs engagés dans l’aventure intellectuelle du GRMF, étaient eux aussi, peu ou prou, les héritiers de ce rapport au monde spécifique. D’ailleurs, on ne s’intéresse pas aussi intensément aux militants catholiques, ouvriers et familiaux, sans quelques sérieuses raisons, en partie refoulées.

  • 17  De nombreux témoignages et travaux montrent d’ailleurs que la postérité de cette formation est lar (...)
  • 18  Ce qui se traduit dans le MPF puis le MLP par un rapport équivoque au progressisme chrétien (Tranv (...)
  • 19  Ces valeurs pour l’action ne sont pas sans évoquer pour partie le concept d’empowerment mis à l’or (...)

50Chez ces militants catholiques largement marqués par la JOC, la contribution à la défense des familles ouvrières mais aussi à la construction sociale du champ familial, ou « familialisation du social » (Chauvière, 2003) 17 se fait à partir des années 1940 et 1950 grâce à des outils relativement originaux pour l’époque, dans un contexte particulier d’émancipation du laïcat face au pouvoir clérical et de tensions avec le communisme 18. C’est dans ce contexte que doit s’apprécier la valorisation des approches empiriques. On retrouve ces traits dans l’importance donnée à l’enquête sociale et aux règles de l’observation sur le terrain dans la tradition de la sociologie empirique initiée par Frédéric Le Play (Kalaora & Savoye, 1993) puis revue et transformée par Louis-Joseph Lebret dans Économie et Humanisme (Pelletier, 1996). Ils s’incarnent encore dans la pratique de l’analyse collective avant l’action, avec la règle méthodologique exigeante de l’Action catholique : « voir, juger, agir ». C’est pourquoi des militants socialisés de la sorte dès leurs engagements de jeunesse, valorisant des méthodes empiriques de compréhension du monde, soucieux des plus modestes et des compétences populaires 19, s’ils ne sont pas sociologues au sens académique, n’en sont pas moins introduits très tôt à un raisonnement de type sociologique, dialectisant habilement le local et le global (ou sociétal), l’individuel (souvent familial) et le collectif (de classe), etc. (Chauvière, 1996).

51Cependant, paradoxalement à moins que c’en soit la preuve, l’une de nos difficultés fut d’intégrer la dimension religieuse, passée l’étape officielle de la déconfessionnalisation du mouvement (Cahier n°2), alors même que dans leur majorité les anciens militants restent jusqu’à ce jour des chrétiens convaincus et pratiquants.

Conclusion

  • 20  Cette mise en vedette de militants souvent oubliés nous a notamment conduits à rejoindre l’entrepr (...)

52Finalement, avec cette curieuse méthode qui a réussi, vingt-quatre ans durant et malgré l’avance en âge de tous, à tenir en haleine scientifique quelques chercheurs, sociologues et historiens, associés à un groupe d’anciens militants, pour produire au final quinze ouvrages originaux, s’est constitué un apport historiographique conséquent sur une mouvance mal connue et surtout mal située dans les approches sectorielles courantes (chrétiens sociaux, monde ouvrier, champ familial, féminisme, action sociale, etc.) 20.

53Au plan méthodologique, grâce au souci que nous avons eu d’intégrer les anciens militants dans tout le processus cognitif, avec des hauts et des bas, le dispositif a permis d’analyser du dedans les ressorts, les représentations et certains enjeux de ces actions collectives singulières. Ces résultats proviennent non seulement de l’histoire reconstituée mais aussi de l’histoire revécue et notamment de l’approche des conflits rendue possible par la méthode. Celle-ci nous a conduits à aller plus loin dans la compréhension du rapport au monde des acteurs, au-delà de l’action officielle des organisations.

  • 21  Au demeurant, la propriété de ce résultat reste affaire commune. Ce qui n’est pas dans l’air du te (...)

54Ce résultat est-il totalement satisfaisant eu égard aux objectifs que nous avons cherchés à mettre en œuvre dans ce qu’ils avaient de plus utopiques : à savoir partager le travail autant que les résultats ? Si nous avons, tout au long de ces années, tant bien que mal réparti entre nous les tâches intellectuelles et matérielles (de la conception à la réalisation, sans oublier la gestion), avons-nous pareillement réussi à mutualiser les résultats et le sens de nos efforts 21 ? Il y aurait sans doute eu moyen d’aller plus loin. Mais, comme nous l’avons souligné, il faut toujours une conjonction de conditions pour que ce type de méthode puisse être utilisé et la forme de la production issue de la recherche ne la rend pas toujours aisément accessible à ceux qui y sont étrangers.

  • 22  Par exemple : Bussat (2003) ; Horn (2008) ; Wanderley (2010).

55Quoi qu’il en soit, s’appuyant sur les travaux du GRMF, les chercheurs impliqués ont été conduits pour leur propre compte à poursuivre le travail engagé (par exemple Chauvière, 1996 ; Duriez, 2001 ; Dermenjian & Thébaud, 2009…). De leur côté, les organisations ont pris en compte, à leur façon, les résultats du travail collectif dans leur façon d’écrire leur histoire. L’œuvre commune a également eu un effet d’entraînement chez certains anciens militants qui, à leur tour, ont pris la plume pour écrire leur propre histoire. Enfin, d’autres que nous ont déjà tiré certaines leçons méthodologiques ou se sont appuyés sur les résultats de cette recherche menée en partenariat par des chercheurs et des militants 22.

Haut de page

Bibliographie

Barreyre J.-Y. & B. Bouquet (2006), Dictionnaire critique de l’action sociale, Paris, Éditions Bayard.

Bertaux D. (1997), Les Récits de vie, perspective ethno-sociologique, Paris, Éditions Nathan.

Bezes  P. et al. (dir.) (2003), L’État à l’épreuve des sciences sociales. La fonction recherche dans les administrations sous la Ve République, Paris, Éditions La Découverte.

Bussat  V. (2003), Les « Familiaux »: genèse d’un groupe d’acteurs en 1913 et consolidation institutionnelle sous la Quatrième république, Thèse de sociologie, Université Paris 1-Sorbonne.

Capuano C. (2009), Vichy et la famille. Réalités et faux-semblants d’une politique publique, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Chauvière M. (1996), « Le monde de l’action catholique spécialisée : techniques sociales et ambivalences face à la professionnalisation », dans Cohen Y. & R. Baudouï (dir.), Les Chantiers de la paix sociale (1900-1940), Fontenay-aux-Roses, ENS Éditions Fontenay/Saint-Cloud, pp. 157-165.

Chauvière M. (2001), « 1945, les contradictions de l’entrée du MPF en politique », dans Duriez B. et al. (dir.), Chrétiens et ouvriers en France, Paris, Éditions de l’Atelier, pp. 230-244.

Chauvière M., (2003), « Savoirs associatifs dans la familialisation du social : les mouvements familiaux », dans Lochard Y. & M. Simonet-Cusset (dir.), L’Expert associatif, le savant et le politique, Paris, Éditions Syllepse, pp. 27-37.

Chauvière M. & P. Kertudo (dir.) (2006), Les Mouvements familiaux et leur institution en France. Anthologie historique et sociale, Paris, Comité d’histoire de la Sécurité sociale, La Documentation française, n°3.

Chauvière M. & V. Bussat (2000), Famille et codification. Le périmètre du familial dans la production des normes, Paris, La Documentation française.

Chauvière M. & B. Duriez (1984), « Le GRMF : un collectif chercheurs-militants. Esquisse méthodologique », dans De l'Action catholique au mouvement ouvrier. La déconfessionnalisation du Mouvement populaire des familles, 1941-1950, Les Cahiers du GRMF, n°2, pp. 221-247.

Chauvière M. & B. Duriez (1985), « Couches intermédiaires et syndicalisme extra-professionnel », Sociologie du travail, n°2, pp. 175-185.

Chauvière M. & B. Duriez (1992), « Erfahrungen mit einer interacktiven Oral-History-Forschung : Die Gruppe zur Erforschung der Familienverbände (GRMF) », BIOS - Zeitschrift für Biographieforschung und Oral History, n°1, 5, Jahrgang, Lesque + Budrich, pp. 135-141.

Chauvière M. & B. Duriez (1994), « Un dispositif de co-histoire dans l’étude des mouvements sociaux contemporains. Le Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux », Politix, n°26, deuxième trimestre, pp. 194-198.

Chauvière M. & B. Duriez (2000a), « Chercheurs et acteurs dans la recherche socio-historique. La méthodologie contractuelle du Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux », dans Bachir M. (dir.), La Méthode en actes, Paris, Éditions CURAPP/PUF, pp. 187-209.

Chauvière M. & B. Duriez (2000b), « Militants et chercheurs. Un engagement réciproque. L’expérience du GRMF », dans Fritsch P. (dir.), Implication et engagement. Hommage à Philippe Lucas, Lyon, Presses universitaires de Lyon, pp. 151-160.

Collin J.-P. (1996), La Ligue ouvrière catholique canadienne, 1938-1954, Montréal, Éditions Boréal.

Debès J. (1982), Naissance de l’Action catholique ouvrière, Paris, Éditions ouvrières.

Dermenjian G. & F. Thébaud (dir.) (2009), Quand les Femmes témoignent : histoire orale, histoire des femmes, mémoire des femmes, Paris, Éditions Publisud.

Descamps F. (dir.) (2006), Les Sources orales et l’histoire. Récits de vie, entretiens, témoignages oraux, Paris, Éditions Bréal.

Ducasse J.-L. et al. (1989), Chrétiens dans le monde rural. LAC-MFR-CMR, 1939-1959 : cinquante ans d’histoire, Paris, Éditions ouvrières.

Duriez B. (2001), « Left Wing Catholicism in France. From Catholic Action to the Political Left: The Mouvement Populaire des Familles », dans Horn G.-R. & E. Gerard (dir.), Left Catholicism 1943-1955. Catholics and Society in Western Europe at the Point of Liberation, KADOC-Studies, Leuven University Press, pp. 64-90

Duriez B. et al. (dir.) (2001), Chrétiens et ouvriers en France, Paris, Éditions de l’Atelier.

Fromentin T. & S. Wojcik (dir.) (2008), Le Profane en politique. Compétences et engagements du citoyen, Paris, Éditions L’Harmattan.

Gerard E. & P. Wynants (dir.) (1994), Histoire du Mouvement ouvrier chrétien en Belgique, Leuven, Leuven University Press.

Godelier M. (1982), Les Sciences de l’homme et de la société en France. Rapport au ministre de la Recherche et de l’Industrie, Paris, La Documentation française, 2 volumes.

Halbwachs M. (1925), Les Cadres sociaux de la mémoire, Paris, Éditions Alcan.

Horn G.-R. (2008), Western European Liberation Theology. The First Wave (1924-1959), Oxford, Oxford University Press.

Kalaora B. & A. Savoye (1993), Les Inventeurs oubliés : Le Play et ses continuateurs aux origines des sciences sociales, Seyssel, Éditions du Champ vallon.

Kesler J.-F. (1990), De la Gauche dissidente au nouveau Parti socialiste. Les minorités qui ont rénové le PS, Toulouse, Éditions Privat.

Kuty O. & D. Vrancken (dir.) (2001), La Sociologie et l'intervention. Enjeux et perspectives, Bruxelles, Éditions de Boeck Université.

Lavabre M.-C. (1994), Le Fil rouge, sociologie de la mémoire communiste, Paris, Presses de Sciences Po.

Lemieux D. & M. Comeau (2002), Le Mouvement familial au Québec, 1960-1990. Une politique et des services pour les familles, Sainte-Foy, Presses de l’Université du Québec.

Michelat G. (1975), « Sur l’utilisation de l’entretien non directif en sociologie », Revue française de sociologie, n°16 (2), pp. 229-247.

Pelletier D. (1996), Économie et humanisme. De l'utopie communautaire au combat pour le Tiers-monde, 1941-1966, Paris, Éditions Le Cerf.

Pennetier C. (dir.) (2006), Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, Ivry-sur-Seine, Les Éditions de l’Atelier (Nouvelle série - 1940-1968).

Rousso H. (1998), La Hantise du passé. Entretiens avec Philippe Petit, Paris, Éditions Textuel.

Tétard F. (2003), « L’ADELS dans les années soixante : une animation nationale de l’autogestion locale », dans Georgi F. (dir.), Autogestion. La dernière utopie ? Paris, Publications de la Sorbonne, pp. 287-308.

Touraine A. (1978), La Voix et le regard, Paris, Éditions du Seuil.

Tranvouez Y. (2000), Catholiques et communistes. La crise du progressisme chrétien 1950-1955, Paris, Éditions Le Cerf.

Uhalde M. (2008), « L'instrumentalisation de la sociologie en situation d'intervention : analyse critique d'une notion ordinaire », Sociologies pratiques, n°16 (1), pp. 95-113.

Vie sociale (2004), « Le social aux prises avec l’histoire. Mémoires et écritures collectives », CEDIAS, n°2.

Wanderley L. E. W. (2010), Educação popular. Metamorfoses e veredas, São Paulo, Cortez Editora.

Wieviorka M. (1984), « Une recherche vue de l’intérieur », Connexions, n°43.

Les Cahiers du GRMF :

Les Mouvements familiaux populaires et ruraux. Naissance, développement, mutations, 1939-1955, Les Cahiers du GRMF, n°1, 1983, resp. Chauvière M. & B. Duriez, 302 pages.

De l'Action catholique au mouvement ouvrier. La déconfessionnalisation du Mouvement populaire des familles, 1941-1950, Les Cahiers du GRMF, n°2, 1984, resp. Duriez B., 259 pages.

L'Action familiale ouvrière et la politique de Vichy, Les Cahiers du GRMF, n°3, 1985, resp. Chauvière M., 347 pages.

Monde ouvrier. Une presse libre pour des temps difficiles, Les Cahiers du GRMF, n°4, 1986, resp. Guéry L., 256 pages.

Vingt ans de luttes ouvrières et familiales, 1940-1960. Le MPF dans le Nord-Pas-de-Calais. Espoirs et réalisations, Les Cahiers du GRMF, Études régionales, n°5, 1988, resp. Duriez B., 242 pages.

Femmes, famille et action ouvrière. Pratiques et responsabilités féminines dans les mouvements familiaux populaires, 1935-1958, Les Cahiers du GRMF, n°6, 1991, resp. Dermenjian G., 304 pages.

La Bataille des squatters et l'invention du droit au logement. 1945-1955, Les Cahiers du GRMF, n°7, 1992, resp. Duriez B. & M. Chauvière, 335 pages.

De la Corporation paysanne aux associations familiales rurales, 1940-1945, Les Cahiers du GRMF, n°8, 1995, resp. Ruellan Y., 131 pages.

Une Communauté brisée. Regards croisés sur la scission MLP-MLO de 1951, Les Cahiers du GRMF n°9, 1995, resp. Chauvière M., 446 pages.

Une Politique de l’agir. Stratégie et pédagogie du Mouvement populaire des familles, Les Cahiers du GRMF, n°10, 1997, resp. Tamburini G., 410 pages.

La Solidarité en actes. Services collectifs et expression des usagers dans le Mouvement populaire des familles, 1940-1955, Les Cahiers du GRMF, n°11, 2002, resp. Duriez B., J. Nizey & M. Chauvière, 445 pages.

Des Chrétiens à l’épreuve du politique. Les engagements du MPF-MLP à Lyon, 1934-1960, Les Cahiers du GRMF, Études régionales, n°12, 2003, resp. Chazalette A., G. Tamburini & Duriez B., 147 pages.

Dans le Combat ouvrier. Le Mouvement populaire des familles dans les Bouches-du-Rhône, 1941-1951, Les Cahiers du GRMF, n°13, Études régionales, 2004, resp. Dermenjian G., 323 pages.

Formation militante et promotion collective, De la JOC au MPF, suivi de Pour un bilan du GRMF, Les Cahiers du GRMF, n°14, 2006, resp. Chauvière M. & B. Duriez, 338 pages.

Index général, Les Cahiers du GRMF, n°15, 2006, resp. Duriez B., 174 pages.

Haut de page

Notes

1  Même si le dispositif s'en rapproche, il ne s'agit pas de sociologie de l'intervention (Uhalde, 2008). L'objectif n'est pas en effet de conduire les acteurs à réorienter leur action.

2  Les mouvements populaires comme les mouvements ruraux ont une visée globale mais ils se réfèrent à la famille comme identifiant central de leur action (MPF, MFR…). D’où le nom choisi pour le groupement, au risque d’une compréhension trop restrictive de son objet d’étude. En outre, le programme initial du GRMF prévoyait de mener de front l’analyse de l’histoire des mouvements populaires et celle des mouvements ruraux. Pour diverses raisons, qu’il serait trop long d’expliquer ici, le travail sur les mouvements ruraux n’a pas connu la même ampleur. Dans cet article, nous n’évoquerons principalement que le travail mené avec les anciens militants des mouvements populaires. Sur le MFR et le CMR, voir notamment Ducasse et al. (1989).

3  Pour une présentation complémentaire du GRMF : Chauvière & Duriez (1994).

4  Les notations suivantes sont plus amplement développées dans Chauvière & Duriez (2000a). Rapidement l’équipe s’est étoffée d’un sociologue, Jean-Yves Merrien et de deux historiens, Geneviève Dermenjian et Jean Nizey.

5 Sur l’histoire du temps présent et l’IHTP : Rousso (1998, pp. 50-52 et 72-75).

6  En profitant de la parution alors toute récente de l’ouvrage de Joseph Debès (1982).

7  Semblable objectif se retrouve également dans le champ politique. À ce sujet : Fromentin & Wojcik (2008).

8  Après un débat difficile, sur la qualification du fonds ainsi constitué (entre histoire ouvrière, histoire religieuse, mouvements familiaux et action sociale) et sur la meilleure localisation de leur dépôt tant d’un point de vue symbolique que pratique, les archives écrites et archives orales constituées au long de ces années de travail en commun ont été finalement, après décision collective, remises dans un lieu public : les Archives du monde du travail à Roubaix. Le dépôt dans le même lieu des archives de plusieurs mouvements chrétiens ou d’origine chrétienne, comme la Mission de France, de militants et de prêtres ouvriers, a fourni l’idée d’un colloque les 13, 14 et 15 octobre 1999 à Roubaix sur le thème « Chrétiens et ouvriers de la fin des années 1930 au début des années 1970 », impliquant les travaux du GRMF (Duriez et al., 2001).

9  Cette question n’est traitée qu’indirectement dans le Cahier du GRMF n°6, celui-ci étant davantage centré sur les responsabilités féminines que sur les rapports hommes/femmes.

10  Le Cahier 14 contient également un bilan à plusieurs voix de toute l’aventure du GRMF avec des contributions de Michel Chauvière, Bruno Duriez, Michel Messu, Claude Pennetier, Étienne Fouilloux, Jean-Pierre Rioux, Jean-François Kesler, Claude Lemonnier, Reine-Claude Mader, Geneviève Dermenjian, Louis Guéry, Armand Maïer, Georges Tamburini.

11  Une organisation internationale des MPF a existé. Sur la LOC canadienne, voir Collin, 1996 ; sur le Mouvement ouvrier chrétien belge (MOC), voir Gerard & Wynants, 1994 ; sur le mouvement familial au Québec, voir Lemieux & Comeau (2002).

12  Les actions de résistance à l’occupant (1940-1945) ou les condamnations judiciaires de militants squatters à la fin des années 1940 par exemple fournissent légitimement des titres de gloire militante. Mais l’écriture de l’histoire se doit de dépasser la chronique des hauts faits.

13  Au sujet de la « mémoire historique » : Halbwachs (1925). Sur la mémoire militante : Lavabre (1994).

14  L’action menée sous le régime de Vichy amène facilement à de tels comportements. Ainsi, telle militante fut un jour sommée de justifier d’avoir été décorée de la médaille de la Francisque. Aujourd’hui encore, alors que bon nombre d’institutions de l’après Libération – dont l’UNAF – prolongent des créations de Vichy ; leur histoire officielle oublie le plus souvent ce moment (Chauvière, 2006 ; Capuano, 2009). L’évocation de ces moments suscite encore de fortes résistances.

15  Nous reprenons ici la position de Marc Uhalde (2008) s’appuyant lui-même sur Didier Vrancken (Kuty & Vrancken, 2001).

16  Les participants constituaient un groupe à géométrie variable, de niveaux de responsabilité les plus divers, entre militants de base et dirigeants nationaux. Ont été réunis à cette occasion des militants que leurs parcours ultérieurs, politiques notamment, ont souvent différenciés et parfois même plus ou moins durement opposés.

17  De nombreux témoignages et travaux montrent d’ailleurs que la postérité de cette formation est large et constitue une véritable galaxie du catholicisme social sécularisé. On en trouve des traces dans le militantisme associatif, syndical ou politique, dans l’éducation populaire et les instances de la démocratie sociale, dans le travail social professionnel, dans l’aménagement urbain et aussi chez certains spécialistes des sciences sociales.

18  Ce qui se traduit dans le MPF puis le MLP par un rapport équivoque au progressisme chrétien (Tranvouez, 2000).

19  Ces valeurs pour l’action ne sont pas sans évoquer pour partie le concept d’empowerment mis à l’ordre du jour ces dernières années, mais employé dans les pays anglo-saxons depuis les années 1960. Le Dictionnaire critique d’action sociale en donne la définition suivante : « Processus par lequel chacun devient partie prenante de son destin individuel et de celui de la communauté dans la ville » (Barreyre & Bouquet, 2006). Au demeurant, dans la tradition catholique sociale réalisée dans les mouvements familiaux populaires et ruraux de type MPF, les dimensions de compétence collective et de participation active sont inséparables.

20  Cette mise en vedette de militants souvent oubliés nous a notamment conduits à rejoindre l’entreprise du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, dit le Maitron, du nom de son créateur. Les militants révélés par le GRMF figurent notamment dans la cinquième période : 1940-1968 (Pennetier, 2006).

21  Au demeurant, la propriété de ce résultat reste affaire commune. Ce qui n’est pas dans l’air du temps de l’évaluation individualisée et quantifiée de la recherche !

22  Par exemple : Bussat (2003) ; Horn (2008) ; Wanderley (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Chauvière et Bruno Duriez, « Chercheurs et militants peuvent-ils être des partenaires ? »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3609 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.3609

Haut de page

Auteurs

Michel Chauvière

Directeur de recherche au CNRS, CERSA, CNRS-Université de Paris 2 - mchauviere@noos.fr

Articles du même auteur

Bruno Duriez

Directeur de recherche au CNRS, CLERSÉ, CNRS-Université de Lille 1 - Bruno.Duriez@univ-lille1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search