Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

La sociologie et son (dés)engagement disciplinaire : un regard est-européen

Sociology and its Disciplinary (Dis)Engagement : An East-European perspective
Svetla Koleva

Résumés

Le mal en point de la sociologie contemporaine est pensé à travers l’expérience sociologique des pays d’Europe centrale et de l’Est dans trois lieux d’exercice de la discipline, à savoir la recherche, l’enseignement et la sphère publique. Récemment intégrés à l’espace international et interdisciplinaire de la recherche, leurs pratiques sociologiques font apparaître de nouveaux clivages dans la discipline dont la priorité des problèmes dits européens sur les préoccupations des sociétés nationales, la prédominance des impératifs d’applicabilité et de rentabilité des connaissances sur les exigences scientifiques de vérification des résultats, le primat de la procédurisation bureaucratique de la recherche sur les débats scientifiques. S’ils ne sont pas mis en analyse, ces déséquilibres risquent de se transformer en désengagement de la discipline au regard du processus de production et de validation des connaissances sociologiques. Il est donc urgent de repenser la posture épistémologique de la sociologie pour pouvoir cultiver la sensibilité et la capacité de dépassement de ses propres limites, défauts et défaillances.

Haut de page

Texte intégral

1Comment faire de la sociologie lorsqu’à peine rétablie du discrédit politique et idéologique subi à la suite de la chute du régime communiste, la discipline est frappée par une perte de crédibilité dans le monde à dominante néo-libérale ? Qu’advient-il de la pratique sociologique dans un contexte national nouvellement intégré aux structures supranationales de l’espace européen ou aspirant à y adhérer ? Que veut dire être sociologue dans des conditions institutionnelles où le vocable même de sociologie s’évapore, remplacé par des appellations à saveur interdisciplinaire, ou pire encore par des énumérations d’objets à étudier ?

2Ces questions qui me poussent à réfléchir à la situation actuelle de la sociologie trahissent la position à partir de laquelle je les aborderai. Étant sociologue originaire d’un pays qui fait partie de l’ancien bloc soviétique et membre récent de l’Union européenne, ayant été formée dans deux contextes à des histoires politiques, économiques et culturelles fort différentes, exerçant depuis le début des années 1990 le métier de chercheur et d’enseignant dans des lieux de production et de reproduction de la connaissance sociologique diversifiés sur le plan académique et institutionnel, je vais essayer de contextualiser la situation de vulnérabilité et d’incertitude qui caractérise la sociologie contemporaine. Non pas pour me figer dans une posture particulariste ou parler au nom des sociologues issus de la même aire géopolitique, mais pour mettre les particularités des pratiques sociologiques exercées dans des contextes socio-historiques spécifiques au profit de la compréhension des épreuves auxquelles est confrontée la sociologie d’aujourd’hui.

3Si au début du xxie siècle les tendances à l’interdisciplinarité, à l’internationalisation des savoirs et au primat des recherches appliquées sont communes au développement de toute science, y compris de la sociologie, celles-ci affectent différemment chaque science dans ses divers lieux d’exercice. En portant le regard sur la pratique sociologique des pays d’Europe centrale et de l’Est, l’intention est double, à la fois de révéler les contradictions et les paradoxes de l’inscription de la sociologie dans les nouvelles configurations de connaissances et de pratiques de recherche internationales et de réfléchir aux conséquences épistémologiques que cette participation pourrait avoir pour la construction de la discipline elle-même.

4Une combinaison de caractéristiques constitue ces pays en un point de départ pertinent et en un terrain d’observation privilégié. Ils ont un passé commun quoique non-identique dans l’Europe communiste d’après-guerre, partagent un présent de transition sans précédent de la société totalitaire à la société démocratique et à l’économie de marché dont le modèle est forgé par l’Occident et se retrouvent dans la position à la fois de concurrents pour les places dans l’espace européen de la recherche et de partenaires non hégémoniques dans la coopération internationale de la recherche. Or, l’ouverture des sociologies nationales de ces pays sur la scène scientifique internationale rend saillantes plusieurs lignes de clivage. Ici ne seront abordés que trois champs d’exercice de la sociologie, à savoir les domaines de la recherche, de l’enseignement et de la sphère publique.

La recherche en sociologie

  • 1 Mis sur pied en 1984, les Programmes-cadres de recherche et de développement (PCRD) s’adressent aux (...)

5La construction d’une European Research Area comme espace surmontant les frontières tant disciplinaires que nationales fournit le nouveau cadre à la fois scientifique, politique et organisationnel aux activités de recherche des sociologues. À travers les Programmes-cadres de l’Union européenne (Kuhn & Remøe, 2005) 1, l’on observe un glissement du centre thématique des recherches des problèmes nationaux vers des problèmes transnationaux, voire européens, la dimension européenne du problème étant considérée comme satisfaisant à la fois les impératifs de transnationalité et d’application des résultats. La problématique européenne est fortement privilégiée dans la mesure où « la complexité des problèmes européens dépasse les compétences tant des disciplines que des communautés scientifiques nationales » (Ibid., p. 4). Cette séparation, pour ne pas dire opposition, du national et du transnational se traduit par une recomposition des cadres thématique et organisationnel de la recherche, ce qui entraîne en effet des modifications dans le processus même de construction et de production des connaissances scientifiques.

  • 2 Il s’agit d’un projet de type « projet de recherche spécialement orienté » dans le 6e PCRD de l’Uni (...)

6Tout d’abord, les objectifs des recherches dites européennes traduisent souvent des priorités communes pour la science qui sont politiquement prédéfinies et administrativement sanctionnées par les Programmes-cadres de l’Union européenne. Au niveau national, cela s’exprime par une légère redéfinition du volet local afin de participer au « chœur des élus ». Mais le commun prévalant sur le particulier, des pans entiers de la variante locale d’un problème européen peuvent rester refoulés, occultés, écartés. Bien plus, la mise en commun des indicateurs, variables et cadres explicatifs formulés par l’équipe maître du projet international hors d’un véritable débat avec les autres participants condamne les particularités locales à ne jamais être saisies et étudiées ou à être biaisées. L’expérience de l’équipe bulgare dans le projet EUREQUAL Les Inégalités sociales et leur importance pour l’Europe et ses citoyens 2 en dit long sur certaines façons de produire de la connaissance sociologique à l’heure de la mondialisation et interroge la valeur épistémologique de cette connaissance. Au cours du projet, deux écarts se sont avérés difficilement surmontables : premièrement, la divergence entre l’appareil conceptuel utilisé par les concepteurs occidentaux du projet, d’une part et la réalité est-européenne, voire bulgare, censée être saisie à l’aide de cet appareil, d’autre part. La perception de la stratification sociale en termes de classes sociales ne pouvait plus s’appliquer à la société bulgare, ni parce qu’il n’y avait plus de groupes qui auraient pu agir comme des classes, ni parce que l’ancienne catégorisation marxiste était jetée aux oubliettes par les chercheurs bulgares, mais parce que tous les discours politiques, institutionnels, intellectuels, ne voyant plus la réalité bulgare par le prisme des classes, engendraient des pratiques hors du champ d’action des classes sociales ; deuxièmement, le modèle d’échantillon unifié et unificateur paraissait incongru par rapport à la structure sociale de la société bulgare. L’exigence d’avoir un pourcentage assez élevé de femmes au foyer ne correspondait pas du tout à la structure d’emploi des femmes bulgares marquée depuis des années 1950 par un fort taux d’occupation professionnelle féminine.

  • 3 Le projet DIOSCOURI Élargissement de l’Est – Élargissement de l’Ouest : Rencontres culturelles dans (...)

7Quant aux préoccupations épistémologiques, elles semblent aussi être délaissées. En amont d’un projet européen, le modèle théorique de l’équipe responsable du projet est plutôt imposé que discuté avec les autres participants. La division entre le porteur de la théorie et ses récepteurs se poursuit tout au long de la recherche et les équipes nationales font rarement preuve de contributions à caractère universel. Commentant les résultats d’un des volets du DIOSCOURI 3 pour la Bulgarie – celui portant sur les voies et les mécanismes de transfert du paradigme du nouvel institutionnalisme dans le domaine de l’économie, des sciences politiques et de la sociologie – Roumen Avramov, professeur bulgare, spécialiste de l’histoire de l’économie, se réfère à l’ancien modèle de la connaissance annexe (appendix model) caractérisant la collaboration intellectuelle Est-Ouest à l’époque de l’existence de deux blocs économiques et politiques. Ce modèle fonctionne selon la vision postulant que l’Est n’est pas un producteur de théories mais seulement une source de données tandis que l’Ouest joue le rôle de fournisseur exclusif d’instruments théoriques et analytiques (Avramov, 2007). En aval du travail de recherche, guidés par l’exigence pragmatique de trouver des solutions communes applicables dans des contextes divers par les institutions nationales et les utilisateurs de la recherche, les équipes tant nationales qu’internationales ne se posent plus la question de savoir comment, en étudiant différents contextes, l’on peut produire des connaissances à validité générale et à valeur universelle. Sur le plan épistémologique, cela signifie que le contexte de production des savoirs et le contexte de leur réception sont non seulement séparés, mais que cette caractéristique structurelle est de moins en moins problématisée par les chercheurs.

8La pratique sociologique dans les nouvelles démocraties d’Europe centrale et orientale rend visible un autre clivage dû à la transformation des conditions de production des connaissances, celui qui existe entre les recherches d’origine universitaire ou académique, d’une part et les études effectuées par de puissantes organisations non-gouvernementales à fort appui financier étranger, de l’autre (Deyanova, 2005). La polarisation entre ces deux lieux de production des connaissances du social est d’autant plus inquiétante que les savoirs produits dans des institutions au capital économique, intellectuel et symbolique différent conduisent à un accès inégal aux cercles décisionnels au niveau national ou international. Les « multinationales » en sciences sociales qui réunissent plusieurs autorités de disciplines différentes ont tendance à produire de la connaissance composite, « prête-à-être-appliquée » à travers le monde indépendamment des spécificités locales, ou encore relativisant le particularisme au point de le rendre incompréhensible. Tandis que la connaissance produite dans le cadre de recherches dites académiques reste plutôt cantonnée au monde étroit des chercheurs et des universitaires, destinée à alimenter une pléthorique littérature scientifique servant les objectifs de la promotion académique.

L’enseignement de la sociologie

9Qu’y a-t-il d’inquiétant dans l’enseignement de la sociologie dans les pays est-européens qui pourrait servir de signal d’alarme à la sociologie tout court ? Ce n’est pas tellement la diminution des effectifs d’étudiants qui est d’ailleurs observable de façon tant absolue (à l’intérieur de la discipline) que relative (par rapport aux autres sciences sociales) presque partout dans le monde à quelques exceptions près. Ce n’est pas non plus le nombre décroissant de doctorants en sociologie qui caractérise certains pays plus que d’autres. C’est surtout la façon dont la sociologie se positionne dans le paysage universitaire, dans les cursus universitaires pluridisciplinaires en sciences sociales et humaines et dans l’enseignement secondaire.

  • 4 L’enquête sur les débouchés professionnels des diplômés en sociologie de l’Université de Sofia pour (...)

10Pris par le feu de la séduction de publics de plus en plus hétérogènes et par les impératifs de rentabilité économique, les sociologues universitaires sont prêts à donner des titres attirants à leurs programmes d’enseignement, à se diluer dans l’interdisciplinarité tous azimuts où toute référence à la discipline s’estompe. Pour que les places des enseignants soient préservées, des alliances avec d’autres disciplines plus puissantes dans la hiérarchie universitaire se font tout en sacrifiant la problématique sociologique. Les universités continuent à apprendre la sociologie à des adolescents qui n’ont jamais appris le b.a.ba de la discipline car elle n’est toujours pas reconnue parmi les matières à enseigner dans le cycle secondaire. Et elles continuent à produire des sociologues dont le statut professionnel est mal établi. Les champs de réalisation professionnelle des diplômés en sociologie s’avèrent aujourd’hui si diversifiés 4 que le contenu enseigné dans les programmes universitaires semble ne fournir qu’un cadre de référence général aux futurs professionnels. De prime abord, hors du champ des préoccupations éducatives, le problème du statut professionnel de sociologue demeure d’une importance cruciale pour l’avenir de la sociologie comme discipline universitaire. Tant que la question des débouchés professionnels des sociologues n’est pas réglée, la sociologie continuera à perdre du terrain dans la concurrence des filières universitaires. Et il est d’autant plus déplorable que la sociologie spécialisée dans l’étude des professions et des marchés n’arrive pas à appliquer ses propres acquis et compétences à soi-même et à réorganiser, en conséquence, ses programmes d’enseignement.

La sociologie et la sphère publique

  • 5 Créée en 1869 comme société savante, l’Académie bulgare des sciences se constitue et fonctionne com (...)

11Comme partout ailleurs, dans les pays d’Europe centrale et de l’Est la sociologie est actuellement en perte de vitesse par rapport aux autres sciences sociales (science politique, gestion, psychologie, économie, sciences de l’information et de la communication, sciences de l’éducation, etc.) aussi bien dans la conquête de l’opinion publique que dans l’influence sur différents acteurs sociaux. La différence est pourtant non pas de degré mais de principe car c’est le mode de légitimation de la sociologie dans l’espace public qui est ébranlé. Les racines de la crise de l’inscription sociale de la sociologie résident dans le milieu académique avant d’atteindre le monde extrascientifique. La reconnaissance sociale de la sociologie est mal en point et cela n’est qu’une des conséquences de la façon dont la sociologie est justifiée et défendue par ses propres représentants et par ceux des autres disciplines scientifiques. Il est impossible de s’attendre à une présence publique bien identifiable de la sociologie si le milieu académique fait disparaître son vocable de la nomination de projets, d’équipes, même d’institutions de recherche. La réforme académique de 2010 en Bulgarie est l’exemple le plus frappant de négation des sciences sociales par les pairs. Lors de la restructuration des instituts de recherche de l’Académie bulgare des sciences 5, les sciences sociales ont été les seules à perdre leur identité disciplinaire et leur visibilité publique, à tel point que certaines d’entre elles sont méconnaissables à partir de la dénomination des nouvelles structures organisationnelles. À part l’économie et les sciences du droit qui ont subi une légère modification du titre, les psychologues et les démographes ont fusionné dans un Institut d’études de la population et de l’homme, tandis que les philosophes, les sociologues et les historiens de la science se sont retrouvés dans un certain Institut d’étude des sociétés et du savoir.

  • 6 . La première réaction des chercheurs européens contre cette éventuelle décision est exprimée dans (...)

12Il devient de plus en plus difficile de faire reconnaître publiquement la valeur sociale de la sociologie là où la politique scientifique favorise des priorités de recherche économiquement justifiables et financièrement rentables mais sans aucune dimension relative au social et ne prévoit pas en conséquence de subventions pour l’étude des problèmes de société. L’intention de la Commission européenne de la recherche et de l’innovation de ne pas financer directement les projets des sciences sociales et humaines par le mécanisme du nouveau programme cadre Horizon 2020 et de les inclure dans les projets des sciences dures afin de « servir » ces dernières présage d’un danger pour la recherche en sciences sociales et humaines dont les conséquences dépasseraient leurs propres cadres disciplinaires 6. Mettre les sciences sociales en état végétatif, c’est menacer la société de vivre sans se connaître. Alimenter les politiques publiques de connaissances vite applicables à des situations changeantes, produire des expertises « ici et maintenant », offrir des images immédiates des fluctuations de l’opinion publique, faire écho au discours dominant pour se faire comprendre – toutes ces nouvelles exigences à l’égard des sciences sociales ébranlent au moins deux de leurs vocations essentielles, y compris celles de la sociologie : la vocation de la scientificité au nom de laquelle les sciences sociales ont taillé leur place dans la famille des sciences et celle de l’intelligibilité du social avec en arrière-plan le souci d’application raisonnée du savoir scientifique. Inutile de dire que là où les institutions de recherche et d’enseignement sont plus faibles, l’instruction civique moins forte et le « parlement des choses » au sens de Bruno Latour et Isabelle Stengers presque inexistant, c’est à la fois la société et la sociologie qui se trouvent en mauvaise posture.

Questionnements : en guise de conclusion

13Vu de l’Est européen, l’espace interdisciplinaire et international d’exercice de la sociologie fait apparaître plusieurs pratiques déséquilibrées : neutralisation des problèmes locaux présentés désormais comme des équivalents est-européens des problèmes formulés au regard du contexte social et scientifique occidental ; remplacement de la vérification scientifique de la validité des résultats par les impératifs de leur application immédiate ; nouvelles dissymétries est-ouest dont l’assignation de tâches auxiliaires et de recueil de données à des chercheurs en provenance des traditions scientifiques nationales à faible influence internationale, réduction des discussions scientifiques à des problèmes d’ordre technique et organisationnel ; dépendance croissante de la structure de recherche et du type de connaissances à produire des formes de financement et de la gestion supranationale du processus de production scientifique pour n’en mentionner que quelques-unes.

14Sans avoir un remède magique à ces déséquilibres, la clé est à chercher du côté de la posture épistémologique de la sociologie elle-même. Pris par l’esprit du temps, les sociologues oublient souvent de se penser comme faisant partie de ces pratiques productrices des clivages. À la limite, ils les présupposent comme environnement inévitable à leur discipline et non pas comme élément structurant leur propre pratique épistémique. Ce manque de position réflexive sur les façons dont la sociologie prend part aux processus contemporains d’interdisciplinarité et d’internationalisation des savoirs ainsi que sur les conséquences épistémologiques que cette participation peut avoir pour sa propre construction disciplinaire est d’autant plus étonnant que les préoccupations auto-réflexives n’ont jamais fait défaut dans la tradition sociologique. Et pourtant le risque épistémologique d’un tel impensé sociologique semble grand. L’implication de la sociologie dans de nombreux projets éducatifs, scientifiques et institutionnels à caractère interdisciplinaire, international ou appliqué, sans réflexion critique sur sa propre pratique cognitive, pourrait se transformer en désengagement au regard du processus même de production et de validation des connaissances sociologiques comme scientifiques.

15Voici quelques groupes de questions qui pourraient tracer des pistes d’autoréflexion sociologique à l’heure actuelle.

16Science par excellence des contextes, quel type de connaissances la sociologie apporte-t-elle à l’examen des phénomènes sociaux mondialisés ? Où sont produits et vérifiés les savoirs que la sociologie transmet sur la scène internationale et comment s’opère l’interaction entre le champ de leur production et le champ de leur réception ?

17Étant donné que la pratique interdisciplinaire en cours met souvent entre parenthèses les tensions entre les contextes sociétaux des disciplines appelées à dialoguer, quels obstacles les sociologues en provenance des pays au développement inégal doivent-ils surmonter pour participer à part entière à des études comparatives à composante interdisciplinaire ? Quelles frontières autres que disciplinaires doivent-ils franchir pour mettre en évidence les risques et les embûches d’une interdisciplinarité internationalisée, administrée et préconisée par des instances supranationales comme la meilleure voie possible vers la compréhension d’un monde qui se « globalise » en même temps qu’il se particularise ?

18Est-il nécessaire de porter une attention particulière aux pratiques nationales de la sociologie lorsque l’internationalisation de la science s’impose irréversiblement dans l’expérience de toutes les disciplines ? Comment préserver la pertinence sociale des recherches nationales en sociologie au regard des contraintes des revues de renom international qui restent indifférentes aux préoccupations nationales des chercheurs en provenance de petits pays ? Quels sont les impacts de la gestion supranationale des fonds de recherche sur le développement tant intellectuel qu’institutionnel des communautés sociologiques exerçant le métier dans un contexte national ? Comment les enjeux financiers conditionnent-ils la structure de recherche et les types de connaissance à produire ?

19N’est-ce pas des questions qui ont toujours accompagné le développement de la sociologie ? Sans doute oui, mais il est nécessaire de les relancer à nouveaux frais, si nous tenons à pratiquer et à défendre la sociologie comme science autonome et distincte dans le contexte contemporain de complexification des problèmes de société et de remise en cause des sciences sociales censées les rendre intelligibles.

Haut de page

Bibliographie

Avramov R. (2007), « Connaissance des institutions, institutions de connaissance », Problèmes sociologiques/Sociologitcheski Problemi, n° 3-4, pp. 15-41 (en bulgare).

Deyanova L. (2005), The Field of Public Opinion Between "Data Factories" and "Argument Factories", manuscrit (en bulgare).

Kuhn M. & S. O. Remoe (2005), Building the European Research Area. Socio-Economic Research in Practice, New York, Peter Lang Publishing.

Slavova P. (dir.) (2010), Que puis-je devenir ? De quoi puis-je m’occuper ? Débouchés professionnels des diplômés en sociologie de l’Université de Sofia Saint Clément d’Ohrid (1990-2006)/Kakyv da stana? S kakvo da se zahvana? Profesionalni realizacii na diplomiranite po sociologia ot SU Sveti Kliment Ohridski (1990-2006), Sofia, Iztok-Zapad (en bulgare).

Haut de page

Notes

1 Mis sur pied en 1984, les Programmes-cadres de recherche et de développement (PCRD) s’adressent aux pays de l’ex-bloc soviétique à partir de la moitié des années 1990.

2 Il s’agit d’un projet de type « projet de recherche spécialement orienté » dans le 6e PCRD de l’Union européenne.

3 Le projet DIOSCOURI Élargissement de l’Est – Élargissement de l’Ouest : Rencontres culturelles dans l’économie et la société européenne après l’adhésion est un projet international comparatif portant sur la culture socio-économique dans huit pays – Bulgarie, Croatie, Hongrie, Pologne, Roumanie, Slovénie, Serbie, Tchéquie, subventionné par le 6e PCRD de l’Union européenne. Le projet est coordonné par le Centre de politiques publiques auprès de l’Université d’Europe centrale à Budapest (Violéta Zentai) et l’Institut d’études de l’homme de Vienne (Janosh Kovach).

4 L’enquête sur les débouchés professionnels des diplômés en sociologie de l’Université de Sofia pour la période 1990-2006 montre bien qu’à part dans le domaine de l’expertise et des études d’opinion publique, les jeunes diplômés trouvent des débouchés professionnels dans la vaste et multiforme « industrie des services, basée sur la connaissance » qui se décline en marketing, médias, relations publiques, ONGs, analyses socio-politiques, entre autres (Que puis-je devenir ? De quoi puis-je m’occuper ?, 2010).

5 Créée en 1869 comme société savante, l’Académie bulgare des sciences se constitue et fonctionne comme centre national de recherches scientifiques regroupant des unités de recherche dans toutes les sciences.

6 . La première réaction des chercheurs européens contre cette éventuelle décision est exprimée dans la Lettre ouverte au Commissaire européen pour la recherche et l’innovation Máire Geoghegan-Quinn (www.eash.eu/openletter2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Svetla Koleva, « La sociologie et son (dés)engagement disciplinaire : un regard est-européen », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 24 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3818

Haut de page

Auteur

Svetla Koleva

Directrice de recherche, Académie bulgare des sciences, Sofia, Bulgarie - svetlakoleva2002@yahoo.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page