Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

La sociologie contemporaine vue du Sud-Ouest Européen : un regard portugais

Contemporary Sociology as Seen from the South-West of Europe: A Portuguese Point of View
Luís Baptista, Paulo Machado et Ana Romão

Résumés

L’institutionnalisation académique tardive de la sociologie au Portugal n’a pas empêché que cette courte histoire soit marquée par une trajectoire de succès attestée par la visibilité croissante des sociologues dans la société portugaise depuis une trentaine d’années. Néanmoins, la sociologie portugaise n'est pas à l'abri des processus dégénératifs que certains collègues ont soulignés ici, dans le débat de la revue SociologieS, ce qui suggère que les conditions qui ont conduit à la crise sociologique contemporaine se manifestent dans plusieurs pays européens ou même au-delà de l’Europe. Il devient alors très intéressant et très actuel de savoir si, dans les pays avec une tradition plutôt voisine d’une sociologie appliquée, les manifestations de cette crise sont également présentes et avec la même intensité. Par-delà les conditions sociopolitiques favorables résultant du processus révolutionnaire et de la démocratisation du pays qui s’en suivit en 1974 et après, la façon dont le champ sociologique s’est configuré explique grandement son développement positif. Mais, bien que la reconnaissance de la sociologie soit indéniable, à l’heure actuelle, dans des circonstances économiques adverses et dans un contexte de compétition scientifique renforcée, l’incertitude prend de l’ampleur et il serait insensé de ne pas saisir l’opportunité de développer une réflexion actualisée sur la sociologie et les dilemmes auxquels elle est confrontée. Nous pensons, en particulier, aux jeunes générations dont les trajectoires scolaires et professionnelles se diversifient sur un fond d’instabilité. Notre contribution à cette réflexion se centrera plus particulièrement sur le rôle des associations scientifiques et professionnelles, à partir de l’expérience de l’Association portugaise de sociologie (APS), tant au plan national qu’international, dans une logique d’interconnaissance avec des sociologies pratiquées dans d’autres pays.

Haut de page

Texte intégral

De l’institutionnalisation de la sociologie au Portugal à la situation actuelle : brefs repères

1La véritable institutionnalisation académique de la sociologie au Portugal suit l’instauration de la démocratie en 1974. L’antagonisme de la dictature vis-à-vis des intellectuels qui s’intéressaient à la sociologie a eu, néanmoins, des conséquences importantes : i) l’exil politique et scientifique de beaucoup d’entre eux a contraint à une internationalisation précoce des premiers sociologues ; ii) l’interdiction d’enseigner la sociologie à l’université a favorisé (et même obligé) l’ouverture au travail interdisciplinaire (croisements entre histoire, économie, démographie, psychologie sociale, linguistique) ; iii) l’inexistence de sociologues diplômés avant les années 1980 a eu pour conséquence une demande soutenue de ces professionnels jusqu’aux années 1990 (notamment dans les universités, l’administration publique en général et l’administration locale en particulier) (Baptista & Machado, 2010, p. 147).

2Dès le début, la sociologie portugaise a su prévenir le piège de certaines dichotomies et de certains éclatements, entre théorie et empirie, entre le monde de la recherche et celui de la professionnalisation en dehors de l’université. En suivant la systématisation de ce que Madureira Pinto (2010) appelle l’interaction virtuose entre les quatre pôles d’activité, nous pouvons distinguer les idéaux-types suivants du travail sociologique.

3L’idéaltype 1 se rapporte au pôle de la problématisation théorique, reconnu comme le travail sociologique académique par excellence et crédité uniquement pour quelques universitaires (les théoriciens).

4L’idéaltype 2 est entièrement voué au travail des charismatiques, alliant une haute capacité réflexive et une théorisation à large amplitude, bénéficiant de ce fait d’une haute reconnaissance parmi les pairs et capables d’influencer le renouvellement sociologique.

5L’idéaltype 3 se rapporte au pôle de la recherche opérationnelle, souvent en démarcation du pôle théorique, porté par des méthodes descriptives et des finalités quasi ethnographiques. Ce pôle caractérise la position des chercheurs dans la division sociale du métier de sociologue, qualifiant soit les chercheurs liés aux centres de recherche universitaires, soit les chercheurs du secteur privé, soit encore les praticiens professionnels (professions libérales).

6Enfin, l’idéaltype 4 du métier de sociologue correspond au pôle de la professionnalisation, dont une des caractéristiques majeures réside dans la recherche d’un équilibre entre la demande (externe) et l’offre (interne) de connaissance sociologique. Les professionnels (de la même façon que les chercheurs) soit sont des sociologues liées à l’université et aux centres de recherche (enseignants et/ou chercheurs), soit exercent leur expertise, par exemple, en tant que consultants, sans rapport direct avec les universités. Ainsi, il est important de reconnaître que la professionnalisation des sociologues au Portugal n'est pas une exclusivité universitaire. Aujourd’hui nombre de sociologues exercent leur profession à l'extérieur de l'université.

7La croissance de l’emploi sociologique non académique, dans les secteurs public et privé, qui exigent la mobilisation de savoirs appliqués ainsi que des compétences à gérer les relations entre champs professionnels et scientifiques divers, a été en grand partie alimentée par les centres de recherche, mais aussi par le secteur privé et notamment par les activités de développement de projet et de consultation. Un nouveau chemin s’est ainsi ouvert pour la sociologie portugaise, avec des opportunités partiellement inconnues antérieurement. Mais un chemin avec des parcours incertains et précaires, notamment pour les boursiers de recherche qui jouent pourtant un rôle fondamental au sein des centres de recherche, mais dont le statut reste ambigu, comme le dénonce l’Association des boursiers de recherche scientifique (ABIC). Une pétition adressée au Parlement a ainsi recueilli plus de cinq mille signatures (au sein des étudiants de l’enseignement supérieur).

8Les données dont disposait l’Association portugaise de sociologie (APS) en 2008, sur ses membres doctorants ou docteurs non universitaires, soulignent des appréciations très positives sur la satisfaction personnelle au travail et sur la perception de la réceptivité sociale du travail sociologique. Mais les avis deviennent nettement moins optimistes quant à la confiance sur la stabilité et le futur de leur activité.

9L’emploi des jeunes sociologues constitue une préoccupation sensible – et ancienne – pour les responsables de l’APS. Depuis les années 1980, plusieurs centaines de jeunes, principalement de sexe féminin, achèvent leur formation en sociologie et cherchent une place sur le marché du travail, c’est-à-dire environ treize mille personnes (données collectées par l’APS). Trouver un emploi, surtout un emploi approprié à des qualifications supérieures, devient de plus en plus difficile et de plus en plus long. L’absorption cyclique de diplômés appartenant aux nouvelles cohortes de diplômés (laissant en dehors du recrutement un nombre croissant de candidats) ne peut toutefois être envisagée comme un succès, car nombre de diplômés expérimentent des conditions de travail précaires et des distorsions fortes entre ce qu’ils peuvent faire et ce qu’on leur propose, même si, bien que ces situations ne soient pas satisfaisantes, elles ne sont pas pires que le chômage ou l’inactivité. Les différences entre les diplômés en sociologie et les diplômés d’autres domaines d’étude, les données officielles le montrent, sont presque nulles ; si bien que, au lieu d’un phénomène de singularisation, on est en présence d’une forte homologie devant les conditions de précarité pour les diplômés au Portugal.

10Les dynamiques positives qui se sont conjuguées dans la réussite de la sociologie portugaise se confrontent aujourd’hui, entre autres aspects, aux contraintes budgétaires qui se sont imposées à tous les domaines d’activité. Par ailleurs, la relation de la sociologie avec les instances de décision politique semble s’affaiblir. Au moment où les sociologues organisent leur congrès (en juin 2012, à Porto) sous le thème de la crise, le Ministère de l’Éducation et de la science, ainsi que la Présidence de la République, ont décliné l’invitation à y participer. Ce n’est peut-être qu’une question symbolique, mais, en tout cas, elle signifie un changement d’attitude, puisque depuis le premier Congrès portugais de sociologie (en 1988) les instances politiques aux plus hauts niveaux ont toujours été présentes, contribuant ainsi à la reconnaissance institutionnelle de la sociologie. On peut dire, comme Marina Subirats l’a fait pour l’Espagne, que les rapports entre pouvoir politique et sociologie ne sont pas faciles à discerner (Subirats, 2009, p. 171).

11Les congrès portugais de sociologie reflètent eux-mêmes, en un certain sens, l’image de cette trajectoire du champ sociologique. Ils témoignent de la vitalité de la sociologie portugaise, avec une croissance continue de ses participants (1100 en 2008, probablement 1800 dans le prochaine congrès), s’ouvrant à des perspectives inter- et pluridisciplinaires, actualisant les thématiques, réfléchissant sur les théories et les méthodologies et se questionnant sur les conditions d’exercice de la profession.

Le rôle de la sociologie et des sociologues en contexte de crise économique et sociale

12Bien évidemment, la question de l'employabilité des sociologues ne devrait pas être confondue avec celle de la professionnalisation, mais, sans se confronter à la première, on ne peut guère discuter de la seconde. Ce serait un acte d’un grand cynisme intellectuel et d'égoïsme générationnel que de considérer que la professionnalisation de la sociologie, au Portugal ou ailleurs, peut ignorer le fait qu’une partie, quantitativement très importante, des diplômés est contrainte d’exercer une activité professionnelle bien éloignée des compétences acquises pendant sa formation universitaire. Même si les jeunes sociologues ont un emploi, leur occupation professionnelle n'est toujours pas synonyme d'intégration et d'insertion professionnelle et encore moins d’intégration sociale. Par conséquent, occupation (emploi) et exclusion peuvent coexister, même s’il s’agit de réalités antithétiques de la professionnalisation. Par ailleurs, un processus de professionnalisation qui envisage une distinction entre un praticien amateur de la sociologie – tous les diplômés ne peuvent pas uniquement faire de la sociologie par curiosité personnelle – et un professionnel est toujours un acte discriminatoire que l’on doit prendre en compte quand il s’agit de porter un regard critique sur la crise dans laquelle nous vivons.

  1. Quel est, ou peut être, le processus de professionnalisation de la sociologie, notamment dans un contexte de forte adversité sur le marché de l'emploi ?

  2. Quel rôle l’université peut-elle avoir vis-à-vis de cette professionnalisation, quand des centaines de diplômés reviennent à l’université pour poursuivre des études approfondies (masters, doctorats) ?

  3. Peut-on imaginer que des affinités d’intérêts (solidarité) participent à déclencher le développement d’une logique d’ajustement réciproque, vers une réflexivité commune (entre ceux qui font de la sociologie dans un sens pratique et ceux qui pensent la discipline et la théorisent) ?

13De nombreux diplômés en sociologie occupent aujourd’hui un vaste éventail de pratiques professionnelles et exercent leur métier de sociologue dans divers contextes organisationnels, à la fois public et privé. C'est précisément la diversité de ces pratiques sur le terrain qui caractérise le domaine de l'acteur sociologue dans la société contemporaine. Cependant, cette réalité, loin d’être la résultante d'un processus conscient de professionnalisation et loin de faciliter l’identification à la profession, génère plutôt une atomisation et même une désintégration des sociologues qui travaillent à l'extérieur de l'université et ne favorise pas une conscience de groupe nécessaire pour revendiquer l'exclusivité de certaines tâches ou pour procéder à certains ajustements des règlements qui définissent le périmètre de la profession de sociologue, comme le font d'autres groupes professionnels tels que médecins, ingénieurs, avocats, infirmières, comptables, entre autres. La division technique et sociale de l'organisation du travail et de la profession de sociologue a déterminé un changement dans les statuts et les rôles sociaux des sociologues et cette mutation, un peu paradoxalement, crée des difficultés à comprendre ce qui peut en être le processus de professionnalisation.

14Ainsi, si en nous référant au processus de professionnalisation nous voulons saisir l’émergence, le développement et la consolidation d’un groupe professionnel, parler de sociologues professionnels hors de l’université est peut-être trop optimiste, en particulier si l’on considère les opportunités (restreintes) auxquelles les jeunes diplômés peuvent avoir accès. Ce processus de professionnalisation n’a été consolidé que dans le milieu universitaire, avec la création de carrières scientifiques en sociologie et le développement de procédures scientifiques et institutionnelles au point où l’on peut parler d'un autogouvernement scientifique partiellement partagé (dans les conseils scientifiques ou autres) entre pairs de la discipline (en termes inter-universitaires) et pairs venant d'autres domaines scientifiques (en termes intra-universitaires), mais toujours limité aux établissements d'enseignement supérieur.

15Cet autogouvernement a influencé l’organisation et le développement de la sociologie universitaire, mais a eu peu d'effet sur la dimension professionnelle de la sociologie hors université. Autrement dit, il n’existe pas de monopole sur le marché des services professionnels des sociologues, ni de réelle mobilisation vers le cloisonnement comme on peut l’observer pour d’autres cultures professionnelles. Stricto sensu, nous ne sommes pas en face d’un groupe professionnel doté de fermeture sociale (« clôture sociale »), fermeture dont nous savons qu’elle est le principal objectif des professions (dans le sens des groupes professionnels).

16Toutefois, à l’heure actuelle, les conditions semblent réunies pour penser que cette proximité entre le sociologue professionnel et le sociologue universitaire peut donner lieu à une nouvelle conscience de ce que signifie être sociologue dans nos sociétés contemporaines et, surtout, travailler en sociologie (nous pensons ici, parmi d’autres logiques possibles, à celles qui concernent la recherche-action et qui, bien sûr, sont plus orientées vers les nécessités de la société).

17Pouvons-nous, in fine, parler d'une culture professionnelle des sociologues, comme un ensemble de valeurs, normes et représentations de la sociologie en tant que discipline scientifique et activité professionnelle de ses acteurs (Firmino da Costa, 1988) ? Depuis quelque temps, mais de façon plus marquée entre les années 70 et la première moitié des années 80 du siècle dernier, on peut remarquer l'existence d'une identité sociale distinctive des sociologues, pour ainsi dire d’un ethos sous-culturel, mais fort éloigné de ce que nous entendons habituellement par culture professionnelle. Aujourd'hui, la dilution de l'identité est probablement plus forte et elle n'a pas été accompagnée par des modes d'action expressément constitutifs et structurants d'une culture professionnelle distinctive par rapport aux diplômés d'autres spécialités scientifiques, du moins dans le champ des sciences sociales.

18Pour qu’il en soit ainsi, il semblerait en principe nécessaire que, parmi d’autres exigences et conditions, s’instaure une juridiction propre de la sociologie, un Ordre des sociologues, alliant culture technique et scientifique, règles d’exercice professionnel et réglementation déontologique propre. Cela supposerait aussi un système professionnel fermé, caractérisé par des formes de réglementation professionnelle et une sanction légale correspondante. Cependant, rien de cela n’existe au Portugal, ou dans la plupart des pays, à une ou deux exceptions près (comme cela semble être le cas de l'Argentine avec le Consejo de Profesionales de Sociología).

19Devons-nous développer cette culture professionnelle, avec tout ce que cela implique, ou devons-nous investir dans la réaffirmation publique de connaissances scientifiques et techniques pertinentes au service de la société ? Se positionner face à cette alternative suppose préalablement de s’interroger sur les modalités d’enseignement de la sociologie aujourd’hui et dans un proche avenir, en vue de créer de nouvelles conditions pour une pratique sociologique rénovée, c’est-à-dire un nouveau métier de sociologue.

20L'employabilité des sociologues dans le nouveau marché du travail, il faut en être clairement conscient, exige une grande capacité à se connecter à d'autres professionnels, un contrôle fort des outils technologiques (par exemple les systèmes d'information géographique, l'analyse statistique, l’analyse informatisée de contenu, les procédures de data mining) et des compétences accrues de communication spécialisée à destination d’un public non informé. Avec aussi plus de compétences linguistiques, parlées et écrites, dans la langue maternelle et dans la langue franche (principalement l'anglais). Avec encore le développement, crucial, de connaissances en mathématiques.

21La génération actuelle de professeurs de sociologie devrait s'engager à la formation d'une nouvelle génération de sociologues et par conséquent se rendre compte qu'une nouvelle sociologie est inévitable pour la survie de la science et des professionnels de la sociologie, à l’université comme sur le marché.

L’homo sociologicus du xxie siècle : entre le local et le global

Un(e) sociologue local(e)

« Tout(e) sociologue a sa localité. De nos jours, cette localité peut prendre des formes plus complexes que par le passé. Néanmoins, la pratique sociologique est toujours insérée dans un contexte local. Et ainsi, faire de la sociologie en langue(s) native(s) conserve toujours une énorme importance. Premièrement, parce que pour la sociologie, qui est, plus au moins, impliquée dans la vie quotidienne des gens, utiliser la langue native en recherche est très important pour engager une meilleure communication et une compréhension correcte du monde social. Deuxièmement, l’utilisation de la langue native dans l’analyse sociologique rend plus facile l’accès des populations locales à la compréhension, à l’évaluation et à la critique des produits sociologiques. Troisièmement, les réponses locales aux pratiques sociologiques doivent contribuer au développement de multiples chemins visant des modes plus universalistes de conceptualisation sociologique » (Machimura, 2010, p. 203).

22Les propos de ce sociologue japonais nous semblent avoir une portée universelle. Si l’on pense au cas portugais, ou à d’autres exemples proches linguistiquement (l’Espagne, le Brésil, le Chili, l’Argentine), le développement de la sociologie s’est opéré sur la base d’une relation étroite entre la démocratie et ses institutions, d’une part et la consolidation de la pratique sociologique, d’autre part. Cette donnée, très importante, permet de percevoir le statut public obtenu par la sociologie dans de nombreux pays : bâillonnée par des dictateurs, elle a été accueillie comme un libérateur intellectuel, dénonciateur des inégalités sociales imposées par des diktats anti-démocratiques. Comme le rappelle João Ferreira de Almeida, l’image publique des sociologues au Portugal se confond initialement à leur « ambition démesurée de mieux comprendre la société » et d’intervenir dans des débats pertinents pour notre vie collective (Ferreira de Almeida, 2005). Aussi, Juan Pedro Blois a-t-il exprimé, à propos de l’Argentine, que

« la discipline, loin d'être conçue comme un simple gagne-pain, est comprise comme un outil impliqué dans la promotion de changements sociaux et politiques, étroitement associé à un plaidoyer pour la promotion du changement social. Dans ces conditions, les visions qui affirment le potentiel "professionnel" de la discipline à offrir ses services à une clientèle variée entrent en conflit avec les conceptions qui s'identifient à une vocation critique, qui délégitiment tout intérêt au succès des travaux des praticiens, tout en prétendant incarner la figure du sociologue "intellectuel public" » (Blois 2009, p. 3).

23Au Portugal, les services professionnels de la sociologie sont présents en plusieurs domaines, dans l'administration centrale et les gouvernements locaux, mais aussi dans les entreprises (conseil, analyse du marché de sondages d'opinion, formation et qualification des ressources humaines) et dans les organisations internationales. Cette recherche de l'expertise sociologique a étendu l'hétérogénéité de la pratique professionnelle et, par conséquent, a entrainé une redéfinition profonde de l'espace de la soi-disant sociologie pratique. Comme nous l’avons souligné, en spécifiant les quatre pôles qui soutiennent le développement de la sociologie portugaise dans les dernières décennies, José Madureira Pinto n'a pas hésité à considérer cette pratique sociologique (professionnelle) comme l'un de ces pôles, ce qui lui confère un rôle important de rétroaction sur les autres pôles, notamment en raison de sa relation avec le grand public (Madureira Pinto, 2010).

24L’intégration de la sociologie dans la société portugaise, ainsi que les liaisons entre les pôles d’activité, implique nécessairement différents niveaux de codification scientifique et exige du sociologue la capacité de mobiliser différents répertoires. Ce travail se fait nécessairement en langue portugaise et cette condition même est l’axe de toute politique durable de la discipline, par opposition à une politique d’autoreproduction académique.

25Au Portugal, pour ne citer que notre exemple, l'identité sociale et professionnelle du groupe des sociologues doit être alliée à l'affirmation d'autres valeurs non strictement professionnelles (dans le sens utilisé dans ce texte), dans l'intérêt public de la profession.

26L'APS, par conséquent, est définie dans ses statuts comme une association d'intérêt public visant à :

27a) Promouvoir le développement de la sociologie au Portugal et la création d'une communauté nationale sociologique ;
b) Encourager la recherche et promouvoir la communication et le débat scientifique ;
c) Encourager et promouvoir l'analyse sociologique de la réalité portugaise ;
d) Promouvoir l'intégration des sociologues portugais au sein de la communauté internationale sociologique ;
e) Sensibiliser les institutions publiques sur la nature et les contributions de la sociologie ;
f) Encourager les relations avec d'autres disciplines et d'autres communautés scientifiques et groupes socio-professionnels ;
g) Promouvoir les activités professionnelles des sociologues et assurer la conformité avec son code de déontologie.

28Selon les statuts de 2009, la création d'une communauté sociologique ne doit pas être confondue avec la création d'un groupe professionnel fermé. De même, la promotion de l'activité professionnelle s’associe à une éthique, pensée essentiellement comme un code de déontologie scientifique. Enfin, l'accent est mis sur les rapports entre la connaissance sociologique et la société portugaise, tout en considérant aussi l'intégration internationale.

29Le parcours de l’APS depuis 1985 ne peut pas être confondu avec un agenda pour la professionnalisation, stricto sensu, des sociologues portugais. Il ne peut pas non plus être reconnu comme une stratégie de confinement des rôles sociaux et professionnels de ses membres. Le processus a été marqué par l’inclusion des sociologues dans différents domaines d’activité et par la reconnaissance de la polyvalence de leurs pratiques, mais quelques ambivalences persistent. Par exemple, pour les qualifications exigées pour enseigner la sociologie dans l’enseignement secondaire, les diplômés en sociologie sont en position défavorable par rapport aux autres diplômés en sciences sociales. La correction de cette discrimination a toujours été (et est encore) une demande de l’APS auprès des pouvoirs politiques, sans aucun succès jusqu’au présent.

30En reprenant la question fondamentale de ce texte (quel est, ou peut être, le processus de professionnalisation de la sociologie, en particulier dans un contexte de forte adversité sur le marché de l'emploi ?), on peut répondre que :

31A. Le pôle historique du développement de la sociologie nous amène à considérer que toute logique de professionnalisation gagnera plus d’adhérents en évitant les contraintes que les ordres, les syndicats ou les associations socioprofessionnelles exigent toujours. L’orientation vers un champ professionnel régi par un statut professionnel strictu sensu, de quelque nature qu’il soit, implique toujours un changement profond de la formation. Ce genre d’options nettement professionnalisantes comporte le risque de faire diminuer la polyvalence des diplômés et donc de réduire davantage encore leur employabilité.
B. Face à l’adversité du marché du travail, une solide base théorique doit se combiner à une souplesse nécessaire dans l'utilisation de méthodes, techniques et instruments (connaissance opérationnelle, de plus en plus liée à la technologie), révélant une adaptabilité constructive à des scénarios de travail et à des défis différents. Ces stratégies exigent un compromis pragmatique entre les fondements sociologiques de la science et la pratique et entraînent nécessairement des changements dans les curricula.
C. La culture de dissociation entre science et profession peut être remplacée par une autre, associant les pairs, dans laquelle le travail interdisciplinaire est possible. La professionnalisation de la pratique sociologique en dehors des universités passe par la coopération stratégique avec d'autres domaines fonctionnels de la connaissance, dans lequel la différenciation, plutôt qu'un obstacle, est un atout.
D. La professionnalisation est une qualification pour s'acquitter avec compétence d’une activité à l'intérieur et à l'extérieur de l'université en conformité à des valeurs existantes et à l'éthique professionnelle, supposant une forte valorisation de l'imagination et de l'excellence.
E. L'impact même de notre intervention dans les multiples contextes dans lesquels nous travaillons dira si cette sociologie publique (Burawoy, 2005) donnera lieu à la consolidation de notre professionnalisation.

32En fin de compte, la priorité devrait aller à la consolidation et au renforcement du prestige social au travers des processus de qualification habilitante, plutôt qu’à la voie d'une profession légalement ordonnée mais sans pertinence publique et utilité visible et reconnue.

33Aux défis qui s’annoncent pour l’exercice professionnel de la sociologie ‑ et qui nous renvoient aux questions de l’insertion professionnelle, à la discussion du rôle de l’université dans la (re)constitution d’un développement stratégique de la science comme profession ou encore à la considération de la capacité agrégative et de leadership des associations scientifiques et socioprofessionnelles ‑ il faut encore en ajouter un ensemble d’autres aspects. Nous en retiendrons un en particulier, la valeur stratégique de l’internationalisation et le statut qu’il faut attribuer à la langue en tant qu’instrument inéluctable de travail du sociologue.

Un(e) sociologue global(e)

« La pensée sociologique est toujours un raisonnement intermédiaire, entre l’idéal de l’universalité (sans doute nécessaire) et l’enracinement des phénomènes sociaux. Mais, au contexte de la recherche, l’on doit ajouter un autre, celui de l’idiome. La langue sociologique nous parvient avec les marques de son support linguistique. Or, contexte et langue se conjuguent mutuellement. La construction de l’objet sociologique se fait par intermédiaire de la langue, l’emploi d’un idiome ou d’un d’autre n’est pas fortuit, simple subtilité de style, c’est une dimension décisive de la formulation finale. Le discours des sciences de la nature se justifie parce qu’il arrive à réduire le langage, à l’épurer des accessoires socioculturels, ce qui est impensable pour ce qui touche à la compréhension de la société. Dans ce cas, l’anglais ne peut pas fonctionner comme langue franche, non à cause d’une question de principe moral ou d’orgueil national, mais en vertu de la nature même du savoir construit » (Ortiz, 2008, pp. 105-106).

34Le regard contextualisé ici soutenu par le sociologue brésilien nous avertit d’une dimension cruciale du travail sociologique, mais qui, néanmoins, ne peut se passer d’un autre plan d’observation du travail sociologique, global, entre pairs, dans lequel les effets de la domination culturelle sont visibles dans la façon dont les utilisateurs des langues les hiérarchisent par rapport à ce que l’on désigne par contexte global, notamment : le nombre de locuteurs et la place occupée en tant que langue d’affaires.

35Cette domination a des conséquences évidentes. L’anglais, langue scientifique, est le résultat du poids économique des sociétés qui parlent l’anglais. Mais, en tant que langue, il ne possède pas une espèce de propension spécifique qui le rendrait plus scientifique que les autres langues.

36La qualité de la langue franche est centrale dans ce processus d’hégémonisation. L’importance de la valeur économique de la langue se mesure par le poids économique des sociétés parlant cette langue et des industries culturelles et scientifiques qu’elles promeuvent et se matérialise en des produits comme le film, le disque et le livre. Le cadre de référence de ces sociétés gagne le monde et devient un scénario pour toutes les sociétés. De ce fait, connaître les références du monde anglo-saxon a une valeur distinctive dans les sociétés qui l’ont adopté comme standard. En particulier, dans les sciences sociales ou sciences de la vie sociale, la langue est plus qu’une forme de transmission des connaissances sur la société, elle est aussi le contenu de cette expérience.

37La langue anglaise a dans la communauté sociologique une valeur de langue franche, facilitant la communication interne au sein du champ sociologique. De moindre importance quand il s’agit d’une sociologie publique, cherchant à comprendre et à faire connaître les changements en chaque société, la langue anglaise prend une autre importance quand la production sociologique s’adresse aux pairs (sociologues universitaires). Le poids de la langue anglaise s’impose dans la mesure où il s’agit de comparaisons globales, mais que peut-on dire quand le travail a pour objet des comparaisons au niveau régional ? Nous pensons spécialement à l’échelle de la Péninsule Ibérique, de l’Europe du Sud, des pays ibéro-américains, ou encore des pays lusophones ou de langues latines.

L’espace de réflexion des sociétés de langues latines : contribution au débat sur le sociologue global du xxie siècle

38Quelle langue doit-on utiliser dans le travail scientifique entre locuteurs de langues contiguës culturellement proches ? Est-il préférable que les locuteurs des langues latines s’expriment chacun dans leur langue et développent par la suite des compétences multilingues en apprenant à écouter la langue des autres ? Et dans le contexte de l’Union européenne, l’anglais devra-t-il être la langue franche ? Philippe Van Parijs s’interroge sur ce dilemme : « L’anglais langue franche de l’Union européenne : impératif de solidarité, source d’injustice ou facteur de déclin ? » (Van Parijs, 2004).

39Au sujet de ce qu’on peut appeler l’espace de réflexion des sociétés de langues latines, il y a, pensons-nous, un travail à entreprendre/approfondir dans trois directions :

40A. Encourager les comparaisons au niveau régional et renforcer les réseaux de recherche et d’interconnaissance scientifique, soit sur la base de proximités linguistiques (pays de langue portugaise, française, espagnole – y compris les pays ibéro-américains – italienne) ; soit en valorisant les contiguïtés géoculturelle et linguistique, comme dans le cas du Regional Research Network on Southern European Societies (ESA).
B. Inciter, au niveau régional, l’interconnaissance des communautés sociologiques nationales et la reconnaissance publique de leurs productions, impliquant les associations nationales dans ce processus, lequel doit aussi viser la rencontre des différents praticiens de la sociologie. Ce sont d’ailleurs les objectifs visés par le Réseau des Associations de Sociologie de l’Europe et des Pays du Sud (initialement constitué par les associations nationales de France, Italie, Portugal et Espagne, intégrant désormais aussi la représentation grecque, la Société grecque de sociologie).
C. Assurer une communication efficace avec les pouvoirs politiques, économiques, sociaux et scientifiques au niveau national, mais aussi à l’égard des instances internationales. Nous pensons ici à une forme de lobbying régional.

41Ce que nous venons de dire n’a aucunement l’intention de nier l’importance de la langue anglaise dans le contexte de la communication globale, il s’agit, simplement, de (re)dimensionner sa place compte tenu des scénarios de l’activité sociologique. Au plan de l’universalité de la connaissance scientifique, les réseaux planétaires sont devenu centraux, leur travail se fait à un haut degré de codification scientifique (théorique et méthodologique), la langue anglaise prend dans ce cas toute son ampleur. Même au niveau de l’organisation de notre science et profession, les contraintes et la nécessité d’un engagement dans la communication globale favorisent la langue anglaise.

42Tout en considérant l’importance de l’internationalisation, mais sans perdre de vue les multiples scénarios de l’activité sociologique, l’APS mène depuis des années des stratégies de valorisation et de reconnaissance globale du travail scientifique dans des langues latines. Bref, il s’agit de contrarier les tendances hégémoniques relatives tant aux modes de présentation des réalités sociales (nous pensons ici aux choix des thématisations résultant souvent de certaines visions du monde à dominance anglo-saxone), aux représentations, jugées consensuelles, de l’État, de la société, des relations sociales… qu’à la (di)vision régionale des sociétés et cultures.

Haut de page

Bibliographie

Baptista L. & P. Machado (2010), « Our (Scientific) Community and Our Society. Rethinking the Role and Dilemmas of National Sociological Associations - The Portuguese Case », dans Burawoy M., Chang M. & M. Hsieh (dir.), Facing an Unequal World: Challenges for a Global Sociology, Vol III, Taipé, Academia Sinica/ISA, pp. 144-169.

Blois J. P. (2009). « La sociología en Argentina desde la vuelta a la democracia. Vocación crítica y nuevas inserciones laborales », Nómadas. Revista Crítica de Ciencias Sociales y Jurídicas, vol. 23, n° 3 (http://www.ucm.es/info/nomadas/23/pedroblois.pdf).

Burawoy M. (2005), « For Public Sociology », American Sociological Review, vol. 70, n°1, pp. 4-28.

Ferreira de Almeida J. (2005), « Vinte anos da APS em Portugal », Sessão Comemorativa dos 20 anos da Associação Portuguesa de Sociologia (http://www.aps.pt/cms/docs_prv/docs/DPR462c7cc25cc76_1.pdf)

Firmino da Costa A. (1988), « Cultura Profissional dos Sociólogos », Sociologia, Problemas e Práticas, nº 5, pp. 107-124.

Machado P. (2009), « What is Happening to Sociology Students after Graduation? Evidence from Portugal », Paper presented at the 8th Annual Conference of the European Sociological Association, Glasgow, 2007. Retrieved 10 February, 2009 (http://www.aps.pt).

Machimura T. (2010), « Doing Sociology in Native Languages in Globalizing World: Thinking about its Significance and Difficulty in Japan », dans Burawoy M., Chang M. & M. Hsieh (dir.), Facing an Unequal World: Challenges for a Global Sociology, Vol III, Taipé, Academia Sinica/ISA, pp. 201-210.

Madureira Pinto J. (2010), « A Note on the Evolution, Specificity, and Social Relevance of Portuguese Sociology », Associação Portuguesa de Sociologia, 2008. Retrieved 10 February, 2009. Sociologia on line. Revista da Associação Portuguesa de Sociologia (http://revista.aps.pt/?cad=REV4b696392b98d2&tipo=TAR4b223cfff053b&art=ART4b263e355f389).

Ortiz R. (2008), A Diversidade dos Sotaques (o inglês e as ciências sociais), São Paulo Editora Brasiliense.

Subirats M. (2010), « Facing a Globalizing World: Some Suggestions for a Global Sociology », dans Burawoy M., Chang M. & M. Hsieh (dir.), Facing an Unequal World: Challenges for a Global Sociology, Vol III, Taipé, Academia Sinica/ISA, pp. 170-183.

Van Parijs P. (2004), « L’anglais lingua franca de l’Union européenne : impératif de solidarité, source d’injustice, facteur de déclin ? », Revue de l’Institut d’économie publique, vol. 2, nº 15, pp. 3-22

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luís Baptista, Paulo Machado et Ana Romão, « La sociologie contemporaine vue du Sud-Ouest Européen : un regard portugais », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4035

Haut de page

Auteurs

Luís Baptista

Professeur titulaire de la Faculté de Sciences sociales et humaines de l’UNL (Lisbonne) ; directeur et chercheur du CESNOVA/UNL (Centre d’études en sociologie de l’UNL) ; membre du Comité exécutif de l’Association européenne de sociologie ; responsable du Comité pour la Recherche post-doctorale ; ancien président de l’Association portugaise de sociologie (2006-2010) - luisv.baptista@fcsh.unl.pt

Paulo Machado

Professeur auxiliaire de la FCSH-UNL ; chercheur du CESNOVA/UNL et du Laboratoire national du génie civil. ; vice-président de l’APS - pfmachado@fcsh.unl.pt

Ana Romão

Professeure à l’Académie Militaire ; chercheuse au CESNova et au CINAMIL ; vice-présidente de l’APS - ana.romao@academiamilitar.pt

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page