Navigation – Plan du site
Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration

Interdits en mouvement

Enjeux de la prostitution entre le Brésil et le Portugal
Prohibitions in move. Prostitution issues between Brazil and Portugal
Maria Engrácia Leandro et Maria da Graça Pereira

Résumés

Cet article porte sur le phénomène du trafic sexuel des femmes dans le cadre des migrations internationales, dans ce cas entre le Brésil et le Portugal ; il cherche à saisir les variations et les singularités des stratégies et enjeux personnels et économiques que ces femmes mobilisent en vue de réaliser leurs projets à court et à moyen terme. Après avoir caractérisé les mouvements migratoires entre le Portugal et le Brésil, notamment dans le cadre des nouvelles formes des rapports sexuels tarifés, ce texte présente les principaux résultats d’une recherche de terrain exploratoire auprès de femmes brésiliennes sur leurs objectifs de départ, leur installation, leurs modes de vie et leurs « compromis de coexistence ». Ceux-ci sont marqués de plusieurs formes d’interdits mais aussi de maintes aspirations, y compris le mariage, visant améliorer leur conditions sociale, économique et familiale, en recherchant une reconnaissance sociale convoitée, tant au Portugal qu’au Brésil.

Haut de page

Texte intégral

« On pense que la nécessité crée la chose ; mais c’est la chose, dans la plupart des cas, qui crée la nécessité ».
Nietzsche

La cause est entendue

  • 1 Dans le cadre de ce travail, nous utiliserons, de préférence, le concept de travailleur illégal pou (...)

1Le phénomène migratoire résulte de la conjonction d’effets divers. De mauvaises conditions de vie peuvent inciter des personnes à émigrer, mais bien souvent, c’est l’existence d’un endroit où aller qui déclenche le passage à l’acte. La présence d’immigrés illégaux 1 découle en partie des mirages de nos sociétés occidentales, au premier rang desquels l’on trouve l’existence d’un marché du travail illégal. Décider de partir, dans ces conditions, parce que l’on connaît l’adresse de l’entreprise ou de l’intermédiaire qui permettra de travailler, c’est le trait commun de beaucoup de femmes qui sont venues du Brésil au Portugal, notamment des années quatre-vingt-dix (Padilla, 2006).

2La montée des flux migratoires brésiliens vers le Portugal est assez récente. Pendant des siècles, ce sont les Portugais, des hommes surtout, qui sont partis au Brésil. Jusqu’en 1961, ce pays a pris la part du lion des mouvements migratoires portugais à travers le monde. Depuis, ils se sont en majorité dirigés vers l’Europe, et la France a remplacé le Brésil d’autrefois. En revanche, dès la fin du xxe siècle jusqu’à la dernière décennie, le flux migratoire des Brésiliens a beaucoup augmenté en direction du Portugal, devenant la nationalité la plus fréquente parmi les immigrés dans ce pays (Serviço de Estrangeiros e Fronteiras, 2009).

3Il s’agit d’une population assez hétérogène, qui comprend également des enfants de Portugais nés au Brésil, ayant parfois suivi des études prolongées (mais ils ne sont pas les seuls) et qui, au départ, pensaient trouver un emploi valorisé et bien payé au Portugal, ce qui n’a pas toujours été le cas. La plus grande partie de ces personnes émigrées sont jeunes, pour beaucoup encore célibataires, et décidées à accepter les travaux les plus délaissés par les Portugais dans les secteurs du bâtiment, en très grand essor, dans les services aux particuliers et dans le commerce, notamment la restauration. Certaines ont même créé leurs entreprises dans cette niche d’activité économique qui, par ailleurs, attire une large clientèle.

  • 2 Dans ce travail, sans problématiser la notion de prostitution comme l’a fait Paola Tabet (2004), no (...)
  • 3 Euphémisme courant au Portugal concernant les prostituées.

4Parallèlement à ces catégories de migration, un autre mouvement a pris forme, avec le marché sexuel comme perspective migratoire, en vue d’un enrichissement plus au moins rapide. Ce type d’immigration, notamment de femmes, s’intègre dans un mouvement international plus large, sans pour autant échapper, dans les cas que nous étudions, à des singularités locales. Deux éléments favorisent ces migrations : la libre circulation des personnes entre les deux pays (sans visa) et les fantasmes – voire les convictions – de certains au Portugal, selon lesquels les femmes brésiliennes sont particulièrement séduisantes. Au début de ce siècle, alors que cette « prostitution » 2 se développe dans des régions traditionnelles du Portugal, un mouvement s’est formé sous le nom de « femmes de Bragança », regroupant des mères de famille dont les époux fréquentent des «femmes de mauvaise vie» 3. Ces épouses et mères accusent les « Brésiliennes » de leur voler les pères de leurs enfants, ainsi que les économies dont elles ont besoin pour les nourrir. Confrontées à ces accusations, les intéressées répliquent que les hommes les recherchent en raison du laisser-aller des épouses, peu soucieuses de leurs attraits et négligeant trop souvent habillement, parfum et instruments de séduction. De ces discours, ressort un modèle de femme et d’épouse, contrainte de soigner son apparence, non pour elle-même, mais pour plaire à son mari et éviter ainsi qu’il cherche quelqu’un d’autre. Dès lors, ces femmes doivent entretenir un corps désirable et une image séduisante, non pour leur plaisir ou leur bien-être, mais pour leur époux, le père de leurs enfants, de la même manière que d’autres le font dans le cadre de rapports sexuels tarifés. Sur le plan économique, les femmes-mères font plutôt appel aux devoirs du père qu’à ceux du mari, une désignation autrement acceptable par l’opinion publique que celle qui se contenterait d’y voir le « vol » du conjoint et de son argent.

  • 4 D’après les données du Serviço de Estrangeiros e Fronteiras (Service des étrangers et des frontière (...)

5En général, ces femmes brésiliennes ont émigré au Portugal suivant deux modalités : d’une part, il y a celles qui sont venues, comme d’autres, pour travailler dans des conditions légales, visant ainsi à améliorer leurs conditions de vie et celles de leurs familles ; d’autre part, il y a celles qui sont arrivées sans aucun permis légal, et qui se trouvent en situation irrégulière vis-à-vis du séjour et de l’emploi 4.

6Ce mouvement s’insère dans le contexte plus large des migrations et des trafics humains pour le travail sexuel et renvoie à la situation dans le pays de départ, où l’ampleur du phénomène est sans commune mesure avec la réalité portugaise, sur le plan géographique et démographique. De nombreuses femmes arrivées au Portugal ont été victimes à plusieurs reprises de processus migratoires au Brésil, alors qu’elles étaient encore mineures. Elles ont été déplacées de l’intérieur du pays vers les grandes villes, bien souvent avec la complicité de leurs parents en quête de ressources pour survivre dans des conditions d’extrême pauvreté, une mobilité que les autorités brésiliennes qualifient de « trafic infanto-juvénile ». Tout le développement de ces femmes jusqu’à l’âge adulte renvoie à ces expériences, aussi bien à leur arrivée au Portugal que dans d’autres pays européens (Guereña, 2003).

7Une de ces femmes brésiliennes, rencontrée au cours de ce travail de recherche, affirme que ce sont souvent les mères de filles encore adolescentes qui les poussent au travail sexuel, espérant même qu’elles tombent enceintes, de préférence d’un touriste européen, perçu comme une sorte de « prince charmant ». Leurs filles pourraient ainsi accéder à un meilleur statut social et avoir d’autres perspectives d’avenir, limitées sans cela à exercer une profession sale, dure et mal payée, à laquelle elles sont « destinées ». Dans cette perspective, l’usage social du corps et de la sexualité devient un capital quand on est pauvre et qu’on aspire à monter dans l’échelle sociale.

  • 5 Tous les noms des femmes interviewées pour ce travail ont été modifiés par souci de confidentialité (...)

8Dans ce travail de recherche exploratoire, c’est à travers le parcours migratoire de trois femmes brésiliennes, vivant dans une ville du nord du Portugal, que nous souhaitons étudier les singularités de ce processus où se mélangent des enjeux économiques et familiaux, des mobilités, des interdits, des aspirations et des projets individuels, inscrits dans des temps et des contextes sociaux bien précis. La situation de ces femmes était la suivante, avant leur émigration : Mme Faria 5, âgée de 38 ans, scolarisée jusqu’en troisième, était divorcée et mère de deux enfants ; Mme Salvador, âgée de 29 ans, scolarisée jusqu’au baccalauréat, était mariée, mère de deux enfants ; Mme Morais, âgée de 27 ans, scolarisée jusqu’en seconde, célibataire. Ces femmes sont arrivées au Portugal de façon légale ou illégale il y a au moins cinq ans, vivent en appartement et ont travaillé dans un bar à hôtesses. Les femmes qui se trouvent au Portugal dans une situation analogue proviennent en plus grand nombre du Brésil (figure 1).

Figure nº 1 : Citoyennes étrangères dans les bars à hôtesses et de prostitution

Figure nº 1 : Citoyennes étrangères dans les bars à hôtesses et de prostitution

Du départ à l’installation

9Traditionnellement, les hommes partaient et les femmes restaient dans le pays d’origine ; elles venaient plus tard, dans la plupart des cas rejoindre leurs maris, accompagnées de leurs enfants (Leandro, 1995). Dans ce type situation, le départ des femmes avait lieu dans le cadre du regroupement familial et sans qu’elles en prennent l’initiative. Or, depuis le dernier quart du xxe siècle, les femmes, tout comme les hommes, se déplacent seules et les devancent même souvent dans ce mouvement. Elles ont bénéficié de deux avantages : elles ont été longtemps moins suspectes de migration irrégulière que les hommes et ont tiré parti d’un marché de l’emploi qui s’est élargi en leur faveur, notamment dans le secteur des services aux particuliers.

10Cette activité, qui s’avère bien mieux payée que les métiers auxquels ces femmes émigrées pouvaient prétendre auparavant, reste insuffisamment rentable aux yeux de celles qui souhaitent « s’enrichir » plus ou moins rapidement, y compris pour aider leur famille. Les choix sont dès lors limités compte tenu d’un statut « d’étrangère », voire « d’irrégulière ». Certaines, comme les Brésiliennes et les femmes originaires de l’est de l’Europe, peuvent tenter de prolonger leurs études au Portugal, mais elles rencontrent de nombreuses difficultés à obtenir les équivalences de leurs diplômes scolaires, ce qui limite l’accès à des emplois plus valorisés et mieux payés (Leandro, 2002a, 2002b).

11Dans les pays occidentaux, les deux grandes voies de migration des femmes restent celle du regroupement familial – qui se généralise après 1974 – et celle du recrutement salarié qui accompagne la transnationalisation du secteur des services où ces femmes doivent accepter des salaires plus bas. Selon les données de l’ONU, depuis les années 1990, l’augmentation de l’émigration de par le monde serait même entièrement le fait des femmes. Celles-ci ne se contentent plus simplement de suivre leur mari, comme le sens commun le leur dictait souvent. L’immigration féminine répond aujourd’hui à un désir d’autonomie et à des contraintes économiques, politiques, sociales, voire culturelles et familiales. Même celles qui rejoignent leurs maris ont un projet de vie, à la fois pour elles-mêmes et pour leur famille (Leandro, 2002a ; 2008).

12C’est ainsi que dès la fin du xxe siècle, beaucoup de femmes brésiliennes ont rejoint le Portugal, soit qu’elles soient issues de familles en difficulté (mères célibataires dès l’adolescence ou divorcées, familles pauvres et d’origine sociale très modeste, vivant souvent dans les favelas), soit qu’elles appartiennent à un milieu urbain plus développé, qu’elles soient parfois mieux scolarisées et qu’elles veuillent accéder à de meilleures perspectives de consommation hors d’atteinte si elles restaient au Brésil.

13Une interlocutrice nous a dit précisément que si elle était restée au Brésil, elle n’aurait jamais eu ce dont elle rêvait : s’acheter de belles robes, des bons sacs et des bonnes valises, de belles chaussures de grandes marques internationales, se payer des vacances dans des sites pittoresques et merveilleux, visiter d’autres pays européens… Elle nous a confié aussi qu’elle avait mis beaucoup d’argent de côté et qu’elle en envoyait de temps en temps à sa famille restée au Brésil. Pour l’avenir, elle n’a pas encore décidé si elle va retourner au Brésil ou rester au Portugal, peut-être s’y marier et accéder, ainsi, à un statut plus valorisé.

14Ces attentes ne sont pas propres aux flux migratoires entre le Brésil et le Portugal, mais s’inscrivent dans un mouvement international entre sociétés pauvres et sociétés riches et développées. Le poids du trafic des femmes pour le travail sexuel – un commerce qui comme d’autres entreprises capitalistes légales se fonde sur la recherche du gain, bien que, la plupart du temps, il soit complètement libre d’impôts – est relativement faible au Portugal, quand on le compare avec sa dimension internationale (SEF, 2009). En outre, la prostitution au Portugal n’est pas autorisée par les lois, bien que personne n’ignore les proportions de ce marché. D’après un reportage à la télévision portugaise diffusé sur la chaîne 1, le 25 février 2011, on peut estimer qu’il y a 23 000 femmes dans les circuits de la prostitution au Portugal. Parmi elles, 50 % sont Portugaises et 50 % sont étrangères, dont 65 % de Brésiliennes. Aux dires des femmes portugaises, ces chiffres ont évolué ces dernières années. Par le passé, les hommes portugais recherchaient davantage les Brésiliennes, considérées comme plus séduisantes et porteuses d’exotisme relatif à une « sexualité tropicale ». La situation s’est inversée récemment, les Portugaises ayant adopté le style des Brésiliennes. Les unes et les autres se plaignent d’un marché en diminution, en raison de la crise qui sévit actuellement au Portugal.

15En contrepartie, ce type de travail très stigmatisé (Goffman, 1963) ne fait pas l’objet de persécution policière systématique. Si, en théorie, la police intervient au nom du combat contre le trafic des femmes, dans le but de les protéger de l’exploitation dont elles sont l’objet – qu’elles soient venues sous contrainte, ou qu’elles exercent selon leur « libre arbitre » – c’est en réalité contre les femmes migrantes illégales que cette lutte prend sens, visant à maintenir l’ordre et le contrôle social de l’immigration (Oliveira, 2009). Ceci ne signifie pas que tous les agents des forces de l’ordre soient convaincus du bien fondé d’une telle politique. De plus en plus de femmes sont néanmoins reconduites à la frontière et de nombreux bars à hôtesses sont fermés ou pénalisés.

16Lors des entretiens, nos interlocutrices affirment que parmi leurs clients – en majorité des hommes de très bonnes conditions sociales – se trouvent aussi des policiers. Ces derniers ne cherchent pas à tirer bénéfice de leur statut ; bien au contraire, ils se montrent très compréhensifs en ce qui concerne la situation d’illégalité des prostituées. D’après elles, ils sont obligés de faire leur travail mais arrivent à séparer l’une et l’autre situation. Quand ils les contactent, ils sont tout à fait des clients comme des autres. Mais ces femmes ne peuvent pas solliciter leur intervention en vue de bénéficier de l’influence qu’ils pourraient exercer, par exemple, en faveur d’une légalisation. « Sans-papiers », elles sont plus exposées aux surveillances policières.

17En tant qu’immigrées, les contrôles policiers sont exercés dès l’arrivée de ces femmes par avion en provenance du Brésil, notamment à Lisbonne où se concentre la grande majorité des migrants au Portugal et où les femmes en provenance d’Amérique latine sont particulièrement surveillées. Afin de contourner cet obstacle, les Brésiliennes ont tendance à ne pas arriver directement au Portugal, mais à faire un détour par l’Espagne où, pensent-elles, la police se montre d’autant moins sévère qu’elle sait qu’il s’agit d’une stratégie pour gagner le Portugal. Habituellement, à leur arrivée, il y a toujours quelqu’un qui les attend en voiture : soit un patron de bar avec qui elles ont pris contact avant leur départ, directement ou par un-e intermédiaire, soit des amies ou des compatriotes qui les ont devancées, voire des inconnues signalées avant le départ par des contacts de bouche à oreille.

Du projet de vie au travail interdit

18Si « tout homme se définit par son projet », selon les mots de Jean-Paul Sartre (1986), on peut ajouter que les humains construisent eux-mêmes leur histoire dans un milieu qui les conditionne. Cette logique prime lorsque la migration et le travail qui se profile à l’horizon se justifient pour des raisons socio-économiques et visent à améliorer les moyens et conditions de vie. Ainsi, les femmes qui viennent travailler sur le marché du sexe semblent accepter de « bon cœur » cette situation lorsqu’elle leur rapporte de l’argent rapidement, encore qu’elles le qualifient d’argent « difficile » même s’il leur permet de réaliser leurs projets personnels, voire familiaux. Elles cherchent de cette façon à dépasser leur situation et à échapper aux catégories ou aux « rôles » que la société leur a assignés. Au cours des entretiens, nos interlocutrices évoquent leur appréciation de leur situation, comme en témoignent les trois exemples suivants.

« Il y a un moment où il faut avoir le courage de rompre avec une vie sinon tout à fait pauvre du moins avec des difficultés économiques devant les aléas de la vie. Je me suis mariée assez jeune et à l’âge de 25 ans, j’étais mère de deux enfants… Plus tard j’ai divorcé. Les enfants sont restés à ma charge et c’est ma famille qui m’aidait. Nous habitions en ville et je travaillais dans un restaurant appartenant à mon frère. Une faillite nous a tous mis au chômage et nous sommes devenus pauvres… J’ai vécu de mauvais moments et je pensais toujours à l’avenir de mes enfants… En parlant de ma situation avec une ancienne cliente du restaurant, je pleurais comme une madeleine. C’est alors qu’elle m’a conseillé de venir travailler au Portugal. Sa fille en avait fait autant et elle gagnait bien sa vie, sans que la mère sache ce qu’elle faisait. Par la suite, je lui ai parlé au téléphone pour me renseigner. C’est elle qui m’a dit de prendre l’avion pour l’Espagne et m’a assuré qu’elle m’attendrait à l’aéroport » (F. divorcée, 51 ans).

« Je suis venue directement du Brésil, avec des papiers, pour l’aéroport de Lisbonne en 1999. À ce moment-là, c’était plus facile d’entrer au Portugal… Avant de venir, c’était une vie “à la limite”. Quand nous pensions à l’avenir des enfants, c’était pire encore. Alors, je me suis mise d’accord avec mon ex-mari pour venir au Portugal, pensant y trouver des moyens pour améliorer notre situation. Comme j’ai le bac, je pensais trouver un emploi convenable. Mais quand j’ai voulu travailler, j’ai dû accepter de faire des ménages. Comme je faisais un bon nombre d’heures, je m’en sortais plus au moins bien. Mais cet argent ne me permettait en aucun cas de réaliser mes projets et encore moins ceux concernant mes enfants… C’était un dilemme. J’étais une femme mariée et je pensais toujours à mon mari et à mes enfants… À partir d’un certain moment j’ai pris la décision de divorcer et de laisser les enfants avec le père, mais sans cesser de leur envoyer de l’argent. Dès lors, ma vie a bien changé… C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour ne pas continuer à vivre dans la pauvreté et être obligée de suer à faire mille petits métiers durs et mal payés, être mal fringuée, oublier les bonnes marques et chaînettes en or et pour pouvoir acheter une voiture, un appartement, payer un cours supérieur aux enfants… » (F. divorcée, 37 ans).

« Je me suis décidée à venir au Portugal pour faire changer ma vie de pauvre. Le Brésil est un pays riche mais avec des millions de pauvres comme moi. Les études ne m’ont servi à rien, ni là-bas ni ici. En arrivant dans une ville frontalière, comme je n’avais pas de papiers, j’ai été obligée d’accepter de travailler dans un bar à hôtesses. C’était dur mais je touchais de l’argent… Trois ans après, en prenant conscience de l’exploitation du patron, avec d’autres compatriotes, je suis partie travailler en appartement » (F. célibataire, 35 ans).

  • 6 Dans ce travail, nous parlons de clients dans sa version néolibérale puisque c’est bien de cela don (...)

19C’est en référence à un projet personnel et familial que ces femmes, comme beaucoup d’autres, ont décidé de rompre avec une vie de privations et de partir vers un « ailleurs », afin d’améliorer leurs conditions de vie et celles des leurs. Quelques-unes vivent ce processus dans une perspective temporaire, une étape de leur vie pendant laquelle elles pourront s’enrichir grâce aux revenus du sexe tarifé, un travail bien payé au regard des emplois auxquels elles pourraient accéder en tant que migrantes. Elles nous confient qu’en moyenne, elles ont quinze rendez-vous par jour, rémunérés chacun une soixantaine d’euros, à l’exception des étudiants à qui elles consentent moitié prix, étant donné leur situation économique. La grande majorité de leurs clients 6 (avocats, médecins, ingénieurs, juges, patrons d’entreprise…) gagnent bien leur vie et peuvent, en conséquence, payer ces services.

Quête d’argent, quête de relations

20Après plus de sept ans vécus au Portugal et même si elles évoluent au quotidien dans les mêmes espaces que les autres, ces femmes connaissent une vie sociale très réduite et ont beaucoup de difficultés à se faire des amis en dehors de leur travail. Lorsqu’on les interroge à ce sujet, elles répondent, sans exception, que leurs relations sont très limitées. Tout en affichant, dans la rue, une apparence semblable à celle des autres femmes pour ne pas être remarquées, stigmatisées ou étiquetées, certaines s’appliquent à être discrètes, bien que les comportements s’avèrent variés à cet égard. Le jeu en vaut d’autant plus la peine qu’elles sont familières des stéréotypes portugais où la femme brésilienne est fréquemment dévalorisée.

21Ainsi, en dehors de leurs groupes d’appartenance, elles sont rarement conviées à participer aux événements sociaux, à moins qu’elles y soient invitées par l’un de leurs clients. Pour ces femmes, sortir de cette situation implique la construction d’autres types de statuts et de relations et le passage d’une logique de client et de service à une logique d’amitié. C’est ici que quelques-unes tranchent entre une relation de rapports sexuels commercialisés, une relation d’amitié pouvant ouvrir des horizons pour d’autres formes de vie sociale. Mais cette nouvelle configuration implique de menus services qui peuvent avoir des contreparties.

« Si, parmi mes clients, j’arrive à nouer des amitiés, nos relations changent profondément. S’ils me demandent des services sexuels, je les refuse. Je leur propose quelqu’un d’autre parmi mes camarades. Les seuls amis que j’ai rencontrés au Portugal pendant ces quatorze ans, ce sont d’anciens clients. C’est précisément un de ces amis qui nous a invitées une soirée dans une autre ville de la région. C’était un cadre très chic... C’était vraiment chouette. J’ai aussi un autre ami qui, à chaque fois que nous avons besoin de faire des courses ou de nous déplacer, vient avec sa voiture pour nous aider. Il est vraiment devenu un frère pour moi… » (F., 51 ans).

« À vrai dire, nous vivons une vie en cachette, compte tenu de notre situation d’illégalité, de nos conditions de travail et du regard que les autres portent sur nous, notamment nos voisins. Pour eux, à cause de nous, ils sont dérangés dans l’immeuble à cause des entrées et des sorties… À part des rencontres que nous avons avec des compatriotes, c’est très rare que quelqu’un nous invite pour sortir » (F., 36 ans).

22Ces nouvelles formes de relation manifestent un éclatement au sein des rapports économiques de sexe entre les hommes et les femmes. Dans le sillage de Paola Tabet (2004), nous constatons que ces femmes sont obligées de recourir à un ou plusieurs paying lovers pour continuer à construire leurs projets. Pour pouvoir séparer la dimension de « client payant des services sexuels » de celle d’ami avec qui elles entretiennent une relation « gratuite », elles ont d’autres clients payants. Ceux qui sont devenus des amis leur rendent aussi d’autres types de service, par exemple sortir ensemble sans prendre le risque d’être immédiatement identifiés, dans l’espace public, au monde de la prostitution.

23Dans l’esprit de ces femmes, les situations se distinguent : d’un côté, les transactions sexuelles rémunérées et, de l’autre, les relations sans échange monétaire direct dans le registre de l’amitié, de la cohabitation, voire du mariage, sans qu’elles soient tout à fait dénuées pour autant d’échanges d’ordre économique, comme l’a montré Paola Tabet (2004). C’est parfois par ce biais qu’elles rencontrent leur « prince charmant », réalisant ainsi un autre rêve de vie. Ce fut le cas de l’une de nos interlocutrices, qui a abandonné le travail sexuel depuis peu de temps. Pour d’autres, c’est aussi une stratégie afin de légaliser leur situation. Quoi qu’il en soit, les aspirations au couple et au mariage ressortent au cours de tous les entretiens que nous avons réalisés, qu’elles s’accomplissent au Portugal ou au Brésil après un retour où la situation de l’intéressée s’est considérablement améliorée.

« Je m’en irai la semaine prochaine. Je regagnerai le Brésil où je vais, où j’ai déjà fait démarrer une bonne affaire. Dès lors je vais vivre autrement… Ce que j’ai vécu au Portugal, c’est la part cachée de ma vie, bien qu’en réalité j’aie été obligée d’en passer par là. Je ne veux pas que mes enfants et ma mère le sachent. Mes enfants sont à l’université et je deviendrai propriétaire d’un hôtel de luxe où travaillent aussi mes deux frères. Dorénavant, ma vie va beaucoup changer… Peut-être que je vais aussi trouver un mari… » (F. 51 ans).

« Il y a deux choses qui me tiennent à cœur : ma légalisation pour continuer à vivre tranquille au Portugal, et trouver un mari pour me marier » (F. célibataire, 35 ans).

« En quelque sorte mes projets se sont réalisés : je suis arrivée à améliorer ma vie et celle de mes enfants. Maintenant, ils pourront aller à l’université. Je me chargerai de leurs études. Je vis ici avec un homme, en l’occurrence portugais. Nous ne sommes pas mariés, mais je me sens bien » (F, 37 ans).

24Pour ces femmes, l’injonction à la « respectabilité » s’adosse à l’obligation, faite à toutes les femmes, de se conformer aux cadres sociaux établis, notamment celui du mariage, même si par ailleurs, elles ont transgressé des tabous entourant les rapports hétérosexuels et matrimoniaux. Mais elles doivent composer avec une double situation : celle de « femme de mauvaise vie » au Portugal, souffrant d’une détestable réputation en terre étrangère (Leandro, 2002b) et celle, convoitée, d’une femme tout à fait normale au pays natal ou au pays de résidence. Le « jeu des réputations » les contraint à donner une image irréprochable aux autres, du moins aux leurs, pour échapper à des singularités interdites et stéréotypées. Surtout, ce sont des situations hors normes sujettes à une stigmatisation qui les inquiète, encore que les mentalités modernes soient beaucoup plus permissives à ce sujet.

25En revanche, quand on étudie le registre des relations amicales, on passe à un autre type de compromis tant social que privé. Dès lors, consciemment ou non, ces femmes adoptent des stratégies différenciées en fonction des mobilités au sein de l’un ou de l’autre espace. Elles jouent avec les frontières nationales/internationales, du travail du sexe, du corps-relation sociale et se déplacent sur des axes visibilité/invisibilité et des relations travail/amitié. Selon la perception dont elles sont l’objet et qu’elles se font d’elles-mêmes, elles se placent sur l’axe économique en fonction de la rentabilité et sur l’axe de l’amitié en fonction des sociabilités et de la « gratuité ». Dans les cas que nous étudions, on note non seulement un processus de passage des rapports sexuels payés à d’autres registres de relations au cours des trajectoires de vie, mais aussi un continuum entre différents types de relations plus axées sur la satisfaction émotionnelle réciproque.

26Le second aspect de cette dimension relationnelle tient à d’autres formes de capital social que ces femmes peuvent aussi obtenir des clients payants, qui leur rendent des services précieux dans le prolongement du marché du sexe, mais sans rapport direct avec lui. Les interviews montrent que ces relations plus personnelles s’instaurent davantage avec des médecins, plus qu’avec d’autres clients, en raison des besoins de santé de ces femmes. Parce qu’elles sont en situation irrégulière, il leur est parfois difficile de s’adresser aux services publics de santé, bien que les professionnels soient tenus à une éthique leur interdisant de les « dénoncer ». D’ailleurs, depuis 1995, pour des raisons humanitaires essentiellement, les lois portugaises ont étendu aux migrant-e-s un plein accès à tous les services de santé du secteur public.

27Un autre aspect soulevé dans les entretiens concerne leurs relations d’(in)visibilité. L’invisibilité, que ces femmes considèrent indispensable pour échapper à l’étiquetage social, accentue leur difficulté à exister dans la sphère publique. Elles y sont cependant contraintes, afin de concilier leur vie quotidienne avec les nombreux interdits liés à leur situation et de pouvoir échapper aux regards stigmatisants. Elles jouent avec cette (in)visibilité en fonction de plusieurs espaces et appartenances spécifiques : société d’origine, société de résidence, situation illégale en tant que migrante, préjugés associés au fait d’être brésilienne et par hasard « femme de mauvaise vie », travail distinct et séparé de celui des autres femmes… Dès lors, elles adoptent une double stratégie : agir avec discrétion, voire se rendre imperceptibles à l’extérieur, et garder leur identité à des pratiques privées qu’elles peuvent aussi exercer dans des espaces éloignés, tels des loisirs et des vacances dans d’autres contrées. Au Portugal, elles sont dans des espaces anonymes, eu égard à leur travail très ostracisé. En outre, le fait qu’elles travaillent dans le cadre mieux protégé d’un appartement, contrairement aux hôtesses dans les bars, les met plus à l’abri des regards sociaux et des persécutions légales, même si la police sait très bien où elles habitent et exercent leur activité.

En guise de conclusion

28Il ressort de cette recherche, tout à fait exploratoire, que la situation des femmes migrantes brésiliennes prostituées au Portugal est extrêmement complexe, du fait des inégalités sociales, des modes d’exercice du métier, de leurs conditions d’existence et des singularités de leurs projets de vie. Elles cherchent par le biais de la migration et de la prostitution au Portugal – souvent conçues de façon transitoire – à accéder rapidement à une vie meilleure. Toutes ces contraintes les obligent, en quelque sorte, à « savoir faire » avec des possibles, des interdits et des regards stigmatisants.

29Il est indéniable qu’au cours des dernières décennies, l’augmentation de la présence des femmes brésiliennes a redynamisé le marché sexuel et matrimonial au Portugal. Toutes nos interviewées inscrivent le mariage dans leurs projets d’avenir que ce soit au Brésil, en y retournant enrichies, ou au Portugal. Dans cette dernière situation, si le mariage est bien souvent recherché comme possibilité de se procurer des « papiers », une seule parmi nos interlocutrices visait explicitement cet objectif. Pour les autres, il s’agit plutôt de la matérialisation d’un rêve d’insertion dans le « premier-monde », que représente le fait de vivre en Europe. Rendues vulnérables, tant par leurs conditions de travail que par les difficultés à légaliser leur situation, un « bon mariage » leur fournit un moyen de survie, une stabilité, voire une bonne situation matérielle ouvrant la voie à l’ascension sociale. Pour celles qui ont des enfants, une telle ascension constitue un objectif pour toute la famille.

30Tant que ces aspirations ne sont pas réalisables, ces femmes se voient « contraintes » d’utiliser leur corps comme atout et comme moyen d’avoir des revenus. Il ne s’agit alors pas d’envisager ce marché sexuel en termes de promotion ou de soumission, mais plutôt de mettre en avant les facteurs qui peuvent infléchir les trajectoires des femmes aux différentes étapes de leur existence, comme il est arrivé à nos interlocutrices, toujours déterminées à contourner les écueils qu’elles rencontrent dans leurs trajectoires de vie.

Haut de page

Bibliographie

Goffman E. (1963), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit.

Guereña J.-L. (2003), La prostitución en la Espanha contemporánea, Madrid, Ediciones Marcial Pons.

Leandro M. E. et al. (2008), «Na encruzilhada da família e do género em contexto migratório”, Configurações, nº4, pp. 27-64.

Leandro M. E. (2002a), « Caminhos migratórios no feminino », Cadernos do Noroeste, vol. 17 (1-2), pp. 7-34.

Leandro M. E. (2002b), « Os males do corpo em terra estrangeira », dans Leandro M. E. et al. (dir.), Santé. As teias da discriminação social, Braga, ICS, pp. 181-210.

Leandro M. E. (1995), Au-delà des apparences. L’insertion sociale des Portugais dans l’agglomération parisienne, Paris, Éditions L’Harmattan.

Oliveira A. (2009), O Mundo da prostituição de rua. Trajectórias, discursos e práticas: um estudo etnográfico, FPCE, Universidade do Porto.

Padilla B. (2006), « Brazilian Migration to Portugal: Social Networks and Ethnic Solidarity » CIES e-working paper nº 12/2/2006, URL : http://www.cies.iscte.pt/documents/CIES-Wp12.pdf (03.12.2007).

Sartre J.-P. (1986), Questions de méthode, Paris, Éditions Gallimard.

Serviço de Estrangeiros e Fronteiras (2009), Dados Estatísticos, Lisboa.

Tabet P. (2004), La Grande arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Dans le cadre de ce travail, nous utiliserons, de préférence, le concept de travailleur illégal pour désigner ceux qui émigrent de façon irrégulière, soit celui de « sans-papiers », étant donné les lois nationales et internationales du travail. Parfois, nous utiliserons cependant la désignation de clandestin ou celle d’irrégulier.

2 Dans ce travail, sans problématiser la notion de prostitution comme l’a fait Paola Tabet (2004), nous utilisons ce terme par référence à la rétribution des actes sexuels et à la multiplicité des partenaires auxquels le service est fourni.

3 Euphémisme courant au Portugal concernant les prostituées.

4 D’après les données du Serviço de Estrangeiros e Fronteiras (Service des étrangers et des frontières) (2009), dans 98 % des cas, ces femmes brésiliennes savaient avant de partir qu’elles travailleraient sur le marché du sexe.

5 Tous les noms des femmes interviewées pour ce travail ont été modifiés par souci de confidentialité.

6 Dans ce travail, nous parlons de clients dans sa version néolibérale puisque c’est bien de cela dont il s’agit : une logique de choix, d’acquisition et de consommation d’une marchandise, d’un bien ou d’un service.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure nº 1 : Citoyennes étrangères dans les bars à hôtesses et de prostitution
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/3857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Engrácia Leandro et Maria da Graça Pereira, « Interdits en mouvement », SociologieS [En ligne], Dossiers, Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3857

Haut de page

Auteurs

Maria Engrácia Leandro

Chercheur au CIES-ISCTE, Instituto Universitário de Lisboa, Portugal - meleandro@sapo.pt

Maria da Graça Pereira

Chercheur au CIP, Universidade do Minho, Portugal - gracep@psi.uminho.pt

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page