Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2012Amours Transi(t)s. Transactions s...Transgenres thaïlandaises en Europe

2012
Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration

Transgenres thaïlandaises en Europe

Le sexe, l’amour, l’argent et « mon genre ! »
Thai male-to-female transgenders in Europe
Cheera Thongkrajai

Résumés

Comme beaucoup de leurs compatriotes en Thaïlande, les personnes transgenres/transsexuelles male-to-female (MTF), désignées par le terme de kathoey, souhaitent partir à l’étranger en espérant trouver une vie meilleure. Dans leur cas, cette quête ne renvoie pas seulement à une amélioration économique de leur situation et de celle de leur famille, mais tout autant à la possibilité de vivre pleinement en femme et notamment d’engager, comme telle, des relations affectives et/ou sexuelles durables avec des hommes. Les kathoey migrantes en Europe cherchent à entretenir plusieurs relations sexuelles et/ou affectives pour maintenir et améliorer leur situation. Pour elles, avoir un « mari » farang (occidental), représente à la fois une chance de réussite économique et sociale capable de dépasser les stéréotypes négatifs et l’exclusion sociale dont elles sont l’objet en Thaïlande.

Haut de page

Texte intégral

1La mondialisation et le dynamisme du capitalisme ont engendré une expansion de la circulation des capitaux, des marchandises, des technologies, de l’information et des services. Le marché s'est développé à l’échelle planétaire et le flux de main d'œuvre bon marché des pays pauvres se dirige vers les pays riches et se retrouve dans différents secteurs économiques, y compris dans celui des métiers de service, de soin et de loisir/plaisir (care economy) (Ehrenreich & Hochschild, 2002). En Europe, des femmes du « tiers-monde » remplacent des Européennes dans des domaines tels que des travaux domestiques et l’industrie sexuelle. La demande pour ces activités de « soins » dans les pays développés constitue un facteur d’attraction qui motive les gens à émigrer (Agustin, 2003). Ce contexte de mondialisation et de flux transnationaux favorisent aussi des rencontres et des échanges interpersonnels. Ceci ouvre une nouvelle perspective au domaine de rencontre sexuel ou affectif et au marché matrimonial et rend ainsi réalisable le fantasme d’exotisme à portée de main.

  • 1 Sam Winter estime qu’il est probable que la Thaïlande compte plus de personnes transgenres MTF que (...)

2La Thaïlande n’est pas seulement reconnue comme la première destination du tourisme sexuel dans le monde, mais aussi comme « un paradis gay », avec un climat de tolérance et d’ouverture d’esprit pour les minorités sexuelles (Jackson, 1999). Il existe, dans la conception thaïlandaise de sexe et de genre, une catégorie particulière qui participe à cette réputation et en dévient « une spécialité thaïlandaise » 1, les kathoey qui sont des personnes transgenres homme vers femme (male-to-female ou MTF), appelées aussi sao-praphet-song, ou « femmes de second type ».

3Le terme kathoey, d’un usage courant aujourd’hui, désigne une catégorie identitaire de genre, socialement reconnue dans la société thaïlandaise. Il peut englober les personnes suivantes : 1) un homme efféminé qui ne se travestit pas ; 2) un homme qui se travestit occasionnellement ou de manière permanente ; 3) un homme qui se travestit occasionnellement ou de manière permanente, qui prend des hormones féminines ou qui commence sa transition, sans pour autant envisager une opération de changement de sexe à l’avenir ; 4) un homme qui a subi une opération de réassignation de sexe ; 5) un homme qui est attiré par un autre homme (Matzner, 2001). Le mot kathoey est donc très polyvalent et peut être employé dans des contextes très divers. Dans les années 1960, les homosexuels masculins thaïlandais ont emprunté à l’anglais le mot gay pour se désigner et se distinguer des kathoey. Ceci a bouleversé la pensée identitaire et a engendré la redéfinition des catégories de sexe et de genre, notamment celle de kathoey. D’une part, la sexualité et l’homosexualité ont constitué une base identitaire à laquelle les individus se sont référés et identifiés et, d’autre part, la catégorie de kathoey s’est modifiée et s’est progressivement féminisée pour prendre le sens de sao-praphet-song ou « femme du second type ». À partir des années 1970, le mot kathoey est utilisé la plupart du temps pour désigner les personnes mâles qui adoptent le genre féminin ou qui ont subi une opération de réassignation de sexe (Jackson, 2000 ; Brummelhuis, 1999). C’est cette définition que nous avons retenue pour délimiter la population étudiée dans notre enquête de terrain.

4Les kathoey, comme les hommes et les femmes thaïlandaises, cherchent à immigrer vers des endroits qu’elles pensent « meilleurs ». Aller à l’étranger (pai muang nok), plus précisément dans les pays occidentaux, n’est pas seulement le rêve des kathoey mais celui des Thaïlandais en général. Dans leur esprit, les pays occidentaux représentent un lieu de développement, de modernité, de richesse et d’avancement technologique. Cette image, alimentée par les médias, renforce la vision et la valeur sociale attachée à la vie en Occident. Vivre à l’étranger (yuu muang nok) devient un symbole de supériorité économique, sociale et un privilège (Suksomboon, 2009). Parmi les kathoey, le mythe de l'étranger (muang nok) s’est également répandu comme une terre où l’égalité règne et où les minorités sexuelles seraient mieux acceptées. Au cours de la dernière décennie, plusieurs recherches thaïlandaises ont été consacrées à des couples mixtes occidental-thaïlandais. Ces travaux témoignent de l’ampleur du phénomène et montrent le changement de valeur des Thaïlandais. Lorsqu’on demande à de jeunes filles villageoises ce qu’elles veulent faire quand elles seront grandes, elles répondront qu’elles veulent se marier avec un occidental ou un farang. Avoir un conjoint farang est perçu comme une opportunité de vivre et travailler à l’étranger et une assurance d’obtenir une meilleure mobilité économique et sociale (Boonyamattaya, 2005). Les couples interculturels ne sont pas un phénomène nouveau car, avec le développement de la prostitution en Thaïlande, on a déjà observé ce que l’on appelle les mia-chao ou « les femmes à louer », une forme de prostitution au long cours, destinée aux GI américains qui se sont installés en Thaïlande pendant la guerre de Vietnam. Ces femmes sont payées pour les tâches domestiques et aussi leur service sexuel. Certains couples se sont mariés après la guerre (Cohen, 2003). Avec l’entrée du pays dans l’économie de marché et l’ambition politique nationale de devenir le leader mondial du tourisme, la prostitution s’est développée et industrialisée. S’il est vrai que la plus grande part du marché du sexe est destinée aux clients locaux, le tourisme amplifie le phénomène et incite des jeunes filles, aussi bien que des kathoey, à quitter leurs villages et à migrer vers les grandes villes touristiques pour trouver un travail. C’est souvent dans ces lieux touristiques qu’a lieu la rencontre, que débute l’histoire d’« amour » –et certaines kathoey finissent par suivre leur « prince charmant » aux pays de leur rêve.

  • 2 Notre recherche de terrain, débuté en 2008, s'est concentrée principalement dans des métropoles eur (...)
  • 3 Parmi 26 personnes interrogées, cinq ne sont pas opérées. L’une d’entre elles se travestit en femme (...)

5Nous nous intéressons aux kathoey en situation d'immigration en Europe 2, où elles sont arrivées via leurs réseaux sociaux personnels, amicaux ou avec l’aide de partenaires farang. Les enquêtées, vivant majoritairement en femme 3, proviennent de différents milieux sociaux d’origine, de la classe pauvre villageoise (21 personnes) à la classe supérieure urbaine (cinq personnes). Elles ne sont pas toutes prostituées. Certaines travaillent dans des professions typiques de la migration : serveuses, cuisinières, femmes de ménage ou sont femmes au foyer. Une fois arrivées sur le sol européen, les kathoey migrantes côtoient et fréquentent les locaux, et vivent en interaction avec ceux-ci. Beaucoup d’entre elles se sont déjà impliquées dans des transactions sexuelles. Notre but est de rendre compte de ces expériences, de décrire la complexité des relations et des échanges économiques, sexuels et/ou affectifs que les kathoey migrantes entretiennent avec leurs partenaires farang. Il s’agit aussi de montrer comment ce dynamisme relationnel des kathoey participe au processus de négociation et de lutte pour leur survie en vue d’améliorer leur situation et de mieux vivre leur féminité.

La typologie de relations d'échanges économiques, sexuels et affectifs entre les kathoey migrantes et leurs partenaires farang

6Erik Cohen est l'un des premiers chercheurs à s’être intéressé à l’ambiguïté des relations entre des prostituées thaïlandaises et leurs clients occidentaux. Il a montré que ces relations prostitutionnelles peuvent se prolonger et se transformer en une liaison plus personnelle qui implique à la fois des sentiments et des intérêts économiques. Il a établi quatre types de relations entre les femmes thaïlandaises prostituées et les farang, basées sur différents niveaux d’intérêts économiques et d’engagement émotionnel dans la relation : la mercenaire, basée uniquement sur l’échange économique ; la mise en scène, basée sur l’échange économique mais accompagnée d’un (faux) sentiment simulé par la femme ; la mixte, fondée sur l’intérêt économique aussi bien que sur l’engagement sentimental et l’émotionnelle, qui repose uniquement sur l’émotion ou « l’amour » (Cohen, 1982). Cette typologie d’Erik Cohen est une construction étique, fondée sur ses propres observations visant à élaborer un modèle d’analyse. En suivant ce schéma d’analyse et en nous appuyant sur nos propres observations, nous avons tenté de mettre en évidence les différents types de relations entre les kathoey interrogées et leurs partenaires farang. À la différence de celle d’Erik Cohen, notre typologie est une conception émique, fondée sur les dénominations que les kathoey utilisent elles-mêmes pour définir leurs partenaires. Les mots qu’elles utilisent pour les nommer sont très révélateurs de la nature de chaque relation. Mais cette typologie n’est pas à prendre en tant que telle, mais plutôt comme lidéal-type englobant les traits spécifiques et les aspects importants de chaque type de relation. Elle ne correspond pas forcément ou automatiquement aux cas de données réelles. Cette typologie nous sert à cerner des faits réels et à mieux comprendre leur mécanisme.

  • 4 Le mariage est possible dans le cas où les kathoey ont déjà obtenu le changement d’état civil et do (...)
  • 5 Le partenariat civil ou union civile (le pacs en France) est ouvert dans la plupart des pays europé (...)

7Lorsque la relation est officialisé – mariage 4, partenariat civil 5 ou concubinage – les kathoey utilisent les mots sa-mee ou phua en thaïlandais, qui signifient « mari » ou « époux », pour désigner leur conjoint officiel. Cette relation se caractérise par la dépendance des kathoey aux partenaires en vue de légaliser leur situation. Les maris se portent garants ou fournissent les justificatifs nécessaires afin d’obtenir le visa ou le titre de séjour ; la cohabitation est obligatoire pour ces démarches administratives et les kathoey vivent donc avec leur mari. Elles assument le rôle d’épouse et de femme au foyer. Elles ont des rapports sexuels et/ou affectifs avec leur mari. Mais le sentiment peut être absent ou s’effacer au fur et à mesure de la relation. Face au renforcement du contrôle de l’immigration dans les pays européens, le mariage ou le partenariat civil apparaissent comme un moyen migratoire sûr et rassurant pour obtenir un permis de séjour légal. Certaines voient le statut marital comme un moyen de venir à l’étranger, puis d’avoir la chance de s’installer en Europe et de trouver éventuellement un autre moyen d’améliorer leur condition économique et sociale. Certaines kathoey envisagent de quitter leur conjoint un jour ou l’autre, lorsqu’elles auront leurs papiers et/ou plus d’indépendance et d’autonomie.

  • 6 Nous employons le mot « patron » au sens anglais qui traduit à la fois le rôle de « client », mais (...)

8Le deuxième et le troisième type de relation sont d’ordre professionnel et fondées principalement sur l’intérêt économique. Les partenaires sont désignés par le terme khaek, qui veut dire « client », « invité » ou « étranger ». Pour les kathoey prostituées, les relations avec les clients sont courtes et presque impersonnelles. Dès le premier contact, leurs interactions portent directement sur la négociation du prix et des prestations fournies. L’échange s’arrête lorsque la prestation ou le service acheté par le client est terminé. Cependant, les kathoey appellent certains clients habitués autrement. Elles utilisent le mot pa, que nous traduisons par « patron » 6, qui veut dire aussi « père » en dialecte sino-thailandais. Pa est utilisé également dans le langage thaïlandais courant pour désigner un homme âgé qui a une relation sexuelle et/ou affective avec une ou des filles plus jeunes et qui, en échange, s’occupe d’elles, en leur donnant de l’argent, en s’acquittant des frais divers, en leur offrant des cadeaux, etc. Les « patrons » sont souvent des hommes plus âgés avec un grand pouvoir d’achat et sont prêts à dépenser et s’investir financièrement en échange de la compagnie des kathoey, qui entretiennent souvent une relation de longue durée avec ces partenaires. Dans ce cas, elles peuvent être assimilées à leur maîtresse. Il peut y avoir un engagement sentimental ou un attachement personnel dans les relations entre les deux protagonistes. Les pa représentent avant tout une stabilité économique, parfois psychologique et sentimentale.

9Dans le quatrième type de relation avec « le petit ami » ou « l’amant » (faen ou kik), le sentiment occupe une place importante. Les kathoey parlent de leur amant en mettant l’accent sur l’affection, le romantisme et/ou l’attirance physique ou sentimentale de leur partenaire. Elles ne tirent pas forcément de bénéfice économique de cette relation et ne s’investissent pas systématiquement dans le rapport sexuel. Mais elles jouissent de la galanterie, de la tendresse et du désir de leurs partenaires.

10Enfin, les kathoey parlent des « hommes » (phu-chai) pour désigner des partenaires sexuels potentiels qu’elles rencontrent quotidiennement lors de moments de séduction, de drague ou de flirt. Ce sont les hommes qui leur plaisent physiquement et/ou avec qui elles ont des relations sexuelles, basées uniquement sur le désir et le plaisir réciproque, parfois sans lendemain. Même s’il peut y avoir une rémunération sous différentes formes dans cette forme de relation avec ces hommes de passage, elle n’est pas forcément perçue comme céline pottier2011-12-22T12:11:00cpde la prostitution.

11Ces différents types de relations peuvent coexister ou être vécues successivement. Elles sont modifiables et peuvent évoluer ou se dégrader d’un état à l’autre. Dans certaines situations observées, les différents types de relations peuvent s’entrecroiser, s’entremêler ou se rassembler dans un seul cas. Nous allons maintenant tenter de confronter cette typologie aux expériences observées.

I will survive : la négociation des rapports économiques, sexuels et affectifs pour la survie des kathoey migrantes

12Les enquêtées entretiennent plusieurs relations avec différents partenaires farang. Paula entretient des relations virtuelles avec ses « amants » par le chat sur Internet et, de temps en temps, elle leur demande de l'argent de poche, tout en restant avec son « mari » officiel, qui ne peut pas assurer une pension à sa femme. Paula se prostituait sur Internet sans que son mari le sache. Cet exemple illustre la coexistence de différents types de relations. Sans ressources économiques suffisantes de la part de leurs maris, certaines kathoey se prostituent et/ou cherchent à maintenir d’autres relations pour gagner un certain niveau économique et améliorer leur situation. Katie est venue en France dans le but de se marier. À son arrivée, elle trouve que sa vie de couple n'est pas celle qu'elle avait souhaitée, faute de sentiment et de soutien financier de la part de son mari. Ainsi, elle essaie de s'en sortir avec d'autres relations qui pourraient lui rapporter davantage. Lors d'un voyage à Paris, elle rencontre un jeune homme qui devient son petit ami. Celui-ci lui envoie parfois de l'argent de poche. Elle lui a menti en prétendant habiter avec un oncle, alors qu’en réalité c'est son mari officiel. À la différence de son mari, elle dit être amoureuse de son petit ami. Elle se sent aimée par celui-ci et ils entretiennent leur relation en s'envoyant des messages par téléphone portable. Son petit ami lui apporte non seulement un soutien économique, mais aussi psychologique. Elle dit : « Lorsqu’il y a sentiment, on ne pense pas à ce qu'il va nous donner ». Pour elle, l’intérêt économique semble être secondaire lorsque le sentiment est impliqué. Certains partenaires peuvent devenir des confidents et constituent un lien social et participent au réseau d’aide dans la société d’accueil. Prim, une prostituée, raconte que lorsqu’elle travaillait en Allemagne, elle ne restait pas longtemps dans une maison close. Les clients pa, souvent en voyage d’affaires, l’emmenaient dans leur hôtel et lui versaient une pension pour une longue période. Elle garde contact avec certains pa qui sont devenu des amis, voire des « pères » pour elle. Ces relations ont dépassé le cadre professionnel et un lien personnel s’est établi.

  • 7 Selon le propos de Maya, nous pouvons déduire que si elle n’obtenait pas ce qu’elle voulait ou si e (...)

13L'association entre les opportunités à des fins économiques et les conjoints ou partenaires farang est très répandue chez les kathoey. Maya, femme au foyer et sans emploi, est pacsée et vit en couple depuis cinq ans avec son mari, beaucoup plus âgé qu’elle. Lors de disputes, elle menace son conjoint de l’abandonner et de se prostituer sur Internet, s’il ne lui donne pas ce qu’elle souhaite. Son mari cède toujours et finit par obtempérer. Elle a même obtenu un revenu mensuel pour sa mère, qu’elle lui envoie en Thaïlande. Dans cette relation, le conjoint paraît comme le pa qui fournit la ressource économique. Maya négocie en utilisant le jeu sentimental et la jalousie pour obtenir des bénéfices. Elle lui offre une relation sexuelle et affective stable en échange de dons qu’il doit lui fournir perpétuellement 7. Elle regrette parfois d’avoir décidé de se mettre en couple avec lui car cela l’empêche de rencontrer d’autres farang, c’est-à-dire d’autres opportunités économiques.

14En effet, le fait de donner/recevoir du profit, quelle qu’en soit la forme, en échange de relations sexuelles-affectives, ne détermine pas automatiquement la nature de la relation et ne qualifie pas non plus cette « transaction sexuelle-affective » en prostitution. Erik Cohen a mis en évidence les différentes attentes des filles thaïlandaises et celles des hommes touristes farang dans les relations prostitutionnelles prolongées. Les filles ont tendance à interpréter l’argent donné par les « petits amis » farang comme un cadeau et non pas comme une rémunération. Le montant est un indicateur qui sert à mesurer le degré d’engagement, de considération et d’attachement de leurs petits amis envers elles. Lorsqu’elles accusent leurs partenaires d’être radins, ce n’est pas seulement une expression d’insatisfaction et de déception par rapport à ce qu’elles ont l’habitude de recevoir, notamment des farang, qu’elles imaginent extrêmement riches et généreux. C’est aussi l’expression d’un doute quant aux sentiments de leurs partenaires à leur égard (Cohen, 1982). Dans la culture thaïlandaise, la générosité est une valeur très importante. Les « cadeaux » donnés par leurs partenaires sont interprétés comme une preuve d’amour. Maya raconte que sa mère se plaignait du caractère radin de son conjoint. Elle trouvait que sur le plan financier, il ne s’occupait pas suffisamment de Maya ni de sa famille et que, sans preuve concrète de son amour pour elle, il n’était peut-être pas assez sincère et sérieux dans la relation avec Maya. Ceci nous montre que les attentes des kathoey – et aussi celles des familles en Thaïlande, à l’égard d’un mari farang – persistent également dans les relations officialisées. Les partenaires thaïlandaises espèrent voir leurs partenaires farang les prendre en charge économiquement, ainsi que leur famille. Contrairement à la valeur occidentale qui conçoit le mariage ou la vie de couple comme une relation entre deux partenaires égaux, les valeurs thaïlandaises voient le mariage comme une affaire de famille, combinée à des aspects pragmatiques, contractuels et émotionnels (Suksomboon, 2009). Les partenaires thaïlandaises perçoivent ces bénéfices comme un don affectif légitime et conforme à la relation.

  • 8 Avoir un enfant kathoey est souvent considéré comme relevant de la faute des parents et peut entraî (...)

15Dans la société thaïlandaise, la reconnaissance ou la gratitude (bun-khun) envers les parents est une valeur très importante. Les parents ont donné naissance et se sont occupé des enfants jusqu’à l’âge d’adulte. En retour, lorsqu’ils vieillissent, ils comptent sur les enfants pour s’occuper d’eux. Ceci constitue une obligation des enfants envers les parents et un modèle moral, très valorisé dans la société (Suksomboon, 2009). Les kathoey thaïlandaises souhaitent pouvoir soutenir leurs parents en leur envoyant de l’argent. Elles considèrent cet acte de reconnaissance comme une manière de payer leur dette envers leurs parents et comme un marqueur de réussite, conforme à la norme, aux idéologies et aux attentes sociales. Tout en contribuant à l’ascension sociale de leur famille, il peut aussi masquer et compenser le fait d’être kathoey 8. Cet acte de reconnaissance est parfois désapprouvé par les partenaires farang, ce qui peut constituer une source de conflit, lié à l’affrontement de deux conceptions culturelles différentes. Avec l’espoir d’améliorer et de stabiliser leur situation de migrantes, les kathoey cherchent à s’en sortir par différents moyens : trouver un travail, se prostituer, entretenir des relations. Après un an dans la prostitution, Paula a trouvé un travail dans la restauration. Son mari se plaint qu'elle a moins de temps à lui consacrer. Il aurait préféré qu'elle arrête de travailler et qu’elle redevienne femme au foyer à plein temps. Elle n'est pas d'accord et argumente auprès de son mari que si c’est ce qu’il souhaite, il faudrait qu'il puisse la financer pleinement, elle et sa famille. Tant qu'il n’y arrive pas, elle garde cet emploi, qui lui procure son indépendance. Paula négocie à la fois son rôle bonne épouse dévouée à son mari et celui de femme indépendante. Elle essaie d’avoir plus de liberté et d’autonomie pour elle-même vis-à-vis de son mari, qui finit par céder et la laisser travailler. Les kathoey cherchent à maintenir la stabilité de ces relations en même temps que la stabilité de leur vie de migrantes.

16Ces exemples évoquent ce que Paola Tabet (1987) définit comme un continuum d’échange économico-sexuel ou de transaction sexuelle, dans lequel il n’y a pas seulement les aspects économiques et sexuels, mais aussi les aspects affectifs et sentimentaux qui s’imbriquent les uns dans les autres. Les kathoey migrantes utilisent leurs atouts, la beauté, la jeunesse ou le charme féminin exotique et les combinent avec d'autres enjeux sentimentaux, sexuels ou affectifs tels que la jalousie, la séduction ou la simulation, afin de créer des liens locaux et de négocier leur place dans ces différentes relations. Leur objectif est non seulement d’améliorer leur condition de vie économique et sociale, mais aussi de tisser des relations et de créer un environnement viable dans le contexte des pays d’accueil où elles sont étrangères.

Kathoey à l’étranger et mobilité dans le genre : vers la fin du statut de « femme de second type » ?

17Dans le contexte culturel européen, les kathoey migrantes passent pour des femmes sans qu’on les remarque ou les distingue des femmes biologiques, grâce à leur physique féminin. Viviane, une kathoey non opérée explique : « On n’est pas très grand (par rapport aux Européens), on n’est pas poilu, on est petit et la voix, j’ai une voix qui passe [pour une voix de femme]… ». Le physique asiatique permet aux kathoey de se féminiser plus facilement et se fondre dans la foule. Par ailleurs, les Européens ont moins l'habitude de voir des transsexuelles et de faire la différence entre une femme et une transgenre/transsexuelle MTF, comme le souligne Viviane : « Les farang ne savent pas ce qu’on est ». Ainsi, les kathoey peuvent vivre quotidiennement leur genre féminin et leur identité de femme se consolide et s’affirme dans ce contexte d’interaction sociale transculturelle. Certaines prostituées opérées préfèrent ne pas dévoiler leur parcours de transsexualisation et se font passer pour des femmes, pour se protéger et éviter des réactions négatives transphobes. Quant aux relations de couple, le fait de dire « la vérité » aux partenaires n’est pas toujours facile et les kathoey préfèrent se faire passer pour des femmes au début des relations. Elles tendent à créer des sentiments et/ou de l’attachement chez leurs partenaires avant de leur faire part de leur parcours transsexuel. La plupart des hommes acceptent, après avoir réfléchi, et ne voient pas la transsexualité comme un inconvénient ou un obstacle à la relation ou à la vie de couple.

  • 9 Extrait d’entretien issu de mon enquête de terrain en Master 2.

18En Thaïlande, les kathoey subissent encore aujourd’hui des discriminations et sont l’objet de représentations sociales négatives. Elles sont souvent victimes de moqueries et des sanctions implicites (Jackson, 1999 ; Matzner, 2001). Les kathoey disent souvent qu’elles n’ont pas d’avenir en Thaïlande : « Pas de famille, qu’allons-nous faire, qui va s’occuper de nous ? »9. Pour elles, la relation durable avec un homme thaïlandais est quasiment inenvisageable. En effet, dans la représentation sociale, la relation entre une kathoey et un homme thaïlandais est toujours mal perçue, comme une liaison passagère, non sérieuse, fondée uniquement sur le plaisir sexuel que la kathoey donne à ses partenaires et sur les profits qu’elle en retire. Ces rapports ne sont qu’éphémères et ne sauraient aboutir à la construction d’une vie de couple ou d’une vie familiale, comme le font des hommes et des femmes ordinaires, faute d'héritier et d'acceptation des parents des hommes (Thongkrajai, 2007). Ainsi, elles sont exclues du marché matrimonial local. Venir à l’étranger et trouver un conjoint farang est un moyen d’échapper aux sanctions sociales et aux pressions discriminatoires dictées par les normes familiales, reposant sur les rapports parents-enfants et hommes-femmes, selon le modèle hétérosexuel. Panitee Suksomboon (2009) montre que les femmes thaïlandaises divorcées ou célibataires, âgées d’une quarantaine d’années, sont dans une situation comparable. Elles sont quasiment exclues du marché matrimonial, stigmatisées par l’âge et l’expérience précédente, alors que pour les Occidentaux, tout ceci ne pose pas de problème pour refonder une famille. Ainsi, épouser un Occidental constitue un choix qui leur permet d’émigrer, mais aussi de fonder ou refonder une relation et une famille. Il serait erroné d’en déduire que le motif d’émigration par le mariage est dominé uniquement par l’intérêt économique. Pour beaucoup de femmes et de kathoey thaïlandaises, cette alternative représente une sorte d’échappatoire afin de sortir d’une situation d’embarras et de regagner une dignité vis-à-vis de la famille et de l’entourage dans le pays d’origine. Nong, une kathoey opérée venant de la classe moyenne aisée, explique qu’elle n’avait pas de problème économique mais qu’elle est venue en France pour chercher « l’amour » de sa vie. Actuellement, elle vit en couple depuis quatre ans. Cette union ne serait pas possible en Thaïlande, car ses parents ne l’accepteraient pas. Farah, une prostituée opérée explique que lorsqu’elle est rentrée au pays avec son compagnon allemand, tout le village est venu les accueillir : « On était comme des "stars", comme si j’étais un exemple pour d’autres filles ». Ces expériences à l’étranger leur permettent de vivre une vie conjugale comme les autres couples, voire avec plus de privilèges et de potentiel économique avec un compagnon farang et une vie à l’étranger. De plus, contrairement aux hommes thaïlandais, les partenaires farang expriment de l'amour, de l’attirance et du désir pour les kathoey.

19Malgré des difficultés qui peuvent surgir une fois qu’elles sont en Europe, la vie à l’étranger tend à offrir aux kathoey une meilleure situation qu’en Thaïlande, où il n’existe aucune législation leur permettant, lorsqu’elles sont opérées, de changer leur sexe légal. Certains pays européens offrent cette possibilité, grâce aux lois autorisant le changement d’état civil, en obtenant un passeport et la nationalité du pays d’accueil. Certaines kathoey sont parvenues à avoir ces nouveaux papiers dans lesquels leur sexe est mentionné « F », avec le statut de « Miss ou Mlle ». Elles s’estiment heureuses et se sentent plus libres. Elles peuvent vivre pleinement en tant que femmes. Han Ten Brummelhuis (1999) a observé la fierté chez les kathoey qui ont obtenu le passeport néerlandais. Il souligne que le changement de sexe légal correspond aussi au rehaussement de leur statut. En devenant femme, les kathoey deviennent aussi des citoyennes de pays du « premier monde ».

20Les kathoey accommodent donc différentes stratégies pour négocier leur place et maintenir différentes sortes de relations en attirant l’attention de conjoints ou de partenaires potentiels (par leur beauté, l’amour, la jalousie, la séduction, etc.), en simulant les sentiments, en dissimulant leur parcours de transsexualité ou leurs autres relations extraconjugales et en accomplissant le rôle de la femme « idéale », conformément aux attentes des hommes occidentaux. Les kathoey doivent jongler entre « l’amour, le sexe et l’argent » dans les relations qu’elles entretiennent avec leurs partenaires farang, afin d’en obtenir plus de bénéfices. Or il ne s'agit pas uniquement d’argent, mais aussi de leur propre bien-être en tant que migrantes et de la stabilité de leur situation économique, sociale, psychologique et sentimentale. L’expérience à l’étranger permet aux kathoey non seulement d’améliorer leur condition économique, juridique et sociale, mais aussi de « regagner la face » auprès de leur famille et de leur entourage ; elle leur permet également de s’épanouir, de vivre pleinement leur féminité et de se sentir femmes, égales aux autres femmes, et non pas femmes de « second type ».

Haut de page

Bibliographie

Agustin L. (2003), « Sex, Gender and Migrations: Facing up to Ambiguous Realities », Soundings, n° 23, pp. 84-98.

Boonyamattaya R. (2005), « Femmes des Occidentaux : les femmes d’Isan et le mariage transculturel [trad.] », Journal of Mekong Societies, vol. 1, n° 2, pp. 1-52 [en thaïlandais].

Brummelhuis H. T. (1999), « Transformations of Transgender: The Case of Thai Kathoey», Journal of Gay and Lesbian Social Service, vol. 9, n° 2-3, pp. 121-139.

Cohen E. (1982), « Thai Girls and Farang Men: The Edge of Ambiguity», Annals of Tourism Research, n° 9, pp. 403-428.

Cohen E. (2003), « Transnational Marriage in Thailand: The Dynamics of Extreme Heterogamy », dans Bauer T. & B. McKercher (dir.), Sex and Tourism: Journeys of Romance, Love and Lust, Binghamton, Haworth Hospitality Press, pp. 57-81.

Ehrenreich B. & A. R. Hochschild (2002), Global Women: Nannies, Maids, and Sex Workers in the new Economy, New York, Metropolitan Editions.

Jackson P. (1999), « Tolerant but Unaccepting: The Myth of a Thai "gay paradise" », dans Whittaker A., Jackson P. & N. Cook (dir), Gender and Sexualities in Modern Thailand, Chiang Mai, Silkworm Books, pp. 226-242.

Jackson P. (2000), « An Explosion of Thai Identities: Global Queering and Re-Imagining Queer Theory», Culture, Health and Sexuality, vol. 2, n° 4, pp. 405-424.

Matzner A. (2001), « The Complexities of Acceptance: Thai Students Attitudes Towards Kathoey », Crossroads, vo. 15, n° 2, pp. 71-93.

Suksomboon P. (2009), Thai Migration Women in the Netherlands: Cross-Cultural Marriages and Families, Thèse, Université de Leiden, Pays-Bas.

Tabet P. (1987), « Du don au tarif : Les relations sexuelles impliquant une compensation », Les Temps Modernes, vol. 42, pp. 1-53.

Thongkrajai C. (2007), Kathoey, une identité à plusieurs faces. Une approche anthropologique de processus d’adaptation et de négociation identitaire des personnes transgenre MTF en Thaïlande, Mémoire de Master 2 Anthropologie, Aix-en-Provence, Université de Provence.

Thongkrajai C. (2010), « Kathoey, un genre multiple. Le processus d'adaptation et de négociation identitaire des transsexuels MTF de Thaïlande », Moussons, n° 16, pp. 157-174.

Winter S. (2002a), « Why Are There so Many Kathoey in Thailand? », [URL: http://web.hku.hk/~sjwinter/TransgenderASIA/paper_why_are_there_so_many_kathoey.htm]

Winter S. (2002b), « Country Report: Thailand », [URL: http://web.hku.hk/sjwinter/TransgenderASIA/ country _report_thailand.htm]

Haut de page

Notes

1 Sam Winter estime qu’il est probable que la Thaïlande compte plus de personnes transgenres MTF que les autres pays, y compris en Occident (Winter, 2002a, 2002b).

2 Notre recherche de terrain, débuté en 2008, s'est concentrée principalement dans des métropoles européennes : Paris, Marseille, Berlin, Amsterdam et Genève.

3 Parmi 26 personnes interrogées, cinq ne sont pas opérées. L’une d’entre elles se travestit en femme de temps en temps. Une autre, ayant la nationalité laotienne, a obtenu le changement d’état civil au Laos et est venue en Europe avec ses papiers au sexe féminin. Deux autres enfin ont obtenu un changement d’état civil après une opération de réassignation de sexe, ainsi qu’une nationalité européenne.

4 Le mariage est possible dans le cas où les kathoey ont déjà obtenu le changement d’état civil et donc le statut juridique de sexe féminin. Parmi les 26 enquêtées, il y a un cas de mariage.

5 Le partenariat civil ou union civile (le pacs en France) est ouvert dans la plupart des pays européens aux personnes de même sexe et/ou de sexes différents, avec des droits plus ou moins équivalents à ceux du mariage.

6 Nous employons le mot « patron » au sens anglais qui traduit à la fois le rôle de « client », mais aussi celui de « protecteur », de « bienfaiteur » et de « sponsor » et qui correspond le mieux au mot pa en thaïlandais.

7 Selon le propos de Maya, nous pouvons déduire que si elle n’obtenait pas ce qu’elle voulait ou si elle n’avait plus de mari, elle pourrait peut-être véritablement entrer dans la prostitution. Maya est une ancienne escort en Thaïlande.

8 Avoir un enfant kathoey est souvent considéré comme relevant de la faute des parents et peut entraîner des sentiments de honte et de culpabilité qui font « perdre la face ». En Thaïlande, même s’il n’y a pas de sanction sociale explicite contre les kathoey, les commérages et les bavardages sont toujours présents et ceux-ci peuvent nuire à l’honneur de la famille. Les kathoey cherchent à restaurer la dignité de leurs parents en accomplissant leur devoir d’enfants (Thongkrajai, 2010).

9 Extrait d’entretien issu de mon enquête de terrain en Master 2.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cheera Thongkrajai, « Transgenres thaïlandaises en Europe »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 19 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3849 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.3849

Haut de page

Auteur

Cheera Thongkrajai

Doctorante en anthropologie, Institut d’ethnologie méditerranéenne européenne et comparative (IDEMEC, UMR 6591), Aix-en-Provence, France - cheera.thongkrajai@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search