Navigation – Plan du site
Les partenariats de recherche

La recherche partenariale au Québec : tendances et tensions au sein de l’université

Research in partnership in Québec: trends and tensions
Lucie Dumais

Résumés

L’article tente dans une première partie de produire un classement des pratiques de recherche partenariale ayant cours dans les universités au Québec. Sans être une investigation systématique, elle puise dans diverses disciplines des sciences sociales et dans divers domaines de recherche. Deux tendances semblent se dessiner, l’une plus proche de la vision émancipatrice et l’autre plus axée sur les stratégies d’innovation sociale. La réflexion se poursuit par l’exposition, en seconde partie d’article, de trois nouveaux enjeux engendrés par l’essor de la recherche partenariale au sein de l’institution universitaire : la tension avec la recherche traditionnelle, la démarcation du savoir universitaire des autres types de savoirs et, enfin, l’éthique de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans le fonctionnement actuel de la recherche, nos observations et des recensions d’écrits permettent de constater une variété extraordinaire de types de partenariats. À ce stade de leur évolution, les pratiques partenariales nécessitent que les chercheurs qui s’y engagent posent un regard systématique pouvant amener une description plus éclairante de leurs dynamiques et de leurs retombées. La situation qui prévaut au Québec et dans les sciences sociales en particulier sera l’objet de notre analyse dans le présent article.

  • 1 Le réseau public de santé et de services sociaux du Québec compte de nombreux chercheurs qui ont me (...)

2Notre réflexion se fera sur deux plans. Nous aborderons d’abord le travail de définition d’un champ de pratiques qui s’est enrichi au fil des décennies de nouveaux acteurs (sociaux, économiques, politiques) de manière telle à embrouiller le sens fondateur ou unique qui a servi d’origine. Nous montrerons que sous le vocable recherche partenariale se nouent des alliances entre acteurs très divers, avec comme dénominateur commun une conquête du savoir. Cependant, il y a aussi dans ces alliances d’autres finalités sociales que le savoir. Le repérage de cas types illustrant un tel clivage se fera à travers un ensemble de disciplines et de champs de recherche, de lieux d’ancrage privilégiés. Nous nous limiterons aux dispositifs reliés aux universités, bien que la recherche sociale faite en partenariat ne s’y limite pas 1.

3Nous traiterons en second lieu des dynamiques institutionnelles associées à l’essor de la recherche en partenariat dans les universités au Québec. Sur cette question nous voulons apporter certains éléments de discussion concernant la cohabitation que cet essor de la recherche en partenariat entraîne avec la recherche plus traditionnelle, celle-ci étant instituée sur la base d’une distance critique, ainsi que sur l’exigence à la fois de repositionner épistémologiquement la connaissance en sciences sociales et de repenser les balises éthiques en fonction des nouvelles conditions de production de la recherche sociale. Dans cette lignée, nous nous questionnerons sur la « démarcation ». La problématique de la démarcation des types de savoirs est un classique de la sociologie de la connaissance, mais peu d’écrits l’ont appliquée aux partenariats de recherche des années 2000. Bien que l’importance de la recherche scientifique se présente comme un postulat au rapprochement des partenaires, la pratique offre un portrait plus problématique, car certains partenariats viennent, paradoxalement, saper la légitimité du savoir expert en sciences sociales.

4Cet article ne relève pas d’une enquête empirique portant sur des partenariats comme telle. Néanmoins, il puise abondamment dans des expériences concrètes. Comme matériau de réflexion, nous nous basons sur nos propres expériences dans les champs diversifiés de la santé au travail, de la recherche féministe, de l’économie sociale, en plus des travaux des groupes universitaires auxquels nous avons été associée.

Des définitions et des lieux d’ancrage privilégiés

5Depuis plus d’un siècle déjà, les universités se trouvent engagées dans des partenariats avec des entreprises privées, avec ou sans l’engagement complémentaire de l’État, pour de la recherche appliquée ou fondamentale (Godin & Trépanier, 2000). Pensons aux programmes de développement de l’industrie chimique, de l’aéronautique, des recherches biomédicales. Ces partenariats à valeur commerciale sont éloignés de ceux dont il sera question dans cet article. Mais ils n’en composent pas moins l’univers de la recherche universitaire et partenariale, ce qui devrait nous forcer à nous en préoccuper minimalement dans notre analyse. Nous verrons en effet que, au niveau du registre symbolique et de la finalité sociale, le sens accordé à l’innovation dans les partenariats en recherche sociale trouve son influence dans les partenariats en science et technologie.

6Cela étant, une diversité d’acteurs et de disciplines composent le champ de la recherche partenariale. Cela a comme conséquence que plus d’un sens et d’une finalité sont, en fait, en jeu. C’est ainsi que les partenariats en sciences sociales revendiquent leur importance pour « faire avancer » la pratique d’intervention, le développement social et la reconnaissance politique, trois finalités distinctes.

Des définitions et des finalités distinctes du partenariat

7Il y a dans la recherche partenariale une volonté de rapprochement entre des acteurs sociaux aux statuts fort hétérogènes. En s’engageant dans la recherche en partenariat, les universitaires en sciences sociales espèrent avoir un impact direct sur l’action sociale et politique, au niveau macrosocial, ou sur la pratique d’intervention auprès des personnes, au niveau microsocial. Prenons comme base la définition que donne l’Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale (ARUC-ÉS) : « [Dans] la recherche partenariale en économie sociale, l’ARUC-ÉS et le RQRP-ÉS [Réseau québécois de recherche partenariale en économie sociale] se distinguent des structures de recherche traditionnelles en mettant en présence des représentants des milieux universitaires et de l’économie sociale pour réaliser en partenariat des activités de réflexion, de recherche et de valorisation des connaissances. La recherche partenariale exige en effet une mise en proximité et une mobilisation des chercheurs et des praticiens de façon à combiner leurs savoirs, leurs méthodes et leurs ressources pour réaliser des projets de recherche qui seront autant pertinents pour le milieu universitaire que pour le milieu de pratique » (ARUC-ÉS et RQRP-ÉS, 2007, p. 6).

8Pour les acteurs sociaux, tels que les leaders d’organisations, les militants ou les fonctionnaires d’État, ou encore pour les professionnels des métiers d’intervention sociale et de pédagogie, le but est de s’approprier le savoir et les ressources universitaires de manière à enligner la recherche sur leurs préoccupations pratiques, leurs intérêts d’action. Les partenariats sont souvent appuyés par l’État et certains ministères comme la santé, les services sociaux, l’habitation et le développement régional (Jetté, Dumais & Vaillancourt, 2003 ; Gélineau, 2007 ; Vaillancourt, 2008 ; Sajnami & Mendell, 2007).

  • 2 C’est ce à quoi réfère la notion d’empowerment, traduite en français par « pouvoir d’agir », que l’ (...)

9Nous suggérons donc de classer la recherche partenariale dans une catégorie plus large, celle des recherches participatives, catégorie opposée à la « recherche traditionnelle » conçue et réalisée par des chercheurs universitaires distanciés par rapport à leurs objets (Tandon, 2005 ; Anadon, 2007). Les recherches participatives se font dans une optique de collaboration avec des partenaires non académiques, mais aussi directement avec les sujets de recherche. Ainsi, les partenaires de recherche ne sont plus seulement des organisations ou des leaders de syndicats et de mouvements sociaux. D’autres groupes sociaux, comme des populations défavorisées ou des citoyens démunis, par exemple, sont interpellés dans le processus partenarial dans un effort pour leur donner du pouvoir d’agir sur leur vie ou sur leur milieu 2.

10Nous avançons ici qu’il y a dans la recherche participative un caractère plus intense, voire radical, de la contribution des acteurs non académiques que dans la recherche partenariale au sens strict. Nous y reviendrons en détail plus loin, mais gardons ici en tête que l’idée de rapprochement et de collaboration dans la définition que nous avons retenue de la recherche en partenariat n’est en fait qu’un dénominateur commun très basique des variétés possibles de recherches. Car derrière le principe de collaboration se cache une réalité malléable, engageant des acteurs aux motivations diverses et des modalités variables d’échanges.

11La volonté des partenaires, qu’ils soient chercheurs, acteurs ou citoyens, est suscitée, inspirée par divers motifs. Ces motifs peuvent être plus ou moins profonds et liés à des finalités importantes à distinguer. Pensons, par exemple, au chercheur engagé ou militant, dont les convictions politiques sont plus fortes que celles de ses collègues d’université (Fontan, 2000). Imaginons des professionnels salariés en travail social, en éducation ou en réadaptation, dont les motivations sont plus thérapeutiques et moins politiques que celles d’organisateurs communautaires dans des mouvements sociaux ou d’officiers syndicaux (Huberman, 1995 ; Barbier, 1996 ; Messing, Dumais & Seifert, 1998 ; Desgagnés et al,. 2001 ; René & Laurin, 2009).

12À côté de finalités distinctes, il s’avère important de tenir compte de l’intensité de la collaboration. Ainsi, si la recherche partenariale se définit comme une forme d’activité scientifique où les chercheurs se rapprochent des acteurs sociaux et en font leurs partenaires d’investigation et de réflexion, non pas simplement leurs objets d’étude, comment se représentent-ils leur collaboration et comment y procèdent-ils concrètement? Certains auteurs explicitent davantage leurs visions et laissent apparaître des écarts dans l’intensité et dans la nature du partenariat. Par exemple, une collaboration n’équivaut pas forcément à une coconstruction de connaissances (Clément et al., 1995 ; Vaillancourt, 2007 ; OCBR, 2009).

Des modalités distinctes de réflexion et d’échanges de savoirs

13La recherche partenariale invoque un élargissement de la méthode scientifique qui ne se limite plus à une démarche réflexive entre chercheurs. Elle inclut de nouveaux « interlocuteurs cognitifs ». C'est-à-dire que ces nouveaux interlocuteurs sont invités à être actifs à toutes les phases de recherche : sa conception, sa réalisation, sa diffusion. Par opposition, dans une démarche de recherche collaborative plus limitée, les partenaires non-chercheurs ne seraient actifs, ou conviés, qu’à une seule phase de recherche, notamment la phase de dissémination une fois les résultats de recherche produits (Clément et al., 1995 ; Dallaire, 2002 ; ARUC-ÉS/RQRP-ÉS, 2007). Dans la recherche en partenariat, les partenaires doivent être présents dès le départ de la démarche : au moment du choix de questions de recherche, au moment des discussions sur la problématique. Nous pourrions ajouter que, d’un point de vue épistémologique, ils sont conviés dès la phase de « rupture avec le sens commun ».

14Or, ce n’est pas parce qu’en recherche sociale il y a absence de motivations commerciales et que des chercheurs ou des partenaires sociaux leur substituent des finalités d’un autre ordre (politique ou thérapeutique) qu’il y forcément présence de relations « authentiquement » partenariales, pour reprendre un label utilisé dans la littérature sur la recherche participative des dernières années. Comme l’ont soulevé Michèle Clément, Francine Ouellet, Laurette Coulombe, Caroline Côté et Lucie Bélanger (1995), il est pertinent de distinguer les partenariats dans lesquels il y a une collaboration ponctuelle de ceux où les alliances sont soutenues autant dans la durée que dans le partage des décisions. Par conséquent, il est possible d’imaginer que des commandites, disons plus politiques, se mettent en œuvre dans le domaine du social. Car dans la commandite, il n’y a pas de relations symétriques entre partenaires ni de coconstruction à proprement parler : l’un dicte davantage les orientations, l’autre se place en position d’exécution. De plus, les retombées de la commandite ne sont pas du domaine public et, d’autre part, la recherche ne met pas l’emphase sur le dialogue cognitif entre chercheurs et commanditaires, ni sur une délibération politique ou d’idées poussée. Cela dit, des rapports plus ou moins symétriques peuvent se développer aussi dans un cadre de recherche partenariale. C’est une telle asymétrie qui annoncerait la présence d’un partenariat « moins authentique ».

15Dans l’analyse de la recherche partenariale, deux éléments constitutifs du partenariat doivent donc être pris en compte : le type de partenaires et l’objectif général de recherche. Ces deux éléments amènent à leur tour un niveau de distinction supplémentaire très important dans la grande famille (et l’histoire) des partenariats de recherche. Ils séparent d’abord les partenariats industriels ou économiques, dont les applications technologiques et commerciales sont généralement lucratives, des partenariats avec des communautés et des mouvements sociaux, dont les retombées sont non lucratives. Mais à l’intérieur de ces derniers, les enjeux de pouvoir politique et de reconnaissance symbolique ne sont pas homogènes. Le rapport aux ressources des acteurs, dans des situations où le partenaire est une organisation syndicale ou un regroupement d’organismes communautaires, comparativement à un groupe d’intervenants sociaux ou encore de familles pauvres, n’affecte pas de la même manière la dynamique du partenariat et la poursuite des objectifs de recherche.

16Cette hétérogénéité réelle explique en partie pourquoi certains auteurs et praticiens préfèrent conserver le qualificatif « participative » à la recherche dont la filiation historique est directement connectée à la recherche socialement émancipatrice (ATD Quart Monde, 2006 ; René & Laurin, 2009), comme la recherche-action avec des populations démunies. Tandis que la recherche partenariale s’appliquerait davantage à de la recherche innovante politiquement ou stratégique (Vaillancourt, 2007, 2008).

17Enfin, en tant qu’acteurs, les universitaires viennent apporter au partenariat un caractère scientifique plus affirmé, sinon plus critique socialement. Mais ils y défendent aussi forcément leurs propres intérêts par rapport aux enjeux de pouvoir, stratégique ou symbolique, et aux ressources, matérielles et organisationnelles.

18En conséquence, est-ce que le principe de base de la recherche partenariale offre suffisamment de garanties à ce que des relations asymétriques entre acteurs ne se développent pas en cours de route ? Est-ce que le principe « d’authenticité » du partenariat, de la coconstruction, engage chercheurs et acteurs de manière suffisamment forte dans un dialogue sur la connaissance ? Les conditions actuelles de la recherche partenariale permettent-elles de susciter des échanges bilatéraux et d’ériger un dispositif partenarial raisonnablement « authentique » ? En outre, est-ce que ces conditions renforcent l’utilité publique de la recherche ou laissent-elles (trop de) place à la commandite « sociale ou politique » ? Enfin, est-ce que les projets de recherche qui se sont réalisés en mode partenarial ont atteint leurs objectifs ?

19Voilà, il nous semble, quelques questions liées au présent stade de développement des partenariats de recherche sociale. Mais comme nous l’avons évoqué, s’il y a de plus en plus d’enquêtes qui permettent d’étudier systématiquement comment s’opère la recherche partenariale, la sociologie de la connaissance s’est moins souvent penchée sur elle et sur l’analyse de données empiriques pour répondre à un autre genre de questions, à savoir, par exemple, quels seraient les effets du partenariat sur la définition des critères de scientificité en recherche sociale.

20Néanmoins, un constat peut être fait dès à présent. S’il y a bel et bien un noyau dur dans la définition des recherches participatives, il y a aussi des désaccords quant à l’intensité des partenariats et à leurs objectifs ultimes, de même qu’une variation significative dans leur composition d’acteurs. Cela conduit à un débat sur le sens même de la recherche partenariale, qui en appelle à son authenticité par rapport à une certaine vision originelle (Clément et al., 1995). C’est ce qu’explicitera la section suivante, à partir d’illustrations québécoises.

Des lieux d’ancrage divers, des objectifs contrastés, un « sens » contesté

21La recherche participative ne se présente pas également au sein des disciplines des sciences sociales et humaines. Car le sens qu’elle prend se rapporte à son ancrage disciplinaire et historique, et à travers les motivations générales des chercheurs et de leurs partenaires. Aujourd’hui, divers vocables sont donnés aux études regroupées dans la famille des recherches participatives. Il y a toujours l’originelle recherche-action, et aussi la recherche militante. Mais depuis une bonne vingtaine d’années, nombre d’écrits réfèrent à la recherche collaborative en passant par les qualificatifs de partenariale ou orientée, ou à des dénominations plus récentes comme « université-communauté » ou « community based  research ».

22La recherche participative ou collaborative est particulièrement présente dans les disciplines appliquées comme le travail social et l’éducation, domaines de formation professionnelle dont les ressorts sont d’outiller les intervenants et praticiens (Huberman, 1995 ; Barbier, 1996 ; Desgagnés et al., 2001). Ici, le rapprochement des chercheurs avec les praticiens s’exprime dans la volonté de relier la théorie à la pratique. Vue sous cet angle, la recherche partenariale est clairement associée à la recherche appliquée, par contraste avec la recherche fondamentale. Fin 1980, Michael Huberman, sociologue de l’éducation et réputé méthodologue en recherche qualitative, jetait déjà un regard pénétrant sur la recherche orientée vers la pratique (Huberman & Gather Thurler, 1991). Bien que s’intéressant à la phase de dissémination des résultats, il considérait comme cruciale la manière dont se déploient toutes les étapes du processus de recherche, à partir du point de départ et du choix des orientations. Cependant, l’intitulé de son ouvrage donne une vision sur la « pratique » d’intervention, non pas une visée d’émancipation sociale.

23Au-delà de cet ancrage dans des départements universitaires axés sur la formation professionnelle, des chercheurs embrassent une visée plus émancipatrice et d’action collective du partenariat (Mayer et al., 2000 ; OCBR, 2009). Cette filiation de la recherche participative est présente dans des domaines comme l’éducation populaire et l’organisation communautaire. Elle apparaît aussi en sociologie et en géographie, plus souvent associée à des thèmes de recherche comme la santé (Messing, Neis & Dumais, 1995 ; Messing, Dumais & Seifert, 1998 ; Mantoura, Gendron & Potvin, 2007), la lutte à la pauvreté (ATD Quart Monde, 2006 ; Dyke, 2010), le développement local (Fontan & Rodriguez, 2009).

  • 3 Saul Alinsky (1971) est une référence sur la mobilisation et l’organisation communautaire. Dans et (...)

24Dans le domaine du travail social, où nous travaillons depuis plusieurs années, les deux tendances se retrouvent : pratique et émancipatrice. Les chercheurs mettent généralement au cœur de leur mission la « raison pratique » et « normative », la formation de praticiens réflexifs de l’intervention (auprès des individus et des familles, des petits groupes, des collectivités) et la pensée humaniste. Le rapprochement avec la pratique psychosociale, mais aussi avec l’action sociale mobilisatrice, invoque un « intérêt de connaissance » particulier ; possiblement plus situé du côté instrumental que conceptuel, comme le suggère Michael Huberman (1991). Pour comprendre et agir, on se réfère souvent à des modèles ou à des schèmes explicatifs généraux (approches systémique ou constructiviste) (Dorvil & Mayer, 2001). La plupart des références théoriques proviennent de la sociologie ou de la psychologie, le travail social n’ayant pas développé de tradition de recherche aussi connue pour ses apports explicatifs (Mayer et al., 2000). En revanche, ses modèles de mobilisation sociale ou d’action radicale à la Alinsky 3, sont, eux, bien disséminés.

  • 4 Dans la logique de Donald Schön, la théorie n’arrive pas à proposer de solutions aux problèmes prat (...)

25Une autre finalité du travail social, sans lui être propre, est celle de l’action émancipatrice. Dans cette foulée, le travail social produit souvent ce qu’il est convenu d’appeler de la recherche par et pour. Celle-ci a pour but de faire des recherches sur des problèmes sociaux en faveur du pouvoir d’agir des groupes marginalisés (pour), finalité qui contraste avec son autre filiation historique plus fonctionnaliste et adaptative, celle du contrôle social. En outre, la recherche par et pour veut mettre à contribution de plain-pied ces groupes dans le processus de recherche (par) (Goyette & Hébert-Lessard, 1991). Dans la tradition du travail social, cela met en relief deux traits importants de la production de connaissance. D’abord, le primat de l’humain. La recherche doit libérer et aider l’humain, non pas l’assujettir. Ensuite, la méfiance du pouvoir expert. On retrouve ce genre de résistance, par exemple, dans les initiatives de recherche d’ATD Quart Monde (2006) ou de groupes communautaires très politisés (Lacelle & Dumais, 2009). Enfin, un auteur comme Donald Schön (dans Barbier, 1996), qui est une référence incontestable pour le praticien réflexif, prête aussi flanc à un genre de résistance, mais cette fois vis-à-vis la théorie. Donald Schön tire en effet des conclusions assez mitigées sur la théorie : celle-ci exercerait un pouvoir sur la pratique qui lui est conféré par tradition scientiste, et le praticien devrait s’en détacher le plus possible quand son savoir d’expérience ne cadre pas avec elle 4. Dans cet esprit, l’argumentaire de Donald Schön aide à comprendre pourquoi le travail social adhère sans peine à l’approche de recherche misant sur le partenariat, mais pas forcément à tous les types de partenariats.

26Dans la recherche féministe, menée généralement par des sociologues mais aussi par des anthropologues ou même des biologistes, on a beaucoup misé sur la recherche-action (Dagenais, 1981 ; Dumais, 1990 ; Descarries & Corbeil 1993 ; Messing, Neis & Dumais, 1995). C’est en raison de son caractère émancipateur pour conscientiser les femmes à propos de leur santé, personnelle ou professionnelle, que la recherche-action a eu et conserve une influence pour l’intervention féministe. Elle continue d’influencer les partenariats de recherche concernant la violence conjugale, les droits civiques ou la situation économique des femmes au Nord et au Sud (Mandell & Whittington-Walsh, 2004 ; De Koninck, Konaté & Yaro, 2010). Rendre visible ce qui est caché et non reconnu et donner de la puissance à qui est en position de faiblesse sont deux finalités incontournables de la praxis féministe. Quant à la posture théorique, la recherche féministe s’est développée en une famille aussi diversifiée d’approches que la sociologie elle-même. Elle n’en conserve pas moins un réflexe très critique sur la science et la théorie étant donné le développement historique patriarcal de ces dernières (Harding, 1986 ; Farrugia, 2002).

27Les recherches participatives sur la pauvreté visent l’empowerment des populations, à leur donner du contrôle sur le développement de leurs milieux et à reconnaître leurs capacités et leurs savoirs propres (Dallaire, 2002 ; René & Laurin, 2009). En développement international (et local), divers écrits suggèrent de fonctionner de plus en plus en termes de Community Based Research pour permettre aux populations locales d’orienter les recherches en fonction de leurs besoins plutôt qu’au bénéfice d’intérêts corporatifs ou gouvernementaux (Tandon, 2005 ; OCBR, 2009).

28Nous venons de voir, dans les exemples présentés, qu’il y a filiation historique entre la recherche-action, voire militante, et la recherche centrée sur des groupes sociaux démunis. Les deux exemples suivants feront contraste à l’impression d’homogénéité du champ de la recherche partenariale. Ils feront ressortir un autre genre de finalité sociale et d’autres types d’acteurs sociaux, élargissant ainsi notre examen de la recherche partenariale à d’autres cas bien présents au Québec.

29Dans les travaux sur l’économie sociale, la recherche partenariale s’est fortement positionnée en faveur de la reconnaissance politique d’un nouveau mouvement socioéconomique (Vaillancourt, 2008 ; ARUC-ÉS, 2009). La recherche y accompagne l’action politique et stratégique en vue de consolider un changement social : que ce soit par une meilleure connaissance du mouvement et de ses composantes, par une analyse de la régulation étatique sur la disposition des ressources ou par la diffusion large des résultats de recherche. Cependant, les discussions autour des rôles respectifs des chercheurs et des partenaires n’ont pas mené forcément à une vision nette et partagée sur la position du chercheur dans la hiérarchie des savoirs ou par rapport à la disposition des résultats de recherche (Leroux & Sutton, 2008).

30La sociologie clinique, présente dans le domaine de la santé et des services sociaux, mais aussi du travail social, est une « façon de produire de la connaissance sociologique avec des acteurs sociaux, dans un rapport de proximité et d’implication entre chercheurs et acteurs sociaux » (Rhéaume, 2009, p. 196). En rapport avec ses recherches menées en santé publique, Jacques Rhéaume a avancé l’idée d’une finalité radicale pour la recherche en partenariat, bien qu’encore implicite plutôt qu’explicite : celle d’une fusion entre savoir scientifique des chercheurs universitaires, savoir pratique des professionnels et gestionnaires, savoir d’expérience des populations. Cette fusion, qui « enrichirait les savoirs » des uns et des autres, concourrait à abolir la hiérarchie des savoirs et à revoir la science à travers « l’idée d’une épistémologie pluraliste », forçant cette dernière à voir ses limites, d’un point de vue éthique notamment (op. cit., pp. 203-207).

31Dans ces deux derniers cas, les recherches ne sont pas les héritières directes de la recherche-action libératrice, mais demeurent néanmoins partenariales dans un sens « authentique ». Dans le premier, il est suggéré de réformer l’institution universitaire avec un souci plus poussé de démocratisation de la recherche, par une ouverture aux partenaires sociaux plus grande qu’auparavant. Mais recadrer en ce sens les ressources de l’université nécessite la transformation de certaines règles institutionnelles. Dans le second cas, le genre de dispositif « souhaité » par les chercheurs vient modifier la représentation même du savoir scientifique en sciences sociales. Ce second cas soulève, de manière limitée mais non moins annonciatrice, une réflexion sur l’épistémologie et l’éthique au sein de l’institution académique. Nous allons aborder ces deux enjeux, institutionnel et épistémologique, dans la seconde partie de l’article.

Un type de recherche moins marginal au sein de l’institution universitaire québécoise, soulevant de nouveaux risques

32Nous allons montrer que l’essor de la recherche partenariale a déjà modifié certaines règles du jeu à l’intérieur de l’université québécoise, en observant comment elle cohabite avec la recherche plus conventionnelle et de quelles ressources elle bénéficie actuellement. Nous clorons notre analyse en nous demandant jusqu'à quel point ces transformations ne viennent pas aussi ébranler d’autres fondations de l’institution, à savoir sa position privilégiée dans la pyramide des savoirs.

Une forme de recherche de moins en moins marginale

33En Amérique du Nord, et au Québec en particulier, les projets de recherche partenariale à finalité sociale ont émergé de concert avec une forme de militantisme universitaire (Fontan, 2000, 2006). L’Université du Québec à Montréal, qui se voulait lors de sa création en 1969 une « université “populaire” soucieuse de favoriser l’accessibilité et la démocratisation du savoir », a d’ailleurs créé un bureau de liaison « non commercial » avec la communauté, le Service aux collectivités (Vaillancourt, 2007). Dans cette foulée, d’autres bureaux de liaison universitaire se sont tournés vers les demandes provenant de syndicats, d’organismes communautaires, de groupes féministes. Le ministère de l’Éducation du Québec a instauré, en 1984, le Fonds des services aux collectivités de manière à subventionner des projets de recherche. Puis, le Conseil québécois de recherche sociale (aujourd’hui Fonds québécois société-culture) a emboîté le pas avec son programme de financement pour l’implantation d’équipes de recherche associant chercheurs et praticiens, suivi par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada avec le programme d’Alliances de recherche universités-communautés. Il est donc inexact, toujours selon Yves Vaillancourt, de considérer la recherche partenariale comme étant marginale au sein de l’institution universitaire, au Québec du moins. La recherche partenariale reste probablement minoritaire au sein de l’université québécoise – et canadienne. Mais elle s’est institutionnalisée tout de même.

34Toutefois, la recherche partenariale des années 1990 s’est imposée dans un sens différent de la recherche-action des années 1970 et 1980 car, comme nous l’avons évoqué précédemment, elle a pris un tournant plus stratégique qu’émancipateur.

  • 5 Les critiques de la recherche partenariale sont indirectes. Elles abordent surtout la « marchandisa (...)
  • 6 Ces auteurs sont à l’origine d’une analyse du monde de la recherche contemporaine à travers laquell (...)

35En effet, la recherche partenariale dorénavant s’imposerait – ou plutôt tenterait de s’imposer, puisqu’elle a ses critiques 5 – comme créneau d’innovation sociale (Bouchard 1999 ; CRISES 2011). Cette finalité serait adaptée du « mode 2 » de production des connaissances, c’est-à-dire une organisation de la recherche fondée sur un dispositif structuré de partenariat entre université et collectivité dans une perspective d’innovation (Gibbons et al. 1994) 6. Il n’est pas rare, en effet, de voir combien la formule de financement des « actions concertées » du Fonds québécois société-culture engage les universitaires à travailler avec des ministères et des agences publiques qui annoncent leurs besoins pour de la recherche et, aussi, leurs attentes en termes de solutions innovantes et de retombées sociales escomptées (Dyke, 2010 ; Fontan, 2006 ; OCBR, 2009). Le meilleur positionnement institutionnel de la recherche partenariale en sciences sociales apparaît aussi lié à sa capacité à mieux s’adapter au contexte de concertation et de dialogue caractérisant la production de politiques publiques des années 2000 (Babin, 2010).

Une nouvelle « ère » de lutte pour la reconnaissance

36Notre analyse de la situation québécoise suggère que la recherche partenariale tend à se substituer aux grandes praxis des changements sociaux des décennies précédentes (marxisme, féminisme, « keynésianisme »). La recherche partenariale s’attarde sur une multitude de problèmes sociaux spécifiques et d’enjeux politico-économiques, afin d’en dégager des solutions pratiques innovantes. De même, la recherche partenariale tend à s’écarter des grands narratifs de changements – du moins des anciens, puisque l’écologie et le développement durable en constituent souvent des vecteurs d’inspiration. La recherche partenariale se présente beaucoup plus comme une forme de concertation et de démocratisation (approche « bottom-up » ou « horizontale »), où la société civile participe de plain-pied au processus de politiques publiques plutôt que de déléguer son autorité à des experts, chercheurs académiques ou technocrates de la fonction publique. Vue sous cet angle, elle rompt avec le discours technocratique et hiérarchique des années 1960 (approche « top-down » ou experte). Néanmoins, nous devons continuer de poser la question sur sa finalité réelle : car, en même temps qu’elle démontre sa capacité d’innovation et sa finalité « progressiste » dans plusieurs cas, est-ce que la recherche partenariale ne conserve pas, dans d’autres cas, une portée d’ingénierie sociale, soit au bénéfice d’acteurs puissants (comme l’État ou certains groupes d’intérêts de la société civile), soit en aidant à contrôler certaines populations ? La réponse n’est pas univoque. Et c’est entre autres pour cela que la recherche partenariale suscite aujourd’hui, nous l’avons déjà dit, un débat sur son sens « normatif » et sur son « authenticité ».

37Au tournant des années 2000, la revue Sociologie et sociétés consacrait un numéro à la question des partenariats de recherche (Godin & Trépanier, 2000). Divers auteurs avaient cherché à étudier les effets du « mode 2 » de production de connaissances sur la recherche universitaire et sur les organismes subventionnaires. Plusieurs auteurs avaient avancé que ni le volume de financement dédié aux universitaires ni les orientations de politiques scientifiques, ni la part de la recherche fondamentale dans les sciences n’avaient subi de changement, en dépit du discours sur l’avancée du mode 2 et la régression du mode 1 de recherche, traditionnelle, libre et fondamentale (Godin & Gingras, 2000). En sociologie, Mathieu  Albert et Paul Bernard (2000) avaient observé une cohabitation tranquille de la recherche traditionnelle avec la recherche orientée en fonction de thèmes décidés par ou avec d’autres acteurs plutôt que par les seuls chercheurs. Cette coexistence n’avait entraîné aucune confrontation entre les deux, ni de remise en cause de l’une par l’autre.

38Néanmoins, nos propres observations de la recherche partenariale des dix dernières années nous autorisent à avancer un premier élément de réflexion.

39Du point de vue institutionnel se manifeste présentement une manière offensive de parler des partenariats de recherche (Gaffield, 2010 ; Hall & Downing, 2009 ; OCBR, 2009). Certains chercheurs universitaires ont un discours du type « one best way ». Nous avons évoqué précédemment que le sens des discours de nombreux chercheurs renvoie à la nécessité soit de démocratiser le savoir universitaire (Vaillancourt, 2007), soit d’innover (CRISES 2011), soit enfin de créer des liens directs avec les praticiens de l’intervention sociale ou du développement local (Dyke, 2010 ; Dumais, Bussières & Béchard, 2011). De plus, nous avons vu que des gestionnaires de fonds en font la promotion, notamment en convergence avec une conception des politiques publiques et de la recherche sociale offrant des solutions pratiques aux problèmes sociaux sur la base de la concertation.

40Mais, d’un autre côté, la sociologie critique et la sociologie de la connaissance (voir, par exemple, Habermas, [1973] 1976 ; Hollis & Lukes, 1982 ; Gellner, 1986) continuent de mettre en évidence que la « techno science pratique et pragmatique » est un joug pour la recherche, comme l'écrit Francis Farrugia (2002). Or, concrètement, les risques annonciateurs d’une instrumentalisation du savoir universitaire se sont-ils avérés significatifs ?

Réflexion sur la question « discrète » de la démarcation du savoir universitaire et des autres savoirs

41En parallèle au débat sur la reconnaissance institutionnelle de la recherche partenariale – ou de la recherche orientée – quelle analyse peut-on faire des conséquences de l’importance croissante des recherches participatives sur le savoir en sciences sociales ? Est-ce que le statut symbolique d’autorité du savoir académique et sa spécificité épistémologique restent intacts ?

  • 7 Des auteurs comme Axel Honneth (1995) et Judith Butler (2005), dont les réflexions sont par ailleur (...)

42Nous allons soulever une deuxième question qui demeure probablement peu familière à l’ensemble des pratiques de recherche partenariale, mais qui émerge de façon significative à travers les expériences radicales de recherche participative. Il s’agit de l’estompage des frontières entre « savoirs d’expérience » et savoir scientifique. Autrement dit, à la faveur d’un appel à la démocratisation de la recherche, mais surtout à l’émancipation, certains partenaires souhaitent faire sauter la frontière entre savoir scientifique (ou théorique) et savoir d’expérience. Pour ceux-ci, la conquête du savoir ne se limite pas à acquérir du savoir théorique ou des résultats de recherche empirique, mais à contester le savoir expert des universitaires et, au nom de la reconnaissance politique (ou éthique) des acteurs sociaux, à « aplatir » la pyramide des savoirs. Ce genre de discours sur la reconnaissance est particulièrement fort dans le champ des études sur la pauvreté et sur les minorités 7 (ATD Quart Monde, 2006 ; Bastien, Tremblay & Dumais, 2010).

43Ce discours entraînerait « discrètement » une logique négative – parfois dénigrante – de l’importance de la recherche, puisqu’il présuppose que la recherche n’a pu par ses moyens propres (méthode empirique, analyse réflexive, potentiel explicatif des théories, capacité critique) produire des connaissances suffisamment valables pour comprendre ce que vivent les populations ni pour reconnaître leur valeur et leurs savoirs d’expérience. Ce discours, admettons-le, n’est pas sans poser implicitement la question de la démarcation du savoir universitaire.

  • 8 Voilà tout de même une perception qui mériterait plus d’attention en termes épistémologiques. Car p (...)

44Néanmoins, de nombreux chercheurs en recherche partenariale continuent de revendiquer l’outillage traditionnel de la rationalité et de la méthode scientifique en dépit du genre de critiques venant de partenaires radicaux issus de la mouvance émancipatrice (Leroux & Sutton, 2008 ; ARUC-ÉS, 2010). Car la position de ces chercheurs serait sans doute renforcée par les attentes mêmes de « leurs » partenaires, articulées en termes de « méthode fiable d’enquête » ou « d’analyse rigoureuse » (Dumais, Bussières & Béchard, 2011). En effet, la plupart des universitaires qui sont engagés dans la recherche partenariale sont perçus par leurs partenaires sociaux comme produisant des savoirs éclairants en soi et une manière pénétrante de réfléchir à un problème de société ou d’organisation. Si les partenaires attribuent aux chercheurs l’expertise des méthodes 8, ces derniers respectent en retour les savoirs d’expérience et les critiques de leurs partenaires – qui sont de plus en plus nombreux à sortir eux-mêmes des universités, d’ailleurs.

  • 9 Récemment, des chercheurs chevronnés en recherche partenariale ont engagé une réflexion épistémolog (...)

45En revanche, d’autres chercheurs posent la question frontalement, comme Jacques Rhéaume (2009) avec la sociologie clinique : selon lui, l’épistémologie pluraliste constitue la conséquence irrémédiable de la recherche partenariale parce qu’elle force la science à voir ses limites et l’entraîne dans une sorte de fusion avec des savoirs pratique et d’expérience. Cela dit, la réflexion de Jacques Rhéaume sert, selon nous, davantage à faire émerger un questionnement épistémologique approfondi qu’un ensemble de réflexions « discrètes » dans une littérature portant davantage sur les « conditions de succès » du processus partenarial que sur ses ramifications épistémologiques 9.

  • 10 Il y a des chercheurs qui revendiquent une épistémologie constructiviste en concordance avec une an (...)

46Bref, l’émergence de la recherche partenariale dans les 20 dernières années et sa « lutte pour la reconnaissance » au sein de l’institution universitaire ne semble pas avoir entraîné une réflexion épistémologique forte. C’est pourquoi, selon nous, la question de la démarcation du savoir universitaire (de sa méthode, de la théorie, de sa finalité) reste totalement ouverte, voire non assumée 10.

Une dynamique de collaboration sous influence : quelques considérations éthiques à tirer

47Nous avons abordé précédemment certains risques entourant l’authenticité de la recherche partenariale en raison de l’asymétrie des pouvoirs et ressources des partenaires. Or, cette dimension politique a aussi des ramifications éthiques. En voici trois.

48La démarche partenariale pose d’abord un test d’intégrité face au trafic d’influence et aux pressions à l’instrumentalisation. Ces pressions indues peuvent venir du chercheur omnipotent ou d’un partenaire puissant. Certes, l’interlocuteur habile dans la négociation peut tirer son épingle du jeu. Mais la force de résistance n’est pas donnée à tous également. Faudra-t-il se doter de balises éthiques plus précises pour contrôler les risques qu’impliquent les relations partenariales ? Ou est-ce que l’éthique de la recherche « traditionnelle » peut toujours s’appliquer adéquatement aux nouveaux partenariats ?

49Développons brièvement pourquoi il s’avèrerait pertinent d’approfondir cette réflexion.

50La littérature sur la recherche participative a généralement reconnu les chercheurs comme étant favorisés dans le rapport de force entre partenaires (voir par exemple Clément et al., 1995). Toutefois, cette analyse s’applique certes avec des populations vulnérables (familles pauvres, personnes handicapées) mais moins bien dans des partenariats avec des acteurs sociopolitiques (syndicats, leaders d’organisations). Comme conditions de réussite, d’autres enquêtes ont révélé que la confiance et la transparence sont centrales (Mandell & Whittington-Walsh, 2004 ; Dumais, Béchard & Bussières, 2011). Voilà des balises éthiques importantes. Mais ces conditions dépendent beaucoup des personnes en présence, de leurs caractères, de leurs intérêts. Dans des cas divers, que nous avons été à même d’observer au cours des années, la dynamique entre partenaires peut être convergente (par exemple, le chercheur sympathisant mais relativement indépendant) mais, a contrario, parfaitement instrumentalisée (volontairement ou involontairement). Des cas de partenaires en opposition ne sont pas rares non plus, aussi paradoxal que cela puisse paraître : par exemple, un chercheur qui confronte ses vis-à-vis sur leurs actions ou un partenaire qui est particulièrement critique ou suspicieux. Comme l’a observé Michael Huberman (1991), les tensions entre partenaires illustrent divers points d’insatisfaction et de litige, sur les échéances, le vocabulaire ou la « longueur » des rapports de recherche, sur les réponses aux questions, sur d’autres préférences. Les écarts par rapport aux attentes de chacun seront déterminants dans la satisfaction du produit final, d’une part, et pourront influer sur la décision de s’engager à nouveau dans un partenariat de recherche, d’autre part.

51Une deuxième considération éthique a trait aux « sujets » de recherche. Car par rapport aux chercheurs, les partenaires restent dans un rapport asymétrique du fait qu’ils sont très souvent eux-mêmes les objets de recherche – la réciproque ne s’appliquant pas ou si peu. La recherche partenariale ne pose à peu près jamais comme objets d’étude les universitaires ou leur mode de production. En conséquence, bien qu’une réelle coconstruction de connaissances puisse s’opérer en recherche partenariale, les projets de recherche posent généralement le regard que d’un seul côté. Une analyse rapide des titres d’études produites par l’ARUC-ÉS des derniers dix ans en constitue une certaine preuve.

52Une troisième considération a trait à la propriété des recherches. Celles-ci sont généralement encadrées par l’institution universitaire qui défend hautement la propriété intellectuelle des chercheurs. La question « à qui appartiennent les résultats » méritera plus d’attention dans l’avenir prochain. Elle exige d’ailleurs au préalable que l’on réfléchisse à ce qui constitue « les produits » de recherche partenariale, ainsi qu’aux critères de partage des résultats dans la mesure où chacun des partenaires collabore aux choix des questions, à l’application des méthodes, à la diffusion des données. Plusieurs intellectuels, avec des partenaires et aussi des gestionnaires de la recherche sont en train de se pencher sur ces questions. Le faire systématiquement permettra d’ajuster adéquatement à la pratique de la recherche partenariale certaines règles éthiques présentement en vigueur à l’université.

53Selon nous, ces trois dimensions éthiques ne peuvent être esquivées si l’université québécoise veut se donner une perspective claire sur le développement de la recherche en partenariat.

Conclusion

54La recherche universitaire est tributaire de la société qui la rend possible. Par la recherche partenariale, l’université vient d’une manière claire et formelle rendre des comptes à la société civile, lui payer son tribut. Elle le fait aussi d’une manière plus collective qu’auparavant, en ce sens qu’elle ne compte pas seulement sur la volonté d’individus pour s’engager comme intellectuels, avatar de l’université traditionnelle pourrait-on dire. Elle le fait en construisant des appareillages plus stables et intégrés à l’institution universitaire, laquelle se rend ainsi plus facilement disponible. Avec la recherche partenariale, les ressources académiques et les experts ne sont plus à la seule portée de riches organisations ou de commandites privées.

55Nous avons fait porter notre réflexion sur quelques points issus du développement de la recherche partenariale au Québec, en commençant par définir les contours de la recherche partenariale puis en illustrant des enjeux qu’elle entraîne dans son sillon. La recherche partenariale peut être définie comme une forme de recherche participative, dans un ensemble très diversifié. Elle incarne une vision de la science coexistant plus ou moins paisiblement, selon les périodes, avec la recherche théorique ou fondamentale. La recherche partenariale est une méthode de recherche qui, si l'on s’intéresse à la spécificité du savoir scientifique, force à réfléchir à nouveau sur la démarcation entre savoir académique et savoir d’action ou d’expérience, et comporte diverses conséquences d’ordre pratique. Enfin, la recherche partenariale invoque une réflexion éthique renouvelée de la recherche.

56Dans la foulée des expériences diversifiées ayant étayé notre argumentaire au travers de cet article, nous avons montré que des chercheurs universitaires et leurs partenaires ont travaillé au rapprochement des savoirs en surmontant des obstacles et en tentant de baliser leurs règles d’opération. Dans la mesure où l'on en saisit toute la portée sur le savoir universitaire et comme mission d’intérêt public, la recherche partenariale offre un potentiel à des acteurs et à des organisations qui n’avaient pas pu bénéficier des ressources universitaires auparavant. Cela dit, de l’autre côté, elle entraîne des coûts pour les organisations sur le terrain, du temps et des risques de dévoilement, et un certain nombre d’enjeux non encore éclaircis. Nous avons tenté d’en identifier quelques-uns nous paraissant importants. L’essor qu’ont connu les travaux de recherche en partenariat au Québec dans les dernières années nous donne non seulement plus de possibilités de les poursuivre mais aussi l’obligation de réfléchir à leur fonctionnement même.

Haut de page

Bibliographie

Albert M. & P. Bernard (2000), « Faire utile ou faire savant? », Sociologie et sociétés, vol. 32, nº 1, pp. 71-92.

Alinsky S.D. (1971), Rules for Radicals: A Pragmatic Primer for Realistic Radicals, New York, Random House Editors.

Anadon M. (dir.) (2007), La Recherche participative : multiples regards, Québec, Presses universitaires du Québec.

ARUC-ÉS (Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale) (2009), À la Croisée des savoir. 10 ans de recherche partenariale en économie sociale, Montréal, UQAM. [Vidéo de 17 minutes.]

ARUC-ÉS (Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale)/RQRP-ÉS (Réseau québécois de recherche partenariale en économie sociale) (2007), La Recherche partenariale : le modèle de l’ARUC-ÉS et du RQRP-ÉS, Montréal, UQAM.

ARUC-ÉS (Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale) (2010), « Pour l’essor de la recherche partenariale : enjeux, défis et stratégies », Séminaire de l’ARUC-ÉS, Montréal, UQAM, 29 avril.

ATD Quart monde (2006), Charte du croisement des savoirs et des pratiques avec des personnes en situation de pauvreté et d’exclusion sociale, Reims, France.

Babin J. (2010), « Le savant et la politique publique », Recherche et innovations, Revue du Fonds québécois de la recherche sur la société et la culture, vol. 6, nº 3-5.

Barbier J.-M. (dir.) (1996), Savoirs théoriques et savoirs d’action, Paris, Presses universitaires de France.

Bastien R., Tremblay L. & L. Dumais (2010), « Stigmatisation paradoxale induite par la recherche sociale sur l’exclusion », Montréal, UQAM, Cahiers du LAREPPS, nº 10-07.

Berthelot J.-M. (2008), L'Emprise du vrai : connaissance scientifique et modernité, Paris, Presses universitaires de France.

Bilodeau A., Lapierre S. & Y. Marchand (2003), Le Partenariat : comment ça marche ? Mieux s’outiller pour réussir, Montréal, Direction de la santé publique.

Bouchard C. en coll. avec Groupe de travail sur l’innovation sociale (1999), Recherche en sciences humaines et sociales et innovations sociales. Contribution à une politique de l'immatériel, Québec, Les publications du Québec.

Butler J. (2005 [1990]), Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, Éditions La Découverte.

Clément M., Ouellet F., Coulombe L., Côté C. & L. Bélanger (1995), « Le partenariat de recherche. Éléments de définition et ancrage dans quelques études de cas », Service social, vol. 44, nº 2, pp. 147-164.

CRISES (Centre de recherche sur les innovations sociales) (2011), « Présentation du CRISES » http://www.crises.uqam.ca/le-centre/presentation.html

DagenaisA H. (1981), « Quand la sociologie devient action : l’impact du féminisme sur le concept de pratique sociologique », Sociologie et sociétés, vol. 13, n° 2, pp. 49-66.

Dallaire M. (2002), Cadres de collaboration des approches participatives en recherche : recension d’écrits, Montréal, Université de Montréal/Chaire Approches communautaires et Inégalités de santé (CACIS).

De Koninck M., Konaté M.K. & Y. Yaro (2010), À la Recherche de pistes pour améliorer les conditions des jeunes migrantes en centre urbain, Sainte-Foy, Université Laval, Centre d’appui à la recherche et à la formation (CAREF).

Descarries F. & C. Corbeil (1993), « Recherche-action et questionnements féministes », Montréal, UQAM, Cahiers Réseau de recherches féministes, nº 1.

Desgagné S., Bednarz N., couture C., Poirier L. & P. Lebuis (2001), « L’approche collaborative de recherche en éducation : un rapport nouveau à établir entre recherche et formation », Revue des sciences de l’éducation, vol. 27, nº 1, pp. 33-64.

Dorvil H. & R. Mayer (dir.) (2001), Problèmes sociaux. Tome 1 - Théories et méthodologies, Sainte-Foy, Presses universitaires du Québec.

Dumais L. (1990), A Sociological Study of Feminist Approaches to Biology, Thèse de doctorat, Londres, London School of Ecocomics and Political Science.

Dumais L., BussiÈres D. & A. BÉCHARD (2011), L’Économie sociale à Montréal, Montréal, Éditions Vie Économique.

Dyke N. (2010), « La recherche en partenariat. Relever le défi de la pauvreté », Recherche et innovations, vol. 6, pp. 9-18.

Farrugia F. (2002), « Pour une sociologie de la connaissance sociologique. Les hommes, la science, l’institution », dans Farrugia F. (dir.), La Connaissance sociologique. Contribution à la sociologie de la connaissance, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 25-50.

Fischer D. & L. Ahern (2002), « PACE, une approche qui va plus loin dans l’empowerment », Santé mentale au Québec, vol. 27, n° 1, pp. 128-139.

Fontan J.-M. (2000), « De l’intellectuel critique au professionnel de service : radioscopie de l’universitaire engagé », Cahiers de recherche sociologique, vol. 34, pp. 79-97.

Fontan J.-M. (2006), « La recherche partenariale en économie sociale au Québec », Horizons, Ottawa, Gouvernement du Canada, Projet de recherche sur les politiques, vol. 8, nº 2, pp. 16-21.

Fontan J.-M. (2011), « Modèles de recherche collaborative : présentation de quelques expériences », Séminaire Science et société du CRISES, Montréal, UQAM, 8 février.

Fontan J.-M. & P. RODRIGuez (2009), Étude sur les besoins et les aspirations des résidants de l’îlot Pelletier, Montréal, UQAM, Cahier de l’ARUC-ÉS, nº C-02-2009.

GAFFIELD C. (2010), Paradigm Shifts, Colloque Knowledge Commons Summit: A National Conversation, Montréal, UQAM, June 2nd. http://knowledgecommons.ning.com/

Gagné G. (2009), « Sur l’évolution historique du financement des universités », Financement et gouvernance de l’UQAM. Débats et perspectives sur la condition des universités, Montréal, SPUQ-UQAM, 27 février.

Gélineau L. (dir.) (2007), Les Quartiers: lieux d’ancrage et d’intégration. Le point de vue de personnes immigrantes de Québec, Québec, CSSS de la Vieille Capitale.

Gellner E. (1986), Relativism and the Social Sciences, Cambridge, Cambridge University Press.

Gibons M., Limoges C., Nowotny N., Shwartzman S., Scott S. & M. Trow (1994), The New Production of Knowledge, Londres, Sage Edition.

Godin B. & Y. Gingras (2000), « Impact of Collaborative Research on Academic Science », Science and Public Policy, vol. 28, n° 2, pp. 273-278.

Godin B. & M. Trépanier (dir.) (2000), « La Science : nouvel environnement, nouvelles pratiques ? », Sociologie et société, numéro thématique, vol. 32, nº 1.

Goyette G. & M. Hébert-Lessard (1991), La Recherche-action : ses fonctions, ses fondements et son instrumentation, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Habermas J. ([1973] 1976), Connaissance et intérêt, Paris, Éditions Gallimard.

Hall B. & R. Dowing (2009), « Funding and Development of Community-University Research Partnerships in Canada », Symposium of Community-Based Research, Canada, Ottawa, May.

Harding S. (1986), The Science Question in Feminism, New York, D. Reidel Editor.

Hollis M. & S. Lukes (dir.) (1982), Rationality and Relativism, Oxford, Basil Blackwell Edition.

Honneth A. (1995), The Struggle for Recognition. The Moral Grammar of Social Conflicts, Londres, Polity Press.

Huberman M. & M. Gather Thurler (1991), De la Recherche à la pratique. Éléments de base, Berne, Éditions Peter Lang.

Huberman M. (1995), « Research utilization: The state of the art », Knowledge & Policy, vol. 7, nº 4, pp. 13-21.

Jetté C., Dumais L. & Y. Vaillancourt (2003), « Réflexions sur quelques expériences du Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales en matière d’évaluation de l’économie sociale dans le domaine des services aux personnes », Montréal, UQAM, Cahier du LAREPPS, nº 3-4.

Lacelle D. & L. Dumais (2009), « Recherche partenariale et questionnements des acteurs locaux », Forum CACIS (Chaire Approches communautaires et Inégalités de santé), Montréal, Centre Saint-Pierre, 9 octobre.

Leroux S. & L. Sutton (2008), « Séminaire sur la recherche évaluative. Compte rendu », Montréal, UQAM, Alliance de recherche universités-communautés en économie sociale, Cahier nº 13, avril.

Mayer R., Ouellet F., Saint-Jacques M.-C. & D. Turcotte (2000), Méthodes de recherche en intervention sociale, Boucherville, Gäetan Morin Éditeur.

Mandell N. & F. WhiTtington-Walsh (2004), « Building Bridges across Sectors: A Resource to Help Create Community and Academic Research Partnerships », Toronto, CERIS Working Paper, nº 33.

Mantoura N., gendron S. & l. potvin (2007), « Participatory Research in Public Health: Creating Innovative Alliances », Health and Place, vol. 13, pp. 440-451.

Martuccelli D. (1999), Sociologies de la modernité, Paris, Éditions Gallimard.

Messing K. Neis B. & L. Dumais. (dir.) (1995), Invisible: Issues in Women’s Occupational Health/La Santé des travailleuses, Charlottetown, PEI, Gynergy Books.

Messing K., Dumais L. & A. M. Seifert (1998), « Transfert bi-directionnel de connaissances sur la santé des travailleuses », dans Solar C. (dir.), Pédagogie et équité, Montréal, Les Éditions Logiques, pp. 207-240.

Ninacs B. (1995), « Empowerment et service social : approches et enjeux », Revue Service social, vol. 44, nº 1, pp. 69-93.

OCBR (Office of Community-Based Research) (2009), The Funding and Development of Community University Research Partnerships in Canada, Victoria, C.-B., University of Victoria.

René J.-F. & I. Laurin (2009), « Transmettre la parole de parents en milieu de pauvreté : quand le chercheur devient médiateur », Nouvelles pratiques sociales, vol. 21, nº 2, pp. 60-76.

Rhéaume J. (2009), « La sociologie clinique comme pratique de recherche en institution. Le cas d’un centre de santé et services sociaux », Sociologie et sociétés, vol. 41, nº 1, pp. 195-215.

Sajnami S. & M. Mendel (2007), « La recherche partenariale : le cas de l’ARUC en économie sociale », Organisations et territoires, vol. 16, nº 1, pp. 115-122.

Sebillotte M. (2007), « L’analyse des pratiques. Réflexions épistémologiques pour l’agir du chercheur », dans Anadon M. (dir.), La Recherche participative, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 49-87.

Tandon R. (2005), Participatory Research: Revisiting the Roots, New Delhi, Mosaic Books.

Vaillancourt Y. (2007), « Democratizing Knowledge: The Experience of University- Community Research Partnerships », Carold Institute, Building Local and Global Democracy, Toronto, pp. 63-80. http://www.carold.ca/

Vaillancourt Y. (2008). « L’économie sociale au Québec et au Canada : configurations historiques et enjeux actuels », Montréal, UQAM, Cahier du LAREPPS, nº 08-07.

Haut de page

Notes

1 Le réseau public de santé et de services sociaux du Québec compte de nombreux chercheurs qui ont mené des recherches en partenariat, parfois impliquant des universitaires, mais pas toujours. La Direction de la santé publique de Montréal en est un bel exemple, de même que plusieurs établissements de soins et de services, comme les centres de santé et de services sociaux (Bilodeau, Lapierre & Marchand, 2003).

2 C’est ce à quoi réfère la notion d’empowerment, traduite en français par « pouvoir d’agir », que l’on retrouve dans les secteurs de la réadaptation en santé mentale ou du handicap, ainsi qu’en action communautaire. Voir par exemple : Ninacs (1995), Fischer & Ahern (2002).

3 Saul Alinsky (1971) est une référence sur la mobilisation et l’organisation communautaire. Dans et hors université, il a nourri la réflexion et la pratique sur l’action sociale radicale dans une perspective d’efficacité et de reconnaissance.

4 Dans la logique de Donald Schön, la théorie n’arrive pas à proposer de solutions aux problèmes pratiques, qui sont contextualisés. Mais les praticiens peuvent y arriver dans la mesure où ils sont réflexifs. Pour une vision moins duale sur le couple théorie-pratique, mais appliquée dans un tout autre domaine, voir Sebillote (2007).

5 Les critiques de la recherche partenariale sont indirectes. Elles abordent surtout la « marchandisation » et la « privatisation » du savoir universitaire à partir du constat que la recherche en partenariat sert des intérêts corporatifs et que les fondations privées se substituent de plus en plus à l’État comme bailleurs de fond de la recherche. Leur critique s’adresse plus directement à la recherche orientée que financent les organismes subventionnaires, c’est-à-dire à l’instrumentalisation de la recherche en lien avec les besoins d’une administration publique en mal d’ingénierie sociale. Voir par exemple Gagné (2009).

6 Ces auteurs sont à l’origine d’une analyse du monde de la recherche contemporaine à travers laquelle un mode 1 de recherche, traditionnel et « libre », est supplanté par un mode 2 de production de connaissance. Le mode 2 consiste en un dispositif structuré de partenariat entre université et industrie dans une perspective d’innovation technologique. Le mode 2 est considéré comme une vision plus caractéristique des sciences (physique, chimie, biologie). Mais, selon d’autres chercheurs, elle serait davantage caractéristique du discours normatif de Michael Gibbons et ses collègues qu’une description de la réalité comme telle (Godin & Trépanier, 2000).

7 Des auteurs comme Axel Honneth (1995) et Judith Butler (2005), dont les réflexions sont par ailleurs denses et solidement assises sur une littérature théorique, sont intéressants à lire sur cette question.

8 Voilà tout de même une perception qui mériterait plus d’attention en termes épistémologiques. Car par rapport à leurs forces analytiques, de « production de sens » et de concepts, les sciences humaines souffrent tout de même de faiblesse méthodologique relative par rapport à d’autres savoirs experts et aux sciences expérimentales.

9 Récemment, des chercheurs chevronnés en recherche partenariale ont engagé une réflexion épistémologique importante à partir des fondements du pragmatisme de Charles Sanders Peirce et John Dewey. Voir Jean-Marc Fontan (2011).

10 Il y a des chercheurs qui revendiquent une épistémologie constructiviste en concordance avec une analyse politique de l’acteur militant en conflit. Mais, comme d’autres sociologues l’ont abondamment argumenté, cette posture contient aussi nombre d’apories. Voir par exemple Gellner, 1986 ; Martuccelli, 1999 ; Berthelot, 2008.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Dumais, « La recherche partenariale au Québec : tendances et tensions au sein de l’université », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les partenariats de recherche, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 02 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3747

Haut de page

Auteur

Lucie Dumais

Professeure à l’UQAM, Codirectrice du Laboratoire de recherche sur les pratiques et les politiques sociales (LAREPPS) - École de travail social, Université du Québec à Montréal, Montréal, Canada - dumais.lucie@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page