Navigation – Plan du site
Champs de recherche et enjeux de terrain

Des « études de cas » aux généralisations fondées

Pour une ethnographie ambitieuse
From “case studies” to grounded generalizations. For a strong ethnography
Marie Buscatto

Résumés

Depuis la fin des années 1990, l’ethnographie est devenue une méthode légitime en sociologie. Fondée sur une insertion personnelle et de longue durée du ou de la chercheur-e sur son terrain, l’ethnographie est souvent définie de manière principale comme une méthode locale, principalement destinée à identifier les savoirs invisibles, les pratiques indicibles ou les imaginaires implicites peu accessibles à l’enquêtrice ou à l’enquêteur par questionnaire, par entretiens ou par archives. Si ces vertus sont bien réelles, cet article vise à démontrer que l’ethnographie peut aussi nourrir des efforts ambitieux de conceptualisation et de généralisation empirique lorsqu’elle est employée de manière contrôlée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les points développés dans ce texte prennent leur source dans notre ouvrage de 2010. La lectrice ou (...)

1Depuis la fin des années 1990, l’ethnographie est non seulement devenue une méthode légitime en sociologie, mais elle s’est également bien installée dans le paysage des recherches académiques sociologiques. Des ouvrages méthodiques se sont multipliés aussi bien pour en définir les conditions techniques de réalisation – sous forme de manuels ou de guides d’enquête (Beaud & Weber 1997 ; Arborio & Fournier, 1999) – que pour en discuter les fondements épistémologiques (Buscatto, 2010 ; Cefaï, 2003) 1. Définie comme « tout type d’enquête qui repose sur une insertion personnelle et de longue durée du chercheur dans le groupe qu’il étudie » (Schwartz, 1993, p. 267), l’ethnographie vise ainsi à construire un « matériau » empirique spécifique.

2Mais si l’ethnographie est bien considérée comme une méthode scientifique légitime pouvant enrichir notre connaissance empirique de mondes sociaux variés, elle reste encore définie de manière principale comme une méthode locale et située, principalement destinée à identifier les savoirs invisibles, les pratiques indicibles ou les imaginaires implicites peu accessibles à l’enquêtrice ou à l’enquêteur par questionnaire, par entretiens ou par archives. Si cet apport épistémologique de l’ethnographie à la sociologie est bien réel et largement documenté, ne peut-on aussi y voir une méthode susceptible de produire aussi bien des concepts solides que des savoirs empiriques généraux ?

3Cet article vise justement à démontrer la capacité de l’ethnographie à nourrir des efforts ambitieux de conceptualisation et de généralisation empirique lorsqu’elle est employée de manière contrôlée. L’article posera dans un premier temps les fondements réflexifs d’un usage scientifique de l’ethnographie par les sociologues avant d’aborder, dans un deuxième temps, deux exemples plus précis démontrant « en acte » la capacité de généralisation empirique et conceptuelle de la méthode ethnographique.

La réflexivité au cœur d’une ethnographie scientifiquement légitime

4L’observation réalisée in situ prend des formes variables – participante, semi-participante ou extérieure – et se réalise selon différentes modalités – en filature ou flottante, en une ou plusieurs fois, sur un lieu précis ou en divers endroits. Mais au-delà de la diversité des pratiques, les deux points de définition de l’ethnographie agréés par les sociologues et les ethnologues en sont, d’une part, la présence personnelle et effective du ou de la chercheur-e dans la vie du groupe (ou des groupes) étudié(s) et, d’autre part, le respect d’une certaine durée d’enquête qui permet de considérer que l’observation est effective et multiple :

« In its most characteristic form it involves the ethnographer participating, overtly or covertly, in people’s daily lives for an extended period of time, watching what happens, listening to what is said, asking questions – in fact, collecting whatever data are available to throw light on the issues that are the focus of the research » (Hammersley, 1995, p. 1).

  • 2 Pour de récents exemples : Burawoy, 2003a ; Weber, 2001.

5Or, l’ethnographe est sans cesse menacé-e par de nombreux risques d’erreurs, de détours inutiles ou d’oublis avant, pendant et après l’enquête. La fluidité, l’imprévisibilité et la plasticité de cette technique d’enquête ont ainsi obligé les enquêteurs à penser le processus de validation empirique selon le modèle réflexif. La nature subjective de la relation d’enquête rend difficile la mise en place de techniques précises de contrôle. Assurer la qualité et la pertinence empiriques d’un matériau constitué sur le « terrain » ne peut se fonder ni sur des recettes à appliquer, ni sur des critères procéduraux précis de validation. Du fait de « l’ambivalence épistémologique » (Schwartz, 1993) qui traverse l’enquête, les ethnographes ont ainsi très tôt reconstruit un modèle scientifique souple, entre engagement et distanciation, entre implication et rigueur 2. Fondée sur une analyse critique, raisonnée et systématique des conditions d’enquête menée aux différents stades de la recherche, l’approche réflexive permet à la chercheure de jouer de l’« empirisme irréductible » (Schwartz, 1993) auquel il ou elle est sans cesse confronté-e afin de développer des savoirs rigoureusement construits. La mise en œuvre d’une « entreprise raisonnée d’analyse » (Bloch, 1949), d’une démarche rigoureuse, entre engagement et implication, est ainsi censée permettre à tout-e chercheur-e d’échapper au mieux aux biais incessants auquel il ou elle est sans cesse confronté-e. La démarche réflexive incite à mettre en danger sa propre démarche d’enquête alors même que différentes techniques peuvent être utilisées pour travailler à l’élaboration d’un matériau rigoureux. Les usages réfléchis de la comparaison, de la quantification, de la triangulation, de la saturation, d’une analyse réflexive de la relation d’enquête ou de la restitution critique des résultats aux acteurs sont ainsi autant d’exemples possibles de validation scientifique lors d’une enquête ethnographique (Buscatto, 2010, 2008a, 2005 ; Silverman, 2010).

De l’ethnographie comme source de généralisation

6Si l’ethnographie est bien devenue une méthode scientifique légitime en sociologie dans sa capacité à accéder à des phénomènes sociaux difficiles à saisir et à en enrichir la connaissance empirique, elle peine encore à voir reconnue sa capacité à susciter de riches conceptualisations et à donner lieu à des généralisations empiriques ambitieuses. Les terrains étudiés sont souvent définis comme des « cas », des unités sociales limitées et les conclusions des recherches comme potentiellement limitées à ces seuls exemples empiriques.

7Pourtant, différents concepts solides – « institution totale » (Goffman, 1961), « ordre négocié » (Strauss, 1992) ou « mondes de l’art » (Becker, 1982) – ont très tôt émergé à partir d’enquêtes ethnographiques. Munie d’un cadre réflexif, l’ethnographie apparaît en effet plutôt bien armée pour asseoir la validité de conclusions théoriques et de conceptualisations plus ambitieuses : « Since ethnographic theories are tested, retested, and tested again in the field, they tend to be rather resistant to high-level abstractions » (Van Maanen, 1979, p. 549)

8Par ailleurs, et de manière parallèle, l’étude de cas peut nourrir des conclusions plus larges sur certains phénomènes sociaux à l’œuvre dans différents contextes. Ainsi, Norbert Elias affirme le fort potentiel de généralisation de l’« étude de cas », dont l’enquête ethnographique est un exemple emblématique :

« Le choix d’une petite unité sociale pour étudier des problèmes que l’on retrouve dans un large éventail d’unités sociales plus grandes et différenciées permet de ne laisser dans l’ombre aucun détail : de réaliser, pour ainsi dire, une étude microscopique. On peut construire, sur une petite échelle, un modèle explicatif de la configuration qu’on croit universelle : un modèle prêt à être testé, élargi et, au besoin, révisé à la lumière d’autres enquêtes relatives à des représentations apparentées sur une grande échelle. » (Elias, 2001, p. 36)

  • 3 On retrouve une idée proche chez Robert Prus (Prus, 1987).

9Dit autrement, dans la mesure où l’ethnographe assure un travail quotidien de notation, d’analyse, de mise en relation des différents matériaux constitués, de mise en contradiction de ses propres résultats avec autrui (acteurs ou pairs), les conclusions auxquelles il ou elle aboutit sont ancrées dans un travail progressif, contrôlé, itératif contradictoire, solide, qui peut à son tour nourrir une riche conceptualisation ou une généralisation des résultats empiriques valables dans des contextes sociaux nouveaux ou étrangers au contexte de réalisation de l’enquête : « The theoretical understanding which emerges from ethnographic case studies is gradual, tentative, and grounded in ensuing rounds of data gathering (Glaser & Strauss, 1967) » (Harper, 2005, p. 141) 3.

10La méthode ethnographique peut ainsi générer des conceptualisations solides pouvant s’appliquer à d’autres contextes. Elle peut encore rendre compte de phénomènes sociaux plus larges dont l’expression et la structuration sont alors révélés par l’étude de cas. À l’image de la « micro-histoire », l’ethnographie nourrit ainsi des généralisations, théoriques et empiriques, ambitieuses :

« En faisant de "l’analyse à la loupe de faits circonscrits" l’une des tâches premières de la micro-histoire, Carlo Ginzburg développe un souci du détail qui entend remonter des propriétés des phénomènes fortement individualisés aux caractéristiques générales des ensembles où ils s’inscrivent. Il s’inspire à cette fin de la "méthode indiciaire" mise en œuvre dans le dernier quart du xixe siècle par Giovanni Morelli. Cet historien de l’art est parvenu à identifier les peintres de tableaux non signés et à distinguer les œuvres originales de leurs copies en repérant, au niveau du motif le plus infime, ce qui dans la manière de l’artiste doit moins à l’appartenance à telle ou telle école » (Bensa, 2006, p. 27).

11L’étude de cas ethnographique devient alors le support non seulement de conceptualisations riches – ordre négocié, institution totale ou monde de l’art – mais aussi d’une meilleure compréhension de phénomènes sociaux plus larges – idéologies sociales, rapports sociaux de sexe, d’âge ou « ethniques » ou phénomènes socio-économiques transversaux.

  • 4 Raymond Boudon discute le concept « être de raison » élaboré par Émile Durkheim afin de caractérise (...)

12Or, menacé-e comme tout-e chercheur-e, par le risque, dans le travail d’interprétation, de créer des « êtres de raison » (Boudon, 2006) 4, de « surinterpréter » (Olivier de Sardan, 1996), de produire des théorisations ou des généralisations erronées, l’ethnographe s’appuie justement sur un matériau riche et une démarche réflexive à même de le ou de la protéger de conclusions empiriques, voire de généralisations théoriques ou empiriques trop rapides. Dans le modèle réflexif en effet, les conclusions s’appuient sur des procédés itératifs afin d’articuler de manière rigoureuse les faits recueillis au cours de l’enquête et les éléments structurels qu’ils sont censés exprimer, même de manière partielle, afin de mettre en relation les situations les plus individuelles et les rapports sociaux les plus abstraits.

13Mais quel que soit le procédé adopté, cet usage conscient de l’ethnographie ouvre la possibilité – sans la rendre nécessaire – d’une analyse conceptuelle et/ou générale des phénomènes étudiés. Elle est bien à l’œuvre dans la manière dont certain-es ethnographes analysent les comportements humains observés en termes de rapports sociaux de sexe, de dispositions sociales ou de phénomènes générationnels (Buscatto, 2010). L’ethnographie situe l’observatrice à un point « idéal » entre les individus qui sont en partie constitués par les contextes sociaux qui les portent et les structures sociales que ces individus participent à produire et à transformer par leurs actes quotidiens. Discutons maintenant deux exemples plus précis illustrant « en acte » les manières dont l’ethnographie peut nourrir des généralisations plus ambitieuses.

De l’ethnographie en organisation à la « psychologisation sociale »

14Si l’on prend le cas emblématique des ethnographies des organisations, elles tendent à être confondues avec les monographies d’entreprise ou avec l’analyse des seuls phénomènes organisationnels. Or, divers ethnographes révèlent, à travers les études spécifiques d’organisations, les mécanismes sociaux, économiques, politiques ou idéologiques façonnant les relations de travail et d’emploi à l’œuvre dans les organisations modernes :

« Researchers from a number of different theoretical traditions have begun to recognize the value of linking these micro-level, interactional processes with macro-level structures, and ethnography provides researchers with the kind of data necessary to make this link » (Schwartzman, 1993, p. 4).

Généraliser en ethnographie des organisations

15Fondées sur une analyse fine des schémas d’interaction à l’œuvre dans les organisations, ces recherches identifient les déterminants sociétaux qui influencent la production, la transformation et la légitimation de l’ordre organisationnel. Inscrire l’organisation dans son environnement sociétal rend compte au plus près des fondements plus larges des logiques organisationnelles identifiées comme l’illustrent les travaux sur les « régimes de production » (Burawoy, 1985), sur la « psychologisation sociale » (Buscatto, 2002 ; Gubrium & Holstein, 2001), sur le passé colonial et les rapports « ethniques » (Bazin, 1996) ou sur les rapports sociaux de sexe, l’origine sociale ou le capital scolaire (Buscatto, 2007 ; Burnod, Cartron & Pinto, 2000).

16Dans ces travaux, il s’agit par exemple d’articuler positions professionnelles et insertion locale ou de croiser socialisations au travail et socialisations extérieures – familiales, urbaines, scolaires ou générationnelles. L’ethnographe peut également inscrire les phénomènes organisationnels dans des contextes sociaux plus larges – marchés du travail, systèmes politiques, économiques ou juridiques, idéologies sociales ou rapports sociaux. L’ethnographie est alors définie comme un instrument utile pour ouvrir l’organisation sur son environnement sociétal. Elle répond ainsi à l’une des critiques parfois énoncée au sujet des théories des organisations qui tendent à regarder l’organisation comme une « île ». En partant d’une observation serrée des rapports sociaux internes construits au sein de l’organisation, elle assure sa mise en relation avec les rapports sociaux externes – groupes sociaux, familiaux, urbains, sexuels ou ethniques – ou les conditions sociales, politiques, idéologiques, ou économiques de réalisation des fonctionnements organisationnels.

17Mais comment alors passer d’une étude située d’une organisation donnée à une analyse plus large – économique, politique, sociale ou technologique – des phénomènes qui la traversent et la constituent quand le matériau observé est si spécifique et restreint dans l’espace ? Jusqu’où l’ethnographie peut-elle révéler, à partir d’une étude serrée des relations de travail et d’emploi à l’œuvre dans une organisation donnée, des mécanismes sociaux, économiques ou politiques plus généraux qui lui sont extérieurs ? Dans quelle mesure les ethnographies des organisations peuvent-elles servir à étudier les liens entre travail et hors travail, entre socialisation organisationnelle et socialisations familiale, éducative, locale ou urbaine ? Parmi d’autres déjà mentionnés sera ici présenté l’exemple de notre recherche sur la psychologisation sociale observée chez Hermès. Ce cas a consisté en effet à inscrire l’organisation étudiée dans son environnement sociétal en passant de l’analyse du cas précis à son interprétation plus générale au moyen d’un concept. Nous avons mis en œuvre une des formes possibles de généralisation d’une étude de cas, ce que Michael Burawoy nomme une « étude de cas élargie » (Burawoy, 2003b).

  • 5 Afin de garantir sa confidentialité, ne sera pas mentionné le vrai nom de cette entreprise.
  • 6 Les conditions précises de l’enquête menée en 1997 sont présentées dans notre article publié sur le (...)

18Hermès 5 est en effet une grande entreprise d’assurance dans laquelle a été observée, puis expliquée, la stigmatisation d’une hiérarchie intermédiaire, en partie produite et légitimée par un phénomène de psychologisation sociale 6. Phénomène localement situé, propre aux dynamiques organisationnelles instaurées chez Hermès, il prenait en partie son sens grâce à sa mise en relation avec une réalité sociétale observée et conceptualisée dans d’autres contextes sociaux.

La stigmatisation de la hiérarchie intermédiaire d’Hermès

19Dans les années 1990, la direction d’Hermès vise à mettre le client au cœur du fonctionnement organisationnel. Le service au client est dessiné autour de principes afin d’inclure de nouveaux éléments de qualité. L’organisation du travail doit être décloisonnée, les employé-e-s devenir autonomes et s’adapter aux demandes des clients, l’organisation des services s’aligner sur les réseaux commerciaux ou les collaborations transversales entre fonctions devenir la règle.

20Dans le cadre de ces réformes, il est demandé aux encadrant-e-s de premier niveau (N+1 et N+2) de devenir les managers et les animateurs de leur service. Leur objectif officiel est d’assurer sa performance en termes de délais de traitement des dossiers, de contrôle des règles, d’amélioration des procédures et des circuits de production ou de planification du budget. Ils et elles sont également chargé-e-s d’assurer la motivation et l’évolution de leur personnel. Afin d’aider les encadrant-e-s à devenir des managers ont été conçus différents outils officiels : redéfinition des postes, des missions et des critères d’évaluation ; formation intensive des encadrant-e-s au management ou discussions de motivation avec leurs supérieur-e-s hiérarchiques. On retrouve bien ici ce modèle managérial centré sur la personne du travailleur qui a envahi le monde du travail (Boltanski & Chiappello, 1999).

21Or, chez Hermès, les encadrant-e-s ne sont plus les expert-e-s techniques de leur service. Ils et elles n’ont pourtant pas évolué dans le sens attendu par la direction. Même s’ils ou elles réalisent toutes les activités de management préconisées par leur hiérarchie, elles ou ils assurent de fait une gestion formelle et sociale du personnel. Ils et elles passent certes une grande partie de leurs journées à animer leur service, à créer une bonne ambiance afin de motiver les salarié-e-s. Il s’agit ainsi d’assurer la bonne humeur du personnel et de répondre aux besoins de chacun-e en fonction de ses désirs ou de ses problèmes personnels. Les encadrant-e-s consacrent une autre partie importante de leur temps de travail à gérer les outils de suivi du personnel. Ils et elles ont encore une responsabilité classique de courroie de transmission, de relais entre la direction et les employé-e-s. Mais ce travail est, ici encore, principalement réalisé de manière formelle, la vie organisationnelle se déroule de fait « en dehors d’eux et d’elles ».

  • 7 La stigmatisation, prise ici dans son sens goffmanien, tient au discrédit porté sur les encadrant-e (...)

22Pour la hiérarchie intermédiaire d’Hermès, la fonction d’encadrant-e correspond à une fin de carrière trop précoce et s’accompagne d’une peur de régression sociale. Ancien-ne-s employé-e-s peu qualifié-e-s, âgé-e-s en moyenne d’une quarantaine d’années et devenu-e-s agent-e-s de maîtrise ou cadres après un long parcours de promotion interne, ces encadrant-e-s sont victimes d’une marginalisation sociale, d’une stigmatisation 7 qui obscurcit leur avenir.

23Les encadrant-e-s d’Hermès ont tenté de devenir les managers attendus par la direction, mais ils et elles ont de fait construit un rôle de gestionnaire formel et social du personnel largement dénigré et dévalorisé par les salarié-e-s de l’entreprise. Les employé-e-s comme les dirigeant-e-s se plaignent d’un acteur incapable de changer et devenu gênant pour tous. Les encadrant-e-s regrettent leur rôle passé et abandonnent progressivement toute possibilité de devenir manager tout en tentant, sans chance de succès, de reconstruire un rôle d’expert technique. Ayant perdu leur légitimité sociale dans l’organisation, ces encadrant-e-s ne savent guère quel avenir envisager.

Stigmatisation et psychologisation sociale

24Or, il est apparu que dans leurs discours comme dans leurs pratiques au travail, les salarié-e-s partagent un diagnostic psychologiste qui légitime la position dévalorisée des encadrant-e-s. D’après les salarié-e-s, les savoirs managériaux trouvent leur origine première dans les capacités personnelles intrinsèques des individus : des traits de caractère ou de personnalité, des dispositions innées, une intuition intime (le feeling, le vécu), un plaisir personnel. Diriger des réunions, planifier des actions dans le temps, améliorer l’organisation du travail ou participer à la création de nouvelles procédures, de nouveaux produits ou de nouvelles techniques sont des savoirs inaccessibles aux encadrant-e-s actuel-le-s du fait de leur personnalité inadéquate, de leur caractère inapproprié, de leur absence de désir ou de leur peu de don en la matière. L’incapacité des encadrant-e-s à développer de nouveaux savoirs relationnels et intellectuels fait ainsi l’objet d’une interprétation relativement homogène chez les dirigeant-e-s, les employé-e-s et les encadrant-e-s, légitimant en retour leur marginalisation dans l’organisation.

25Ainsi, tout se passe dans cette entreprise comme si la sélection, la production et la légitimation des encadrant-e-s intermédiaires étaient les fruits d’une loi naturelle, celle de la personnalité. S’il ou elle est né-e doté-e des qualités personnelles nécessaires pour devenir encadrant-e, l’individu se révèlera dans l’action et sera légitimé dans sa position sociale. Pour ne pas avoir sélectionné les bonnes personnes, les dirigeant-e-s d’Hermès doivent se résigner à un constat d’échec malgré leur évidente bonne volonté.

26Une telle personnalisation de leur position relève de ce que nous avons appelé une « psychologisation » des rapports sociaux. Les salarié-e-s définissent leur capacité ou leur incapacité à tenir une position organisationnelle en référence à des mécanismes psychologiques naturels qui les dépassent – la personnalité, le caractère, le feeling, le tempérament. L’organisation est alors définie comme un des lieux d’expression du « moi » des salarié-e-s.

Ethnographie et psychologisation sociale

27Comme on peut le voir, non seulement l’ethnographie a accédé à des réalités peu visibles aux yeux de l’enquêteur par entretiens ou questionnaires – la stigmatisation de cette hiérarchie intermédiaire – mais surtout elle lui a donné un sens sociétal plus large – la psychologisation sociale.

28En effet, ces résultats empiriques ont fondé la production d’une analyse sociétale plus ambitieuse qui en expliquait la mise en œuvre. Plus qu’une observation propre à ce monde professionnel, elle exprimait en retour un phénomène social plus large déjà observé et conceptualisé dans d’autres sphères de la société telles les familles contemporaines (de Singly, 1996), l’école (Dubet, 1987), l’usage des drogues et la dépression (Ehrenberg, 1995) ou, plus tard, les mondes de l’art (Buscatto, 2004).

29Par un travail d’élargissement du cas rencontré (Burawoy, 2003b) dans ce monde professionnel à une analyse déjà mise en place pour rendre compte de phénomènes observés dans d’autres mondes sociaux, il devenait possible de conclure sur la place que joue cette hiérarchie intermédiaire dans le développement d’une « culture psychologique » (Castel, 1981). On pouvait donc alors parler d’une « psychologisation » des réalités sociales relevant de ce que Jean Baudrillard nomme la « modernité psychologique » caractérisant la société individualiste contemporaine des dernières décennies du xxe siècle (cité par Hervieu-Léger, 1998, pp. 216). L’individu moderne se conçoit non seulement comme une entité autonome et séparée des autres membres de la société, mais surtout il se définit comme un sujet qui doit assurer un travail permanent de révélation de son moi intime, de son identité personnelle, de sa personnalité authentique. En faisant porter sur l’individu le poids de ses réalités au travail, l’idéal managérial est une source permanente de tensions personnelles, de stress et de fatigue.

  • 8 Dans le cadre restreint de cet article, ne peuvent être détaillées les différentes manières dont pe (...)

30On voit à travers cet exemple comment une simple étude de cas – la stigmatisation d’une hiérarchie intermédiaire chez Hermès – permet de repérer un phénomène plus large – la psychologisation sociale – présente dans les différentes sphères sociales en lien avec la modernité psychologique. Cette approche a ainsi aidé à repérer et à expliquer de manière ambitieuse un phénomène dont le sens premier ne se donnait pas à voir directement in situ. La psychologisation sociale est d’abord un concept construit pour rendre compte de phénomènes sociaux variables – une technique éducative, un traitement médical, une réalité familiale ou un comportement professionnel. C’est par la mise en relation des éléments de définition du concept mis en œuvre par ces chercheur-e-s, dans d’autres contextes empiriques, pour rendre compte de leurs différents cas avec les analyses empiriques précises élaborées à propos d’Hermès qu’on a pu conclure de manière rigoureuse au sujet d’Hermès, puis dans d’autres cas étudiés par la suite sur le stress relationnel (Buscatto, 2008b) ou sur les musicien-ne-s de jazz (Buscatto, 2004). L’ethnographie a bien ici nourri une généralisation plus large que le seul cas empirique étudié et l’a fait de manière rigoureuse et contrôlée 8.

De l’ethnographie du genre à l’« arrangement entre les sexes »

31Un autre exemple de la capacité de l’ethnographie à nourrir des généralisations ambitieuses serait l’identification des rapports sociaux de sexe et de leur dynamique sociale de construction, de légitimation et de transgression en acte. Une fois énoncée la spécificité de l’ethnographie dans l’étude du genre, sera ici à nouveau discutée une recherche menée par nos soins auprès des femmes et des hommes syndicalistes au début des années 2000 (Buscatto, 2009) et de la capacité de l’ethnographie à conclure de manière plus large sur l’arrangement entre les sexes à l’œuvre en syndicalisme.

Observer le genre « en train de se faire »

  • 9 Le genre est alors défini comme « un système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes (homme (...)

32Les travaux sur le genre 9, sur les processus sociaux de construction, de légitimation et de transgression des différences sexuées, sont toujours plus nombreux. Or, certains parmi eux mobilisent l’ethnographie comme méthode principale ou secondaire. Comment se joue alors la capacité de l’ethnographie à identifier des rapports sociaux de sexe plus larges que les dynamiques locales étudiées ?

33Observer les femmes et les hommes in situ oriente le regard du chercheur-e et l’incite à regarder, dans l’interaction, ce qu’Erving Goffman a nommé l’« arrangement entre les sexes ». La spécificité de l’ethnographie est ainsi de centrer le regard sur le genre « en train de se faire », sur les manières dont « se fait le genre » (West & Zimmerman, 1987), considérant que c’est dans l’interaction quotidienne que « sex-class makes itself, here in the organization of face-to-face interaction » (Goffman, 1997, p. 208).

34Saisir le genre « en train de se faire » suppose ainsi de mettre en relation les comportements des femmes et des hommes in situ afin de « penser le rapport social des sexes » dans la mesure où « chaque catégorie de sexe ne se définit que dans son rapport à l’autre, "l’un comme l’autre ne peuvent être étudiées isolément, du moins sans qu’elles n’aient été auparavant pleinement conceptualisées comme éléments d’un même système structural" (Mathieu, 1971 : 37) » (Roux, Perrin, Pannatier & Cossy, 2005, p. 7).

Une activité syndicale si masculine…

  • 10 Les conditions précises de l’enquête sont présentées dans notre article publié sur le sujet en 2009 (...)
  • 11 Afin de garantir sa confidentialité, ne sera pas mentionné le vrai nom de cette entreprise.
  • 12 Même si certains syndicats sont plus ouverts que d’autres aux femmes, la marginalisation de ces der (...)

35Une enquête ethnographique 10 menée chez Ganesh 11 a justement révélé une double différenciation sexuée à l’œuvre au sein des six principales organisations syndicales présentes dans l’entreprise. Malgré des discours paritaires affichés est apparue une faible représentation des femmes dans les instances syndicales et ce d’autant plus qu’on montait dans la hiérarchie syndicale : les syndicalistes locaux sont plutôt des hommes, les syndicalistes nationaux sont surtout des hommes et ce quelle que soit la structure syndicale concernée 12. De plus, à quelques exceptions près observées, les femmes rencontrées suivent des trajectoires plus fragiles et se spécialisent dans des domaines propres (Buscatto, 2009).

36Or, c’est grâce à l’enquête ethnographique qu’a pu être expliquée la faible insertion des femmes dans les organisations syndicales de Ganesh au croisement de processus internes aux syndicats et de rapports sociaux sexués plus larges. Suivant une approche interactionniste, nous sommes en effet partie de l’activité syndicale quotidienne en entreprise afin d’y repérer les modalités de production et de légitimation des différences sexuées traversant les grandes organisations syndicales françaises. L’analyse dans le temps des mécanismes de recrutement, de sélection, de promotion et de valorisation des salarié-e-s au sein même des organisations syndicales et ce dès les premiers pas du militantisme syndical, accédait en effet aux liens entre genre et syndicalisme. Partie du constat que le syndicalisme est une activité militante aléatoire qui naît, se construit et se développe au sein d’un contexte de travail, l’activité syndicale a été étudiée au sein d’une entreprise et non comme il est habituel avec des méthodes plus classiques, dans les organisations syndicales ou lors de mouvements sociaux spécifiques.

37Il est ainsi apparu que trois processus sociaux majeurs se cumulaient dans le temps et participaient à produire et à légitimer la marginalisation des femmes salariées dans les structures syndicales et ce d’autant plus que le niveau hiérarchique syndical s’élevait.

38Tout d’abord, le modèle officieux de la « carrière syndicale » qui suppose une importante disponibilité temporelle et une forte implication de soi dans l’activité, se révèle des plus « masculins ». Le processus interne de promotion syndicale rejoint ici un rôle socialement construit comme « masculin » – l’implication totale de soi dans une activité extérieure et la délégation du poids des tâches domestiques sur la conjointe – pour rendre l’accès et le maintien des femmes dans ces positions plus difficiles encore que pour les hommes.

39De manière parallèle, le syndicalisme joue, pour les seuls hommes rencontrés, le rôle d’un « espace de reconversion » (Crespo & Rimbert, 2004) pour ceux qui désirent s’impliquer dans une activité de manière forte et ne peuvent l’exprimer dans leur activité professionnelle présente par manque de ressources scolaires, sociales ou professionnelles. On retrouve un même type de reconversion militante chez les membres des ONG humanitaires étudiés par Johanna Siméant (2001).

40Pour finir, le caractère « masculin » de l’activité syndicale – centres d’intérêts, réseaux et normes comportementales – la rend peu attractive pour une majorité de femmes et tend à rendre les femmes qui y accèdent « quand même » moins favorablement jugées, moins légitimes aux yeux de leurs pairs et interlocuteurs et ce quel que soit le niveau auquel elles exercent cette activité.

L’ethnographie comme accès privilégié à l’« arrangement entre les sexes »

41L’ethnographie, en permettant de centrer le regard sur l’« arrangement entre les sexes », sur le genre « en train de se faire » a donc déplacé ce regard et joué un rôle central dans l’identification de ces trois processus. D’une part, l’analyse est partie de l’activité syndicale proprement dite et du rôle que joue cette activité dans la socialisation des syndicalistes et leur accès, ou non, à des responsabilités nouvelles, voire à des positions élevées dans les organisations syndicales. Quand les rares enquêtes portant sur la question centrent l’analyse sur les syndicalistes soit au moment de conflits sociaux spécifiques, soit dans leurs activités et leurs parcours au sein de telle ou telle fédération syndicale, l’analyse a été centrée sur le contexte de travail qui accueille l’activité syndicale de manière première, lieu d’exercice principal des syndicalistes et d’émergence des rares carrières hiérarchiques élevées.

42D’autre part, observer l’activité syndicale in situ a saisi de manière répétée, systématique et rigoureuse les comportements syndicaux, valorisés ou non, les relations sociales, efficaces ou non, pour se maintenir et être promu, les critères de jugement mis en œuvre pour décider des « bons » militant-e-s ou non, les modes de répartition des attributions et des responsabilités… C’est en observant l’activité syndicale in situ que sont apparues non seulement les manières dont les syndicalistes peuvent, ou non, s’investir dans l’activité syndicale, mais surtout les différences sexuées aussi bien dans les comportements des individus rencontrés que dans les regards portés sur eux et elles par leurs pairs – lors des moments informels, des réunions syndicales, au cours la gestion des dossiers ou dans les copinages informels.

43Dès lors, moins que la seule reproduction de rapports sociaux externes, la ségrégation sexuée est alors apparue à la fois comme le fruit de choix propres aux acteurs des organisations syndicales dans leur contexte de travail – le modèle de la carrière syndicale, les normes sociales internes ou les modes de cooptation – et comme l’expression de différences sexuées plus larges – rôles domestiques ou normes comportementales sociales. Phénomène complexe, dynamique, porté en différents points de l’ordre social, la ségrégation sexuée est mise en œuvre par des acteurs qui jouent certes dans le sens de sa reproduction, mais parfois aussi de sa transgression.

44On voit donc ainsi comment une approche ethnographique, centrée sur l’observation des pratiques et des discours quotidiens in situ, peut aboutir à une analyse sociologique générale ambitieuse, cette fois exprimée autour de la question des rapports sociaux de sexe.

Conclusion

45Cet article a démontré la capacité de l’ethnographie à fonder des conceptualisations ambitieuses et à nourrir des généralisations empiriques en sociologie. Mais comme pour tout travail scientifique, ce travail de conceptualisation théorique et/ou de généralisation empirique est à sans cesse interroger. L’identification de la psychologisation sociale chez Hermès – et sa mise en relation avec la modernité psychologique – comme le repérage des manières dont se joue l’arrangement entre les sexes dans la construction de carrières syndicales sexuées sont à enrichir, à faire évoluer et à retravailler à mesure que de nouvelles enquêtes empiriques sur ces sujets sont menées afin de parfaire les paramètres et les éléments constitutifs de leurs définitions respectives et de les faire évoluer avec les transformations sociales :

46« Malgré une certaine plasticité qui lui permet de supporter certains transferts analogiques, le concept sociologique est lourd de tous les contextes socio-historiques qu’il a permis d’éclairer et n’a de sens que dans le rapport renouvelé à d’autres contextes. D’une part, on ne peut considérer faire œuvre de sociologue en se contentant d’appliquer, de manière intuitive, des raisonnements sociologiquement élaborés (par d’autres) à des réalités non scientifiquement construites et d’autre part, on ne peut espérer faire progresser la connaissance du monde social en théorisant sur des théories, sans passer par l’enquête empirique » (Lahire, 2005n p. 77).

47Par ailleurs, on pourrait imaginer que la capacité à généraliser attribuée d’emblée aux enquêtes statistiques du fait du grand nombre de cas étudiés soit à son tour interrogée de manière plus systématique, cette capacité de généralisation devant a priori autant au travail rigoureux d’analyse du chercheur ou de la chercheure qu’à la méthode elle-même. La capacité de conceptualisation comme de généralisation empirique de l’une ou l’autre méthode tient au moins autant à ses vertus épistémologiques propres qu’aux manières rigoureuses dont les chercheur-e-s s’en emparent. Ce point rejoint le constat très convaincant de Charles Ragin énoncé dans son travail mené en collaboration avec Howard S. Becker sur le sujet : « Much of what is considered large-N research also must be seen as case-study research, and the tendency to conflate qualitative study and case study should be resisted » (Ragin, 2005, p. 4).

48Pour finir, cet article a modestement tenté de convaincre le lecteur et la lectrice de la capacité de conceptualisation et de généralisation empirique de l’ethnographie. Mais ces mêmes lecteurs et lectrices doivent être invité-e-s à une grande prudence aussi bien dans l’usage de l’ethnographie – et de toute autre méthode d’enquête – que dans les interprétations qu’elle(s) permette(nt). Toute vérité est « plus ou moins vraie », les « faits » recueillis sont déjà eux-mêmes des interprétations du « réel » (Descombes, 1998). L’ethnographe est sans cesse confronté-e aux limites de sa propre activité scientifique. La grande capacité du ou de la chercheur-e à enquêter, à argumenter ou à démontrer ne doit jamais faire oublier l’impossibilité d’atteindre à l’énonciation d’une connaissance absolue. C’est dans cet esprit que le dernier mot sera laissé à Siegfried Kracauer :

« Les vérités philosophiques ne couvrent qu’imparfaitement les expériences et les cas qu’elles généralisent. On peut distiller ces vérités à partir d‘une variété d’observations empiriques (ou bien parvenir jusqu’à elles par hasard), mais la voie du retour vers le concret implique la mise en œuvre de nombre d’hypothèses supplémentaires. Le général n’embrasse pas totalement le particulier » (Kracauer, 2006, p. 277)

Haut de page

Bibliographie

Arborio A.-M. & P. Fournier (1999), L’Enquête et ses méthodes : l’observation directe, Paris, Éditions Nathan.

Bazin L. (1996) « Une entreprise en noir et blanc. Pouvoir et assignations identitaires », Journal des Anthropologues, n° 66/67, pp. 41-58.

Beaud S. & F. Weber (1997), Guide de l’enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Becker H. S. (1988 [1982]), Les Mondes de l’art, Paris, Éditions Flammarion.

Bensa A. (2006) La Fin de l’exotisme. Essais d’anthropologie critique, Toulouse, Anacharsis Editions.

Bereni L., Chauvin S., Jaunait A. & A. Revillard (2008), Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

Bloch M. (1997 [1949]), Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien, Paris, Éditions Armand Colin.

Boltanski L. & È. Chiappello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Boudon R. (2006), « Bonne et mauvaise abstraction », L’Année sociologique, vol. 56, n° 2, pp. 263-284.

Burawoy M. B. (2003a), « Revisits: An Outline of a Theory of Reflexive Ethnography », American Sociological Review, vol. 68, n° 5, pp. 645-678.

Burawoy M. B. (2003b), « L’étude de cas élargie. Une approche réflexive, historique et comparée de l’enquête de terrain », dans Cefaï D. (dir.), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte, pp. 425-464.

Burawoy M. B. (1985), The Politics of Production. Factory Regimes Under Capitalism and Socialism, London, Verso Editions.

Burnod G., Cartron D. & V. Pinto (2000), « Étudiants en fast-food : les usages sociaux d’un "petit boulot" », Travail et Emploi, n° 83, pp. 137-156.

Buscatto M. (2010), La Fabrique de l’ethnographe. Dans les rouages du travail organisé, Toulouse, Octarès Editions.

Buscatto M. (2009), « Syndicaliste en entreprise : une activité si masculine », dans Roux Pa. & O. Filleule (dir.), Le Sexe du militantisme, Paris, Presses de Sciences Po, pp. 75-91.

Buscatto M. (2008a), « Who Allowed You to Observe? A Reflexive Overt Organizational Ethnography », Qualitative Sociology Review, vol. IV, n° 3, pp. 29-48.

Buscatto M. (2008b), « Stress relationnel et psychologisation sociale : une mise en perspective sociologique » dans Buscatto M., Loriol M. & J.-M. Weller (dir.), Au-delà du Stress au travail. Une sociologie des agents publics au contact des usagers, Ramonville-Ste-Agne, Éditions Érès, pp. 111-117.

Buscatto M. (2007), Femmes du jazz. Musicalités, féminités, marginalisations, Paris, CNRS Éditions.

Buscatto M. (2005), « Femme dans un monde d’hommes musiciens. Des usages épistémologiques du "genre" de l’ethnographe », Volume!, vol. 4, n° 1, pp. 77-93.

Buscatto M. (2004), « De la vocation artistique au travail musical : tensions, compromis et ambivalences chez les musiciens de jazz », Sociologie de l’art, Opus 5, pp. 235-256.

Buscatto M. (2002), « Des managers à la marge : la stigmatisation d’une hiérarchie intermédiaire », Revue française de sociologie, vol. 43, n° 1, pp. 73-98.

Castel R. (1981), La Gestion des risques. De l’anti-psychiatrie à l’après-psychanalyse, Paris, Éditions de Minuit.

Cefaï D. (dir.) (2003), L’Enquête de terrain, Paris, Éditions La Découverte.

Descombes V. (1998), « La confusion des langues », Enquête, n° 6, pp. 35-54.

Dubet F. (1987), La Galère : jeunes en survie, Paris, Éditions Fayard.

Elias N. (1976 [1965]), « Introduction. Les relations entre établis et marginaux. Essai théorique », dans Elias N. & J. L. Scotson (2001), Logiques de l’exclusion, Paris, Éditions Fayard, pp. 33-87.

Ehrenberg A. (1995), L’Individu incertain, Paris, Éditions Calmann-Lévy.

Goffman E. (2001 [1963]), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1994 [1961]), Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Goffman E. (1997), « Frame Analysis of Gender » (1976-1977), dans Lemert C. & A. Branaman (dir.), The Goffman Reader, Malden, Massachussets: Blackwell Publishers Inc, pp. 201-227.

Gubrium J. F. & J. A. Holstein (dir.) (2001), Institutional Selves. Troubled Identities in a Postmodern World, New York, Oxford University Press.

Hammersley M. & P. Atkinson (1995 [1983]), Ethnography. Principles in Practice, New York, Routledge Editor.

Harper D. (2005 [1992]), « Small N’s and Community Case Studies », dans Becker H. S. & C. C. Ragin (dir.), What is a Case? Exploring the Foundations of Social Inquiry, New York, Cambridge University Press, pp. 139-158.

Hervieu-Léger D. (1998), « The Transmission and Formation of Socioreligious Identities in Modernity », International Sociology, vol.  13, n° 2, pp. 213-228.

Kracauer S. (2006 [1969]), L’Histoire des avant-dernières choses, Paris, Éditions Stock.

Lahire B. (2005), L’Esprit sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Olivier de Sardan J.-P. (1996), « La violence faite aux données. De quelques figures de la surinterprétation en anthropologie », Enquête, n° 3, pp. 31-59.

Prus R. (1987), « Generic Social Processes. Maximizing Conceptual Development in Ethnographic Research », Journal of Contemporary Ethnography, vol. 16, n° 3, pp. 250-293.

Ragin C. C. (2005 [1992]), « Introduction: Cases of "What is a case?" », dans Becker H. S. & Ragin C. C. (dir.), What is a Case? Exploring the Foundations of Social Inquiry, New York, Cambridge University Press, pp. 1-17.

Rimbert P. & S. Crespo (2004), « Devenir syndicaliste ouvrier », Actes de La recherche en sciences sociales, n° 155, pp. 35-46.

Roux P., Perrin C., Pannatier G. & V. Cossy (2005), « Le militantisme n’échappe pas au patriarcat », Nouvelles Questions Féministes, vol. 24, n° 3, pp. 4-16.

Schwartz O. (1993 [1923]), « L’empirisme irréductible. La fin de l’empirisme ? », postface de Anderson N., Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Éditions Nathan, pp. 265-305.

Schwartzman H. B. (1993), Ethnography in Organizations, London, Sage Publications.

Silverman D. (2010 [1997]), Qualitative Research. Issues of Theory, Method and Practice, London, Sage Publications.

Siméant J. (2001), « Entrer, rester en humanitaire : des fondateurs de MSF aux membres actuels des ONG médicales françaises », Revue française de science politique, vol. 51, n° 1-2, pp. 47-72.

de Singly F. (1996), Le Soi, le couple et la famille, Paris, Éditions Nathan.

Strauss A. (1992), « L’hôpital et son ordre négocié », dans Strauss A., La Trame de la négociation. Sociologie qualitative et interactionnisme, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 87-112.

Van Maanen J. (1979), « The Fact and Fiction in Organizational Ethnography », Administrative Science Quarterly, n° 24, pp. 539-550.

Weber F. (2001), « De la modélisation à la description armée : le cas de l’ethnographie réflexive », dans Grenier J.-Y., Grignon C. & P.-M. Menger (dir.), Le Modèle et le récit, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, pp. 355-364.

West C. & D. Zimmerman (1987), « Doing Gender », Gender & Society, vol. 1, n° 2, pp. 125-151.

Haut de page

Notes

1 Les points développés dans ce texte prennent leur source dans notre ouvrage de 2010. La lectrice ou le lecteur désirant approfondir sa connaissance de l’ethnographie peut le consulter à sa convenance. Je tiens également à remercier Marc-Henry Soulet de m’avoir incitée à proposer un article à la revue SociologieS après lecture de cet ouvrage.

2 Pour de récents exemples : Burawoy, 2003a ; Weber, 2001.

3 On retrouve une idée proche chez Robert Prus (Prus, 1987).

4 Raymond Boudon discute le concept « être de raison » élaboré par Émile Durkheim afin de caractériser la « mauvaise » abstraction.

5 Afin de garantir sa confidentialité, ne sera pas mentionné le vrai nom de cette entreprise.

6 Les conditions précises de l’enquête menée en 1997 sont présentées dans notre article publié sur le sujet en 2002 (Buscatto, 2002).

7 La stigmatisation, prise ici dans son sens goffmanien, tient au discrédit porté sur les encadrant-es en relation avec la réalisation principale de tâches dévalorisées (Goffman, 2001).

8 Dans le cadre restreint de cet article, ne peuvent être détaillées les différentes manières dont peut se jouer cet effort de généralisation à partir de l’ethnographie : contextualisation, comparaison horizontale, ou étude de cas élargie. Si la comparaison horizontale se fait plutôt « entre cas », la contextualisation vient de l’articulation entre un phénomène collectif et une réalité sociétale alors que dans l’étude de cas élargie, le ou la chercheur-e assure le passage de conclusions empiriques données à des conceptualisations elles-mêmes déjà bien installées dans le champ de la recherche. Pour une description complète et illustrée de ces trois modes de généralisation, se référer à notre ouvrage de 2010 déjà mentionné.

9 Le genre est alors défini comme « un système de bicatégorisation hiérarchisé entre les sexes (hommes/femmes) et entre les valeurs et représentations qui leur sont associées (masculin/féminin) ». Ce concept, emprunté au monde anglo-saxon, permet notamment d’appréhender les dimensions sociale, relationnelle et hiérarchique des rapports sociaux de sexe (Bereni, Chauvin, Jaunait & Revillard, 2008, p. 7).

10 Les conditions précises de l’enquête sont présentées dans notre article publié sur le sujet en 2009 (Buscatto, 2009).

11 Afin de garantir sa confidentialité, ne sera pas mentionné le vrai nom de cette entreprise.

12 Même si certains syndicats sont plus ouverts que d’autres aux femmes, la marginalisation de ces dernières est la règle et les processus sociaux qui sous-tendent cette marginalisation sont similaires d’un syndicat à l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Buscatto, « Des « études de cas » aux généralisations fondées », SociologieS [En ligne], La recherche en actes, Champs de recherche et enjeux de terrain, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 03 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3939

Haut de page

Auteur

Marie Buscatto

Professeure des Universités en sociologie - I.D.H.E., Université Paris 1 Panthéon Sorbonne/Cnrs - marie.buscatto@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page