Navigation – Plan du site
Professions et métiers autour de la Méditerranée

Des relations plus humaines ?

Cadres et patrons chrétiens face au productivisme managérial (Italie, années 1950-1960)
Are the relations more human? Catholic executives and the employers facing the managerial productivism (Italy, ‘50s-‘60s)
Ferruccio Ricciardi

Résumés

À partir d’une approche sociohistorique, cet article s’intéresse aux effets de la croissance économique sur l’identité des cadres, en l’occurrence les groupements de cadres et patrons italiens qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, essaient de conjuguer les principes du catholicisme social dont ils se réclament dans l’arène publique avec les logiques issues du productivisme managérial américain qui s’impose en Europe occidentale. Le prisme des méthodes de « relations humaines » pour la gestion des salariés est ici utilisé pour rendre compte des modes de construction d’une identité professionnelle prise entre l’« esprit du religieux » et l’« esprit du capitalisme ». La déclinaison des « relations humaines » en fonction du projet de justice sociale préconisé par la doctrine sociale de l’Église en ressort amendée, car elles sont perçues moins comme un levier pour l’intégration des salariés que comme un instrument au service du contrôle politique de ceux-ci.

Haut de page

Texte intégral

1L’étude des effets de la conjoncture socioéconomique sur l’identité professionnelle des cadres – en termes à la fois d’identité biographique et relationnelle (Dubar, 1991) – est normalement associée à la crainte du chômage en période de crise. La constitution même du mouvement syndical des cadres durant l’entre-deux-guerres serait le fruit de la mobilisation des ingénieurs préoccupés, dans un esprit de défense corporative, de protéger le titre et de mettre à l’abri d’un marché de l’emploi fragilisé certaines catégories considérées plus faibles comme les « cadres âgés » (Hugot-Piron, 2009). S’inscrivant dans la même matrice rhétorique, la dramatisation du chômage des cadres des années 1990 aurait alimenté un large consensus autour de l’idée d’une déstabilisation de la catégorie, de plus en plus perçue comme vulnérable (Bouffartigue, 2001). Ces discours, s’appuyant souvent sur des enquêtes d’opinion largement influencées par la conjoncture économique ainsi que par la surenchère syndicale, semblent pourtant receler une accentuation des différenciations internes à la catégorie (en termes d’âge, de diplôme, de ressources mobilisables…), qui invite à relativiser la rhétorique du déclassement propre au phénomène, par ailleurs encore marginal, du chômage des cadres (Pochic, 2001).

2L’étude présentée ici, à partir d’une approche sociohistorique, entend prendre à rebours cette problématique en s’intéressant aux effets de la croissance sur l’identité des cadres et, notamment, aux effets induits par la diffusion de techniques et pratiques de gestion étroitement associées à la conjoncture expansive et ayant un évident potentiel de séduction idéologique (Berland & Chiapello, 2004). Le point d’observation est constitué par les groupements de cadres et patrons italiens qui, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, essaient de conjuguer les principes du catholicisme social dont ils se réclament dans l’arène publique avec les logiques issues du productivisme managérial américain qui s’impose en Europe à la suite du plan Marshall. Le prisme des dispositifs de gestion importés des États-Unis – et tout particulièrement des méthodes des « relations humaines » pour la gestion des salariés qui, quant à elles, prônent le bien-être psychosocial des travailleurs et la coopération interprofessionnelle – sera utilisé pour rendre compte des modes de construction d’une identité professionnelle prise entre l’« esprit du religieux » et l’« esprit du capitalisme ». Autrement dit, il s’agira d’interroger le rapport entre, d’une part, une vision qui privilégie la gestion consensuelle (et pacifiée) des relations sociales au sein des entreprises au nom de la dignité des salariés et de la collaboration interclasse et, d’autre part, une vision qui recherche les gains de productivité et l’efficacité organisationnelle via la valorisation des aspects motivationnels du travail.

Cadres et patrons : une unité fictive ?

3L’« invention » des cadres, en Italie comme dans d’autres pays européens, est à relier au processus de mobilisation des classes moyennes entamé durant l’entre-deux-guerres en réaction à l’émergence de la « question ouvrière » (Boltanski, 1982 ; Rhulmann, 2010). Si les éléments de leur constitution comme catégorie sociale et courant idéologique spécifiques se retrouvent réunis après la Première Guerre mondiale (crise du corps social intermédiaire, crise de l’autorité patronale, mobilisation des classes populaires…), il importe de souligner le rôle actif du patronat dans la formation du groupe des cadres (Kolboom, 1982). La recherche d’une alliance stratégique entre le patronat et le vaste monde des salariés à mi-chemin entre la fonction patronale et la fonction ouvrière, dans une conjoncture marquée par le malaise des couches moyennes (les grèves de 1919 en Italie ou celles de 1936 en France ayant fonctionné comme déclencheur d’une prise de conscience collective), est en effet un élément clé pour comprendre le « tournant corporatiste » des sociétés européennes (Maier, 1975). Ceci est d’autant plus vrai pour l’Italie fasciste qui, à partir des années 1930, s’efforce d’embrigader le monde des professions dans l’architecture des corporations du travail, rassemblant à la fois chefs d’entreprises et salariés dans les mêmes associations catégorielles. Le projet d’affiliation des professions techniques au régime fasciste a eu une part non négligeable dans ce processus de « nationalisation » des couches moyennes, comme en témoigne l’institution de nombreux ordres professionnels durant la première phase du gouvernement Mussolini (experts comptables, géomètres, ingénieurs, architectes, chimistes…) (Gagliardi, 2010).

4Ainsi, la rencontre entre ingénieurs et fascisme se fait très rapidement. Faute d’une solide tradition d’associationnisme (comme c’était le cas pour les médecins ou les avocats), les ingénieurs italiens collaborent avec le fascisme pour des raisons à la fois de promotion sociale (obtenir la défense légale du titre) et politiques (ils sont essentiellement antisocialistes et ils ont mal vécu la période des occupations des usines en 1919-1920) (Malatesta, 2006, pp. 237-238). Dans cette perspective s’expliquent les efforts de l’Association nationale des ingénieurs italiens visant à étouffer toute tentative d’autonomisation de la part de ces ingénieurs qui s’associent aux employés et aux cadres administratifs durant la période des mobilisations ouvrières (Ferretti, 1998, pp. 316-327).

5Si l’association entre cadres et patrons est moins fictive que ce qu’il n’y paraît, les éléments de convergence se retrouvent notamment sur le terrain de l’attitude à l’égard de la « question sociale ». Celle-ci fait l’objet de la réflexion de l’Église catholique depuis la publication de l’encyclique papale Rerum novarum en 1891. L’encyclique offre aux cadres et patrons un socle doctrinal fort pour sortir de la crise de l’entre-deux-guerres en misant sur le dialogue entre les différentes classes et couches sociales (au moyen de l’organisation syndicale, de la négociation collective et de la législation sociale) (Grelon, 2005). C’est autour de ce dispositif d’action que les cadres italiens, au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, re-organisent leur action collective.

  • 1 La déclinaison italienne de la notion française de « cadre » relève de l’histoire particulière de d (...)

6À l’instar de l’activité syndicale menée en France par le Mouvement des cadres chrétiens (héritier de l’Union sociale des ingénieurs catholiques), l’action de la Confederazione italiana dirigenti d’azienda (CIDA), créée en 1946 pour représenter l’ensemble des dirigenti italiens 1, s’inspire largement de l’interclassisme chrétien ayant ses racines dans la pensée corporatiste. Il s’agit d’un organisme qui se veut l’expression, pour utiliser les mots du président Giuseppe Togni, notable de la Démocratie chrétienne, de la « classe moyenne responsable et sociale », dont les aspirations de modernisation vont de pair avec la revendication de principes moraux s’inscrivant dans la tradition chrétienne (CIDA, 1955-56).

  • 2 L’UCID au lendemain de la Seconde Guerre mondiale rassemble quelques milliers d’adhérents autour de (...)

7Ce discours est repris dans le fond par l’Unione cristiana imprenditori e dirigenti (UCID), qui rassemble à la fois patrons et dirigeants d’entreprise, et affiche des liens privilégiés avec l’Université catholique de Milan ainsi que certaines associations ecclésiales comme l’Action catholique. Créée en 1947 sous l’impulsion d’un groupe de patrons du nord de l’Italie, l’UCID joue le rôle d’association culturelle particulièrement engagée dans la modernisation des relations sociales au sein des entreprises, tout en faisant l’objet d’une pastorale ad hoc de la part de la hiérarchie ecclésiale, qui vise par-là à apaiser les sources potentielles du « conflit industriel » 2 (Tonizzi, 1997).

La « découverte » du management américain : de la productivité aux « relations humaines »

8Après la Seconde Guerre mondiale, la confiance dans les effets positifs induits par la croissance économique et le progrès technique, incarnés par la notion de productivité (Boulat, 2008), trouve dans le référentiel américain un horizon culturel majeur. Ainsi, parallèlement à l’adhésion aux principes du catholicisme social, le mouvement des cadres regarde d’un œil bienveillant le modèle de corporate capitalism américain qui, en conjuguant dirigisme, libéralisme et prospérité, représente une alternative concrète à la fois au libéralisme économique dans sa version la plus orthodoxe et au collectivisme socialiste (Boltanski, 1982). Dans cette perspective, les techniques managériales importées des États-Unis après 1945 (contrôle budgétaire, planning, relations humaines…) jouent un rôle majeur dans la construction d’un dispositif culturel et idiomatique destiné aux couches moyennes employées dans les entreprises. Elles sont à même de répondre aux promesses contenues dans le répertoire de justifications de l’« esprit capitaliste » de l’après-guerre (opportunités de carrière, méritocratie de l’efficacité, entraide…) (Boltanski & Chiapello, 1999).

9L’introduction des principes des « relations humaines » est étroitement associée à la notion de productivité. Cette convergence se justifie par les objectifs de stabilisation sociale que l’idéologie productiviste affiche, dans le sens où la distribution de gains découlant d’une productivité accrue (sous forme d’augmentation des salaires, d’amélioration du pouvoir d’achat…) aurait suscité l’esprit de collaboration des salariés et reproduit l’« effet de groupe » préconisé par Elton Mayo et ses disciples lors des enquêtes menées dans les usines Western Electric de Hawthorne dans les années 1920 et 1930. Importées à la suite des échanges avec les experts américains, notamment dans le cadre des « missions de productivité » (Barjot, 2002), les « relations humaines » prônent la valorisation du « facteur humain » dans la course à la productivité. En dépassant la vision taylorienne, qui se concentre essentiellement sur les motivations économiques des travailleurs et sur la rationalisation du travail manuel, elles mettent en avant une nouvelle vision sociale de l’usine. Celle-ci assume le profil pacifié et harmonieux de la famille, voire de la communauté, dont les relations sociales sous-jacentes expliqueraient largement les mécanismes de motivation et de satisfaction au travail. Autrement dit, elle plaide pour l’affirmation d’une théorie universelle de l’organisation d’entreprise susceptible de dépasser les aspects « technicistes » de son fonctionnement au profit d’une revalorisation des aspects sociaux et psychologiques (Gillespie, 1991). Ainsi, l’incitation des travailleurs et leur implication dans le processus de production ne passent pas uniquement par la possibilité d’obtenir des gains économiques. Elles prennent également appui sur ladite « logique des sentiments », c’est-à-dire l’ensemble des idées et des croyances qui expriment les valeurs propres aux relations humaines des différents groupes de l’entreprise (Lécuyer, 1988).

10L’intérêt des milieux économiques catholiques à l’égard de ces techniques managériales s’appuyant sur des concepts comme « collaboration », « communauté » ou « sentiments », il va de soi, ne pouvait qu’être grandissant, à la mesure des préoccupations qu’ils affichent à l’égard de ladite « question sociale ».

L’appréhension des « relations humaines » dans les milieux catholiques : entre corporatisme et productivisme

11La réception des « relations humaines » dans les milieux catholiques italiens s’inscrit d’abord dans le débat développé durant l’entre-deux-guerres autour de l’essor de disciplines comme la physiologie, la psychotechnique et, plus généralement, toutes les applications de la psychologie aux sciences du travail. En opposition au mécanicisme taylorien, il émerge un humanisme d’inspiration chrétienne qui trouve un écho favorable parmi certains spécialistes des études sur le travail. Les initiatives de psychologie appliquée alors émergentes, comme celle du Laboratoire de psychologie expérimentale de l’Université catholique de Milan mené par le Père Agostino Gemelli, se trouvent ainsi réunies sous le label fourre-tout du « facteur humain », label qui sera utilisé pour traduire et accommoder les idées relevant du mouvement des « relations humaines » après la Seconde Guerre mondiale (Pogliano, 1986).

  • 3 Créé en 1934, le Front national du travail est censé contrôler tous les aspects de la vie professio (...)

12Dans le laboratoire de psychologie du Père Gemelli, l’intérêt (critique) pour les recherches d’Elton Mayo se soude avec la valorisation des résultats politiques et scientifiques du Front du travail allemand, qui avait su rassembler et organiser tous les travailleurs du Troisième Reich en se substituant (par la force !) aux organisations syndicales 3. En polémique avec le courant positiviste de la psychotechnique italienne qui insiste sur l’optimisation de l’emploi des aptitudes des travailleurs, Agostino Gemelli essaie de résoudre le problème de l’écart entre rendement potentiel et rendement réel des travailleurs, tout en développant une approche « organique » qui combine études empiriques et planification sociale. À la tête de la commission de psychophysiologie de l’association italienne pour la diffusion de l’organisation scientifique du travail, il élabore un plan de contrôle social de la main-d’œuvre à l’échelle nationale, dans lequel le psychologue devait examiner la condition sociale du travailleur, sa situation familiale, ses modes de vie afin de pouvoir juger sa personnalité et sa subjectivité. Il prône ainsi l’idée de « l’entreprise participante », une organisation sociale fondée sur « l’intérêt solidaire » des ouvriers et des patrons. Son projet vise, au final, à relier le monde de l’usine aux trois grands systèmes auxquels les ouvriers appartiennent (la famille, l’État et l’Église), en s’appuyant, d’une part, sur les principes du corporatisme catholique développés par ses collègues de l’Université catholique de Milan et, d’autre part, sur l’autoritarisme fasciste (Bigazzi, 1978). Dans l’introduction à l’ouvrage coédité en 1940 avec le médecin Filippo Bottazzi, Le Facteur humain du travail, le Père Agostino Gemelli revient sur la nécessité de se doter d’une science du travail susceptible de servir les « intérêts nationaux » des employeurs et des travailleurs :

« Si le travailleur est un homme qui avec sa volonté et son activité coopère à la vie nationale, il importe d’étudier ses qualités individuelles et ses attitudes, afin de déterminer comment il peut être mis au service de la vie nationale, dont l’intérêt supérieur est composé des intérêts, apparemment contrastés, des employeurs et des travailleurs » (Gemelli & Bottazzi, 1940, p. XII).

13Dans ce sens, le Père Agostino Gemelli développe une approche explicitement politique à la question du contrôle ouvrier, qui sert ensuite de base idéologique pour appréhender les idées préconisées par le mouvement des human relations dans l’immédiat après-guerre. Les échos de cette vision néo-corporative des relations sociales se retrouvent, par exemple, parmi les écrits de certains représentants du monde intellectuel catholique qui interviennent sur le sujet dans les pages de la revue du Comité national de la productivité dans les années 1950 et qui prennent des accents ouvertement militants dans le cadre de la bataille anticommuniste pour le contrôle de la main-d’œuvre. Ainsi, les « relations humaines » sont présentées comme un moyen pour « restaurer » la personnalité de travailleurs « déviés » d’un point de vue psychique et moral et pour l’inscrire dans le cadre pacifié de la communauté d’entreprise, celle-ci étant organisée autour de figures-repères comme le chef d’atelier, l’assistante sociale ou bien l’aumônier (Franco, 2009, pp. 44-50).

14Cette idée de « communauté d’entreprise » n’est pas non plus étrangère à d’autres milieux catholiques, notamment celui des syndicalistes de la CISL – l’organisation syndicale d’inspiration chrétienne née en 1950 après la scission avec la centrale CGIL, dominée par les socialistes et les communistes – qui l’associent aux principes issus des « relations humaines ». La CISL, au début des années 1950, avance la proposition d’une gestion consensuelle des entreprises qui est fonctionnelle à la maximisation de la productivité : dans cette perspective, la « communauté » est moins une instance morale qu’un lieu privilégié de coopération entre les « producteurs ». L’« entreprise communauté », en d’autres termes, se traduit par la participation des salariés à la fois à la gestion économique et à la distribution des bénéfices, notamment au travers de l’institution de « comités mixtes » censés présider à la collaboration entre employeurs et salariés. Les mots d’ordre des « relations humaines » (motivation, satisfaction, implication…) sont ainsi repris, de manière sans doute éclectique, dans le cadre d’une stratégie d’institutionnalisation des relations industrielles (Becchi Collidà, 1980). Cette orientation s’estompe très rapidement, la CISL optant, au milieu des années 1950, pour une stratégie axée essentiellement sur la négociation collective. Ainsi, les « relations humaines » sont perçues moins comme un levier au service du projet de participation des travailleurs à la vie économique et sociale des entreprises que comme une simple fonction de gestion du personnel (Benenati, 1993).

15Au-delà des nuances, ces différentes interprétations des « relations humaines » permettent d’aborder le paradoxe sous-jacent à l’adhésion à la philosophie productiviste de la part des milieux catholiques (comment conjuguer les principes moraux avec l’aspect utilitariste de la productivité ?), tout en proposant un terrain spécifique de médiation dans la valorisation des relations sociales au sein des entreprises.

L’UCID : un corporatisme amendé au service de la modernisation des relations sociales

  • 4 Cf. Archives de l’UCID (AUCID) (conservées à l’Archivio per la storia del movimento sociale cattoli (...)
  • 5 Ibid., p. 8.
  • 6 Ibid.

16Le thème de la modernisation des relations sociales est particulièrement cher à l’UCID –l’association des patrons et cadres chrétiens qu’ici constituera notre point d’observation privilégié –, d’autant qu’il constitue le prisme pour esquisser les différentes sensibilités qui se confrontent en son sein sur la « question ouvrière ». Face aux problèmes sociaux que la Reconstruction pose (chômage, affrontement politique, cohésion sociale menacée…), c’est aux représentants de la hiérarchie ecclésiale, y compris le pape Pie XII, de fixer les lignes de l’action de cadres et patrons chrétiens par rapport au socle défini par la doctrine sociale de l’Église. La question de la « réforme de l’entreprise », sur laquelle Pie XII s’exprime à plusieurs reprises, se traduit ainsi par le « plein respect de la personne » 4. Le but est de « transformer la masse, qui autrement resterait amorphe, inerte, inconsciente, à la merci d’agitateurs intéressés, en une société dont les membres, distingués les uns des autres, chacun ayant sa propre fonction, constituent l’unité d’un seul corps » 5. La métaphore du corps, voire de la famille, pour nommer l’entreprise vise à désamorcer le conflit potentiel entre employeurs et salariés, ceux-ci étant considérés comme les « coopérateurs d’une œuvre commune » 6. Cette collaboration ne doit pas pour autant se transformer en une forme de co-gestion capable de remettre en cause le principe de la propriété privée des moyens de production. S’il faut reconnaître aux travailleurs un droit de participation à la gestion de l’économie, cette forme de « co-responsabilité » s’entend au niveau de l’économie nationale et non pas au niveau de l’entreprise.

  • 7 L’encyclique papale Quadragesimo anno reprend et réactualise la réflexion sur la « question sociale (...)
  • 8 AUCID, cart. 67, fasc. 14, Remo Vigorelli, La riforma dell’impresa, op. cit., p. 9.
  • 9 Ibid., p. 10.
  • 10 Ibid., pp. 17-18.

17Le point de départ de cette réflexion est l’encyclique papale Quadragesimo anno promulguée par Pie XI en 1931, quarante ans après la Rerum novarum7. L’accent est mis sur « la communion d’intérêts et de responsabilités dans la construction de l’économie nationale » qui passe par la formule d’une « organisation professionnelle » de différentes branches de l’économie dans le cadre d’un régime juridique de l’économie sociale qui aurait dû corriger radicalement le libéralisme économique 8. Mais si l’on assiste à un effort de réactualisation du message corporatif et de ses bien-fondés (autodiscipline des catégories professionnelles, coopération interclasse en fonction du bien commun…), cette opération ne débouche pas sur des solutions institutionnelles capables de modifier dans le fond le fonctionnement du capitalisme libéral. À titre d’exemple, la proposition avancée par l’UCID d’activer le Conseil national de l’économie et du travail, organisme interprofessionnel prévu par la Constitution italienne et censé évaluer les projets de loi intéressant l’économie, n’est qu’un leurre dans une situation où le statu quo n’est pas remis en cause 9. Les principaux effets de la Quadragesimo anno sont ainsi à repérer dans le fait que le contrat de travail a désormais intégré certains éléments relevant dudit « contrat de société » préconisé par les associations et les organisations syndicales d’inspiration chrétienne (stabilité de l’emploi, participation aux bénéfices sous forme de primes et concessions, collaboration interprofessionnelle au sein des entreprises…) 10. Bref, l’option corporative pour la gestion du conflit social en ressort amendée.

  • 11 AUCID, cart. 67, fasc. 17, Rapporti umani d’impresa e produttività, rapport du secrétaire général d (...)
  • 12 Giuseppe Siri, « Lo spirito della collaborazione di impresa », Operare, n° 1, janvier-février 1954, (...)
  • 13 Vittorio Vaccari, « Impresa e relazioni umane. Una logica nuova nei rapporti aziendali », Operare, (...)
  • 14 Ibid.

18Cette approche prudente est reprise lorsqu’il s’agit de justifier le bien-fondé à la fois de la méthode des « relations humaines » et de la notion de productivité auprès de la base des patrons et cadres chrétiens qui, eux, sont invités à moderniser le système de relations sociales dans le double dessein d’améliorer la performance économique et la stabilité sociale. Dans cette perspective, la productivité et les « relations humaines » sont censées contribuer à la transformation du rapport salarial, dans le sens où elles seraient en mesure de « réveiller la conscience productive de chaque salarié, de lui donner le sens de l’utilité de son travail, de l’intégrer dans l’entreprise et lui faire partager les valeurs morales présentes dans la société au travers de l’objectif commun de la production » 11. S’il n’est pas question d’aboutir à la socialisation des affaires économiques ou à des formes de co-gestion des entreprises, si édulcorées soient-elles, l’inscription des relations sociales dans le cadre d’une organisation professionnelle de type corporatif est tout juste esquissée. L’accent est mis, comme l’affirme le cardinal Giuseppe Siri, président de la Conférence épiscopale italienne et premier conseiller spirituel de l’UCID, sur la revalorisation du rôle social de l’entrepreneur dans la diffusion de l’esprit de collaboration indispensable à la pacification des relations entre employeurs et salariés 12. Ainsi, les « relations humaines » ayant été dépurées du message fédérateur du corporatisme (l’organisation sociale par profession), elles conservent la charge normative que les promoteurs leur avaient conférée à l’origine dans le cadre de la bataille entamée dans l’entre-deux-guerres contre le taylorisme (Bruce & Nyland, 2009). Il suffit à cet égard de lire le compte rendu livré par le secrétaire général de l’UCID, Vittorio Vaccari, dans les pages de la revue de l’association et qui fait état de nouvelles logiques gestionnaires sous-jacentes à la mise en place des « relations humaines » dans les entreprises 13. Celles-ci sont présentées comme l’expression d’une philosophie de gestion de la main-d’œuvre fondée sur la justice sociale et sur la dignité de la personne, et donc en mesure de reconstituer le socle moral de l’entreprise que l’organisation scientifique du travail et les techniques d’incitation de l’intérêt individuel avaient bafoué. L’entreprise est saisie comme un ensemble de « structures informelles » (groupes de travailleurs, catégories socioprofessionnelles…) qui donnent lieu à des multiples « psychologies », pas forcément en phase entre elles. Il importe donc d’étudier la logique qui préside aux manifestations et aux jugements exprimés par les individus et les groupes au sein des entreprises afin de garantir aux salariés une sorte de « sécurité émotionnelle » 14.

19Si l’adhésion aux préceptes d’Elton Mayo (l’importance du « facteur humain » dans la détermination de la satisfaction au travail et du niveau de production des ouvriers) semble donc acquise, leur déclinaison par rapport à la pensée sociale d’inspiration chrétienne est plus difficile à faire. Le flou entre, d’une part, une vision privilégiant la gestion consensuelle des relations sociales et, d’autre part, une vision qui recherche les gains de productivité via la valorisation des aspects motivationnels du travail demeure. Dans un manuel de conduite adressé aux patrons chrétiens et publié par l’UCID en 1953, on peut lire à cet égard que :

  • 15 AUCID, cart. 67, fasc. 21, La impresa nella economia contemporanea, Milan-Rome, Edizioni Operare, 1 (...)

« Les patrons [et cadres] chrétiens pensent qu’un système capable d’animer et de rendre opérationnelles les relations personnelles au sein des entreprises est en mesure de procurer aux entreprises les valeurs morales d’une véritable communauté. Ils considèrent pourtant comme un élément préalable au succès du système de relations humaines l’orientation vers sa première finalité qui reste la personne et la dignité des travailleurs. L’introduction et le développement de systèmes adéquats de relations humaines peuvent représenter un premier pas vers une substantielle et pacifique "révolution industrielle", capable de rénover les structures économiques sans pour autant subvertir l’ordre productif. Lorsque les programmes de relations humaines se réduisent à de la technique pure, dans le but exclusif d’accroître la productivité par le biais de l’amélioration de l’environnement social et de la collaboration au sein des entreprises, des réactions graves et négatives n’hésitent pas à se manifester. Et lorsqu’une meilleure organisation des rapports internes aux entreprises conduit […] à l’augmentation de la productivité, il est naturel que le travail soit – dans les formes les plus opportunes – co-intéressé au résultat issu de la production augmentée » 15.

  • 16 Ces expressions sont tirées de la correspondance entre le cardinal Siri, le président du groupe ind (...)

20Le débat sur les human relations développé au sein de l’UCID tend donc à tourner court, coincé entre l’appel à la revalorisation de la dignité humaine comme facteur de moralisation de la vie en entreprise et l’inscription des relations sociales dans un cadre économique et intellectuel marqué par le productivisme managérial. Le risque, au final, est de considérer les « relations humaines » comme rien d’autre qu’une alternative pacifiante et résolutive à toute tension sociale, en ajoutant à cela aussi une charge idéologique sur fond d’affrontement politique. Le climat empoisonné de la guerre froide aidant, les « relations humaines » sont également perçues, pour utiliser les paroles du cardinal Siri, comme un moyen pour « éradiquer le marxisme », combattre « l’inflation des rouges » et par là contribuer à la construction d’une « base électorale bien-pensante » 16. Force est de constater que, face à cette dérive potentielle, c’est aux « médiateurs » américains (experts et cabinets de conseil) de faire preuve de pragmatisme en contribuant à désidéologiser les techniques importés des États-Unis. Si, par exemple, les principes des « relations humaines » sont au cœur des réorganisations de la « fonction personnel » menées par ces cabinets dans des nombreuses entreprises, des mesures plus traditionnelles y sont également envisagées (développer les services sociaux, impulser les pratiques de négociation syndicale, augmenter les salaires, garantir la sécurité dans les lieux de travail…), par exemple dans l’usine sidérurgique Cornigliano à Gênes (Ricciardi, 2010). Les « relations humaines » s’apparentent ainsi aux autres fonctions du personnel.

Conclusions

21Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la rencontre entre la doctrine sociale de l’Église catholique et la culture managériale américaine est loin d’être un fait acquis. La grille de lecture offerte par la pensée sociale d’inspiration chrétienne (exprimée par les encycliques papales Rerum novarum et Quadragesimo anno) est convoquée à maintes reprises par les cadres et patrons italiens qui cherchent par là à interpréter l’évolution du capitalisme libéral, notamment dans sa déclinaison productiviste qui vise à la fois à la prospérité économique et à la stabilité sociopolitique. Le modèle du corporate capitalism véhiculé par les aides du plan Marshall représente un horizon auquel les acteurs du monde économique, de gré ou de force, sont confrontés. Notamment, les cadres dirigeants voient dans les dispositifs de gestion importés des États-Unis un moyen pour rendre possible l’intégration des travailleurs au sein des entreprises dans le cadre d’un projet de collaboration interprofessionnelle et interclasse. Dans ce schéma, il s’agit d’apaiser les tensions sociales en jouant le rôle de médiateurs intéressés.

22Les méthodes de « relations humaines » pour la gestion des salariés importées à la suite des missions de productivité – et qui prônent le bien-être psychosocial des travailleurs en fonction essentiellement productiviste – font l’objet d’une attention particulière. Le thème des relations sociales constitue en effet le champ privilégié pour conjuguer le principe chrétien de justice sociale avec l’aspect utilitariste sous-jacent à la philosophie productiviste. Les interprétations de ces nouvelles méthodes avancées par les milieux catholiques oscillent entre, d’une part, la proposition d’une solution néo-corporative de la « question sociale » et, d’autre part, le projet d’une plus grande participation des salariés à la vie économique via l’institutionnalisation des relations entre les partenaires sociaux. Les cadres et les patrons de l’UCID – qui font l’objet d’une pastorale ad hoc de la part de l’Église italienne et qui expriment le mieux les positions du monde des affaires d’inspiration chrétienne – adoptent une position davantage modérée. Celle-ci, au-delà de la valorisation de l’entreprise comme « entité morale », fait état d’un double souci : préserver les prérogatives de l’économie libérale et pacifier les relations sociales au sein des entreprises. Loin de l’inscrire dans un projet organique de transformation de l’organisation capitaliste, la « psychologisation » des relations au travail se met au service aussi bien de l’efficience productive que du contrôle ouvrier. Autrement dit, la déclinaison des « relations humaines » en fonction du projet de justice sociale préconisé par la doctrine sociale de l’Église en ressort amendée, voire minorée.

23Si donc l’OPA lancée par la culture chrétienne sur le productivisme managérial n’aboutit pas, il importe d’interroger les retombées sur l’identité professionnelle de ces cadres qui avaient tant misé sur une interprétation du capitalisme managérial américain plus en phase avec les valeurs affichées dans l’arène publique. Or la médiation offerte par l’Église sur le plan aussi bien conceptuel qu’opérationnel semble avoir figé l’identité de ces cadres et patrons chrétiens dans une posture de méfiance et d’immobilisme, dans la mesure où la croyance dans les effets positifs de la course à la productivité se heurte à un usage déformé de nouvelles techniques managériales censées l’incarner. Les « relations humaines » sont ainsi perçues moins comme un levier pour l’intégration des salariés que comme un instrument au service du contrôle politique de ceux-ci. L’adhésion de ces cadres à l’esprit productiviste qui va marquer les Trente Glorieuses fait donc l’économie d’un engagement collectif problématique qui, lui, est pris entre, d’une part, la promotion de la collaboration interclasse dans une perspective corporatiste et, d’autre part, la maîtrise laborieuse de la « question ouvrière ».

Haut de page

Bibliographie

Barjot D. (dir.) (2002), Catching up with America. Productivity Missions and the Diffusion of American Economic and Technological Influence after the Second World War, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne.

Becchi Collidà A. (1980), « Il rapporto tra salario e produttività nella teoria e nella prassi della Cisl », dans Baglioni G. (dir.), Analisi della Cisl. Fatti e giudizi di un’esperienza sindacale, Rome, Edizioni Lavoro, vol. II, pp. 517-547.

Benenati E. (1993), « Anni cinquanta : comunità o famiglia aziendale ? », Parolechiave, n° 1, pp. 50-75.

Berland N. & È. Chiapello (2004), « Le rôle des réformateurs sociaux dans la diffusion de nouvelles pratiques de gestion : le cas du contrôle budgétaire en France (1930-1960) », Comptabilité Contrôle Audit, juin, pp. 133-160.

Bigazzi D. (1978), « Organizzazione del lavoro e razionalizzazione nella crisi del fascismo 1942-43 », Studi storici, n° 2, pp. 367-396.

Boltanski L. (1982), Les Cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit.

Boltanski L. & È. Chiapello (1999), Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Éditions Gallimard.

Bouffartigue P. (2001), Les Cadres. Fin d’une figure sociale, Paris, Éditions La Dispute.

Boulat R. (2008), Jean Fourastié, un expert en productivité. La modernisation de la France (années 1930 - années 1950), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

Bruce L. & C. Nyland (2009), « Democracy or Seduction? The Demonization of Scientific Management and the Deification of Human Relations », communication présentée à la 13th Conference of the European Business History Association, Bocconi University, Milan, 11-13 juin.

Chenu M.-D. (1979), La « Doctrine sociale » de l’Église comme idéologie, Paris, Éditions du Cerf.

CIDA (Confederazione Italiana Dirigenti d’Azienda) (1955-56), I dirigenti di azienda nella vita del paese. Dieci anni di ascesa 1944-1955, Rome, Cida.

Dubar C. (1991), La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Éditions Armand Colin.

Franco D. (2009), Dalla Francia all’Italia : impegno politico, inchiesta e transfers culturali alle origini della sociologia del lavoro in Italia, Thèse de doctorat en histoire, Università degli studi di Bologna.

Ferretti R. (1998), Statuto delle professioni, organizzazione degli interessi e sistema politico nella prima metà del ‘900 : il caso degli ingegneri in Italia e in Francia (1900-1945), Thèse de doctorat en histoire, Università degli studi di Bologna.

Gemelli A. & F. Bottazzi (dir.) (1940), Il fattore umano del lavoro, Milan, Vallardi Edizione.

Gagliardi A. (2010), Il corporativismo fascista, Rome-Bari, Laterza Edizione.

Grelon A. (2005), « Patrons et cadres catholiques », dans Duriez B., Fouilloux É., Pelletier D. & N. Viet-Depaule (dir.), Les Catholiques dans la République 1905-2005, Paris, Les Éditions de l’Atelier, pp. 81-90.

Gillespie R. (1991), Manufacturing Kwnoledge. A History of the Hawthorne Experiments, Cambridge (Mass.), Cambridge University Press.

Kolboom I. (1982), « Patronat et cadres : la contribution patronale à la formation du groupe des cadres (1934-1938) », Le Mouvement social, n° 121, octobre-décembre, pp. 71-95.

Hugot-Piron N. (2009), « Des maux aux mots : une approche socio-historique des “cadres de plus de 45 ans” », Le Mouvement social, n° 228, juillet-septembre, pp. 75-94.

Lécuyer B.-P. (1988), « Rationalité et idéologie dans les sciences de l'homme. Le cas des expériences Hawthorne (1924-1933) et leur réexamen historique », Revue de synthèse, n° 3-4, pp. 401-427.

Maier C.S. (1975), Recasting Bourgeois Europe. Stabilization in France, Germany, and Italy in the Decade after World War I, Princeton, Princeton University Press.

Malatesta M. (2006), Professionisti e gentiluomini. Storia delle professioni nell’Europa contemporanea, Turin, Edizione Einaudi.

Pochic S. (2001), « Chômage des cadres : quelles déstabilisations ? », dans Bouffartigue P., Cadres : la grande rupture, Paris, Éditions La Découverte, pp. 189-206.

Pogliano C. (1986), « Il "fattore umano". Psicologia e scienza del lavoro (1890-1940) », dans Castronovo V. (dir.), La cassetta degli strumenti. Ideologie e modelli sociali nell’industrialismo italiano, Milan, Franco Angeli Editore, pp. 267-305 

Ricciardi F. (2006), « Généalogie et évolution de la catégorie de "cadre" en Italie », Sociologie du travail, n° 48, pp. 509-524.

Ricciardi (2010), « The circulation of practices. Americanizing social relations at the Cornigliano steel plant (Italy), 1948-1960 », Labor History, vol. 51, n° 2, pp. 231-248.

Rhulmann J. (2010), « L’invention des "cadres" et des "classes moyennes" en France des années 1930 au début des années 1950 », dans Bouffartigue P., Gadea C. & S. Pochic (dir.), Cadres, classes moyennes : vers l’éclatement ?, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 240-248.

Tonizzi M.E. (1997), « Le origini dell’Unione Cristiana Imprenditori e Dirigenti (UCID) : 1945-1956 », dans Gariglio B. (dir.), Cattolici e Resistenza nelll’Italia settentrionale, Bologne, Il Mulino Edizione, pp. 287-304.

Haut de page

Notes

1 La déclinaison italienne de la notion française de « cadre » relève de l’histoire particulière de deux catégories socioprofessionnelles proches mais distinctes : les dirigenti, c’est-à-dire les cadres supérieurs au sens strict du terme, et les quadri, à savoir l’ensemble de techniciens et cadres de niveau moyen (Ricciardi, 2006).

2 L’UCID au lendemain de la Seconde Guerre mondiale rassemble quelques milliers d’adhérents autour de plusieurs sections territoriales, alors que la CIDA, la Confédération des cadres italiens tous secteurs confondus, en 1960 peut compter sur 24 000 adhérents. Celle-ci affiche de manière ouverte sa proximité avec les valeurs chrétiennes tout en nouant des rapports étroits avec la Démocratie chrétienne, le parti alors majoritaire au Parlement (CIDA, 1955-56).

3 Créé en 1934, le Front national du travail est censé contrôler tous les aspects de la vie professionnelle (rétributions, fiscalité, horaires, modalités d’embauche) des ouvriers allemands ainsi que les activités hors travail les concernant (loisirs, famille, éducation).

4 Cf. Archives de l’UCID (AUCID) (conservées à l’Archivio per la storia del movimento sociale cattolico in Italia, Université catholique de Milan), cart. 67, fasc. 14, Remo Vigorelli, La riforma dell’impresa nell’insegnamento pontificio, Milan, Ucid-Gruppo Lombardo, 1952. Il s’agit d’une brochure qui rassemble et « interprète » les discours prononcés sur la question par le pape Pie XII entre 1949 et 1952. Traduction de l’auteur.

5 Ibid., p. 8.

6 Ibid.

7 L’encyclique papale Quadragesimo anno reprend et réactualise la réflexion sur la « question sociale » entamée par l’encyclique Rerum novarum, publiée en 1891 par le pape Léon XIII. Elle met en avant l’opportunité de réaliser une organisation sociale de type corporatif, tout en affirmant la légitimité des syndicats chrétiens, le droit au salariat familial, la possibilité des ouvriers de participer aux bénéfices des entreprises et, plus généralement, la nécessité de créer les conditions pour la réalisation de la « justice sociale » (Chenu, 1979).

8 AUCID, cart. 67, fasc. 14, Remo Vigorelli, La riforma dell’impresa, op. cit., p. 9.

9 Ibid., p. 10.

10 Ibid., pp. 17-18.

11 AUCID, cart. 67, fasc. 17, Rapporti umani d’impresa e produttività, rapport du secrétaire général de l’UCID, Vittorio Vaccari presenté à l’UCID de Vicence, 25 octobre 1952, p. 7.

12 Giuseppe Siri, « Lo spirito della collaborazione di impresa », Operare, n° 1, janvier-février 1954, pp. 5-8.

13 Vittorio Vaccari, « Impresa e relazioni umane. Una logica nuova nei rapporti aziendali », Operare, n° 2, mars-avril 1953, pp. 72-78.

14 Ibid.

15 AUCID, cart. 67, fasc. 21, La impresa nella economia contemporanea, Milan-Rome, Edizioni Operare, 1953, pp. 14-15.

16 Ces expressions sont tirées de la correspondance entre le cardinal Siri, le président du groupe industriel IRI, Giuseppe Bonini et l’ancien ministre de l’Industrie, le démocrate-chrétien Pietro Campilli, à l’occasion de l’organisation, dans la ville de Gênes, de « séminaires idéologiques » censés former des ouvriers sélectionnés à la collaboration interprofessionnelle et interclasse. La section locale de l’UCID participe aussi à cette initiative. Cf. Archives historiques de l’IRI (ASIRI), Rome, Archivio II (Numerazione Nera), Serie Segreteria generale – Affari Generali, Miscellanea anni 1950-1970, b. 531, f. 1, « L’esperimento di S. Ilario », février 1952.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ferruccio Ricciardi, « Des relations plus humaines ? », SociologieS [En ligne], Dossiers, Professions et métiers autour de la Méditerranée, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 23 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/3999

Haut de page

Auteur

Ferruccio Ricciardi

Chargé d'études à l'Observatoire des cadres et chercheur associé au Centre Maurice Halbwachs (Cnrs-Ehess-Ens), équipe PRO, Paris, France - ferricciardi@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page