Navigation – Plan du site
Nouvelle théorie sociologique des professions

Grand résumé de Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France, 2011

Suivi d’une discussion par François Aballéa et Jean-François Orianne
Florent Champy

Notes de la rédaction

La discussion de l’ouvrage Nouvelle théorie sociologique des professions par François Aballéa est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/3924 et par Jean-François Orianne à l’adresse : http://sociologies.revues.org/3926

Texte intégral

1Malgré son titre, Nouvelle théorie sociologique des professions (désormais NTSP) vise à traiter de problèmes sociologiques qui, bien que susceptibles d’intéresser d’abord les sociologues des professions, concernent plus largement la sociologie contemporaine. En effet, ce livre part de problèmes rencontrés par la sociologie des professions, mais montre aussi que l’un d’eux au moins est emblématique de difficultés plus générales de la sociologie pour penser à la fois la stabilité des contraintes normatives sous-tendant l’action sociale et la diversité de cette dernière.

  • 1 Le bilan critique de la sociologie des professions, trop lourd pour être développé de façon totalem (...)

2L’étude sociologique des professions a connu deux approches successives opposées. Des années 1920 aux années 1950 voire 1960, le fonctionnalisme domine. Une approche concurrente, l’interactionnisme symbolique, se développe à Chicago à partir des années 1950 autour d’Everett Hughes et de jeunes chercheurs comme Howard Becker, Anselm Strauss et Eliot Freidson. Tout dialogue est impossible entre ces deux courants et, à la fin des années 1960, l’interactionnisme a éclipsé le fonctionnalisme. D’autres théories apparues ensuite (par exemple la théorie des marchés fermés en France), adoptent une conception des professions proche de celle des interactionnistes. Il n’est pas question de revenir au fonctionnalisme, dont les interactionnistes ont bien montré les limites, mais nous allons voir que l’approche interactionniste des professions soulève aussi des difficultés, ce qui incite à réfléchir à un dépassement 1. C’est à cette entreprise que NTSP est consacré.

3Ce livre débouche sur une nouvelle typologie des activités, qui ne sera pas présentée ici. Surtout, il met au jour un type particulier de professions, les professions à pratique prudentielle et cherche à montrer les enjeux théoriques et pratiques de leur étude, en présentant des programmes de recherche sur le travail, les marchés, les politiques, la segmentation ou encore les conséquences d’évolution des contextes de travail des professionnels sur leur activité, qui, faute d’avoir du sens pour d’autres objets, étaient auparavant inconcevables. Mais l’ambition de dépasser les oppositions du fonctionnalisme et de l’interactionnisme a aussi conduit à mener des réflexions sur les conceptions du social sous-jacentes aux paradigmes auxquels ces approches se rattachent, et sur les exigences paradigmatiques que la nouvelle théorie doit satisfaire. C’est par ce biais que la portée de ce travail dépasse la seule sociologie des professions. Ce résumé visera à présenter ces deux lectures de NTSP, depuis la sociologie des professions et depuis la sociologie générale, en commençant par le double diagnostic justifiant l’élaboration d’une nouvelle théorie.

Un double diagnostic

Les antinomies de la sociologie des professions

  • 2 Une troisième antinomie concerne les protections de l’autonomie conférées aux professions au sens f (...)

4Le livre part de deux antinomies en apparence insurmontables entre les deux approches des professions. Selon les fonctionnalistes (qui s’appuient sur l’acception anglaise de « profession », qui désigne les métiers les plus qualifiés, les mieux protégés et les plus prestigieux, dont la médecine est l’archétype), seuls les métiers dont l’exercice suppose la maîtrise de savoirs de haut niveau et dont les membres font passer l’intérêt de leur client avant le leur, peuvent accéder au statut de profession. Mais les interactionnistes ont fait remarquer que des métiers qui ne sont pas considérés comme des professions – par exemple les plombiers – utilisent aussi des savoirs ésotériques et que le désintéressement prétendu des professionnels reconnus est largement fictif. Ils nient donc toute différence entre le travail des professions, au sens des fonctionnalistes et celui d’autres métiers. Fonctionnalistes et interactionnistes désignent donc un objet différent quand ils parlent de professions. C’est l’antinomie de la spécificité. La deuxième antinomie concerne l’unité des professions. Les fonctionnalistes s’attachent à la faire ressortir en étudiant par exemple les valeurs qui seraient communes à tous les membres d’une même profession, tandis que les interactionnistes insistent sur ce qui est susceptible de diviser les professions en segments différenciés. Ainsi, alors que les fonctionnalistes avaient une conception substantialiste des professions, les interactionnistes, plus attentifs aux processus sociaux, y voient des constructions à la fois contingentes et instables 2.

5Les critiques que les interactionnistes ont faites aux fonctionnalistes sont définitives, mais la position des sociologies qui ont repris la conception interactionniste des professions butte aussi sur des difficultés. Prenons deux exemples, en commençant par leur approche de la diversité. Dans un article de 1961 devenu classique, Rue Bucher et Anselm Strauss avaient élaboré un programme visant à étudier la différenciation interne des professions. Ils percevaient alors cette innovation autant comme un complément de l’approche fonctionnaliste de l’unité – un dépassement étant considéré comme envisageable – que comme une alternative. Mais aujourd’hui, les sociologues y voient le seul programme de recherche légitime et ont perdu de vue que l’unité d’une profession peut aussi être étudiée. NTSP se propose donc de reconsidérer cette question. Le deuxième exemple de difficulté concerne la spécificité des professions, les interactionnistes ne convainquant pas qu’il faut étudier tous les métiers de la même façon : certaines activités ont des propriétés particulières dont la perspective interactionniste ne rend pas compte, comme la forte propension de leurs membres à politiser leur activité en s’engageant en faveur de conceptions particulières du travail. Or, comme nous le verrons, ce trait de certaines professions n’est pas anecdotique. Il s’explique par la nature singulière du travail des professions à pratique prudentielle.

Conceptions objectiviste et relativiste du social

  • 3 Ces ancrages paradigmatiques expliquent bien sûr l’accent que fonctionnalistes et interactionnistes (...)

6Le clivage qui traverse la sociologie des professions existe dans d’autres champs et repose sur une opposition paradigmatique entre deux conceptions générales du social. Le fonctionnalisme, qui se rattache au paradigme des faits sociaux, insiste sur la stabilité de l’ordre social permise par les interdépendances fonctionnelles entre des institutions qui concourent à la reproduction du système social. Mais cette approche objectiviste du social repose sur une conception trop déterministe des actions individuelles – conçues comme le reflet des institutions qui les contraignent – et trop stable de l’ordre social. À l’inverse, l’interactionnisme symbolique, qui relève du paradigme de l’action sociale, insiste sur la relative indétermination du monde social, dont il étudie la construction dans le cadre d’interactions toujours localisées entre des acteurs particuliers dotés d’une certaine autonomie 3. Cette conception du social est à la fois plus réaliste et plus riche empiriquement que celle des fonctionnalistes. Mais sa mise en œuvre débouche souvent, comme c’est le cas en sociologie des professions, sur une perte de substance, c’est-à-dire de consistance et de stabilité, des phénomènes étudiés : l’idée d’institutions différenciées ou de normes qui transcenderaient les situations d’interaction dans le temps et l’espace n’est pas explicitement récusée, mais les programmes de recherche de l’interactionnisme n’en proposent pas l’étude, aboutissant à une surestimation de la labilité des phénomènes sociaux, comme cela apparaîtra plus clairement quand je présenterai le regard alternatif proposé par NTSP. À ce niveau aussi, un dépassement s’impose.

7NTSP se positionne par rapport aux deux paradigmes précédents en cherchant à penser ensemble les contraintes stables qui servent de cadre aux acteurs, la latitude dont ces derniers disposent pour leurs actions, l’usage qu’ils font de cette latitude et les effets sociaux de leurs actions. Il s’appuie sur une conception de la contrainte normative institutionnalisée empruntée à un article de Marcel Mauss et Paul Fauconnet (1901) et que l’on peut aussi résumer en citant Peter Berger : « Il est tout à fait exact de dire que la société est un fait objectif, qu’elle nous contraint et même qu’elle nous crée. Mais il est aussi exact de dire que, par les significations engagées dans nos actions, nous contribuons à soutenir l’édifice social et qu’à l’occasion nous pouvons également contribuer à le changer » (Berger, 1963, p. 168). Le cadre paradigmatique choisi n’est donc pas original. Ce qui l’est plus, c’est la construction systématique d’une théorie qui relève explicitement de ce paradigme, s’ancre dans un diagnostic précis des difficultés d’un champ particulier de la sociologie et s’appuie sur un travail empirique original.

8En effet, si le projet est théorique, la démarche est empirique. NTSP s’appuie sur une série d’enquêtes sur l’architecture, dont l’étude approfondie sert d’ancrage à la théorisation. Des comparaisons avec d’autres professions interviennent dans un second temps pour éprouver et affiner la théorie. Le protocole d’enquête élaboré vise à résoudre en premier lieu l’antinomie de l’unité et de la diversité, qui est l’opposition la plus fondamentale entre les deux traditions de recherche sur les professions. Comment concilier l’ambition, présente chez les fonctionnalistes, de décrire un phénomène dans sa généralité, avec l’attention à la diversité des pratiques sociales et à la labilité du social, qui est une richesse de l’interactionnisme ? Que peut dire un sociologue de général sur un objet tel que l’architecture, sans risquer de sous-estimer la variabilité des pratiques sociales qui lui sont associées et d’en donner une vision exagérément fixiste ?

L’objectivation de l’unité

9Le premier volet de la recherche consiste à objectiver l’unité. L’étude de la diversité ne viendra qu’ensuite, éclairée par ce qui aura été dit de général sur l’architecture. Mais pour échapper au risque de réifier une conception particulière de la pratique architecturale, l’enquête sur l’unité part de matériaux portant sur des contextes spatio-temporels très différents : traités et manifestes d’architecture de différentes périodes, observation du suivi de projets dans des écoles d’architecture en France et aux États-Unis et données collectées lors de recherches antérieures sur des opérations récentes. L’unité est pensée successivement à deux niveaux : la culture architecturale d’une période puis, plus audacieusement, l’identité de l’architecture au cours du temps.

L’unité de la culture professionnelle

10En premier lieu, tous les architectes d’une époque travaillent avec une même culture architecturale, définie comme un système, à la fois habilitant et contraignant pour leurs pratiques, de valeurs épistémico-déontiques (ou critères d’évaluation des projets en cours ou achevés), de savoirs et de savoir-faire. Cette culture pourrait donner lieu à des développements infinis et, malgré un matériau important, la reconstruction proposée dans le livre constitue déjà une schématisation. Il est donc impossible de la présenter systématiquement ici. Insistons plutôt sur ses propriétés et sur les bénéfices théoriques de sa description.

  • 4 La comparaison entre ces pays montre que les différences sont mineures au regard de la structure et (...)

11La culture professionnelle étant un système, son étude met au jour les interdépendances entre ses composantes. Une sorte de petit manuel de la conception architecturale, élaboré notamment grâce à l’observation du travail d’enseignants et enchâssé dans le texte, montre ainsi comment les savoirs et les savoir-faire collectifs (la maîtrise d’un processus de conception, dont les opérations constitutives – cognitives et pratiques – sont décrites ; différents types de dessins ; des références à l’histoire de l’architecture, etc.) servent à concevoir des projets satisfaisant l’ensemble des valeurs (ou critères) que toute pratique architecturale doit prendre en compte. Cette culture s’impose à tous les architectes, au moins en France et aux États-Unis 4 : il serait hasardeux d’espérer surmonter les nombreuses difficultés posées par un projet d’architecture sans s’aider de ce que les architectes savent de l’ordre dans lequel les résoudre, de l’aide que divers types de dessins peuvent procurer aux différents stades de la conception, de solutions éprouvées lors d’opérations antérieures, etc. Mais tous les architectes n’abordent pas pour autant une même situation de conception de la même façon, la culture ne donnant pas de protocoles directement applicables, mais seulement des outils à mettre en œuvre réflexivement. Et même, des indéterminations de la pratique inscrites au cœur même de la culture mettent les architectes face à l’obligation de procéder à des choix. L’étude de la culture permet ainsi, comme nous le verrons, de saisir des principes originaux de variations des pratiques.

12La mise au jour de la culture professionnelle des architectes permet ainsi de rompre avec la tendance de la sociologie actuellement dominante à voir les professions comme des agrégations de segments n’ayant rien de significatif en commun : c’est la maîtrise de la même culture qui donne son unité à la profession. Elle jette de plus une lumière originale sur les variations des pratiques, dont l’étude était un point fort de cette sociologie. Mais la théorie ne s’en tient pas là, puisque l’enquête vise aussi à faire ressortir ce qui donne son identité au cours du temps à l’architecture, au moins dans la tradition occidentale.

Construction de la culture et identité de l’activité

13Des travaux d’historiens et la confrontation de traités plus ou moins anciens (de celui de Vitruve, au 1er siècle avant J.-C., au manifeste postmoderne de Robert Venturi, paru en 1966), permettent de montrer comment la culture architecturale contemporaine s’est construite : la comparaison de cultures de différentes époques permet d’identifier un noyau qui leur est commun, de faire ressortir l’inégale ancienneté des composantes de la culture contemporaine et de montrer comment les pratiques architecturales font varier les composantes labiles de cette culture.

14Très labiles, les savoirs sont continûment modifiés et enrichis par la pratique, qui fait notamment émerger des dispositifs architecturaux nouveaux et en rend d’autres obsolètes. Les savoir-faire ont été construits au cours des siècles à partir d’une innovation de la Renaissance, l’utilisation du dessin en perspective, qui permet de choisir une forme générale dès le début de la conception, puis de l’étudier et de lever peu à peu les indéterminations du projet grâce aux opérations successives constitutives du processus de conception. Malgré la complexification et les enrichissements dont le processus et l’usage du dessin ont fait l’objet – de nouvelles techniques de représentations sont apparues – cette approche du projet, fondamentalement différente de celle que des historiens décrivent pour le Moyen-Âge, constitue un mode de pensée de l’espace en construction qui donne déjà à l’architecture une stabilité séculière. Mais ce sont les valeurs que toute construction doit satisfaire pour être reconnue comme réalisation architecturale qui, variant peu dans le temps, constituent le noyau stable dont l’objectivation permet d’expliciter ce qu’est l’architecture depuis plus de deux millénaires dans la tradition occidentale. Concevoir un projet d’architecture, c’est toujours concevoir un objet qui satisfasse une série de critères qui servent à des degrés divers l’harmonie interne, l’harmonie externe, le respect des contraintes de la construction, le respect des contraintes du site ou, pour certains de ces critères, plusieurs de ces quatre exigences, même si le contenu précis de ces exigences peut changer.

  • 5 La consistance des choix effectués (valeur de nécessité), la valeur d’usage du bâtiment, l’économie (...)
  • 6 Les trois dernières (originalité, intégration harmonieuse au site et lisibilité) sont apparues entr (...)

15L’usage de la très longue durée permet donc de franchir un palier dans l’enquête sur la stabilité des contraintes normatives de la pratique architecturale, en élaborant une définition de l’architecture empiriquement fondée et pourtant quasiment atemporelle. L’argumentation mérite que l’on s’attarde, car tant la démarche que la conclusion sur les valeurs sont en rupture avec les normes dominantes de la méthodologie sociologique. Tout d’abord, il peut sembler absurde de traiter de 2000 ans d’histoire de l’architecture en un chapitre (chapitre 2). Mais ce problème doit être abordé au vu du projet théorique : le matériau historique est intégré dans une démonstration dont seule la robustesse compte ici. L’observation des enseignements dans les écoles avait conduit à identifier dix valeurs permettant de subsumer l’ensemble des critiques des enseignants aux projets des étudiants 5. L’étape suivante consiste à établir l’ancienneté des valeurs. Grâce au traité de Vitruve, établir que sept de ces valeurs sont vieilles d’au moins 2000 ans ne présente aucune difficulté 6. Puis la discussion s’engage sur leur présence continue au fil de l’histoire. Mais cette continuité est indémontrable et toute tentative de surmonter cette impossibilité par l’accumulation de matériau historique aurait été vaine. La solution adoptée repose sur le caractère falsifiable de la thèse avancée : c’est à la critique d’opposer une exception. Pour convaincre le lecteur, je réfute cependant par anticipation les arguments probables d’une tentative de falsification, en portant le regard sur des moments de l’histoire de l’architecture considérés comme des ruptures (la Renaissance ; le passage du modernisme au post-modernisme) et en faisant ressortir la continuité remarquable des valeurs servies.

16Mais l’affirmation que des valeurs très générales donnent son identité à l’activité ne pêche-t-elle pas par un niveau d’abstraction tel qu’il viderait les conclusions avancées de tout contenu ? Le temps suivant de la démonstration réfute cette objection. Certes, l’unité d’une œuvre, par exemple, n’est pas obtenue de la même façon sous Vitruve et aujourd’hui. Mais paradoxalement, les valeurs abstraites sont aussi contraignantes, sinon plus, que les normes particulières qui leur donnent leur contenu. Ainsi, aucun bâtiment ne peut être dépourvu d’un usage, alors même que la destination d’un bâtiment peut varier considérablement au cours de sa conception, comme l’illustre le cas de grands projets culturels : la norme précise (respect de tel usage) constitue une contrainte moins forte que la valeur abstraite (valeur d’usage), puisqu’elle s’adapte au cours de la conception pour permettre que cette dernière soit respectée. D’autres exemples illustrent comment les jeux avec le contenu concret d’une valeur facilitent le respect de cette valeur prise abstraitement. Enfin, un dernier argument en faveur de la place donnée à l’abstraction consiste à noter que les conclusions qui reposent sur son usage ne sont pas seulement une fin en soi. Elles vont permettre de poursuivre la construction de la théorie dans plusieurs directions et, en modifiant le regard que nous portons sur les pratiques, peuvent alimenter des programmes de recherches empiriques originaux.

Professions à pratique prudentielle, formes de l’autonomie et diversité des pratiques

17NTSP s’appuie sur l’étude de la culture pour progresser sur trois thèmes étroitement liés : les spécificités des professions à pratique prudentielle (désormais PPP), la diversité de leurs pratiques, pour en finir avec l’antinomie de l’unité et les débats sur l’autonomie professionnelle.

Les professions à pratique prudentielle

18Les PPP ne sont pas exactement celles auxquelles les fonctionnalistes s’étaient intéressés. Médecins, avocats, magistrats, enseignants, mais aussi policiers en font partie, alors que des professions au sens fonctionnaliste, comme les commissaires-priseurs, ne semblent pas devoir être rattachées à l’idéaltype des PPP. La construction systématique de cet idéaltype, dans le chapitre 4, permet ainsi d’échapper à la fois à la définition fonctionnaliste discréditée par les critiques des interactionnistes et à la position de ces derniers qui, en affirmant l’indistinction de tous les types de métiers, ont fermé la porte à des programmes de recherche adaptés à des types particuliers d’activités. La rupture avec la définition fonctionnaliste consiste à mettre au cœur de la théorie le contenu du travail professionnel et notamment les spécificités des opérations cognitives et pratiques qui le permettent. Mais, toutes les activités étant susceptibles de prudence, la caractérisation des PPP ne repose pas sur la seule présence de la prudence. Elle se fonde sur l’articulation de cette dernière avec d’autres traits comme l’importance des savoirs abstraits, sur l’extension de la prudence au cœur du travail et, surtout, sur ses effets sociaux, qui concernent notamment la forte propension à l’engagement déjà évoquée et les formes de la segmentation professionnelle.

19Le concept de prudence a été forgé par Aristote pour désigner un mode de connaissance et d’action pertinent quand l’application directe de savoirs scientifiques ou de routines est mise en défaut par la complexité et la singularité de la situation ou du problème à traiter. Cette complexité et cette singularité ont pour conséquence l’irréductible incertitude des résultats du travail professionnel (aléas du maintien de l’ordre, réactions variables des patients à un même traitement, inégale compréhension d’un même enseignement par différents élèves, etc.) et, partant, les difficultés particulières rencontrées pour formaliser ce travail. C’est pourquoi les professionnels doivent faire preuve de prudence. Cela veut dire principalement deux choses : pour pouvoir prendre des décisions sans en maîtriser tous les effets, ils effectuent des paris quant à ces derniers ; ils engagent des délibérations portant non seulement sur les moyens mis en œuvre dans leur travail, mais aussi sur les objectifs poursuivis. Essentiel pour la suite de la théorie, ce dernier point mérite une explication. La complexité des cas traités faisant qu’il est souvent impossible de satisfaire entièrement chacune des fins que le professionnel devrait idéalement viser, ce dernier doit opérer des choix pour lesquels il pondère le poids des différents objectifs de la pratique. Par exemple, un médecin doit parfois choisir entre des stratégies thérapeutiques présentant toutes des inconvénients : effets secondaires, accoutumance, risques, etc., ce qui suppose de pondérer l’importance de différents critères d’évaluation des traitements possibles. En architecture, les tensions entre les valeurs servies rendent aussi nécessaires les délibérations sur la hiérarchie des fins de l’activité. On retrouve ici un des traits de la culture professionnelle : être contraignante – les valeurs doivent être prises en compte – tout en mettant le professionnel face à la nécessité d’une délibération portant non seulement sur les moyens mais aussi sur la hiérarchie des fins de son travail. Soigner, éduquer, concevoir un bâtiment, juger, maintenir l’ordre, c’est souvent chercher un équilibre pertinent entre des fins difficiles à concilier.

20Appliquer le concept de prudence aux professions n’est pas original : Aristote lui-même avait pris la médecine en exemple et un texte de Paul Ricœur traite de la dimension prudentielle du jugement médical et du jugement judiciaire (Ricœur, 2001). Mais la construction des PPP en objet d’étude sociologique ouvre des perspectives de recherche dans plusieurs directions. Deux d’entre elles sont longuement abordées dans NTSP : la diversité des pratiques et les entraves à l’autonomie professionnelle.

Segmentation agonistique des PPP et production de la société

  • 7 La plupart des architectes des CIAM étaient de gauche. Un autre exemple est donné par la critique d (...)
  • 8 Après 1945, l’engagement en faveur de l’architecture moderne de ministres successifs de la Reconstr (...)
  • 9 Un des exemples présentés porte sur deux réformes successives des politiques de construction des hô (...)

21De façon générale, la diversité des pratiques liées à une activité résulte des multiples indéterminations que les savoirs et savoir-faire laissent subsister au cœur de cette activité. Dans le cas des PPP, la délibération sur la hiérarchie des fins de l’activité constitue en outre la source d’une forme particulière de cette diversité : la segmentation agonistique. En effet, si cette délibération peut être le fait de professionnels individuellement (ou de collectifs de professionnels, mais toujours dans le cadre de la pratique sur le lieu de travail), il arrive cependant aussi que des professionnels s’organisent en un segment qui tente d’imposer comme norme une hiérarchisation particulière des valeurs, au détriment d’une conception différente défendue par d’autres membres de la profession. NTPS analyse ce type de processus à partir notamment du cas des Congrès internationaux d’architecture moderne (CIAM), qui se réunissent de 1928 à 1956 pour critiquer le primat donné à l’esthétique par l’architecture des Beaux-Arts et élaborer une nouvelle doctrine de l’architecture qui a un impact considérable sur la Reconstruction après la seconde guerre-mondiale, en réévaluant les valeurs d’usage et d’économie, auxquelles ils consacrent des réflexions originales. Ce schème permet de rendre compte de plusieurs phénomènes sans équivalents pour des activités non prudentielles : propension de professionnels à s’engager en faveur d’une conception particulière de leur activité et rôle déterminant de leurs identités individuelles dans ces engagements 7 ; modalités originales de la compétition intraprofessionnelle ; structuration de marchés des services professionnels sur la base d’appariements entre des commanditaires et des professionnels partageant une même conception de la hiérarchie des valeurs 8 ; processus conflictuels de redéfinition des politiques dans lesquelles les professionnels interviennent 9 ; effets sur les carrières des professionnels de choix politiques concernant le cœur même de leur activité. Il montre l’intérêt de considérer les membres des PPP comme des acteurs contribuant de façon significative à la production de la société : souvent relayés à l’extérieur, ayant parfois des effets considérables sur les services offerts, les débats permis par la segmentation agonistique sont des contributions à la réflexion de la société sur des thèmes politiques importants, dont l’organisation de la ville et la coexistence de différents groupes sociaux, ou la prise en charge des mourants, déjà évoquées, ne sont que des exemples (Champy, 2012).

Les débats sur l’autonomie professionnelle

22Mais il n’y a aucune raison de penser que ces processus liés à l’exercice de l’autonomie professionnelle sont intangibles. Ainsi, la mise au jour des PPP permet aussi de progresser sur la question, souvent abordée en sociologie des professions, des entraves à l’autonomie professionnelle. Ce thème a fait couler beaucoup d’encre, mais sans permettre de conclusion solide sur la réalité de ces entraves. Par crainte de réifier une conception particulière de l’activité, les sociologies post-interactionnistes adoptent une perspective relativiste sur le travail, ce qui leur interdit d’étudier dans quelle mesure la pertinence ou la qualité de ce dernier est remise en question par les évolutions des conditions de travail des professionnels. À l’inverse, des définitions assez précises de l’autonomie professionnelle, que ce soit au niveau d’un métier particulier (avec la description des modes de pensée des architectes) ou des PPP en général (avec la référence aux délibérations prudentielles), permettent de reposer cette question de façon plus précise et plus féconde. Les opérations constitutives de la pratique architecturale sont-elles modifiées par les évolutions des contextes de travail ? Les professionnels bénéficient-ils encore des conditions qui sont indispensables à des délibérations prudentielles : temps de la réflexion, vue d’ensemble sur les cas dont ils traitent, latitude dans la recherche d’équilibre entre des valeurs possiblement concurrentes, etc. ? Enfin, sont-ils encore en mesure de s’organiser, collectivement, pour entreprendre la critique des formes courantes de leur activité et proposer une alternative ?

23Le dernier chapitre de NTSP analyse quatre évolutions et montre comment elles sont susceptibles de faire obstacle à la pensée architecturale de l’espace telle qu’elle s’est mise en place depuis la Renaissance et à la dimension prudentielle de l’activité : l’augmentation de la division du travail, la normalisation croissante de la conception, la place grandissante donnée par les commanditaires à des critères objectifs dans l’évaluation des projets et la rigidification du processus collectif de conception par la contractualisation des résultats des étapes intermédiaires du travail. Il s’agit moins de conclure – d’autres enquêtes seront nécessaires pour mesurer l’ampleur des conséquences sur le travail – que d’illustrer une démarche permettant de renouveler les débats sur l’autonomie professionnelle. Les enjeux sont autant pratiques que scientifiques et ne concernent pas que les professionnels : ce sont la pertinence des choix effectués par ces derniers et donc la qualité de leur travail, qui sont en question. De plus, puisque des controverses lancées par les professionnels sur les normes de leur pratique ont contribué à la réflexion de nos sociétés sur des questions politiques importantes, alors la menace sur l’autonomie, si elle était avérée, pourrait constituer une régression de nos sociétés démocratiques.

24Il faut maintenant souhaiter que d’autres pistes, qui n’ont pas été explorées dans l’ouvrage, le soient : l’identification des PPP vaut autant par les nouvelles innovations théoriques qu’elle permettra, que par celles qui l’accompagnent déjà. Nous venons de voir que certaines orientations de recherche sur cet objet sont susceptibles de propulser la sociologie des professions au cœur de l’étude d’évolutions majeures, parfois politiques, de nos sociétés. Mais c’est seulement en sortant des apories où une lecture simplificatrice de l’interactionnisme a conduit l’étude des professions et, plus fondamentalement, en abandonnant sa perspective relativiste sur le travail professionnel pour s’autoriser à penser des critères objectifs de la qualité de ce travail (sans pour autant essentialiser une conception particulière de l’activité), que cette sociologie pourra tenir ces promesses.

Haut de page

Bibliographie

Aubenque P. (1997 [1963]), La Prudence chez Aristote, Paris, Presses universitaires de France.

Berger P. L. (2006), Invitation à la sociologie, Paris, Éditions La Découverte.

Bucher R. & A. Strauss (1992 [1961]), « La dynamique des professions », dans Strauss A., La Trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 67-86.

Castra M. (2003), Bien mourir. Sociologie des soins palliatifs, Paris, Presses universitaires de France.

Champy F. (2009), La Sociologie des professions, Paris, Presses universitaires de France.

Champy F. (2012), « Activités prudentielles et production de la société », dans Sainsaulieu I. & M. Surdez, Travail et politique, Paris, Éditions Armand Colin.

Marcel M. & P. Fauconnet (1901), « La sociologie, objet et méthode », extrait de « La sociologie », dans La Grande Encyclopédie, vol. 30, Société anonyme de la Grande Encyclopédie, Paris, consulté sur le site Les classiques des sciences sociales : http://classiques.uqac.ca/classiques/mauss_marcel/essais_de_socio/T1_la_sociologie/la_sociologie.html

Ricœur P. (2001), Le Juste II, Paris, Éditions Esprit, « Les trois niveaux du jugement médical », pp. 227-243 et « La prise de décision dans l’acte médical et dans l’acte judiciaire », pp. 245-255.

Haut de page

Notes

1 Le bilan critique de la sociologie des professions, trop lourd pour être développé de façon totalement satisfaisante dans NTSP où il n’est donc que résumé, a fait l’objet d’un ouvrage autonome (Champy, 2009).

2 Une troisième antinomie concerne les protections de l’autonomie conférées aux professions au sens fonctionnaliste : protection du titre, monopole d’exercice, contrôle par la profession du travail de ses membres, etc. Pour les fonctionnalistes, ce statut particulier, nécessaire à la conduite du travail, s’explique par sa fonction sociale. Pour les interactionnistes, c’est le résultat contingent de luttes motivées par la recherche de prestige et d’avantages économiques. Mais NTSP est surtout consacré aux antinomies de la spécificité des professions et de leur unité.

3 Ces ancrages paradigmatiques expliquent bien sûr l’accent que fonctionnalistes et interactionnistes mettent respectivement sur l’unité et la diversité interne des professions.

4 La comparaison entre ces pays montre que les différences sont mineures au regard de la structure et des composantes communes.

5 La consistance des choix effectués (valeur de nécessité), la valeur d’usage du bâtiment, l’économie de son organisation, sa solidité, son unité, son originalité, sa lisibilité, la différenciation de ses parties et enfin la fonctionnalité et l’harmonie de son intégration dans le site. Ces valeurs s’expliquent par des exigences plus générales associées à toute réalisation architecturale : être un objet fonctionnel et harmonieux en même temps qu’un élément d’un site. On les retrouve dans des concours d’architecture et plus généralement dans tous les textes ou discours où les architectes font preuve de réflexivité à l’égard d’un projet.

6 Les trois dernières (originalité, intégration harmonieuse au site et lisibilité) sont apparues entre la Renaissance et le xixe siècle, des évolutions contextuelles les ayant rendues nécessaires pour que la culture puisse continuer à remplir les fonctions pour lesquelles les sept autres valeurs suffisaient auparavant. Par exemple, la diversification des programmes et des matériaux et la complexification de la ville rendent de plus en plus incertaine l’intégration harmonieuse d’un bâtiment dans son site, ce qui provoque l’explicitation de cette valeur. Les valeurs récentes confortent donc la stabilité de l’architecture, qui s’adapte pour continuer à remplir ses fonctions.

7 La plupart des architectes des CIAM étaient de gauche. Un autre exemple est donné par la critique de dérives de la médecine curative et l’engagement en faveur des soins palliatifs, au nom du confort du malade et du respect de la dignité humaine, de médecins souvent catholiques (Castra, 2003).

8 Après 1945, l’engagement en faveur de l’architecture moderne de ministres successifs de la Reconstruction permet son succès.

9 Un des exemples présentés porte sur deux réformes successives des politiques de construction des hôpitaux franciliens.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Florent Champy, « Grand résumé de Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France, 2011 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Nouvelle théorie sociologique des professions, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 06 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3922

Haut de page

Auteur

Florent Champy

Directeur de recherche au CNRS, CESPRA – EHESS - champy@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page