Navigation – Plan du site
Le naturalisme social

Naturalisme, anti-naturalisme : non-dits et raisons du réductionnisme 1

Naturalism and Anti-Naturalism : The Unspoken and the Reasons of Reductionism
Nathalie Heinich

Résumés

On rappellera brièvement ce qu’apporte la prise en compte de la dimension naturelle de l’expérience humaine et la prise en compte de sa dimension non exclusivement naturelle ; on en déduira l’absurdité d’une approche réductionniste, qu’elle soit naturaliste (« tout est nature ») ou anti-naturaliste (« tout est culture ») ; on montrera les affinités de ces deux réductionnismes avec une forme de pensée extrême et on en explicitera les non-dits ; on montrera que ceux-ci s'appuient sur des raisons axiologiques, qu'il revient au sociologue d'expliciter ; et on conclura sur la nécessité de reconnaître et la scientificité des sciences sociales et leur spécificité, sans pour autant céder à l’antinomie ruineuse du naturalisme et de l’anti-naturalisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte est une reproduction, avec l’autorisation de l’éditeur, de celui qui figure dans les actes (...)

1Je remercie Gérald Bronner d'avoir pris le risque de m'inviter alors que je ne suis nullement spécialiste du naturalisme. Des sciences sociales, je suis peut-être un tout petit peu plus informée et je suppose que je dois à mon Bêtisier du sociologue la confiance qui m'a été faite quant à ce que je pourrais apporter à ce colloque. Je me garderai bien toutefois de prétendre repérer les bêtises qui auraient pu être dites ici, par des gens infiniment plus compétents que moi sur les questions qui ont été traitées. Je me contenterai de suggérer l'éclairage qu'une perspective empruntée à la sociologie des valeurs, telle que j'essaie de la pratiquer, pourrait apporter à l'opposition entre naturalisme et antinaturalisme, quelles que soient les formes prises par l'un (biologisme, cognitivisme, darwinisme...) ou par l'autre (culturalisme, constructivisme, symbolisme, sociologisme...).

Prologue

  • 2 Glissement sensible, par exemple, dans certaines contributions au volume dirigé par Michel de Forne (...)

2Mais je voudrais d'abord, en guise de prologue, attirer l'attention sur une confusion trop fréquente entre deux problématiques, qui sont en partie liées mais pas équivalentes : premièrement, la problématique du naturalisme, qui renvoie à l'opposition entre le naturel et le culturel, le biologique et le social, voire l'inné et l'acquis ; deuxièmement, la problématique du réalisme, qui renvoie à la question du statut des catégories d'appréhension du monde et s'inscrit dans la tradition philosophique – d’origine médiévale mais toujours actuelle – de la « Querelle des universaux », opposant les « réalistes », convaincus de la réalité référentielle des catégories et les « nominalistes », pour qui celles-ci ne sont que des constructions langagières. Certes, il existe des affinités intellectuelles, voire des connexions logiques entre les positions naturaliste et réaliste, ainsi qu'entre les positions culturaliste et nominaliste ; mais l’on ne gagne rien à les confondre, sinon un obscurcissement supplémentaire dans des disputes déjà passablement embrouillées. Pardon pour ce survol à grande vitesse, mais je voulais seulement attirer votre attention sur les risques de glissement conceptuel d'une problématique à l'autre 2.

3Je tâcherai de m'en tenir ici, autant que possible, à la question du naturalisme, puisque c'est le thème de notre colloque. Et je développerai l'argumentaire suivant : premièrement, les antinaturalistes ont raison ; deuxièmement, les naturalistes ont raison ; troisièmement, les uns et les autres ont tort ; quatrièmement, les deux réductionnismes, naturaliste et antinaturaliste, sont absurdes et méritent à ce titre qu'on s'interroge sur leurs raisons ; cinquièmement et sixièmement, je proposerai quelques hypothèses simples permettant de comprendre ces raisons ; et pour finir, je plaiderai – vous vous en doutez – pour un abandon de cette opposition, qui nous fait perdre trop de temps.

Les antinaturalistes ont raison

4Compte tenu du tour pris par la doxa en sciences humaines et sociales depuis une génération, je n'étonnerai personne ici en affirmant qu'il serait absurde de réduire l'expérience humaine à des déterminations naturelles : nos représentations, nos valeurs, nos processus de symbolisation et de communication, sont des composants fondamentaux de l'existence ; or ils sont trop évidemment diversifiés, trop vulnérables aux contextes temporels et spatiaux, pour qu'on puisse imaginer qu'ils s'enracinent dans une commune « nature humaine » ; en outre, leur complexité et leur très faible degré de physicalité interdit de les rapporter à des déterminations d'ordre biologique ou physiologique ; enfin, au niveau ontogénétique et non plus phylogénétique, la plupart de ces composantes relèvent trop évidemment de l'apprentissage individuel pour qu'on puisse raisonnablement chercher leur origine dans des propriétés communes à l'espèce humaine et donc, par définition, présentes en chacun à sa naissance.

5Donc, les antinaturalistes ont raison : le monde – celui du moins qu'habitent les humains – est, pour l'essentiel, socialement construit. CQFD.

Les naturalistes ont raison

6Et pourtant : pourtant, l'espèce humaine appartient, comme toutes les autres, à la nature : nous sommes faits de composantes physiologiques, chimiques, organiques, neurologiques, dont nous héritons dès notre naissance et sur lesquelles nous n'avons que des possibilités d'action bien limitées. Nutrition, digestion, respiration, récupération, reproduction : toutes ces fonctions qui nous font « persévérer dans notre être », au niveau individuel ou au niveau de l'espèce, n'ont de « culturel » que les formes qu'elles peuvent prendre, mais demeurent pour l'essentiel des données partagées par tous les humains. Et même ce qui peut sembler le moins « naturel », le plus proprement « humain » dans nos comportements – sociabilité, altruisme, capacité d'empathie, appétence à la communication, sens de l'intérêt général – nous le partageons, semble-t-il, avec certaines espèces animales. Pourquoi donc vouloir maintenir à tout prix le mythe de l'« exception humaine », en niant l'évidence de tout ce qui, dans l'humanité, la relie à une réalité à la fois infra-sociale (puisque commune à tous les humains) et supra-humaine (puisque commune à d'autres espèces), dans laquelle chacun de nous s'inscrit dès la naissance ?

7Donc, les naturalistes ont raison : le monde – même le monde habité par les humains – est avant tout un fait de nature. CQFD.

Antinaturalistes et naturalistes ont tort

8Nous voilà bien embêtés. Comment sortir de la contradiction ?

9La solution me paraît assez simple : il suffit de se déprendre du logicisme, c'est-à-dire de la tendance à croire que seules les règles de la logique formelle gouvernent l'expérience et que dès lors qu'on a A et non A, il faudrait impérativement choisir entre A ou non A. En d'autres termes, il faut sortir d'une pensée catégorielle et binaire pour entrer dans une pensée typologique et plurielle, en termes de polarités entre lesquelles s'organisent des déplacements sur des axes continus. Cette pensée du « plus ou moins » a le grand avantage de coller de près à la réalité de l'expérience, mais l'inconvénient de ne pas autoriser les formations de clans entre partisans de telle ou telle catégorie : ce pourquoi, probablement, elle a si peu de succès dans un monde intellectuel fondamentalement clanique, où les joutes intellectuelles ont d'abord pour fonction, non d'améliorer nos outils de description et d'analyse, mais d'affirmer notre appartenance à un camp. Car derrière toute position radicale il y a – ne l’oublions pas – la pulsion d’appartenance, qui pousse à adhérer à n’importe quelle cause pour peu qu’elle permette l’enrôlement dans un collectif (Baumeister & Leary, 1995).

10Appliquée à notre sujet, voici ce que donne une perspective non logiciste, c'est-à-dire continuiste et pluraliste. Si l'on suit un certain nombre de spécialistes en linguistique, psychologie, neurophysiologie, éthologie, l'on peut admettre que la condition humaine est faite d’aptitudes en partie innées et en partie acquises – l’essentiel du programme inné étant précisément la capacité d’apprendre (Barkow, Cosmides & Tooby, 1992). Nous sommes donc faits – comme c'est le cas aussi, semble-t-il, d'une partie du monde animal – d'un mélange de dispositions innées et de développements acquis de ces dispositions. Dans quelle proportion ? Et bien, c'est à voir, au sens strict du terme d'ailleurs car c'est là que commence la vraie recherche : l'observation, l'expérimentation, la mesure, le calcul – et non plus la spéculation.

11Mais alors, demanderez-vous, quel est l'intérêt de défendre une position « naturaliste » (« tout est nature ») ou une position « constructiviste » ou « culturaliste » en sciences sociales (« tout est culture »), puisque ce réductionnisme – quelle que soit la position adoptée – n'a pas de sens ?

12C'est une excellente question, à laquelle je vais tenter de répondre.

Absurdité du réductionnisme : misère de la pensée extrême

13Vus sous cet angle, les deux réductionnismes – le naturaliste comme l'antinaturaliste – sont des positions absurdes, parce qu’exclusives l'une de l'autre, alors que la réalité est faite de l'intrication de ces deux catégories de composantes. Le problème est que ces réductionnismes s'alimentent l'un l'autre : les constructivistes ont tendance à réduire toute discipline s'intéressant à des données organiques ou instinctuelles (et notamment, aujourd'hui, les sciences cognitives) au « sociobiologisme » ou au « cognitivisme », assimilés à la défense d'une idéologie réactionnaire ; tandis que, symétriquement, les naturalistes ont tendance à réduire toute discipline s'intéressant à des données sociales à du « sociologisme », conduisant inévitablement à un « relativisme » destructeur des « valeurs ». Présenté de la sorte, le grand méchant loup fait forcément peur : les camps sont faciles à identifier, les ennemis sont à nos portes, et Dieu reconnaîtra les siens.

14Cette conception fanatisée du travail intellectuel me paraît relever de ce que Gérald Bronner a identifié comme la « pensée extrême », qui se reconnaît à ce qu'elle « adhère radicalement à des idées radicales » (Bronner, 2009). Or, comme il l'a bien montré, la pensée extrême n'est pas irrationnelle, aussi éloignée qu’elle puisse être de la réalité ou du bon sens : au contraire, fanatiques et radicaux sont parfaitement accessibles à l'argumentation, à la logique, au raisonnement. Mais je n'en conclurai pas pour autant – quitte à m'éloigner quelque peu, sur ce point, de la réflexion de Gérald Bronner – que leurs raisons soient à chercher dans la sphère cognitive du raisonnement (ce pour quoi, d'ailleurs, il serait vain de recourir à la démonstration pour faire changer d'avis un extrémiste) : même si la logique argumentative et les arguments rationnels sont abondamment mobilisés par les adeptes des positions radicales, ils ne me paraissent pas être au principe de ces « croyances » extrêmes, dont relèvent, entre autres, la croyance au « tout naturel » comme la croyance au « tout culturel ». Les arguments invoqués à l'appui de ce type de positions ne sont pas des « raisons » mais, bien plutôt, des rationalisations, qui viennent étayer des besoins ou des désirs de croire ; et ces besoins ou ces désirs sont les vraies raisons de ces adhésions fanatisées à des positions radicales.

15C'est là que le rationalisme trouve un caillou dans sa chaussure – et même deux. Le premier problème en effet est que ces « raisons » engendrent des croyances qui n'ont pas grand-chose de « raisonnable », dans tous les sens du terme : elles paraissent excessives, voire quasi délirantes aux yeux du sens commun. Le second problème – ou le second caillou dans la chaussure du rationalisme – est que ces « raisons » ne sont pas forcément conscientes aux acteurs : sans être forcément « inconscientes » au sens du refoulé freudien, elles se satisfont parfaitement et se portent même très bien, de demeurer non conscientes. De telles « raisons », à la fois irraisonnables et non conscientes, peuvent-elles être encore qualifiées de « rationnelles » ? Je laisse cette question aux spécialistes ou aux partisans du rationalisme.

16Pour ma part, je préfère tenter de mettre au jour ces raisons, puisqu’il revient au sociologue, non pas seulement d'expliquer les « causes » des comportements, conformément au paradigme explicatif, mais aussi d'en expliciter les « raisons », conformément au paradigme compréhensif. Et donc : au-delà des argumentations, souvent très sophistiquées que déploient les partisans de l'une ou l'autre positions, quelles sont les vraies raisons – les raisons profondes – de la croyance fanatisée, absolue, agonistique, au caractère soit naturel, soit non naturel des propriétés fondamentales de l'expérience humaine ?

17Faute d'avoir enquêté sur les défenseurs de ces croyances étranges, mes réponses à cette question ne seront que des hypothèses, basées sur l'intuition que procurent l'appartenance à une même culture et la familiarité avec les êtres concernés ; car ces défenseurs sont souvent parmi nous, de sorte qu'on n'a pas besoin, pour les rencontrer, d'aller enquêter chez les babouins, chez les Nambikwara, chez les bébés dans les crèches, ou même chez les professeurs des écoles : on peut les croiser au détour d’un colloque ou à la cafeteria de la Maison des Sciences de l’homme. Je ne vais donc vous proposer que quelques pistes de réflexion, qu'il faudrait approfondir et, bien sûr, soumettre à validation empirique par des entretiens menés dans les règles de l’art.

Non-dits du réductionnisme naturaliste

18Une première raison non dite du réductionnisme naturaliste me paraît être une forme profane voire, paradoxalement, scientiste, de quête de transcendance. La « nature » ici, considérée comme une explication « en dernière instance », fait office de « cause première » dictant sa nécessité à partir d'un arrière-monde et s'imposant aux acteurs de l'extérieur de leur monde propre. On n'est plus dans le stade « théologique » de la pensée humaine selon Auguste Comte, mais dans ce deuxième stade qu'est le stade métaphysique » – sorte de déplacement profane du précédent. Quant au stade « positif », on l'attend encore... Théologie et métaphysique – l'ordre divin ou l'ordre naturel – ressortissent à un même besoin de croire à un au-delà de l'expérience humaine, à une instance supérieure à laquelle on puisse et on doive s'en remettre. C'est là, nous le savons tous, une croyance à la fois rassurante – quelqu'un pense pour nous – et contraignante – il nous faut lui obéir. Elle trouve son domaine de prédilection dans les différentes formes de religion, mais ne dédaigne pas, lorsque celle-ci ne peut plus remplir son rôle, de s'incarner dans des domaines plus profanes, tels que l'art ou la science ; et celle-ci se prête particulièrement à ce type d'investissement lorsqu'elle se trouve réduite, sur le modèle des sciences de la nature, à la recherche d'une causalité univoque, telles les déterminations « en dernière instance ». Cette quête de transcendance a même pu, paradoxalement, se nicher dans la sociologie, chez les partisans d'un « social » substantialisé, considéré comme une force indépendante des humains et agissant sur eux – conception généralement associée, à tort ou à raison, au durkheimisme.

19Parallèlement à cette quête de transcendance, le naturalisme me paraît s'adosser aussi à un besoin de déculpabilisation face à la question, toujours problématique, des inégalités. On le voit bien dans le vieux débat de l'inné et de l'acquis, qui constitue la forme vulgarisée du débat naturaliste. Car si les inégalités sont innées, c'est qu'elles sont dues à la nature – cette instance supérieure à nous, transcendant nos actions – et que, par conséquent, nous les humains n'y sommes pour rien et, à peu de choses près, n'y pouvons rien. L'innéisme, par conséquent, est une position traditionnellement attribuée à la droite (vive le QI !), alors qu'à l'opposé de l'échiquier politique les tenants du « tout acquis » tentent de délégitimer ces mêmes inégalités en affirmant qu’elles sont acquises, donc qu’on peut agir sur elles (à bas le QI !). D’un côté donc, on se déculpabilise en invoquant la nature ; de l’autre, on culpabilise en invoquant la société. Match nul.

Non-dits du réductionnisme antinaturaliste

  • 3 Sur cette question, cf. la synthèse magistrale de Jean-Marie Schaeffer (2007).

20En face, les non-dits du réductionnisme antinaturaliste me paraissent être, essentiellement, de deux ordres. Tout d'abord, l'antinaturalisme de principe s'ancre dans la volonté d'arracher l'homme à l'ordre de la nature, en affirmant l'« exception humaine » 3. Cette volonté a pu se rencontrer dans la tradition spiritualiste, basée sur l'opposition du corps et de l'esprit, modernisée aujourd'hui par l'appel au primat du « symbolique » ; et on la trouve aussi dans la tradition humaniste, basée sur l'opposition de l'homme et de l'animal, mais modernisée par l'appel au primat du « social » (dont nous avons vu que, dès lors qu'il se trouve substantialisé, il peut aussi faire office d'instance transcendentale, exactement comme la nature pour les naturalistes).

21Le substrat psycho-affectif d’une telle position me paraît être – assez logiquement – à l’opposé de celui qui sous-tend la position naturaliste : non plus le besoin de soumission à une instance transcendante, mais l’aspiration à l’autonomie, à la capacité d’action individuelle ou collective, qui fait de la condition humaine non plus un destin imposé a priori, mais un acquis, une conquête. On peut y voir, sur le plan moral et politique, un progrès, voire un stade de maturation supérieure sur le plan phylogénétique ; reste qu’il s’agit non pas d’un constat, d’une donnée factuelle, ni même d’une hypothèse exploratoire – mais d’une position idéologique, qui ne devrait donc pas avoir sa place dans une discussion scientifique sur la place de la nature dans le monde social.

22La seconde raison sous-tendant l'antinaturalisme est symétrique de celle qui alimentait le naturalisme : il s'agit, là encore, de l'opposition entre l'inné et l'acquis. Les adversaires du naturalisme contestent, nous le savons tous, la primauté des propriétés innées, échappant à l'action humaine, pour insister sur leur dimension relative, contingente, donc modifiable, notamment en ce qui concerne les inégalités. La propension à affirmer qu’un phénomène est « socialement construit » va de pair avec sa disqualification, prélude à sa modification : ce qui est construit devrait pouvoir se déconstruire. En conséquence de quoi « la société », comme on dit, est responsable des inégalités – responsable et, pourquoi pas, coupable. On aperçoit là un autre soubassement psycho-affectif, avec ses prolongements politiques – exactement comme pour le naturalisme, mais dans le camp opposé.

  • 4 J'ai développé cet argument dans Le Bêtisier du sociologue (Heinich, 2009a).

23Il faut souligner ici une propriété remarquable de cet antinaturalisme : c'est qu'il est, fondamentalement, naturaliste, au sens où il assimile la contingence au « social » et la nécessité au « naturel » : s'il lui faut affirmer qu'un phénomène ne serait pas modifiable s'il était naturel c'est que, au fond, seule la nature lui paraît pourvoyeuse de nécessité, de pérennité. Comme l'a souligné Philippe Descola, l'opposition naturel/social est, profondément, naturaliste 4 (Descola, 2005) ; de sorte que le constructivisme, qui s'appuie sur cette opposition, demeure lui aussi foncièrement naturaliste. En voulant soustraire un fait à l’ordre de la nature pour montrer qu’il n’est pas nécessaire, on sous-entend qu’il le serait s’il était naturel ; tout ce qui est, comme on dit aujourd’hui, « socialement construit » serait forcément arbitraire, car la nécessité ne pourrait relever que de la nature. Bref, le contre-pied du naturalisme trahit une conception profondément naturaliste du monde.

« Il n'y a pas de solution parce qu'il n'y a pas de problème »

24Besoin de soumission à une instance transcendante contre aspiration à l’autonomie d’action, et déculpabilisation contre culpabilisation face aux injustices : voilà donc, me semble-t-il, les principaux substrats psycho-affectifs du réductionnisme naturaliste et du réductionnisme antinaturaliste – à quoi s’ajoute bien sûr, pour l’un comme pour l’autre, la pulsion d’appartenance, qui pousse aux positions extrêmes.

25Reste à comprendre, pour finir, pourquoi les raisons de ces positions extrêmes ont intérêt à ne pas s'expliciter : pourquoi, par conséquent, elles ne sont jamais dites par les partisans de l’une ou de l’autre. Je vois deux réponses à cette question.

  • 5 Pour un développement de cette proposition, cf. Nathalie Heinich, La Fabrique du patrimoine (2009b)

26La première réponse est que ces raisons relèvent essentiellement de ce qu'on appelle communément des « valeurs », autrement dit des principes organisant les jugements évaluatifs. Or une propriété des valeurs est que – contrairement aux « goûts » ou aux « préférences » – elles ne sont pas transparentes aux acteurs qui les mettent en œuvre : de même que la grammaire pour les locuteurs d'une langue, les valeurs peuvent s'expliciter par un effort de réflexivité, mais n'ont pas besoin d'être présentes à la conscience pour être activées. Pire : leur activation est d'autant plus efficace qu'elles demeurent non conscientes 5.

27La seconde cause du caractère non conscient des raisons motivant les positions extrêmes est que leur appui sur des valeurs les rend difficilement éligibles au statut de « rationalité » ou, en tout cas, de factualité et de véridicité qu'elles revendiquent en développant leurs arguments sophistiqués, leurs démonstrations, leurs références scientifiques. Reconnaître qu'on est « naturaliste » ou « antinaturaliste » par besoin de défendre un système de valeurs, ou une idéologie, c'est ruiner les fondements cognitifs sur lesquels ces positions appuient, non leurs raisons, mais leurs argumentations, leurs outils de persuasion ou d'auto-persuasion. Autant dire que prendre au sérieux ces argumentations en tentant de les soumettre à un examen purement logique ou cognitif est peine perdue : car on n'est pas ici dans le registre heuristique de la découverte d’un fait qu'on ne connaît pas, mais dans le registre idéologique de la défense d’une valeur à laquelle on adhère.

28En dissimulant leurs motivations axiologiques – souvent tout à fait nobles, d'ailleurs – derrière des arguments scientifiques ou scientistes, les positions réductionnistes commettent ce péché capital contre la pensée qu'est la confusion du normatif et du descriptif, du « ce qui doit être » avec « ce qui est ». Elles tendent pour ce faire à réduire la réalité aux extrêmes, en oubliant la pluralité des positions intermédiaires. Mais dès lors qu'on s'intéresse plus à connaître et à comprendre l'expérience réelle qu'à combattre une idéologie adverse, il faut se rendre à l’évidence : les sciences cognitives ne peuvent se réduire au cognitivisme, pas plus que la sociologie ne peut se réduire au sociologisme ; et le naturalisme n’a pas à être le prix à payer pour la reconnaissance de la scientificité des sciences sociales, de même que l’antinaturalisme n’a pas à être le prix à payer pour le respect de leur spécificité.

29Bref, la querelle est sans objet autre qu'idéologique, donc sans intérêt scientifique. Comme disait le génial Marcel Duchamp : « Il n'y a pas de solution parce qu'il n'y a pas de problème ».

Haut de page

Bibliographie

Barkow H., Cosmides L. & J. Tooby (dir.) (1992), The Adapted Mind. Evolutionary Psychology and the Generation of Culture, Oxford, Oxford University Press.

Baumeister R. F. & M. R. Leary (1995), « The Need to Belong: Desire for Interpersonal Attachment as a Fundamental Human Motivation », Psychological Bulletin, vol. 117, n° 3.

Bronner G. (2009), La Pensée extrême. Comment des hommes ordinaires deviennent des fanatiques, Paris, Éditions Denoël.

Descola P. (2005), Par-delà Nature et culture, Paris, Éditions Gallimard.

Fornel M. de & C. Lemieux (2007), Naturalisme versus constructivisme?, Paris, Éditions de l'EHESS.

Heinich N. (2009a), Le Bêtisier du sociologue, Paris, Éditions Klincksieck-Hourvari.

Heinich N. (2009b), La Fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme.

Schaeffer J.-M. (2007), La Fin de l'exception humaine, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est une reproduction, avec l’autorisation de l’éditeur, de celui qui figure dans les actes du colloque organisé du 4 au 6 mai 2010 à Strasbourg sur Le naturalisme dans les sciences sociales, actes publiés sous le même titre en 2011 aux éditions Hermann, dans la collection Société et pensées, sous la direction de Gérald Bronner et Romy Sauvayre.

2 Glissement sensible, par exemple, dans certaines contributions au volume dirigé par Michel de Fornel et Cyril Lemieux, Naturalisme versus constructivisme ? (Fornel & Lemieux, 2007).

3 Sur cette question, cf. la synthèse magistrale de Jean-Marie Schaeffer (2007).

4 J'ai développé cet argument dans Le Bêtisier du sociologue (Heinich, 2009a).

5 Pour un développement de cette proposition, cf. Nathalie Heinich, La Fabrique du patrimoine (2009b).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Heinich, « Naturalisme, anti-naturalisme : non-dits et raisons du réductionnisme  », SociologieS [En ligne], Débats, Le naturalisme social, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 06 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3814

Haut de page

Auteur

Nathalie Heinich

Centre de recherche sur les arts et le langage, CNRS et EHESS, Paris, France – heinich@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page