Navigation – Plan du site
Nouvelle théorie sociologique des professions

Au-delà des professions : le holisme compréhensif, la règle et la méthode

Discussion de l’ouvrage de Florent Champy Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France, 2011
François Aballéa

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de Nouvelle théorie sociologique des professions par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/3922, et la discussion par Jean-François Orianne à l’adresse : http://sociologies.revues.org/3926

Texte intégral

1Florent Champy avait publié en 2009 un petit ouvrage intitulé La Sociologie des professions, aux Presses universitaires de France (Champy, 2009). Bien qu’inscrit dans la collection Quadrige Manuels, le livre que découvrait le lecteur était bien plus qu’un manuel si en tout cas on entend par là un ouvrage faisant l’état de la question sur un sujet donné à un moment donné. En effet, si l’auteur passait en revue les grands courants théoriques qui structurent le champ, s’il faisait bien l’inventaire des concepts propres à chacun d’eux, s’il faisait mention des œuvres les plus marquantes, notamment de celles qui manifestent un infléchissement des approches dominantes, s’il mentionnait les grands auteurs qui ont animé les controverses etc., son ouvrage allait bien au-delà de ce que l’on s’attend habituellement à trouver dans un manuel. On y découvrait déjà l’amorce d’une nouvelle théorie des professions qui se proposait de dépasser les apories des deux principaux courants qui ont structuré le champ, le courant structuro-fonctionnaliste illustré entre autres, à la suite des travaux fondateurs d’Alexander M. Carr-Saunders et Paul A. Wilson, par Talcott Parsons et Robert K. Merton et le courant interactionniste ou critique illustré par Everett Hughes, Anselm Strauss, Eliot Freidson et Cynthia Baker entre autres. C’était du reste plus particulièrement ce dernier courant qui était au cœur de sa réflexion. Et ceci pour au moins trois raisons. La première, parce que les critiques que les interactionnistes ont portées au courant fonctionnaliste lui paraissent pour une large part définitives et qu’il n’était donc pas nécessaire de s’y appesantir. En deuxième lieu et pour cette raison, parce que l’approche interactionniste des professions lui apparaît aujourd’hui le courant dominant, hégémonique, notamment en France à travers ce que l’on appelle parfois la « sociologie française des professions » ou plus précisément des groupes professionnels illustrée, entre autres, par Claude Dubar, co-auteur lui-même d’un manuel (Dubar & Tripier, 1998). Enfin parce que ce courant fait aujourd’hui l’objet d’une réévaluation au sein même de la sociologie américaine qui l’a forgé et parfois à l’initiative de certains de ses plus éminents représentants comme Eliot Freidson, mais qui ne lui parait pas encore aboutie.

Un changement de paradigme

2C’est cette nouvelle théorie des professions que l’ouvrage présenté par son auteur cherche à fonder et à développer. Ce que propose Florent Champy, ce n’est rien moins qu’un changement de paradigme au sens où Thomas S. Kuhn entendait ce mot, c’est-à-dire une révolution scientifique (Kuhn, 1983). Curieusement d’ailleurs, l’auteur n’utilise pas, dans l’ouvrage de référence, ce terme et cette perspective sauf lorsqu’il parle des différents courants et des différentes écoles qui ont historiquement structuré le monde de l’architecture en soulignant d’ailleurs leur inadéquation partielle du fait que l’architecture n’est pas une science. On sait que pour Thomas S. Kuhn, la « science  normale » se développe à l’intérieur d’un paradigme en cherchant à résoudre toutes les « énigmes » qu’il soulève et à répondre à toutes les questions qui font sens à l’intérieur de celui-ci. De ce point de vue, reconnaît d’ailleurs Florent Champy, le paradigme interactionnistes a été très productif si l’on en juge par le nombre et la qualité des recherches qu’il a initiées et l’ampleur des résultats auxquels il est parvenu. Mais il arrive un moment, nous dit l’auteur de La Structure des révolutions scientifiques, où le paradigme rencontre des « anomalies », c’est-à-dire voit certaines de ses conclusions contredites par la réalité ou en tout cas se montre incapable de résoudre certains problèmes ou certaines contradictions, ou encore arrive un moment où les chercheurs ne peuvent plus éluder des questions qui ne faisaient pas sens jusque là. À ce moment, s’amorce une « révolution scientifique », un changement de paradigme, c’est-à-dire une refondation du champ autour d’une nouvelle théorie, de nouveaux concepts, de nouvelles méthodes et de nouvelles questions et en établissant la cohérence entre ces divers éléments. C’est ce que tente de faire Nouvelle théorie sociologique des professions.

3En effet, la réalité vient contredire certaines des conclusions des paradigmes fonctionnaliste – ce qui a déjà été mis en évidence par les sociologues de la deuxième École de Chicago – et interactionniste – ce qui a moins souvent été souligné. Deux entorses à la réalité ou deux « vérités indépassables » de ce dernier paradigme viennent le mettre à mal. Première vérité contestable, selon Florent Champy, il n’y aurait pas de spécificité à l’intérieur des activités professionnelles entre celles que l’on désigne par profession et les autres, ce que postulerait notamment la sociologie française des professions. Or une telle affirmation ne résiste pas à l’examen des faits si l’on observe que certaines activités, constitutives de ce que l’on appelle habituellement des professions, comme l’architecture, la médecine ou les professions juridiques, font l’objet d’un débat de nature politique alors que d’autres, comme la boulangerie ou la plomberie, ne le font pas, ce qui est bien l’indice d’une spécificité des premières. Une deuxième affirmation parait contestable au regard des faits : le caractère contingent des statuts octroyés aux professions. Certes, comme l’a bien montré la critique interactionniste à l’encontre de l’approche fonctionnaliste, les professions reconnues se sont battues pour faire reconnaître leur légitimité et obtenir les droits exorbitants afférents. Mais cette contingence doit être mise en parallèle avec le constat du caractère sinon universel en tout cas très général des protections dont bénéficient les mêmes professions à travers le monde alors que d’autres n’en bénéficient nulle part.

4Face à ce constat selon lequel la réalité vient contredire la théorie, se posent inéluctablement de nouvelles questions qui ne faisaient pas sens dans les paradigmes précédents et notamment celle de l’unité et de la diversité interne des professions, soit parce que le paradigme fonctionnaliste postulait l’unité et la substance, soit parce que la sociologie critique affirmait la diversité. Les sociologues interactionnistes, à la suite de Rue Bucher et Anselm Strauss, ont fortement souligné cette segmentation à l’encontre de l’unité postulée par les fonctionnalistes, ce qui a renouvelé le regard et produit des analyses empiriques très fines. Mais ce faisant, ils ont perdu l’unité au point que l’on peut se demander parfois de quel ensemble le groupe en question est le segment. Peut-on seulement parler de segment professionnel si on ne parle pas de profession ou si son unité est dissoute ? En réalité, ils ont été incapables de penser à la fois l’unité constitutive de la profession – ce qui fait qu’il y a bien des architectes ou des médecins qui se reconnaissent et sont reconnus comme tels – et sa diversité interne que caractérisent les styles, les écoles, les courants de pensées constitutives et qui fondent les segments. Ils n’ont pas réussi à penser, ensemble, les systèmes de contraintes dans lequel s’insère la profession et les marges de liberté que non seulement elle tolère mais impose parfois à ses membres.

5C’est à mieux s’accorder avec les faits et à répondre à cette question que s’attache Florent Champy. Pour ce faire, il propose une nouvelle théorie, un nouveau paradigme. Mais au regard de ce qu’avance Thomas S. Kuhn, un nouveau paradigme pour s’imposer doit pouvoir répondre à la fois aux questions que résolvaient les anciens paradigmes, fonctionnaliste – celle de l’unité et de la pertinence des professions – interactionniste – celle de la segmentation et des processus de légitimation – et aux nouvelles. Il propose donc une nouvelle théorie et une nouvelle démarche.

Une nouvelle démarche : « la pensée par cas »

6La pensée par cas se veut une démarche méthodologique cohérente avec son programme de recherche. Elle permet de fonder la validité des conclusions que l’on peut tirer de l’analyse d’un phénomène social, à partir de l’analyse approfondie d’un cas en le resituant dans l’espace et dans le temps. Il s’agit d’une approche que l’on peut qualifier à la fois d’historique, d’empirique et de comparative à condition de bien s’entendre sur les termes. Historique ne signifie pas refaire l’histoire d’un groupe professionnel à travers les âges, ce qui dans beaucoup de cas serait hors de portée du sociologue, mais repérer dans la longue durée les moments clés de son développement au travers d’un certain nombre d’indices ou de sources significatives comme le sont, par exemple, pour les architectes, les traités d’architecture rédigés et publiés à diverses époques depuis le premier qui nous soit parvenu, celui de Vitruve. Ceci permet de mettre en lumière la stabilité à travers le temps du système de contraintes que l’on y repère et qui s’actualise d’une façon spécifique à chaque époque. Empirique n’induit pas de multiplier les observations sur plusieurs groupes professionnels pour en percevoir les similitudes et les différences et illustrer sa théorie en privilégiant les uns ou les unes selon les besoin de la démonstration, mais de fonder la théorie sur un cas concret, par son analyse en profondeur, reposant sur l’étude de sa genèse, l’analyse des controverses, l’observation des pratiques contemporaines, le recueil des justifications, la mise au jour du sens de l’action développée par les professionnels. En l’occurrence dans Nouvelle théorie sociologique des professions, l’architecture. Le souci de comparaison, selon le précepte déjà énoncé par Émile Durkheim, ne signifie pas multiplier à l’infini les observations et démultiplier les terrains d’enquêtes, mais choisir de situer ceux-ci dans des époques et dans des régions aux traditions ou aux cultures différentes, la France et les États-Unis par exemple. Cette démarche permet selon son auteur de fonder en fait une nouvelle théorie, c’est-à-dire de monter en généralité, théorie qui se veut scientifique, donc par définition falsifiable et qui ne sera tenue pour vraie que jusqu’à preuve – toujours possible, malgré la solidité des arguments avancés et des faits convoqués – du contraire selon les principes poppériens.

Une nouvelle théorie : « le holisme compréhensif »

7Cette nouvelle théorie, Florent Champy la dénomme « le holisme compréhensif ». Cette expression traduit la volonté de l’auteur de dépasser les antinomies entre une sociologie du fait social d’inspiration durkheimienne et une sociologie de l’action sociale d’inspiration weberienne, ou encore entre une sociologie de la détermination sociale qui met l’accent sur les systèmes de contraintes, notamment ceux cristallisés dans les institutions, donc sur l’unité, la permanence, la stabilité, les régularités et une sociologie de la contingence qui met l’accent sur la subjectivité de l’acteur sinon sur sa liberté, son intentionnalité sinon sur ses stratégies, sur l’impact du contexte et de la conjoncture pour rendre compte de la diversité et de la variabilité, la labilité, des pratiques, des marges de manœuvre des acteurs. Florent Champy n’est pas le premier à avoir cette ambition qui caractérise ce que Philippe Corcuff appelle les « nouvelles sociologies ». Mais il la fonde à la fois en théorie et en pratique et c’est en cela que Nouvelle théorie sociologique des professions est un ouvrage essentiel, quand la plupart des auteurs se sont attachés à mettre en lumière les insuffisances relatives de l’une l’autre approche et à envisager leur dépassement mais sans mettre à l’épreuve du terrain et des faits leurs intuitions ou leurs préconisations.

8Pour la fonder en théorie, il s’appuie sur le fameux article « Sociologie » de Paul Fauconnet et Marcel Mauss paru dans la Grande Encyclopédie en 1901 et sur leur définition de l’institution que semble reprendre à son compte Émile Durkheim dans la préface à la seconde édition des Règles de la méthode en 1902 (Durkheim, 1968). Paul Fauconnet et Marcel Mauss mettent en évidence que les individus trouvent en naissant un certain nombre de modèles d’action plus ou moins formalisés tels que les us et coutumes, la mode, les grandes constitutions juridiques… qui s’imposent à eux plus ou moins ou qui exercent sur eux une contrainte plus ou moins forte et dont la force est relative à la légitimité que leur reconnaît l’opinion. Ce faisant, d’une part ils mettent bien en évidence les contraintes qui rendent compte des régularités observées mais aussi les marges de liberté, l’autonomie qui expliquent la diversité relative des pratiques et leurs évolutions, les innovations et d’autre part ils soulignent l’objectivité du monde social, du déjà là et la subjectivité des acteurs qui par leur activité et en fonction du sens qu’ils donnent à leur action le transforment tout en se l’appropriant.

9Pour la fonder en pratique, Florent Champy s’attache à l’étude approfondie d’une profession et d’une seule, conformément à son principe méthodologique rappelé plus haut, celle des architectes, qu’il a déjà étudiée à travers plusieurs recherches engagées antérieurement. Sans doute sollicite-t-il parfois d’autres travaux sur d’autres professions mais sans jamais s’appesantir, tout au plus pour montrer que ce qui peut être dit des architectes a été ou pourrait l’être d’autres professions. Il s’attache d’abord à fonder la spécificité du métier d’architecte, ce qui fait qu’un professionnel est reconnu comme architecte ou une œuvre comme une œuvre architecturale. Dit autrement, il met au jour le système de contraintes ou les exigences à satisfaire pour être reconnu comme tel, qu’il s’agisse de contraintes normatives, des valeurs épistémo-déontiques, ou de contraintes cognitives, de la cohérence systémique de savoirs spécifiques transcendant les contextes locaux de leur apprentissage et de leur usage. Il montre que de telles exigences existent bien, que beaucoup d’entre elles, notamment des valeurs de référence, apparaissent très tôt dans l’histoire de la discipline, qu’elles sont stables dans leur principe et évoluent relativement peu. Elles sont constitutives de la culture, de l’héritage, partagé par les architectes contemporains et qui s’impose à eux. Elles forment système. Elles fondent donc, certes à un niveau de généralité et d’abstraction élevé, un peu comme l’avaient fait les sociologues fonctionnalistes et notamment Talcott Parsons et à l’encontre des sociologues interactionnistes, l’unité et la spécificité de la profession. Mais la démarche n’est pas ici formelle mais inductive, s’ancre dans une étude des traités et des controverses et dans l’observation des pratiques, notamment des pratiques d’enseignement contemporaines. Ces exigences s’actualisent différemment selon les époques et les styles ou les écoles. Surtout, elles sont hiérarchisées différemment selon les moments, les professionnels et la définition de la situation, pour reprendre les termes de William Isaac Thomas, qu’ils adoptent. Cette actualisation et cette hiérarchisation différentielles, souvent relayées hors du groupe par les commanditaires et plus généralement l’opinion publique, rendent donc compte de la diversité des architectes, des identités, des courants et des écoles, voire des conflits, et in fine de la segmentation hétéronome et agonistique du groupe. Mais cette diversité est d’une certaine façon contenue par les nécessités de répondre à ces exigences constitutives. Il s’agit donc d’une diversité limitée. De ce point de vue, l’approche de Florent Champy n’est pas sans rappeler la théorie du champ de Pierre Bourdieu qui, elle aussi, met l’accent sur l’invariant, les règles du champ et ses valeurs à respecter pour rester dans le champ et le contingent, ce qui relève de la lutte des prétendants et des dominants pour le contrôle des formes d’actualisation de ces valeurs. La Nouvelle théorie sociologique des professions va cependant plus loin car, pour elle, la diversité ne provient pas seulement des inévitables contingences de l’actualisation et ne traduit pas seulement le résultat provisoire d’une lutte de pouvoir et d’influence comme chez Pierre Bourdieu, mais résulte de la nature même des professions.

Le concept de profession

10Ceci conduit Florent Champy à clarifier le concept de profession. Les fonctionnalistes n’ont pas suffisamment spécifié le concept et les interactionnistes, qui en ont dénoncé l’évanescence, n’ont pas logiquement cherché à le préciser beaucoup. Certes, dans la dernière décennie, certains sociologues, provenant même du courant interactionniste à l’instar d’Eliott Freidson, et surtout Andrew Abbott, ont cherché à préciser davantage ce dont ils parlent quand ils traitent des professions. Il s’agit par exemple, écrit Andrew Abbott dans son System of Professions, des groupes professionnels qui appliquent un savoir abstrait à des cas concrets (Abott, 1998). Cette spécification, si elle marque un progrès certain, n’est cependant pas, aux yeux de l’auteur, satisfaisante parce qu’elle raccroche trop exclusivement, à l’instar de l’approche fonctionnaliste, le savoir professionnel à la science. Or ce point mérite d’être discuté. C’est le cas notamment dans les professions les plus emblématiques que sont les professions médicales, juridiques ou l’architecture. Dans toutes ces professions, le savoir formel et scientifique ne peut être appliqué simplement en l’adaptant à la réalité immédiate. Il ne donne pas, contrairement à ce que croient les positivistes, la solution au problème que l’on cherche à résoudre. Entre le diagnostic qu’il permet et la préconisation de la réponse, s’intercale la réflexion. Dans toutes ces professions, la complexité des situations oblige en effet à la prudence dans l’application des savoirs et, de ce fait, à la délibération individuelle ou intraprofessionnelle, d’où le concept de «professions à pratique prudentielle » qu’avait déjà forgé, en s’inspirant de travaux philosophiques, Florent Champy dans La Sociologie des professions. C’est bien la nécessité de cette délibération et du respect de « l’autonomie de réflexion » ou d’orientation, bien plus que de décision, du professionnel, qui explique au demeurant les protections statutaires dont bénéficient d’une façon générale dans la plupart des pays ces professions. Dès lors, ces professions sont à distinguer des métiers qui n’obligent pas à cette prudence et des professions qui tiennent leurs privilèges d’autres fondements, comme de la délégation d’autorité du prince (huissiers, notaires…) ou de leur caractère stratégique pour telle ou telle raison qui induit à fermer le marché. Cet effort de clarification est sans conteste une des apports essentiels à une sociologie des professions. Ce faisant, Florent Champy procède exactement comme Émile Durkheim quand ce dernier spécifie le type de suicide, le suicide anomique, auquel s’applique sa théorie.

11Mais cette autonomie est d’ailleurs aujourd’hui, constate ici l’auteur, bien menacée. C’est d‘ailleurs là tout le paradoxe de l’injonction au professionnalisme (Boussard et al., 2010).

***

12Telle se présente donc la nouvelle théorie sociologique des professions, plus spécifique dans son objet, plus précise dans ses concepts, plus cohérente dans ses méthodes, plus pertinente dans ses questions. Elle résout la plupart des antinomies soulevées par la confrontation des deux paradigmes précédents en montrant que la lutte pour la légitimité sur laquelle insiste le courant critique s’opère dans un cadre normatif et institutionnel stable qui rend compte de la permanence des professions et de leur unité sur lesquelles insiste le courant fonctionnaliste. Mais de même que La Sociologie des professions débordait de beaucoup ce que l’on attend généralement d’un manuel et proposait déjà une nouvelle théorie des professions, Nouvelle théorie sociologique des professions est déjà plus qu’une théorie des professions et amorce bien une approche générale de la sociologie ainsi qu’il le rappelle dans son Grand résumé. Ce qu’ambitionne Florent Champy, c’est de dépasser l’opposition entre une sociologie du fait social et une sociologie de l’action sociale, le fonctionnalisme et l’interactionnisme, une sociologie déterministe et une sociologie de la contingence, l’unité et la diversité, la continuité et le changement. Il y parvient sans doute mieux que beaucoup de ceux qui ont perçu l’intérêt d’un tel projet du fait de l’ancrage empirique de son investigation. Pour ce faire, il opère une réhabilitation des approches holistes sinon fonctionnalistes. Leur naturalisme et leur substantialisme les ont déconsidérées à juste titre, estime-t-il, au profit d’un constructivisme et d’un relativisme dont il met cependant au jour d’une façon forte les limites. Mais la mise en évidence de celles-ci ne fonde pas ipso facto la validité de celles-là. Certes, il répond aux critiques dont elles ont fait l’objet par sa prise en compte de la longue durée et la comparaison internationale, même si celle-ci est limitée. Pour autant, il ne dit pas grand-chose de la genèse des valeurs et de leur combinaison variable qui sous-tendent tant l’identité que la pratique des professionnels, des architectes par exemple et de la construction de la culture architecturale. L’approche reste très générale et les valeurs abstraites prennent la dimension d’universels sinon de production endogène dans une perspective internaliste. Certes il s’en explique, mais d’aucuns pourront penser que la rupture avec le fonctionnalisme est moins évidente qu’il n’y parait. De même on pourra s’interroger sur la faible importance relative accordée à l’institutionnalisation et à l’organisation, à la fois au processus d’auto-institutionnalisation et d’auto-organisation de la profession et au rôle de la puissance publique dans la délimitation et la protection des territoires propres aux diverses professions qui sont des points sur lequel insiste « la sociologie "française" des professions », du reste assez peu évoquée et renvoyée globalement du côté du courant interactionniste.

  • 1 Ce modèle « français » des professions défini par Lise Demailly comme une axiomatique d’une sociolo (...)

13Certains pourront le regretter. Car celui-ci 1, « peu influencé par les théories académiques anglo-saxonnes » (Demailly, 2008, p. 78) permet, estime Lise Demailly – non référencée dans la bibliographie de l’ouvrage – de mettre de l’ordre dans les activités de travail entre celles qui constituent des groupes professionnels et les autres et de classifier ces groupes. Il les lie à la fois la structure sociale sinon à la transformation des systèmes productifs, échappant à la contingence interactionniste et à la dynamique des acteurs. Il appréhende à la fois leurs fonctions objectives, libérant du relativisme et les représentations sociales. Il est attentif à leur institutionnalisation, rendant compte de leur relative consistance dans le temps et dans l’espace et à leur transformation. Il est sensible à leur impact sur la conscience collective, donc aux idéologies et sur les subjectivités et les identités.

14Florent Champy réhabilite le concept de profession d’une façon que l’on pourra trouver pertinente et convaincante. Il trouve son expression la plus parfaite dans ce qu’il appelle les professions à pratique prudentielle dont l’exercice exige la délibération déontique et donc l’autonomie d’orientation. Par déduction, il peut donc spécifier et classer d’autres groupes professionnels, y compris à l’intérieur de ceux que la sociologie des professions, quel que soit le paradigme, regarde comme les groupes emblématiques. Ce n’est pas le moindre intérêt de la démarche déjà souligné dans le manuel. Et c’est bien là l’objet d’une théorie des professions.

15Mais le modèle présenté par Florent Champy est d’une autre nature et a une autre ambition. C’est à la fois « les règles de la méthode » et son illustration. Mais la règle vaut par sa généralité opératoire. Reste à passer d’une théorie des professions, d’une méthode d’analyse, à une théorie générale des pratiques sociales et faits sociaux ou des institutions. Quel(s) concept(s) permet(tent) ce passage ? Le travail reste en grande partie à accomplir. Il appelle d’une certaine façon à réinterroger les conceptions du social, à redéfinir la position du sociologue et à repenser le statut de la connaissance. Telle serait la vocation actuelle de la sociologie.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (1998), The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labour, Chicago-London, University of Chicago Press.

Boussard V., Demazière D. & P. Milburn (2010), L’Injonction au professionnalisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Champy F. (2009), La Sociologie des professions, Paris, Presses universitaires de France.

Demailly L. (2008), Politique de la relation. Approche sociologique des métiers et activités professionnelles relationnelles, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Dubar C., Tripier P. (1998), La Sociologie des professions, Paris, Éditions Armand Colin.

Durkheim É. (1968 [1902]), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Fauconnet P. & M. Mauss (1901), « La sociologie », La Grande Encyclopédie, vol. 30, Paris, Société anonyme de la Grande Encyclopédie.

Kuhn T. (1983), La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Éditionq Flammarion.

Haut de page

Notes

1 Ce modèle « français » des professions défini par Lise Demailly comme une axiomatique d’une sociologie des professions pluraliste ne prend en compte que trois caractères : une place similaire dans la division du travail, une certaine conscience collective et une certaine capacité d’organisation et d’intervention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Aballéa, « Au-delà des professions : le holisme compréhensif, la règle et la méthode », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Nouvelle théorie sociologique des professions, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 14 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3924

Haut de page

Auteur

François Aballéa

Département de sociologie, Université de Rouen, France – aballea@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page