Navigation – Plan du site
Professions et métiers autour de la Méditerranée

Sexuation, valorisation et particularisation des « femmes chefs d’entreprise » dans la région d’Agadir (Maroc)

Women entrepreneurs in the Agadir region of Morocco: sexuation, specificities and positive value attributed to a new social category
Hélène Martin

Résumés

Cet article s’intéresse à l’émergence de la catégorie d’entrepreneure et à sa légitimation sociale dans la région d’Agadir (Maroc) à partir d’une recherche de terrain qui eut lieu entre 2003 et 2006. Il rend d’abord compte des conditions historiques d’émergence de l’entreprenariat féminin, en revenant en particulier sur la division sexuée du travail propre au type de capitalisme imposé par le colonialisme, sur les conséquences matérielles et idéologiques de la politique néolibérale dans laquelle s’est engagé le Maroc dès les années 1980 et sur la révision de la Moudawana en 2004. Ensuite, l’auteure montre que la légitimation de l’entreprenariat féminin passe par un processus de sexuation de ce dernier. Cette sexuation s’inscrit dans un registre moral qui mobilise des « valeurs traditionnelles » associées à la féminité et qui occasionne la construction de figures relativement consensuelles de femmes (plutôt valorisées) et d’hommes (plutôt minorisés) sur un mode antagoniste et propre au contexte. Cependant, les conditions socio-économiques dans lesquelles se trouvent ces entrepreneures et leurs familles, à savoir l’imbrication des rapports de sexe et de classe, engagent ces dernières et leurs conjoints dans des rapports plus ou moins transgressifs aux « valeurs traditionnelles » prônées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dans la région d’Agadir (Maroc), un phénomène social a acquis de la visibilité au cours des dernières années, s’imposant tant dans les médias que dans le discours ordinaires : l’apparition de « femmes chefs d’entreprise », une catégorie qui se traduit, pour les plus modestes d’entre elles, par l’évocation de « femmes qui ont un projet ». Dans cette région en effet, des femmes issues de tous milieux sociaux créent des entreprises d’ampleur et de statut divers. L’article qui suit propose de comprendre l’émergence sociale de celles que j’appelle des « entrepreneures ». J’adopte ce terme dans une double visée descriptive et analytique : il me permet de prendre en compte la diversité des activités entrepreneuriales des femmes de la région en mettant en relief différentes dimensions par lesquelles elles se ressemblent ou se distinguent et de procéder à une analyse de la sexuation de la catégorie générique et/ou au masculin telle que l’a appréhendée Myriam Catusse (2001).

2Durant les quatre années qu’a duré mon expérience de terrain, l’objet que je me proposais d’étudier a passé d’une invisibilité sociale ou, lorsqu’il sortait de l’invisibilité, d’une forte suspicion quant à sa moralité, à une mise en visibilité et à une légitimité sociales. Ce changement s’est réalisé dans le cadre d’un même registre moral opposant un passé vertueux, dans lequel hommes et femmes auraient honoré leurs rôles sociaux et un présent « en crise », caractérisé par la corruption et la décadence : d’abord renvoyé à la prostitution, l’entreprenariat féminin a gagné en légitimité en étant associé à une authenticité féminine qui permettrait de palier la situation de « crise ».

  • 1 Sur la construction réciproque de soi et de l’autre que réalisent l’Occident et l’Orient, on se réf (...)
  • 2 Dans les contextes dominés comme dans les contextes dominants, l’idéologie du progrès donne lieu à (...)

3Dans les contextes qui ont subi, dès le colonialisme et désormais avec le néocolonialisme, une domination occidentale, des discours nostalgiques faisant référence à un passé mythique, dans lequel auraient eu cours de « bonnes traditions », circulent aisément (Filali-Ansary, 2002), notamment lorsqu’il est question de changements sociaux. Ces discours nostalgiques permettent de s’opposer à l’hégémonie occidentale en réaffirmant une identité propre ; cette construction identitaire procédant par mises en contraste 1 se joue, remarquons-le, dans le cadre de la pensée à dominante culturaliste et fait référence à l’idéologie du progrès, un progrès face auquel il s’agirait de résister, du moins en partie 2, en en appelant à ses « traditions ». Si le sens commun comprend le plus souvent les traditions comme des modes de faire et de penser issus du passé, l’analyse anthropologique montre qu’elles sont toujours, au contraire, des constructions conjoncturelles (Hobsbawm, 1995).

4D’un point de vue occidental, il peut paraître paradoxal de constater et de valoriser un changement social tout en tenant des discours nostalgiques sur un passé mythifié. Dans cet article, je m’attache à démontrer que ce procédé fait parfaitement sens. La légitimation de l’entreprenariat féminin passe en effet par la sexuation de la catégorie, qui elle-même procède par la convocation des valeurs féminines considérées comme traditionnelles et authentiques. Pour démontrer ce processus, je reviens, dans une première partie, sur mon enquête de terrain, pour évoquer le contexte de la recherche et la métamorphose qu’a subie mon objet au cours du temps ; cet objet décrit, je m’applique à l’historiciser davantage afin de comprendre ses particularités et ses différentes expressions. Dans une deuxième partie, j’inscris l’entreprenariat féminin dans son contexte d’émergence ; je me réfère au récent changement légal concernant les droits et devoirs des femmes et au tournant néolibéral qu’a pris le Maroc dans les années 1980, qui est lui-même à comprendre dans le cadre de l’imposition de l’économie libérale par les structures d’oppression coloniales puis néocoloniales. Enfin, dans la troisième partie, je m’attache à dégager ce qui réunit la diversité des entreprises féminines en m’intéressant à la sexuation de la catégorie ; je montre comment cette sexuation se déploie dans un registre moral faisant appel à la tradition tout en se déclinant de manière différenciée en fonction du statut socio-économique des entrepreneures.

Description du terrain d’enquête

  • 3 Agadir, capitale de la région administrative du Souss-Massa-Draâ, est située au sud-ouest du pays, (...)

5Mon analyse repose sur une expérience de terrain de type anthropologique menée à Agadir et dans les environs entre 2002 et 2006 3. J’ai réalisé des séjours d’un à trois mois, durant lesquels je me suis installée dans différents quartiers de l’agglomération urbaine. J’ai rencontré à plusieurs reprises une quarantaine d’entrepreneures. Ces entrepreneures provenaient de toute l’agglomération d’Agadir et étaient issues de différents milieux sociaux ; pour le commerce d’habits par exemple, il pouvait s’agir d’une patronne d’une boutique de confection dans le centre d’Agadir, qui profite de ses allers-retours entre Agadir et Paris pour importer de la marchandise, ou d’une ouvrière en usine à Inezgane qui, parallèlement à ce travail, achète des habits au souk pour les revendre, de manière informelle, dans des zones populaires et rurales. Les entrepreneures que j’ai rencontrées étaient âgées d’une vingtaine à une cinquantaine d’années ; certaines des plus jeunes d’entre elles avaient été aidées par leurs pères pour leur installation, par exemple un père qui ouvre une succursale de sa propre agence et y installe sa fille, mais aussi, dans des milieux plus populaires, un père qui accorde une pièce de la maison au commerce de couture ou de coiffure de sa fille ; quant aux plus âgées, elles se présentaient le plus souvent comme des selfmade women ayant affronté seules les obstacles à leur installation. Avec ces femmes, j’ai réalisé des entretiens formels, enregistrés et transcris, mais je me suis également entretenue avec elles dans des situations moins formelles (repas, visites, etc.) et j’ai accompagné certaines d’entre elles dans leurs activités. Plus généralement et comme toute anthropologue, j’ai évoqué mon objet de recherche et interrogé les gens à son propos à toute occasion, d’une manière qui a dû paraître parfois déplacée et en tout cas obsessionnelle aux yeux de mes proches; mais j’ai de la sorte glané une grande quantité d’informations et d’avis à son propos.

6Alors que j’ai commencé mon terrain dans l’idée d’étudier l’entreprenariat féminin dans la région, parce que j’avais repéré à l’occasion d’une autre enquête de telles entreprises, j’ai en fait été conduite à observer son émergence sociale. En 2002, les entrepreneures ne se connaissaient pas entre elles, se considérant souvent comme la seule ou l’une des seules entrepreneure(s) du coin. En 2005, une partie d’entre elles se constituait en association. Quant aux discours qui étaient tenus sur l’entreprenariat féminin, ils se sont pratiquement inversés.

7En 2002, les actrices et les acteurs sociaux que je rencontrais avaient tendance à réfuter l’existence d’entrepreneures, ce qu’ils expliquaient par des raisons culturelles et morales (« vous connaissez les femmes ici, elles ne sortent pas beaucoup ») ou par des raisons de développement (« à Casa vous trouverez des femmes d’affaires, mais ici non, il n’y a pas cette maturité, les gens sont arriérés »). Tout juste admettait-on que certaines femmes faisaient des « affaires traditionnelles », par exemple en vendant le surplus de la production pour l’autoconsommation. Mais en parallèle, j’observais une grande diversité d’entreprises montées et dirigées par des femmes : inscrites sur toute la hiérarchie sociale, dans le secteur formel ou informel, occasionnelles ou régulières, de petite ampleur ou plus importantes, bénéficiant d’un réseau local ou international. À titre d’illustration, un commerce de produits de beauté français ramenés une à deux fois par année à l’occasion de visites familiales à Paris est une entreprise internationale de petite ampleur et occasionnelle. Un commerce de grande ampleur peut être tout à fait local et régulier, comme utiliser des couturiers et couturières de la région pour alimenter un réseau de clientes.

8Ces entreprises ne bénéficiaient d’aucune visibilité sociale mais, quand il en était question, elles étaient envisagées avec beaucoup de circonspection et en termes péjoratifs puisque c’est au registre de la prostitution – entendue dans un sens extensif de relations sexuelles hors mariage – qu’il était le plus souvent fait référence. Par exemple, les coiffeuses étaient accusées de coiffer des prostituées et de servir de central téléphonique pour des rendez-vous adultères. Ces soupçons étaient généralement reconduits par les entrepreneures elles-mêmes ; chacune d’elles se défendait cependant d’y répondre et prenait grand soin de mettre en scène une moralité sans faille. Une commerçante dans l’import-export affirmait par exemple ne jamais prévoir de dîner d’affaires car « le soir, la place de la femme est à la maison » alors que d’autres adoptaient des stratégies de contournement pour éviter que la rumeur ne les affecte, par exemple en se déplaçant dans des villes où elles étaient inconnues pour rencontrer leurs fournisseurs et clients.

9Quatre ans plus tard, l’appréhension de l’entreprenariat féminin n’était plus la même. Que des femmes de la région soient dans les affaires n’étonnait plus et ne donnait plus lieu à la référence redondante à la prostitution. L’évidence de l’entreprenariat féminin s’exprimait par la manière dont les actrices et acteurs sociaux évoquaient les entrepreneures réelles, qui étaient désormais rendues visibles. Un étudiant m’a ainsi expliqué : « avant, je ne faisais pas attention si c’était des femmes ou pas mais depuis qu’on en parle, je remarque qu’il existe des femmes d’affaires ». Ou encore, une série d’événements médiatisés circule dans les discours ; par exemple, dans le cadre d’un concours de microprojets, une chaîne de télévision a décerné un premier prix à une jeune entrepreneure rurale sahraouie qui avait impressionné nombre de téléspectateurs et téléspectatrices en affirmant, faisant allusion aux hommes qui tentent d’émigrer clandestinement par la mer : « je préfère embrasser ma terre que les bateaux de la mort ».

10Mon enquête de terrain m’a donc confrontée à un changement social. Pour le comprendre, il m’a fallu le situer dans son contexte sociohistorique.

Historiciser et contextualiser le travail des femmes au Maroc

11L’entreprenariat féminin est apparu dans le contexte d’une économie de marché qui s’est imposée au Maroc avec le système colonial, puis néocolonial, d’une manière qui a péjoré plutôt qu’amélioré les conditions de travail des femmes. Récemment, la révision de la Moudawana, le droit de la famille marocain, a nourri moult débats sur les droits et devoirs des femmes ainsi que sur leur autonomie, ce qui a concouru à faciliter et à visibiliser leurs activités professionnelles.

Colonialisme, néocolonialisme et conditions de travail

12Dans le contexte de la colonisation, l’industrialisation et le capitalisme ont absorbé d’autres types d’économie, marginalisant le mode de production traditionnel agricole et artisanal et entraînant une forte perte de visibilité et de valeur sociale du travail des femmes (Bernard, 1990). La croissance du secteur tertiaire a poursuivi ce processus de dévalorisation du travail manuel et de marginalisation du secteur traditionnel.

13Les Marocaines, en particulier celles issues de milieux ruraux, sont entrées dans l’industrie privée dès la première moitié du xxe siècle et, cours des années 1950, elles ont investi le secteur public (Longuenesse, Catusse & Destremau, 2005). Au cours des années 1980, la privatisation et la libéralisation du marché ont provoqué une forte hausse du chômage. Les hommes qui travaillaient dans les grandes exploitations et dans les industries en milieu rural ont été soumis à des conditions de rémunération misérables qui les ont fait fuir vers les villes où ils ont pris des emplois de journaliers. Simultanément, les femmes des milieux ruraux ont été massivement mobilisées comme main-d’œuvre encore meilleur marché, notamment dans les secteurs du textile, de la parachimie et des industries alimentaires. Cette instrumentalisation de la main-d’œuvre féminine pour faire pression sur les salaires prend racine dans la dévalorisation du travail des femmes qui a accompagné la distinction, propre à l’industrialisation tant marocaine (maghrébine) qu’européenne, entre sphères privée et publique : le travail des femmes, jugé peu productif, est mal payé. L’exploitation de certaines catégories de femmes est donc moins à mettre en relation avec des rapports sociaux de sexe qui surgiraient de traditions locales qu’avec la domination occidentale et l’imposition du capitalisme, qui lui-même s’appuie sur le travail gratuit des femmes (Delphy, 2002).

14Les mauvaises conditions de travail des salariées les ont conduites à développer d’autres activités lucratives. Marie Virolle-Souibes rapporte que les Algériennes ont toujours adopté des conduites leur permettant de se constituer un « simple pécule », mais que ces pratiques sont aujourd’hui à comprendre comme un « phénomène économique d’envergure, dans le cadre de ce qu’on appelle le "travail informel" » (Virolle-Souibes, 1986, pp. 196-197). Au sujet des Tunisiennes, Dora Mahfoud relève que, dans le milieu urbain, « là où la dissolution du secteur artisanal et la prolétarisation de la main-d’œuvre est le plus visible, le travail à domicile de type artisanal cède le pas à une multitude d’activités économiques disparates allant de petits travaux comme la garde d’enfants à domicile, à l’entreprise familiale orientée vers le commerce, en passant par toutes formes de sous-traitance » (Mahfoud, 1990, pp. 197-198). L’auteure évoque des pâtissières travaillant pour le compte de pâtisseries, d’hôtels ou pour une clientèle de quartier, ou encore les vendeuses d’articles importés ou de bijoux non poinçonnés ne pouvant être écoulés sur le marché officiel. À Agadir, la profusion d’entreprises lucratives qu’inventent les femmes correspond tout à fait à cette description. Dans l’un des quartiers que j’habitais par exemple, ma logeuse louait deux appartements à la semaine et tenait une téléboutique. Dans une pièce adjacente de la téléboutique, elle donnait trois fois par semaine des cours de réalisation de fleurs en papier et elle vendait sa propre production. Mon boulanger évoquait une concurrence déloyale à son corps de métier de la part d’une autre voisine qui vendait de manière informelle et depuis son domicile des pâtisseries aux privés et lors de fêtes. Ces exemples montrent bien comment les femmes se saisissent d’occasions pour réaliser différentes activités indépendantes liées au commerce et à l’artisanat.

15Si le secteur informel est largement investi par des Marocaines de milieux populaires, on y trouve aussi quantité de femmes issues de milieux aisés, telle cette commerçante qui, profitant de son réseau de connaissances dans la bonne société d’Agadir, organise dans l’une de ses maisons, qu’elle essaye par ailleurs de louer, des expositions de kaftans chics qu’elle commande à des couturières à domicile de Fès.

16Quant au secteur formel, il est surtout occupé par des Marocaines bénéficiant d’une certaine aisance sociale et financière qui leur permet d’assurer les démarches administratives et l’achat de locaux. On y trouve une grande diversité d’affaires, de plus ou moins grande ampleur, s’inscrivant dans des domaines traditionnellement assignés aux femmes ou investissant des secteurs davantage masculinisés : boutiques d’artisanat ou de prêt-à-porter, salons de coiffure, écoles, mais aussi entreprises en bâtiment, d’import-export, hôtels, etc. Enfin, certaines affaires démarrent dans le secteur informel pour ensuite s’établir dans le secteur formel, comme l’illustre le cas d’une commerçante travaillant de porte à porte qui a transformé certaines de ses clientes en couturières à domicile pour d’autres clientes et qui s’est établie dans un local en ville. Je reviendrai plus loin sur les différences entre milieux sociaux ; il s’agit d’abord de mieux explorer les événements récents qui ont facilité l’émergence sociale de l’entreprenariat féminin.

Les conditions récentes d’émergence de la catégorie

17Le tournant néolibéral qu’a pris le Maroc dans les années 1980 a induit l’émergence de l’entreprenariat. Myriam Catusse (2001) a étudié cette émergence sans toutefois préciser si elle entend par « entrepreneur » une population constituée d’hommes exclusivement ou d’hommes et de femmes. Elle décrit l’entreprenariat comme renvoyant à une réalité hétérogène sur le plan des sous-catégories professionnelles : « commerçants, chefs d’entreprises, entrepreneurs, hommes d’affaires, directeurs de sociétés, PDG, directeurs de banques, armateurs, industriels, promoteurs financiers, etc. » ( Catusse, 2001, p. 26). Cette caractéristique s’applique très bien à la catégorie au féminin, tout aussi hétérogène. Selon Myriam Catusse, la figure hétérogène de l’entrepreneur trouve une unité dans l’opposition manichéenne dans laquelle elle est inscrite. L’adoption d’une politique de privatisation et d’adhésion au libéralisme économique s’est réalisée à travers une reproduction de la concentration du pouvoir et de l’argent qui a été accompagnée de dénonciations touchant à la corruption et à la justice. Or, dans ce contexte, la figure de l’entrepreneur prend des valeurs économistes et morales opposées, figurant même en nouvel héros du développement du pays : « ce personnage […] s’impose comme "avant-garde" de la modernité, moteur de changement et acteur de la libéralisation, conformément aux discours normalisateurs des bailleurs de fonds internationaux » (Catusse, 2001, p. 12). Bénéficiant d’une forte valorisation, les entrepreneurs deviennent influents dans les années 1990, notamment en s’institutionnalisant à travers la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Du côté des entrepreneures, on s’organise également, quoique de manière un peu marginale et plus tardive ; par exemple, sur l’Internet, un lien mène de la CGEM à l’Association des femmes chefs d’entreprise du Maroc, l’AFEM. Cette association, la première association d’entrepreneures au Maroc, voit le jour en 2000. À Agadir, elle s’institutionnalise en 2005.

18Plus récemment, des changements légaux qui ont fait polémique ont contribué à la visibilisation des entrepreneures. La Moudawana organise les rapports au sein de la famille à travers 297 articles. Dès son adoption en tant que loi en 1958, elle a fait l'objet de débats et de critiques en particulier parce qu’elle plaçait les femmes dans un état de subordination et leur conférait un statut de mineure au sein de la sphère familiale, alors que la constitution et le droit public leur donnent les mêmes droits qu’aux hommes. Le changement juridique a été initié par le roi Mohammed VI qui, dès son accession au trône en 1999, a tenté de se distinguer de son père par un souci d’équité face aux « injustices sociales ». Dans ce registre, il a rapidement évoqué « la question de la femme » et a installé une commission royale consultative chargée de lui remettre des propositions pour la révision de la Moudawana, qui a été formellement révisée en février 2004 dans le sens d’une égalisation et d’une responsabilisation des deux époux. La nouvelle loi abolit la tutelle matrimoniale, limite la possibilité de la polygynie, rend le divorce judiciaire obligatoire et supprime, entre autres, le devoir d’obéissance de l’épouse au mari ; elle n’entre par contre pas en matière sur l’égalité devant l’héritage (Bessis, 2007). En ce qui concerne l’engagement professionnel des femmes, la version non révisée de la Moudawana comportait une formulation pouvant laisser cours à différentes interprétations et possibilités de l’empêcher : « le fait pour la femme d’exiger de son époux qu’elle puisse exercer un travail ne portant pas atteinte aux convenances et aux bonnes mœurs n’est pas contraire à la finalité du mariage » (article 47). Dans la version révisée, cette phrase a été supprimée de sorte que l’époux ne peut plus légalement empêcher son épouse d’exercer une activité professionnelle.

19J’ai mis en évidence que l’apparition de l’entreprenariat féminin repose sur des changements sociaux, économiques et légaux. Ces changements ne permettent cependant pas la légitimation de son existence, qui passe par la sexuation de la catégorie de l’entrepreneur référant à une féminité traditionnelle et authentique.

Sexuer l’entreprenariat féminin

20Le discours de moralisation de l’économie qui accompagne l’émergence de l’entrepreneur trouve son écho pour les femmes entrepreneures, mais en prenant des tonalités fortement sexuées.

Des figures contrastées d’homme et de femme

21On se souvient qu’avant de gagner en visibilité, l’entreprenariat féminin était fréquemment associée à la « prostitution ». C’est en demeurant dans un registre moral qu’il est visibilisé et en étant contrasté avec une figure masculine négative renvoyant, à l’instar de celle de la prostituée, à la corruption et à la décadence.

22Une série de vertus considérées comme féminines et traditionnelles sont convoquées pour décrire et légitimer l’entreprenariat féminin. Les entrepreneures seraient plus sérieuses et responsables au travail que les hommes : « les femmes essaient de faire les choses très minutieusement, contrairement aux hommes. C’est naturel d’après moi. C’est naturel qu’une femme ait envie de donner le maximum d’elle-même » (négociante). Par « nature », mais aussi par peur de mettre leur famille et surtout leurs enfants, en danger, les entrepreneures seraient moins corrompues que les hommes : « la femme est plus morale, elle n’aime pas corrompre » (entrepreneure artisane). Comme patronnes, elles seraient de plus fiables et responsables à l’égard de leurs employés, parce que « la femme est là quand il y a un problème et non pas au café du coin ; elle écoute et trouve des solutions » (hôtelière). Si elles sont nouvelles dans la branche, ce n’est pas un problème puisque : « la femme acquiert plus rapidement l’expérience que l’homme » (patronne d’assurance) ; cette même patronne explique cette rapidité en déclarant également que « nous les femmes, vous ne nous retrouvez pas dans un café en train de papoter. On a autre chose à faire ». Quant aux difficultés qu’elles rencontrent à gérer simultanément les affaires domestiques et professionnelles, elles tiennent lieu de preuve des grandes qualités féminines : « toutes les femmes sont des cheffes d’entreprise ! Elles sont responsables de leur foyer, elles sont compétentes pour gérer les biens et les personnes » (patronne d’agence de voyage). Dans le même sens, un restaurateur affirme : « toutes les femmes sont entrepreneures car elles ont leur famille à faire vivre et donc elles trouvent des trucs pour cela. Ici, on compte plus sur la mère que sur le père ». La mise en scène d’une exemplarité morale des entrepreneures se retrouve sur le site internet de l’AFEM qui affiche : « nous visons l’instauration des valeurs : intégrité et loyauté, respect, solidarité, détermination ». Les différentes qualités et compétences des entrepreneures sont fréquemment expliquées par leur identité de mère (le plus souvent réelle et sinon potentielle) et par leur expérience du travail domestique, comme l’illustrent certaines citations évoquées ci-dessus : leur rôle de mère et de responsables du foyer feraient d’elles des patronnes idéales.

23Ces figures associées de l’entrepreneure et de la mère sont comparées avec une figure d’homme extrêmement négative, celle de l’homme « démissionnaire », qui se décline de plusieurs manières. On retrouve ici une expression de la minorisation de leur pouvoir qu’ont subie les hommes dans les contextes de domination coloniale et néocoloniale, comme l’ont montré différentes études féministes postcoloniales (Carby, 2008). Concernant le Maroc, Fatima Mernissi relevait d’ailleurs en 1991, dans son ouvrage dressant différents portraits de travailleuses marocaines, qu’« on ne rencontre pas un seul cas où le discours féminin présente l’homme comme un être fort, protecteur et la femme comme un être faible attendant de l’homme protection et largesse » (1991, p. 24).

24Cet « homme démissionnaire », pour reprendre les termes utilisés sur le terrain, est considéré comme à la fois l’une des causes et l’une des conséquences de la « crise » que vivrait le Maroc. Cette crise, qui est sans cesse évoquée, est expliquée tantôt par l’hégémonie occidentale, tantôt par la colonisation, tantôt par la détention du pouvoir économique et politique par une petite partie de la population et tantôt ces arguments sont avancés ensemble. Mais dans chacune de ces explications, les hommes, en tant que seuls acteurs politiques et économiques légitimes et reconnus jusque-là, sont accusés de porter une lourde responsabilité en ayant activement ou passivement participé à cette « crise » et à ses supposées conséquences en termes de perte de valeurs. Une figure de l’homme démissionnaire est celle du bourgeois corrompu que le sens moral n’effleure plus et qui est bien indifférent à la misère régnant dans son pays. Une deuxième figure de l’homme démissionnaire est justement celle du chômeur, mari et père irresponsable, qui a capitulé devant les problèmes et qui est, par exemple, « au café ». Une troisième expression de l’homme démissionnaire est celle des migrants, ou de ce que la jeune Sahraouie évoquée plus tôt décrit comme les hommes « embrassant les bateaux de la mort ». L’homme démissionnaire figure donc des hommes profiteurs, démotivés ou absents.

25Lorsque l’on met ensemble les figures de la patronne exemplaire et de l’homme démissionnaire, on se trouve devant une configuration qui a tout son sens : la légitimité des entrepreneures marocaines est assurée par le fait que les hommes en manquent, soit parce qu’ils ne bénéficient pas des ressources matérielles nécessaires à l’exercice de leur pouvoir, soit parce que leur autorité est perçue comme s’exerçant de manière immorale ou arbitraire et qu’ils ne sont dès lors plus considérés comme dignes de l’exercice de ce pouvoir. Sous cet angle, les hommes n’occupent plus ou occupent mal leur place de dominants. Et c’est cette place mal occupée ou inoccupée que les femmes entrepreneures proposent d’investir.

26Pour légitimer l’occupation de cette place, elles instrumentalisent la figure de la mère. Pourquoi la mère ? La mère est fortement valorisée dans différentes sociétés patriarcales et notamment au Maroc où son idéal est celui d’une femme forte, volontaire, honnête et responsable. Cette figure, renvoyant à un statut respecté et reconnu est, de plus, associée à la perpétuation du groupe et de la culture. La symbolique et les caractéristiques positives attribuées à la mère sont revendiquées et déplacées dans le contexte de l’entreprise où il en est fait autre chose : une entrepreneure persévérante, honnête et responsable, une bonne patronne, sur laquelle on peut compter. Avec toutes ces qualités propres à assurer, voire à restaurer un certain ordre social, les entrepreneures peuvent prétendre occuper à bon escient les places désertées ou mal occupées par des hommes « démissionnaires ».

27La figure de la mère est éminemment stratégique : peu discutable, bénéficiant d’un fort quotient d’autorité et de reconnaissance, elle peut être mise en avant, permettre aux femmes d’articuler de nouvelles revendications, tout en restant fidèles à une idée de la tradition et à des valeurs dominantes. Ainsi – et c’est important – les entrepreneures ne semblent ni revendiquer ni dénier le pouvoir des hommes, mais occuper une place vacante et ceci pour le bien général. Pour en revenir à ce qui peut apparaître paradoxal à une appréhension occidentale, il est parfaitement loisible, dans ce contexte, de valoriser un passé idéalisé et des rôles sociaux pensés comme traditionnels tout en affirmant que l’investissement de l’entreprenariat par des femmes est indispensable au Maroc.

28Permettant l’émergence et la reconnaissance sociales d’une catégorie professionnelle au féminin, la sexuation de la catégorie d’entrepreneure a également pour conséquence de particulariser et de contraindre le travail de ces femmes dans certaines modalités. L’appel à la tradition, pour efficace qu’il soit quant à la légitimation de leurs fonctions professionnelles, engage les entrepreneures de la région d’Agadir dans la nécessité de mettre en scène des qualités morales qui ne facilitent pas leur travail. Par exemple, elles s’excluent le plus souvent des réseaux masculins, qui sont relayés par une série de lieux publics, tels les « cafés » incriminés. Et pour faire des affaires, elles comptent alors davantage sur le bouche à oreille, un mode de circulation d’informations volatile et difficilement contrôlable, alors que, comme nous l’avons vu, leur réputation est importante. Ou encore, elles sont tenues de redistribuer l’argent qu’elles gagnent, tant dans leurs réseaux privés que professionnels, pour manifester leur sens de la responsabilité et leur souci des autres. Certes, la redistribution de l’argent est ordinaire au Maroc et concerne les hommes aussi bien que les femmes. Cependant, les entrepreneures, qui disent utiliser avec plaisir l’argent gagné pour leurs enfants, paient beaucoup moins volontiers, au sens propre du terme et souvent très cher, leur investissement professionnel, parce qu’il s’agit alors d’« acheter » un certain nombre d’accords ou simplement la paix. Comme le dit une patronne d’agence de voyage, à propos des membres de sa famille, « ils ne s’intéressent pas du tout à ce que je fais. Mais quand ils ont besoin d’argent, ils me contactent ».

29L’appel à la tradition qui accompagne l’émergence de l’entreprenariat féminin n’a donc rien de paradoxal : il permet d’établir une continuité entre passé et présent ou, en d’autres termes, d’approprier la nouveauté.

De fortes disparités sociales

30Si la sexuation de la catégorie d’entrepreneur·e constitue une stratégie de légitimation relativement générale, elle se décline cependant de manière très différente en fonction de la hiérarchie sociale. Pour ne prendre qu’un exemple ici, les arguments qui sont avancés par les entrepreneures pour expliquer leur entrée dans l’entreprenariat sont contrastés en fonction de leurs appartenances de classe et ils renvoient à des conditions matérielles très dissemblables.

31Sur toute la hiérarchie sociale, on trouve des femmes qui revendiquent une certaine autonomie financière et plus généralement individuelle. C’est ce qu’explique par exemple une femme de milieu aisé, propriétaire d’un magasin de décoration d’intérieur, qui « refuse de devoir demander à [son] mari pour la moindre chose. Parfois il est de bonne humeur, parfois non ». Isue d’un tout autre milieu, une commerçante analphabète travaillant dans les environs populaires d’Agadir affirme que le mariage ne devrait pas signifier pour les femmes qu’elles ne sachent rien faire, n’osent pas sortir ni parler. Sur toute la hiérarchie sociale également, on trouve des femmes qui affirment avoir voulu développer une activité qu’elles connaissent et aiment réaliser, qu’il s’agisse de compétences acquises dans le cadre de leur socialisation primaire ou de la mise en œuvre d’une formation.

32Toutefois, ce qui distingue clairement les entrepreneures selon leur milieu social est le recours à l’argument de la nécessité économique du point de vue de la survie familiale ou, au contraire, une prise de distance explicite par rapport à cet argument. Les femmes issues de milieux populaires expliquent systématiquement que de nos jours, il n’est plus possible de compter sur un seul salaire pour faire vivre une famille. Et elles affirment que leur engagement professionnel, même si elles en sont heureuses, ne se pose pas comme un choix : il est nécessaire. De leur côté, les femmes de milieux aisés prennent le plus souvent soin de définir leur travail comme choisi et facultatif, en expliquant que les gains de leur époux ou ceux dont elles disposent dans leur famille d’origine sont suffisants pour assurer leur existence et celle de leurs enfants le cas échéant. Elles tiennent de tels propos y compris quand elles trouvent nécessaire de disposer de biens propres (par exemple pour ne pas dépendre de l’époux), ou lorsqu’elles expliquent en utiliser une partie pour leur famille, en général leurs enfants.

  • 4 Ici s’imbrique une autre logique sociale, qui est générationnelle : les plus âgées des entrepreneur (...)

33La position des femmes par rapport à la nécessité ou au caractère facultatif de leur entreprise a des implications importantes sur le rapport aux normes liées aux rôles et identités de sexe. Les appartenances de classe induisent en effet des rapports très inégalitaires à ces normes, qui sont plus ou moins transgressées. Lorsque les femmes aisées définissent leur travail comme facultatif, elles reconduisent ces rôles tels qu’ils étaient définis dans la Moudawana non révisée : le devoir de l’époux est de pourvoir entièrement aux besoins familiaux et l’époux concerné répond à ce devoir. Ce positionnement ne signifie pas qu’elles souhaitent s’en tenir exclusivement à cette division du travail ni qu’elles s’y tiennent effectivement et moins encore qu’elles adhèrent au devoir réciproque d’obéissance de l’épouse à son mari. Il ne signifie pas non plus que l’époux ou la belle-famille ait facilement accepté leur engagement dans les affaires 4. Mais, du moins, ces femmes présentent de leur époux une image valorisante et conforme aux assignations de sexe qui, bien qu’elles ne soient plus inscrites dans la loi, sont encore très légitimes.

34Au contraire, les femmes de milieux populaires qui affirment que leurs gains sont nécessaires à la survie de la famille dénient à leurs époux le rôle de pourvoyeur. Tout en évoquant des raisons extérieures aux volontés individuelles, elles promeuvent une transgression des rôles de sexe. Et elles sont nombreuses à dire que, pour des raisons de fierté, leur époux a résisté à cette transgression en désapprouvant leur investissement dans les affaires jusqu’à ce qu’il se rende à la raison en constatant l’amélioration du sort familial. En mettant l’accent sur la résistance de leurs époux, ces femmes préservent la fierté et l’honneur de ces derniers, pour ensuite relever leur sagesse. Mais cela ne réduit en rien ni la transgression des rôles traditionnels que ces couples réalisent ni la force du constat de l’incapacité des époux à répondre à leurs devoirs tels que les définit l’idéologie dominante.

35Des activités semblables s’inscrivent donc dans des contextes matériels et symboliques très différents, notamment en termes de rapport aux normes de genre et de possibilité de distinction de classe. Dans un cas, le rôle de pourvoyeur de biens de l’époux, qui constitue une partie de l’identité masculine, est franchement remis en question et il s’agit donc de reconstruire des identités et des rôles de sexe ; alors que dans l’autre cas, la conformité à ces identités et rôles est bien mieux assurée. Vu leur relatif confort identitaire, on comprend que les époux aisés puissent plus facilement s’accommoder du travail de leurs épouses et l’approuvent. Or, parfois, les entrepreneures de milieux aisés opposent l’encouragement qu’elles reçoivent de la part de leur famille et/ou époux, qu’elles définissent de « modernes », aux tendances « arriérées » du peuple marocain. Dans de tel cas, le processus de distinction sociale a quelque chose de très ironique ; les milieux aisés bénéficient en effet du double gain d’être moins astreints à transgresser les rôles de sexe tout en pouvant se permettre de faire circuler un discours plus libéral.

Conclusion

36Après avoir donné à voir le contexte juridique, économique et social dans lequel l’entreprenariat féminin a émergé, j’ai montré comment sa légitimation passe par l’instrumentalisation de qualités et des compétences « féminines », qui sont mises en contraste avec des défauts « masculins », en particulier avec ce qui relève de la « démission » des hommes. Ce faisant, les entrepreneures parviennent à démontrer que leur investissement dans les affaires publiques permet de restaurer et de reconduire des valeurs culturelles fondamentales. Si ce procédé, en raison des valeurs et des stéréotypes qu’il véhicule, concerne toutes les entrepreneures, les identités et rôles de sexe sont davantage transgressés dans les milieux populaires, en raison des problèmes économiques qui les frappent. Or, transgresser des rôles sociaux de sexe est difficilement endossable lorsque, simultanément, ce sont des valeurs traditionnelles qui sont rappelées et prônées. C’est donc bien dans l’articulation réitérée, mais articulée diversement en fonction d’injonctions normatives plus ou moins délicates à manipuler, que se déploie la stratégie de légitimation de l’entreprenariat féminin : rendre visible et valoriser l’arrivée des entrepreneures sur la scène économique en en appelant à la tradition.

Haut de page

Bibliographie

Bernard C. (1990), « Les femmes salariées et non salariées au Maghreb. Des travailleuses à plein temps et "hors du temps" », dans Gadant M. & M. Kasriel (dir.), Femmes du Maghreb au présent. La dot, le travail, l’identité, Paris, Éditions du CNRS, pp. 89-139).

Bessis S. (2007), Les Arabes, les femmes, la liberté. Paris, Éditions Albin Michel.

Carby H. (2008), « Femme blanche écoute ! Le féminisme noir et les frontières de la sororité », dans Dorlin E. (dir.), Black Feminism. Anthologie du féminisme africain-américain, 1975-2000, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 87-112.

Catusse M. (2001), « L’entrée en politique des entrepreneurs marocains. Formation d’une catégorie sociale et réforme de l’ordre politique dans le cadre de la libéralisation économique », RSC, n° 25, pp. 1-43.

Delphy C. (2002 [1970]), « L'ennemi principal », dans Delphy C. (dir.), L'Ennemi principal 1. Économie politique du patriarcat, Paris, Éditions Syllepse, pp. 31-56).

Filali-Ansary A. (2002), L’Islam est-il hostile à la laïcité ?, Paris, Éditions Sindbad/Actes sud.

Hobsbawm E. (1995), « Inventing Traditions », Enquête 2 [Usages de la tradition], pp. 171-189.

Longuenesse É, Catusse M., & B. Destremau (2005), « Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen Orient », Revue des mondes musulmans et de la Méditeranée. Le travail et la question sociale au Maghreb et au Moyen-Orient, n° 105-106, pp. 15-43.

Mahfoudh D. (1990), « Anciennes et nouvelles formes de travail des femmes, à domicile, en Tunisie », dans Gadant M. & M. Kasriel (dir.), Femmes du Maghreb au présent. La dot, le travail, l’identité, Paris, Éditions du CNRS, pp. 159-173).

Mernissi F. (1991), Le Monde n'est pas un harem. Paroles de femmes au Maroc, Paris, Éditions Albin Michel.

Virolle-Souibes M. (1986), « Du pécule au salariat. Travail et stratégies féminines en Algérie », dans Collectif (dir.), Côté femmes. Approches ethnologiques, Paris, Éditions L'Harmattan (pp. 193-208).

Haut de page

Notes

1 Sur la construction réciproque de soi et de l’autre que réalisent l’Occident et l’Orient, on se référera à Laura Nader (2006) et, sur ce même processus dans le pourtour de la Méditerranée, à Séverine Rey, Hélène Martin et Elisabeth Baeschlin (2008).

2 Dans les contextes dominés comme dans les contextes dominants, l’idéologie du progrès donne lieu à des discours mitigés, tantôt valorisant et tantôt récriant le « progrès ».

3 Agadir, capitale de la région administrative du Souss-Massa-Draâ, est située au sud-ouest du pays, sur la côte atlantique. À l’époque de la colonisation, la ville a passé de bourgade de pêcheurs en port de relative importance, centre de commerce et de services et petit centre industriel. Détruite en 1960 par un tremblement de terre, elle a été reconstruite et a actuellement retrouvé et développé ses anciennes fonctions ; elle est en outre devenue une importante station balnéaire. Agadir est constituée de différents quartiers, allant de bidonvilles à des faubourgs chics, qui atteignent désormais les communes avoisinantes d’Inezgane et d’Ait-Melloul. L’agglomération d’Agadir, Inezgane et Ait Melloul compte environ 600'000 habitant·e·s. Comme j’ai procédé par réseaux pour rencontrer des entrepreneures, j’ai fréquenté toute l’agglomération d’Agadir, y compris certains villages de la région.

4 Ici s’imbrique une autre logique sociale, qui est générationnelle : les plus âgées des entrepreneures racontent plus souvent que les jeunes avoir dû affronter le désaccord de leur époux et de leur belle-famille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hélène Martin, « Sexuation, valorisation et particularisation des « femmes chefs d’entreprise » dans la région d’Agadir (Maroc) », SociologieS [En ligne], Dossiers, Professions et métiers autour de la Méditerranée, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3985

Haut de page

Auteur

Hélène Martin

Professeure, Haute école de travail social et de la santé, EESP, Lausanne, Suisse - helene.martin@eesp.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page