Navigation – Plan du site
Le naturalisme social

Nouvelle sociologie et morale naturalisée

New sociology and naturalized morality
Christine Clavien

Résumés

La première partie de cet article vise à soutenir, à l’aide d’une perspective biologique, l’entreprise interdisciplinaire de la nouvelle sociologie décrite et défendue par Laurence Kaufmann et Laurent Cordonier dans leur article « Vers un naturalisme social » paru dans SociologieS en octobre 2011. La seconde partie est consacrée à la question de l’évolution de la morale ; l’idée d’un module de « morale naïve » est remise en question.

Haut de page

Texte intégral

Un plaidoyer pour l’ouverture

  • 1 Les patients atteints du syndrome de Williams ne ressentent aucune peur sociale, sont inhabituellem (...)

1À la lecture des trois articles faisant l’objet du débat du 18 octobre dans SociologieS (Kaufmann & Cordonier, 2011 ; Ogien, 2011 ; Quéré, 2011), il semble que tous les auteurs s’accordent pour considérer les êtres humains comme un fruit de l’évolution. En ce sens, ce sont des êtres naturels ; ils ont des besoins primaires (nourriture, sommeil, etc.) dictés par leur condition d’être biologique. Ce premier acquis théorique est important pour entamer une discussion constructive. J’imagine également que dans leur vie privée, les auteurs de ces trois articles ont recours à la médecine et au besoin, suivent les thérapies qui leurs sont prescrites. Ils agissent de la sorte parce qu’ils croient que ces thérapies auront un effet bénéfique et cette croyance repose sur la conviction qu’elles ont été scientifiquement éprouvées. Or les thérapies médicales se basent souvent sur des connaissances en biologie moléculaire et en génomique. Les études scientifiques montrent que beaucoup de maladies sont liées à un gène ou à l’interaction entre plusieurs gènes. C’est notamment le cas de malformations physiques, de certains cancers, du daltonisme, de l’hémophilie, de l’autisme, de la dépression ainsi que de certains dysfonctionnement neurologiques qui se traduisent par des troubles du comportement social. Un exemple intéressant est celui du syndrome de Williams, un désordre neurologique qui se traduit entre autres pas l’hyper-socialité 1 des patients : une expérience intéressante a notamment révélé que ces patients sont exempts de stéréotypes raciaux, au contraire des sujets sains qui ont affiché une attitude plus réservée, voire négative face aux membres d’autres groupes ethniques (Santos et al., 2010). Parfois, les gènes impliqués dans les maladies sont connus ou commencent à être connus. C’est par exemple le cas du syndrome de Williams ou de diverses formes de dépression (Molina et al., 2011). Dans d’autres cas, les gènes n’ont pas encore été localisés mais on sait que la maladie est à caractère génétique car elle se transmet selon les lois mendéliennes. Souvent, les facteurs environnementaux jouent un rôle important dans l’expression des gènes. L’autisme par exemple résulte d’un ensemble encore mal connu de facteurs génétiques et environnementaux ; différents gènes semblent impliqués dans les diverses formes de cette pathologie qui touche presque un pour cent de la population humaine (Constantino et al., 2010). Lorsque des facteurs environnementaux jouent un rôle marqué sur l’expression des gènes (certaines circonstances sont plus ou moins propices au déclenchement de la maladie), ces deux éléments (gènes et environnement) sont considérés comme des facteurs de risque. C’est typiquement la manière dont est comprise la dépression (Uher et al,. 2011). Pour éviter le déclenchement de la maladie ou en freiner la progression, les sciences médicales s’efforcent d’identifier les conditions environnementales propices à l’expression des gènes malins et développent des thérapies adaptées à ces connaissances.

2Au vu de ces données, il semble évident que non seulement la physiologie, mais également les comportements humains, y compris les comportements sociaux, sont en partie influencés par les gènes et en partie par l’environnement physique et socio-culturel. Il me semble que si l’on veut nier cette affirmation on se doit alors de montrer que la science médicale fait fausse route. Ou alors, si l’on défend une thèse plus localisée de l’affranchissement par rapport aux gènes, on se doit de fournir une explication convaincante de la raison pour laquelle les gènes jouent un rôle dans notre propension à former des stéréotypes raciaux ou à entrer dans un état de dépression, mais pas à se sentir rassuré au sein d’un groupe soudé ou toute autre activité dont on espère qu’elle est purement déterminée par l’environnement social. Je doute que cette voie théorique mène quelque part.

3Il importe de préciser ici que la chaîne causale qui mène des gènes à un comportement social est souvent si complexe (elle implique une multitude d’autres gènes et de facteurs indépendants des gènes) qu’il est extrêmement difficile et dans la plupart des cas impossible, de déterminer le rôle exact de tel ou tel gène impliqué. Ainsi, on comprend que les gènes ne déterminent jamais entièrement un comportement. Ceci est même vrai pour des êtres vivants aussi simples que les insectes. L’environnement physique (interne et externe à l’organisme) et social joue un rôle crucial dans l’expression ou l’inhibition des gènes. Dans le cas des êtres humains, les gènes qui influencent le comportement sont partiellement responsables (par le biais de circonvolutions causales complexes) de certaines inclinations à adopter un comportement plutôt qu’un autre dans certains types d’environnements (par exemple une inclination à montrer de la réserve, voire de la réticence face à des personnes étrangères). De plus, ces inclinations peuvent souvent au prix d’efforts plus ou moins importants, être contrecarrées par l’activité de capacités cognitives et sociales de plus haut niveau.

4De manière intéressante, tout ce qui vient d’être dit n’invalide en rien le fait que les êtres humains sont particuliers et exceptionnels à bien des égards. Sans aucun doute, ils sont capables d’une forme sophistiquée de langage et d’une réflexivité que l’on ne trouve pas dans les autres espèces animales. Mais l’accomplissement exceptionnel d’une faculté d’un organisme n’implique aucun changement fondamental dans le fonctionnement des ses autres facultés. Ainsi, les universitaires et les politiciens sont autant enclins à l’attirance sexuelle ou à la jalousie que les patients atteints du syndrome de Down. Il est possible que les premiers mettent consciemment en place des stratégies pour contrôler ces penchants mais il parait ridicule d’en nier l’existence.

5Dès lors, la question dont il faut débattre aujourd’hui n’est pas celle de savoir si le comportement social des êtres humains est influencé ou non par des déterminants génétiques (il est clairement partiellement « pré-câblé »). La question est plutôt de savoir quels sont ces déterminants, comment ils s’expriment et quelle est leur influence causale dans différents environnements socio-culturels. C’est précisément à cette tâche que s’attèlent les chercheurs de la nouvelle sociologie dont Laurence Kaufmann et ses collègues sont les brillants représentants (Clément, 2010 ; Clément & Kaufmann, 2007 et 2011 ; Clément et al., 2011 ; Kaufmann, 2011 ; Kaufmann & Clément, 2007). Ces chercheurs ne s’intéressent pas directement aux effets particuliers des gènes mais examinent les mécanismes qui sous-tendent la cognition et le comportement social humain. Ces mécanismes sont eux-mêmes des produits du développement ontogénique des individus et à plus longue échelle, des produits de l’évolution culturelle et génétique. Sur la base d’un savoir descriptif solide, il est ensuite possible de réfléchir de manière constructive aux moyens d’atténuer ou moduler les effets des déterminants de nos comportements. La tâche est de taille car au contraire des autres animaux, les capacités réflexives des êtres humains leur fournissent une marge de manœuvre inédite par rapport aux traditionnels déterminants environnementaux et génétiques. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle la contribution des anthropologues, des sociologues ou des historiens est cruciale pour l’aboutissement d’un tel projet de recherche. Ils sont en mesure de fournir un matériel empirique riche et abondant ainsi que de nouveaux questionnements ou de nouvelles hypothèses de travail susceptibles de faire avancer la recherche sur la socialité humaine.

6Il importe de prendre conscience que le monde actuel de la recherche scientifique se caractérise par l’interdisciplinarité. Cette interdisciplinarité implique que l’on s’élève à la fois contre l’hégémonie d’une méthode scientifique (quelle qu’elle soit) qui remplacerait les autres et contre l’isolement des différentes branches de la science sous prétexte qu’elles appliquent des méthodologies différentes. La pluralité des méthodes et la pluralité des approches sont essentielles pour saisir les multiples facettes de la socialité humaine et la manière dont ces multiples facettes s’agencent.

7Cette prise de conscience va de pair avec l’abandon d’un mythe disciplinaire : la socialité humaine n’est pas la chasse gardée d’une seule science. Le social est un objet de recherche indépendant qui peut être abordé par diverses disciplines (sociologie, histoire, psychologie, biologie, économie, neurosciences, etc.) à l’aide de multiples méthodologies (enquête de terrain, analyse qualitative, quantitative, simulation informatique, expérience en laboratoire ou sur le terrain, etc.). Aucun scientifique ne peut prétendre à la pleine maîtrise du sujet. Sa première mission est de contribuer, dans la mesure de son expertise, à l’édifice global de la compréhension du comportement humain. Sa seconde mission est de rendre son éclairage compréhensible et accessible aux autres scientifiques qui travaillent sur le même objet de recherche. C’est avec cet état d’esprit constructif que Laurence Kaufmann et Laurent Cordonier cherchent à revitaliser la sociologie. Ils prônent une sociologie dynamique, au courant des avancées des autres domaines scientifiques et prête à tisser des liens avec les autres domaines du savoir.

Quelques réflexions sur la morale naturalisée

8Les plaidoyers en faveur de la collaboration interdisciplinaire sont une chose, la pratique interdisciplinaire au quotidien en est une autre. C’est à cette seconde tâche et plus précisément au sujet de la morale naturalisée, que je propose de consacrer quelques paragraphes. Sur ce point, je me permets un désaccord avec la position défendue par Laurence Kaufmann et Laurent Cordonier.

9Ces auteurs donnent crédence à la notion de « morale naïve » qui porterait sur des objets moraux.

« Certains travaux postulent que les êtres évolués, notamment humains, ont des "intuitions morales universelles" et extrêmement précoces qui leur permettent de distinguer très nettement entre les comportements immoraux (notamment ceux qui consistent à infliger du mal à autrui) et des conduites qui relèvent de conventions sociales arbitraires » (Kaufmann & Cordonnier, 2011).

10Il est hautement probable que des pressions sélectives aient agi sur nos capacités à percevoir les lois de la gravité (« physique naïve »), à différencier entre les êtres animés et inanimés (« biologie naïve »), à s’imaginer les intentions des autres (« psychologie naïve »), à saisir les indices pertinents dans le cadre d’interactions sociales (« sociologie naïve »). En revanche, je ne vois pas quelle pression sélective aurait pu jouer en faveur de la formation d’intuitions morales. Rappelons que pression sélective signifie reproduction différenciée et avantage reproductif d’un trait sur d’autres traits. À ce jour personne n’a montré que les personnes douées d’intuitions morales sont (ou ont été) plus efficaces à se reproduire. Il n’est donc pas pertinent d’appliquer cette logique explicative dans le cas particulier de la morale.

11Certes, les données empiriques récoltées par Eliott Turiel et ses collègues mettent en évidence des patterns communs à l’activité morale dans différentes cultures et classes d’âges : les actions impliquant de la violence, de l’injustice ou la violation de certains droits, sont habituellement jugées comme moralement blâmables alors que des transgressions de codes de savoir-vivre ne sont pas condamnés aussi vivement. En revanche, il faut savoir que d’autres études aboutissent à des résultats contradictoires (Haidt, 2001; Kelly et al., 2007; Nisan, 1987). Je suspecte que le contenu et la portée des jugements moraux est plus variable que ce que beaucoup d’auteurs imaginent.

12D’autre part, les données d’Eliott Turiel sont compatibles avec un modèle explicatif qui me paraît à la fois plus plausible et plus économique. Voici les contours généraux de ce modèle alternatif. L’activité morale, au sens où nous la comprenons quotidiennement, n’a probablement pas été sélectionnée parce qu’elle s’avère bénéfique aux individus qui la pratiquent. Il est plus probable que ce soit un phénomène qui a émergé indépendamment de ses effets sur le monde biologique et qui repose sur un certain nombre de facultés qui ont été acquises par ailleurs (pour une position similaire, voir Prinz, 2009). Ainsi, la morale « surferait » en quelque sorte sur un certain nombre de prérequis cognitifs et émotionnels dont voici une liste non exhaustive : comprendre que l’autre a des besoins qui lui sont propres, que l’on peut lui faire du mal si l’on porte atteinte à ses besoins, que les autres membres de la société ont des attentes par rapport à notre comportement, avoir soi-même des attentes par rapport au comportement des autres, désirer une vie harmonieuse en communauté, pouvoir ressentir de la compassion, être sensible à la souffrance d’autrui, désirer le bien-être d’autres individus de manière non-instrumentale.

  • 2 En sondant plus précisément le fonctionnement même de ces mécanismes, on peut également découvrir q (...)

13Ces différentes capacités nécessaires composant l’activité morale (certaines sont d’ailleurs intrinsèquement liées entre elles) semblent avoir évolué sous des pressions sélectives qui n’ont aucun rapport avec la morale. Le désir intrinsèque du bien-être d’autres individus, par exemple, a très certainement évolué dans le cadre des soins parentaux, si importants pour la transmission du patrimoine génétique. Pour bien saisir ce point, il importe de comprendre une distinction importante en biologie (Mayr, 1961). Un phénomène observable tel que les soins parentaux peut être expliqué de deux points de vue différents. On peut développer une « explication ultime » qui réfère à la valeur adaptative et aux conséquences d’un trait sur la survie et la reproduction des porteurs de ce trait. On explique ainsi pourquoi le trait en question a évolué. Par exemple, prodiguer un soin particulier à ses petits est un excellent moyen de transmettre son patrimoine génétique. C’est la raison pour laquelle ce comportement est très adaptatif pour toutes les espèces dont les petits ne pourraient pas survivre sans protection. Le même phénomène de soin parental peut être éclairé à l’aide d’une « explication proximale ». Cette dernière met en lumière les mécanismes causaux sous-jacents à l’expression du trait, c’est-à-dire les mécanismes qui agissent du vivant des organismes. Par exemple, les parents ressentent un attachement émotionnel particulier pour leur progéniture et une profonde détresse lorsque les petits montrent des signes de souffrance. Ce sont ces émotions qui les motivent au quotidien à prodiguer des soins attentifs à leur progéniture 2. Les explications ultimes et proximales apportent deux points de vue distincts sur un même phénomène. C’est pour cela que l’on peut dire sans contradiction que le comportement des soins parentaux est à la fois avantageux du point de vue des gènes (explication ultime) et intrinsèquement tourné vers les intérêts d’autrui (explication proximale). De plus, tout en étant distinctes, ces deux explications sont complémentaires. Par exemple si le comportement des soins parentaux est adaptatif pour une espèce, la sélection naturelle va favoriser la fixation de mécanismes proximaux qui incitent les individus à prendre soin de leur progéniture. Chez des espèces coopératives qui possèdent des capacités cognitives et émotionnelles développées (comme les humains et possiblement les grands singes), des émotions empathiques peuvent être sélectionnées pour remplir cette fonction (Clavien, 2010). Le même type de réflexion peut être mené pour expliquer l’émergence des autres prérequis de l’activité morale (compréhension des besoins et attentes des autres, etc.). Beaucoup de ces explications feront référence à ce que Laurence Kaufmann et Laurent Cordonier appellent la « sociologie naïve ».

  • 3 Pensez par exemple aux conditions dans lesquelles devaient survivre les Iks décrits par Colin Turnb (...)
  • 4 Un régime totalitariste en temps de guerre par exemple peut aboutir à la propagation de convictions (...)

14Nous avons brossé à grands traits les contours de la thèse selon laquelle la morale surfe sur un certain nombre de prérequis qui ont évolué de manière propre. En fait, le tableau est un peu plus complexe que cela. Le contenu de la morale (c’est-à-dire les intuitions morales des gens, les valeurs et les normes qu’ils défendent) semble également être influencé par divers bais psychologiques (ou modules ou attracteurs) qui ont évolué de manière propre. C’est précisément l’influence exercée par ces biais psychologiques qui crée les convergences observées par Eliott Turiel et d’autres sur les questions morales. Pour des raisons évoquées ci-dessus, certains phénomènes comme la souffrance d’êtres proches ou l’observation de comportements non conformes aux intérêts du groupe déclenchent ordinairement des réactions négatives plutôt que des sentiments de plaisir. Il est donc tout naturel que les êtres humains, au cours de leur activité réflexive sur la morale, aient une tendance à condamner plutôt qu’à valoriser ces phénomènes. Cela n’empêche pas que dans certaines configurations environnementales (environnements physiques hostiles et peu propices à toute forme de coopération 3 ou environnements socio-culturels extrêmes 4), il peut arriver que les intuitions morales s’écartent de ces attracteurs.

  • 5 Vous pouvez en faire vous-même la désagréable expérience sur un site internet de l’Université de Ha (...)
  • 6 Comme mentionné plus haut, une telle inclination peut être (et, de fait, l’est souvent) contrecarré (...)

15Pour illustrer la nécessité de découpler l’explication évolutionnaire des facteurs impliqués dans l’activité morale et le phénomène moral survenant, deux exemples me paraissent évocateurs. Il s’agit de deux facteurs clairement amoraux qui ont un effet parasitant pour l’aboutissement d’un idéal moral universel. Le premier est la méfiance naturelle face aux membres d’autres groupes ethniques. Bon nombre d’études en psychologie sociale montrent que même les gens qui s’opposent ouvertement au racisme sont inconsciemment réceptifs aux stéréotypes 5. Il a également été montré que les stéréotypes raciaux sont corrélés avec le comportement social des gens (Stepanikova et al., 2011). De manière intéressante, cette inclination naturelle à la méfiance face aux individus étrangers est porteuse d’avantages évolutifs si bien qu’il y a tout lieu de penser qu’elle ait été sélectionnée au cours de l’évolution (McElreath et al., 2003). Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les êtres humains attribuent si souvent (mais pas toujours) 6 une valeur morale moindre aux membres de groupes distants. Le deuxième exemple bien connu est celui de l’aversion face à l’inceste. Les données empiriques montrent que les êtres humains sont généralement dégoûtés à l’idée même de l’inceste et ont une tendance à condamner moralement ce comportement même s’ils sont incapables de justifier rationnellement cette condamnation (Faucher, 2007 ; Haidt, 2001). Or le sentiment de dégoût face à l’inceste a une source biologique. Ce sentiment est évolutionnairement avantageux car il dissuade des rapports sexuels avec des individus parents et minimise ainsi les dangers liés à la consanguinité (progéniture plus susceptible d’être atteinte de maladies génétiques).

  • 7 Notons qu’une telle approche a l’avantage de nous absoudre de trouver des critères pour qualifier c (...)

16Le modèle explicatif de l’activité morale que je viens de décrire a plusieurs avantages. Premièrement, il nous absout de la tâche sisyphéenne de trouver des « intuitions morales universelles ». Deuxièmement, il rend relativement inintéressante la quête de moralité ou de proto-moralité dans le monde animal 7. Il incite en revanche à étudier nos cousins les grands singes ainsi que d’autres espèces sociales sous l’angle de l’évolution (indépendante) des différentes facultés impliquées dans l’activité morale.

17Pour terminer, il importe de préciser que cette controverse sur les « intuitions morales universelles » reste très localisée et ne remet nullement en cause le tableau général brossé par Laurence Kaufmann et Laurent Cordonier. Ce désaccord local illustre simplement le fait que la socialité humaine est encore largement méconnue. Il existe de nombreuses zones d’ombre encore inexplorées. Beaucoup d’hypothèses explicatives méritent d’être mises à l’épreuve de la critique scientifique. En soi, cela n’a rien de problématique puisque le propre de la science est précisément de se remettre sans cesse en question et de réviser ses positions en fonction des nouvelles informations. Le domaine de recherche de la socialité humaine est riche de futurs développements.

Haut de page

Bibliographie

Clavien C. (2010), Je t'aide moi non plus : biologique, comportemental ou psychologique, l'altruisme dans tous ses états, Paris, Éditions Vuibert.

Clément F. & L. Kaufmann (dir.) (2007), « Culture and Society. Some Viewpoints of Cognitive Scientists », Intellectica, vol. 46.

Clément F. (2010), « To Trust or not Trust. Children’s Social Epistemology », Review of Philosophy and Psychology, vol. 1, n° 4, pp. 531-549.

Clément F., Bernard S. & L. Kaufmann (2011), « Social Cognition is not Reducible to Theory of Mind. When Children use Deontic Rules to Predict Others’ Behaviors », British Journal of Developmental Psychology, vol. 29, pp. 910-28.

Clément F. & L. Kaufmann (dir.) (2011), La Sociologie cognitive, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Constantino J. N., Zhang Y., Frazier T., Abbacchi A. M. & P. Law (2010), « Sibling Recurrence and the Genetic Epidemiology of Autism », American Journal of Psychiatry, vol. 167, n° 11, pp. 1349-1356.

Faucher L. (2007), « Les émotions morales à la lumière de la psychologie évolutionniste ; le dégoût et l’évitement de l’inceste », dans Clavien C. & C. El-Bez (dir.), Morale et évolution biologique : entre déterminisme et liberté, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romande, pp. 108-141.

Haidt J. (2001), « The Emotional Dog and Its Rational Tail: A Social Intuitionist Approach to Moral Judgment », Psychological Review, vol. 108, n° 4, pp. 814-834.

Kaufmann L. (2011), « Social Minds », dans Jarvie I. & J. Zamora (dir.), The Sage Handbook of the Philosophy of Social Sciences, London, Sage Editions, pp. 153-180.

Kaufmann L. & F. Clément (2007), « Les formes élémentaires de la vie sociale », Enquête, n° 6, pp. 241269.

Kaufmann L. & L. Cordonier (2011), « Vers un naturalisme social », SociologieS [En ligne], Débats, Le naturalisme social, mis en ligne le 18 octobre 2011, Consulté le 21 novembre 2011. URL : http://sociologies.revues.org/index3595.html

Kelly D., Stich S., Haley K. J., Eng S. J. & D.M. Fessler (2007), « Harm, Affect, and the Moral/Conventional Distinction », Mind & Language, vol. 22, n° 2, pp. 117-131.

Mayr E. (1961), « Cause and Effect in Biology », Science, n° 134, pp. 1501-1506.

McElreath R., Boyd R. & P. J. Richerson (2003), « Shared Norms Can Lead to the Evolution of Ethnic Markers », Current Anthropology, vol. 44, pp.  22-130.

Molina E., Cervilla J., Rivera M., Torres F., Bellón J. Á., Moreno B., King M., Nazareth I. & B. Gutiérrez (2011), « Polymorphic Variation at the Serotonin 1-a Receptor Gene Is Associated with Comorbid Depression and Generalized Anxiety », Psychiatric Genetics, vol. 21, n° 4, pp. 195-201.

Nisan M. (1987), « Moral Norms and Social Conventions. A Cross-Cultural-Comparison », Developmental Psychology, vol. 23, n° 5, pp. 719-725.

Ogien A. (2011), « Les sciences cognitives ne sont pas des sciences humaines », SociologieS [En ligne], Débats, Le naturalisme social, mis en ligne le 18 octobre 2011, Consulté le 21 novembre 2011. URL : http://sociologies.revues.org/index3635.html

Prinz J. J. (2009), « Against Moral Nativism », dans Murphy D. et al. (dir), Stich and His Critics, Oxford, Wiley-Blackwell Editors, pp. 381-396.

Quéré L. (2011), « De vieilles obsessions sous des habits neufs ? », SociologieS [En ligne], Débats, Le naturalisme social, mis en ligne le 18 octobre 2011, Consulté le 21 novembre 2011. URL : http://sociologies.revues.org/index3744.html

Santos A., Meyer-Lindenberg A. & C. Deruelle (2010), « Absence of Racial, but Not Gender, Stereotyping in Williams Syndrome Children », Current Biology, vol. 20, n° 7, pp. R307-R308.

Stepanikova I., Triplett J. & B. Simpson (2011), « Implicit Racial Bias and Prosocial Behavior », Social Science Research, vol. 40, n° 4, pp. 1186-1195.

Turnbull C. M. (1987 [1972]), Les Iks : survivre par la cruauté, Nord-Ouganda, Paris, Éditions Plon.

Uher R., Caspi A., Houts R., Sugden K., Williams B., Poulton R., Moffitt T. E. (2011), « Serotonin Transporter Gene Moderates Childhood Maltreatment's Effects on Persistent but Not Single-Episode Depression: Replications and Implications for Resolving Inconsistent Results », Journal of Affective Disorders, vol. 135, n° 1-3, pp. 56-65.

Haut de page

Notes

1 Les patients atteints du syndrome de Williams ne ressentent aucune peur sociale, sont inhabituellement sympathiques, accessibles et ouverts aux personnes qui interagissent avec eux, même lorsque ces personnes leur sont complètement étrangères.

2 En sondant plus précisément le fonctionnement même de ces mécanismes, on peut également découvrir que l’ocytocine joue un rôle crucial (parmi d’autres facteurs causaux) dans ce rapport privilégié entre les parents et les enfants. À ce propos, voir Kaufmann & Cordonier, 2011.

3 Pensez par exemple aux conditions dans lesquelles devaient survivre les Iks décrits par Colin Turnbull (1987 [1972]).

4 Un régime totalitariste en temps de guerre par exemple peut aboutir à la propagation de convictions morales choquantes, à l’image de la période hitlérienne.

5 Vous pouvez en faire vous-même la désagréable expérience sur un site internet de l’Université de Harvard : https://implicit.harvard.edu/implicit/france/

6 Comme mentionné plus haut, une telle inclination peut être (et, de fait, l’est souvent) contrecarrée par des mécanismes cognitivo-sociaux de plus haut niveau.

7 Notons qu’une telle approche a l’avantage de nous absoudre de trouver des critères pour qualifier certaines espèces (par exemples les grands singes) mais pas d’autres, de proto-morales. Les corbeaux ou les poulpes par exemple n’entrent évidemment pas dans notre imaginaire romantique d’animal moral mais ils possèdent pourtant des facultés cognitives étonnamment développées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Clavien, « Nouvelle sociologie et morale naturalisée », SociologieS [En ligne], Débats, Le naturalisme social, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 02 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3904

Haut de page

Auteur

Christine Clavien

Première assistante au département d’écologie et d’évolution de l’Université de Lausanne, Suisse - christine.clavien@unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page