Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2012Amours Transi(t)s. Transactions s...Miss Visa et ses articulations in...

2012
Amours Transi(t)s. Transactions sexuelles au prisme de la migration

Miss Visa et ses articulations intimes entre espaces concrets et arrangements discrets : « Circulez, y a rien à voir ! »

Miss Visa and its intimate joints between concrete spaces and discrete arrangements: «move along, nothing to see! »
Fatiha Majdoubi

Résumés

Les frontières de l’Europe structurent de nouveaux mondes, qui profitent de l’injonction à ne rien y voir d’autre que des « flux » migratoires. À force de subversions silencieuses et d’arrangements quotidiens, des femmes s’emparent d’une puissance d’agir et se donnent l’occasion de l’exercer en trouvant des alliés contraints chez des hommes « forcés » au mariage pour migrer. Prendre appui sur le phénomène des mariages « pour les papiers », en observant dans le détail les interactions, c’est remarquer qu’il y a, au contraire, tout à voir dans des pratiques qui entremêlent compétences transactionnelles et circulatoires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « Dites », car les mots semblent manquer pour décrire de manière factuelle cette population. Le man (...)

1Mon travail, dans le cadre d’un doctorat de sociologie, prend appui sur un phénomène mêlant des aspects secrets et notoires, celui des mariages qui s’arrangent autour des questions « de papiers ». Je propose d’investir concrètement le processus de négociation entre des femmes dites 1 « d’origine maghrébine », africaine ou turque, ayant une nationalité européenne ou disposant d’un titre de séjour qui font le choix de se marier avec des hommes « du bled » pour permettre à ces derniers d’entrer en Europe grâce au regroupement familial.

2Ce phénomène permet de poser la focale sur des stratégies autour de femmes qui valorisent leur propre parcours migratoire ou celui de leurs parents pour résoudre certains obstacles et s’offrir ainsi des capacités d’agir, à l’écart des systèmes traditionnels de régulation des violences. Du côté des hommes, le mariage comme ressource alternative de mobilité est au cœur de cette transaction.

3Pour aller au bout de la démarche, la méthode s’est s’adaptée à son objet en se basant sur une ethnographie longue, le temps de dépasser les clichés et de gagner la confiance pour m’inscrire dans les projets. Plusieurs terrains ont été investis autour des étapes urbaines de la circulation, j’y reviendrais plus tard, en confrontant pratiques et discours par une série d’entretiens auprès d’acteurs et d’actrices repérés pendant les différentes phases de l’observation.

4L’ambition principale de cet article est de rendre compte de ce que les marges donnent à voir du centre quant au concept d'altérité, en dévoilant ce que les différentes politiques publiques de gestion des circulations internationales ou transnationales ont produit d’expérimentations, de jeux avec les règles, de re-créations silencieuses et finalement de nouveaux mondes de normes.

Préludes au mariage

  • 2 Il s’agissait concrètement, après une première phase de lecture de textes sociologiques autour des (...)

5J’ai découvert cette opportunité il y a quelques années, pendant un « chantier urbain » 2 effectué en Licence de sociologie. Cette année-là, j’avais choisi d’observer un square à la sortie du métro Capitole à Toulouse, un espace vert entouré de bancs entre le métro, la mairie et les commerces, dans lequel se croisent tout au long de la journée des passants debout, des passants assis, des jeunes et des vieux, des hommes et des femmes, des habitants de tous les quartiers du plus proche au plus lointain, des touristes et des policiers, des blancs, des noirs et tous les autres. Ces trois jours m’avaient révélé l’importance d’un lieu a priori ordinaire, qui prend de l’épaisseur quand il est envisagé pour ce qu’il est : une étape dans la ville, propice à l’observation d’interactions parfois silencieuses mais nombreuses et complexes.

6Lors d’une rencontre banale dans ce parc toulousain, un monsieur d’une cinquantaine d’années, peut-être plus, m’a expliqué en arabe, discrètement mais sans se cacher des occupants des bancs voisins, que j’étais très mal habillée, pas assez maquillée et que je ne portais pas suffisamment de bijoux. Tout ceci, selon lui, faisait de moi une « très mauvaise femme arabe ». Il m’a proposé alors de diner un soir chez lui pour qu’il puisse me présenter des hommes, qui avaient besoin de papiers et qui paieraient pour ça. Je l’ai questionné longtemps, il a répondu à toutes mes questions, me garantissant le secret afin que mes parents ne soient pas au courant, l’argent rapidement et la possibilité de recommencer et ainsi d’être bien habillée, maquillée et d’avoir beaucoup de jolis bijoux.

7« Miss Visa » : c’est le nom que m'a glissé le terrain pour rendre compte de cette pratique.

« Je vais au cyber deux rues plus loin, seule. En chemin, je sens les regards et j'entends les appels plus ou moins explicites. Ils disent que je suis une "immigrée", une "vacancière", une Rhalij (celui ou celle qui est "sorti-e"), ils savent que je ne suis pas une européenne mais pas non plus une fille d'ici.
Un petit groupe d'hommes devant une épicerie, l'un d'eux me siffle et je l'entends m'appeler : "Miss Visa, emmène-moi avec toi !", je les regarde, ils soupirent bruyamment, j'essaie de ne pas rire.
« Miss Visa », je ne l'avais jamais entendu jusque-là. En rentrant, je demande à mes cousines ce que c'est, si c'est une nouvelle manière de "nous" nommer, elles ne connaissent pas l'expression mais quand je leur raconte où je l'ai entendue, elles se moquent de moi : "Ils te draguent pour tes papiers" (Extrait du journal de terrain, Oujda, Maroc, 2004).

8J’ai alors construit cette catégorie pour identifier des femmes qui investissent les espaces intermédiaires, autour des étapes de la mobilité pour caractériser des interactions sociales originales comme moteur de la migration. Le mariage avec une femme installée de l’autre côté restant parfois le dernier moyen légal de passer les frontières, ces femmes obtiennent dans ce cadre-là une position à part, en ouvrant des barrières et en permettant la circulation des hommes.

9Si au départ les entrées sur le terrain ont été multiples et facilitées par une expérience longue dans la « carrière » de potentielle Miss Visa, le travail de recherche a très rapidement exigé de mettre en place des stratégies de présence. Pour espérer « en être » et ainsi pouvoir observer les différents acteurs et actrices, l'attention a constamment été portée à repérer dans les diverses situations les personnes ressources dont j'avais besoin, à m’en rapprocher en me contentant souvent d’endosser la place qu'ils me faisaient.

  • 3 Détournement de la catégorie « français de souche ».

« Quelque temps plus tard, ayant terminé son année à la fac, il entame des démarches de changement de statut pour passer d’un titre de séjour mention "Étudiant" à un statut "Salarié" ; dans le même temps, il monte un dossier de naturalisation. Toutes ces tentatives échouent et il se retrouve sans carte de séjour. C’est à ce moment-là qu’il disparaît, personne ne peut me dire où il est passé, s’il est "rentré" au Maroc ou s’il est encore quelque part en France.
Je le revois à une soirée quelques mois plus tard. Tout ce temps il était en Espagne, il reste assez flou sur ce qui s’est passé là-bas. Il veut monter un commerce ici, une boutique, il sait déjà quel genre de vêtements il pourrait vendre, le type de tissu qu’il fera venir, il a déjà un associé, un Français "souchien" 3. Un seul souci : les papiers. Pour tout arranger il connaît une solution.
Nous sommes seuls dans la cuisine, les autres sont dans la pièce à côté. J’imagine déjà ce qu’il va dire, j’essaie de trouver une parade très rapidement pour éviter le sujet sans être obligée de le blesser, en même temps je ne sais pas tout à fait comment il imagine tout ça, il faut lui laisser préciser les choses. Je le laisse parler.
Il m’explique que ça serait bien de trouver une marocaine, qui pourrait lui faire les papiers, oui un mariage, mais sans obligations juste pour la préfecture, tu sais. Une marocaine, peut-être une étudiante, qui comprendrait tout ça, quelqu’un de bien…
Je rebondis sur ce "quelqu’un de bien" pour, sans lui répondre, m’installer dans son projet : "je ne suis pas sûre de pouvoir faire ça… Par contre je connais des filles qui sont intéressées mais elles ont besoin d’argent, elles feraient peut-être ça pour de l’argent, je ne sais pas… Si tu veux je peux me renseigner ?"
Il semble d’abord déçu mais finalement il est très intéressé par ma proposition, en m’apprenant qu’il a déjà des contacts de son côté, il me laisse le numéro d’un ami, je peux le joindre quand je veux, très vite, dès que j’ai un nom pour lui » (Extrait du journal de terrain, Toulouse, 2007).

10Les terrains sont à ce jour étendus, en France, dans les régions de Strasbourg, Paris et Toulouse ; au sud de l'Espagne, autour de Murcia ; au Maroc, avec une investigation particulière dans la ville d'Oujda et la région orientale, lieu de circulation et de confrontation symbolique entre des Sud qui remontent (Tarrius, 2007) – les populations en migration – et des Nord, qui descendent – le contrôle des flux migratoires externalisé vers les pays de transit, aux portes de l’Europe.

« En appui à l’imperméabilisation des frontières, la stratégie d’externalisation de la politique migratoire rentre alors en scène pour transférer à des pays tiers – généralement les pays de transit et d’origine – la gestion de l’immigration "indésirable" pour mieux la contenir, à l’instar des entreprises externalisant une partie de leur activité. Mais l’enjeu est également de sélectionner à distance l’immigration "utile", notamment par la mise en place de camps » (Audebert & Robin, 2009, p. 37).

11Oujda m’a particulièrement intéressée par sa situation qui me donnait concrètement accès à une étape notable dans la circulation. C’est en effet un véritable lieu de multiplication des frontières, d’abord entre deux voisins en conflit, le Maroc et l’Algérie, ensuite à l'intérieur même du pays, la province entretient une histoire particulière avec le reste de l'État marocain. Enfin, c'est aussi la dernière frontière africaine avant le passage en Europe sur cette route. Oujda est donc une référence en matière de frontière trouble, avec des tensions particulières réactualisées par la confrontation entre migrants et migrantes, nationaux et transnationaux, qui tentent la traversée, et forces publiques, qui tentent de les repousser en répondant aux exigences européennes de contrôle.

« Le "statut avancé" obtenu par le Maroc auprès de l’Union en 2008 récompense un pays qui n’a pas ménagé ses efforts pour jouer le rôle qu’on attend de lui dans la gestion des migrations. À l’automne 2005, lors des tentatives de franchissement des "grillages" qui ferment la frontière hispano-marocaine à Ceuta et Melilla, une vingtaine de personnes d’origine subsaharienne ont trouvé la mort, par chute, par étouffement ou sous les balles de l’armée marocaine. Ce massacre et les transferts meurtriers qui s’ensuivirent vers la zone désertique longeant la frontière algérienne, pourtant fermée, furent largement médiatisés par un gouvernement marocain soucieux de montrer son zèle » (Morice & Rodier, 2010, p. 16).

  • 4 Agadir est située au sud-ouest du pays, Oujda au nord-est, entre les deux la distance à « vol d’ois (...)

12Ainsi, dès 2005, à l’occasion d’un terrain dans la région, j'étais surprise du nombre de bus amenant des africain-e-s dans la ville, encore plus, en me rendant compte que certain-e-s avaient été arrêté-e-s jusque dans la région d'Agadir 4. Pourquoi donc les ramener jusque-là ? Sur place la rumeur enflait : « Ils ramènent les Noirs de partout pour noyer la région ». Moi, je décidais de profiter de ces croisements de trajectoires pour observer ce qui se passait avant l’Europe.

13La population a, quant à elle, évolué à mesure que l'enquête de terrain s'est déroulée. Si au départ, je pensais me concentrer sur les circulations entre Maghreb et Europe, les hasards du terrain m’ont imposée de déborder l’espace fixé a priori. En effet, très rapidement, je rencontrais des femmes « issues » d’autres migrations, en l’occurrence des femmes « d’origine » turque installées en Alsace, des femmes « originaires » d’Afrique sub-saharienne croisées surtout en région parisienne, qui partageaient toutes les mêmes expériences. Ce que j’envisageais au départ comme une difficulté s’est finalement révélée être un avantage : en acceptant de prendre en compte ce que mon terrain semblait m’imposer et en incluant différentes « populations », je pouvais dépasser la perspective d'un groupe particulier, ce qui aurait pu ethniciser arbitrairement une pratique discrète mais répandue.

Une alliance pour la mobilité

14Le contexte ainsi posé, je peux en venir aux manières de faire des Miss Visa pour identifier ces femmes et visibiliser leur action, en termes de stratégie.

  • 5 Un réseau tunisien a été identifié, dès le début de la phase de terrain, sous la forme d’une agence (...)

15La première chose à noter est la grande diversité des situations relevées sur le terrain. Les formes de cette pratique se déclinent d’abord selon les moyens de « faire un mariage », dans des modèles et des dispositions très différents, depuis les approches directes entre hommes et femmes, la plupart du temps là-bas, en passant par l’intermédiaire et à l’intérieur des familles et/ou des amis, entre là-bas et ici, jusqu’aux réseaux 5 qui pratiquent une véritable répartition des tâches et des compétences, sur le modèle d’une division scientifique du travail, où chaque poste est codifié, chaque transaction tarifée et les femmes complètement prises en charge dans des fonctions précises : la mariée, les rabatteuses, qui trouvent les potentielles mariées, les témoins, etc.

  • 6 « Ne pourrait-on parler de tactique, au sens de de Certeau, qui accroît sans cesse leur maîtrise, c (...)

16Il s’agit ici de mariages assez confus, ni complètement « faux », ni complètement « arrangés », ni complètement « forcés », souvent à l'intersection de toutes ces représentations typiques. Dans ce contexte, la notion même de couple se trouve bouleversée par une distinction opérée par les individus suivant les modalités discutées dans chaque histoire. Certaines se projettent dans de véritables « mariages blancs » sans volonté de vie commune, malgré les risques de contrôle par la police. À l'inverse, d'autres parlent de vie commune, de sentiments, d'avoir des enfants, mais avec la plus-value que ce type d’alliance permet, comme un nouveau moyen établi de gagner en indépendance, en « puissance d’agir » 6.

17L’échange au cœur de cette union permet de repenser le mariage en développant de nouvelles formes de conjugalité, de nouvelles manières de faire par expérimentations autour d’usages sociaux de subversion du droit.

18En échange du passage à travers les frontières, certaines obtiennent de l’argent, d’autres y cherchent une nouvelle position dans leur famille et surtout dans leur future belle-famille en plaçant cette dernière dans une position d’obligée, reprenant à leur compte la logique maussienne du don et du contre-don en investissant sur le troisième terme des obligations de l’échange : « rendre ». Pour d’autres encore, le mariage est investi comme un objet de séduction amoureuse face à des hommes qui sont contraints à être dans leurs petits papiers. Pour toutes, cette union est pensée comme nouveau moyen établi pour quitter leur famille sans dépendre de la belle-famille, restée au pays, ou alors présente sur le même territoire mais dont la relation aux belles-filles ou futures belles-filles ne serait faite, dans leur discours en tout cas, que de gratitude pour le service rendu à l’homme et par son biais aux familles.

« Sa mère m’a téléphoné le lendemain du mariage, elle pleurait et me remerciait sans s’arrêter, elle m’a même bénie […], grâce à ça son fils est tranquille il va même pouvoir rentrer au pays pour voir sa famille » (Extrait d’entretien, Paris, 2009).

19Modéliser une catégorie à partir d’expériences hétérodoxes, ayant en commun l’aménagement du mariage comme moyen de passer les frontières m'a permis de visibiliser à la fois un monde construit par les questions de circulation et un ensemble d'éléments constitutifs d'un dispositif de conjugalité en migration, dans lequel les femmes sont pourvoyeuses de ressources en s’alliant à des hommes forcés au mariage pour migrer.

Une histoire de frontières au fondement d’un monde « notoirement secret » 7

  • 7 Notion développée par Laurent Gaissad à partir de sa lecture de Georg Simmel, notamment dans sa thè (...)

20Si cette stratégie est réellement porteuse, c'est en se nourrissant du conflit et des inégalités traditionnellement décrites dans le rapport « Nord-Sud ». Il est dès lors nécessaire de faire un détour par l'histoire des frontières de l’Europe et des dispositifs politiques et juridiques qui les encadrent pour mettre en perspective un bouleversement remarqué.

« L’idée initiale de Schengen est simple et remonte au sommet de Fontainebleau de 1984. Sur une initiative franco-allemande, il s’agissait de projeter la construction d’une Europe des citoyens, dans laquelle la liberté de circulation serait garantie par la suppression des frontières physiques. L’acte unique a, en effet, posé le principe de la réalisation d’un espace sans frontières intérieures où serait assurée la libre circulation des personnes. L’objet de l’accord intergouvernemental était donc déterminé, au départ, par la vision communautaire, plus que par l’institution d’une "Forteresse Europe" qui se fermerait aux ressortissants des États-Tiers. Progressivement, cependant, la reprise de nouveaux flux migratoires et l’augmentation rapide du nombre des demandeurs d’asile influencèrent les négociations » (Costa-Lascoux, 1991, p. 163).

21La liberté des uns donnant lieu au contrôle des autres, ces derniers ont expérimenté de nouvelles stratégies entre autres pour contourner les murs qui se construisent dans les années 1980-1990. Les Miss Visa apparaissent du fait même de la fermeture progressive des frontières, les années 1990 faisant une place de choix aux filles des migrants. Elles sortent alors de la posture passive dans laquelle on les envisage encore, en tant qu’objets du regroupement familial, pour prendre une nouvelle dimension qui participe et rend compte de la féminisation des migrations transnationales.

  • 8 En référence aux deux ministres de l'Intérieur alors en fonction sous les gouvernements dirigés par (...)

22Les trois lois dites « Pasqua-Debré » 8, relatives aux conditions d'entrée et de séjour des étrangers en France, adoptées, pour la première dès 1986, puis durcies par les lois de 1993 et 1997 qui limitent les possibilités de circulation, produisent donc l’apparition de pratiques nouvelles autour du mariage « pour les papiers ». En redistribuant les places des unes et des autres, ce cadre légal bouleverse le rapport au mariage, l’amenant à devenir dans le même mouvement le nouveau territoire d’une suspicion généralisée à l’intérieur des familles.

« Depuis le début des année 1990, dès qu’un mariage a lieu et surtout quand une fille se marie, on se demande aussitôt si c’est un mariage "pour les papiers". Sont en fait visées les unions avec des hommes vivant au Maroc. Si les fils de migrants se marient également avec les filles du pays, la suspicion n’est pas aussi forte, ni même exprimée. Ces mariages "pour les papiers", qui ne sont pas des mariages "blancs", permettent au conjoint vivant au Maroc de venir légalement en France, par le biais du regroupement familial. Longtemps les filles "de France" n’étaient pas valorisées sur le marché matrimonial marocain et celles qui se mariaient, malgré tout avec un homme du pays, restaient vivre au Maroc. C’est ce que nous avions pu encore constater des unions contractées à la fin des années 1980. Le revirement des années 1990 paraît donc suspect aux yeux des filles […] Ainsi Samira a refusé une demande en mariage au Maroc, par un ami de son frère aîné : "J’ai refusé parce que je ne suis pas le genre de fille à me marier avec quelqu’un qui vient ici pour faire sa carte d’identité […] les jeunes du Maroc, ils ne veulent qu’une chose, c’est se marier avec les filles qui sont ici, qui ont leur carte d’identité" » (Étiemble , 2001, pp. 181-182).

23Ce rapport à un mariage hautement « suspect », reprend à son compte des représentations qui distinguent d’ordinaire mariage d’intérêt et mariage sentimental, il n’y a là aucune originalité ou exotisme particulier, plusieurs grandes enquêtes ayant déjà rendu compte de cet idéal romantique pour ensuite désenchanter ce qui apparaît finalement comme un contrat social avec sa part d’arrangements et de contraintes sociales, culturelles ou géographiques déterminant le « choix du conjoint » (Girard, 1964).

24Cette union, qui se révèle être aussi une transaction à taire, dit avant tout le secret notoire, qui entoure cette opportunité, invisible mais en même temps inscrite à une place de choix dans les consciences des uns et des autres.

« Une amie au courant de mes préoccupations me propose de l’accompagner à un mariage. Elle est convaincue que la mariée est une Miss Visa : elle est handicapée, en fauteuil roulant, le marié est un jeune diplômé, qui a fait plusieurs démarches pour entrer en Europe sans succès.
Quatre ans plus tard, elle me reparle de ce couple. Tout le monde s’attendait à ce qu’il la quitte une fois les papiers obtenus, finalement il est resté et à leurs dernières vacances dans leur famille au bled, elle les a revus avec leurs deux enfants.
Elle rajoute : "N'empêche, si elle n'avait pas eu les papiers, il ne l'aurait jamais épousée" » (Extrait du journal de terrain, Paris, 2009).

« En vacances dans la famille de son petit-ami en Tunisie, elle tente de partager le quotidien, même si la langue est une barrière qui l’empêche de participer aux discussions.
Au salon, toute la famille, les hommes, les femmes et les enfants réunis autour de la grande table. Les discussions fusent. Tout d'un coup, un petit garçon de quatre ans dit quelque chose et tous éclatent de rire.
Elle demande ce que le petit garçon a dit, après un moment de gêne, on lui répond : il a demandé quand est-ce que sa cousine du même âge va venir pour qu'il puisse l'épouser et qu’elle lui fasse les papiers » (Extrait du journal de terrain, Toulouse, 2011).

25Pour se faire une idée de ces mondes inscrits « dans une circulation qui fédère traversée de lieu et traversée de norme » (Gaissad, 2006, p. 57), il suffit de prêter l’oreille aux nombreuses histoires qui se transmettent. Celles-ci donnent corps à des contes modernes mettant en scène les Miss Visa et leur raison d’être et de faire, entre représentation négative des perdants de la migration, les éternel-le-s immigré-e-s, et ascension, voire prestige social, d’une alliance qui arrange les conflits et peut résoudre des temps problématiques. Les histoires de princes charmants sauveteurs de princesses endormies se racontent, réactualisées par le prisme d’enjeux sociaux et de migration.

« En préparant le repas, nous discutons entre femmes des images que tout le monde a suivies ici : les deux jeunes morts dans un transformateur EDF, en France, poursuivis par des policiers. Elles me demandent de raconter la vie là-bas, si c’est aussi violent et raciste que les chaines locales et internationales ont l’air de le montrer.
Elles se lamentent sur la vie de ces "pauvres immigrés".
L’une des femmes me raconte alors l’histoire d’une "clocharde", une "immigrée" dont personne ne s’occupait en France. Elle vivait dans la rue et personne ne faisait attention à elle. Un homme, un clandestin, l’a épousée un jour pour les papiers et s’est occupé d’elle comme personne avant, il lui a payé des vêtements, des bijoux, et en a fait une femme enviée quand elle revient les étés au bled » (Extrait journal de terrain, Maroc, 2007).

Entre connivence et défiance : une altérité de l’intérieur 9

  • 9 Une altérité peut toujours en cacher une autre, masquée mais plus profonde comme l’avait déjà démon (...)
  • 10 Cette expression dit la représentation négative des migrant-e-s entre eux et une forme de racialisa (...)

26Le revirement « tellement suspect », vécu par les différents acteurs de cette histoire, fait apparaître des façons de se nommer qui disent les distances concrètes très visibles entre les « blédard-e-s » 10, ceux qui arrivent du « bled » ou qui veulent en partir en répondant à un ensemble de contingences très concrètes liées aux contraintes législatives de la migration, et les « immigré-e-s », ni d'ici ni de là-bas, déplacé-e-s en tout cas parmi lesquels celles qui sont susceptibles de devenir des opératrices transnationales du passage.

27Qu’ils mobilisent cette pratique ou qu’ils la rejettent, tous révèlent une véritable altérité, à l’intérieur de groupes pourtant dits « communautaires ». Après le diplôme, les gens auraient-ils le goût de leurs papiers ? Cette « distinction » (Bourdieu, 1979) en plus est en tout cas récurrente dans les discours et les pratiques observées.

« Nous croisons un "couple mixte" : lui est visiblement arabe, elle semble être une française "de souche".
Elle s’amuse : "heureusement qu’il y a les Françaises, si même elles ne voulaient pas d’eux, les pauvres pourraient jamais se marier. Imagine si je ramenais un blédard à la maison, quelle honte : tout le monde se moquerait de moi" » (Extrait du journal de terrain, Toulouse, 2007).

28La distance est clairement assumée, en se fondant sur les papiers, pour prendre position dans une histoire collective de la migration.

« L’effet de ce décalage sur la conscience individuelle a été souvent évoqué par les sociologues en termes d’"incongruité statutaire" – incongruité entre un statut valorisé et "acquis" par l’effort personnel et un statut dévalorisé "hérité" d’une histoire collective. Rétablir sa propre cohérence identitaire suppose pour chacun de conflictualiser cette représentation extérieure négative de l’histoire collective, en l’assumant dans la perspective d’une inversion du stigmate » (Peralva, 2004, p. 56).

29Quand on observe le détail des interactions, les stratégies d’évitement mises en œuvre entre « héritiers de l’immigration » (Boubeker, 2003) sont nombreuses et se déploient au quotidien pour mettre à distance les autres, au travers des usages de la langue, des corps, des espaces publics, des vêtements, etc.

30Un exemple parmi tant d’autres : à mon arrivée à Toulouse, j'avais commencé à utiliser une bague pour éviter d'avoir à expliquer continuellement pourquoi je ne voulais pas boire un café, faire connaissance, donner mon numéro. Sans faire perdre la face à mon interlocuteur, il me suffisait de montrer la bague à mon doigt et, la plupart du temps, sans rien ajouter, il abandonnait devant cette fin de non-recevoir absolue : j'étais mariée.

31Cette tactique m’avait été glissée par une jeune femme que j’avais rencontrée dans le quartier du Mirail à Toulouse et qui m’avait vu me dépêtrer maladroitement d’un abordage en règle devant la station. Assises face à face dans le métro, elle m’avait abordée ainsi : « t’es pas du quartier » pour ensuite continuer sur ce qu’elle avait vu plus haut : « les Arabes d’ici, c’est des bledards, ils sont à l’affût, ils ne lâchent rien », avant de me montrer une bague portée de manière ostentatoire : « tu t’achètes une bague, au marché tu peux en trouver partout des pas chères ». Pendant quelques temps, j’ai donc fait comme elle me l’avait conseillé : une bague à montrer ou enlever selon mon envie ou non d’interactions.

32De l’autre côté du miroir, la distance affichée et revendiquée entre « blédards » et « immigrés » est la même.

« Elle me chante en grimaçant un air populaire au Maroc, que plusieurs personnes reprenaient dans la rue sur son passage ou sur celui d’autres jeunes comme elle : "manbrich yal vacancia", "je n’aime pas les vacancia" (une autre manière de nommer les "immigria", les "immigrées" ») (Extrait du journal de terrain, Strasbourg, 2011).

33C’est dans les histoires de mariages avortés, qu’on peut d’ailleurs le mieux lire ce que le contexte migratoire fait à l’entre soi.

34Ainsi Farid est un étudiant marocain dont la carte de séjour arrivait à terme, en couple avec une jeune femme « d’origine » tunisienne, ils avaient déposé ensemble une demande de logement social. Quand je le rencontrais, il venait d’obtenir une réponse du bailleur en me racontant « j’ai l’appartement, par contre la fiancée s’est envolée ». Celle-ci s’était faite « tourner la tête » d’après ses propres mots par sa mère et ses sœurs, qui s’étaient acharnées à lui répéter qu’une fois les papiers obtenus, Farid la tromperait et l’abandonnerait pour faire une autre famille « dans son dos ». Le mariage annulé, il se désolait de ce que les papiers avaient fait de l’amour, en s’énervant aussi de son déclassement social : originaire d’une « bonne » famille de Casablanca, venu en France pour faire ces études, il était repoussé par une simple famille « d’immigrés » sans biens, arrivés en France « pour manger ». La dernière fois que je le voyais, il fréquentait une autre femme, jeune mère divorcée africaine, dans laquelle il mettait tous ses espoirs de vie de couple, ses papiers étant assurés temporairement par une homosexualité administrative.

« Quelques années plus tard, je rencontre par hasard Matthieu. Au cours de la discussion, nous échangeons des nouvelles de connaissances communes. Quand on en vient à parler de Farid, il me glisse dans un sourire : "on a été colocataires pendant un moment, je sais pas s'il te l'a dit mais il a eu des problèmes de papiers et du coup, on s'est pacsés pour régler son problème à la préfecture". Sur un coin de trottoir, il m'a alors raconté leur vie de "couple" : un pacs, un appartement loué à leurs noms pendant une année, puis Matthieu était parti faire le tour de l'Amérique latine avant de revenir récemment. Ils étaient toujours pacsés mais n'habitaient plus ensemble. Chaque année, Farid refaisait ses papiers en présentant un dossier appuyé par son pacs et des courriers de soutien de son employeur, d’amis et de sa famille : sa sœur chercheuse dans une université française, l’un de ses beaux-frères élu local en France et sa famille appartenant à la bourgeoisie au pays, lui assuraient une relative liberté de mouvement ainsi qu'à son "compagnon" : ils n'habitaient plus ensemble mais se voyaient de temps en temps le temps d'une soirée entre amis, d'une rencontre, ou d'un échange de formulaires » (Extrait du journal de terrain, Toulouse, 2010).

35Ces stratégies de proximité inscrivent donc d’intéressantes distances avec le concept classique de communauté. En faisant état de relations négociées, Miss Visa exprime aussi le triptyque relation/distance/évitement entre « blédard-e-s » et « immigré-e-s ».

« L’identité commune à tous les arpenteurs des territoires circulatoires est faite de la plus grande interaction possible entre altérités… ainsi naissent et se côtoient ces nouveaux mondes cosmopolites. La mobilité spatiale exprime donc plus qu’un mode commun d’usage des espaces : des hiérarchies sociales, des reconnaissances, qui donnent force et pouvoir, qui dissimulent aussi aux yeux des sociétés de sédentaires des violences et des exploitations non moins radicales » (Tarrius, 2011).

36La reconnaissance collective dans un destin ou une projection commune n'est d'ores et déjà plus valide et le passage entre un système ordonné par similarité à une interdépendance négociée dessine un monde ordonné autour d'un échange profitable dans un contexte contrariant.

Conclusion

37En révélant une véritable altérité de l'intérieur, mise en lumière autour d'un jeu entre connivence et défiance entre ceux qui ont des papiers et les autres, Miss Visa interroge la naturalité de ce qui est parfois construit en termes de « mariage traditionnel ». Ce qui lie hommes et femmes, dans ce contexte, se joue autour de l’objet de l’échange plus que dans leur prétendue proximité culturelle et révèle de véritables territoires de mixités.

38Cette catégorie et l'ensemble des pratiques et discours qui l'entourent, permettent de croiser genre et mobilité, dans une tentative de lire, au-delà des nations fermées et des citoyennetés limitées, de véritables opportunités genrées, dans lesquelles les femmes sont pourvoyeuses d’une ressource prodigieuse pour elles, les hommes et leurs familles, en se donnant des compétences d’agir à partir d’espaces quadrillés, séparés, protégés, pour résoudre des temps problématiques. En imposant un échange rentable à différents points de vue « se construisent des devenirs que nous n’avons jamais pu leur proposer » (Tarrius & Missaoui, 1995, p. 6), à l’écart, à l’ombre même, des revendications égalitaristes du féminisme ou des mouvements sans-frontiéristes.

39Circuler entre les différentes façons de faire pour voir où et comment ça se passe, observer les espaces pour y surprendre les interactions, c’est avant tout faire émerger des interrogations sur des stratégies qui font du couple une opportunité de subversion de l’administration de la circulation. Investir la densité de ces relations et l’épaisseur de la vie sociale, c’est dépasser les questions d'ethnicité ou d'identité en redistribuant les places dans un entre soi constamment renégocié autour des enjeux de mobilité.

Haut de page

Bibliographie

Audebert C. & N. Robin (2009), « L'externalisation des frontières des "Nords" dans les eaux des "Suds" », Cultures & Conflits, 1/2009, n° 73, pp. 35-51.

Boubeker A. (2003), Les Mondes de l'ethnicité. La communauté d'expérience des héritiers de l'immigration maghrébine, Paris, Éditions Balland.

Bourdieu P. (1979), La Distinction : Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Costa-Lascoux J. (1991), « L'espace Schengen », Revue Européenne des Migrations Internationales, vol. 7, n° 2, pp. 163-168.

Étiemble A. (2001), « Discours féminins sur le mariage : rhétorique et identité "marocaine" en France », dans Bertheleu H., Identifications ethniques. Rapports de pouvoirs, compromis, territoire, Actes des Journées Universitaires d’Automne 1999, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 171-192.

Gaissad L. (2006), « Une forme notoire de sexualité secrète : Chronique territoriale du désir entre hommes dans le Sud de la France », Doctorat de sociologie, Université Toulouse 2 Le Mirail.

Girard A. (1964), Le Choix du conjoint. Une enquête psycho-sociologique en France, Cahier n° 44 de l'Ined, Paris, Presses universitaires de France.

Morice A. & C. Rodier (2010), « Les contrôles migratoires sous-traités aux pays extérieurs. Comment l’Union européenne enferme ses voisins », Le Monde diplomatique, juin 2010, pp. 16-17.

Mozère L. (2004), « Des domestiques philippines à Paris : un marché mondial de la domesticité défini en termes de genre ? », Journal des anthropologues, n° 96-97, pp. 291-319.

Missaoui L. (2003), Les Étrangers de l’intérieur. Filières, trafics et xénophobie, Paris, Éditions Payot.

Peralva A. (2004), « Ségrégation de proximité : le cas de Rio de Janeiro », Cosmopolitiques, n° 7 : « Aimons la ville ! », pp. 49-57.

Tarrius A., collaboration Missaoui L. (1995), Arabes de France dans l'économie souterraine mondiale, La Tour D'Aigues, Éditions de l'Aube.

Tarrius A. (2007), La Remontée des Sud. Afghans et Marocains en Europe méridionale, La Tour D'Aigues, Éditions de l’Aube.

Tarrius A. (2011), « Pauvres en migration, globalisation des économies et affaiblissement des modèles intégrateurs », Fragments sur les Temps Présents, 16 mars, URL : http://tempspresents.wordpress.com/2011/03/16/alain-tarrius-pauvres-en-migration/.

Haut de page

Notes

1 « Dites », car les mots semblent manquer pour décrire de manière factuelle cette population. Le manque est aussi un trop : trop de connotations, trop d'expressions approximatives qui créent des sous-groupes artificiels et reproduisent les légitimités administratives de l’usage des espaces sans les questionner.

2 Il s’agissait concrètement, après une première phase de lecture de textes sociologiques autour des entrées mobilité/ethnicité/identité/ville, de déterminer un thème ou un lieu en particulier dans la ville de Toulouse et de l’investir en groupe d’étudiant-e-s, pendant trois journées intensives d’observation.

3 Détournement de la catégorie « français de souche ».

4 Agadir est située au sud-ouest du pays, Oujda au nord-est, entre les deux la distance à « vol d’oiseau » est approximativement de 900 km.

5 Un réseau tunisien a été identifié, dès le début de la phase de terrain, sous la forme d’une agence matrimoniale fournissant aux candidats aux papiers, contre rémunération, un mariage clefs en main et un accompagnement juridique allant du dépôt des bancs au divorce.

6 « Ne pourrait-on parler de tactique, au sens de de Certeau, qui accroît sans cesse leur maîtrise, ce que les anglo-saxons appellent l’empowerment ? En accroissant ainsi leur "puissance d’agir" au sens qu’en donne Spinoza dans l’Éthique, c’est-à-dire finalement un "plus" de liberté, les femmes philippines à Paris ne deviennent-elles pas actrices de leur vie ? » (Mozère, 2004, p. 319).

7 Notion développée par Laurent Gaissad à partir de sa lecture de Georg Simmel, notamment dans sa thèse (Gaissad, 2006).

8 En référence aux deux ministres de l'Intérieur alors en fonction sous les gouvernements dirigés par Jacques Chirac, Édouard Balladur et Alain Juppé, entre 1986 et 1997.

9 Une altérité peut toujours en cacher une autre, masquée mais plus profonde comme l’avait déjà démontré Lamia Missaoui (2003) pour les jeunes de « bonne famille », véritables « étrangers de l’intérieur ».

10 Cette expression dit la représentation négative des migrant-e-s entre eux et une forme de racialisation de l'intérieur. Les « bledard-e-s », les derniers à être arrivés, sont souvent décrits par les autres autour d’un ensemble d'éléments physiques : une peau plus foncée, une dentition abimée, un « accent fort » et une manière d'être « particulière » qui les distinguerait fondamentalement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fatiha Majdoubi, « Miss Visa et ses articulations intimes entre espaces concrets et arrangements discrets : « Circulez, y a rien à voir ! » »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 27 février 2012, consulté le 08 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3868 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.3868

Haut de page

Auteur

Fatiha Majdoubi

Doctorante en sociologie, LISST-CERS (UMR CNRS 5193), université Toulouse 2 le Mirail, France - docrode@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search