Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

Contre la résignation et la mauvaise foi  – pour les sciences sociales publiques

Against resignation and insincerity  for public social sciences
Jan Spurk

Résumés

La discussion sur « la situation actuelle de la sociologie » s’enferme facilement dans un cercle vicieux, le cercle de la plainte du mauvais état de notre discipline d’un côté et, de l’autre, l’approfondissement de notre enfermement intellectuel et institutionnel. Cet article propose de considérer les faiblesses de la sociologie en tant que manques à dépasser et de renouer avec le projet fondateur de la discipline pour développer les sciences sociales. Les frontières interdisciplinaires sont devenues des autolimitations de penser et des internalisations de distinctions administratives au lieu d’être des orientations pour la critique solidaire et la création d’une identité intellectuelle et sociale. Le projet de comprendre la société afin que les agirs des citoyens soient plus raisonnables est devenu marginal. Cette situation est devenue paralysante. Nous devons la dépasser pour ne pas transformer notre discipline en une « technologie sociale » (Jürgen Habermas), un savoir scolaire et pour ne pas la saboter.

Haut de page

Texte intégral

1J’aimerais rebondir sur les articles d’Alain Caillé et de François Dubet publiés dans le même dossier. Je partage largement les arguments de mes collègues. C’est pour cette raison que j’aimerais surtout développer dans cet article quelques arguments supplémentaires qui, bien sûr, n’engagent que moi et qui ne correspondent certainement pas toujours aux opinions d’Alain Caillé et de François Dubet.

Sociologie en crise ?

2En effet, le constat que la sociologie va mal, qu’elle est en crise, n’est pas récent. En schématisant, on peut distinguer deux explications de l’état de « crise » de la sociologie, qui ne sont, par ailleurs, pas exclusives : la fragmentation et le manque de sens social de la discipline.

3La fragmentation de la sociologie est une réalité bien connue et cet état est établi depuis longtemps. La liste des « sociologie de » est inépuisable et le nombre croissant des comités de recherche et des groupes de travail de l’AISLF, par exemple, indique également cette fragmentation de notre discipline. Pourtant déjà les pères fondateurs de la discipline, comme par exemple Auguste Comte dans son Cours de philosophie positive, ont regretté une certaine fragmentation de la discipline naissante. Karl Mannheim s’inquiète de la fragmentation de la sociologie au sein de laquelle coexistent une multitude de méthodes, d’approches, d’opinions, de théories et de résultats (Mannheim, 1936). Depuis, les constats de la division et de la dispersion, du manque de cohérence et de références communes, de concurrence (plus ou moins sauvage) et de guerres de chapelles sont habituels.

Fragmentation

  • 1 Les programmes internationaux, par exemple les programmes européens, n’ont pas véritablement changé (...)

4La fragmentation traditionnelle de la sociologie est liée à deux éléments. D’abord, la discipline est (au moins en Europe) profondément structurée par le cadre étatico-national dans lequel elle se pratique ainsi que par la culture et la langue nationales. Dans l’histoire de la sociologie ont toujours existé des sociologies nationales. Elles ne relèvent pas d’une « âme du peuple » nationale, mais elles sont (1) liées à des États-nations sur le plan institutionnel (universités, centres de recherches, crédits de recherches, etc.) ainsi que par le choix des objets qui ont été et qui sont encore aujourd’hui en général nationaux. Ce choix est largement influencé par des programmes de recherche nationaux et d’autres priorités politiques nationales 1. (2) Les références intellectuelles ont été et restent en grande partie nationales. Seuls les « très grands » ainsi que quelques classiques et surtout leurs travaux théoriques traversent les frontières. (3) Le public est en général national tout comme les langues de travail. Quelques langues, surtout l’anglais et le français, font exception à cette règle. Par ailleurs, l’anglais n’est pas une véritable lingua franca de notre discipline. Il est la langue de travail de nos collègues des pays anglophones et de beaucoup d’autres qui travaillent dans des mondes anglophones. Pour les autres, il n’est qu’une béquille de la communication minimaliste ainsi que la langue de la bureaucratie. (4) On ne doit, bien sûr, pas oublier les feedbacks souvent très productifs entre différentes sociologies, par exemple entre les sociologies états-uniennes et les sociologies européennes. Ces feedbacks n’ont pas pour autant créé un espace international homogène de la sociologie. (5) Malgré la mobilité internationale croissante des étudiants, qui reste toutefois un phénomène marginal, la formation et, par conséquent, le renouvellement générationnel des sociologues reste national. On ne peut pas déduire de la mobilité internationale des étudiants l’internationalisation de la sociologie. Pour ne citer que deux exemples classiques : Robert E. Park tout comme Talcott Parsons ont été formés en grande partie en Allemagne, mais leurs œuvres s’inscrivent pleinement dans la sociologie américaine.

5La seconde explication de la fragmentation de la sociologie renvoie à sa différenciation fonctionnelle en une multitude de spécialités, sous-disciplines, approches, courants, écoles et, de temps en temps, en véritables chapelles. Pourtant, au moins dans la sociologie francophone, le temps des chapelles intellectuelles me semble révolu, ce qui n’est pas pour me déplaire. Il subsiste des fiefs institutionnels et bureaucratiques. Il s’est installé une médiocrité ennuyeuse et voulue par beaucoup de collègues pour lesquels l’adaptation aux demandes et exigences venant de l’extérieur de la discipline est la règle d’or. Cette médiocrité dépasse les différents fragments de la sociologie et elle les rend compatibles.

Perte de sens

6Le deuxième aspect de sa « crise » persistante, la « crise » de sens, relève de la domination positiviste au sein de notre discipline. Le titre d’un des textes fondateurs de la sociologie, les Cours de philosophie positive d’Auguste Comte, est programmatique. Cependant, déjà dans les années 1930, Edmund Husserl a constaté que la domination du positivisme dans les sciences depuis la deuxième moitié du xixe siècle a mené les « sciences européennes », dont la jeune sociologie fait partie, à la crise car le lien entre les sciences et les hommes a été profondément transformé. Les sciences ne peuvent plus répondre aux questions les plus importantes et existentielles des hommes. Par conséquent, « de simples sciences de faits créent de simples hommes de fait [et] dans notre misère de vie… cette science n’a rien à nous dire » (Husserl, 1996, p. 4).

  • 2 Cf. aussi Paul Ricœur (1997, pp. 17-33 et pp. 335-354).

7Depuis très longtemps, la sociologie n'est plus « cette discipline de remise en question permanente » écrivait Jean Duvignaud déjà en 1973 (Duvignaud 1973, p. 35). Institutionnalisée, scolarisée et largement transformée en expertise, elle ne dispose plus ou très rarement de la capacité de penser en termes de dépassement et d'utopie, que revendiquent par exemple Ernst Bloch, Theodor W. Adorno et Karl Mannheim. L’'utopie n’est pas le rêve doux du paradis terrestre mais le point de repère dans l’avenir de notre travail quotidien 2. Dans ce point de repère, on ne peut pas penser la transcendance et on ne peut pas s’orienter dans le champ des avenirs possibles.

  • 3 Jean-Paul Sartre l’appelle « être dans le coup ».

8En évacuant la question des avenirs possibles de son travail, le sociologue transforme profondément son propre rapport à la société, son « vivre avec » (« mit-leben » de Max Scheler) 3. « Le gisement de la passion sociologique » (Duvignaud, p. 14) se fait très rare. Il a fait place au sérieux (dans le sens sartrien), plus ou moins résigné ou bien souvent même fataliste, même si les sociologues déplorent des dysfonctionnements et des scandales.

9Ainsi la sociologie est devenue « triste » (Duvignaud, 1973, p. 11). Les débats basés sur le vivant et sur les expériences vécues des sujets, sur leurs inquiétudes, leurs doutes, leurs angoisses et leur imagination ont fait place aux constats des objectivations, à la scolarisation et à la dogmatisation, à l’expertise et au conseil. Les sociologues et leur discipline sont ainsi de plus en plus éloignés des expériences concrètes de la vie en société, du rapport sensible et bien souvent charnel entre eux-mêmes, les autres et le monde social.

Quelle sociologie ?

Vers les sciences sociales

  • 4 En revanche, je parlerais plutôt de « capitalisme » que de « société moderne », mais cette différen (...)

10Je partage l’avis que la sociologie s’est constituée comme une « philosophie sociale des sociétés modernes » – comme le dit François Dubet dans ce dossier – 4 qui s’est développée contre la discipline économique utilitariste (comme le dit Alain Caillé). En effet, avec la sociologie a émergé une nouvelle manière de penser le monde social grâce au dépassement d’autres disciplines établies, non seulement de l’économie mais également (entre autres) de la philosophie académique. Le dépassement ne signifie pas l’anéantissement. Il serait ridicule de prétendre que l’économie ou la philosophie, par exemple, n’existent plus. Cependant, il existe une réelle rupture avec leurs manières d’analyser, de comprendre et d’expliquer le social. Les ruptures dans l’histoire ne créent jamais une sorte de « table rase avec le passé ». Ainsi il existe dans notre discipline une multitude de continuités qui la lie à ces disciplines. Ces continuités ne sont pas des impuretés, au contraire : elles sont précieuses pour la sociologie. Elle doit les défendre offensivement. Elle pourrait et à mon avis elle devrait, se développer dans un dialogue critique avec les autres disciplines proches par notre passé commun qui se concrétise, par exemple, dans les mêmes références. Il existe également des proximités grâce aux objets dont nous traitons. La reconnaissance, par exemple, a été l’objet d’analyses strictement philosophiques et, au moins à mon avis, strictement hégéliennes (Honneth, 2011). Or, de nos jours, elle est également l’objet de recherche de beaucoup de sciences sociales. Enfin, il ne s’agit pas de soumettre une discipline à l’autre ou de récupérer d’une manière opportuniste d’autres disciplines quelques fragments décontextualisés. Bref, il s’agit de dépasser l’état actuel de la sociologie pour avancer vers une science sociale, la « philosophie sociale des sociétés contemporaines », pour déformer la formule de François Dubet.

Développer l’autoréflexivité

11Le discours sur la « crise » de la sociologie est également la manifestation de l’autoréflexivité de notre discipline. L’autoréflexivité se trouve à son centre et elle est une force intellectuelle énorme. Elle est portée par le questionnement sur le sens, les méthodes et les résultats de notre travail. L’autoréflexivité est essentielle pour la sociologie car – je me permets de le rappeler – d’un côté, l’objet de notre travail est le monde social ou des parties de ce monde, les sujets qui le constituent, leurs subjectivités, leurs actions ainsi que les objectivations de leurs actions. De l’autre côté, nous faisons partie de ce monde. Nous sommes inscrits dans ce monde et il existe toujours entre nous et nos objets un rapport d’intersubjectivité.

12Le changement du monde social s’accélère de plus en plus. Aujourd’hui, le constat du « speeding up » est largement partagé dans la discipline (et au-delà de la sociologie), mais il n’est pas nouveau ; il est constitutif pour notre société (Adorno, 1961 ; Rosa, 2005 ; Spurk, 2004). Il fait partie des continuités du développement du capitalisme. Nos vécus de « crises » se généralisent et ils s’accélèrent ainsi. Ma génération, par exemple, n’a connu depuis son adolescence que des situations de crise touchant à des secteurs les plus divers de la société : de la crise pétrolière en 1973 aux crises financières en passant la crise de la famille, de l’emploi, des universités… et de la sociologie. La crise est la normalité de notre existence. Il existe un rapport dialectique entre le travail de compréhension et d’explication raisonnable qui caractérise la sociologie et le monde comme il est. Et ce monde est « en crise ». Seulement, si nous pouvons expliquer raisonnablement le social, nous pouvons essayer, si nous le voulons, d’intervenir dans la société pour la rendre plus raisonnable.

  • 5 Sur le plan bureaucratique il est, par exemple, nécessaire de distinguer un poste de sociologue d’u (...)

13En ce qui concerne la sociologie, j’aimerais retenir seulement deux vécus de crises qui se conjuguent : le premier est le vécu que nos analyses perdent de leur pertinence parce qu’elles ne rendent pas compréhensible ce monde qui change vite, poussé qu’il est par des crises qui se produisent, semble-t-il, fatalement. Nous n’arrivons pas ou nous n’arrivons plus à comprendre et à expliquer les phénomènes sociaux qui sont les objets de nos recherches. C’est de l’intérieur, sur la base de l’expérience des manques dans nos travaux que nos méthodes, nos théories et nos techniques sont à remettre en question afin de les réviser et, si nécessaire, de les dépasser pour pouvoir expliquer raisonnablement le social. De même, sont toujours à mettre en question les frontières entre les disciplines qui, à mon avis, relèvent plutôt de la commodité et de la nécessité bureaucratique 5 que de la pertinence intellectuelle.

La sociologie : une discipline institutionnalisée

  • 6 Par ailleurs, cette massification n’est pas à confondre avec la démocratisation des études de socio (...)

14Rappelons également quelques aspects institutionnels. En effet, l’institutionnalisation de la sociologie est beaucoup plus récente que sa fondation intellectuelle et elle est beaucoup plus récente que l’institutionnalisation de la philosophie ou du droit, par exemple. À quelques exceptions près, c’est surtout dans les années 1960 et 1970 et dans beaucoup de pays encore plus tardivement, que la sociologie s’est véritablement institutionnalisée. Le nombre de départements de sociologie, de laboratoires, de revues et d’associations a spectaculairement augmenté tout comme le nombre d’étudiants et d’enseignants-chercheurs. Les formations de sociologie ont souvent été des formations de masse 6. La perte d’étudiants depuis quelques années ne change pas profondément ce trait caractéristique de la formation sociologique. Au centre du développement institutionnel se trouvent les universités et les grandes organisations de recherche, comme en France le CNRS, directement liées à l’État, c’est-à-dire à des États-nations.

  • 7 Les anciens de l’AISLF se souviennent certainement encore de nos débats sur la professionnalisation (...)

15On constate également une diversification croissante des travaux de recherche ainsi que des formations. Aujourd’hui dominent les formations professionnalisées, les recherches appliquées et l’expertise 7. La sociologie n’est pas une discipline académico-ésotérique ; elle n’a jamais existé dans une tour d’ivoire. Elle a toujours, mais de différentes manières, été ouverte à la société. Cependant, la question la plus importante est de savoir le sens qu’on met dans le mot « ouverture ». Aujourd’hui et sur le plan empirique, cette ouverture est surtout instrumentale en raison de l’importance des recherches répondant à la « demande sociale », c’est-à-dire à la demande politique et, beaucoup plus rarement, à la demande privée (par exemple d’entreprises). Cette demande est par définition instrumentale. La raison instrumentale dominante se concrétise dans la domination croissante des recherches appliquées et de l’expertise.

  • 8 Le programmes tout comme le nombre de manuels, « d’introduction à… » et d’autres « repères » et « q (...)

16Enfin, on constate la scolarisation et la standardisation de la formation 8 qui va de pair avec le poids croissant de l’expertise. Le travail avec les classiques n’est que très peu développé. Loin de l’effort de compréhension du monde social d’aujourd’hui, il est réduit, comme François Dubet le souligne, à des présentations (souvent de deuxième main, par ailleurs) de quelques positions aux étudiants des premiers semestres ou à des travaux d’exégèse. Pourtant, les classiques représentent la continuité de notre discipline, un élément-clé de son identité. Ce n’est pas seulement la mémoire collective de notre discipline qui est en jeu mais également la compréhension des continuités qui existent dans nos sociétés.

17Bref, on a l’impression que la sociologie va dans tous les sens et qu’elle ne produit plus beaucoup de compréhension et d’explication du monde social. Le champ de la sociologie est à redéfinir, comme Alain Caillé et François Dubet l’indiquent également. Cependant, ce qui m’importe le plus et ce qui m’inquiète le plus est que la compréhension et l’explication, la quête de sens et la critique s’y perdent facilement, car la conception de la sociologie comme « philosophie sociale des sociétés modernes » (François Dubet) est (devenue) marginale.

La configuration imposée

  • 9 Par ailleurs, ce ne sont pas les idées qui ont une histoire mais les hommes qui se font des idées.

18On a vu que l’état de la sociologie ne s’explique pas comme le résultat d’une sorte d’histoire des idées 9. C’est pour cette raison que nous avons évoqué l’importance du cadre institutionnel de la sociologie, d’un côté et de l’autre, du changement hétéronome, que l’on appelle communément « crises », qui s’abat sur les sujets. Moins la sociologie dispose d’autonomie, plus elle s’aligne sur la raison instrumentale imposée (surtout) par les institutions.

De l’autonomie

  • 10 Nous avons développé ailleurs ces figures de façon explicite (Spurk, 2006).

19L’autonomie est le contraire du retrait dans la « tour d’ivoire ». Elle se développe grâce à l’ancrage conscient et volontariste dans la société ainsi que par l’affirmation du sens (social) qui lui est spécifique, ce qu’on appelle en allemand Eigensinn. Ceci n’est pas à confondre avec des défenses corporatistes (du statut, des conditions de travail et de rémunération, etc.), qui ne sont, par ailleurs, pas honteuses en soi. Il s’agit de développer et de défendre publiquement (1) ses règles et ses normes intellectuelles, éthiques et déontologiques tout comme ses règles et normes de fonctionnement institutionnelles (du développement de ses programmes de formation jusqu’aux critères de recrutement et de promotion des collègues, c’est-à-dire des pairs) ; (2) les raisons pour lesquelles on mène des recherches afin de comprendre certains phénomènes sociaux. Jürgen Habermas l’a appelé « intérêt de connaissance » qui est à la fois individuel (mon intérêt) et social (l’intérêt pour le développement de la société) ; (3) le programme et l’ambition de rendre notre société intelligible et compréhensible et de (s)’expliquer cette société dans l’interaction avec d’autres dans des espaces publics. (4) L’autonomie scientifique est un positionnement profondément démocratique car il participe au développement public et raisonnable de l’avenir de notre société. Il est le contraire du léninisme sociologique de ceux qui veulent apprendre aux incultes de quoi de monde est fait, où il va ou où il devrait aller. C’est également le contraire de l’expertise qui par définition doit s’aligner sur la raison instrumentale. C’est enfin le contraire de l’utilisation médiatique (et souvent narcissique) des sociologues dans « l’infotainment » de l’industrie culturelle 10.

20En développant l’autonomie de la sociologie, nous pouvons renouer avec l’ambition initiale de la sociologie d’être la « philosophie sociale des sociétés modernes » (François Dubet) et nous pouvons développer une véritable science sociale au centre de laquelle se trouvent des efforts de comprendre et d’expliquer le monde social. Cela nécessite surtout des efforts théoriques, qui – depuis longtemps – ont une mauvaise presse aussi bien au sein de la discipline que dans le monde institutionnel et dans l’opinion publique.

Du nouvel ordre

21En effet, la situation de la sociologie – tout comme celle des autres disciplines scientifiques – a radicalement changé depuis les années 1990. Ces changements ne sont pas les résultats de notre agir autonome ; bien au contraire, ils nous été imposés. Et les résistances ont été faibles, parce notre autonomie a été faible. L’obéissance aux nouvelles règles est établie. On constate souvent une véritable « obéissance préventive » (Theodor Adorno) : on anticipe et on applique les règles et les ordres avant qu’ils soient donnés.

22La reconfiguration du « paysage scientifique » est le résultat d’une multitude d’actions politiques, menées en général dans le cadre des États-nations qu’on ne peut présenter dans ce papier. On constate cependant une homogénéisation générale que j’aimerais esquisser à l’exemple de la Communauté européenne. Il est bien connu que « l’accord de Bologne » de 1999 11 représente désormais le cadre du développement des universités et des institutions de recherche en Europe. Cet accord sert, par ailleurs, souvent de modèle pour les réformes universitaires dans d’autres pays.

  • 12 On cherchera en vain une notion claire de « marché » dans ces textes.

23De cet accord, on a surtout retenu la réforme de la formation universitaire, le système LMD (licence-master-doctorat) et le système de comptabilité des acquis des étudiants : les ECTS. Cependant, cet accord initie une profonde réforme et une homogénéisation des politiques scientifiques en Europe, officialisées un an plus tard à Lisbonne. La finalité des réformes est clairement formulée dans l’accord de Bologne : « la nécessité de créer un espace européen de l’enseignement supérieur, comme moyen privilégié pour encourager la mobilité des citoyens, favoriser leur intégration sur le marché du travail européen et promouvoir le développement global du continent ». L’Europe doit jouer son rôle de « winner » sur les marchés mondiaux du savoir et de la formation. Pour atteindre cette finalité, on doit dépasser le monde universitaire et scientifique établi. On doit « faire en sorte que le système européen d’enseignement supérieur exerce dans le monde entier un attrait à la hauteur de ses extraordinaires traditions culturelles et scientifiques ». On constate une orientation ouvertement instrumentale vers les marchés. La situation établie dans les années 1980 doit être dépassée pour atteindre la finalité de correspondre aux marchés 12. La focalisation sur les marchés s’est entre-temps accentuée. Les politiques sont largement dominées par des méthodes managériales ; la quantification se généralise. La réforme universitaire en France, par exemple, suite à la « Loi relative aux libertés et responsabilités des universités » (LRU) est un exemple de l’application du management public aux universités tout comme du règne du quantitatif. Le développement des sciences devrait suivre la technique du benchmarking : se comparer avec la concurrence pour faire mieux. Comme dans les stratégies managériales dans les entreprises privées des années 1990 et 2000, on incite les chercheurs et les institutions à se comparer entre eux, avec leurs concurrents, sur le marché des savoirs pour faire mieux que les concurrents. On ne doit pas copier les concurrents, car ils auront toujours une longueur d’avance, mais on doit s’aligner sur leurs « bonnes pratiques » pour les « distancer ». Or, sur un marché, on ne peut comparer des marchandises semblables selon des critères abstraits. La standardisation, la logique marchande, l’utilitarisme de la raison instrumentale règnent désormais en maîtres.

24L’orientation sur les marchés et la logique marchande qu’elle implique concerne, bien sûr, également les sciences sociales. Les stratèges du développement scientifique veulent développer un véritable marché international de la recherche où règne une véritable concurrence entre les scientifiques et leurs institutions pour répondre le mieux à la demande de ce marché. Les institutions scientifiques devraient devenir des « compétiteurs ». Le résultat de cette « compétition » est, par exemple, régulièrement documenté dans le classement de Shanghai, qui ressemble à un CAC 40 des universités sur le plan mondial.

25Dans cette conception, les sciences sociales peuvent exister seulement comme fournisseurs d’expertise ou comme complément d’autres sciences-expertises (biologiques, médicales, etc.) ou comme facteurs d’optimisation des politiques publiques.

  • 13 Cette situation n’est pas due à la méchanceté ou à la perversité de bureaucrates, comme on le dit s (...)

26Nous avons tous constaté les plaintes presque rituelles de la croissante procéduralisation, du poids croissant de la gestion sur la recherche et sur l’enseignement ainsi que du pesant encadrement bureaucratique, très coûteux par ailleurs 13. La multiplication des règles et des procédures est nécessaire pour standardiser la recherche et l’enseignement ainsi que pour les rendre compatibles avec le projet politique initié par l’accord de Bologne. Aux mêmes objectifs politiques correspond la hiérarchisation des objets de recherche. Ce sont les recherches quantitatives et appliquées – et facilement transformables en expertise – qui intéressent ; les recherches fondamentales et théoriques n’ont pas la cote.

27Tout le monde doit se couler dans ce moule : nos collègues des services techniques et administratifs, les enseignants-chercheurs, les doctorants, les étudiants… Désormais, existe l’idéaltype d’un enseignant-chercheur new look : polyvalent, polyglotte, bon technicien et bureaucrate, spécialiste de la recherche appliquée et de l’expertise, gestionnaire et conformiste sur le plan intellectuel comme sur le plan social.

Perspectives

28Nous vivons la fin d’une époque dont la dernière période a été le règne du néo-libéralisme. « La situation actuelle de la sociologie » trouve sa place dans cette situation historique. La quête de connaissance, de savoir, de compréhension et d’explication du monde social, qui ne correspond pas à la logique marchande, a de moins en moins de place dans les universités et dans le monde de la recherche d’aujourd’hui. Or la quête de compréhension du monde social est la raison d’être des sciences sociales et de la sociologie. C’est cela qui provoque notre malaise qui alimente le débat présent.

29Le fait que SociologieS ait lancé ce débat sur « la situation actuelle de la sociologie » montre notre situation ambiguë et tendue entre l'instrumentalisation et l'effort de rendre le monde social intelligible comme un défi intellectuel, d’un côté. De l’autre côté, les articles d’Alain Caillé et de François Dubet, qui ont ouvert ce débat, témoignent de nos interrogations sur notre place et notre fonction sociale. Ils témoignent de notre malaise et de nos efforts pour le dépasser.

30La question n'est pas d'approuver ou de refuser a priori les tendances que nous venons de développer mais de se rendre compte de cette situation. On doit se positionner dans la situation telle qu’elle est. Elle est profondément contradictoire. L’ambition de développer des sciences sociales anti-utilitaristes et anti-instrumentales est essentielle. Bien sûr, il ne s’agit pas de développer une utopie dans le sens d’une image de la sociologie idéale, d’une sorte de paradis terrestre de la sociologie. L’alternative : « l’adaptation ou le placard » est une réalité car « vous avez le droit d’étudier la littérature ancienne, mais le contribuable n’a pas forcément à payer vos études de littérature ancienne » (Nicolas Sarkozy). Qui pourrait nier, par exemple, que nos unités de recherche n’existent que grâce à nos institutions et qu’elles ont besoin de contrats de recherche pour (sur)vivre. En revanche, cela ne mène pas fatalement à la transformation de nos laboratoires en cabinets de conseil. La logique marchande, l’instrumentalisme et l’utilitarisme dominent réellement ; on devrait être de mauvaise foi pour l'ignorer. La situation contradictoire des chercheurs et de notre discipline doit être analysée comme telle pour comprendre le « point de départ » social des recherches sans se perdre dans de vaines polémiques. Le refus solitaire (« sans moi ») des puristes auto-déclarés contre les vendus au capital n’est pas seulement pathétique, il nous paralyse, tout comme la guerre des chercheurs de terrain sérieux contre les théoriciens, baratineurs devant l'éternel.

31On pourrait caractériser la situation de la sociologie comme « bâtardise » en se référant à la conception des intellectuels de Jean-Paul Sartre : le sociologue est existentiellement et socialement dans la société mais, en même temps, grâce à son travail intellectuel, il se positionne d’une certaine manière hors de la société concrète car, pour comprendre la société, on doit prendre un certain recul analytique. C’est pour cette raison que la sociologie est aussi un discours de citoyens. Notre engagement dans la société n’est pas à confondre avec le militantisme ou l’expertise sociale.

32Notre « bâtardise » se concrétise dans la mesure où nous faisons partie des institutions telles qu’elles sont aujourd’hui et que nous y agissons, d’un côté. De l’autre côté, nous défendons une conception de la sociologie qui ne correspond pas au profil exigé par les institutions, une conception qui renoue avec l’ambition initiale de la sociologie d’être « la philosophie sociale des sociétés modernes » (François Dubet), pour qu’elle devienne une science sociale. Les analyses des traits généraux de notre société doivent se trouver au centre de ce développement. Ces analyses demandent surtout des efforts de conceptualisation et de théorisation. Elles demandent également un positionnement radicalement anti-utilitariste, critique et compréhensif. On doit essayer d’implanter cette orientation dans nos recherches et dans nos enseignements. J’aimerais citer seulement deux exemples pour illustrer cette réorientation : la méthode et les classiques. Pour quelles raisons un cours de méthodologie, par exemple, doit-il éviter les grandes questions des méthodes sociologiques et se limiter à l’enseignement de la technique d’enquête ? Ouvrons une nouvelle Methodenstreit ! Quid du positivisme, de l’utilitarisme et de la critique comme méthodes ? Pourquoi se borner à des présentations des classiques de notre discipline dans des cours pour étudiants débutants ? Renouons systématiquement avec ces positions ainsi qu’avec les précurseurs de notre discipline (philosophie sociale, marxisme, etc.) pour développer aussi bien la compréhension des continuités qui existent dans la société et dans notre discipline !

33La publicité de la sociologie est un enjeu crucial. François Dubet le souligne également dans son article. D’abord, dans les espaces publics d’aujourd’hui formatés par l’industrie culturelle, il n’y a pas de place pour la sociologie en tant que science sociale. Il y a de la place pour l’expertise et pour le divertissement. Il ne s’agit pas de proposer la nième version du léninisme sociologique qui remplacerait la minorité (dans le sens d’Emmanuel Kant) produite par l’industrie culturelle par la minorité produite par la sociologie. Nous devons créer nos espaces publics, aussi modestes soient-ils, afin d’établir des forums pour raisonner collectivement et publiquement sur l’état de nos sociétés, savoir pour quelles raisons elles sont devenues ce qu’elles sont actuellement et sur leurs avenirs possibles. Ce sont moins les possibilités que la volonté de créer ces espaces publics qui manquent. Pour donner quelques exemples de ces possibilités : nous devons (re)créer des débats entre collègues au sein de nos institutions pour faire vivre le projet d’une science sociale en dépassant les distinctions formelles entre disciplines. Les séminaires ouverts organisés dans ou à la marge de nos institutions peuvent être ouverts non seulement au monde académique mais aussi aux autres citoyens. Nous pouvons chercher des contacts avec les associations, les syndicats ou des partis politiques sans confondre le travail scientifique et le militantisme (qui est un noble engagement citoyen), en nous inspirant par exemple du Verein für Sozialpolitk au sein duquel, entre autres, Max Weber a joué un rôle important. Nous pouvons créer autour de nos revues des débats qui dépassent leur production matérielle et qui peuvent créer des milieux intellectuels. Le MAUSS et sa revue, animés par Alain Caillé, en sont un exemple. Nos associations et surtout l’AISLF peuvent également jouer un rôle important dans le renouvellement de la sociologie. La plupart de nos associations sont devenues des « machines à organiser des congrès, des colloques, des journées d’études, etc. ». On doit renouer avec la tradition des sociétés savantes qui ont eu l’ambition de développer un discours scientifique sur les sujets qu’elles ont choisis. Ce qui compte, ce sont la compréhension et l’explication que les débats contradictoires produisent tout comme la stabilisation du milieu intellectuel qui produit ces débats.

34Enfin, on doit dépasser les frontières, non seulement les frontières interdisciplinaires qui définissent traditionnellement notre discipline sur le plan institutionnel mais également les frontières des États-nations. Certes, heureusement dans notre discipline l’internationalisme a une certaine tradition. Il y a toujours eu des passeurs de frontières. Nous avons évoqué les exemples de Robert Park et de Talcott Parsons. L’internationalisme est également une des raisons d’être de l’AISLF. On peut s’appuyer sur cette tradition pour développer une sociologie internationale qui correspond à nos sociétés largement internationalisées et mondialisées.

Haut de page

Bibliographie

Adorno T. W. (1961 [1972]), « Über Statik und Dynamik als soziologische Kategorien », dans Soziologische Schriften I, Francfort, Suhrkamp-Verlag Editionen, pp. 217-237.

Adorno T. W. et alii (1952/1973), Studien zum autoritären Charakter, Francfort, Suhrkamp-Verlag Editionen.

Duvignaud J. (1973), L’Anomie. Hérésie et subversion, Paris, Éditions Anthropos.

Honneth A. (2011), Das Recht der Freiheit, Francfort, Suhrkamp-Verlag Editionen.

Husserl E. (1996 [1969]), Die Krisis der europäischen Wissenschaft und die transzendentale Phänomenologie, Hamburg, Felix Meiner Verlag.

Mannheim K. (1936 [1968]), Strukturen des Denkens, Frankfurt am Main, Suhrkamp-Verlag Editionen.

Parsons T (1938), Structure of Social Action, New York, Free Press.

Ricœur P. (1997), Le Sens d’une vie, Paris, Éditions La Découverte.

Rosa H. (2005), Beschleunigung. Die Veränderung der Zeitstruktur in der Moderne, Francfort, Suhrkamp.

Spurk J. (2004), « Continuities, Ruptures, Outcomes. On the Temporal Dynamic of Social Formation », Time & Society, vol. 13, n° 1, pp. 41-51.

Spurk J. (2006), Quel Avenir pour la sociologie ? Quête de sens et compréhension du monde social, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Les programmes internationaux, par exemple les programmes européens, n’ont pas véritablement changé cette situation. Les recherches comparatistes sont en général des juxtapositions de résultats nationaux.

2 Cf. aussi Paul Ricœur (1997, pp. 17-33 et pp. 335-354).

3 Jean-Paul Sartre l’appelle « être dans le coup ».

4 En revanche, je parlerais plutôt de « capitalisme » que de « société moderne », mais cette différence importe peu pour notre sujet.

5 Sur le plan bureaucratique il est, par exemple, nécessaire de distinguer un poste de sociologue d’un poste de psychologue ou de philosophe.

6 Par ailleurs, cette massification n’est pas à confondre avec la démocratisation des études de sociologie.

7 Les anciens de l’AISLF se souviennent certainement encore de nos débats sur la professionnalisation de la sociologie.

8 Le programmes tout comme le nombre de manuels, « d’introduction à… » et d’autres « repères » et « que sais-je ? » en témoignent.

9 Par ailleurs, ce ne sont pas les idées qui ont une histoire mais les hommes qui se font des idées.

10 Nous avons développé ailleurs ces figures de façon explicite (Spurk, 2006).

11 Cf. http://www.education.gouv.fr/realisations/education/superieur/ bologne.htm.

12 On cherchera en vain une notion claire de « marché » dans ces textes.

13 Cette situation n’est pas due à la méchanceté ou à la perversité de bureaucrates, comme on le dit souvent. Cependant, elle attire et met en position de pouvoir des personnes disposant d’un « caractère autoritaire » (Adorno et alii, 1952) bien développé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jan Spurk, « Contre la résignation et la mauvaise foi  – pour les sciences sociales publiques », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 08 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3771

Haut de page

Auteur

Jan Spurk

Université Paris Descartes, France - jan.spurk@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page