Navigation – Plan du site
Nouvelle théorie sociologique des professions

Haute pression théorique sur le territoire francophone de la sociologie des groupes professionnels

Discussion de l’ouvrage de Florent Champy, Nouvelle théorie sociologique des professions, Paris, Presses universitaires de France, 2011
Jean-François Orianne

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de Nouvelle théorie sociologique des professions par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/3922, et la discussion par François Aballéa à l’adresse : http://sociologies.revues.org/3924

Texte intégral

1Claude Dubar a raison de souligner, en préface d’un ouvrage collectif récent (Dubar, Demazière & Milburn, 2010, p. 9), la vigueur de la sociologie des groupes professionnels (SGP) en France. Mais force est de constater que cette « véritable explosion » de recherches empiriques n’a donné lieu qu’à de maigres avancées théoriques en quinze ans. La réédition du manuel de référence en témoigne : on y trouve certes de nouveaux cas mais la section « théories » reste pratiquement inchangée (Dubar, Tripier & Broussard, 2011). La SGP a-t-elle renoncé au travail de théorisation au profit d’une collection toujours renouvelée d’études de cas ? Sûrement pas. Mais elle ne s’autorise que la théorisation ancrée, si chère aux interactionnistes de Chicago (Glaser & Strauss, 2010). L’accumulation de travaux empiriques, à laquelle se livrent par exemple Didier Demazière et Charles Gadea, illustre bien cette démarche de recherche inductive qui se refuse à « plaquer des schémas théoriques sur des matériaux inévitablement rebelles » (Demazière & Gadea, 2009, p. 437).

  • 1 Pour n’en citer que deux : Champy (1998) et Champy (2001).

2Dans ce contexte, l’ouvrage de Florent Champy apporte une contribution majeure et originale à la sociologie des groupes professionnels dans l’espace francophone. Le projet est ambitieux : fonder une nouvelle théorie sociologique des professions permettant de dépasser les oppositions (paradigmatique, théorique et empirique) entre les théories fonctionnalistes et l’approche interactionniste des professions. L’édifice théorique s’inscrit dans une conception non déterministe des institutions, en référence à un article de Marcel Mauss et Paul Fauconnet publié en 1901, conception que l’auteur qualifie de holisme compréhensif et qui s’apparente, nous dit-il, tant à la sociologie de Peter Berger qu’à la théorie d’Anthony Giddens relative à la dualité du structurel. À l’intérieur de ce paradigme sociologique, l’auteur construit de manière systématique une théorie des professions, enracinée dans une étude de cas, celle du métier d’architecte auquel il a déjà consacré de nombreuses recherches et publications 1.

3L’auteur pose le diagnostic d’un double ancrage théorique de la théorie sociologique des professions (chapitre 1) : le fonctionnalisme (Talcott Parsons, Robert Merton, William J. Goode, Harold L. Wilensky) et l’interactionnisme (Everett Hughes, Anselm Strauss, Howard Becker, Eliot Freidson). Il reprend ici de manière synthétique ce qu’il a développé dans son propre manuel (Champy, 2009). Trois antinomies théoriques sont rapidement esquissées. Tout d’abord, celle qui oppose l’approche substantialiste des professions à la critique nominaliste des interactionnistes de Chicago pour qui la profession est un folk concept. Ensuite, celle qui oppose l’unité des professions, comme présupposé majeur de la sociologie fonctionnaliste, à la segmentation ou à l’irréductible diversité interne des professions. Enfin, celle qui oppose la nécessité fonctionnelle des protections accordées aux professions à la thèse constructiviste et relativiste de l’extrême contingence des statuts professionnels.

4Prenant appui sur cet état des lieux, l’auteur propose des solutions permettant de dépasser le clivage qui a longtemps structuré les débats dans ce champ de recherche. Le dépassement de la seconde antinomie est central pour l’auteur. Selon lui, il faut penser ensemble unité et diversité, en cherchant d’abord à objectiver l’unité d’une profession – soit un ensemble de contraintes stables sous-jacentes à l’activité architecturale – sans se soucier de l’image de fractionnement que les acteurs en donnent, puis voir en quoi cette unité rend possible la diversité des pratiques « et les luttes entre acteurs du monde de l’architecture pour imposer une conception particulière de cette activité » (p. 23). Pour s’extraire de la première antinomie, l’auteur propose d’identifier des types de professions « qui constituent des classes de phénomènes suffisamment homogènes pour relever de programmes de recherche particuliers » (p. 36) et de centrer l’analyse sur un type bien particulier : les professions à pratique prudentielle (PPP). Cette solution conduit directement au dépassement de la troisième antinomie : repenser la question des statuts par type de professions, en montrant que les professions sont protégées pour des raisons différentes, en vertu du caractère spécifique de leur activité.

5Le programme de travail est clairement établi, dès les premières pages et rigoureusement suivi au fil de l’ouvrage : « objectiver dans un premier temps les contraintes les plus stables de la vie sociale, en faisant abstraction des contextes locaux dans lesquels ces contraintes sont rencontrées par les acteurs, pour s’intéresser seulement ensuite aux choix qu’elles permettent » (pp. 19-20).

  • 2 Le chapitre suivant, centré sur les savoirs et savoir-faire des architectes, complète l’analyse de (...)

6L’auteur commence donc par un exercice d’abstraction : extraire les valeurs épistémico-déontiques de l’activité architecturale (chapitre 2). Cette opération, originale et stimulante, s’appuie sur un travail d’observation de projets d’écoles d’architecture en France et aux États-Unis, complété par une mise en perspective historique de la culture contemporaine des architectes à partir d’une sélection de traités d’architecture et de travaux d’historiens. Il identifie, dans le discours des enseignants, dix valeurs récurrentes réparties entre quatre pôles qui s’opposent deux à deux (harmonie/construction ; bâtiment/site). Il insiste autant sur la concurrence et la conflictualité entre ces pôles que sur leur complémentarité et leur solidarité. Le résultat analytique permet de saisir la spécificité de l’architecture par rapport à d’autres disciplines ou activités professionnelles, comme la construction, la sculpture ou encore le design industriel. La mise en perspective historique permet de rendre compte d’un noyau stable de valeurs professionnelles mais aussi de l’apparition récente de certaines valeurs spécifiques de la modernité. Dans ce cadre contraint que constitue le système des valeurs épistémico-déontiques de l’activité, une source importante de liberté de choix des architectes réside dans l’indétermination de la hiérarchie des valeurs et dans l’impossibilité de prendre en compte sur un même plan l’ensemble des critères d’évaluation des projets 2.

  • 3 La première étude de cas porte sur une rupture stylistique au sein de l’histoire de l’architecture (...)

7Dans un second temps (chapitre 5), l’auteur s’intéresse à la diversité des pratiques, chère aux interactionnistes, comme reflet des indéterminations épistémiques et normatives qui sous-tendent les activités de travail. Deux études de cas empiriques 3 servent de base au développement d’une théorie de la segmentation intra-professionnelle. L’auteur distingue la segmentation organique – ou spécialisation fonctionnelle, due à l’impossibilité pour un professionnel de maîtriser l’ensemble des savoirs et savoir-faire nécessaires à la prise en charge de toutes les tâches dévolues au groupe – de la segmentation agonistique qui constitue une spécificité des PPP. Cette forme de segmentation est directement liée aux pratiques de délibération sur la hiérarchie des valeurs menée dans le cadre de réflexions collectives ; elle exprime des oppositions entre conceptions de la pratique professionnelle légitime, tant sur un plan déontique que sur un plan socio-économique.

  • 4 La prudence, nous dit Aristote, « concerne les choses humaines et celles sur lesquelles la délibéra (...)

8La typologie générale des activités professionnelles est présentée dans le quatrième chapitre. L’auteur y construit l’idéaltype des PPP, en référence au concept aristotélicien de phronèsis 4. À partir des travaux de Paul Ricœur, d’Alan Ginzburg, d’Andrew Abbott et de Donald A. Schön, l’auteur esquisse les principaux traits distinctifs des pratiques prudentielles comme mode particulier de connaissance et d’action : traitement de problèmes singuliers et complexes, nécessité de faire face à l’irréductible incertitude quant au déroulement du travail sur ces problèmes, pratiques intenses de délibérations sur les cas traités et sur les finalités de l’activité, savoirs et savoir-faire non-formalisables.

9Sur ces bases, Florent Champy pose certaines conditions permettant d’établir une distinction précise entre les PPP et d’autres professions ou activités de travail. Il faut d’abord, écrit-il, qu’il existe un métier, c’est-à-dire un ensemble d’activités « mettant en œuvre des savoirs et des savoir-faire spécialisés et dont la valeur transcende les contextes particuliers de cette mise en œuvre » (p. 148), dont les membres traitent de problèmes propices à une approche prudentielle. Il faut encore que la démarche prudentielle soit une application directe des savoirs et savoir-faire spécialisés du métier. Il faut, enfin, que la position des membres du métier dans la division du travail leur permette de mener effectivement une part significative de leur activité de façon prudentielle. En d’autres termes, l’autonomie de réflexion, que l’auteur distingue clairement d’une autonomie de décision (pouvoir), constitue une condition nécessaire à l’exercice d’une activité prudentielle (réflexive et délibérative).

10Si l’ouvrage est stimulant par son projet ambitieux et son contenu novateur, il l’est tout autant par ses contours, par les questions qu’il pose et les perspectives qu’il ouvre.

  • 5 Lire sur ce sujet Saks (1983), pp. 1-21.
  • 6 À titre d’exemple : Johnson (1972), Larson (1977) et Freidson E. (1986).

11Tout d’abord, le diagnostic du double ancrage théorique de la sociologie des professions est discutable. Dans un souci de clarté et d’économie, l’auteur pointe les principales coordonnées du débat (fonctionnalisme versus interactionnisme), en passant trop rapidement sur les nouvelles approches dites néo-marxistes et néo-wébériennes 5 – à l’exception des écrits d’Andrew Abbott qui font l’objet de discussions serrées (Abott, 1988). L’ancrage n’est pas double – tant pis pour la symétrie de l’édifice théorique – il est multiple, comme l’auteur en rend compte d’ailleurs dans son manuel (déjà cité). On peut donc regretter que, sur ce point, l’ouvrage ne se suffise pas à lui-même et puisse donner l’impression d’une assimilation trop rapide de la sociologie interactionniste aux autres théories apparues par la suite, toutes rangées dans un même tiroir, celui des « approches critiques ». En effet, ce raccourci laisse dans l’ombre le déplacement progressif de la critique qui porte, d’abord, sur la théorie fonctionnaliste des professions établies, pour ensuite glisser vers les professions établies elles-mêmes, principalement sur le pouvoir jugé excessif de certaines professions 6. Il occulte également le repositionnement théorique assez ferme par rapport au relativisme de Chicago que ce glissement génère.

  • 7 Lire à ce propos : Hall & Taylor (1997, pp. 469-496) et March & Olsen (1989).
  • 8 Pour n’en citer que deux : Palier & Surel (2005) et Hall (1997, pp. 174-207).

12Un deuxième point de discussion porte sur l’usage trop rapide que fait l’auteur du concept d’institution. Si le concept est central dans la nouvelle théorie proposée, il mérite un examen plus approfondi. L’article de Marcel Mauss et Paul Fauconnet est certes une piste stimulante – plus encore à l’époque de sa parution – mais bien du chemin a été parcouru depuis. Une théorie sociologique des professions, relevant explicitement du holisme compréhensif, gagnerait à prendre plus au sérieux les avancées théoriques, en sciences politiques notamment, qu’a connues le concept d’institution 7 dans ses multiples dimensions (cognitive, stratégique, historique, etc.) 8. Ce positionnement théorique permettrait certainement d’avancer sur l’analyse de la dimension politique des activités professionnelles de type prudentiel, pour les architectes, mais aussi pour d’autres professions du même type (médecins, avocats, enseignants, etc.). Il permettrait également, dans le contexte d’européanisation des marchés et des institutions, de poursuivre et développer l’analyse des menaces qui pèsent sur l’autonomie professionnelle des PPP que l’auteur nous livre au chapitre 6. C’est donc un vaste programme de recherche qui s’ouvre.

13Une question d’ordre méthodologique se pose également. L’auteur distille avec parcimonie les éléments de méthode relatifs au travail de terrain et d’analyse. Certes, les sources sont toujours citées et explicitées avec soin et rigueur, les grandes orientations méthodologiques font l’objet de justifications argumentées (en particulier sur l’option judicieuse de partir des écoles et non des bureaux d’architecture), mais il n’en va pas de même pour le type d’observation choisi, l’échantillonnage (des cas, des situations, des acteurs, des traités, etc.), le nombre de personnes rencontrées et interrogées, la durée et l’intensité du travail de terrain, les méthodes d’analyse. En particulier, lors de l’analyse des valeurs professionnelles, quelques précisions sur le travail réalisé, ainsi que quelques conseils ou leçons pour les recherches à venir, seraient les bienvenues. Si la démarche est originale et stimulante, nous serions cependant bien incapables de la reproduire, pour l’architecture ou pour d’autres professions, sans quelques indications sur la « cuisine interne » d’un tel travail d’abstraction empiriquement fondé (analyse par occurrence, par recodage progressif des catégories, etc.). Plus globalement, on peut regretter qu’une nouvelle théorie sociologique des professions ne s’accompagne pas d’une méthodologie spécifique, ou à tout le moins adaptée à son objet, de principes et de stratégies de recherche explicites qui permettent d’orienter ce nouveau programme en sociologie des professions et d’en assurer la cohérence.

14Nous souhaiterions également revenir sur l’idéaltype des PPP. L’auteur a raison de préciser les critères d’analyse et donc de discrimination, mais l’usage qu’il en fait pour d’autres professions ou métiers que celui de l’architecture nous semble un peu rapide, en particulier dans le domaine du travail social (basé seulement sur deux études empiriques, celle de Delphine Serre en France et celle d’Andreas Liljegren en Suède). Le travail social est bien un métier, dont l’activité spécifique est de nature prudentielle, ce que ne conteste d’ailleurs pas l’auteur. De nombreux travaux soulignent par ailleurs la grande autonomie de réflexion dont jouissent, notamment en Belgique, les travailleurs sociaux dans le cadre de nombreux colloques ou journées d’étude et de réflexion, de multiples réunions (d’équipes, de diagnostic, de projets menés en réseau), de formations continuées, etc. Les délibérations intra-professionnelles, portant sur les modalités et les finalités de l’intervention, sembleraient plutôt constituer le lot quotidien des travailleurs sociaux. Dès lors, écarter, comme le fait l’auteur, les métiers du travail social de l’idéaltype des PPP ne peut être qu’une hypothèse de recherche, certes stimulante, qui reste entièrement à démontrer.

15Enfin, l’analyse concrète des pratiques délibératives, qui se situent au cœur même de l’activité prudentielle, demeure un enjeu de taille pour ce nouveau programme de recherche. C’est sans doute une des pistes les plus stimulantes. En effet, si le concept d’inférence chez Andrew Abbott, en tant qu’opération mentale, véhicule une conception individualiste ou monologique de la délibération, le concept de prudence invite davantage à une analyse de la délibération collective, collégiale. Cependant, Florent Champy se contente de nous livrer des reconstructions a posteriori des controverses marquantes au sein de l’architecture. Mais qu’en est-il des délibérations quotidiennes sur les cas, sur la hiérarchie des valeurs, sur les fins de l’activité ? La communication réflexive ne constitue-t-elle pas précisément le vecteur de création des collectifs ou groupes professionnels concrets ? L’actualisation des (conflits de) valeurs dans la délibération n’est-elle pas le processus-clé par lequel une communauté épistémique, dont les membres interagissent sur un lieu de travail, se constitue en groupes réels capables de collaborer et de coordonner les actions ? Comme le note très justement Günther Teubner, « alors que les limites de l’interaction se forment pour ainsi dire naturellement par la présence des participants, c’est la communication réflexive qui définit celles du groupe, au sein du système et comme qualité de membre » (Teubner, 1996, pp. 259-261). Les théories de la communication réflexive offrent, selon nous, des pistes intéressantes pour expliquer les propriétés émergentes des groupes professionnels. Cette orientation théorique, résolument procédurale, renvoie – elle aussi – dos-à-dos la thèse « nominaliste » de la fiction ou de la mystification et la thèse « substantialiste » de la personnification. Dès lors, les délibérations intra-professionnelles, les stratégies discursives, les controverses au sein du discours « savant » (Magali Sarfatti Larson), les rhétoriques (Catherine Paradeise) ou ritournelles professionnelles (Félix Guattari), apparaissent comme des objets empiriques de premier choix pour saisir le processus d’autoconstitution d’un groupe ou d’une juridiction et pour évaluer le degré d’autonomie de son organisation formelle.

Haut de page

Bibliographie

Abott A. (1988), The System of Professions. An Essay on the Division of Expert Labour, Chicago, University of Chicago Press.

Aristote (1992), Éthique à Nicomaque, Paris, Agora Presses Pocket.

Boussard V., Demazière D. & P. Milburn (dir.) (2010), L’Injonction au professionnalisme, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Champy F. (1998), Les Architectes et la commande publique, Paris, Presses universitaires de France.

Champy F. (2001), Sociologie de l’architecture, Paris, Éditions La Découverte.

Champy F. (2009), La Sociologie des professions, Paris, Presses universitaires de France.

Demazière D. & C. Gadea (dir.) (2009), Sociologie des groupes professionnels, Paris, Éditions La Découverte.

Dubar C., Tripier P. & V. Boussard (2011 [1998]), Sociologie des professions, Paris, Éditions Armand Colin.

Freidson E. (1986), Professional Powers. A Study of the Institutionalization of Formal Knowledge, Chicago, The University of Chicago Press.

Glaser B. G. & A. Strauss (2010 [1967]), La Redécouverte de la théorie ancrée, Paris, Éditions Armand Colin.

Hall P. (1997), « The Role of Interests, Institutions and Ideas in the Comparative Political Economy of the Industrialized Nations », dans Lichbak M.I. & A.S. Zuckerman (dir.), Comparative Politics, Rationality, Culture and Structure, Cambridge, Cambridge University Press.

Hall P.A. & R. Taylor (1997), « La science politique et les trois néo-institutionnalismes », Revue française de science politique, vol. 47, n° 3.

Johnson T. (1972), Professions and Power, Londres, Macmillan Editions.

Larson M. S. (1977), The Rise of Professionalism. A sociological Analysis, Berkeley, University of California Press.

March J. & J. Olsen (1989), Rediscovering Institutions: The Organisational Basis of Politics, New York, Free Press.

Palier B. & Y. Surel (2005), « Les "trois I" et l’analyse de l’État en action », Revue française de science politique, vol. 55, n° 1

Saks M. (1983), « Removing the Blinkers? A Critique of Recent Contributions of the Sociology of the Professions », The Sociological Review, vol. 31, n° 1.

Teubner G. (1996), Droit et réflexivité. L’auto-référence en droit et dans l’organisation, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

Haut de page

Notes

1 Pour n’en citer que deux : Champy (1998) et Champy (2001).

2 Le chapitre suivant, centré sur les savoirs et savoir-faire des architectes, complète l’analyse de la culture professionnelle de ceux-ci, considérée par l’auteur comme « un système transcendant et consistant » (chapitre 3). Outre un noyau stable, deux couches périphériques composent la structure culturelle de la profession, la couche intermédiaire des savoir-faire (la maîtrise d’un processus de conception et le recours au dessin) et la couche plus externe et plus labile des savoirs (la connaissance des matériaux et la connaissance des œuvres du passé).

3 La première étude de cas porte sur une rupture stylistique au sein de l’histoire de l’architecture (un conflit sur les valeurs épistémo-déontiques entre architecture des Beaux-Arts et architecture moderne porté par les architectes marginaux du CIAM) ; la seconde traite d’un épisode de l’histoire des politiques de la commande publique, en particulier les politiques de construction des hôpitaux des années 1960 aux années 1990.

4 La prudence, nous dit Aristote, « concerne les choses humaines et celles sur lesquelles la délibération est possible » (Aristote, 1992, p. 154).

5 Lire sur ce sujet Saks (1983), pp. 1-21.

6 À titre d’exemple : Johnson (1972), Larson (1977) et Freidson E. (1986).

7 Lire à ce propos : Hall & Taylor (1997, pp. 469-496) et March & Olsen (1989).

8 Pour n’en citer que deux : Palier & Surel (2005) et Hall (1997, pp. 174-207).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François Orianne, « Haute pression théorique sur le territoire francophone de la sociologie des groupes professionnels », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Nouvelle théorie sociologique des professions, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3926

Haut de page

Auteur

Jean-François Orianne

Université de Liège, Belgique - jforianne@ulg.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page