Navigation – Plan du site
Professions et métiers autour de la Méditerranée

Introduction au dossier « Professions et métiers autour de la Méditerranée »

Hocine Khelfaoui et Grazia Scarfò Ghellab

Texte intégral

1Ce dossier de SociologieS porte sur une série d’articles qui, à travers l’exemple de quelques pays du pourtour méditerranéen, analysent la manière dont se manifestent les effets de la conjoncture socioéconomique actuelle sur les métiers, les savoirs et les identités professionnels. Ce choix thématique repose sur une proposition de fond : « Il n’y a pas de profession “établie” mais des processus de structuration et déstructuration professionnelles dont les rythmes historiques, les formes culturelles et juridiques, les configurations politiques sont très variables. » (Dubar & Tripier, 2005, p. 271).

2Ces processus de déstructuration/structuration font ressortir des évolutions incessantes qui affectent métiers et professions dans l’espace méditerranéen, contredisant d’ailleurs l’idée persistante d’immobilisme, attribuée dans cette partie du monde aux pesanteurs des traditions millénaires. Groupes et catégories professionnels subissent des transformations la plupart du temps associées moins aux évolutions techniques qu’aux contraintes multiples des changements économiques et politiques. Sous l’effet du néolibéralisme, particulièrement ravageur au Maghreb et en Afrique au sens large, les conditions sociopolitiques de travail évoluent avec une certaine brutalité d’un espace social stable, au contour bien maîtrisé, à un monde en proie à une instabilité permanente.

3Les articles présentés proposent des pistes de réflexion sur la manière dont ces processus prennent corps et se mettent ou se remettent en place. À travers divers angles d’approche, des acteurs culturellement et professionnellement aussi diversifiés que des cadres d’entreprises, des artistes peintres ou des avocats, des femmes entrepreneures ou immigrantes, des entrepreneurs s’appuyant sur des argumentaires religieux, y sont représentés. Ainsi, les textes réunis permettent – sans se prétendre représentatifs des professions et des pays traités – d’aborder concrètement comment divers groupes professionnels se définissent (ou plutôt se redéfinissent) et se reconstruisent durant cette période de pleine mutation.

4L’une des caractéristiques des plus brutales qui apparaissent dans cette situation est la fragilisation sociale du travail, génératrice de désespoir et de perte d’estime de soi ; exacerbée, elle conduisit même à des mouvements sociaux parfois violents, comme dans certains pays maghrébins. « Quel qu’en soit le rang social, avocat ou ouvrier, salarié ou indépendant, le travailleur a perdu la confiance en soi. Avec l’affaiblissement des anciennes professions et le déclin du mouvement syndical, l’individu a perdu l’assurance et la fierté de l’appartenance à une corporation de métier et/ou à une entreprise (cheminot, sidérurgiste, mineurs, OS, OP…) » (Chevandier, 2002). Nombre d’autres auteurs aussi différents qu’Éric Hobsbawm (1999) et Claude Dubar (2000) font un lien entre cette perte de repères professionnels et la montée des revendications identitaires. À défaut d’appartenance professionnelle, les individus se tournent vers l’identité et l’appartenance communautaire.

5C’est le cas, avec Mohamed Madoui, d’une certaine catégorie d’entrepreneurs algériens qui à défaut d’un statut socioprofessionnel valorisant, sur lequel pèsent toujours de lourdes suspicions héritées de la période dite « socialiste », s’efforce de se fondre au sein des couches sociales et de se conformer aux valeurs religieuses qui restent socialement dominantes. Nous sommes au cœur d’une société – la société algérienne – où les professions sont souvent au centre des tensions entre religieux et laïcs, entre tradition et modernité. Alors que l’imaginaire social reste figé sur les questions de revendications identitaires portées par l’islam politique, ces entrepreneurs, issus d’une nouvelle génération, mobilisent les valeurs islamiques tout en se présentant « comme “avant-garde” de la modernité » (Catusse, 2001, p. 12). Ils promeuvent l’image d’un islam en harmonie avec un capitalisme où la vertu individuelle et le don, au sens de Marcel Mauss, tiennent une place aussi importante que les compensations matérielles.

6Nous retrouvons, avec les femmes entrepreneures de la région d’Agadir, au Maroc, étudiées par Hélène Martin, ce même recours à la tradition et à des valeurs qui permettent de construire une légitimité professionnelle en s’inscrivant dans la communauté d’appartenance. Ces femmes effectuent – un peu à la manière des jeunes entrepreneurs algériens – leur incursion dans la scène économique en s’attachant en particulier aux valeurs familiales dans lesquelles émerge avec force celle de la mère : « La symbolique et les caractéristiques positives attribuées à la mère sont revendiquées et déplacées dans le contexte de l’entreprise où il en est fait autre chose : une entrepreneure persévérante, honnête et responsable, une bonne patronne, sur laquelle on peut compter » dit Hélène Martin.

7Toutefois, le fait que les professions soient vécues à la fois comme moyens d’accès à la modernité et comme lieux d’attachement à un passé idéalisé, recourant à des valeurs traditionnelles ou religieuses, n’est pas un phénomène nouveau lié exclusivement à la conjoncture socio-économique actuelle. Loin de là, avec le texte de Ferruccio Ricciardi sur les cadres italiens au lendemain de la Seconde guerre mondiale, il est possible d’évaluer l’importance de « l’origine religieuse du terme “ profession”» : l’histoire de ces cadres qui essaient de définir leur identité professionnelle « entre l’“esprit du religieux” et l’“esprit du capitalisme” », oscillant entre catholicisme et américanisme ascendant, permet de mettre en évidence que « les professions sont des formes historiques d’accomplissement de soi, des cadres d’identification subjective et d’expression de valeurs d’ordre éthique ayant des significations culturelles » (Dubar & Tripier, 2005, p. 7). En effet, même si elle est instrumentalisée ou perçue comme une réaction contre la montée des luttes ouvrières, la catégorie des cadres est tout aussi attachée à la « question sociale », appuyée par l’Église catholique. « C’est autour de ce dispositif d’action », soutient l’auteur, « que les cadres italiens, au lendemain de la Seconde guerre mondiale, réorganisent leur action collective ». Ainsi, les cas des cadres italiens et des entrepreneurs algériens invitent à mobiliser d’autres clés de lectures que la seule conjoncture néolibérale. Notamment, il semble pertinent de faire appel, pour un certain nombre de pays du pourtour méditerranéen, à des caractéristiques telles que l’être des sociétés non laïcisées, dans lesquelles des croyances religieuses participent à la construction des identités professionnelles.

8Cela dit, ce dossier braque le projecteur sur certains des effets de la nouvelle économie du marché mondialisée et en particulier comme déjà noté plus haut la fragilisation sociale du travail, qui se concrétise entre autre dans des processus de coalition entre des acteurs appartenant à des catégories professionnelles déclinantes qui essayent de défendre leurs intérêts face aux catégories émergentes. Ces processus sont analysés très finement dans le texte de Marc Perrenoud qui s’interroge sur le devenir des métiers traditionnels dans un contexte de changements politiques, économiques et technologiques. C’est ainsi qu’il aborde la relation entre la gentrification rurale et la restructuration d’un groupe professionnel un peu particulier, celui des artisans en France méridionale. Il y observe tout d’abord la mutation d’une population pauvre vers une autre plus aisée, du moins en partie, celle de « gentrifieurs ». Cette gentrification conduit à une mise hors-jeu des populations originelles, reproduisant un modèle de développement générateur de nouvelles formes d’inégalité. Apparaissent alors des artisans « aristocrates », conjuguant art et métier, qui se distinguent des artisans traditionnels. Ces derniers fondent leur légitimité professionnelle sur des ressources désormais fortement dévaluées qui se basent sur l’« insertion dans les réseaux locaux d’interconnaissance » ainsi que sur une « compétence technique rudimentaire » qui, à une autre époque, jouissait de bien plus hautes considérations sociales.

9Avec l’article d’Annabelle Boissier sur le monde des professionnels de l’art en Tunisie, nous restons sur un espace en train de se structurer, où les débats se poursuivent autour des règles de reconnaissance et de légitimation professionnelles. L’auteure reconstruit les divergences entre anciens et nouveaux artistes, entre artistes et galeristes, entre artistes, galeristes et État… En fait, tous ces acteurs vivent une situation inconfortable due à un contexte en mutation : des pôles régionaux s’installent et des nouveaux centres internationaux apparaissent et se définissent. Cette nouvelle légitimation de l’univers artistique, qui vient aussi bien du régional que de l’international, affaiblit de fait les centres locaux, en particulier ceux qui restent profondément liés aux centres traditionnels aujourd’hui en déclin. C’est le cas du monde de l’art tunisien qui, d’une part, ne peut faire référence à un pôle régional pratiquement inexistant et qui, d’autre part, reste encore fortement lié et défini par l’univers de l’art français, pôle traditionnellement dominant.

10Nous restons en Tunisie avec l’étude d’Éric Gobe. Ce pays – comme le reste du Maghreb par ailleurs – n’a pas seulement été confronté au processus de mondialisation et d’instabilités économiques qui affectent l’espace méditerranéen ; il a été aussi le théâtre d’importants bouleversements politiques. Le texte présenté sur les avocats tunisiens donne la possibilité de saisir la portée et les enjeux d’une profession généralement sous contrôle dans les régimes autoritaires. En Tunisie, le pouvoir politique de Zine el-Abidine Ben Ali pratiquait et entretenait lui-même les métiers, tel celui du barreau, qui lui assuraient un certain contrôle politico-juridique. L’auteur note d’abord une forte massification de la profession, accompagnée d’une hiérarchisation, due au clientélisme entretenu par le pouvoir politique. La hiérarchisation poussée finit par conduire à une fragmentation de la profession ; ainsi, pôles d’allégeance qui en tirent profit et pôles de marginaux, alimentant pauvreté et mécontentement, entretiennent des tensions qui ont fini par s’affronter lors de la révolution dite du « jasmin ». Avec la chute du régime, l’auteur voit l’arrivée d’une nouvelle structuration sociale du barreau tunisien. Le déclassement des membres associés à l’ancien parti au pouvoir conduit au redéploiement du barreau, désormais fort face aux professions concurrentes, accusés d’avoir bénéficié d’un traitement de faveur sous le régime de Zine el-Abidine Ben Ali (notaires, huissiers, experts-comptables…).

11Le texte de Zeineb Touati, qui analyse l’itinéraire des femmes immigrantes d’origine maghrébine, permet de mettre en évidence une autre caractéristique de ce dossier : les auteurs, souvent à l’aide d’une reconstruction biographique, retracent des parcours d’histoires individuelles et collectives. Sans se perdre dans la personnalisation de l’histoire individuelle, ils montrent, grâce à une contextualisation de la parole des personnes interviewées, comment les « faits professionnels » se construisent dans un enlacement complexe entre les faits historiques et les logiques des acteurs. Ainsi, le lecteur découvre les histoires racontées par des femmes maghrébines immigrées en France depuis les années 1980 et par leurs descendantes nées dans ce pays et néanmoins toujours identifiées en tant qu’« immigrantes » de telle ou telle génération. Et à travers ces histoires, le lecteur découvre aussi comment se sont mis en place des processus collectifs d’immigration, dans le cadre desquels s’articulent stratégies individuelles, identités professionnelles et structuration d’un marché du travail méditerranéen, secoué par l’instabilité certes économique, mais aussi identitaire. Remontant le temps, l’auteure décrit les pénibles conditions de travail assumées par ces femmes de premières générations, notamment celles de la vague dite de « regroupement familial » qui marque l’arrivée, pour la première fois, des femmes maghrébines. Situées au bas de l’échelle sociale pour ces « femmes de famille », les conditions de travail ont tendance à évoluer chez les jeunes de seconde génération. Mais la crise économique tend à se généraliser et se mêle aux aléas de la discrimination persistante : certaines des plus jeunes songent alors à entamer une « autre émigration », en vérité la première pour elles.

12Pour finir, la richesse de l’ensemble des textes présentés ici réside tout d’abord dans les fines observations de professions et de métiers en pleine mutation : dans le bassin méditerranéen, nous sommes dans un contexte où les professions sont à la fois, pour reprendre Claude Dubar et Pierre Tripier, les termes de vocation, de métier et d’occupation désignant ceux qui ont le même statut professionnel. Associant tradition et modernité, ces mutations traduisent des processus de recomposition des métiers et professions à travers leurs modes d’insertion et d’interaction dans le milieu socioculturel d’appartenance. Par ailleurs, ce dossier est riche aussi des questionnements qu’il soulève et des nombreuses pistes de recherche qu’il ouvre et qui restent encore à explorer. Mais laissons le lecteur apprécier ces analyses, riches de mises en lumière de métiers et professions méditerranéennes, en déclin pour les uns, en redéploiement pour d’autres.

Haut de page

Bibliographie

Catusse M. (2001), « L’entrée en politique des entrepreneurs marocains. Formation d’une catégorie sociale et réforme de l’ordre politique dans le cadre de la libéralisation économique », EUI workingpaper: Robert Schuman Centre, EuropeanUniversity Institute, n° 25, pp. 1-43.

Chevandier C. (2002), Cheminots en grève. La construction d’une identité, Paris Éditions Maisonneuve et Larose.

Dubar C. (2000), La Crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, Presses universitaires de France.

Dubar C. & P. Tripier (2005 [1998]), Sociologie des professions, Paris, Éditions Armand Colin.

Hobsbawn É. (1999), L'Âge des extrêmes, Paris, Éditions Le Monde Diplomatique/Complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hocine Khelfaoui et Grazia Scarfò Ghellab, « Introduction au dossier « Professions et métiers autour de la Méditerranée » », SociologieS [En ligne], Dossiers, Professions et métiers autour de la Méditerranée, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 25 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3952

Haut de page

Auteurs

Hocine Khelfaoui

Université du Québec à Montréal – CIRST, QC, Canada - khelfaoui.hocine@uqam.ca

Grazia Scarfò Ghellab

École Hassania des Travaux Publics, Casablanca, Maroc - grazia.scarfo@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page