Navigation – Plan du site
Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines

Repenser la question migratoire : migrations, inégalités multisituées et individuation

Reconsidering the migration issue: migrations, multi located inequalities and individuation
Laurence Roulleau-Berger

Résumés

L’auteur nous invite à repenser la question migratoire à partir d’un espace conceptuel novateur qui agence les concepts d’« inégalités multisituées », d’expériences et de compétences migratoires et de grammaires de la reconnaissance. Dans un contexte de hiérarchisation des spatialités, ethnicisation des marchés du travail et économies polycentrées produisent cosmopolitisation et individuation de biographies de migrants. Circulations transnationales et cosmopolitismes locaux, multi-appartenances et dominations multiples, mondialisation « par le bas » et mondialisation « par le haut » définissent une stratification sociale globalisée.

Haut de page

Texte intégral

1Parler de migration impose de se placer dans un espace pluridimensionnel pour comprendre comment se hiérarchisent les spatialités, comment ces hiérarchies sont régulièrement bousculées, comment les individus sont contraints à des formes de multi-appartenances, comment des réseaux transnationaux et réticulaires se forment au dessus des États-nations en créant des processus de conjonction et de disjonction culturelle, économique et symbolique. Plusieurs concepts ont émergé dans le champ scientifique : espaces migratoires, champs migratoires, territoires migratoires, espaces circulatoires, territoires circulatoires, territoires de la mobilité, espaces transnationaux... En rejoignant Gildas Simon (2008), nous pouvons dire qu’aujourd’hui nous voyons émerger des espaces transnationaux « sous tension » et des champs migratoires construits à partir de solidarités, de réciprocité, où circulent des migrants, acteurs individuels et collectifs producteurs de compétences de mobilisation, de réflexivité, de résistance et où se recomposent des identités sociales et culturelles. Sur ces espaces transnationaux « sous tension » naît une diversité de dispositifs économiques polycentriques, hiérarchisés entre eux dans un contexte de pluralisation et d’ethnicisation des économies et des sociétés contemporaines. Les migrants développent des carrières migratoires qui rendent compte de la production d’inégalités multisituées sur les espaces de travail transnationaux. L’épreuve migratoire montre comment les biographies sont de plus en plus ponctuées de points de bifurcation et de plus en plus individuées. Elles rendent aussi compte d’un processus de construction d’une stratification sociale globalisée où apparaissent une nouvelle upper class et une underclass internationale (Roulleau-Berger, 2010).

Migration, précarisation et ethnicisation des marchés du travail

2En Europe, chômages et ségrégations des travailleurs migrants sur les marchés du travail produisent un marché du « sous-emploi ». Dans la plupart des pays de l’Union européenne, discrimination ethnique, précarisation et démultiplication des formes de travail contribuent aujourd’hui à « pulvériser les conditions du contrat de travail » (Beck, 1999) par la pluralité et la flexibilité d’emplois transitoires, par des formes de travail spécifiques plus ou moins officielles. Ce double processus rend bien compte de la constitution d’un marché du sous-emploi – au cœur duquel se trouve la figure du migrant contrainte par un marché du travail globalisé. On voit bien ici comment se déstandardisent les normes d’utilisation de la force de travail et comment le travail salarié à temps plein se démultiplie en formes de travail sous-qualifié : travail précaire, travail intérimaire, travail saisonnier… Dans la précarisation et la discrimination ethnique, les statuts d'emploi ne cessent de se diversifier et de se hiérarchiser en marquant les clivages entre travailleuses françaises et travailleuses étrangères ou d'origine étrangère, clivages qui participent à la survisibilisation d'une appartenance ethnique et l’invisibilisation d'une identité professionnelle. Les hiérarchies établies entre les nouvelles formes de contrats de travail font naître des processus de surexposition, de désignation, de stigmatisation sociale des migrants sur les dispositifs économiques. Les modes d’accès à l’emploi sont sexués, ethnicisés. Plus on va vers des niveaux scolaires « bas », plus les migrants se trouvent sur des contrats peu légitimés quand ils y ont accès. L’origine culturelle, en venant se combiner à l'origine sociale, au sexe et à la position générationnelle, participe activement à définir des formes d'accessibilité différenciées et hiérarchisées aux marchés de l'emploi. Ces formes d’accessibilité se construisent à coups de « discrimination systémique » (Réa & Tripier, 2008 ; De Rudder, Poiret & Vourc'h, 200O), laquelle se traduit par un traitement inférieur à leurs homologues autochtones malgré une instruction, des qualifications et une expérience comparables, voire supérieures ; les migrants sont embauchés dans des conditions défavorables à qualification égale, le plus souvent sur des contrats précaires, les possibilités de promotion et de mobilité professionnelle restent limitées, les conditions de travail éprouvantes. Dominations et violences marquent les relations professionnelles des migrants peu qualifiés et des employeurs. Avec ces nouveaux capitalismes, la flexibilité apparaît comme une norme dominante dans la régulation des marchés du travail européens où les migrants, dans les deux cas, se présentent comme disponibles à l’emploi.

Genre, activités économiques et migration

3Dans le cadre de la production de capitalismes globalisés et de la pluralisation-ethnicisation des économies est posée la problématique du genre.

4La question du genre dans les migrations internationales est longtemps restée un impensé. Depuis la publication du numéro d’International Migration Review en 1984 consacré aux migrantes dans lequel Mirjana Morokvasic avait publié Birds of Passage are also Women, de nombreux ouvrages et articles de revues ont été consacrés aux migrantes. Selon Adelina Miranda (2011), les premières recherches sur les migrations féminines européennes ont été réalisées au début des années 1970. Puis, la figure de la femme-migrante-travailleuse est construite au cours des années 1980 et, à partir des années 1990, les recherches seront fixées sur le travail du Care et le travail domestique dans sa dimension économique et culturelle, calqué sur le modèle de la domesticité traditionnelle, producteur de dominations dans l’espace mondial. Les migrantes au travail étaient notamment largement invisibilisées et elles sont progressivement devenues particulièrement visibles dans le service domestique, les emplois du Care, la prostitution et la traite des migrants. La question du transfert (international) du travail de reproduction se répercute en chaîne pour produire le Global Care Chain (Ehrenreich & Hochschild, 2004) et a fait l’objet de plusieurs recherches. Et progressivement, nous avons moins parlé des migrants et de plus en plus de genre afin de déplacer le regard sur les différences de sexe. Et les migrantes sont apparues de plus en plus actrices de leur migration. En effet, depuis une vingtaine d’années, la migration individuelle est apparue comme un élément de changement important dans les mobilités internationales. Les migrantes qui quittent seules leur pays pour des raisons économiques aspirent à trouver un travail pourvoyeur de ressources financières dont elles pourront faire bénéficier les familles restées dans leur pays. Les migrantes apparaissent comme une catégorie très vulnérable face à la flexibilité de l’emploi, à la demande en matière de travail illégal, contraintes à s’engager dans l’économie informelle. En effet, elles sont très présentes dans le travail précaire, la sous-traitance, les emplois externalisés, la vente à domicile, le travail à domicile… À partir des années 1980, on constate une augmentation de demande de main-d’œuvre dans le secteur des services, souvent la moins qualifiée ; la situation économique des migrantes exprime des formes de domination entre hommes et migrants et entre migrants sur les marchés du travail. Enfin, une partie de celles qui aspiraient à trouver un emploi dans le tourisme ou le secteur des services est violentée dans le cadre de l’industrie du sexe et du trafic de migrants.

Circulations migratoires et économies polycentrées

5C’est bien la libéralisation des échanges et la production de capitalismes globalisés qui participent à accélérer les migrations internationales et réciproquement. Capital, espace et travail ne s’agencent plus de la même façon, les emplois et les travailleurs sont délocalisés, déplacés, dispersés. Aujourd'hui, avec la révolution des technologies de l'information et la restructuration des marchés du travail locaux et globaux, la flexibilité et l'instabilité du travail, des populations migrantes prennent des routes transnationales pour venir s’installer temporairement dans des villes internationales. Les processus de recomposition et de fragmentation des marchés du travail locaux et globaux s'expriment donc par la construction multiple d’agencements entre les différentes formes de mise au travail qui influent sur les formes de la mobilité et de circulation dans et entre les villes internationales. On peut alors parler de pluralisation et de multipolarisation des économies en coprésence. Dans un contexte de capitalisme globalisé se multiplient des dispositifs économiques polycentriques qui résultent ici d’assemblages d’activités et d’espaces et se construisent à partir des circulations, des régimes économiques et juridiques, des réseaux de coordination courts et longs plus ou moins ramifiés, des circulations de ressources matérielles, sociales et morales au cours d’expériences migratoires. Ensuite, les dispositifs économiques contiennent des hiérarchies et des ordonnancements qui assignent des places et des rôles au sein d’une division sociale, ethnique et sexuelle du travail. Avec l’intensification des migrations internationales, les dispositifs économiques sont polycentrés, révélant par là une nouvelle géographie économique des marges et des centres en se hiérarchisant à partir de dominations réticulaires et sociétales. Nous avons distingué quatre dispositifs économiques : les enclaves ethniques ; les niches ethniques ; les dispositifs intermédiaires de commerce et d’entrepreunariat ; la « petite production ». Ces dispositifs économiques polycentriques peuvent s’inscrire dans la mondialisation « par le bas » ou la mondialisation « par le haut » qui donnent à voir comment se tissent des macro-économies et des micro-économies qui ne cessent de s’encastrer et de se désencastrer. Les niches et enclaves ethniques, les dispositifs de petite production produisent de la mondialisation « par le bas ». Le commerce et l’entrepreunariat international produisent de la mondialisation « par le haut » et « par le milieu ».

Dispositifs économiques polycentriques et mondialisation « par le bas »

6Sur certains segments des institutions économiques, on observe une présence dominante de populations migrantes, segments qui deviennent alors des niches ethniques (Waldinger, 1994 ; Waldinger & Bozorgmehr, 1996). En effet, une majorité de migrants travaille à un moment donné dans le secteur privé ou public du nettoyage, de la confection, la restauration et l’hôtellerie ou le ramassage de fruits dans le secteur agricole pour y exercer un travail saisonnier. Les niches ethniques le sont de moins en moins pour devenir pluri-ethniques où travaillent successivement des migrants originaires de différents continents. La domination économique impose ici aussi des mobilités horizontales sur des segments de marché disqualifiés et disqualifiants mais permet plus facilement des mobilités horizontales que dans les enclaves ethniques.

7Les enclaves ethniques résultent d’assemblages d’activités économiques multisituées dans différents lieux-monde qui se construisent à partir de régimes économiques fondés sur des principes d’associations économiques et morales, de réseaux longs de coordination dans lesquels circulent des ressources matérielles, sociales et symboliques au cours d’expériences migratoires. Les enclaves ethniques existent depuis longtemps dans les diasporas mais aujourd’hui révèlent une nouvelle géographie des marges dans des capitalismes hiérarchisés et diversifiés, producteurs de dominations réticulaires, sexuelles et ethniques, fortes et faibles. Avec l’intensification des migrations féminines, les enclaves ethniques traditionnelles commencent à se saturer et les migrants accèdent de plus en plus difficilement à un emploi.

  • 1 Voir les travaux de Clifford Geertz traduits par Daniel Cefaï (2003).

8Les migrants peu qualifiés peuvent aussi devenir des vendeurs ambulants, créer des micro-entreprises ou des petits commerces, voire développer des « petits métiers urbains », des activités économiques majoritairement informelles qui peuvent être pour partie formelles pour produire de « la petite production », voire des économies de bazar (Cefaï, 2003) 1.

9Dans les niches ethniques, les enclaves ethniques et dans la petite production urbaine, les migrants sont l’objet d’une double disqualification sociale : une disqualification horizontale dans le sens où l’accès à certains métiers leur est fermé, une disqualification verticale liée à une assignation aux emplois peu qualifiants situés au bas de la hiérarchie sociale.

Dispositifs économiques polycentriques, mondialisation « par le haut » et « par le milieu »

10Des dispositifs économiques intermédiaires naissent à partir d’assemblages symbolico-matériels d’activités et d’espaces transnationaux codifiés par les mêmes conventions et normes économiques qui assurent des coordinations régulées ; en effet, les régimes économiques se définissent ici à partir de normes partagées et propres à des entrepreneurs ou des commerçants jouant un rôle central dans la circulation de biens matériels et moraux. Dans les circulations transnationales se croisent des mondialisations « par le bas » et « par le haut », où les entrepreneures et commerçantes tracent les contours de nouveaux marchés globaux. Les migrants s’investissent dans le commerce d’autant plus qu’ils sont mis à distance des marchés locaux. Entrepreneurs et commerçants mobilisent des savoirs et des savoir-faire dans la circulation et la distribution des produits d’échanges, la production d’actions conjointes afin de fabriquer des assemblages entre les dispositifs intermédiaires. Des migrants chinois créent des agences de voyage, des entreprises d’informatique, de prêt-à-porter dans les grandes villes européennes... qui participent aussi à l’intensification de nouveaux échanges économiques. La présence des migrants dans le commerce international est largement invisibilisée, comme cet exemple des migrantes sénégalaises qui prennent des routes migratoires transnationales pour faire du commerce de bijoux, de vêtements qu'elles vont chercher en Arabie Saoudite et en Italie et qu'elles viennent revendre en France et au Sénégal. C’est le cas aussi de ces migrants d'Europe centrale et orientale, d'Afrique centrale et d'Afrique du Nord qui participent activement à des échanges économiques transfrontaliers et assurent une présence forte dans ce contexte d'internationalisation des échanges (Morokvasic-Muller, Erel & Shinozaki, 2003).

Inégalités multisituées et grammaires de la reconnaissance

  • 2 Nous pensons aussi les carrières migratoires dans une perspective interactionniste dans la même per (...)

11Quand les migrants passent d’un espace sociétal à un autre, ils se trouvent confrontés à des systèmes de stratification sociale différents où certains accèdent à une place nouvelle. Du fait des mobilités géographiques, les carrières migratoires rendent compte de la production d’inégalités multisituées sur les espaces de travail transnationaux 2. Les inégalités se construisent dans des invisibilités graduées des ressources et compétences qui peuvent être rapportées aux formes de discriminations ethniques et stigmatisations sexuelles. L’amplification ou la réduction des inégalités sociales, ethniques et de genre apparaît comme processus discontinu dans le sens où il impose à chaque étape migratoire une recomposition du répertoire des ressources économiques, sociales, ethniques et symboliques. Enfin, ce processus est réversible dans le sens où, d’une migration à l’autre, les migrants peuvent se retrouver dans une situation économique et sociale déjà vécue.

12Les migrants peu qualifiés, peu dotés en capital social tendent à développer des stratégies individuelles et collectives de résistance à des impositions et des marginalisations, affirmant par là que s’élaborent d’autres globalisations non-hégémoniques, éloignées d’une globalisation capitaliste néolibérale. Ces stratégies se développent dans des parcours de plus en plus diversifiés où des « Sujets » essaient de maintenir leur « soi » à l’épreuve des contraintes et des dominations, qu’elles soient d’ordre économique ou politique. Les migrants les plus vulnérables développent des pratiques sociales et économiques mineures, singulières, plurielles, microbiennes qui révèlent les compétences des plus faibles à faire face à des situations d’inégalités mais aussi de stigmatisation, domination, violence symbolique.

13Le risque d’être méprisé socialement, d’être refoulé parmi les moins compétitifs au nom de la logique économique est devenu de plus en plus important pour tous ceux qui paraissent invisibles socialement (Chiapello & Boltanski, 1999), notamment les migrants qui apprennent le déni de l’appropriation de soi (Honneth, 2000 ; Roulleau-Berger, 1999 ; Walzer, 1997). Ces épreuves d’injustice mettent au jour des grammaires de reconnaissance et du mépris qui varient selon les contextes sociétaux et qui ne cessent de se redéfinir quand se diversifient les mondialisations économiques et culturelles. Mais les grammaires de reconnaissance et du mépris se hiérarchisent en fonction des niveaux de stratification sociale et des différences culturelles ; elles travaillent les carrières migratoires individuelles à la fois dans leur dimension objective et subjective (Hughes, [1971] 1994). Ces grammaires se construisent dans des imbrications étroites entre des situations de domination économique et culturelle donnant à voir une dialectique étroite entre injustices économiques et injustices culturelles (Fraser, 2005). C’est donc à la fois autour de la distribution de biens matériels et de biens moraux comme l’estime sociale et le respect que se réorganisent les concurrences, les inégalités et les injustices au niveau local et global.

Cosmopolitisation des biographies, individuation et stratification sociale globalisée

14La diversification et la différenciation des expériences sont indissociables de nouveaux risques mondiaux, individuels et moraux, dans un contexte à la fois local et global. Les migrants construisent leurs identités à partir d'une multiplicité de rôles et d'appartenances liés à des espaces de socialisation liés à des contextes sociétaux divers. L’épreuve migratoire montre combien les biographies individuelles se sont brouillées, comment elles sont apparues de moins en moins linéaires ; les clivages liés aux différences sociales semblent moins nets alors que les inégalités ne se sont pas affaiblies mais se sont plutôt renforcées entre ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas accéder à une place dans les sociétés salariales. Les inégalités ne cessent de se multiplier (Dubet, 2009), l'unité et la continuité du soi est menacée ; plus les registres des inégalités se multiplient et moins l'individu peut garder la face. Les individus construisent leurs identités à partir d'une multiplicité de rôles et d'appartenances liés à des espaces de socialisation hétérogène. Ulrick Beck (2006) parle aussi de la « cosmopolitisation des biographies » pour exprimer comment la mondialisation joue sur les modes de construction des biographies. Le processus d'individuation passe à la fois par la multiplication de bifurcations biographiques et par l’injonction au gouvernement de soi, à la culture de soi ; évidemment, les situations d'inégalité sociale et économique créent des formes d'accessibilité différenciées au gouvernement de soi. Nous pouvons distinguer avec Robert Castel (2009) les « individus par excès qui ont acquis une surface, une place et des biens, propriétaires d'eux-mêmes » et les « individus par défaut, non couverts par les systèmes collectifs ou incapables de s'inscrire dans des collectifs protecteurs, disposant de peu de ressources et de supports, moins propriétaires d'eux-mêmes ». Nous pouvons considérer qu’il y aurait des migrants propriétaires d’eux-mêmes qui ont acquis une surface, une place et des biens et des migrants non protégés, peu propriétaires d’eux-mêmes.

15La diversité des carrières migratoires résulte d’un processus d’individuation complexe : l’individuation construite dans les contextes d’origine ; l’individuation construite dans les sociétés traversées. Nous parlerons alors d’un processus d’individuation globalisée (Roulleau-Berger, 2007, 2008) produisant une pluralité de parcours migratoires qui, eux-mêmes, vont encore se diversifier dans des contextes incertains qui limitent les mouvements d’autonomisation individuelle : l’individu est certes affranchi des liens traditionnels, mais il doit en échange se plier aux contraintes des dispositifs économiques et du monde de la consommation, et aux standardisations et aux contrôles qu’elles impliquent au niveau local et global.

Migration, capitalismes et stratification sociale globalisée

16Dans ce contexte de capitalismes globalisés et de mise en place de dispositifs économiques polycentriques, la diversification des biographies des migrants mettent en évidence l’émergence de « classes partiellement dénationalisées » (Sassen, 2006), notamment avec la formation des élites transnationales, des nouvelles classes moyennes et des travailleurs disqualifiés ou pauvres. Ce sont les populations les plus nanties et les moins nanties qui apparaissent particulièrement visibles dans ce processus de construction d’une stratification sociale globalisée.

« Care Work » et nouveau sous-prolétariat international

17Aujourd'hui, un nombre important de migrants originaires de pays pauvres s'occupe du ménage et des enfants des migrants vivent et développent des carrières de « prestige social » dans les pays riches ; les migrantes sont reléguées dans des travaux avilissants où, de plus, elles travaillent souvent sans être déclarées. Ces situations inégalitaires ne peuvent être dissociées d'un processus de mondialisation (Mozère, 2004). Le Care Work fait donc clairement apparaître comment peuvent se combiner, sur un mode « négatif », genre, ethnicité et stratification sociale en produisant des formes de mépris que subissent des migrants. À côté de ces femmes employées dans le Care Work, d’autres catégories de migrants – par exemple dans le secteur des chantiers de contruction – appartiennent à ce nouveau sous-prolétariat international.

Entrepreneurs et cadres : naissance d’une nouvelle bourgeoisie cosmopolite

18Peu de migrants ont accès à des métiers prestigieux ; ils ont entre 30 et 40 ans, sont cadres supérieurs dans des entreprises internationales ou chefs d’entreprise. Ils sont tous très diplômés et très qualifiés et ont saisi des opportunités diverses. Généralement, dans les carrières migratoires de « prestige social », il y a un fort maintien des ressources sociales et culturelles dans les parcours migratoires. Ces migrants apparaissent porteurs de valeurs transculturelles et de pratiques économiques transnationales dans des réseaux de coopération ouverts et multiplexes. Depuis la fin des années 1980, le commerce mondial, les investissements à l’étranger, la circulation des capitaux s’accélèrent et les dynamiques migratoires ne cessent de se multiplier et de se diversifier. Les migrations des élites économiques, scientifiques et techniques expriment les formes de renouvellement de ces nouvelles mobilités. La mondialisation « par le haut » montre comment se forme une fraction de la nouvelle bourgeoise cosmopolite d’aujourd’hui résidant pour partie en Europe et composée de migrants très diplômés et très qualifiés originaires de Chine continentale, d’Europe centrale et orientale, du Maghreb et du Moyen-Orient.

Hobos et nouveaux surnuméraires de la globalisation

19Parmi la population de migrants en situation « irrégulière », donc en situation de très grande insécurité sociale, certains apparaissent engagés dans un processus de désaffiliation très fort. Cette figure du hobo (Anderson, 1993) est présente, par exemple, dans la vente à la sauvette ou le commerce à la valise chez ceux qui n’accèdent pas ou refusent une inscription dans les niches économiques. Émerge ici une nouvelle figure globalisée du hobo qui apparaît dans les interstices sociétaux où des primo-arrivants sur les marchés du travail européens apparaissent comme des « oubliés de la mondialisation » ou des nouveaux surnuméraires, objets d’invisibilité et de non reconnaissance publique et sociale, contraints à des « vies perdues » (Bauman, 2006).

20Les nouvelles migrations internationales rendent compte d’un processus de construction d’une stratification sociale globalisée où apparaissent une Upper Class et une Underclass internationale. Dans la formation des nouvelles bourgeoisies cosmopolites, les migrants disposant d’un fort capital social et spatial (Lévy & Lussault, 2003) accèdent à des postes de cadres dans les entreprises internationales et à des positions sociales « par le haut ». Les migrants investis dans le commerce ethnique international accèdent aussi à des positions intermédiaires. Les communautés d’origine orientent les migrants les moins qualifiés, les plus démunis sur des filières où ils feront l’objet d’une véritable marchandisation. Les classes moyennes s’internationalisent mais restent nationalisées quand l’upper class et l’underclass peuvent d’abord être définies comme dénationalisées. Ces « oubliées de la globalisation », sans voix, sans place, sans reconnaissance « positive », contraintes à être elles-mêmes contre et envers des dominations réticulaires, des racismes sourds et puissants, des assignations à l’invisibilité, à la relégation dans des espaces de non-droits.

Conclusion

21La question migratoire est devenue un enjeu scientifique et politique majeur en sciences humaines. Les migrations, dans leur diversité et leur complexification, dans leur visibilité et dans leur invisibilité, imposent aujourd’hui de penser simultanément les circulations transnationales et les « cosmopolitismes locaux » – pour reprendre les termes d’Alain Tarrius (2010) – les dominations multiples et les compétences migratoires, les multi-appartenances des individus et les identités collectives. Nous sommes incités à nous placer dans un espace pluridimensionnel pour comprendre comment se hiérarchisent les lieux, les institutions et les populations, comment se lient ou se délient les États, les individus et les réseaux, comment ces hiérarchies sont régulièrement bousculées, comment des réseaux transnationaux et translocaux peuvent se former « avec », « contre » ou au-dessus des États-nations, en créant des processus de conjonction et de disjonction urbaine, économique et symbolique. Nous sommes invités à mettre en valeur, d’une part, les différentes variétés d’un capitalisme globalisé et, d’autre part, les effets de contextes sociétaux sur les processus d’ethnicisation et de pluralisation des sociétés contemporaines.

Haut de page

Bibliographie

Anderson N. (1993), Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Éditions Nathan.

Bauman Z. (2006), Vies perdues, Paris, Éditions Payot.

Beck U. (1999), World Risk Society. Toward a New Modernity, Cambridge, Polity Press.

Beck U. (2006), Qu’est-ce que le Cosmopolitisme ?, Paris, Éditions Flammarion.

Castel R. (2009), La Montée des incertitudes, Paris, Éditions du Seuil.

Cefaï D. (2003), traduction, introduction et édition de Clifford Geertz, Le Souk de Sefrou. Sur l’économie du bazar, Paris, Éditions Bouchène, [Geertz C., Geertz H., Rosen L., Meaning and Order in Moroccan Society: Three Essays in Cultural Analysis, Cambridge, Cambridge University Press, 1979].

Chiapello È. & L. Boltanski, (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

De Rudder V., Poiret C. & F. Vourc'h (200O), L'Inégalité raciste. L’'universalité républicaine à l'épreuve, Paris, Presses universitaires de France.

Dubet F. (2009), Le Travail des sociétés, Paris, Éditions du Seuil.

Ehrenreich B. & A. R. Hochschild (2004), Global Woman: Nanies, Maids and Sex Workers in the New Economy, New York, Owl Books.

Fraser N. (2005), Qu’est-ce que la Justice sociale, Paris, Éditions La Découverte.

Honneth A. (2000), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Hughes E. C. ([1971] 1994), On Work, Race, and the Sociological Imagination, Chicago, The University of Chicago Press.

Lévy J. & M. Lussault (2003), Dictionnaire de la géographie, Paris, Éditions Belin.

Martiniello M., Rea A., Timmerman C. & J. Wets (dir.) (2010), Nouvelles migrations et nouveaux migrants en Belgique, Gent, Academia Press.

Miranda A. (2011), « Travail reproductif et logiques migratoires sexuées », dans Cossée C., Miranda A., Ouali N. & D. Sehili (dir.), Le Genre au cœur des migrations, Paris, Éditions PETRA.

Morokvasic-Muller M., Erel U. & K. Shinozaki (2003), Crossing Borders and Shifting Boundaries, vol I : Gender on the Move, IFU, Leske+Budrich, Opladen Editions.

Mozère L. (2004), « Travail informel et projet de vie. Les domestiques philippines à Paris », dans Barre N. & S. Latouche, Économies choisies, Paris, Éditions de la MSH.

Rea A. & M. Tripier (2008), Sociologie de l’immigration, Paris, Éditions La Découverte.

Roulleau-Berger L. (1999), Le Travail en friche. Les mondes de la petite production urbaine, La Tour D'aigues, Éditions de l'Aube.

Roulleau-Berger L. (2007), « Grammaires de la reconnaissance, individuation et ordres sociétaux », dans A. Caillé (dir.), La Quête de la reconnaissance, Paris, Éditions La Découverte.

Roulleau-Berger L. (2008), « Individuation "située" et "globalisée". Grammaires de la reconnaissance et du mépris en Europe de l’Ouest et en Chine continentale », dans Payet J.-P. & A. Battegay, La Reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques, Lille, Éditions du Septentrion.

Roulleau-Berger L. (2010), Migrer au féminin, Paris, Presses universitaires de France.

Sassen S. (2006), Territory, Authority Rights: From Medieval to Global Assemblages, Princeton, Princeton University Press.

Simon G. (2008), La Planète migratoire dans la mondialisation, Paris, Éditions Belin.

Tarrius A. (2010), Migrants internationaux et nouveaux réseaux criminels, Perpignan, Éditions du Trabucaire.

Waldinger R. & M. Bozorgmehr (1996), Ethnic, Los Angeles/New-York, Russell Sage Foundation.

Waldinger R. (1994), « The Making of an Immigrant Niche », International Migration Review, vol. 28, n° 1.

Walzer M. (1997), Sphères de justice, Paris, Éditions du Seuil.

Haut de page

Notes

1 Voir les travaux de Clifford Geertz traduits par Daniel Cefaï (2003).

2 Nous pensons aussi les carrières migratoires dans une perspective interactionniste dans la même perspective que Martiniello, Rea, Timmerman & Wets (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurence Roulleau-Berger, « Repenser la question migratoire : migrations, inégalités multisituées et individuation », SociologieS [En ligne], Dossiers, Migrations, pluralisation, ethnicisation des sociétés contemporaines, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3701

Haut de page

Auteur

Laurence Roulleau-Berger

Directeur de recherche au CNRS, École Normale Supérieure de Lyon, Institut d’Asie Orientale, Lyon, France - laurence.roulleau-berger@ens-lyon.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page