Skip to navigation – Site map

HomeSociologieSFiles2012Genre et vieillissementIntroduction au Dossier « Genre e...

2012
Genre et vieillissement

Introduction au Dossier « Genre et vieillissement »

Monique Legrand and Ingrid Voléry

Full text

  • 1 Le colloque était organisé par la MSH Lorraine, le Laboratoire « 2L2S » et le Comité de recherche n (...)

1Ce dossier de la revue Sociologies rassemble quelques-unes des contributions au Colloque « Genre et parcours de vie : enfance, adolescence, vieillesse » 1 qui s’est déroulé à Nancy les 2 et 3 mai 2011. Ce colloque avait une double ambition : rassembler des chercheurs interrogeant, de manière croisée, les rapports d’âge, de génération et de genre et, ce faisant, contribuer à faire dialoguer des champs qui se sont construits de manière distincte.

Genre et vieillesse : une difficile rencontre

2Jusqu’à une date récente, la sociologie de la vieillesse française s’est, en effet, peu intéressée au genre (Quéniart, Charpentier & Lebreton, 2011) alors même que, du fait des espérances de vie et des principes organisant les solidarités familiales, les personnes âgées et leurs aidants sont essentiellement des femmes (Pennec, 2002 ; Martin & Le Bihan, 2006 et 2007 ; Attias-Donfut, 2009 ; Membrado, 2009). Et si, ces trente dernières années, les travaux interrogeant les spécificités sexuées du grand-âge se développent, plusieurs écueils persistent.

  • 2 La plus grande espérance de vie des femmes s’accompagnerait d’une plus grande propension à développ (...)

3Premièrement, lorsque le genre est pris en compte, cela se résume bien souvent à l’étude des spécificités d’un vieillissement des femmes qui s’avérerait (plus ?) contraint par la biologie. C’est le cas des recherches convoquant l’incontournable « paradoxe du genre » 2 pour expliquer les aspects sociaux de la vieillesse ; la capacité à transformer son mode de vie et son lieu de vie, à préserver des réseaux de sociabilité et d’entraide particulièrement précieux en cas de maladie. Ce type d’approche génère plusieurs problèmes. D’une part, cela entrave la compréhension des rapports de genre car, en se concentrant sur la comparaison entre les hommes et les femmes, on occulte les relations ayant cours à l’intérieur de groupes de sexe dont l’homogénéité fait pourtant problème. D’autre part, cela passe sous cape un certain nombre de déterminants sociaux pouvant expliquer les situations des femmes âgées. C’est, par exemple, le cas des thèses considérant que le moins bon état de santé des femmes explique leur isolement (difficultés à se déplacer, à recevoir, perte des amitiés, etc.) (Lalive D’Épinay & Spini, 2008, pp. 320-321). L’étiolement des sociabilités qu’elles connaissent doit pourtant beaucoup à des facteurs proprement sociaux : notamment le temps consacré aux solidarités à l’égard du conjoint (Vinel, dans ce dossier) mais aussi, des petits enfants ou des voisins âgés (Membrado, 2003 et 2009 ; Voléry & Legrand, dans ce dossier). Enfin, cette explication par la « morbidité » féminine conforte indirectement le présupposé selon lequel les femmes seraient guidées par les impératifs de leur corps. Sous cet angle, ces écrits véhiculent, sans doute bien involontairement, une lecture particulièrement viricentrée qui consiste à réserver aux femmes le « niveau d’explication biologique » (Mathieu, 1991).

  • 3 On rappellera ici le travail pionnier d’Arlie Hochschild (1975) qui a pointé le viricentrisme du mo (...)

4Et c’est là un second écueil majeur. Si au cours des années 1990 et 2000, on a assisté à un relatif développement des recherches étudiant les situations des femmes âgées, force est de constater que la déconstruction des biais viricentrés, affectant les notions mobilisées dans les champs du parcours de vie et de la vieillesse, est à peine engagée. À bien des égards, le paradoxe souligné par les premiers chercheurs étudiant la vieillesse au prisme du genre reste de mise 3. Si les personnes enquêtées sont très souvent des femmes, les modélisations théoriques continuent à prendre appui sur un type d’expérience masculine : en général, les parcours d’hommes blancs dotés de ressources culturelles et économiques (Russel, 2007) qui s’en trouvent érigés en étalons universels prétendument asexués (Cromer, 2010). Regardons, par exemple, ce qui est tenu pour transitions biographiques majeures au grand-âge. La perte de la motorisation et le veuvage sont considérés comme des épreuves marquant les conditions de vie et l’image de soi des personnes âgées dans leur ensemble (Lalive d’Épinay, 1996 ; Caradec, 1998). Mais, si les femmes peuvent aussi souffrir de ne plus conduire et de la paupérisation liée au veuvage, plusieurs recherches montrent qu’il s’agit d’étapes plus particulièrement résonnantes pour les hommes : virilité mise en question par la perte de contrôle sur leur mobilité et sur celle de leur compagne (Voléry, 2012 ; Vinel, dans ce dossier), détresse psychologique liée à la perte de l’autre notamment (Caradec, dans ce dossier).

5Le dialogue entre les deux champs est, en outre, complexifié par le peu d’intérêt que la sociologie du genre a porté à la vieillesse. Certains évoqueront le fait que les chercheurs ont longtemps été mal à l’aise avec des terrains impliquant directement des « impératifs du corps » dont les mouvements féministes souhaitaient s’affranchir (Katz, 2002). D’autres insisteront sur le fait que les premiers travaux se sont centrés sur les pratiques procréatives et productives : ce qui a contribué à laisser dans l’ombre ces âges où les corps ne sont ni dans un cas, ni dans l’autre (Kérisit, 2000). D’autres enfin, mentionnent les propriétés sociales des chercheuses, au principe de l’émergence du champ des rapports sociaux de sexe en France : leurs ressources matérielles et relationnelles leur auraient permis d’échapper, en partie, aux inégalités et aux disqualifications subies par les vieilles femmes – et donc de s’abstraire d’un certain nombre de questions politiques afférant au grand-âge. Les raisons expliquant cette occultation sont assurément complexes mais l’on mesure clairement aujourd’hui des circulations croissantes entre les deux champs. Circulation de chercheurs inscrivant leurs recherches en sociologies du genre et des parcours de vie, mais aussi, circulation des savoirs. Ceci étant, des zones d’ombre demeurent. En particulier, si les travaux sur la vieillesse augmentent, ils portent encore souvent exclusivement sur les femmes et ils se concentrent sur les différentiels de ressources et de positions que les femmes âgées subissent – au plan économique, social, d’accès à l’aide publique etc. Si stimulants soient-ils, ils laissent donc dans l’ombre des questionnements fondamentaux. Le premier – les situations des hommes très âgés et les formes de masculinité qu’ils déploient – commence à être exploré. Le second interroge l’articulation des catégorisations d’âge et de genre et il est, à ce jour, beaucoup moins travaillé. C’est à cette entreprise que ce numéro souhaite contribuer. D’abord de manière empirique, en répondant à un certain nombre de questions bien circonscrites : est-on différemment vieilli selon son sexe ? Est-on différemment sexué selon son âge ? Selon quels arguments ? Dans quelle mesure ces étiquetages asservissent-ils ? Dans quelle mesure libèrent-ils ? Mais les perspectives, dressées dans ce numéro, sont aussi théoriques puisque les contributions interrogent les homologies observables dans les processus visant à assigner à l’autre un sexe, un genre, un âge, une position dans un rapport de génération. L’essentialisation commune à ces processus suffit-elle à rendre totalement comparable ce qui se joue dans les rapports de genre, d’âge et de génération ? Être une femme âgée, cela revient-il à cumuler les assignations liées au sexe et à l’âge ? Comment théoriser ces intersections, si complexes à étudier et en même temps si arrimés à nos expériences ordinaires ?

6Le questionnement élaboré en est à ses débuts mais des pistes de réflexion apparaissent d’ores et déjà. Nous mettrons, en particulier, l’accent sur deux perspectives développées dans ce dossier : d’un côté, une approche genrée de la vieillesse qui permet de redécouvrir le corps – non plus comme une donnée biologique avec laquelle composer – mais comme un marqueur socialement constitué, prenant de plus en plus de place dans la scansion du cours de vie ; et de l’autre, l’importance de techniques du corps et du soi spécifiques au grand-âge (plus de 85 ans) qui font redécouvrir la plasticité des stéréotypes sexués et des catégorisations de sexe. Ce surgissement du corps, au cœur du dispositif de mise en ordre des âges et des genres, abonde, en effet, le débat théorique engagé par les recherches intersectionnelles (Bilge, 2009). En particulier, il souligne à quel point la compréhension des expériences intersectionnelles implique de considérer, certes les déploiements propres aux catégorisations liées à l’âge et au genre, mais surtout, d’interroger leur point d’entrecroisement (Hall, 1980).

La place du corps dans la scansion du cours de vie : entre fait anthropologique et expression sociétale

  • 4 Les divers rapports relatifs à la question de la « dépendance », sa gestion et sa prise en charge d (...)

7Directement ou indirectement, toutes les contributions montrent, en effet, à quel point les distinctions d’âge et de sexe ont aujourd’hui un point commun : la référence à la « nature » et à la détermination biologique. Pour ce qui concerne le genre, songeons ici au travail de Thomas Laqueur (1992) qui a montré combien, dès le xviiie siècle, le sexe est devenu une catégorie essentialisée (d’abord anatomique, puis hormonale) justifiant les différences de droits et de positions d’« Hommes » et de « Femmes », constitué-e-s en groupes de sexe homogènes. Mais ce mouvement semble aujourd’hui s’étendre, si l’on en croit la manière dont la vieillesse tend à être saisie sous l’angle des transformations corporelles qu’elle occasionne : fatigue et perte d’énergie dans les représentations sociales, perte des ressources motrices et cognitives pour les politiques de la dépendance 4 (Ennuyer, 2003 ; Caradec, 2008). À l’heure actuelle, les catégorisations d’âge et de genre semblent donc trouver leur légitimité et leur maillage à la surface des corps qu’elles contribuent à mettre en sens en « vieillissant » et en « sexuant » les personnes. Mais comment comprendre la place prise par ces marqueurs corporels ?

8Un fait anthropologique intimement lié à l’incomplétude des corps pour Nicoletta Diasio. Selon l’auteure, l’articulation des catégorisations d’âge et de genre constitue une seule et même question puisqu’elle représente une manière de domestiquer des incertitudes intrinsèques à la condition humaine. À travers la définition des rapports d’âge, de génération et de genre, c’est la survivance et la finitude des corps et des groupes sociaux qui sont en question :

« Les catégorisations d'âge et de genre me semblent alors deux manières de réguler ces incertitudes auxquelles toute société doit faire face : celle d'un corps fluide, à la croisée entre la continuité du biologique et des marquages sociaux et culturels qui introduisent des ruptures dans la continuité du vivant et l'aléa de la continuité du groupe, de son horizon temporel de survivance, impliquant par là une forte normativité des relations de sexe/genre » (Diasio, dans ce dossier).

9Reste à saisir les raisons pour lesquelles ce marquage social des corps en vient à prendre une place si centrale. A-t-il toujours été utilisé pour organiser l’activité reproductive et mettre en ordre les générations ? Ou bien cela s’articule-t-il à des changements sociétaux qu’il convient d’explorer ?

10C’est en tous les cas ce que semblent souligner les auteurs inscrivant l’analyse des catégorisations d’âge et de genre dans une étude plus large du processus d’individualisation. Pour Vincent Caradec, ce processus génèrerait une désinstitutionalisation du cours de vie (Kohli, 1989) et une individuation profonde du vieillissement. Ce dernier ne se structurerait plus autour de marqueurs civils (âge chronologique parfois perçu comme source de discrimination) ou sociaux (retraite, grand-parenté, etc.). Les distinctions sociales et sexuées seraient désormais davantage une affaire de subjectivité et d’expériences intimes. La composante sociale et sexuée du vieillissement résiderait alors dans les modalités d’un travail biographique permettant de réorganiser sa vie – matérielle, sociale mais aussi relationnelle et psychique. Ainsi l’auteur constate-t-il que, du fait de différences dans l’éducation reçue et dans les états de santé, les hommes et les femmes développeraient des ressources matérielles, relationnelles et émotionnelles distinctes façonnant les vécus du veuvage.

11Pour Ingrid Voléry et Monique Legrand, l’individualisation n’a pas généré de désinstitutionalisation des parcours de vie mais une double transformation des normes mobilisées pour les scander. Prédominance des marqueurs corporels en premier lieu : en plaçant l’individu comme unité de lecture et d’action sur son avancée en âge, le mouvement d’individualisation a fragilisé les repères sociaux auparavant mobilisés. Les personnes âgées et leur famille cherchent donc dans l’observation des corps des marqueurs à partir desquels mesurer des pertes d’autonomie et décider de l’activation de l’aide familiale ou publique. Transfert au privé-familial (et aux normes sexuées encadrant les solidarités qui y ont cours) en second lieu : car l’individualisation a aussi affecté une « police des âges » (Percheron & Rémond, 1991), s’appuyant désormais sur une dyade « individu » (dont il convient de soutenir l’autonomie et les ressources sociales) et « solidarités de proximité » (indirectement valorisées à travers la promotion du vieillir-chez-soi). C’est donc à partir du domicile – dans sa double dimension d’agencement matériel et normatif – que les aptitudes corporelles des « unes et des autres » seront étalonnées et que des positions d’âge et de genre en seront déduites. C’est le cas de l’autonomie et de la robustesse : deux critères utilisés par les personnes âgées et leur entourage pour distinguer les vieux des moins vieux et hiérarchiser les formes de vieillissement des femmes et des hommes. Les jugements ne prennent pas seulement appui sur des états de fait corporels. Ils découlent également des positions antérieurement occupées par les hommes et les femmes dans l’organisation conjugale et les rapports de dons/contre-dons familiaux : par exemple, la personne jugée la plus autonome sera celle pouvant assurer le travail domestique et anthroponomique – charge à laquelle les femmes âgées ont été plus particulièrement préparées.

12Enfin, l’étude des parcours sportifs des seniors met, par ailleurs, en valeur la pertinence des corps et des corporéités pour l’analyse du croisement genre-avancée en âge. Pia-Caroline Hénaff-Pineau montre notamment que « la recomposition des sportivités au cours du processus de vieillissement met en évidence des formes sans conteste plus individualisées mais au travers desquelles la dissemblance des genres ne disparaît ni avec l’époque, ni avec l’âge ».

13Que la place des corps soit vue comme un élément anthropologique ou comme la conséquence du processus d’individualisation, ces contributions nous invitent, en tous les cas, à revisiter le statut analytique que les sociologies des parcours de vie et de la vieillesse donnent aux corps et aux temps qui les façonnent.

Le corps dans la sociologie de la vieillesse : d’une variable indépendante à une variable dépendante

14Les articles réunis dans ce dossier invitent à s’éloigner de l’idée selon laquelle le corps se résumerait à « l’état de santé » et constituerait une variable indépendante expliquant, d’une part, la bipartition des vieillissements masculins et féminins et, d’autre part, les formes du vieillir propres à chaque « catégorie » (Drulhe, 1992).

15Nicoletta Diasio montre, par exemple, comment, par un travail collectif sur les corps, les personnes appréhendent le grandir et les comportements masculins et féminins dans le cas de la préadolescence, mais aussi, le changement de significations d’un corps qui n’est plus procréatif dans le cas de la ménopause. Ingrid Voléry et Monique Legrand soulignent, quant à elles, combien les perceptions des potentialités et inaptitudes des corps des femmes et des hommes âgé-e-s sont façonnées par l’implication asymétrique des unes et des autres dans le fonctionnement conjugal et domestique. Dans la même ligne, Virginie Vinel pointe, elle-aussi, la manière dont les personnes âgées mobilisent des modèles culturels distincts pour penser leur corps et le mettre au cœur – ou au contraire – à distance de leur perception du vieillir. Pia-Caroline Henaff-Pineau insiste, pour sa part, sur le paradoxe des pratiques physiques et sportives qui risque de révéler une dégradation corporelle mais permet aussi de lutter contre le vieillissement.

16En interrogeant la sexuation des corps telle qu’observée dans les passages d’âge (préadolescence, ménopause, entrée dans le grand-âge), la majorité des contributeurs montrent combien le corps n’est pas un déjà-là avec lequel composer. Ce n’est plus une contrainte biologique non élucidée, un cadre préétabli et figé mais une matière inachevée dont le changement est rendu intelligible par les catégorisations d’âge et de genre. « C'est l'agencement de l'âge social et du genre qui donne visibilité aux transformations physiques, qui les rend intelligibles et leur donne sens et pas l'inverse » nous dit Nicoletta Diasio. Le corps est donc un élément dont la perception, mais aussi l’utilisation, varie. Il est à la fois un support d’inscription dans des rapports hiérarchisés. Ingrid Voléry et Monique Legrand montrent comment il est un moyen de contrôler la manière dont vit et se vit le parent âgé ; de le placer en position de force ou de faiblesse dans les rapports de don intrafamiliaux selon qu’il ou elle est jugé-e fort-e ou, au contraire, fragile. Mais il est aussi une ressource permettant de traverser un passage d’âge qui se construit « dans une tension entre indétermination de l'expérience corporelle et processus de reconnaissance de la part d'autrui » (Diasio) : une ressource matérielle pour qui considère les pratiques d’« anthropopoièsis » (Diasio) et les techniques du corps permettant de compenser la perte de motricité ou d’aisance gestuelle (Voléry & Legrand) ou de retarder les effets du vieillissement ; une ressource à la construction de soi – tant il est vrai que les techniques du corps sont aussi des techniques du soi (Vinel, Hénaff-Pineau). Relu au prisme du genre, le corps retrouve donc une place centrale dans les études sociologiques de la vieillesse qui cessent de le considérer comme une contrainte biologique dont il faut mesurer les résonances pour y voir tantôt une discipline, tantôt un moyen de résister aux assignations d’âge et de genre. Le « terrain » de la vieillesse –et singulièrement celui du grand-âge – laisse alors entrevoir son potentiel subversif : y compris sur les approches du genre.

Quand la « vieillesse » interpelle le genre…

17L’étude de la vieillesse met, en effet, en scène des situations de redéfinition des supports traditionnellement mobilisés pour définir les espaces masculins et féminins et les hiérarchiser. Au grand-âge, les hommes ne sont plus en activité salariée depuis en moyenne vingt ans et les réseaux relationnels, issus de l’emploi, se sont généralement distendus. Les femmes ne sont plus toutes entières résumées à une activité procréative, interrompue depuis parfois trente ans et à un rôle grand-maternel ou de soutien familial incombant souvent à leurs filles. Cela signifie que l’étude de ces périodes peut révéler des processus de re-répartition des tâches et de redéfinition de soi. Qu’il s’agisse de la manière dont la société s’efforce d’encadrer des moments critiques tels que celui de la ménopause où « le potentiel autrement employé dans la reproduction se libère en énergie vitale et dans un recentrage sur soi » (Diasio) ; de la façon dont les hommes et femmes âgé-e-s, mais aussi leur entourage familial, s’efforcent de conserver le contrôle de territoires masculins/féminins définis au cours du parcours conjugal (Voléry & Legrand), ou au contraire, de la manière dont, après un veuvage, les hommes et les femmes âgé-e-s renouent avec des formes d’identification qu’ils ont laissées de côté du fait d’obligations familiales (Caradec).

18Ces processus de redéfinition des corps et du soi amènent donc à explorer les formes d’accréditation qui contribuent à rappeler les frontières d’âge et de sexe, au moment où les transformations sociales et corporelles s’intensifient : la préadolescence et la ménopause étudiées par Nicoletta Diasio ; le veuvage pour Vincent Caradec, le grand-âge pour Ingrid Voléry, Monique Legrand et Virginie Vinel ; le recours aux activités physiques et sportives pour Pia-Caroline Henaff-Pineau. Car si intime soit-elle, cette redéfinition des corps et des subjectivités ne saurait strictement résider dans un face-à-face entre « soi et soi » dont Norbert Elias a montré l’artificialité. L’individu n’est pas une monade close sur elle-même et la conscience de soi implique plus fondamentalement l’interdépendance à autrui (Elias, 1991). Ceci implique donc que la perception du vieillir et le glissement des identifications genrées qui en découlent – continuer à être un homme quand le corps perd de sa vigueur ; à être une femme quand le corps ne procrée plus et n’assume plus les exigences du travail domestique – dépendent des rapports d’interdépendance dans lesquels on s’inscrit : les ressources sociales dont les veufs et veuves disposent (Caradec) mais aussi les relations entretenues avec les fils/filles, les gendres/belles-filles dans le cas du grand-âge (Vinel, Voléry &Legrand). Qu’elles soient étudiées sur leur versant discursif (soi dialogique et narrativisme compréhensif pour Virginie Vinel) ou matériel (modes d’organisation de l’espace domestique et des solidarités familiales collectivisant le temps, l’énergie et le corps des femmes pour Ingrid Voléry et Monique Legrand), ces relations représentent d’indéniables ressources. Mais elles rappellent aussi à l’ordre du « juste comportement ». C’est par leur truchement que l’entourage définit les attendus de genre (tenir son intérieur/conduire son automobile le plus longtemps possible) et contribue plus fondamentalement à scander l’avancée en âge. D’un côté, en donnant (ou non) crédit à un événement rapporté par le parent âgé (ne plus pouvoir jouer au scrabble, ne plus pouvoir tailler sa haie), l’entourage le rend plus ou moins tranchant et structurant de la façon dont ce dernier le perçoit (Leclerc-Olive, 2010). De l’autre, il rappelle parfois plus directement les frontières à ne pas dépasser : les conditions dans lesquelles s’affranchir de certaines obligations pour les femmes ménopausées (Diasio) ; les situations dans lesquelles les femmes âgées peuvent s’émanciper de la solidarité à l’endroit de leur conjoint ou de leurs enfants (Voléry & Legrand). Le poids de ces étiquetages n’est évidemment pas inédit mais il a longtemps été occulté par des études ayant parfois réduit le genre à des « appartenances » de sexe intériorisées lors des socialisations primaires, puis reproduites tout au long de la vie. Sous cet angle, l’analyse des relations sociales et des accréditations différentielles d’âge et de genre qu’elles véhiculent ouvre de stimulantes perspectives théoriques et empiriques.

Top of page

Bibliography

Attias-Donfut C. (2009), « Les grands-mères au centre des solidarités familiales », dans Charpentier M. & A. Quéniart (dir.), Vieilles, et après ! Femmes, vieillissement et société, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, pp. 189-205.

Bilge S. (2009), « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, vol. 129, n° 1, pp. 70-88.

Caradec V. (1998), « Les transitions biographiques, étapes du vieillissement », Prévenir, n° 35/2, pp. 131-137.

Caradec V. (2008), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Nathan.

Cromer S. (2010), « Le masculin n’est pas un sexe : prémices du sujet neutre dans le théâtre et la presse pour enfants », Cahiers du Genre, vol. 2, n° 49, pp. 97-115.

Drulhe M. (1992), « Effets de la culture sur les représentations et les activités des corps vieillissants », dans Clanet C., Fourasté R. & J.-L. Sudres (dir.), Corps, Cultures et Thérapies, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, pp. 265-284.

Elias N. (1991), La Société des individus, Paris, Fayard.

Ennuyer B. (2003), Les Malentendus de la dépendance, Paris, Éditions Dunod.

Hall Stuart (1980), « Race, Articulation and Societies Structured in Dominance », dans Coll., Sociological Theories: Race and Colonialism, Paris, Éditions de l’Unesco, pp. 305-345.

Hochschild A. R (1975), « Disengagement Theory: a Critical and Proposal », American Journal Review, n° 40, pp. 553-569.

Katz S. (2002), « Les vieilles dames de Charcot », Cahiers du Genre, n° 31, pp. 105-128.

Kérisit M. (2000), « Les figures du vieillissement des femmes en gérontologie », dans Frigon S. & M. Kérisit (dir.), Du Corps des femmes, contrôles, surveillances et résistances, Ottawa, Presses universitaires d’Ottawa, pp. 1995- 228.

Kohli M. (1989), « Le cours de vie comme institution sociale », Enquête, n° 5, [En ligne], mis en ligne le 27 décembre 2005. URL : http://enquete.revues.org/document78.html.

Lahelma E., Martikainen P. et alii, (1999), « Gender Differences in Ill Health in Finland: Patterns, Magnitude and Change », Social Science and Medecine, n° 48, pp. 7-19.

Lalive d’Épinay C. (1996), « La solitude : condition humaine et modernité », dans Entre retraite et vieillesse. Travaux de sociologie compréhensive, Lausanne, Éditions Réalités sociales.

Lalive d’Épinay C. & D. Spini (dir.) (2008), Les Années fragiles. La vie au-delà de quatre-vingt ans, Laval, Presses universitaires de Laval.

Laqueur T. (1992), La Fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Éditions Gallimard.

Leclerc-Olive M. (2010), « Enquêtes biographiques entre bifurcations et événements. Quelques réflexions épistémologiques », dans Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, Éditions La Découverte, pp. 131-143.

Legrand M. (1997), « Vieillesse et vieillissement : évolution des représentations ? », Gérontologie et société, n° 81, pp. 161-172.

Martin C. & B. Le Bihan-Youinou (2006), « Prendre soin d’un parent âgé dépendant », Travail, Genre et Société, n° 16, pp. 77-96.

Martin C. & B. Le Bihan-Youinou (2007), « Les politiques à l’égard des personnes âgées dépendantes : un lent et complexe compromis », dans Ansart P., Guillemard A.-M., Legrand M. & M. Messu (dir.), Longévité et politiques publiques, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

Mathieu N.-C. (1991), L’Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Éditions côté femmes.

Membrado M. (2003), « Les formes du voisinage à la vieillesse », Empan, vol. 4, n° 52, pp. 100-106.

Membrado M. (2009), « Le soutien aux personnes âgées et les relations intergénérationnelles : enjeux de définition et de genre », dans Martial A. (dir.), La Valeur des liens. Hommes, femmes et transactions familiales, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, pp. 163-180.

Pennec S. (2002), « La politique envers les personnes âgées dites dépendantes : providence des femmes et assignation à domicile », Lien social et Politiques, n° 47, pp. 129-142.

Percheron A. & R. Rémond (dir.) (1991), Âge et politique, Paris, Éditions Economica.

Quéniart A., Charpentier M. & C. Lebreton (2011), « La recherche féministe et les femmes aînées : une rencontre récente », Labrys, Études féministes, 20. http://www.tanianavarroswain.com.br/labrys/labrys20/franco/anne.htm#_ftn1.

Romoren T. (2003), Last Years of Long Lives. The Larvik Study, Londres, Routledge Editor.

Russell C. (2007), « What Do Older Women and Men Want ?: Gender Differences in the "Lived Experience" of Ageing », Current sociology, vol. 55, n° 2, pp. 173-192.

Top of page

Notes

1 Le colloque était organisé par la MSH Lorraine, le Laboratoire « 2L2S » et le Comité de recherche n°6 de l’AISLF.

2 La plus grande espérance de vie des femmes s’accompagnerait d’une plus grande propension à développer des pathologies et des incapacités à partir de 80 ans (Romoren, 2003 ; Lalive d’Épinay & Spini, 2008). Ce paradoxe du genre est aujourd’hui questionné du fait des indicateurs de santé utilisés et des tranches d’âge considérées. Ainsi, une plus grande morbidité masculine pourrait être observée dans nombre de maladies associées au grand âge (Lahelma, Martikainen et al., 1999).

3 On rappellera ici le travail pionnier d’Arlie Hochschild (1975) qui a pointé le viricentrisme du modèle de désengagement : notamment la place faite à la cessation d’activité professionnelle et le retrait du monde qu’elle est censée occasionner.

4 Les divers rapports relatifs à la question de la « dépendance », sa gestion et sa prise en charge depuis le milieu des années 1980, ne sont pas étrangers à cette autre représentation de la vieillesse assimilée à une dégradation corporelle, objet de soins et de médicalisation (Legrand, 1997).

Top of page

References

Electronic reference

Monique Legrand and Ingrid Voléry, Introduction au Dossier « Genre et vieillissement »SociologieS [Online], Files, Online since 15 November 2012, connection on 13 June 2021. URL: http://journals.openedition.org/sociologies/4116; DOI: https://doi.org/10.4000/sociologies.4116

Top of page

About the authors

Monique Legrand

Université de Lorraine, Laboratoire « 2L2S », MSH Lorraine, Nancy, France - monique.legrand@univ-nancy2.fr

By this author

Ingrid Voléry

Université de Lorraine, Laboratoire « 2L2S », MSH Lorraine, Nancy, France - Ingrid.Volery@univ-nancy2.fr

By this author

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search