Navigation – Plan du site
Barney G. Glaser et Anselm A. Strauss
Découvertes / Redécouvertes
Barney G. Glaser et Anselm A. Strauss

Les transitions statutaires et leurs propriétés

Barney G. Glaser et Anselm L. Strauss

Résumés

Premier chapitre de l’ouvrage Status Passage, New Brunswick, Aldine-Atherton, 1971, traduit par Carolyne Grimard, Kerralie Oeuvray et Marc-Henry Soulet.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les particularités typographiques et éditoriales de la version originale ont été conservées. La présentation de ce texte est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4068

Texte intégral

  • 1 La première section de ce chapitre est extraite, avec de légers changements, de l’article d’Anselm  (...)
  • 2 Initialement publié en 1908, ce livre a été traduit par Monika Vizedom et Gabrielle Cafee en 1960 ( (...)
  • 3 Pour une bibliographie sélective d’ouvrages anthropologiques, voir Gluckman M. (Ed.), Essays on the (...)

1La question des transitions statutaires 1 a durablement été marquée par Arnold van Gennep dans son ouvrage Les Rites de passage 2. Dans ce livre, le chercheur français note différents types de transition entre, pour prendre un vocabulaire moderne, des statuts sociaux. Il analyse principalement les transitions liées à l’avancée en âge, de la naissance à l’enfance, de l’adolescence à la vie adulte ou encore du célibat au mariage. Ce genre de processus a été, bien entendu, fréquemment étudié depuis l’époque de van Gennep, surtout par les anthropologues 3. Les sociologues ont, quant à eux, plutôt étudié les transitions au sein des professions (la carrière et la socialisation) et des organisations (la mobilité). De telles transitions peuvent induire des déplacements vers une position différente au sein de la structure sociale, une perte ou un gain de privilège, d’influence ou de pouvoir, ou encore une modification de l’identité ainsi qu’un changement de comportement.

2Les transitions statutaires, notamment celles que les passants et les autres parties impliquées considèrent comme importantes, sont fréquemment abordées avec une étonnante liberté de ton, soulignant combien, loin d’être taboues, elles constituent des sujets ordinaires de discussion. Leur existence même témoigne de préoccupations vitales, personnelles et sociales, ou du moins d’intérêts accaparants – comme l’exprime dès le départ le choix des transitions de van Gennep. Les transitions statutaires, comme l’évoquent les discussions de la vie de tous les jours, présentent de nombreuses propriétés. Elles peuvent, si l’on prend l’exemple du recrutement, viser un passant potentiel, lui indiquant ou l’avisant de futures épreuves. Le recruteur peut idéaliser le processus de changement auprès du passant potentiel en le persuadant de s’y engager même s’il semble réticent à l’idée de l’entreprendre ou s’il désire s’en retirer après une première tentative. Le recruteur peut également le dissuader d’essayer. Le passant parle par ailleurs de manière variée de sa transition imminente ; et ceux à qui il en parle et ce de quoi il parle sont indéniablement socialement construits. Les futurs passeurs se parlent entre eux et lui parlent également de lui de façon typifiée.

3Les participants discutent ainsi continuellement des transitions statutaires. Elles bénéficient d’une approbation globale ou sont l’objet d’une redéfinition, soit en partie (certaines des étapes où la division du travail entre les passeurs peut être modifiée), soit en totalité ou presque. Souvent associées à la dynamique des organisations et des institutions, elles sont fréquemment présentes dans le débat public sur le changement organisationnel ou institutionnel, y compris celui qui a déjà eu lieu, celui qui aura lieu ou celui que l'on s’attend à avoir.

  • 4 Strauss A., Mirrors and Masks, San Francisco, The Sociology Press, 1970. Traduction française, Miro (...)

4Il n’est ainsi pas étonnant que les chercheurs en sciences sociales s’y soient intéressés et aient trouvé relativement aisé de les étudier, qu’elles soient prises pour objet d’une recherche particulière ou étudiées comme partie d’un ensemble social plus large. En fait, pour deux raisons au moins, elles devraient encore mériter une plus grande attention. Dans la mesure où chaque structure sociale nécessite des forces dynamiques, des passeurs recrutent des individus pour les déplacer au sein des positions sociales et des statuts. Pour ceux-ci, un statut représente bien sûr une place stable. Mais, s’il peut en soi durer de nombreuses années, quel que soit le temps qu’un individu reste, par exemple, dans un poste, il existe formellement ou non un moment auquel il devra le quitter. De manière générale, « une dimension temporelle est implicite dans tout statut. Personne ne se voit assigner, personne ne peut assumer un poste ou un statut pour toujours. Il y aura toujours une clause, cachée ou explicitement reconnue, au moyen de laquelle une personne sera dépossédée ou se dépossèdera de ce statut 4. » D’un point de vue purement scientifique, les chercheurs en sciences sociales n’ont qu’à regarder une personne et se demander, « quelles transitions connaît-elle aujourd’hui ? » ou n’ont qu’à regarder un évènement et se demander « quelle transition est en cours et qui y joue quel rôle ? ».

5Les transitions statutaires, deuxième raison de penser qu’elles devraient être plus – et plus systématiquement – étudiées, reflètent les conditions de fonctionnement et de changement de la structure sociale. Nous insistons particulièrement sur ce point parce qu’une propriété principale (et limitative) de la plupart des transitions statutaires étudiées implicitement par les anthropologues et sociologues réside dans leur caractère relativement planifié. Ces transitions sont régies par des règles relativement claires sur le moment où la transition statutaire doit être effectuée, par qui et avec quel intermédiaire. Il existe également un ensemble d’étapes prescrites à travers lesquelles une personne doit passer afin d’avoir accompli la transition et selon lesquelles les actions programmées doivent être réalisées afin que le changement de statut soit in fine achevé. La planification, la régularisation et les prescriptions font partie intégrante de tant de transitions statutaires que les analyses actuelles ont naturellement inclus les descriptions des rituels accompagnant certaines de leurs phases. Les recherches, et plus particulièrement lorsqu’elles sont explicitement centrées sur les passages de statut, mettent plus spécifiquement l’accent sur le caractère permanent plutôt que continuel du changement.

6Sans nécessairement être influencés par van Gennep, mais sans aucun doute marqués par la recherche en anthropologie, les sociologues ont essentiellement conçu les transitions statutaires comme régulières, planifiées et prescrites. Mais ces trois propriétés du processus de changement peuvent être totalement absentes ou n’être que partiellement présentes dans certaines transitions. En outre, il ne faut pas ignorer les propriétés suivantes.

71. Une transition peut être considérée, dans une certaine mesure, comme désirable ou indésirable par le passant ou par les autres parties impliquées. Passer d’un statut de célibataire à marié est généralement considéré comme désirable ; devenir prisonnier généralement pas.

82. Elle peut être inévitable. Dans l’ouvrage de van Gennep, la transition de la naissance à l’enfance est inévitable ; dans notre société, le passage vers le statut de marié ne l’est pas.

93. Elle peut, jusqu’à un certain point, être réversible. Les transitions liées à l'âge, étudiées par les anthropologues, sont unidirectionnelles : elles sont irréversibles. Toutefois, les changements de statuts qui ont lieu à l'intérieur d'organisations peuvent être réversibles – un individu peut non seulement accéder à un statut plus élevé mais il peut aussi être déclassé. Par ailleurs, les individus malades peuvent se rétablir totalement ou partiellement.

104. Elle peut être reproductible ou non. L'analyse de Talcott Parsons sur le rôle des malades se centre sur la réversibilité (de normal à malade et de malade à normal) mais cette transition peut se répéter. Grover Cleveland a été réélu président des États-Unis après un échec électoral alors que Franklin Roosevelt a été immédiatement élu pour un second mandat.

  • 5 Stanton Wheeler a attiré l'attention sur l’intérêt de cette propriété pour l'étude des processus de (...)

115. Une personne entamant une transition peut la faire seule, collectivement ou en agrégation avec d'autres personnes 5.

126. Lors d'une transition collective ou en agrégation, une personne peut ne pas savoir que plusieurs autres personnes font ce même parcours à ce moment-là ou, du moins, ne pas mesurer l'ampleur de la similarité de ce dernier. C’est l’expérience de quasiment toute cohorte, comme une classe scolaire.

137. Il convient de distinguer la situation précédente de celle où une personne, bien que consciente de la situation, peut ou non communiquer avec les autres. Bien sûr, la plupart du temps, la communication est possible mais, parfois, les passants ne peuvent communiquer avec ceux qui effectuent simultanément une transition identique (par exemple, de jeunes cadres d'une grande compagnie qui connaissent une rétrogradation).

148. La personne effectuant une transition peut la faire volontairement ou n'avoir aucun choix (ou seulement partiellement). L'admission en prison après un procès est involontaire ; entrer en hôpital psychiatrique peut être volontaire ou involontaire (ou les deux en partie).

159. Une autre propriété réside dans le degré de contrôle que possèdent des agents – en plus du passant – sur certains aspects du passage. Par exemple, un prisonnier peut avoir un contrôle relatif – grâce à son bon comportement – sur la date de sa libération conditionnelle. Un père peut interdire ou persuader son fils de ne pas passer l’examen qui, une fois réussi, lui donnera le permis de conduire.

1610. Une transition peut exiger une légitimation particulière d'un ou plusieurs passeurs autorisés. Ainsi, un homme peut mourir, mais sa mort ne sera officielle que lorsqu'elle aura été prononcée par un passeur légitime, un médecin.

1711. La lisibilité des indicateurs, pour les différents acteurs impliqués, peut varier du tout au rien. Un étudiant saura qu'il est accepté dans une université lorsqu'il recevra son certificat d’inscription. À l'inverse, dans sa théorisation du voleur, Edwin Sutherland décrit finement comment un escroc désigne un homme comme une cible, sans même que l'homme ne s’en rende immédiatement compte. Les indicateurs ne sont pas lisibles pour la personne elle-même, encore moins pour les autres parties impliquées qui, comme les parents, pourraient ne pas savoir que leur enfant est marié.

1812. Les exemples ci-dessus suggèrent que les indicateurs pourraient en effet être lisibles s'ils étaient connus, mais qu'ils pourraient également être dissimulés par les parties impliquées (ce qui est en soi un élément de contrôle, tout comme la gestion délibérée d'un manque de lisibilité).

19Cette liste de propriétés des transitions statutaires est bien sûr incomplète, mais il était ici essentiel de les distinguer, elles et leurs combinaisons possibles. Après avoir eu connaissance de cette liste, un collègue a immédiatement suggéré, à partir de ses propres recherches, deux autres propriétés d’une importance évidente : 1) le caractère central de la transition pour le passant, c'est-à-dire l’impact qu’elle aura pour lui. Il s’agit de la propriété de la désirabilité de la transition ; 2) le temps ou la durée de la transition, court, long ou entre les deux. C’est la propriété temporelle d’une transition généralement planifiée.

20Comme nous le verrons ci-dessous, plus explicite sera l’attention portée aux propriétés, plus systématique sera l’analyse ; en outre, plus elle sera systématique, mieux elle rendra compte des comportements des personnes impliquées, ainsi que de leurs conséquences, quelle que soit la transition.

21À l’attention des lecteurs impatients devant des concepts non définis ou mal-définis, une précision s’impose : nous préférons ne pas définir les transitions statutaires et laisser émerger du livre lui-même l’étendue complète des significations du concept à travers la combinaison des données analysées et des analyses elles-mêmes. La liste des propriétés, à elle seule, souligne la focalisation trop limitative des anthropologues dans leur étude des transitions statutaires.

Les problèmes d'une analyse substantive

  • 6 Roth J., Timetables, Indianapolis, Bobbs-Merrill, 1963.
  • 7 Garfinkel H., « Conditions of Successful Degradation Ceremonies », in American Journal of Sociology(...)
  • 8 Klapp O., « The Fool as a Social Type » in American Journal of Sociology, 1949, vol. 55, pp. 159-60
  • 9 Becker H. et al., Boys in White, Chicago, University of Chicago Press, 1961.
  • 10 Warner L., A Black Civilization, New York, Harper, 1937.

22Lors de l'analyse des transitions statutaires, les chercheurs mettent, fréquemment et naturellement, en évidence les propriétés particulières qui leur semblent les plus pertinentes. Julius Roth s’est concentré sur le rythme indéterminé du rétablissement d’une tuberculose sévère, sur l’ambiguïté des signes de rétablissement, plus spécialement sur la manière dont le patient interprète ces signes et sur ses efforts pour tenter de convaincre son médecin pour qu’il constate « l’amélioration » de sa situation 6. De manière similaire, les écrits de Fred Davis sur les patients atteints de polio et sur leur famille se sont centrés sur le rétablissement et la difficulté à l’interpréter, tout comme Harold Garfinkel, lorsqu’il a écrit sur les cérémonies de dégradation, a inévitablement focalisé ses propos sur les enjeux de légitimité et de contrôle : l’agent dénonciateur doit légitimer son activité et son rôle afin de rendre ses dénonciations persuasives 7. L’analyse d’Orrin Klapp, sur la façon dont les gens se voient apposer l’étiquette d’idiot, apporte aussi un éclairage approprié : les stratégies, réussies ou non, de celui qui tente d’imposer le statut de débile, et la personne qui arrive à éviter ou non ce statut et qui gère ou non les conséquences de la désignation du statut 8. Howard Becker et ses collègues ont, quant à eux, mis l’accent sur le processus de changement collectif vécu par des étudiants en médecine lors de leur passage à la Faculté de médecine et leurs vives discussions sur le contrôle de cette transition 9. Un dernier exemple : la description détaillée de Lloyd Warner sur les classements d’âge dans une tribu australienne s’est inévitablement concentrée sur des changements de statuts séquentiels et collectifs, soigneusement régulés afin que des pans entiers de la tribu soient impliqués à des moments et en des endroits particuliers10.

  • 11 Goffman E., « La carrière morale du malade mental » in Asiles. Études sur la condition sociale des (...)

23Dans la mesure où les transitions statutaires possèdent plusieurs propriétés, les analyses présentées ci-dessus, ainsi que celles de transitions particulières, sont aisément, et le sont généralement, incomplètes lorsqu’elles se centrent exclusivement sur une, deux ou trois des propriétés pertinentes de la transition. Un auteur peut porter si fortement attention à une ou deux propriétés qu’il en négligera d’autres ou ne percevra pas les exceptions ; ou bien encore, comme lors de la représentation idéalisée (lorsqu’elle prend une allure négative) de la carrière morale du reclus d’Erving Goffman, les lecteurs peuvent prendre son analyse systématique pour une vérité absolue 11.

24Si un chercheur ne mentionne que les propriétés mineures additionnelles de la transition, plutôt que d’analyser leur portée et de les relier aux propriétés centrales, ce qui donnerait de la consistance à la théorie, l’analyse sera toujours incomplète. De telles analyses incomplètes utilisent fréquemment des formules telles que « en général » afin de qualifier la théorie principale. Par exemple, le chercheur affirmera qu’« en général, ceci et cela est vrai », admettant du même coup que des exceptions existent – il ira même jusqu’à expliquer la raison de ces exceptions – mais n’offrira pas d’analyse complète des conditions d’émergence de ces exceptions, pas plus qu’il ne les intègrera dans son analyse finale. Des formules telles que « bien entendu » sont également utilisées pour qualifier le point central de l’argumentaire. On mentionne aussi des ensembles d’exceptions ou des propriétés singulières comme échappant à la théorie générale, et avec uniquement une rapide explication pour rendre compte de ce qui advient dans ces cas exceptionnels.

25On observe un autre exemple d’analyse incomplète lorsqu’un chercheur ne parvient pas à reconnaître la pertinence d’une autre propriété alors que, si elle était correctement analysée, elle aurait une signification considérable et pourrait être intégrée en retour dans la théorie. Celui-ci reconnaît, par exemple, que la transition statutaire est volontaire, mais le lecteur doit déterminer par lui-même la signification de la propriété, s’il lui venait, bien sûr, l’idée de questionner cette signification. Essentiellement, ces analyses écartent le recours à l’analyse, la considère de façon superficielle ou ne lui rende pas justice par manque de sensibilité à l’égard d’autres propriétés pertinentes de la transition statutaire.

  • 12 Sur ce point, voir la critique « post-structurelle » dans Epstein A. (Ed.) The Craft of Social Anth (...)

26Lorsque le chercheur se concentre seulement sur une ou deux propriétés, le résultat de l’analyse est moins dense qu’il ne pourrait l’être. Il pourrait certes faire une analyse très complète de chaque propriété (par exemple, les conséquences sur les interactions, sur les différents acteurs, ainsi que sur les institutions pertinentes). Il pourrait, en plus, procéder à une analyse intégrée, combinant, par exemple, son analyse de deux propriétés. Néanmoins, les lecteurs attentifs s’apercevront, avec raison, que l’analyse globale manque de texture – ce qui revient à dire, comme nous l’avons déjà entendu à propos d’une monographie importante, « Malheureusement bien mince, quoique soigneusement faite ». Une des raisons pour laquelle les récits d’ethnologues apparaissent être si riches vient précisément du fait qu’ils arrivent à centrer leur analyse sur de propriétés plus standards, c’est-à-dire des propriétés sur lesquelles il est convenu de s’attarder. Bien entendu, ils tendent aussi à écarter rapidement les exceptions ou à effleurer des éléments auxquels les sociologues sont, parfois, sensibles pour les populations moins homogènes qu’ils étudient 12.

27À moins qu’un chercheur ne soit expressément sensible aux multiples propriétés des transitions statutaires, on ne peut attendre de lui qu’une analyse relativement incomplète de ses données. Bien sûr, s’il ne reconnaît pas que ses données sont relatives aux transitions statutaires, ses analyses seront nécessairement incomplètes lorsque qu’elles sont considérées dans cette perspective, malgré le fait qu’il puisse être stimulant de les examiner selon leurs cadres propres.

  • 13 Glaser B. & Strauss A., Time for Dying, Chicago, Aldine Publishing Company, 1968.

28Nous illustrerons notre conception d’une analyse « dense » en nous appuyant sur un de nos ouvrages 13. Si nous concevons qu’être en train de mourir correspond à une transition entre statuts, voici alors quelles en sont les propriétés principales : mourir est presque toujours non planifié, la séquence des étapes n’est pas institutionnellement prescrite et les comportements des acteurs impliqués ne sont que partiellement régulés. Être mourant (mais pas nécessairement la mort en soi, lorsqu’elle survient) est habituellement défini comme indésirable et est généralement involontaire. Parmi les autres propriétés pertinentes, mais largement variables, on peut relever : le degré de dissimulation des indices, leur clarté pour les divers participants, le degré de contrôle dont disposent les participants et le patient sur certains aspects de la transition, la réversibilité, la capacité d'arrêter ou la répétitivité potentielle de la transition, le fait qu’elle soit simultanément entreprise par d'autres patients ou que le patient soit le seul en train de mourir, et s'il se fait simultanément, quels patients, s'il y en a, sont conscients des aspects particuliers du processus. La combinaison de ces propriétés donne lieu à une variété d’évènements sociaux survenant autour et à propos des patients mourants. Ces évènements requièrent une analyse intégrant les interrelations de ces propriétés. Une simple comptabilisation des évènements et leur association, par la suite, à une propriété dont le lecteur n'entendra plus parler, avec des réserves telles que « en général, mais », ne conviennent pas. Il ne devrait pas y avoir de conclusions signalées par une phrase employant une tournure implicite telle que « parfois, « certains » ou « d’autres patients », sans une explication adéquate des mentions des « certains » ou des « parfois ».

  • 14 À ce sujet, sous la forme d’une suggestion plutôt que d’une imposition : dans un texte intéressant (...)

29En résumé, quiconque désire développer une analyse substantive sur un phénomène, concevable avec profit comme transition statutaire, peut considérablement densifier ses énoncés en portant une attention particulière aux propriétés énumérées ci-dessus 14. En fait, s’il ne le fait pas, il ne remarquera pas les nombreux comportements des personnes impliquées, ainsi que leurs conséquences pour la transition statutaire. Les omissions dues à une analyse incomplète fausseront, très certainement, ses conclusions et produiront une théorisation moins systématique. Ainsi, l'analyse des admissions volontaires en hôpital psychiatrique aurait élargi le spectre des conclusions d'Erving Goffman sur les carrières morales des malades mentaux, de même que l'analyse de la répétitivité potentielle de la tuberculose aurait pu modifier les conclusions de Julius Roth sur le comportement des patients tuberculeux hospitalisés.

30Le principe de pertinence est toujours valable : l'analyse préliminaire devrait être organisée autour des catégories fondamentales apparaissant pertinentes pour le domaine étudié. Toutefois, l'analyse des autres propriétés devrait également être menée et intégrée à l'analyse préliminaire. Tout article sur les transitions statutaires ne comprend pas nécessairement une analyse complète. Cependant, si une recherche se veut riche et exhaustive, de nombreuses autres propriétés doivent être analysées et intégrées au cours de l'enquête.

  • 15 Glaser Barney G. and Strauss Anselm L., « L’intuition et le développement théorique » in La Découve (...)
  • 16 Pour un exemple récent illustratif de notre propos, se référer au compte-rendu descriptif de Miller (...)

31Ces suggestions n'invalident pas l'importance des intuitions des chercheurs sur la pertinence réelle de leurs données 15. Pour être clair, rappelons que notre enquête sur les patients mourant a débuté autour de deux idées générales. L'une était que mourir « prenait du temps », était un processus. L'autre, provenant d’expériences personnelles douloureuses, était qu'un jeu secret « de fuite de la vérité » avait souvent lieu autour des personnes mourantes. La première idée a évolué en théorisation des trajectoires de mourants et ce bien avant que nous en ayons perçu la pertinence pour les transitions statutaires ; la seconde a naturellement évolué en une théorie sur la « prise de conscience des contextes ». Comme toute théorie formelle, une théorie sur les transitions statutaires devrait user de logique et de sensibilité et ne devrait pas exclure des analyses poursuivant d’autres voies prometteuses. Mais si nous nous limitons aux transitions statutaires, nous devons alors regarder attentivement les diverses propriétés qui les composent. Les recherches présentées ne gagneraient-elles pas, par ailleurs, en pertinence et en visibilité théorique si le chercheur réalisait que son champ d'études (par exemple, les enquêtes sur la liberté conditionnelle ou les admissions en institutions) pouvait également être lu en terme de transition statutaire 16 ? Et de telles analyses substantives profiteraient indéniablement de l’existence préalable d'une théorie plus générale ou plus formelle ?

Produire une théorie formelle ancrée

32Lorsque l'on produit une théorie formelle ancrée, l'analyse comparative des données issues de divers champs est, croyons-nous, la méthode la plus satisfaisante, particulièrement lorsqu'elle est associée aux types d'échantillonnage théoriques décrit dans La Découverte de la théorie ancrée. Le lecteur curieux trouvera dans ce livre une présentation plus complète sur l'échantillonnage théorique. Dans le chapitre 9, nous esquisserons la méthode utilisée, ainsi que la façon dont nous y avons recouru lorsque nous avons produit notre théorie sur les transitions statutaires.

33En produisant une telle théorie, à l'aide de la comparaison analytique, nous avons utilisé des informations provenant de la vie quotidienne, des données issues de nos propres travaux de terrain ainsi que des matériaux issus d'enquêtes d’autres chercheurs, publiées ou non. De tels matériaux apparaissent dans notre ouvrage dans la même proportion que la partie visible d'un iceberg. Les exemples mentionnés ont pour fonction d'être des indicateurs de cette analyse. Ils devraient également avoir d'autres fonctions pour le lecteur : être des illustrations novatrices ou éclairantes et même offrir un soulagement temporaire de l'effort de concentration demandé lorsque l'on s'attarde à comprendre des phrases trop longues et trop abstraites. Ces exemples devraient également stimuler occasionnellement le lecteur, quoique moins que les propositions en elles-mêmes, à faire des liens avec des données comparables issues de ses propres recherches.

  • 17 L'expression judicieuse de John Dewey qu’utilisent Glaser et Strauss est celle de Warranted Evidenc (...)

34Il est toutefois tout aussi important qu'une partie de ces matériaux constitue – ou puisse constituer – des preuves des propositions et hypothèses suggérées, ces dernières apparaissant sur la même page, juste au-dessus des « preuves ». Certaines de ces preuves sont tirées d'enquêtes sociologiques, d'autres le sont d’expériences probablement partagées par nos lecteurs. La stratégie particulière utilisée par un passeur (un médecin) avec un passant (un patient) est un exemple de données issues de l’expérience ordinaire. Des données probantes se retrouveront sur presque chacune des pages de cet ouvrage. Même si tous les lecteurs ne conviendront pas que ces données sont des preuves justifiées 17 (en reprenant l'expression judicieuse de John Dewey), ils ne supposeront certainement pas que seuls les matériaux issus d'enquêtes sociologiques soient probants. Dans notre désir de souligner le fait que la littérature technique regorge de données utiles pour générer une théorie formelle, la majorité des notes de bas de page du présent ouvrage servent à suggérer qu'une foule de matériaux intéressants sur les transitions statutaires peut être trouvée dans les enquêtes déjà publiées.

L'organisation de ce livre

35Plutôt que de présenter une théorie formelle par le biais des principales propriétés des transitions statutaires, nous avons choisi d'organiser sa formulation autour de six considérations capitales : la réversibilité, la temporalité, la forme, la désirabilité, la contextualité et la multiplicité. La réversibilité comprend des considérations telles que la direction, la répétitivité, la capacité d'arrêter, l'inévitabilité ainsi que la capacité de prévention. La temporalité renvoie à l'horaire, la régularité, la prescription des étapes, ainsi qu’à la vitesse et au rythme. La forme se rapporte aux périodes, aux piliers ainsi qu’au problème crucial du « contrôle » pendant le passage. Dans le chapitre sur la désirabilité, nous abordons le rôle central des acteurs, la désirabilité ou non d'entamer le processus, ainsi que son caractère ou non volontaire. La contextualité se rapporte au caractère solitaire, agrégatif ou collectif de la transition. Dans un autre chapitre, nous examinons les transitions statutaires multiples : toute personne s'engage en effet simultanément dans diverses transitions. Puis, les deux derniers chapitres proposent une étude de cas et un débat qui illustrent notre théorie formelle. Le premier de ces chapitres conclusifs consiste en une application de notre théorie aux aspects temporels de la mobilité sociale. Et le débat qui suit dans le dernier chapitre est largement basé sur notre expérience d'écriture de ce livre, d'enseignement de la théorie formelle aux étudiants, ainsi que sur des commentaires faits à nos collègues sur leurs propres enquêtes.

36Dans chaque chapitre (sauf dans le dernier), la variable principale analysée est indiquée dans le titre du chapitre. Toutefois, les propriétés mentionnées ci-dessus se retrouvent de manière transversale dans tout l'ouvrage. Une présentation des principaux enjeux relatifs à la dimension principale discutée, débute chaque chapitre. Chacun concerne un spectre large de conditions, tactiques, stratégies, acteurs, interactions et conséquences.

  • 18 Ce genre d’analyse est différent d’une conceptualisation transversale construite comme telle dans u (...)

37Même s'il n'y a qu'une variable centrale dans chaque chapitre, notre analyse met en évidence la façon dont chacune d’entre elles est traversée par d'autres 18. Dans cette rédaction, nous devions mettre l'emphase sur certaines transversalités, tout comme en subordonner certaines ou en omettre d'autres. Le principe moteur de cette sélection s’ancrait toujours dans notre expérience de recherche et dans nos intérêts. Les lecteurs auront probablement envie de faire des ajouts à cette analyse – et nous leur en sauront gré – en proposant des croisements entre des variables sous-estimées dans cet ouvrage : de cette façon, la théorie s'élargira progressivement et deviendra plus forte. Ces objectifs peuvent être atteints soit grâce à une analyse formelle, comme nous le faisons, soit grâce à l'analyse des données d'un champ, sans pour autant que d'anciennes données soient reconsidérées ou que de nouvelles données soient recueillies spécifiquement en ayant la théorie de la transition statutaire en arrière-plan.

  • 19 Ainsi que pour la rejeter comme d'autres le suggèrent ; toutefois, nous pourrions dire que seules c (...)
  • 20 Pages 84-87. Voir aussi le débat qui se trouve au chapitre 9.

38Si les lecteurs mobilisent l'analyse présentée dans cet ouvrage, ils expérimenteront ainsi son utilité et pourront aussi en vérifier la validité. Nous avons délibérément présenté cette théorie sous la forme d’une discussion et sous la forme d’une analyse « dense », plutôt qu'en termes de tableaux ou d'ensembles de propositions, parce que nous croyons que son utilisation sera maximale si elle est conçue comme un outil de travail, élargi, modifié et requalifié par les collègues 19. Pour une discussion sur la présentation de ce type de théorie, on peut référer à l'ouvrage La Découverte de la théorie ancrée 20.

39Alors que la densité de la discussion pourrait aider les lecteurs soucieux d’une compréhension approfondie, cette même densité et cette même nature abstraite ralentiront la lecture. Pour cette raison, à travers cet ouvrage, nous mettrons en italique les concepts et phrases-clés (particulièrement ceux qui concernent les « conditions »), sans pour autant signifier que les phrases qui ne sont pas mises en italique n'ont pas d'importance théorique ; elles font plutôt référence à d'autres types d'affirmation, telles que les tactiques et les conséquences.

Haut de page

Notes

1 La première section de ce chapitre est extraite, avec de légers changements, de l’article d’Anselm Strauss, « Some Neglected Properties of Status Passage », in Becker H.S. et al., Institutions and the Person, Chicago, Aldine Publishing Compagny, 1968.

2 Initialement publié en 1908, ce livre a été traduit par Monika Vizedom et Gabrielle Cafee en 1960 (Chicago, University of Chicago Press).

3 Pour une bibliographie sélective d’ouvrages anthropologiques, voir Gluckman M. (Ed.), Essays on the Ritual of Social Relations, Manchester, Manchester University Press, 1962. Les textes de Meyer Fortes, Daryll Forde et Victor Turner soulignent le genre d’analyses faites par les anthropologues britanniques contemporains sur la notion de « changement de statuts » (selon le terme de Meyer Forde).

4 Strauss A., Mirrors and Masks, San Francisco, The Sociology Press, 1970. Traduction française, Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Éditions Métailié, 1992.

5 Stanton Wheeler a attiré l'attention sur l’intérêt de cette propriété pour l'étude des processus de socialisation. Voir son texte : « The Structure of Formally Organized Socialization Setting » in Orville Brim and Stanton Wheeler, Socialization after Childhood, New York, Wiley, 1966, plus spécialement pp. 61-66.

6 Roth J., Timetables, Indianapolis, Bobbs-Merrill, 1963.

7 Garfinkel H., « Conditions of Successful Degradation Ceremonies », in American Journal of Sociology, 1956, vol. 61, pp. 420-424.

8 Klapp O., « The Fool as a Social Type » in American Journal of Sociology, 1949, vol. 55, pp. 159-60.

9 Becker H. et al., Boys in White, Chicago, University of Chicago Press, 1961.

10 Warner L., A Black Civilization, New York, Harper, 1937.

11 Goffman E., « La carrière morale du malade mental » in Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de minuit, 1968[1961 pour l’édition originale en anglais].

12 Sur ce point, voir la critique « post-structurelle » dans Epstein A. (Ed.) The Craft of Social Anthropology, London, Tavistock Publications, 1967 et plus spécialement les remarques de Max Gluckman dans son introduction de l’ouvrage, ainsi que les chapitres de Jaap Van Velsen (pp. 129-149), Victor Turner (pp. 181-204) et Maxwel Marwick (pp. 231-244).

13 Glaser B. & Strauss A., Time for Dying, Chicago, Aldine Publishing Company, 1968.

14 À ce sujet, sous la forme d’une suggestion plutôt que d’une imposition : dans un texte intéressant « Rituals and Office in Tribal Society », Meyer Fortes s'est attaché à répondre à une question soulevée mais pas adéquatement répondue par Arnold van Gennep : Pourquoi « le rituel est apparemment indispensable afin de marquer un changement de statut » (p. 55). Meyer Fortes donne une réponse générale dont la précision n'est pas ici remise en cause. À notre avis, si quelqu’un pense aux propriétés spécifiques de la transition statutaire, il devra spécifier pourquoi certains rites et certaines cérémonies prennent la forme qu’ils prennent. Par exemple, en termes de contrôle et de désirabilité, « se remettre » d'un échec au même titre que marquer l'atteinte d'un statut désiré demande certains types de rituels. De plus, Norman Denzin nous a suggéré ces éléments additionnels : qui s'engage dans ces rituels, sous quelles conditions et, bien sûr, pour quelles conséquences.

15 Glaser Barney G. and Strauss Anselm L., « L’intuition et le développement théorique » in La Découverte de la théorie ancrée. Stratégies pour la recherche qualitatives, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2010 [1967 pour l’édition originale en anglais], pp. 384-391.

16 Pour un exemple récent illustratif de notre propos, se référer au compte-rendu descriptif de Miller D. et Schwartz M., « County Lunacy Commission Hearings : Some Observations of Commitments to a State Mental Hospital » in Social Problems, 1966, vol. 14, pp. 26-55.

17 L'expression judicieuse de John Dewey qu’utilisent Glaser et Strauss est celle de Warranted Evidence [NDLT].

18 Ce genre d’analyse est différent d’une conceptualisation transversale construite comme telle dans un schéma théorique comme le ferait, disons, Talcott Parsons.

19 Ainsi que pour la rejeter comme d'autres le suggèrent ; toutefois, nous pourrions dire que seules certaines hypothèses spécifiques sont rejetées alors que les théories sont modifiées, requalifiées et élargies. Pour plus d'information à ce sujet, voir le chapitre 9.

20 Pages 84-87. Voir aussi le débat qui se trouve au chapitre 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Barney G. Glaser et Anselm L. Strauss, « Les transitions statutaires et leurs propriétés », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Barney G. Glaser et Anselm A. Strauss, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 12 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4062

Haut de page

Auteurs

Barney G. Glaser

Fondateur du Grounded Theory Institute, a été chercheur à l’Université de Californie à San Francisco.

Anselm L. Strauss

(1916-1996) était professeur de sociologie au Département des sciences sociales et comportementales de l’Université de Californie à San Francisco.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page