Navigation – Plan du site
Champs de recherche et enjeux de terrain

Faire du terrain à Cuba ? 1

A ground-based research in Cuba?
Michel Messu

Résumés

À partir d’une expérience de terrain menée à l’été 2011 à La Havane à Cuba, l’article propose de revenir sur les préventions « scientifiques » souvent émises à l’endroit des pays dont les régimes politiques diffèrent sensiblement des nôtres. C’est l’occasion de se prononcer sur des débats en cours dans la communauté des sociologues sur le caractère impératif des règles méthodologiques et déontologiques qu’il leur revient de mettre en œuvre. À formaliser excessivement ces dernières, la recherche de terrain se prive de ce qui constitue son atout et son intérêt : une forme d’heuristique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette réflexion s’inscrit dans la première phase d’un programme de recherche financé par l'Agence N (...)
  • 2 Les femmes comme personnes âgées aux faibles ressources, les femmes comme mères de famille, les fem (...)

1Pour avoir présenté dans le cadre de colloques ou autres symposiums la manière dont nous envisagions d’engager une recherche empirique sur les dispositifs de protection sociale qui touchent les femmes 2 dans un pays assez peu étudié ou, du moins, sur lequel les sources européennes se révèlent être bien maigres, savoir Cuba, nos interlocuteurs nous ont surtout interrogés sur la faisabilité d’un tel travail de terrain. Plutôt dubitatifs dans leur ensemble, ces derniers n’ont pas manqué de souligner le caractère peu ouvert du régime à ce genre d’investigation et présenté cela comme un obstacle majeur au déroulement d’une recherche de caractère sociologique. Nous toucherions là une des limites de la démarche empirico-déductive qui s’impose dans la discipline. Limite, en l’occurrence, pensée comme politique plutôt que méthodologique.

2L’objet de ce texte est de montrer comment l’aire d’inscription politique d’une recherche, appelons cela sa dimension politique, réfléchit toujours, peu ou prou, des questions de méthode. Des questions de méthode qu’une tendance à la formalisation disciplinaire marginalise, si ce n’est disqualifie, au profit d’une standardisation de la démarche. Ce, au détriment même de la recherche et de la discipline. Pour ce faire, nous exposerons les termes, souvent plus ou moins sous-jacents, qui conditionnent la question de la faisabilité d’une enquête de terrain. Nous ne manquerons pas de les illustrer à partir de l’exemple cubain. Ce faisant, nous nous autoriserons quelques commentaires de portée générale sur ce que la méthode apporte ou interdit dans la recherche sociologique. Ce qui, par parenthèse, nous portera au cœur d’un débat que la sociologie française tente depuis quelques temps d’appréhender en termes d’éthique ou de déontologie.

3En somme, plus que le contexte politique de la recherche, c’est la posture du chercheur qu’il convient d’interroger. Et cela, d’autant plus que tend à s’imposer cette vision selon laquelle des impératifs formels a priori de méthode et de droit, de méthodologie et de déontologie comme l’on dit habituellement, présideraient aux conditions de recevabilité et de validité des résultats de la recherche.

Des difficultés à mener des enquêtes sociologiques à Cuba

4Une sorte d’unanimité prévaut en ce domaine : il serait bien difficile de mener des recherches en sciences sociales à Cuba. Bien des raisons viennent à l’appui de cette opinion. Des raisons qu’on ne saurait d’ailleurs balayer d’un revers de main. Mais des raisons qui méritent cependant d’être réexaminées à l’aune de leur intrinsèque relativité. Autrement dit, si elles sont factuellement recevables, elles ne sont pas suffisantes pour discréditer l’entreprise d’une recherche à Cuba. Ni même exonérer les autres terrains de recherche d’un réexamen du même ordre. Et il s’en faut.

5Considérons d’abord les plus plausibles, celles qui tiennent au contrôle politique des données et de leur accès. À Cuba, comme dans bien des pays, surtout hors OCDE, les données sont lacunaires. Elles restent lacunaires quand bien même prendrait-on soin de consulter, au-delà des institutions officielles, les travaux des chercheurs cubains eux-mêmes. Elles sont, à n’en point douter, fortement sujettes aux enjeux politiques qu’y voit le pouvoir en place. Comme pour tout gouvernement en charge des affaires publiques, les bons résultats ou les bons indices sont recherchés avant les mauvais. Peut-être même le contrôle politique se fait-il plus explicitement sur ces derniers. Ainsi, la littérature cubaine et celle portant sur Cuba font-elles état des grandes difficultés socio-économiques rencontrées au cours de la « période spéciale » des années 1990 – celle qui, au moment où s’effondre le bloc soviétique et donc son soutien à l’économie cubaine et au régime issu de la révolution de 1959, voit se durcir le blocus américain vis-à-vis de l’île dans le but de provoquer la « transition » vers une démocratie à l’occidentale – mais les données chiffrées sont peu nombreuses et rendent mal compte de la manière dont lesdites difficultés ont affecté les populations, les secteurs d’activité et les services sociaux. S’agit-il là d’une volonté politique de ne pas montrer ses faiblesses face à ceux qui vous font ouvertement une guerre idéologique et politique, survivance de l’affrontement des « deux blocs », par des moyens de dérèglement et d’asphyxie économiques ? Ce n’est pas à écarter. À moins que la structure administrativo-bureaucratique de l’État cubain ne connaisse encore quelques déficiences opérationnelles ? Ce qui n’est pas à écarter non plus. Encore qu’en de nombreux domaines elle ait su apporter les preuves de la réussite du système cubain. En termes d’éducation et de santé, par exemple.

6C’est donc là un fait, dont il faut pouvoir tenir compte. Mais peut-être pas au-delà du même fait que l’on rencontre dans la plupart des pays en développement par exemple, là où les structures administrativo-bureaucratiques font encore la preuve de leur faible opérativité. En la matière, la norme apportée par les pays de l’OCDE ne constitue sûrement pas le parangon des bases de données nécessaires à la recherche en sciences sociales. Elle n’a nullement la portée générale que présupposent les comparaisons internationales qu’elle autorise habituellement. Lesquelles, par parenthèse, mériteraient d’être interrogées quant à leur dimension normative justement (Destremau, 2010). Mais quoi qu’il en soit, le défaut de données de cadrage administrativo-bureaucratiques fiables n’interdit pas que la recherche se poursuive. Il convient sûrement de la concevoir autrement. Ce qui représente un véritable enjeu de démarche, d’option méthodique et de réflexion méthodologique, en somme un enjeu de portée épistémologique.

7Malgré tout, il existe de nombreux obstacles proprement bureaucratico-politiques à la réalisation de recherches en sciences sociales à Cuba. Et les chercheurs cubains ne sont pas les derniers à s’en plaindre. Bien des articles de recherche et des travaux de terrain en témoignent, la logique d’agrément de la part des autorités académiques ou administratives constitue souvent un empêchement au déroulement d’une recherche en bonne et due forme méthodologique. Les instances, les lieux, les personnes à enquêter seront soumis au contrôle des autorités. Du coup, le statut des personnes rencontrées, par exemple, peut être suspecté de ne favoriser que la diffusion de la « bonne parole ». Soit. Mais en quoi cela diffère-t-il, méthodologiquement parlant, de ce que nous rencontrons dans nos enquêtes menées sur le territoire français, européen ou américain ? Ne faut-il pas, mutatis mutandis, garder le même rapport distancié et analytique avec l’objet ? Mieux, les cubains doivent-ils être tenus pour dépourvus de la capacité dont font montre les Européens ou les Américains à énoncer « off the record » ?

8En somme, au-delà ou en deçà des conditions ouvertement politiques qui sont mises au principe du déroulement d’une recherche en sciences sociales, se rencontrent des questions de méthode. L’on devrait même dire, quelles que soient les conditions politiques, les questions de méthode sont au cœur du projet de recherche. Ce qui revient aussi à dire que lesdites conditions politiques ont à être analysées pour elles-mêmes, c’est-à-dire au regard des situations géo-politiques et idéologico-politiques dans lesquelles elles s’inscrivent. S’agissant de Cuba, il ne fait guère de doute que le contrôle politique des recherches menées sur la société cubaine répond aussi à la « guerre idéologique » menée depuis des centres de recherche américains à l’adresse des Cubains de l’île. La « guerre des idées » est ainsi devenue un thème de propagande idéologique officielle à Cuba. Et, dans cette guerre, le bourrage de crâne n’est pas toujours là où on le suppose. Il est notoire à Cuba que des centres américains ont annoncé et analysé de « fausses lois » prétendument prises par le gouvernement et aux conséquences funestes pour le peuple cubain. Il importe donc de tenir compte que la guerre idéologique fait rage, depuis des décennies, entre Cuba et les États Unis d’Amérique. Il importe aussi de tenir compte que, notamment dans ces conditions, l’État légitime ait la volonté de contrôler les effets, directs ou indirects, que peuvent avoir les recherches en sciences sociales sur son action diplomatique. Cela se fait aussi en France quand les projets portent sur des pays dits « sensibles ». Quelques affaires engageant la « sécurité » ont pu ainsi opposer chercheurs et contrôleur de la sécurité du CNRS ou des Affaires étrangères au cours de la dernière période, notamment à l’endroit des pays arabes. Bref, le contrôle ouvertement politique de la recherche n’est pas vraiment une exception lorsque se trouvent engagées les relations entre les États. Doit-il pour autant être tenu pour un obstacle ? À notre sens non. Du moins en règle générale. Car on ne saurait se méprendre sur les cas d’arrestation et de reconduite dans le pays d’origine qui ont concerné un certain nombre de chercheurs opérant dans ces pays dits sensibles. S’il y a une limite politique à la recherche, c’est là qu’il convient peut-être de la placer. Le risque du métier, en somme. Pour le reste la limite est à renvoyer sur le plan méthodologique.

De quelle méthode ?

9Posée en ces termes, la question de méthode ne saurait renvoyer à l’adoption d’une procédure canonique telle que celles présentées dans les manuels de sciences sociales. Qui plus est, on peut affirmer que s’en tenir aux méthodes présentées dans lesdits manuels est peut-être l’obstacle majeur à la réalisation d’une enquête de terrain à Cuba. Autrement dit, la question méthodologique est à reposer en des termes renouvelés au regard de ce que la discipline tend à tenir aujourd’hui pour ses canons de scientificité.

10Appréhendé en ces termes, notre projet de recherche devait se prononcer sur le chemin à emprunter pour le mener à bien et ce, dans les meilleures conditions pour nous. Fallait-il soumettre notre projet initial, formulé en des termes et dans une problématique largement marqués par l’état des recherches sur les politiques de protection sociale à l’échelle mondiale, particulièrement du continent latino-américain, aux « autorités » afin de s’assurer de leur « collaboration » ? Ou différer dans le temps cette accréditation, afin de recueillir préalablement ce qui nous faisait foncièrement défaut : une connaissance des conditions de vie, des relations que les Cubains entretiennent entre eux ou avec leurs institutions, des sentiments qu’ils peuvent exprimer à l’endroit de leur environnement et, singulièrement, de la protection sociale dont ils bénéficieraient. Bref, s’acculturer quelque peu à la vie cubaine ? Pour le dire autrement, si nous voulions recueillir autre chose qu’un organigramme des services sociaux en charge de la protection sociale des Cubains, avec, éventuellement, quelques données chiffrées sur leurs performances et ne pas succomber à la langue de bois qui aurait pu les accompagner, il valait mieux renoncer à la procédure du top-down et adopter celle du bottom-up. Et donc, pour ce faire, tenter de reconstruire ce qu’un Cubain lambda expérimente être sa protection sociale, avec un focus délibéré à l’endroit de la protection sociale spécifique aux femmes.

11En somme, il s’agissait pour nous de faire preuve d’empathie et de compréhension – au sens étymologique du terme. Partant, de curiosité, de volonté de savoir, de recherche d’échanges « à bâtons rompus » avec qui voulait bien s’y prêter (et bien rares sont les Cubains qui n’ont pas voulu s’y prêter !) et d’engagement, autant que faire se pouvait, à partager certains des moments de l’existence quotidienne de ceux qu’on allait rencontrer. Une méthode non « méthodique » donc. Sans échantillon bien entendu, ni guide d’entretien préalablement établi, ni a fortiori d’enregistrements à transcrire. Rien de ce que l’on transmet aux étudiants de sociologie dans les cours dits de « méthodologie ». Mais une démarche intellectuelle qui n’est pas sans rappeler celle que tout anthropologue était amené à mettre en œuvre en rencontrant ses « sujets/objets » d’étude quand ces derniers lui étaient pratiquement inconnus. Autrement dit, une démarche d’intellection de l’inconnu, avec ce qu’une telle démarche comporte de décryptage des erreurs de perception commises par celui qui s’y livre.

  • 3 « Comme si » veut dire ici que nous faisons l’économie de l’explicitation des procédures logico-cog (...)

12Une telle démarche est donc avant tout une démarche de tâtonnements, d’approximations successives, d’avancées et de reculs, de constructions et de déconstructions continuées, d’incertitudes foncières. Et c’est par ce mouvement continu d’élaborations toujours sujettes à caution qu’une sorte de phénomène de cristallisation de la connaissance va s’établir, comme si 3 l’accumulation des données éparses et partielles débouchait sur un savoir constitué, stable et cohérent. Fiable, en un mot.

13C’est ainsi par exemple que la question du ciblage des politiques d’assistance à l’endroit des femmes a pu être éclairée non comme un enjeu « institutionnel » des politiques de protection sociale, mais comme un enjeu idéologique dans la conception desdites politiques. Alors que la littérature sur Cuba décrit largement la situation des femmes sans homme à la maison, alors que nombre des Cubaines rencontrées ici où là se déclarent sans homme à la maison, alors qu’une expression consacrée, ama de casa (« âme de la maison », anciennement les domestiques des familles riches), les désigne, il ne revenait jamais dans nos conversations de propos sur l’obtention de droits d’aide sociale à ce titre. Ni au titre de femme « isolée », comme ce pouvait être le cas en France avec l’ex-API (aujourd’hui intégrée dans le RSA), ni au titre de médiatrice du care apporté à des parents vieillissants ou à de très jeunes enfants. C’est que toutes ces femmes entraient le plus souvent dans la protection sociale au titre de leur activité professionnelle. Salariées de l’État, pourtant faiblement rémunérateur, elles voient leurs enfants pris en charge, pour la nourriture et diverses activités, par le circulo infantil (les « crèches » et autres « haltes-garderies ») pour les tout jeunes, puis par l’école. Non salariées de l’État, installées comme cuentas propistas (indépendantes encadrées par l’État), elles disent avoir plus de difficultés à faire intégrer leurs enfants dans les circulos infantiles, mais peuvent s’en charger à domicile, notamment lorsqu’elles tiennent une casa particular (une maison d’hôte, le plus souvent réservée aux touristes étrangers). Même chose pour les parents âgés qui peuvent rejoindre les casas de abuelos ou de ancianos (centres d’accueil diurne et d’activités pour personnes âgées) pendant le temps de travail de l’ama de casa. C’est seulement dans le cas où la femme ne dispose d’aucune activité rémunératrice ou dans le cas de présence d’un membre de la famille handicapé que des aides peuvent lui être octroyées. Mais dans ce cas, elle relève d’une catégorie générique, celle des « cas sociaux ». Lesquels font l’objet d’une attention particulière de la part des travailleurs sociaux et de leur entourage communautaire (c’est-à-dire les instances politico-administratives de surveillance, sécurité et solidarité de voisinage). Ainsi les femmes n’apparaissent-elles pas comme potentiellement titulaires d’un statut social singulier à même de les rendre éligibles d’une protection sociale elle-même singulière. C’est pourquoi elles n’en font même pas état.

  • 4 La thèse est également développée dans certains travaux de recherche. Voir notamment María Del Carm (...)

14Est-ce à dire que le principe constitutionnel de l’égalité des sexes interdit de penser la situation de ces femmes en termes d’inégalité sociale ? Dans leurs propos, elles n’hésitent pourtant pas à décrire les relents de machisme de la société cubaine et énoncent volontiers qu’il « vaut mieux être seule que mal accompagnée ». Dans les propos des travailleurs sociaux et des responsables territoriaux d’activités sociales, c’est là une source majeure de difficultés sociales (particulièrement vis-à-vis des enfants) 4. Bien plus, un courant d’analyse chez les chercheurs cubains en sciences sociales entend mettre la dimension de genre au cœur de ses approches. À l’évidence, la question n’est pas dénuée de sens pour les acteurs même si elle ne reçoit pas de réponse en termes de ciblage des politiques sociales sur les femmes.

15C’est bien pourquoi nous en ferons un enjeu idéologique de la conception des politiques cubaines de protection sociale. Enjeu qui peut schématiquement s’énoncer sous la forme d’une question : quelle est l’entité principielle de la protection sociale cubaine ? Est-ce l’individu stricto sensu ? On aurait été tenté de le croire eu égard aux principes universalistes mis en œuvre dans le domaine de la santé, de l’éducation ou de la sécurité civile. Mais un tel individu, entité abstraite, se trouve fractionné en différents statuts eu égard à son âge et à son type d’activité. Ce, d’autant plus que les difficultés de la période spéciale ont approfondi les différenciations situationnelles et statutaires. Est-ce le travailleur ? La référence partisane au projet communiste aurait pu sous-entendre que le travailleur fut devenu l’unité de compte de la protection sociale et par bien des aspects il semble l’avoir été tant sa protection paraît « encastrée » dans son statut de travailleur (Destremau & Messu, 2011). Mais pas plus que dans les dispositifs de type corporatiste hérités de l’Europe occidentale le travailleur cubain ne se trouve isolé de sa famille. C’est en fait la « famille » qui se présente comme l’unité de compte de la protection sociale cubaine quand bien même celle-ci serait-elle appréhendée depuis ses éléments constitutifs normatifs : les père et mère travailleurs. En témoignent les dispositifs de atención a la familia qui maillent les territoires locaux, les pratiques de travail social qui enjoignent aux travailleurs sociaux de visiter toutes les familles de leur circonscription et de repérer celles dont les difficultés de tous ordres pourraient les inscrire dans la catégorie des « cas sociaux ». En témoignent encore les pratiques de socialisation mises en œuvre aussi bien dans les circulos infantiles qu’à l’école pour appréhender l’enfant et ses éventuelles difficultés au filtre de la famille dans laquelle il se trouve. Et c’est à ce titre que la famille monoparentale, pour reprendre l’euphémisme qui désigne majoritairement celle formée d’une femme élevant seule ses enfants, peut devenir un objet d’attention particulière de la part de son environnement communautaire. Les travailleurs sociaux agissant comme révélateurs de la situation singulière de ladite famille.

16Autrement dit, l’enjeu idéologique porte bien sur une conception de la protection du citoyen qui se refuse encore à l’appréhender dans sa stricte individualité. Ce dernier est toujours rapporté à sa famille, laquelle se trouve fortement insérée dans son tissu communautaire résidentiel. Ce qui, loin d’exclure les effets produits par les liens de la parenté (ils semblent même jouer un rôle de plus en plus grand de différenciation quand les membres de la famille résidant à l’étranger fournissent des apports financiers aux membres résidant dans l’île sous forme de remesas), n’en fait pas pour autant une unité autonome susceptible de déterminer la reproduction des écarts de situation sociale. En somme l’enjeu idéologique renvoie à la forme d’organisation sociale dans laquelle la société socialiste cubaine envisage d’inclure ses membres. Ou, pour le dire en d’autres termes, il renvoie à l’option non individualisante du projet communiste cubain. Ce qui, par parenthèse, le distingue assez nettement du projet soviétique léniniste historique.

17Ainsi, cet exemple de re-questionnement de la politique sociale cubaine nous a-t-il été suggéré par la réception discursive et l’observation directe des pratiques effectives mises en œuvre par les Cubains que nous avons rencontrés. L’aurions-nous perçu si nous avions reçu une présentation « officielle » des dispositifs et de leurs modalités d’exercice ? L’aurions-nous reçu si nous nous étions contentés d’orienter nos demandes sur les politiques spécifiques à l’endroit des femmes ? Peut-être, si la perspicacité de notre interlocuteur était allée au-delà des déclarations et orientations générales produites par les autorités en place. Sans certitude, si l’on considère les règles de droit civil qui organisent la vie familiale des Cubains (elles ont le même degré de souplesse et d’obligation que celles qu’a réussi à atteindre la France dans les années 1970-80, les différences portant sur leurs effets économiques – pensions alimentaires, par exemple – et les contraintes comportementales qui pèsent sur les membres, telle la violence faite aux femmes qui se trouve fortement réprimée). Il semble donc bien que l’approche empirique, celle entreprise par le bas, des dispositifs de protection sociale nous ait conduit à mieux cerner, en tout cas mieux qu’une approche institutionnelle ne pouvait le faire, les termes dans lesquels peuvent être énoncés certains des enjeux de la protection sociale cubaine. Ce qu’il nous reviendra de développer dans d’autres documents, bien entendu.

De quelle méthodologie ?

  • 5 Nous nous sommes déjà expliqué sur ce point dans Messu (1991).

18De ce qui précède, il ressort à l’évidence qu’aucune procédure de vérification ex post de la démarche méthodique n’a pu et ne pourra être mise en œuvre. Aucun autre sociologue ne saurait chausser nos bottes pour reproduire le même type d’informations que celui que nous avons recueilli, rencontrer les mêmes personnes qui leur tiendraient le même discours, observer les mêmes interactions entre personnes, constater les mêmes faits singuliers. Nous sommes ici dans la singularité et la subjectivité les plus absolues. Du même type que celles que rencontrait l’ethnologue mis en contact avec une société « archaïque » de lui totalement inconnue. Or – comme le rappelait constamment Claude Lévi-Strauss – c’est seulement à partir de ces observations singulières qu’il lui revenait d’établir ce qu’il appelait les « lois d’ordre » qui organisent la société rencontrée (Lévi-Strauss, 1983). D’où le « regard éloigné » qu’il professait, le « regard situant » que propose aujourd’hui Gilles Séraphin (2011), ou la variation du « point de voir » que nous avons pratiquée dans certains de nos travaux (Messu, 2002). Dans tous les cas il s’agit, par une démarche de rapprochement et d’éloignement, d’adhésion et de retrait, de proximité et d’écart, bref, de focalisation et d’élargissement, de produire, à titre d’hypothèse interprétative – donc toujours sujette à caution – une théorisation plausible des faits d’observation – eux-mêmes toujours partiels et limités. Tout à l’opposé donc des protocoles a priori cherchant à établir, par le respect des règles qu’ils ont construites et, si possible, discutées, la validité de leurs inférences. Inférences elles mêmes à discuter sur le plan logique et épistémologique, car leur validité théorique ne saurait stricto sensu dériver de leur formalité procédurale. En témoignent les sophistications de procédure recherchant l’impact des « variables discrètes » et autres facteurs non apparents dans le protocole de départ. En somme, la démarche, ici revendiquée, récuse la validation a priori conférée au protocole, pour promouvoir une validité heuristique et interprétative. Cela, aussi, parce que nous tenons les sciences du social, non pour des sciences expérimentales, mais pour des disciplines herméneutiques laissant une large part à l’interprétation du sens que donnent les acteurs concernés – ce qui n’interdit pas, tout au contraire, de rechercher les structures compréhensive dudit sens 5.

19Autrement dit, la méthodologie prônée est celle qui réduit la méthode à son rôle instrumental de guide dans la poursuite d’une fin – à l’instar de ce que préconisait Descartes soi-même – non d’en faire un principe de certitude et de certification du résultat obtenu. De ce point de vue, il ne saurait y avoir de bonne ou de mauvaise méthode, il n’y a que des méthodes appropriées à la fin de recherche poursuivie. Foin donc de la subjectivité du chercheur comme entrave à la validité du résultat. Non seulement parce que ladite subjectivité affleure toujours y compris dans les dispositifs expérimentaux les plus serrés, mais parce qu’elle est requise comme mode de production de la connaissance. L’épistémologie des sciences « exactes » l’a reconnu de longue date. Autant donc la revendiquer comme modalité de la démarche méthodique, comme une modalité de la logique de la découverte – pour paraphraser Karl Popper. Certes, cette alchimie de la découverte n’a rien d’une disposition spécifiquement individuelle, d’une révélation purement subjective. Elle renvoie plutôt au débat épistémologique qui agite les sciences du social depuis leur apparition, ce que nous ne saurions reprendre ici mais dont Ruwen Ogien a magistralement résumé les termes dans certains de ses travaux (Ogien, 2001, pp. 521-575).

20Pour le dire d’une phrase, l’adoption d’une méthode standard, a fortiori lorsqu’elle conforte une méthodologie a prioriste, ne saurait être tenue pour le nec plus ultra de la normativité scientifique ni la meilleure voie de l’élaboration théorique. Reste que la question de méthode et partant la méthodologie qui lui est liée, se trouvent aujourd’hui de plus en plus souvent traversées par des considérations dites d’éthique de la recherche. La conséquence la plus manifeste est un renforcement de la tendance à la formalisation et la standardisation la plus expresse de la démarche méthodique.

De quelle déontologie ?

  • 6 Au Canada les chercheurs en sciences humaines et sociales s’étaient fortement élevés contre la prem (...)

21La propension, qui s’est d’abord manifestée outre-Atlantique et a atteint depuis quelques années l’Europe et la France en particulier, à vouloir encadrer les pratiques de terrain par des règles de déontologie et à soumettre toute recherche empirique à l’approbation d’un comité d’éthique ad hoc, a déjà montré ses limites et, surtout, ses effets pervers sur les recherches elles-mêmes 6. Si on ne connaît guère de voix qui se soit élevée contre le respect d’une éthique professionnelle dans la recherche, d’aucuns ont néanmoins cru bon de chercher à formaliser les impératifs pragmatiques à respecter pour procéder validement à la réalisation d’un travail de terrain. On sait comment nombre de collègues américains et canadiens se sont trouvés en butte à des interdits de recherche pour non-respect des clauses déontologiques contenues dans les chartes et autres manuels de savoir faire « éthiques ». Les promoteurs de telles règles avancent que c’est d’abord pour se prémunir contre des procès et autres attaques émanant de la « société civile » qu’il importe d’énoncer et de suivre ce qui est tenu pour des principes « éthiques » de respect de l’autre, de préservation de son libre-arbitre, de son droit à l’image, etc. Remarquons d’emblée que la demande n’est en rien commandée par les pratiques des chercheurs eux-mêmes. Ils ne sont guère confrontés à la concurrence déloyale de chercheurs-prédateurs amoraux. Les « affaires » se décomptent à l’unité. Mais la demande vient plutôt de leur incorporation des tendances à la judiciarisation des conflits largement prévalentes dans nos sociétés, tendances qui se développent sur fond d’idéologies promotionnelles des droits de l’individu. Dans la foulée se dessine ce que Howard Becker n’a pas hésité à qualifier d’« académisme le plus stérile » (Becker, 2011). De fait, comme l’ont montré les observations nord-américaines du fonctionnement des comités d’éthique universitaire, c’est vers une standardisation « éthique » des protocoles de recherche qu’ils s’orientent, favorisant ainsi des études quantitatives standards au détriment des recherches empiriques tâtonnantes mais qui avaient pu, à l’occasion, déboucher sur des œuvres maîtresses de la discipline. Howard Becker le dit lui-même, il ne pourrait plus aujourd’hui entreprendre les travaux qui l’on fait connaître s’il avait dû se plier aux exigences « éthiques » des comités. Et Erving Goffman aurait-il pu écrire Asile ? Harold Garfinkel, Agnès ? Edgar Morin, La Rumeur d’Orléans ? etc. À l’évidence, il y a un hiatus entre la formalisation de règles prétendument éthiques de « protection des sujets humains » et les conditions de réalisation d’enquêtes empiriques engageant ces mêmes « sujets humains ».

22D’autant que les travaux d’observation empirique, les observations participantes et autres modes de participation à la vie quotidienne des sujets sociaux ne tiennent le plus souvent pas leur démarche pour une procédure de vérification de leurs présupposés théoriques mais comme un cheminement heuristique susceptible de faire naître une intuition explicative, une forme d’accountability aurait dit Harold Garfinkel, bref, un discours sur l’observation, un rapport sur ce qui a été rapporté, en somme une méta-observation. Et ce, au risque qu’elle puisse déplaire à ceux qui ont rapporté, qui ont été observés. Un peu comme, le note Claude Lévi-Strauss, lorsque les ethnologues furent accusés par des dirigeants africains de la décolonisation d’être les agents du maintien folkloriste de la colonisation, ceux-là mêmes qui aspiraient à chausser les bottes du colonisateur occidental.

23De ce point de vue, s’il nous avait fallu souscrire à une quelconque charte de protection éthique du sujet humain cubain, en lui précisant et nos « intentions » de recherche et les éventuelles conséquences auxquelles il s’exposait lors de nos rencontres, voire en lui faisant signer un document de décharge en bonne et due forme, il est peu probable que nous eussions recueilli la moindre information. D’autant qu’à Cuba, si la parole est libre, elle ne se sent pas libre d’aller à l’encontre du pouvoir en place. L’ennemi extérieur, l’expression de ses cibles idéologico-politiques, ne saurait avoir de place à l’intérieur. Tout un chacun, dans ces conditions, nous aurait renvoyés vers d’« officiels » interlocuteurs. Et nous aurions été contraints de procéder à une recherche institutionnelle, avec, comme nous avons tenté de le montrer, le risque de passer à côté d’interrogations pertinentes pour notre projet de recherche sur les enjeux de la protection sociale à Cuba.

24Il apparaît donc que déontologie et méthode ne sauraient être dans des rapports subordonnés mais seulement d’extériorité contrôlée, c’est-à-dire renvoyés vers des instances « externes » d’appréciation des produits de la recherche et, subséquemment, à l’éthique individuelle du chercheur. D’autant qu’affirmer le primat du résultat de la recherche ne revient pas à purement et simplement instrumentaliser ceux par qui il a été obtenu. Le plus souvent, dans ce type de démarche – et c’est ce que nous avons pu réaliser à Cuba – c’est un échange interactif qui se met en jeu. Le rôle du chercheur n’est pas celui d’un enregistreur passif, encore moins celui d’un questionneur seulement soucieux d’obtenir la « bonne réponse » attendue. Il s’engage. Il s’engage dans l’échange conversationnel, reçoit et donne toutes sortes de gratifications symboliques, voire matérielles. Il peut aussi, selon le cas, s’engager dans des actions participatives à la vie collective, partager parfois, quoiqu’à terme, le sort de ceux avec qui il se retrouve, s’immerger d’autres fois et sur le long terme dans la communauté de vie de ceux qu’il a rencontrés – au risque peut-être de s’y perdre lui-même, comme le personnage du Professeur Des Amis imaginaires d’Alison Lurie (1991).

Conclusion

25« Faire du terrain à Cuba », n’était donc rien d’autre qu’entreprendre une recherche empirique dans le contexte singulier de l’île. Les problèmes de démarche, de méthodologie voire de déontologie, ne diffèrent en rien de ceux que nous pouvons rencontrer dans la Lozère, à Gennevilliers ou ailleurs. Ce qui varie est le contexte et ses contraintes. Mais la réponse est de même nature : ajuster la démarche au contexte. L’objectif de la recherche ne sera pas perdu, pourvu que le chercheur ne l’oublie pas. Il ne sera même pas perdu, s’il doit renoncer au projet initial, pourvu qu’il y trouve un nouvel objet de compréhension ou un nouveau mode d’explication.

26« Faire du terrain à Cuba » suppose donc de ne pas se laisser bercer par les sirènes des représentations préformatées, qu’elles soient ou non des héritages surannés des années de Guerre froide, décrivant la vie sociale des Cubains sous l’emprise d’un Big Brother mettant au pas jusqu’à la langue de bois du Cubain lambda. Il s’en faut d’ailleurs, les Cubains vivent, et le disent volontiers, dans un environnement difficile mais de sécurité. Si leurs aspirations sont loin d’être satisfaites, ils n’ont pas de coupable tout désigné, même pas l’« ennemi américain ». Ils se montrent plutôt accueillants, ouverts et affables. Le touriste n’est pas une menace, il est, du moins pour certains, une aubaine. Ils parlent donc, s’affichent avec vous sans vergogne, sont heureux d’échanger avec des étrangers et ont toujours trois mots de français ou d’anglais à disposition pour établir une complicité. Ce qui n’est pas toujours le cas, ni en Lozère, ni à Gennevilliers ou ailleurs. Pouvoir « faire du terrain à Cuba » réclame donc de se déprendre des visions idéologiques figées, d’adopter un « point de voir » le plus ajusté possible à la manière dont vit la société cubaine elle-même. Un point où la bonhomie ambiante n’interdit pas de percevoir les divergences, les écarts entre une fierté nationale portée haut et les aspirations consuméristes regardées avec une certaine condescendance par le visiteur occidental, voire les rancœurs et les contradictions, ni, non plus, les limites à l’intérieur desquelles tout cela s’exprime.

27« Faire du terrain à Cuba » ne réclame donc rien d’autre qu’une stratégie de recherche ordinaire. Laquelle, eu égard aux contraintes locales et comme nous avons cherché à l’établir ici, ne pouvait en appeler à un standard d’enquête institutionnel, déontologiquement estampillé, mais à un tâtonnement aléatoire, incertain, fait plus de doutes que de certitudes. Mais un tâtonnement qui, bientôt, allait se cristalliser en une vision plus claire, une représentation renouvelée, une construction perceptive plus nette. À charge pour nous de la consolider, y compris en la repensant totalement et d’en extraire les éléments les plus pertinents pour notre objet de préoccupation initial. À suivre donc.

Haut de page

Bibliographie

Becker H. S. (2011), « Quand les chercheurs n’osent plus chercher », Le Monde Diplomatique, mars.

Destremau B. (2010), « Le pot de fer et le pot de terre : rapports de force et ambiguïtés participatives dans un programme institutionnel de diffusion de normes », Économie & Institutions, n° 14/1er semestre.

Destremau B. & M. Messu (2011), « La centralité du social dans les réformes du modèle cubain : ¿Renovarse o morir?, à paraître.

Lévi-Strauss C. (1983), Le Regard éloigné, Paris, Éditions Plon.

Lurie A. (1991), Des Amis imaginaires, Paris, Éditions Rivages.

Messu M. (1991), Les Assistés sociaux, analyse identitaire d’un groupe social, Toulouse, Éditions Privat ; repris dans Messu M. (2010), Les Assistés sociaux suivi de L’Assurance d’assistance, Fribourg, Academic Press Fribourg.

Messu M. (2002 ), « Micro et macrosociologie : le point de voir », dans Châtel V. & M.-H. Soulet (dir.), Faire face et s’en sortir, Vol. 2, Fribourg, Éditions universitaires Fribourg Suisse.

Ogien R. (2001), « Philosophie des sciences sociales », dans Berthelot J.-M., Épistémologie des sciences sociales, Paris, Presses universitaires de France.

Séraphin G. (2011), Le Regard situant, HDR, Université Paris Descartes.

University Affairs/Affaires universitaires (2011), n° 3.

Zabala Argüelles M. C. (2009), Jefatura femenina de hogar, pobreza urbana y exclusión social. Una perspectiva desde la subjetividad en el contexto cubano, Buenos Aires, Consejo Latinoamericano de Ciencias Sociales - CLACSO.

Haut de page

Notes

1 Cette réflexion s’inscrit dans la première phase d’un programme de recherche financé par l'Agence Nationale de la Recherche (ANR) dans le cadre du concours « Les Suds Aujourd'hui II - 2010 » pour la période 2011-2013, programme LATINASSIST, http://www.latinassist.org/ et qui vise à étudier les stratégies d’acteurs face à la mise en place de dispositifs d’assistance qui ciblent les femmes dans six métropoles d’Amérique latine. Blandine Destremau et moi-même avons en charge le site de La Havane à Cuba. C’est du premier travail de terrain que nous y avons mené qu’est issue cette réflexion.

2 Les femmes comme personnes âgées aux faibles ressources, les femmes comme mères de famille, les femmes comme médiatrices du soin aux plus âgés dépendants, les femmes comme jeunes mères inexpérimentées et souvent sans revenus, etc.

3 « Comme si » veut dire ici que nous faisons l’économie de l’explicitation des procédures logico-cognitives par lesquelles nous concevons la formation d’une pensée signifiante.

4 La thèse est également développée dans certains travaux de recherche. Voir notamment María Del Carmen Zabala Argüelles (2009).

5 Nous nous sommes déjà expliqué sur ce point dans Messu (1991).

6 Au Canada les chercheurs en sciences humaines et sociales s’étaient fortement élevés contre la première version de Tri-Council Policy Statement: Ethical Conduct for Research Involving Humans, jugée trop fortement orientée vers la recherche biomédicale. Une deuxième version a été adoptée par les principaux organismes subventionnaires de recherche fédéraux qui ajoute un chapitre spécifique sur la recherche qualitative. Il y est précisé que « les méthodes associées à la recherche qualitative ont un caractère dynamique et peuvent s’appuyer sur des prémisses différentes de celles des méthodes de recherche quantitatives » (University Affairs/Affaires universitaires, 2011, pp. 34-35).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Messu, « Faire du terrain à Cuba ?  », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 26 mars 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3930

Haut de page

Auteur

Michel Messu

Université de Nantes – GEPECS, Université Paris Descartes, France - michel.messu@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page