Navigation – Plan du site
Les partenariats de recherche

Conditions, dynamiques et analyses des partenariats de recherche

Comparaisons internationales
Anne Gillet et Diane-Gabrielle Tremblay

Texte intégral

1Dans le cadre de ce dossier de la Revue SociologieS, nous proposons une thématique consacrée à la « recherche partenariale », forme de recherche construite entre chercheurs et autres milieux professionnels (entreprises, administrations publiques, associations, syndicat…). Constatant en effet dans certains pays un intérêt pour la recherche partenariale, avec parallèlement un manque flagrant de connaissances et d’analyses théoriques développées sur ce type de recherche, il paraît pertinent de porter au débat scientifique ce mode de recherche, qui se rapproche, selon certains auteurs, de la recherche-action, de la recherche collaborative ou participative, ou encore qui s’en distingue clairement selon d’autres. Il faut ajouter aussi que selon les traditions disciplinaires ou encore selon les pays, ce type de recherche peut porter divers noms et renvoyer à des définitions distinctes.

2Face à la diversification et à la complexification des types de recherche, face à l'accroissement des contraintes dans la plupart des activités de recherche, le fait d’analyser les caractéristiques et les dynamiques de recherches menées avec des partenariats construits entre des chercheurs et d’autres milieux professionnels est porteur d’enseignements sur les dynamiques et les pratiques de recherche ainsi que sur leurs effets tant dans les organisations touchées que dans le milieu de la recherche en général. En effet, au fil des ans, le développement de pratiques de recherche partenariale a eu pour effet d’augmenter la place réservée aux « objets » de recherche, pour leur attribuer souvent une participation nettement plus active. La recherche partenariale a ainsi pris plus d’importance dans plusieurs pays, comme c’est le cas avec le Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, qui met de plus en plus de l’avant ce type de recherche, mais aussi dans d’autres pays européens où cela se développe également.

3Il faut souligner que différents degrés de coopération existent entre chercheurs et acteurs d’autres milieux professionnels. Comme nous le verrons dans les articles réunis ici, les modalités des recherches instituées entre ces acteurs peuvent prendre des formes diverses : recherche universitaire, recherche-action, recherche intervention, recherche collaborative, recherche participative, recherche partenariale, ou autre.

4En France, dans les disciplines scientifiques des sciences sociales comme la sociologie, l’intervention de chercheurs universitaires dans les milieux professionnels autres que les leurs, comme par exemple en entreprise, avec des acteurs de la société civile, politique ou syndicale, ou encore dans les secteurs de la fonction publique, est source de nombreuses questions et n’est pas une pratique courante. La recherche partenariale est alors peut-être un mode de recherche questionnant, étonnant, voire innovant pour les enseignants-chercheurs et les institutions en France et dans certains autres pays d’Europe. Alors qu’au Québec, par exemple, la « recherche partenariale » est déjà présente depuis un bon moment dans les établissements universitaires, même si elle n’est pas un mode de recherche dominant.

5Il était alors risqué de lancer un appel à articles sur le thème de la « recherche partenariale ». Cette orientation a toutefois connu un réel engouement car de nombreuses propositions d’articles ont été reçues et en plus de ce dossier de SociologieS nous avons également publié un numéro de la revue Interventions Économiques (Gillet & Tremblay, 2011) qui développe d’autres dimensions de cemême thème et est dirigé par les mêmes coordonnatrices.

  • 1  Conservatoire national des arts et métiers, 2 rue Conté, 75003 Paris, France. http://www.cnam.fr
  • 2  Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique, Cnam, Centre National de Recherche S (...)
  • 3  La journée y était organisée par l’ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés) sur la ges (...)
  • 4  Centre de recherche sur les innovations sociales, UQAM, Montréal, Canada.

6Les articles regroupés dans le présent dossier thématique constituent une sélection des textes reçus en réponse à l’appel à articles et ont fait l’objet d’évaluation « à l’aveugle » par des pairs. Certains textes s’inscrivent dans la prolongation de débats avec les auteurs, tenus début 2011 lors d’un séminaire en visioconférence organisé par les coordonnatrices du numéro, au Cnam 1-Lise 2 à Paris ainsi qu’à la Télé-université 3 et au Crises 4 à Montréal. Une quinzaine de chercheurs venus du Québec, de France, de Belgique et de Suisse se sont retrouvés lors de cette rencontre. Tous les textes soumis, issus de ces journées et de l’appel large lancé par la revue SociologieS, ont été revus et de nouveau évalués, puis corrigés encore par la suite, pour ceux qui ont été retenus.

7Ce dossier s’est positionné en ouverture à diverses approches théoriques et disciplinaires ainsi qu’à des terrains d’analyse multiples. Ce dossier est aussi lui-même le résultat d’une dynamique partenariale internationale. Coordonné par une personne membre du laboratoire de recherche du Lise-CNRS et du Cnam en France et par une personne membre de l’ARUC sur la gestion des âges et des temps sociaux ainsi que du laboratoire de recherche du Crises au Québec-Canada, il illustre également l’intérêt et la concrétisation d’échanges professionnels réguliers facilitant la construction d’une collaboration internationale.

8Dans cette introduction sont rappelés les principaux éléments de nos réflexions et sont présentés les articles composant ce numéro.

9Rappelons d’abord qu’au Québec la recherche partenariale avec la société civile se pratique depuis des décennies (notamment dans le cadre du programme des Alliances de recherche université-communauté, mais aussi des services aux collectivités de l’Université du Québec à Montréal – UQÀM), alors que d’autres pays européens, comme la France, n’ont développé ce type de pratique que plus récemment.

10En 2008, la Présidence française de l’Union européenne avait établi les relations entre sciences et société comme l’un des enjeux de la construction de l’Espace européen de la recherche. Les relations entre sciences et société sont inscrites dans le septième programme-cadre pour la recherche et le développement (7ème PCRD), instrument de financement de la recherche de l’Union européenne. Intégré au programme « Capacités », le thème « Science dans la société » vise, entre autre, à « une gouvernance plus dynamique des relations entre la science et la société (meilleure compréhension de la science et de la technologie, engagement à anticiper et à clarifier les problématiques, renforcement du système scientifique européen, évolution du rôle des universités) » ;et à « faire communiquer la science et la société ».

11La recherche publique française est dans ce contexte incitée à une ouverture au monde socio-économique. Mais, dans le cadre de partenariats de recherche dont il est ici question, l’intention n’est pas d’introduire le monde marchand et les intérêts économiques dans la recherche publique. Le but est en fait de développer une nouvelle régulation de la recherche par la mise en place d’une recherche partenariale issue d’une réelle collaboration entre les acteurs et d’une co-construction (de la problématique de recherche, des outils, de l’analyse, de la diffusion des résultats) entre scientifiques et acteurs de la société civile. La « société » valoriserait ainsi directement ses intérêts grâce à sa participation au processus de recherche lui-même.

12En France, des dispositifs, de formes organisationnelles multiples, impulsent des orientations vers un rapprochement entre recherche et société civile ou entreprises. Le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche oriente vers un rapprochement du monde universitaire et du monde de l'entreprise par divers dispositifs mis en place depuis quelques années. Cette tendance à développer l’idée de « coopération » entre les milieux professionnels pourrait se révéler positive pour la recherche en prenant les précautions nécessaires avec les milieux économiques. Cependant, étant le plus souvent tissée par des orientations politiques, cette tendance de coopération est mal perçue par de nombreuses communautés scientifiques.

  • 5  Un organisme de recherche tel que le CNRS a créé en juillet 2010 une Direction innovation et relat (...)
  • 6  L’établissement public d’enseignement supérieur et de recherche qu’est le Conservatoire national d (...)
  • 7  Convention industrielle de formation par la recherche (Cifre).
  • 8  Partenariats institutions - citoyens pour la recherche et l’innovation (PICRI). Appel à projet 200 (...)
  • 9  Alliance de recherche universités-communautés (ARUC). La création en 1999 par le Conseil de recher (...)

13Parallèlement, des institutions de recherche et d’enseignement, telles par exemple le CNRS 5 ou encore le Cnam 6, portent des missions explicitement orientées en interface et en coopération avec divers milieux professionnels. Le partenariat entre la recherche publique et les milieux professionnels (entreprises ou autres organisations) est encouragé par l'augmentation continue du nombre de Conventions industrielles de formation par la recherche (Cifre 7) existant depuis une trentaine d’années. Ce dispositif place le doctorant, jeune salarié dans l’organisation, dans des positions complexes de tenue de rôles multiples reliés à la recherche scientifique dans son laboratoire et à l’opérationnalité de ses analyses dans l’organisation qui l’a recruté. Soulignons aussi le dispositif Picri 8, inspiré des ARUC 9 du Canada, qui organise des coopérations étroites entre laboratoires publics de recherche et acteurs de la société civile afin de promouvoir la mise en œuvre de processus de collaboration continue et d’apprentissages mutuels pour la production de connaissances nouvelles.

14Par ailleurs, certains sociologues travaillent de façon constante dans d’autres institutions que les universités (par exemple dans des services orientés sur la recherche et le développement de grandes entreprises publiques ou privées, dans certains Ministères ou autres administrations, etc.). Tout en développant des interventions sur des champs d’activités plus opérationnelles demandées par leur hiérarchie et parfois en collaborant avec les milieux scientifiques universitaires, certains de ces sociologues participent au développement de connaissances scientifiques par leur travail de théorisation. Le risque de ce type de recherche est cependant de se borner à répondre aux commandes institutionnelles avec une stricte posture de recherche appliquée.

15Par ailleurs certaines recherches sur contrats favorisent un type de démarche de mise en coopération de chercheurs et d’acteurs d’autres milieux professionnels.

16En France, dans un contexte de profond remaniement de la recherche, se révèle ainsi une hybridation des mondes de la recherche, tant au niveau institutionnel qu’au niveau des cadres, des dynamiques et des pratiques de recherche.

17Cependant, le fait de travailler « avec » divers milieux professionnels dans le cadre de dispositifs partenariaux ne signifie pas nécessairement une recherche partenariale au sens de « recherche avec co-construction de connaissance ». Inversement, des chercheurs peuvent travailler sans dispositif partenarial officiel avec des acteurs d’autres milieux professionnels, tout en développant avec eux de réels partenariats de recherche.

18Les apports de la recherche scientifique sur la société sont sollicités par les orientations politiques. Cependant, en France comme dans nombre de pays, la recherche participative reste de nos jours peu institutionnalisée dans les pratiques effectives et même au Québec où elle est relativement développée, elle n’est toujours pas dominante comme méthode de recherche et suscite encore des interrogations. Au-delà des incitations politiques et des dispositifs invitant à la recherche partenariale, c’est la mobilisation des établissements publics et surtout des chercheurs qui va déterminer la mise en place ou pas de recherches partenariales et surtout les formes, réellement collaboratives ou non, qui lui sont données. Car dans les faits et selon les établissements d’exercice, nombreux sont les universitaires et chercheurs qui, ponctuellement ou régulièrement, travaillent en collaboration avec des acteurs de divers milieux professionnels, sur des thématiques intéressant la société et permettant des usages sociaux des résultats de ces recherches. En France, les attributions de la fonction universitaire de chercheur et/ou d’enseignant et les financements publics ne comportent en effet pas d’incitation à développer des recherches avec les autres milieux professionnels ni d’obligation de faire des liens entre « science » et « société ». Au Québec et au Canada par contre, les organismes publics de financement de la recherche (Fonds québécois de recherche sur la société et la culture, Conseil de recherches en sciences humaines du Canada) ont depuis plus d’une quinzaine d’années favorisé le développement de la recherche partenariale, alors que d’autres organismes (Conseil de recherche en développement social du Québec et Services aux Collectivités-UQAM et autres composantes du réseau de l’Universités du Québec notamment) avaient déjà impulsé le mouvement.

19La recherche partenariale, pour laquelle la plupart des chercheurs français semblent peu disposés et peu préparés, nécessite, sinon des cadres institutionnels, forcément des pratiques de recherche et des professionnalismes spécifiques – à réfléchir et à co-construire, du côté des chercheurs et aussi du côté des autres milieux professionnels. Au Québec, la réflexion a surtout été engagée sur les modalités de cette recherche, sur ses enjeux et ses difficultés.

20La recherche partenariale, processus dynamique complexe, est source d’apprentissages mutuels et originaux, d’aides aux solutions et aux conseils apportés à divers milieux professionnels et souvent d’innovations sociales. Ce type de recherche s’accompagne de volontés et de valeurs partagées, de compétences détenues par chaque partenaire, avec des démarches adaptées aux milieux institutionnels d’appartenance. Les capacités d’un chercheur à mener des recherches scientifiques et aboutissant à des retombées sociales sont rares et sans aucun doute précieuses. Or, la valorisation dans les milieux scientifiques de ce type de recherche et la reconnaissance des chercheurs par leurs pairs posent problème et ce, dans pratiquement tous les pays. Cela pose la question des critères d’évaluation de la recherche. Si au Canada la recherche partenariale est plus reconnue, il reste cependant que les publications parfois souhaitées par les partenaires (documents de vulgarisation, de diffusion large) ne comptent malgré tout pas autant dans les CV des enseignants et chercheurs, de sorte que des défis persistent.

21Ce dossier interroge aussi les thèmes de la « coopération », des postures et des pratiques de recherche scientifique, des savoirs « théoriques » et des savoirs « pratiques » échangés et co-construits entre divers milieux professionnels dans le cadre de partenariats.

22Un des objectifs de l’appel à textes sur ce thème était de mener une réflexion à partir de pratiques de recherche menées avec succès entre professionnels de la recherche (chercheurs et/ou enseignants) et autres professionnels, d’entreprise ou d’administration ou d’association ou encore de syndicat, engagés dans une forme partenariale de recherche. Les articles présentés ici s’appuient sur des terrains de recherches importants où le partenariat est analysé par des problématiques diverses où le regard sociologique est privilégié. Il était compliqué d’identifier les théories pertinentes et de les utiliser pour une réflexion sur un champ de recherche et d’analyses encore peu stabilisées. Quoi qu’il en soit, les articles réunis ici contribuent fortement à la réflexion et permettent d’avancer en la matière.

23Ce dossier, à travers ses articles, permet ainsi d’apporter des éléments de réponse aux questions que nous nous sommes posées sur ce qui est nommé « recherche partenariale » et d’analyser ce type de recherche sous l'angle de ses cadres et de ses conditions d'émergence, de ses enjeux et de ses dynamiques, des rôles tenus par chaque partenaire, des formes et de la portée des résultats de recherche, des effets et des suites du partenariat, mais aussi des risques d’instrumentalisation des acteurs.

24L’ouverture souhaitée à l’international permet de confronter des réalités sociétales et professionnelles diverses, à travers les textes rapportant des recherches menées dans diverses aires géographiques, à savoir au Québec, en France, en Belgique et en Suisse. Par cette dimension internationale, le constat de l’influence de dimensions sociétales participant à la construction des activités de recherche en partenariat avec divers milieux professionnels, en interaction avec les postures plus individuelles des chercheurs ou collectives de leurs équipes de recherche, mérite d’être approfondi.

25Au total, sept articles retracent des recherches avec des partenaires de divers milieux professionnels.

26Dans le premier article, Lucie Dumais propose un classement des pratiques de recherche partenariale ayant cours dans les universités au Québec. Sans prétendre à une investigation systématique, elle puise dans divers domaines de recherche et plusieurs disciplines des sciences sociales, ainsi que dans son expérience de recherche personnelle. Certains enjeux engendrés par l’essor de la recherche partenariale au sein de l’institution universitaire sont ensuite exposés : la tension avec la recherche traditionnelle, la démarcation du savoir universitaire des autres types de savoirs et enfin l’éthique de la recherche. Elle montre bien comment les résultats de la recherche partenariale peuvent parfois poser question aux partenaires et, de là, poser des enjeux majeurs pour les chercheurs, jusqu’à inviter à remettre en question cette pratique.

27Par la suite, Denis Bussières et Jean-Marc Fontan analysent le mode de recherche partenarial en partant du point de vue des praticiens qui ont participé à ce type de recherche au sein du Réseau québécois de recherche partenariale en économie sociale (RQRP-ÉS), un réseau de recherche partenariale ayant une assez longue expérience de travail en partenariat. L’analyse révèle les raisons des praticiens à y participer, les activités auxquelles ils ont pris part ainsi que les conditions identifiées par eux pour assurer le bon déroulement d’une recherche partenariale.

28Valéry Psyché et Diane-Gabrielle Tremblay présentent le résultat de leurs observations des processus de participation à une recherche partenariale à travers l’usage d’outils du web social entre les membres d’un réseau de recherche partenariale au Québec. La recherche montre que malgré l’engagement de membres du réseau dans le projet, leur participation n’est pas très active dans les échanges d’information ou de connaissances via le web. Cet objectif d’échanges pourtant attendu de la recherche partenariale n’étant pas atteint, l’analyse confirme les difficultés à développer des flux de connaissances réguliers ou des communautés de pratique au sein de réseaux de recherche partenariale qui ont pourtant le développement et l’échange de connaissances parmi leurs principaux objectifs.

29Virginie Xhauflair et François Pichault proposent une contribution à partir d’une méthodologie de recherche-intervention qu’ils ont développée lors d’une recherche en Belgique et qu’ils qualifient de type entrepreneurial. Ils posent la question de leur capacité d’analyse des données en tant que chercheurs et de leur rôle entrepreneurial, de manière réflexive. Ils répondent à une double interrogation : d’une part, le chercheur peut-il être lui-même un « entrepreneur » et dès lors aller plus loin que la simple production de connaissances ? D’autre part, cette posture entrepreneuriale lui permet-elle de se poser à son tour en producteur de connaissances ? À partir de deux études de cas, ils mettent en lumière diverses facettes de l’action d’un « chercheur-entrepreneur ».

30Laurence Seferdjeli et Kim Stroumza exposent la situation des Hautes écoles spécialisées suisses, qui ont pour mandat la recherche appliquée et le développement, au cœur de nouvelles politiques de la recherche tournée vers l’innovation. Elles montrent que l’activité partenariale et les processus qui participent à sa constitution sont peu visibles et peu valorisés scientifiquement dans les modèles de la diffusion. L’activité partenariale est prise entre pratique ordinaire, activité professionnelle et activité scientifique, soumise à la temporalité du processus. Elle interroge la conception même du savoir qui sous-tend les modèles de recherche appliquée.

31Pour sa part, Hélène Belleau vérifie, à partir des recherches menées par un des Centres locaux de services communautaires (CLSC) à Montréal au Québec, si une recherche développée en partenariat s’accompagne ou non d’une meilleure adaptation de ses résultats aux besoins des divers acteurs impliqués et si ses retombées sont plus nombreuses ou pas dans les milieux des partenaires que dans le cas d’une recherche plus « classique ». Ses analyses apportent une réponse mitigée. Deux facteurs expliquent ce résultat contrasté : la présence de « mesures de précaution » mises en œuvre par les partenaires lors la mise à l’épreuve des connaissances nouvelles et le retour à d’anciens modes de fonctionnement entre intervenants et chercheurs.

32Enfin, ce dossier se termine par l’article de Michel Chauvière et Bernard Duriez, portant sur l’analyse en France du Groupement pour la recherche sur les mouvements familiaux. Les auteurs analysent la construction par les chercheurs et les militants de ce dispositif de recherche partenarial, grâce à une socialisation réciproque empreinte de coopération et de conflits d’interprétation. Ils présentent les difficultés rencontrées et les solutions imaginées pour garantir une coproduction de connaissances, notamment par la tenue de journées d’études et l’écriture de Cahiers et de livres. Une des causes du succès de ce processus tient sans doute au fait que les connaissances historiques produites n’avaient pas de visée transformatrice des organisations.

33L’ensemble des textes ici réunis nous paraît pouvoir bien lancer le débat sur les avantages et les apports de la recherche partenariale, tout en soulevant les difficultés, les écueils possibles et les enjeux pour les chercheurs. Nous espérons que ces articles contribueront à activer les échanges et les discussions sur les méthodes utilisées dans nos pratiques de recherche, tout en invitant certains à expérimenter de nouvelles méthodes de recherche, dont la recherche partenariale. Les personnes qui souhaitent approfondir la réflexion trouveront aussi des articles sur ce thème dans le numéro de la revue Interventions économiques cité bibliographie, et qui porte sur le même sujet.

Haut de page

Bibliographie

Gillet A. & D.-G. Tremblay (dir.), « Pratiques, analyses et enjeux de la recherche partenariale », Revue Interventions économiques [En ligne], 43 | 2011, mis en ligne le 01 juin 2011. URL : http://interventionseconomiques.revues.org/1345

Haut de page

Notes

1  Conservatoire national des arts et métiers, 2 rue Conté, 75003 Paris, France. http://www.cnam.fr

2  Laboratoire interdisciplinaire pour la sociologie économique, Cnam, Centre National de Recherche Scientifique, UMR N° 3320. http://www.lise.cnrs.fr

3  La journée y était organisée par l’ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés) sur la gestion des âges et des temps sociaux (www.teluq.uqam.ca/aruc-gats)

4  Centre de recherche sur les innovations sociales, UQAM, Montréal, Canada.

5  Un organisme de recherche tel que le CNRS a créé en juillet 2010 une Direction innovation et relations avec les entreprises (Dire). http://www.cnrs.fr/

6  L’établissement public d’enseignement supérieur et de recherche qu’est le Conservatoire national des arts et métiers affiche, parmi ses missions, celles de « diffusion de la culture scientifique et technique » et de développement de la recherche technologique appliquée. http://www.cnam.fr/

7  Convention industrielle de formation par la recherche (Cifre).

 http://www.anrt.asso.fr/fr/espace_cifre/accueil.jsp

8  Partenariats institutions - citoyens pour la recherche et l’innovation (PICRI). Appel à projet 2009, Région Ile-de-France, www.iledefrance.fr/appelsaprojets

9  Alliance de recherche universités-communautés (ARUC). La création en 1999 par le Conseil de recherche en sciences humaines du Canada du programme d’Alliances recherche universités-communautés (ARUC) a renforcé l’intérêt pour la recherche partenariale, celle-ci ayant été développée d’abord dans le cadre des Services aux collectivités de l’université du Québec à Montréal, qui avait ouvert la voie sur ce plan. Pour deux exemples récents, voir l’ARUC en économie sociale de l’UQAM (http://www.aruc-es.uqam.ca/) et l’ARUC sur la gestion des âges et des temps sociaux de la Télé-université, Université du Québec (www.teluq.uqam.ca/aruc-gats).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Gillet et Diane-Gabrielle Tremblay, « Conditions, dynamiques et analyses des partenariats de recherche », SociologieS [En ligne], Dossiers, Les partenariats de recherche, mis en ligne le 18 octobre 2011, consulté le 26 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3751

Haut de page

Auteurs

Anne Gillet

Chercheuse et enseignante en sociologie, Conservatoire National des Arts et Métiers, Laboratoire Interdisciplinaire pour la Sociologie Economique, Centre National de Recherche Scientifique  UMR 3320, Paris, France - anne.gillet@cnam.fr.

Diane-Gabrielle Tremblay

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l’économie du savoir, Professeure Téluq-UQAM, Directrice de l'ARUC sur la gestion des âges et des temps sociaux, Québec, Canada ; tremblay.diane-gabrielle@teluq.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page