Navigation – Plan du site
Professions et métiers autour de la Méditerranée

Travail des Maghrébines en France : spécificités et freins

Cas de la Haute Normandie
The employment of North African women in France: specificities and brakes. The case of Normandy
Zeineb Touati

Résumés

Cette contribution traite de la situation professionnelle des Maghrébines immigrées en Normandie et des spécificités du travail et de l’évolution des carrières de ces femmes. Dans une première partie nous présentons les spécificités du travail des femmes immigrées et les conséquences du changement de pays qui représente pour certaines une opportunité et une source de difficultés pour d’autres. Nous mettons l’accent sur l’importance de facteurs tels que le niveau d’instruction, le diplôme, l’origine et le contexte dans lequel arrive et évolue la femme immigrée. Nous montrons également que la féminisation des flux migratoires maghrébins et l’entrée progressive des Maghrébines dans le marché du travail en France modifient progressivement les images et les représentations de la femme maghrébine immigrée véhiculées en France.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La France enregistre depuis les années 1950-60 des vagues d’immigration importantes venant notamment des trois pays du Maghreb. La proximité géographique et les liens historiques et politiques (dus aux décennies de colonisation) expliquent en grande partie la forte présence d’immigrés maghrébins dans ce pays. Cette immigration a connu plusieurs phases dictées par des impératifs économiques, la reconstruction de l’après-guerre ou les conséquences de la crise économique de 1973. C’est à partir de 1974 que l’élément féminin commence à apparaître dans l’immigration, notamment par l’intermédiaire du regroupement familial prévu par des conventions bilatérales entre la France et les pays maghrébins. Pendant cette période, le nombre de femmes immigrées augmente considérablement. Les effectifs d’Algériennes et de Marocaines explosent : la part des Marocaines est passée de 26,7% en 1975 à 39% en 1982, c’est aussi le cas des Algériennes ou encore des Tunisiennes dont la proportion passe de 30,9% en 1975 à 38,2% en 1982 pour dépasser les 41% en 1990. La troisième phase se situe vers le début des années 1990 et se distingue par une immigration conséquente de femmes seules venues à la recherche d’emploi ou poursuivre leurs études supérieures. L’immigration implique alors beaucoup de changements et engendre une présence, certes timide et réservée à ses débuts, des femmes sur le marché du travail. Elle implique également plusieurs questionnements légitimes quant au statut de ses femmes, leurs droits, leur implication dans le marché de travail, leur construction identitaire, etc.

2C’est dans ce cadre que s’inscrit cette contribution que nous consacrons aux spécificités du travail et de l’évolution des carrières des femmes maghrébines immigrées en France. En nous référant au cas des Maghrébines immigrées en Normandie, nous allons dans une première partie présenter les spécificités du travail des femmes immigrées. Nous montrerons en quoi le changement de pays peut représenter une opportunité sur le plan professionnel pour certaines de ces femmes tout en nuançant notre propos en montrant que l’immigration n’est pas forcément synonyme de chance professionnelle étant donné les difficultés auxquelles sont confrontées plusieurs femmes immigrées. Le niveau d’instruction, le diplôme, l’origine, le contexte dans lequel arrivent et évoluent les femmes immigrées sont autant de facteurs qui facilitent ou entravent l’insertion professionnelle.

3Le choix de la Normandie s’explique entre autres par une tradition d’immigration ancrée dans la région depuis plus de deux siècles. La Normandie offre, par rapport à d’autres régions, une diversité des vagues de migrants (Italiens, Portugais, Belges, Suisses, Britanniques et Maghrébins) qui ont largement façonné l’histoire et la culture normandes. L’immigration n’a pas touché de la même façon la haute et la basse Normandie. Urbanisée et très industrialisée, la Haute-Normandie a toujours attiré plus d’immigrés que la Basse-Normandie plus rurale, agricole et n’offrant pas autant d’activités industrielles et portuaires. Nous notons également l’existence de deux modèles d’immigration.

« À l’immigration basse-normande fondée sur le recours à une population assez qualifiée et employée dans tous les secteurs d’une économie diversifiée s’oppose l’immigration haute-normande, pour laquelle la main-d’œuvre immigrée, plus nombreuse et moins qualifiée, est l’objet d’une répartition plus élaborée dans les secteurs de l’industrie » (Barzman, 2008, p. 104).

4La Haute-Normandie et notamment le Havre, ville portuaire et industrielle ont, depuis le début du xxe siècle, accueilli les Maghrébins :

« Après 1945 et jusqu’en 1975, les Algériens puis les Portugais constituent les plus gros contingents d’étrangers recensés. Les Marocains, les Turcs et les ressortissants des pays de l’Afrique subsaharienne prennent ensuite le relais. Les Algériens, Marocains et Sénégalais étaient présents dans les ports normands du Havre et de Rouen dès le début du xxe siècle. Travailleurs civils en temps de guerre ou navigants, ils ont sans doute rapporté des connaissances sur la Normandie dans leurs pays d’origine » (Ibid., p. 98).

5C’est ainsi que plusieurs Maghrébins commençaient à affluer sur la base des récits de ceux qui les ont précédés dans les ports et en les utilisant comme contacts.

  • 1 Reconnaissant leurs limites, les cinq entretiens en question seront brièvement utilisés pour illust (...)
  • 2 INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques (France).
  • 3 Plusieurs associations œuvrant en Normandie nous ont aidée en nous communiquant des données, des in (...)

6Toutefois, malgré son importance, nous notons une forte carence en documentation et en données statistiques et sociologiques sur l’immigration maghrébine. Il existe quelques statistiques sur cette population vivant en France, mais elles sont souvent imprécises et incomplètes. Elles sont encore plus rares lorsqu’il s’agit de certaines régions comme la Normandie. Nous nous basons dans cette contribution, sur une vingtaine d’entretiens semi-directifs, d’une durée moyenne d’une heure et demie, réalisés avec un échantillon de femmes maghrébines immigrées dans le bassin normand. Les femmes interrogées résident dans les villes de Rouen et du Havre et ont entre 22 et 60 ans. Cinq d’entre elles sont d’origine tunisienne, huit d’origine marocaine et sept d’origine algérienne. Huit de nos enquêtées ont un niveau d’études supérieures, deux sont titulaires d’un DUT, l’une d’entre elles a une licence en sciences humaines, quatre ont un doctorat et la dernière prépare un doctorat. Sur les huit diplômées, seules les docteures et la doctorante sont nées au Maghreb, les trois autres sont immigrées de deuxième génération. À ces vingt entretiens s’ajoutent cinq autres entretiens réalisés par téléphone et par échange de courriers électroniques avec cinq jeunes femmes issues de l’immigration nées en Normandie mais ayant préféré s’installer dans les pays du Golfe après l’obtention d’un ou plusieurs diplômes français 1 (master, licence et DUT). Consciente de la non-représentativité et de la non-exhaustivité de cet échantillon – qui nous sert à déblayer le terrain pour la recherche que nous entamons – nous le complétons par le recours à d’autres données et éléments. Ainsi nous utiliserons les statistiques publiées par l’INSEE 2 (2000, 2007, 2009 et 2010) ainsi que les données communiquées par des associations normandes luttant contre la discrimination et pour l’intégration des immigrés 3. Nous nous référons également à une recherche que nous menons actuellement sur la construction identitaire des femmes maghrébines immigrées en Normandie.

Situation des femmes immigrées

7Nous ne pouvons pas parler des Maghrébines immigrées en France comme d’un groupe homogène et uniforme. À partir de leurs motivations, des conditions d’arrivée et de séjour, nous pouvons identifier plusieurs catégories de femmes immigrées dans ce pays. À titre d’exemple, il est possible de citer les femmes arrivées depuis les années 1970-80 dans le cadre du regroupement familial, majoritairement inactives faute de diplômes, d’expérience et de maîtrise de la langue ; des femmes diplômées qui souffrent à leur arrivée d’un déclassement de leurs statuts et de leurs conditions faute d’équivalence des diplômes ; des jeunes femmes qui viennent en France poursuivre des études supérieures (écoles de commerce, écoles d’ingénieur et formations doctorales) ; celles de la deuxième génération qui disposent d’un niveau d’instruction plus élevé et qui aspirations à « ne pas subir le sort des mères ». Il y a des femmes cadres titulaires de diplômes français de l’enseignement supérieur, universitaires et chefs d’entreprises, mais dont le nombre est très faible ; nous citons également les femmes entrées clandestinement et dont le nombre est difficile à préciser. Elles occupent les emplois les plus précaires avec des salaires très bas. Ces dernières ne sont pas comptabilisées dans les statistiques que nous présentons dans cette contribution et sont rarement prises en compte dans les études sur l’immigration féminin en France.

  • 4 L’ouvrage se base sur une enquête par questionnaire administré auprès de 500 étudiants marocains vi (...)
  • 5 Cf. le chapitre « Les conditions sociales de la promotion universitaire : héritiers, pionniers et é (...)

8Nombre de ces femmes immigrantes viennent en France pour rejoindre leurs maris, pour avoir une vie familiale et à la recherche d’une vie meilleure. D’autres s’installent en France en quête de liberté et d’épanouissement, pour fuir des traditions ancestrales, un carcan familial protecteur ou la domination des mâles de la famille. Ces femmes sont certes minoritaires mais elles sont, selon plusieurs associations, de plus en plus nombreuses, comme les jeunes femmes qui immigrent pour poursuivre des études supérieures. Ces dernières, qui s’installent en France pour poursuivre des études supérieures, réalisent majoritairement leurs objectifs. Elles ont pour projet de rentrer dans le pays d’origine, ce qu’elles font en grande partie. Parmi les doctorants, les femmes seraient plus nombreuses à repartir à la fin des études. Étant donné la difficulté d’obtenir un poste universitaire, elles préfèrent ne pas prolonger leur séjour en France. Parmi les trois doctorantes que nous avons rencontrées, deux sont déjà reparties moins de trois mois après la soutenance de la thèse. D’origine marocaine, les deux doctorantes rencontrées correspondent aux modèles décrits dans l’ouvrage dirigé par Étienne Gérard (2008) 4. En effet, issue de la bourgeoisie marocaine de la ville de Fès, la première que nous appellerons Khadija, ne fait que reproduire le schéma familial proche de celui des « héritiers » comme décrit dans le livre d’Étienne Gérard. Khadija considère qu’« étudier en France est devenu une tradition pour les familles bourgeoises marocaines. Il s’agit d’une suite logique après avoir fréquenté les lycées français ». Pour cette classe sociale, le retour au Maroc est une quasi évidence, « rares sont ceux qui ne rentrent pas au pays. Et quand c’est le cas, il s’agit surtout d’hommes ». Il est, en effet, difficile selon Khadija, pour les jeunes femmes de justifier une installation en France, « surtout qu’issues de cette bourgeoisie, nous sommes assurées d’avoir un bon poste de retour chez nous ». La deuxième doctorante, « Fatima » est issue de la classe moyenne marocaine et elle est la première de sa famille à faire des études à l’étranger. Il est vrai que, comme le prouvent les travaux des différents co-auteurs de l’ouvrage d’Étienne Gérard, les études à l’étranger et particulièrement en France étaient de tout temps l’apanage de la bourgeoisie au Maroc. Ces travaux précisent toutefois que depuis quelques années deux nouvelles catégories émergent parmi les 30.000 étudiants en France. Elles correspondent à la classe moyenne à la recherche d’une promotion sociale et à des jeunes de milieu populaire qui aspirent à une forme d’ascension sociale notamment à travers les études à l’étranger 5. Fatima est donc repartie au Maroc pour respecter l’engagement qu’elle avait pris envers sa famille. En effet, le retour au Maroc à la fin des études était l’une des conditions posées à son départ en France. Elle considère qu’elle aura beaucoup plus de chance de trouver un poste dans l’enseignement supérieur au Maroc. Elle déclare « il faut aussi que je songe sérieusement à fonder une famille. Mais de toutes les façons mon titre de séjour expirait quelques mois après la soutenance de la thèse et je n’allais pas pouvoir le renouveler ».

9Pour les immigrées mues par l’envie et le besoin de travailler, le bilan est mitigé. En effet, la France a pendant plusieurs années représenté une opportunité importante pour certaines d’entre-elles qui ont réussi à investir le marché du travail et à évoluer. Certaines ont réussi le pari de devenir chefs de petites entreprises et créatrices de projets. Leurs motivations sont différentes : la recherche de l’autonomie et de l’indépendance pour une petite partie d’entre-elles et une façon de sortir de la précarité et du chômage pour une large majorité. Depuis 1993, les Maghrébines représentent entre 15 et 20% des stagiaires qui suivent les formations à la création d’entreprises assurées par l’Institut de recherche et formation, éducation et développement (IRFED). Les entreprises ou unités créées par les Maghrébines relèvent le plus souvent des services : commerce (notamment alimentaire), restauration, hôtellerie et coiffure.

10Dans cette catégorie des femmes artisanes, commerçantes et chefs d’entreprises (ACE), certaines avaient des expériences professionnelles similaires avant l’arrivée en France, d’autres découvrent ; beaucoup orientent leurs activités vers une clientèle exclusivement maghrébine et africaine. Les ACE tunisiennes représentent 4% des actifs tunisiens, les Algériennes représentent un peu plus de 3% et les Marocaines 2,5%. 75% des ACE marocaines et 78% des ACE algériennes sont commerçantes. Ces taux sont très élevés comparés au taux global des immigrés qui ne dépasse guère les 24%. Ce qui prouve une nette orientation des femmes créatrices de projets et d’emploi vers le commerce, généralement des petites et moyennes unités. Ce choix serait dicté par l’implication de la famille (il s’agit généralement d’une affaire familiale à laquelle contribuent mari et enfants), la marge de liberté que laisse ce type d’emploi en terme de gestion de l’emploi du temps, la possibilité d’assurer obligations familiales et travail et l’absence d’évaluation des compétences et des connaissances pressenties comme un obstacle par beaucoup de femmes. Rares sont les enquêtes qui traitent de cette catégorie. Celles réalisées pendant les quinze dernières années montrent que les ACE souffrent plus des lourdeurs administratives et de la discrimination que des freins familiaux et/ou culturels.

11Une grande partie des Maghrébines immigrées sont analphabètes ou maîtrisent très peu la langue française, elles n’ont pas de qualifications, ni d’expériences professionnelles. En effet, 81% des Maghrébines ne travaillaient pas avant leur arrivée en France. Ceci est surtout valable pour les femmes arrivées dans le cadre du regroupement familial, contrairement à celles qui sont arrivées dans les années 1990 pour étudier et/ou travailler ainsi qu’aux jeunes filles de la deuxième génération qui maîtrisent la langue et ne déclarent pas avoir de difficultés de ce type. Le changement de génération, avec ce qu’il implique comme évolution, marque un changement certain dans la réalité de ces femmes. Cette évolution est plus perceptible dans le quotidien que dans les représentations.

12Le portrait dressé en 1994 par Colette De Troy et Rebecca Franceskides de la femme immigrée est toujours d’actualité dans les représentations construites des immigrées maghrébines en France. Elles y décrivaient une femme qui occupe un emploi peu qualifié situé au bas de la hiérarchie professionnelle avec un volume horaire important dans les branches les plus pénibles, les moins protégées et les plus exposées au chômage (De Troy & Franceskides, 1994). Ce portrait correspond aussi à la représentation véhiculée dans la société française de la Maghrébine immigrée « généralement inactive et mère de famille nombreuse et quand elle est active, elle fait ce dont les Françaises ne veulent pas » comme l’affirme Myriam, universitaire marocaine.

13En réalité, et malgré la persistance de ces représentations, la situation des Maghrébines a changé, notamment avec la diversification de cette population due à l’arrivée de nouvelles catégories diplômées et expérimentées mais aussi à la deuxième génération. Comme l’affirmait la députée européenne, Amima Boumédiane-Thiery,

« elles ne sont plus ces femmes appelées "poules pondeuses" que l’on présentait pour effrayer la société. En effet, elles connaissent une baisse de leur taux de fécondité qui tend à s’aligner sur celui de la population "autochtone". L’âge du mariage est également en net recul et le taux de mariage exogames va croissant (à titre d’exemple, les Algériennes en France concluent 38% des mariages mixtes de leur communauté, les Marocaines 30% et les Tunisiennes 16%) » (Boumédiane-Thiery, 2003).

14Ces changements sont du fait de la deuxième génération mais aussi de l’évolution de la situation des femmes dans les pays d’origine : augmentation de l’alphabétisation, recul de la fécondité (de sept à huit enfants dans les années 1970 à moins de trois enfants en 2001), augmentation du taux de chômage des femmes et forte concurrence sur le marché du travail qui entraînent une plus grande mobilité, y compris migratoire. Ces changements dans les pays d’origine changent le visage des femmes immigrées, plus émancipées, plus autonomes et surtout prêtes à investir l’espace économique.

  • 6 Enquête qui porte sur 150 000 personnes et qui permet de suivre les individus sur une durée de troi (...)
  • 7 Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples.

15Elles sont plus nombreuses à intégrer le monde du travail et à s’y faire une place. Selon l’enquête Emploi 6 de l’INSEE, sur presque 500.000 Maghrébines installées en France, 33,7% travaillent (36,3% des Algériennes, 30,2% des Marocaines et 36,7% des Tunisiennes). Notons par ailleurs que le taux d’activité est beaucoup plus élevé chez les Maghrébines naturalisées Françaises. L’acquisition de la nationalité française faciliterait l’accès au travail. Ce qui laisse entendre qu’une forme de discrimination persiste encore sur la base de la nationalité et de l’origine. Il s’agit d’un fait avéré pointé par plusieurs associations mais aussi par des rapports parlementaires et européens et qui touche plus les immigrés maghrébins que ceux d’autres origines. Le racisme joue certainement un rôle important, comme en témoigne le nombre croissant de plaintes portés pour discrimination à l’emploi, ou encore les statistiques données par des organisations reconnues comme SOS Racisme ou le MRAP 7. À défaut de chiffres précis sur les Maghrébines, notons qu’en 2008, 11% des Maghrébins estiment qu’un emploi leur a été refusé en raison de leur origine et déclarent avoir été, très souvent, traités de façon injuste par leur employeur, leur supérieur hiérarchique ou leurs collègues (le taux est de 8% pour les immigrés d’une façon générale). Pour les Maghrébines, les inégalités apparaissent également au niveau des rémunérations. À diplôme et expérience équivalents, les Maghrébines actives gagnent en moyenne 30% de moins que les Françaises. Cette différence est réduite à 14% lorsque nous considérons le secteur d’activité, la taille de l’entreprise et le temps de travail. Les Maghrébines sont condamnées au travail à temps partiel (43% des immigrées contre 32% des Françaises). Elles travaillent essentiellement dans le secteur tertiaire : commerce, restauration, nettoyage, service domestique. Plus de 80% des Maghrébines travaillent dans un secteur instable, non qualifié et peu rémunérateur. Selon l’enquête Emploi de l’INSEE, 92% des Algériennes, 88% des Marocaines et 81% des Tunisiennes travaillent dans le tertiaire avec une forte représentation dans les services aux personnes. Ces emplois n’aident pas à l’intégration parce qu’ils ne permettent pas de contacts, encore moins d’évoluer dans le cadre d’une entreprise.

16Enfin, malgré l’augmentation du travail des immigrées, le taux d’activité des femmes est inférieur de moitié par rapport au taux d’activité des Maghrébins immigrés (65%). Toutefois, nous ne pouvons pas à ce stade de la recherche affirmer catégoriquement l’idée que les femmes subiraient beaucoup plus le racisme que les hommes.

Spécificités de l’emploi des Maghrébines en Normandie

17En l’absence de données statistiques sur le travail des Maghrébines en Normandie, nous nous référerons dans cette partie aux témoignages recueillis dans les villes de Rouen et du Havre. Selon les préfectures et sous-préfectures de la région, il n’y a pas d’enquête sur le travail des Maghrébines en Normandie. Les directions départementales et les inspections du travail ne disposent que des informations sur les femmes qui demandent une autorisation de travail (ce qui exclue les clandestines et celles qui travaillent à temps partiel).

18L’immigration féminine est en Normandie d’abord due au regroupement familial pour rejoindre les maris, essentiellement ouvriers dans les grandes usines (Total, Renault, etc.) ou dans les ports. En l’absence de qualification et d’expérience, les femmes se sont spécialisées dans le tertiaire comme précisé plus haut.

19Parmi nos enquêtées, une Tunisienne de 50 ans et sa fille de 25 ans qui tiennent un restaurant. La mère, qui n’avait jamais travaillé avant de venir en France, a cumulé les gardes d’enfants, faute de mieux et en l’absence de qualifications. Le couple a décidé, au bout de quelques années, de créer un restaurant pour ne plus subir les phases récurrentes de chômage du mari et le travail précaire de la femme. Malgré les difficultés économiques que connaît le couple, la femme affirme préférer gérer cette crise que de se retrouver dans la précarité qu’elle vivait il y a quelques années. « Obligée de travailler dans les services, autant que ce soit pour mon compte et pour le bien de ma famille. Je ne peux plus et ne veux plus travailler pour les autres ». Elle fait partie des femmes que l’installation en France a poussées à travailler et à investir. « Restée en Tunisie, je n’aurais pas eu à travailler. Ce n’était pas fréquent au moment où j’ai immigré. C’était même mal vu dans mon entourage. Je pense que je me serai occupée de mes enfants sans songer au travail, encore moins à gérer un restaurant ».

20Les femmes enquêtées en Normandie estiment être « bonnes à faire ce dont les autres ne veulent pas » ou « occuper les emplois dégradants et humiliants que ne veulent pas faire les Françaises et les Européennes ». Leur constat rejoint les conclusions de certaines études datant déjà de quelques années (ADRI, 1994) et qui notent que les Maghrébines étaient en passe de remplacer les Espagnoles et progressivement les Portugaises dans les services domestiques et aux personnes.

21Louisa, 55 ans, mère de deux enfants, sans diplômes, a travaillé dès l’âge de 36 ans (à savoir depuis son arrivée en Normandie) dans les services, au début en gardant des enfants, avant de cumuler emplois de vendeuse et de femme de ménage. La journée de Louisa commence à 5h du matin, heure à laquelle elle doit se rendre à son premier travail : agent de propreté dans une grande entreprise de la région. Elle doit quitter à 7h45 avant l’arrivée des employés. C’est aussi l’heure à laquelle elle rejoint son deuxième emploi : vendeuse dans un commerce alimentaire où elle travaille jusqu’à 19h avec une pause entre 12 et 15h. La pause de midi permet à Louisa d’assurer son troisième emploi, non déclaré, de femme de ménage trois fois par semaine dans un cabinet. Louisa fait 60H/semaine payées au SMIC, « raison pour laquelle je ne déclare pas mon troisième boulot. Je ne pourrai pas m’en sortir autrement ». Fière de travailler et de ne pas être dépendante, Louisa avoue n’avoir jamais dit à sa famille, restée au pays, qu’elle était femme de ménage.

22Dans le même cas, Fatma, 47 ans, cumule des heures de ménage dans un hôtel, où elle travaille de 8h à 13h et la compagnie d’une personne âgée trois après-midi par semaine.

« D’un côté, je me sens utile, j’aide mon mari et je participe au budget de la famille. De l’autre, je suis déçue de ma vie en France. Je suis fatiguée à force de courir dans tous les sens, je ne profite pas de mes enfants, je n’ai pas d’amis à part la gérante de l’hôtel avec laquelle je peux discuter de temps en temps ».

23Les Maghrébines paraissent souffrir de ces conditions de travail et du manque de temps accordé aux enfants. Soizic Calonne, qui a également travaillé sur cette question, a noté la difficulté que rencontrent les immigrées à gérer vie de famille et vie professionnelle, une difficulté plus importante que chez les Françaises ou les autres immigrées : « Il n’est pas toujours facile de concilier les horaires de travail et l’éducation des enfants, surtout si les horaires proposés pour travailler ne correspondent pas avec les heures de crèche ou d’école. Le coût de la crèche par rapport au revenu d’un emploi est trop important pour certaines femmes » (Calonne, 2002, p. 29). Ce sentiment, reconnu par plusieurs spécialistes comme plus fort chez certaines immigrées, notamment les Maghrébines et les Africaines, est dû à des considérations culturelles et identitaires. D’où, dans certains cas, une forme de culpabilité qui s’installe. Plus de la moitié de nos enquêtées en Normandie y font référence.

24La tendance nationale de forte représentation des Maghrébines dans le secteur tertiaire et dans le service aux personnes se confirme en Normandie. Elle s’étend même aux jeunes issues de l’immigration. Notre pratique de l’enseignement à l’IUT du Havre et du recrutement des étudiants dans plusieurs sections et les chiffres communiqués par plusieurs établissements de la région, mettent en avant une orientation franche des jeunes filles issues de l’immigration vers des études supérieures courtes dans le secteur tertiaire (DUT techniques de commercialisation, BTS tourisme, BTS commerce), en plus de celles qui optent avant le bac pour les diplômes professionnels dans la restauration, la coiffure ou l’hôtellerie. Par ailleurs, étant donné l’importance du chômage des jeunes d’une façon générale et des jeunes issus de l’immigration particulièrement, certaines des jeunes Normandes issues de l’immigration qui optent pour des études longues, peuvent se retrouver confrontées à la précarité des emplois dans les services. Nous citons ici l’exemple de Zahia, jeune diplômée de 24 ans, qui s’est résignée, en attendant de trouver un emploi correspondant à ses qualifications, à travailler comme femme de chambre dans un hôtel. Il s’agit d’un emploi saisonnier qu’elle occupe pour la deuxième année de suite dans une station de ski :

« Au bout de neuf mois de chômage, il fallait bien que je travaille. J’espère que la situation s’arrangera après la crise, mais je n’y crois pas trop. J’essaie de voir le bon côté des choses : ce travail me permet de profiter de la neige et des paysages de la Haute-Savoie, ce qui n’est pas rien pour une Normande qui n’a jamais skié ».

25À la fin de la saison de ski, Zahia retourne chez ses parents, relance ses candidatures tout en pensant à émigrer à son tour. Cette idée peut surprendre, mais il s’agirait d’un véritable phénomène qui commence à attitrer l’intérêt des spécialistes de l’immigration et des médias en France. De plus en plus de jeunes issus de l’immigration décident de quitter la France et de s’installer dans d’autres pays pour travailler. Il s’agit essentiellement des jeunes diplômés qui décident de partir après une vaine recherche de travail ou plusieurs périodes d’essais non concluantes pendant lesquelles ces jeunes remarquent que leur origine et leur nom à consonance maghrébine leur nuisent. En plus de la Grande-Bretagne, géographiquement proche et financièrement attrayante, une nouvelle destination est en train de se dessiner pour les jeunes Normandes issues de l’immigration : celles des pays du Golfe et à leur tête les Émirats Arabes Unis. Plusieurs jeunes femmes diplômées sont déjà parties travailler dans des agences de voyages, compagnies aériennes, agences de communication, multinationales à Dubaï et Abu Dhabi. Elles affirment être traitées de façon juste et équitable par rapport aux autres employés, être bien rémunérées et surtout s’épanouir dans leur travail et évoluer rapidement sans souffrir de discrimination. Elles avancent même que ce qui les dessert en France, à savoir leur origine et leur double culture, s’avère un avantage dans les pays arabes. Les recruteurs les choisissent parce qu’elles ont des diplômes français, qu’elles maîtrisent l’arabe et qu’elles peuvent être des intermédiaires de choix dans les relations entre les entreprises du Golfe et l’Europe. Cette nouvelle tendance, qui touche apparemment de plus en plus de jeunes immigré(e)s, commence à intriguer les chercheurs et les spécialistes de l’immigration.

26Par ailleurs, selon des responsables associatifs, des grandes entreprises de la région intègrent de plus en plus de femmes diplômées issues de l’immigration dans des postes importants. Cette tendance qui va, selon certaines sources associatives, à l’encontre des statistiques nationales et des chiffres d’autres régions accueillant plus d’immigrés Maghrébins, s’expliquerait par une volonté politique d’attirer en Normandie des immigrés hautement qualifiés et diplômés, afin de nuancer l’image de la région qui a accueilli depuis des décennies des ouvriers et des employés peu qualifiés. Cette tendance est amenée à prendre de l’importance et à se confirmer avec la nouvelle politique d’immigration établie par le gouvernement français et qui vise à choisir et sélectionner les futurs immigrés en fonction des besoins de la France, mais aussi des diplômes et des qualifications.

Conclusion

27La féminisation des flux migratoires maghrébins et l’entrée progressive des Maghrébines dans le marché du travail français modifient les images et les représentations de la femme maghrébine immigrée en France. Même si elles sont encore majoritairement cantonnées au secteur tertiaire et à l’emploi précaire et instable, les Maghrébines sont plus visibles dans la société française et dans l’espace économique. Il s’agit d’un changement de nature à faire oublier l’image de la Maghrébine mère de famille nombreuse, soumise et inactive.

28Plusieurs éléments rapprochent les Maghrébines de la situation des hommes originaires des mêmes pays, mais d’autres nous permettent de pointer des spécificités de l’immigration maghrébine féminine en France. Ces spécificités, qui relèvent entre autres du genre, de l’identité féminine, du contexte social et familial et du contexte d’arrivée en France, peuvent s’exprimer au niveau des régions. Le travail des Maghrébines en France dépend des motivations de la migration, des conditions et du cadre d’arrivée en France, comme il dépend aussi des origines sociales et des spécificités culturelles et identitaires de ces femmes. En effet, les femmes arrivées dans le cadre du regroupement familial (surtout celles concernées par les vagues des années 1970 et 1980) sont analphabètes ou maîtrisent très peu la langue française. Elles n’ont généralement aucune expérience professionnelle et pas de qualifications particulières, ce qui entrave et empêche leur intégration dans le marché du travail lorsque celle-ci est souhaitée. Une majorité de ces femmes n’a pas cherché à travailler, essentiellement parce que l’objectif de leur arrivée en France était de rejoindre leur mari. À cela s’ajoute un frein social et culturel. Ces femmes sont majoritairement issues de régions et de familles dans lesquelles les femmes ne doivent pas et ne peuvent pas travailler. Issues de milieux sociaux très conservateurs, ces femmes doivent d’abord faire face à un nouvel impératif de leur vie en France : l’évolution dans l’espace public forcément mixte. Cela peut paraître banal ou allant de soi, mais ce n’est pas le cas pour ces femmes arrivées dans les années 1970 et 1980. Ce cap est très difficile à franchir parce qu’elles n’y ont pas été préparées. Elles doivent s’investir dans un espace duquel elles ont toujours été exclues dans leur pays d’origine. Le milieu social d’appartenance et les origines conservatrices de la majorité de ces femmes ne peuvent qu’être un frein à leur intégration dans le marché du travail en France. En effet, l’impact de l’imaginaire social et le poids de la culture et des représentations que ces femmes véhiculent façonnent leur façon de se projeter dans le marché du travail. Elevées pour être de bonnes épouses et de bonnes maîtresses de maison, elles n’envisageaient pas de pénétrer le marché du travail et pour celles qui l’ont fait après leur arrivée en France, elles y étaient majoritairement contraintes pour des raisons matérielles et pour faire face à la précarité de l’emploi des maris. Les motivations de l’immigration et le contexte social dans les pays d’origine sont donc importants dans la façon de se projeter dans la vie active et dans le marché du travail. Ceci se vérifie aussi avec les jeunes femmes qui sont arrivées dans les années 1990 et 2000 pour poursuivre leurs études en France. Contrairement aux femmes arrivées dans le cadre du regroupement familial, celles qui viennent étudier en France sont majoritairement issues de milieux instruits et financièrement privilégiés. Comme nous l’avons précédemment précisé – en nous référant essentiellement à l’ouvrage d’Étienne Gérard et aux témoignages des doctorantes et des universitaires interrogées – elles reproduisent généralement la tradition familiale de la bourgeoisie et des familles aisées pour lesquelles l’obtention d’un diplôme français est considérée comme allant de soi. Depuis quelques années, plusieurs jeunes femmes issues des classes moyennes marocaines tentent cette aventure de l’immigration à la recherche d’un diplôme. Elles sont généralement filles d’enseignants ou de cadres dans la fonction publique, à la recherche de promotion sociale et souhaitant assurer un emploi stable et bien rémunéré dans un marché du travail marocain de plus en plus habitué aux diplômes étrangers et notamment européens. La situation est un peu différente pour la Tunisie où la segmentation entre classes aisées et classes moyennes n’est pas aussi marquée. En effet, une majorité de celles et ceux qui viennent étudier en France est issue de la classe moyenne et profite notamment du système des bourses au mérite. Les jeunes Tunisiennes qui viennent poursuivre des études universitaires en France et le plus souvent des études de doctorat sont généralement issues de familles dont les deux parents sont fonctionnaires, enseignants du secondaire ou du supérieur. Qu’il s’agisse des Marocaines ou des Tunisiennes, elles sont donc issues de milieux sociaux ouverts qui acceptent le départ de jeunes filles seules à l’étranger et qui considèrent le travail des femmes comme une évidence. Ceci marque une différence de taille avec les femmes arrivées en France dans le cadre du regroupement familial. C’est d’ailleurs ce qui explique la facilité d’intégration de ces jeunes filles dans la société française mais aussi dans le marché du travail pour celles qui décident de rester en France.

29Les Maghrébins comme les Maghrébines souffrent du travail précaire souvent instable et mal rémunéré. Ils occupent généralement les postes les plus bas et se chargent des métiers peu valorisants. Plusieurs explications émergent. Nous avons au début exploré la piste de l’absence de diplôme et la méconnaissance de la langue française pour expliquer la précarité de l’emploi. À cette piste s’ajoute une deuxième qui émerge dans les discours des femmes interrogées et des acteurs associatifs, à savoir celle du racisme. Étant donné la taille réduite de notre échantillon, nous ne pouvons pour le moment en tirer des conclusions définitives de peur qu’elles ne soient hâtives, comme nous ne pouvons non plus et pour la même raison, développer une explication par le genre.

30La Normandie, qui s’est longtemps distinguée par une immigration féminine dans le cadre du regroupement familial, offre certaines spécificités qui seraient dues à une volonté politique de changer l’image ouvrière et « pauvre » de certaines villes mais aussi de peupler des villes qui ne sont pas forcément très attirantes. Les spécificités brièvement présentées dans cette contribution méritent qu’on s’y attarde afin de mieux les cerner, d’en vérifier la validité sur le long terme et d’explorer davantage les explications sociologiques qui peuvent les soutenir.

Haut de page

Bibliographie

ADRI (1994), L’Insertion socio-professionnelle des femmes d’origine étrangère. Savoirs et perspectives, juin.

Barzman J. (2008), « La Normandie immigrée des Anglais aux "gens du Fleuve" », Hommes et migrations, n°1273, mai-juin, pp. 96-108.

Boumédiane-Thiery A. (2003), Les femmes Maghrébines issues de l’immigration dans l’Union Européenne, Intervention au Parlement Européen, 1er juillet.

Calonne S. (2002), « Conflits entre identité et travail chez les femmes immigrées », Empan, n° 53, pp. 27-32.

De Troy C. & R. Franceskides (1994), Une Vision plus large, IRIS-Réseau européen pour la formation des femmes

Gérard É. (dir.) (2008), Mobilités étudiantes Sud-Nord. Trajectoires scolaires de Marocains en France et insertion professionnelle au Maroc, Paris, Éditions Publisud.

Haut de page

Notes

1 Reconnaissant leurs limites, les cinq entretiens en question seront brièvement utilisés pour illustrer une tendance qui se dessine et qui sera présentée vers la fin de cette contribution.

2 INSEE : Institut national de la statistique et des études économiques (France).

3 Plusieurs associations œuvrant en Normandie nous ont aidée en nous communiquant des données, des informations ou en nous permettant de réaliser des entretiens dans leurs locaux pendant des animations, des journées de formation.

4 L’ouvrage se base sur une enquête par questionnaire administré auprès de 500 étudiants marocains vivant dans cinq villes universitaires françaises et sur une centaine d’entretiens approfondis.

5 Cf. le chapitre « Les conditions sociales de la promotion universitaire : héritiers, pionniers et étudiants d'avant-garde » (Gérard, 2008).

6 Enquête qui porte sur 150 000 personnes et qui permet de suivre les individus sur une durée de trois ans.

7 Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zeineb Touati, « Travail des Maghrébines en France : spécificités et freins », SociologieS [En ligne], Dossiers, Professions et métiers autour de la Méditerranée, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 21 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4028

Haut de page

Auteur

Zeineb Touati

Maître de Conférences (MCF) en Sciences de l'Information et de la Communication, UMR IDEES/CIRTAI - Université du Havre, France - touatibz@univ-lehavre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page