Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

L’expertise réflexive est la vocation actuelle de la sociologie

Reflexive Expertise is the Current Vocation of Sociology
Alain Bourdin

Résumés

Pour parler du rapport que la sociologie entretient avec le monde social, il faut interroger le programme qu’elle se donne pour comprendre ce monde, sa capacité d’élucidation des énigmes sociales, la manière dont ses analyses percolent dans différents milieux sociaux, sa traduction en actions pour changer le monde. Le débat initié par SociologieS incite à inscrire tout cela dans la question de l’utilité. Toutes les disciplines enseignées dans les universités et développées dans les centres de recherche se trouvent soumises à une injonction d’utilité, mais elles ne se trouvent pas dans la même situation par rapport aux questions que pose cette injonction. L’article se demandera ce que signifie la question de l’utilité pour la sociologie et posera la question d’une organisation adéquate de l’expertise sociologique.

Haut de page

Texte intégral

1Comment parler du rapport que la sociologie entretient avec le monde social ? Faut-il interroger le programme qu’elle se donne pour comprendre ce monde, sa capacité d’élucidation des énigmes sociales, la manière dont ses analyses percolent dans différents milieux sociaux, sa traduction en actions pour changer le monde ?

2Le débat initié par SociologieS incite à inscrire tout cela dans la question de l’utilité. De fait, toutes les disciplines enseignées dans les universités et développées dans les centres de recherche se trouvent soumises à une injonction d’utilité. Mais, si cette injonction s’adresse uniformément à toutes, les disciplines ne se trouvent pas dans la même situation par rapport aux questions qu’elle pose. Que signifie donc la question de l’utilité pour la sociologie ?

Sciences de savants et sciences d’intellectuels : deux régimes d’utilité

  • 1 Ou IPCC : Intergovernmental Panel on Climate Change
  • 2 Mutatis mutandis c’est ce qu’avaient fait les philosophes en distinguant leur monde, celui des idée (...)

3Simplifions, quitte à caricaturer : toute science se fonde dans une aventure intellectuelle. Celle d’un groupe, d’un réseau, d’individus isolés mais convergents qui ont quelque chose à dire au monde : celui de la religion, de la politique, celui de la connaissance établie. Chaque fondation ou chaque révolution copernicienne réalise peu ou prou ce modèle. Ensuite, vient l’étayage et la capacité de se reproduire tout en ayant autre chose à dire : la physique a connu des révolutions mais c’est toujours la physique, alors même que les physiciens se soucient bien moins de leur passé que les sociologues. Au-delà de l’identité disciplinaire, la réussite sociale des sciences tient pour une grande part dans la constitution d’une communauté des savants, dont les spécialistes des diverses disciplines forment des sections certes concurrentes mais membres du même ensemble. Cette communauté a su se doter d’une autonomie sociale dont l’internationalisation, précoce et aujourd’hui radicale et le fonctionnement en réseau, forment les bases. On en voit les résultats spectaculaires avec la montée en puissance du développement durable – certaines conférences internationales importantes ont été littéralement portées par des réseaux de chercheurs – et avec le rôle ambigu du GIEC 1. La principale ressource de cette communauté repose dans une représentation de la science comme un corps de connaissance en quelque sorte extérieur au monde 2 : Trofim Denissovitch Lyssenko a été battu à plates coutures (heureusement !). Ce mode de structuration, qui contamine les sciences humaines à des degrés divers, ressemble à une victoire à la Pyrrhus : désormais les sciences doivent montrer leur utilité et, comme elles s’appuient toutes sur des dispositifs d’organisation de la recherche et d’enseignement supérieur qui coûtent cher, les financeurs, dans un contexte macro social largement évoqué par les contributeurs précédents, attendent d’elles un retour sur investissement. Dès qu’une application rentable s’esquisse (surtout dans des domaines sensibles) tout le monde devient fou.

4La situation des sciences humaines diffère. D’abord, parce que, même lorsqu’elles se trouvent soumises au schéma précédent, leurs applications concernent les services (y compris sous la forme de produits commerciaux) ou les politiques publiques plutôt que les technologies, ce qui n’a rien d’indifférent. Plus radicalement, l’histoire des sciences humaines montre – en simplifiant raisonnablement – que toutes ses disciplines s’y sont constituées pour s’adresser au monde de l’action (politique, religieuse, etc.) plus qu’à celui de la connaissance. De ce fait, le praticien de ces sciences reste toujours un type d’intellectuel (celui qui produit des idées, se saisit de questions sociales et intervient dans l’espace public) et ne s’inscrit jamais complètement dans la figure du savant, ou du philosophe. Pour les sociologues, l’utilité finit toujours par renvoyer à la question : qu’avons-nous à dire sur le monde dans lequel nous vivons ? Donc à la définition même de la discipline.

5Plusieurs voies s’offrent au sociologue qui veut prouver son utilité : l’incantation (« personne ne nous écoute par ce que ce que nous disons est trop essentiel et révolutionnaire »), l’autopromotion (« nous possédons la science reine, faites nous confiance »), le prophétisme (« suivez mon panache blanc et je vous montrerai la voie de la "bonne société" »), le marketing, c’est à dire la fabrication de bons produits communicants et l’expertise. En elle se rencontrent l’injonction d’utilité qui s’adresse aux sciences et l’ardente obligation de savoir ce qu’il a à dire au monde social qu’implique la position de l’intellectuel sociologue. Mais comment la définir ?

L’expertise sociologique

6On ne saurait la confondre avec la spécialisation sur une famille d’objets. Le sociologue du travail (ou de n’importe quelle autre spécialité constituée) appartient à une sous-discipline qui peut elle-même se diviser en sous-sous-disciplines plus pointues, jusqu’à ce qu’Achille rattrape la tortue. Cela correspond à un mode de structuration des disciplines et de l’interdisciplinarité, mais l’expertise proprement dite se constitue au moment où le spécialiste devient prestataire – dans un cadre marchand, non marchand, militant – donc fournisseur de réponses – à des questions réelles ou virtuelles – de conseils, d’outils pour l’action.

  • 3 Des revues telles que Commentaires, Le Débat, Esprit, etc., les accueillent régulièrement.

7Autrement dit, l’expertise ne peut pas se définir par autoréférence, elle suppose la reconnaissance, une construction sociale complexe et qui ne se fait pas sans l’intervention active des porteurs de cette expertise. Cette reconnaissance diffère d’ailleurs radicalement selon qu’il s’agit de celle d’une profession classique (les experts comptables), de celle d’un corps de savants, ou de celle des « prestataires de réflexivité » que nous sommes. Observons que cette dernière catégorie ne se limite pas aux sociologues ni même aux représentants académiques des sciences humaines ou aux intellectuels professionnels et que certains membres de professions plus classiques (y compris des journalistes) 3 adoptent totalement cette posture.

8Par quels dispositifs produire la reconnaissance qui constitue (sous réserve qu’elle devienne réciproque) le moteur de toute relation d’expertise dépassant la réponse à une question fermée par celui qui parle « en tant que sachant », comme disent les tribunaux ?

9Certains sociologues s’imaginent que la reformulation de la commande (ou de la demande) constitue la marque de fabrique de la discipline. C’est en fait un comportement assez banal. En revanche, la question reste de savoir pourquoi et comment on reformule et surtout si s’opère une véritable transaction (au sens fort et non économique du terme) à l’occasion de cette reformulation, transaction qui cristallise le rapport au monde social du sociologue.

10Mieux comprendre cette transaction suppose de s’interroger dans trois directions :

11- D’abord l’énonciation ou la traduction. Banalement, il s’agit de traduire le discours sociologique à l’usage de ceux qui ne sont pas sociologues. On croit parfois que le dévoilement ou la dénonciation possèdent en eux-mêmes une force suffisante pour qu’il n’y ait pas besoin de traduire. Cela conduit les sociologues à en remettre sur ces deux dimensions, quitte à enfoncer des portes largement ouvertes. Outre que ces procédés relèvent alors d’une rhétorique qui peut entraîner des dérives dangereuses, ils ne suffisent pas à rendre la parole sociologique « crédible » ou simplement compréhensible. Comment traduire et ne pas simplement vulgariser ? On ne peut plus s’appuyer sur la fascination qu’a pu exercer la complication du style et du vocabulaire sociologique, il faut trouver les mots pour le dire et cela constitue probablement un des enjeux majeurs pour la sociologie (comme pour d’autres sciences de l’homme). Allons plus loin. Comme intellectuel qui interpelle le monde social, le sociologue dispose d’une capacité d’énonciation sociale, de formulation des problèmes sociaux. La posture classique du sociologue opérant en référence partielle au modèle du savant (qui formule des problèmes scientifiques à partir d’énigmes identifiées par la science) est de transformer les problèmes sociaux en problèmes sociologiques. Peut-être faut-il envisager le contraire : partir de la connaissance sociologique pour énoncer des problèmes sociaux, ce qui peut s’inscrire dans une démarche dialectique. Ce rôle d’énonciation passe par une forte capacité de décentrage pour pouvoir se situer au cœur du discours de l’autre, de ses logiques d’énonciation, tout en énonçant ce qui n’est pas attendu. L’expertise sociologique passe d’abord par là et quand elle devient une composante d’une expertise mixte, c’est cette capacité d’énoncer les problèmes sociaux qui marque sa spécificité. Cela donne une clé pour réagir à ce fait nouveau : les acteurs ont désormais souvent accès au vocabulaire de la sociologie et plus rarement à ses modes de raisonnement. On peut y voir un risque pour la pureté de la discipline et notamment celui de la diffusion de pseudo expertises, mais cela constitue également un avantage pour le travail d’énonciation. Quand on interviewe des cadres supérieurs de collectivités territoriales nourris pendant des années de Michel Crozier, Jean-Claude Thoenig, Erhard Friedberg, etc., on se trouve parfois sans voix devant leur capacité à raisonner en sociologues. Lors de la présentation des résultats d’une recherche, cela augmente à la fois leur capacité de compréhension et d’appropriation et leur capacité de résistance. Du coup, le problème se déplace : il ne s’agit plus de se faire comprendre, mais de trouver les formulations qui « font mouche » et qui peuvent devenir les slogans d’une nouvelle approche.

12- Ensuite, le rapport à l’avenir. Depuis que la condamnation du prophétisme en sociologie a été prononcée (à juste titre), la messe est dite et les sociologues considèrent que parler de l’avenir ne leur appartient pas. D’où leur presque totale absence dans des exercices certes pleins de pièges et d’ambiguïtés mais essentiels, comme la prospective. Parce qu’elle s’adresse à l’action, la sociologie ne peut pourtant pas faire l’économie d’un discours sur l’avenir. Les économistes se sont faits virtuoses de la prévision, dont on connaît les heurs et les malheurs. Les géographes, démographes et autres s’en tiennent à des versions diverses (parfois « molles » – mais pas nécessairement plus mauvaises) de la prévision. La prospective, à cause de son endogamie technocratique et parce que les écoles de pensée qu’elle a engendrées brillent plus par leur art d’occuper de l’espace et de gagner de l’argent que par leur profondeur intellectuelle, ne bénéficie pas d’une grande considération dans nos milieux. Peut-être devrions-nous nous en saisir pour lui donner une autre tournure ? Il existe encore d’autres manières de construire un discours – au moins interrogatif – sur l’avenir sans tomber dans le prophétisme. La sociologie a-t-elle les moyens intellectuels de le faire ? Si non, peut-elle s’en doter ? Cette question revêt à mon sens une certaine urgence.

13- Enfin la déontologie. Cet ensemble de règles de morale professionnelle présente l’avantage qu’il n’exclut pas la diversité théorique et méthodologique de ceux qui le respectent et qu’on peut facilement en rendre compte. Il établit les normes d’une relation de respect entre le chercheur ou le praticien et ceux qu’il étudie, comme entre les praticiens eux-mêmes. Le sociologue « critique » ne raisonne pas en ces termes : il dit ce qu’il a à dire (dont il constitue le destinataire paradigmatique) et se moque du reste. Même si la déontologie évoque la profession – ce que nous ne sommes guère – dans sa dimension la plus corporatiste – ce que, légitimement à mes yeux, nous n’aimons pas – elle mérite notre attention. Car le rapport au monde social implique la double capacité d’avoir quelque chose à lui dire et de construire le cadre de la transaction que j’évoquais à l’instant. Prenons la déontologie comme une méthode pour construire ce cadre, en se fixant sur des règles de comportement et pas seulement sur des contenus méthodologiques ou théoriques.

Trouver une organisation adéquate

  • 4 Ou des « grappes » ou des « paniers » pour passer en revue un vocabulaire qui sert à désigner le mê (...)

14Les grands courants de recherche interdisciplinaires évoqués dans la contribution d’Alain Caillé constituent-ils une manière d’organiser l’expertise sociologique, dans des « bouquets » 4 d’expertise des sciences humaines ? En général insensibles aux questions de déontologie, ils ne sont pas mis en ordre de marche pour parler de l’avenir. Le peuvent-ils ? En revanche – et c’est leur grande force – ils ont développé une véritable capacité d’énonciation : ils formulent des problèmes sociaux. Mais, au-delà d’une interdisciplinarité dont on ne sait pas bien ce qu’elle signifie vraiment, quel mode concret de structuration du monde des sciences sociales développent ils ?

  • 5 Tout comme, dans un domaine proche, les dizaines d’études sur les régimes urbains, qui ne font en r (...)

15Il s’agit de communautés de spécialistes, constituées un peu comme les « réseaux sociaux ». En général leur ciment principal tient à l’énonciation, au départ au moins partiellement militante, d’un problème social, que l’on va traiter en utilisant la boîte à outil théorique et méthodologique des disciplines mobilisées et le plus souvent sans grande innovation, sauf une plus grande fluidité dans le franchissement des frontières disciplinaires. Avec cela se constitue un domaine, un champ, avec sa géographie et ses règles du jeu et qui bientôt se clôt, produit ses références, son langage propre et s’éloigne du monde social. N’est-ce pas le mécanisme de constitution d’un champ scientifique ? Oui, mais à ceci près que le point de départ diffère et qu’il n’est pas toujours facile de transformer ce qui relève de la prise de conscience en un débat scientifique structurant. Observons un exemple extrême, celui des études sur la gentrification, qui rassemblent une communauté de chercheurs relativement nombreuse, à l’échelle mondiale et qui viennent de disciplines diverses (principalement, mais pas exclusivement la géographie et la sociologie). L’invention du terme par une sociologue anglaise (Ruth Glass) dans les années 1960 pour désigner et interpréter un phénomène très précis reste anecdotique par rapport à la suite : la prise de conscience chez les chercheurs qui travaillaient sur le logement du fait que la population des centres-villes changeait, les classes moyennes remplaçant les classes populaires et que cela constituait un problème social. Celui-ci est alors énoncé à travers des théories néo-marxistes particulièrement pauvres. À partir de là, la gentrification devient une thématique, un chapeau sous lequel on met le meilleur et le pire. Un débat scientifique atone (qui se contente au mieux de mobiliser des théories extérieures pour enrichir le propos), pas d’inventions bouleversantes (celle de la gaytrification n’apporte pas grand-chose) 5 mais une foule d’études empiriques – parfois excellentes – un réseau, des colloques, des publications et des jeunes chercheurs que leurs articles, dûment estampillés et cités – sinon beaucoup lus – sur le sujet aident à alourdir leur dossiers. La dénonciation radicale (qui n’en dit pas plus que les sites associatifs américains anti-gentrification) vient ajouter une sorte de cerise sur ce gâteau-là.

  • 6 Juste avant la découverte du virus du SIDA, le laboratoire concerné de l’institut Pasteur était rép (...)

16Le fait qu’on puisse considérer les études de genre ou les études postcoloniales comme des avancées importantes n’empêche pas qu’elles correspondent à un mode de structuration problématique, comme le montrent des exemples moins brillants, tel celui des études sur la gentrification. Ce mode de structuration entre parfaitement dans les logiques universitaires actuelles. Celle de l’évaluation qui implique que l’on produise vite et sans temps de latence 6, ce que l’on fait plus facilement dans un cadre balisé, donnant une forte identité mais peu exigeant sur la méthode de production ou de renouvellement des questionnements et, malgré les apparences, fort peu cumulatif. Celle de la constitution de réseaux scientifiques ouverts, permettant de faire nombre à l’échelle planétaire rapidement et sans trop de questions, car seuls les forts peuvent se permettre de s’en tenir à des réseaux exclusifs. Celle de la concurrence entre universités ou équipes, qui exige que l’on ait des produits attractifs et « bibliométriquement corrects », donc faciles d’accès, faciles à citer et si possibles médiatiques. Celle – sans doute plus spécifiquement française – des grandes concentrations, qui s’opèrent plus facilement sur des thématiques interdisciplinaires aussi molles que possible.

17On ne peut considérer qu’il s’agisse là d’une voie royale pour l’affirmation de l’expertise sociologique.

  • 7 Un seul exemple, le pire : la sociologie des années 1970 a investi massivement les écoles d’archite (...)

18Quelles autres démarches privilégier ? Sans doute la sociologie française a-t-elle souvent choisi des stratégies perdantes, en particulier à l’université en ouvrant largement ses portes, alors que la solidité des prérequis y est plus qu’ailleurs nécessaire. Ou encore en refusant pendant des décennies de se poser le problème de la professionnalisation de ses diplômés ou de prendre en compte sérieusement sa participation à la formation d’une diversité de professionnels 7. A-t-on vraiment fait mieux ailleurs ? La sociologie ne sera probablement jamais une armée bien organisée et c’est heureux. Sans doute n’aura-t-elle jamais un fonds commun vraiment stabilisé.

19Mais l’absence de stabilité n’empêche pas qu’il existe un patrimoine de la sociologie, fort mal mis en valeur et exploité, en partie par ce que l’on feint de croire à un « état de l’art » ou du « front de la recherche » linéaire, ce qui empêche de voir les reculs intervenus et de prendre la mesure des « savoirs acquis ». On ne relit vraiment que quelques grands classiques, alors que bien d’autres travaux mériteraient de figurer dans le paysage, bien plus que tel article récent que tout le monde cite et qui ne dit rien d’important. La référence au patrimoine ne présente aucun intérêt lorsqu’elle devient affaire d’érudition, en revanche elle offre des points de repère pour alimenter efficacement la fonction d’énonciation ou la construction d’un discours sur l’avenir.

20La spécialisation toujours plus pointue ne constitue pas, on l’a compris, la base de l’expertise. La condamner serait aller vite en besogne, mais elle ne vaut que par la capacité de décentrage qui l’accompagne. Souvent les acteurs ont un train d’avance sur les chercheurs, qui, en revanche, savent établir des connexions auxquelles les acteurs ne penseraient pas. Vouloir devenir plus technicien que les techniciens, même pour leur proposer un discours critique, ne conduit nulle part. En revanche, on ne décentre l’approche avec efficacité qu’en atteignant un niveau minimal de compétence technique. L’énonciation et la capacité de construire un discours sur l’avenir, même lorsqu’elles s’appliquent à des débats spécialisés, supposent suffisamment d’ouverture et pour commencer une culture sociologique générale sur laquelle il convient de veiller.

21Enfin, au lieu de jouer au consensus et de désigner des boucs émissaires (dont certains semblent aimer cette position, qui a son confort) la sociologie devrait se demander comment faire pour que ses débats internes, plutôt que d’apparaître comme des chamailleries de cour de récréation, prennent un sens social compréhensible pour un nombre raisonnable de nos concitoyens. Elle devrait s’efforcer de les mettre en scène, de les transformer en controverses structurées dans des arènes, d’en énoncer les termes pour en faire les lieux d’une interpellation du monde social.

L’après-sociologie

22Il reste à envisager une hypothèse qui, selon moi, pèse sur le raisonnement : rien ne prouve que la sociologie soit éternelle. Les étapes actuelles de son existence peuvent préluder à une explosion qui concernerait l’ensemble des sciences sociales et humaines. Celles-ci restent associées à un moment de l’histoire de l’humanité, à d’autres moments qui émergent correspondront d’autres interpellations, d’autres types de connaissance. La question devient alors double : qu’est ce qui s’annonce et que faut-il (ou que peut-on espérer) sauver de notre patrimoine ? Que cette hypothèse présente ou non de l’intérêt pour elle-même ne change rien à la valeur heuristique des questions qu’elle conduit à se poser.

  • 8 Encore faut-il, dans le cas français, faire la part de ce qui revient à l’univers médiatique parisi (...)
  • 9 Comme le montre l’exemple de Pierre Bourdieu avec La Distinction.

23La raréfaction des « intellectuels publics » parmi les enseignants de sociologie que remarque un rapport canadien cité par Jacques Hamel fait réfléchir. Les sociologues qui prennent place dans le débat public (ce qui ne consiste pas à commenter l’événement en toutes circonstances dans les medias, ce que François Dubet critique à juste titre) viennent d’horizons divers : économie, sciences politiques, journalisme, etc. Le « vrai » sociologue occupe une bande étroite 8 et se révèle souvent anecdotique ou inaudible (sauf pour les autres sociologues). Faut-il se lamenter sur notre impuissance – en tant que profession – à contrôler le label, ou constater que « sociologue » devient une sorte de rôle dans le débat ? Ce rôle qu’il faudrait mieux comprendre (cela relève en principe de nos compétences !) s’éloigne de la discipline qui sert à le nommer. Tout cela alors que les connaissances qui alimentent les débats résultent d’un régime de production fondé sur la vitesse, la circulation et la volatilité. La sociologie implique une présence au monde qui passe par le rapport à l’actuel, mais un actuel durable, à rythme lent. Pendant longtemps, faire un livre avec des enquêtes réalisées dix ou vingt ans avant ne posait pas de vrai problème et n’empêchait pas de délivrer un « message » qui porte 9. Aujourd’hui la tyrannie de l’actualité à rythme très rapide rend particulièrement difficile l’expression du savoir sociologique tel qu’il s’est constitué : il reste ce « rôle » de sociologue, de porteur d’un type de démarche réflexive. Et derrière, peut-être, la fin de la discipline et l’émergence d’autre chose. On pourrait continuer dans cette voie en alignant des hypothèses plus lourdes, concernant les évolutions du monde des intellectuels et de leur position sociale, ou encore celles de la connaissance en général et de leur impact sur ce domaine particulier que constituent les sciences sociales. Peu importe, à mon sens l’essentiel demeure de chercher dans la sociologie et dans ce que peut être son expertise, les prodromes d’un au-delà de la sociologie qui ne soit pas la science sociale molle, faiblement capable d’énoncer les problèmes sociaux et incapable de parler de l’avenir, qui semble devoir l’emporter aujourd’hui.

24Bref, la sociologie ne gagne rien à vouloir affirmer son utilité en se référant au modèle de la physique, de la biologie ou de l’économie. Riche de son patrimoine plus que de sa contribution à un supposé « état de la science », elle s’alimente d’être une aventure intellectuelle renouvelée et se réalise dans la capacité d’énoncer les problèmes sociaux, de parler de l’avenir, de donner des enjeux socialement partageables à ses débats internes, ce qui n’exclut nullement les exigences de méthode et l’ambition de scientificité, mais leur donne un sens spécifique.

25Aujourd’hui son destin ne se joue ni dans les départements de sociologie ni dans les laboratoires et pas plus dans le ritualisme du scientifiquement correct que dans une indignation rhétorique qui se dit sociologue critique. Il dépend de sa capacité à penser l’après-sociologie comme une aventure positive et, singulièrement, à investir le « rôle du sociologue », comme porteur d’une capacité spécifique de réflexivité, dans le jeu de l’interdisciplinarité et dans le débat social.

Haut de page

Notes

1 Ou IPCC : Intergovernmental Panel on Climate Change

2 Mutatis mutandis c’est ce qu’avaient fait les philosophes en distinguant leur monde, celui des idées, du monde social.

3 Des revues telles que Commentaires, Le Débat, Esprit, etc., les accueillent régulièrement.

4 Ou des « grappes » ou des « paniers » pour passer en revue un vocabulaire qui sert à désigner le même genre d’objets.

5 Tout comme, dans un domaine proche, les dizaines d’études sur les régimes urbains, qui ne font en rien ou presque progresser une théorie qui dans son premier âge présentait un réel intérêt.

6 Juste avant la découverte du virus du SIDA, le laboratoire concerné de l’institut Pasteur était réputé n’avoir rien produit d’intéressant depuis très longtemps.

7 Un seul exemple, le pire : la sociologie des années 1970 a investi massivement les écoles d’architecture. Puis, personne dans la discipline officielle ne s’est préoccupé ni de la qualité et de la pertinence de son intervention ni – au moins – de la défense de ses intérêts. Aujourd’hui la sociologie est sinistrée et déconsidérée dans les écoles d’architecture françaises.

8 Encore faut-il, dans le cas français, faire la part de ce qui revient à l’univers médiatique parisien, lequel reste assez favorable aux chercheurs en sciences humaines et notamment aux sociologues. Dans les lieux moins visibles – institutionnels ou non – du débat public, la parole sociologique se fait très rare.

9 Comme le montre l’exemple de Pierre Bourdieu avec La Distinction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Bourdin, « L’expertise réflexive est la vocation actuelle de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3837

Haut de page

Auteur

Alain Bourdin

Institut français d’urbanisme, université de Marne-la-Vallée, France - bourdin@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page