Navigation – Plan du site
Genre et vieillissement

Vieillir après la retraite, une expérience genrée

Les apports d’une recherche sur le veuvage
Growing Old After Retirement, a Gender-linked Experience. Contribution of a Study on Widowhood
Vincent Caradec

Résumés

Cet article traite de – et invite à – la prise en compte, par la sociologie de la vieillesse, de la question du genre. Cherchant, dans un premier temps, à déterminer quelle place les travaux sociologiques ont accordée aux femmes âgées, il distingue trois grandes postures : l’occultation de la vieillesse féminine, la focalisation sur les vieillesses des femmes et la comparaison entre vieillesses féminine et masculine. Dans un second temps, il présente quelques résultats d’une recherche sur l’expérience du veuvage, en abordant trois aspects permettant de souligner le caractère genré de cette expérience : la réorganisation des activités ; les transformations de la sociabilité ; la réaction émotionnelle au décès du conjoint.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le comité de recherche 6 de l’AISLF, « Parcours de vie et vieillissement » a été initié en 1992 par (...)

1Si la sociologie s’est longtemps montré réticence à l’égard de l’âge (Bourdieu, 1984), des champs spécialisés dans l’étude des âges de la vie sont cependant apparus, au cours des quarante dernières années, dans l’espace francophone. Un peu plus tardivement que dans le monde anglophone, on a assisté au développement de travaux sociologiques sur la jeunesse (Galland, 2011), puis à la naissance d’un champ de recherches autour de la vieillesse 1 (Caradec, 2012). Celui-ci s’est organisé autour de trois grands chantiers : l’exploration de la construction sociale de la vieillesse, qui a notamment mis en évidence le rôle joué par les politiques sociales dans la « police des âges » ; l’étude du groupe d’âge des personnes âgées, qui a permis de décrire de manière minutieuse les modes de vie de la population âgée, de rendre compte de leur diversité, ou encore de s’interroger sur ses capacités de mobilisation ; l’analyse du processus de vieillissement individuel et de la manière dont se transforme le rapport à soi et au monde au cours de l’avancée en âge.

2Ce champ de recherches, qui est resté relativement cloisonné, se trouve aujourd’hui mis au défi de réfléchir à une double ouverture : d’une part, vers les autres âges de la vie ; d’autre part, sur les questions de genre. Le défi de l’ouverture vers les autres âges de la vie tient aux transformations sociétales. Le développement des recherches sociologiques sur la vieillesse a été, en effet, en phase avec une société marquée par une forte « institutionnalisation du cours de vie » (Kohli, 1986). Dans ce type de société, l’âge chronologique joue un rôle majeur dans la régulation des existences individuelles et la vie se trouve découpée en trois étapes nettement distinctes : la jeunesse, prise en charge par le système scolaire ; l’âge adulte, voué au travail ; la vieillesse, prise en charge par le système de retraites. C’est ce découpage qu’a reflété la structuration en domaines d’études spécialisés des recherches sociologiques sur l’âge : la jeunesse et la vieillesse ont donné lieu, l’une et l’autre, à la création d’un champ de recherches autonome tandis que l’âge adulte s’est trouvé appréhendé à travers l’étude de l’activité principale assignée à cette phase de l’existence – le travail. Or, ce mode de régulation des existences individuelles par l’âge apparaît aujourd’hui en pleine transformation : le recours au critère d’âge tend à devenir moins légitime, comme en témoigne le mouvement de lutte contre la discrimination par l’âge (Caradec, Poli & Lefrançois, 2009) ; la partition de l’existence en trois périodes spécialisées dans des activités sociales différentes est remise en cause (que l’on songe aux possibilités croissantes de cumul entre une pension de retraite et un emploi) ; les trajectoires individuelles se font plus complexes. Le mouvement d’institutionnalisation du cours de vie qui a marqué la première modernité tend ainsi à céder la place à une certaine désinstitutionnalisation du parcours de vie (Kohli, 1989 ; Guillemard, 2010). Une telle transformation amène à s’interroger sur la manière d’appréhender sociologiquement les âges de la vie. Plus précisément, elle invite à aller vers un décloisonnement des sociologies spécialisées des âges. Sans nier l’intérêt de poursuivre les travaux portant sur la population âgée, il faut plaider pour le développement de recherches qui passent outre les frontières traditionnelles entre les âges et qui embrassent l’ensemble du parcours de vie, questionnent les rapports entre les âges, ou mettent en regard des expériences vécues à différents moments de l’existence (Chamahian & Lefrançois, 2012).

  • 2 Signalons cependant le numéro de la revue Pénélope, coordonné par Françoise Cribier et consacré aux (...)
  • 3 On peut fournir une autre illustration de ce faible intérêt des études féministes pour la vieilless (...)
  • 4 On trouve cependant celui de « retraites », qui renvoie à un chapitre intitulé « Genre et travail »

3Parallèlement à ce premier décloisonnement, la sociologie de la vieillesse se trouve conviée à une autre ouverture, sur les questions de genre. C’est de cette seconde ouverture dont nous voulons discuter plus longuement ici. Son actualité est la conséquence de la faible interpénétration – et même de la longue ignorance – entre les recherches sociologiques sur la vieillesse et les études sur le genre. D’un côté, les chercheur(e)s spécialisé(e)s dans les études sur le genre se sont très peu intéressé(e)s à la vieillesse 2, malgré l’ouvrage que Simone de Beauvoir lui a consacré (1970). Leur attention s’est portée bien davantage sur le travail des femmes et la difficile conciliation entre vie familiale et vie professionnelle, ce qui les a amené(e)s à privilégier les femmes « actives » au détriment des femmes âgées (Attias-Donfut, 2001 ; Membrado, 2010). Faut-il y voir un effet de l’âge des chercheur(e)s et de leurs préoccupations personnelles ? Un désintérêt qui reflète le statut dévalorisé de la vieillesse dans nos sociétés ? Ou, plus profondément, comme le suggère Stephen Katz à la suite de Kathleen Woodward, une réticence des féministes, dont le crédo est que l’« anatomie n’est pas un destin », à s’aventurer dans l’étude d’une période de l’existence au cours de laquelle les facteurs physiologiques paraissent particulièrement prégnants (Katz 2002, p. 108 ; Woodward 1991) ? Quoi qu’il en soit, il n’est guère surprenant que, dans un état des savoirs sur Femmes, genres et sociétés (Maruani, 2005), un seul article concerne les femmes âgées, et qu’il soit consacré aux pensions de retraite (Bonnet, 2005) 3, ou encore que, dans un manuel sur les gender studies, on ne trouve pas, dans l’index, les termes « vieillesse » et « vieillissement » 4 (Bereni, Chauvin, Jaunait & Revillard, 2008). D’un autre côté, les sociologues de la vieillesse ont, le plus souvent, laissé la question du genre au second plan. Comme nous allons le voir, une évolution est cependant perceptible au cours des dernières années : l’heure semble donc venue d’un rapprochement. Cet article voudrait y contribuer, à travers un propos en deux temps. Dans un premier temps, il cherchera à préciser de quelle manière les femmes âgées ont été appréhendées dans les travaux sociologiques sur la vieillesse, de façon à distinguer plusieurs postures analytiques. Dans un second temps, il présentera quelques résultats d’une recherche sur l’expérience du veuvage, en s’interrogeant sur le caractère genré de cette expérience.

Les femmes âgées dans l’analyse sociologique entre occultation, focalisation et comparaison

4Nous voudrions apporter ici quelques éléments de réponse à la question de savoir quelle place les recherches sociologiques sur la vieillesse ont accordée aux femmes âgées. L’étude des travaux francophones, complétée par quelques incursions dans la littérature anglo-saxonne, amène à distinguer trois grandes postures : l’occultation de la vieillesse féminine, la focalisation sur la vieillesse des femmes et, enfin, la comparaison entre vieillesses féminine et masculine.

L’occultation de la vieillesse des femmes

5La posture d’occultation de la vieillesse féminine a longtemps été dominante. Dans un texte de synthèse qu’elle a consacré, il y a une dizaine d’années, aux « différenciations sexuelles dans le processus de vieillissement », Claudine Attias-Donfut évoque ainsi une « étonnante invisibilité du vieillissement féminin » dans les travaux sociologiques (Attias-Donfut, 2001). Dans une synthèse plus récente accordant une large place aux recherches publiées en Amérique du Nord, les auteures notent également la longue « invisibilité des femmes aînées » dans les recherches en sciences sociales jusqu’à la fin des années 1980 (Charpentier, Quéniart & Lebreton, 2012). On peut considérer que cette occultation a pris deux formes différentes : la priorité donnée, dans un certain nombre de travaux, aux hommes âgés ; la neutralisation du genre.

6D’une part, aux commencements de la sociologie de la vieillesse, l’intérêt porté à la retraite a conduit à focaliser l’attention sur les hommes. L’idée demeurait que le travail était central dans l’identité masculine et de moindre importance pour les femmes, y compris lorsqu’elles exerçaient une activité professionnelle et donc que la retraite ne pouvait constituer un problème pour elles. Par ailleurs, dans les générations arrivant alors à la retraite, davantage d’hommes que de femmes avaient eu une carrière complète. C’est ainsi que, dans La Retraite : une mort sociale, l’ouvrage fondateur des travaux sociologiques sur la vieillesse en France, qui s’appuie sur les résultats d’une enquête réalisée à la fin des années 1960, Anne-Marie Guillemard indique qu’« étant donné que nous avions moins de chances que soit attestée chez les femmes une situation classique de retraite propre à notre analyse théorique (c’est-à-dire une situation de non-travail faisant suite à une longue période d’activité), nous avons suréchantillonné les hommes dans la proportion de trois pour une » (Guillemard 1972, p. 55).

  • 5 Cette posture n’est pas propre à la sociologie. Stephen Katz a ainsi montré que, dans les Leçons su (...)

7Parallèlement, d’autres recherches sur la vieillesse ont adopté une posture que l’on peut qualifier de neutralisation ou de mise en suspension du genre 5. C’est le cas, en particulier, des analyses qui portent sur les « retraités », les « personnes âgées » ou encore les « seniors », appréhendés de manière générique, sans différenciation entre hommes et femmes. Une variante de cette posture consiste à mettre l’accent sur ce qu’il y a de commun entre hommes et femmes âgés avant d’envisager, dans une seconde étape – mais dans une seconde étape seulement – une interrogation sur les différences de genre. C’est, par exemple, la posture adoptée par les sociologues français qui ont théorisé le concept de déprise, d’abord présenté de manière générique avant d’être décliné selon le genre dans un deuxième temps de l’analyse ou en conclusion du propos (Barthe, Clément & Drulhe, 1988 ; Caradec, 2004).

La focalisation sur les vieillesses féminines

8À l’inverse de l’occultation, une deuxième posture analytique fait le choix de privilégier les vieillesses féminines. Cette posture de focalisation sur les femmes âgées a eu pour ambition d’étudier certaines réalités qui les concernent davantage que les hommes âgés, ou autrement qu’eux et aussi parfois, en adoptant une posture plus militante, de rendre visibles leurs engagements familiaux et sociaux.

  • 6 Dans l’espace francophone, les travaux sociologiques sur le veuvage dans la vieillesse sont restés (...)

9Tout un ensemble de recherches ont ainsi porté sur des phénomènes qui sont propres aux femmes âgées, ou qui sont plutôt féminins ou qui, du moins, sont perçus comme tels. C’est le cas notamment pour le veuvage. Nombre de travaux ont été consacrés aux veuves, à commencer par le travail pionnier réalisé, aux Etats-Unis, par Helena Lopata (Lopata, 1973, 1996). Comme le note Anne Martin-Matthews, à la fin des années 1990, dans une revue des recherches anglo-saxonnes sur la question 6, « ce que l’on sait sur le veuvage dans la vieillesse porte en fait sur les expériences féminines du veuvage » (Martin-Matthews 1999, p. 41). On peut citer également les travaux sur le départ des enfants, qui ont principalement interrogé leurs conséquences pour les mères (Maunaye, 1997). De même, la grand-parentalité ou l’aide aux parents âgés ont pu être appréhendées exclusivement du côté des femmes, donnant alors à voir la diversité des manières d’être grand-mère (Le Borgne-Uguen, 1999) ou les différentes dynamiques identitaires à travers lesquelles des filles s’engagent dans l’accompagnement de leur père ou de leur mère âgé (Pennec, 2002).

10L’une des motivations de ces travaux focalisant sur les femmes âgées a été le souci de rendre visible ce qui ne l’était pas suffisamment, notamment le fait que certaines pratiques, comme la garde des petits-enfants (Attias-Donfut, 2009) ou le soutien apporté aux parents âgés, sont majoritairement féminines. Ces recherches n’ont d’ailleurs pas manqué de contester les catégorisations génériques (comme celle d’« aidant familial », de « grand-parent » ou de « solidarités familiales ») qui tendent à masquer l’investissement particulièrement important des femmes. Parallèlement, d’autres recherches ont voulu montrer que certaines réalités ne sont pas spécifiquement masculines. On peut citer ici les travaux qui se sont centrés sur la cessation d’activité des femmes, en contestant l’idée selon laquelle la retraite ne leur poserait pas de problème car les activités ménagères constitueraient pour elles un « refuge naturel » ou une « planche de salut ». Maximiliane Szinovacz (1982, 1983) a soutenu, au contraire, que les femmes qui se sont engagées dans une activité professionnelle pour échapper au rôle de femme au foyer trouvent difficilement dans les tâches domestiques un substitut satisfaisant. Un autre exemple, plus récent, concerne les travaux sur l’engagement citoyen des femmes âgées. Ceux de Michèle Charpentier partent ainsi du constat – et du regret – que « les femmes âgées constituent encore aujourd’hui un groupe social sous-représenté et trop souvent négligé dans les écrits et la littérature scientifique » et, face à une telle situation, se proposent de « donner la parole à des militantes "aux cheveux blancs" » (Charpentier, 2007).

11Parallèlement à la mise en visibilité de certaines modalités de l’expérience féminine de l’avancée en âge, plusieurs travaux ont cherché à déconstruire – et à dénoncer – la situation faite aux femmes âgées, notamment en mettant au jour les représentations normatives et dépréciatives du corps féminin vieillissant. Dans la sociologie francophone, c’est plus particulièrement la ménopause qui a retenu l’attention (Delanoë, 2001 ; Kérisit & Pennec, 2002 ; Vinel, 2004 ; Thoer-Fabre, 2005). Les recherches qui lui ont été consacrées ont notamment montré comment elle a été érigée en marqueur du vieillissement des femmes, censé les faire basculer dans un au-delà de la féminité. Elles ont également établi comment elle a fait l’objet d’un encadrement médical et souligné le décalage existant entre les discours médicaux sur la ménopause et l’expérience qu’en ont les femmes, souvent bien plus sereine.

  • 7 Dans une revue de la littérature réalisée dix ans après celle que nous avons citée plus haut, Anne (...)

12La posture de focalisation sur les femmes âgées fait désormais l’objet de deux critiques qui dénoncent ses points aveugles. La première remet en question la pertinence d’une catégorie aussi générale et aussi homogénéisante que celle de « vieillesse féminine », employée au singulier. Puisant son inspiration dans l’approche intersectionnelle, elle invite, en quelque sorte, à approfondir la posture de focalisation en travaillant sur des femmes âgées appartenant à différentes « minorités », définies à partir d’un critère social, ethnique ou d’orientation sexuelle et à ouvrir ainsi le spectre de la diversité des vieillesses féminines (Charpentier, Quéniart & Lebreton, 2012). La seconde critique souligne, quant à elle, qu’une trop forte focalisation sur les femmes âgées conduit à occulter certaines réalités des vieillesses masculines. Elle invite donc à développer les travaux sur les hommes âgés qui, sur bien des sujets, ont eux aussi été négligés (Arber, Davidson & Ginn, 2003). Sur ce point, la situation est en train de changer puisqu’on voit apparaître, tant dans la littérature sociologique anglophone que francophone, des recherches portant sur les hommes – fils ou conjoints – qui prennent soin d’un proche âgé (Calasanti, 2003 ; Pennec, 2009) ou encore sur les veufs 7 (Sol, 1996 ; Van den Hoonaard, 2010).

La comparaison entre femmes et hommes âgés

13La troisième posture, enfin, fait le choix de la comparaison entre vieillesses féminine et masculine. Lorsque cette comparaison est au cœur du processus de recherche, les analyses explorent deux grandes pistes (Attias-Donfut, 2001) : d’une part, celle des inégalités entre hommes et femmes au cours de la vieillesse et, d’autre part, celle des différences entre hommes et femmes âgés. La première, nous allons le voir, ouvre sur le constat d’un paradoxe, la seconde conduit à une interrogation sur la spécificité des vieillesses féminine et masculine.

  • 8 Un roman de Maupassant, Fort comme la mort, met particulièrement bien en scène ces stéréotypes. On (...)

14La piste des inégalités, tout d’abord, amène à souligner la double infériorité des femmes, sur le plan économique, d’une part, sur le plan symbolique, d’autre part. Leur infériorité économique se lit dans les écarts de revenus entre hommes et femmes âgés : en France, les pensions de retraite des femmes sont de 40% moins élevées que celles des hommes (en tenant compte des pensions de réversion) et cette infériorité économique est encore plus marquée pour les femmes veuves. Quant à leur infériorité symbolique, elle tient à la plus forte stigmatisation des femmes âgées. Celle-ci trouve son origine dans la dépréciation des corps féminins vieillissants que nous avons évoquée précédemment et qui n’a pas son pendant du côté masculin : si les femmes vieillissent, les hommes eux « mûrissent ». Il s’agit là de ce que les travaux anglo-saxons dénomment le « double standard du vieillissement » (Hurd Clarke & Korotchenko, 2011). Pour le dire autrement, « alors que les rides ne contredisent pas l’idéal viril (« le beau vieillard »), elles condamnent celles qui se réfèrent aux stéréotypes de fraîcheur et de jeunesse de la beauté féminine » (Duret & Roussel 2003, p. 85) 8. Ces inégalités ne sont pas à sens unique, cependant. En effet, dans les pays occidentaux, les femmes vivent plus longtemps que les hommes, même si les écarts d’espérance de vie tendent un peu à se réduire depuis une trentaine d’années (Meslé, 2004) et si, par ailleurs, à âge égal, les femmes souffrent plus souvent d’incapacités que les hommes (Cambois, Désesquelles & Ravaud, 2003). D’où l’idée, formulée par plusieurs auteurs d’un « paradoxe » de la vieillesse des femmes, en ce sens que « les désavantages (massifs) des femmes [sont] étroitement associés à des atouts » (Attias-Donfut, 2001, p. 200 ; Aïach, 2001). Les femmes âgées ont certes un statut dévalorisé, mais elles vivent plus longtemps. Au point que la grande vieillesse est majoritairement féminine : en France, en 2011, parmi les plus de 90 ans, on compte trois femmes pour un homme (source : Ined).

  • 9 En France, en 1999, 77% des hommes de 60 ans et plus vivaient en couple contre seulement 47% des fe (...)

15Si l’on suit maintenant la piste des différences, on est amené à formuler plusieurs constats. On peut souligner, tout d’abord, la différence qui existe dans les situations conjugales et domestiques : les hommes vieillissent plus souvent en couple, les femmes plus souvent seules. Cette différence est certes en léger recul : avec l’augmentation du divorce, la proportion des hommes âgés vivant en couple diminue légèrement alors que la proportion des femmes âgées vivant en couple augmente du fait du recul de l’âge au veuvage (Delbès & Gaymu, 2003a). Mais elle n’en demeure pas moins nette 9. On peut noter ensuite une différence dans les activités, les femmes âgées étant au cœur des relations et des solidarités familiales, alors que les hommes âgés sont davantage tournés vers des activités sportives, le bricolage, le jardinage ou encore la participation associative (Delbès & Gaymu, 2003b ; Lalive d’Épinay et alii, 2000). Enfin, certains auteurs soulignent qu’il existe une différence dans la manière dont hommes et femmes font face aux changements qui adviennent dans la vieillesse, les femmes âgées ayant, bien plus que les hommes, développé une « capacité d’adaptation » et une « virtuosité relationnelle » (Stevens, 1995). Cette différence trouve sa source dans la manière dont se sont construites les identités sexuées dans les générations aujourd’hui à la retraite, identité davantage tournée vers autrui pour les femmes, plutôt orientée vers le « faire » pour les hommes. On peut d’ailleurs se demander si l’idéal masculin de virilité ne constitue pas un handicap face aux difficultés de la vieillesse : les hommes centenaires apparaissent comme « des chênes qui résistent puis se rompent » alors que les femmes s’adaptent plus en douceur, tels « des roseaux qui plient mais ne cassent pas » (Balard, 2010). Il est à noter que ces éléments vont à l’encontre de la thèse, inspirée de Karl Gustav Jung et avancée par certains psychologues (Gutmann, 1987 ; Silver, 2002), d’une atténuation des différences de genre dans la vieillesse et du développement d’une structure de la personnalité plus androgyne qui s’expliquerait par « le nivellement du différentiel de pouvoir entre hommes et femmes âgés, ainsi que (par) l’affaiblissement des exigences traditionnelles en matière de genre dans la vie quotidienne » (Silver, 2002, p. 195).

Hommes et femmes face au veuvage

  • 10 Cette interrogation s’inscrit dans le cadre d’une réflexion plus large sur le vieillissement dont l (...)

16Des trois postures précédentes, c’est la dernière que nous ferons nôtre dans la seconde partie de cet article, qui se propose d’interroger la manière dont les hommes et les femmes âgés vivent l’épreuve du veuvage 10. Cette épreuve paraît a priori particulièrement difficile à surmonter. En effet, au-delà de la douleur de la perte d’un être cher, la vie quotidienne se trouve profondément déstructurée par la disparition de celui qui, dans la société contemporaine, peut être considéré comme l’« autrui par excellence » (Berger & Kellner, 1988 ; de Singly, 2000, 2006). Même s’il convient de ne pas négliger les différences dans les modes de fonctionnement conjugaux, plus ou moins favorables à l’autonomie de chacun (Kellerhals, Widmer & Lévy, 2004 ; Caradec, 1996a), le conjoint est, au cours des années de retraite, le partenaire privilégié de nombreuses activités (sorties, loisirs, vacances, tâches domestiques), qu’il en soit le compagnon direct ou celui qui, par sa présence, contribue à leur donner sens.

  • 11 Ce corpus d’entretiens, constitué à la fin des années 1990, a déjà fait l’objet d’analyses antérieu (...)

17Pour conduire cette interrogation sur le caractère genré de l’épreuve du veuvage, nous nous appuierons sur un corpus composé d’une cinquantaine d’entretiens semi-directifs, réalisés pour moitié avec des veufs et pour moitié avec des veuves, appartenant à des milieux sociaux variés, plus ou moins âgés (entre 60 et 90 ans) et qui avaient perdu leur conjoint depuis quelques années (entre 2 et 8 ans) 11. Lorsqu’on analyse ce corpus en portant une attention particulière aux différences entre hommes et femmes, trois aspects de l’expérience du veuvage émergent plus particulièrement : tout d’abord, les différences dans la réorganisation des activités ; puis, les différences dans la sociabilité ; enfin, les différences dans la gestion des souvenirs.

Les différences dans la réorganisation des activités

18Après le décès du conjoint, la réorganisation du quotidien constitue un enjeu important, le survivant devant trouver que faire de ses journées déstructurées par la disparition de son partenaire. Dans quelle mesure et de quelle manière cette réorganisation est-elle genrée ? En se fondant à la fois sur les résultats d’enquêtes quantitatives et sur le corpus d’entretiens semi-directifs que nous avons recueilli, il est possible de faire, à cette question, une réponse en deux temps. Premièrement, les données quantitatives montrent que le repli sur l’espace domestique est beaucoup plus fréquent chez les veuves que chez les veufs, ce que Christiane Delbès et Joëlle Gaymu résument ainsi : « culture des loisirs comme dérivatif à la solitude du côté masculin, recentrage sur l’univers domestique du côté féminin » (2002, p. 895). Cette plus grande ouverture des hommes sur l’extérieur s’accompagne de stratégies qui leur permettent de n’augmenter qu’assez modérément leur charge domestique : recours aux produits alimentaires transformés, délégation de certaines tâches aux enfants ou à des professionnels, baisse des exigences dans les domaines ménager ou culinaire (Cardon, 2009). Deuxièmement, cette différence d’ensemble entre hommes et femmes ne doit pas masquer la grande diversité qui existe tant du côté masculin que du côté féminin et que donne bien à voir l’enquête qualitative : chez les femmes comme chez les hommes, il y a parfois repli sur soi et sur l’espace domestique, parfois ouverture sur autrui et sur l’extérieur ; alors qu’on observe, pour certain(e)s, une réduction des activités, on constate à l’inverse, chez d’autres, le développement de centres d’intérêt nouveaux. Pour rendre compte à la fois de ces différences et de cette diversité, une piste fructueuse consiste à examiner les ressources différentielles dont disposent, en moyenne, les hommes et les femmes âgés, tout en se souvenant que ces ressources sont également diverses parmi les hommes, d’une part et parmi les femmes, d’autre part.

19Le premier type de ressources à considérer est l’âge et l’état de santé au moment du veuvage. Comme l’a souligné Christian Lalive d’Épinay, les réactions au veuvage dépendent de la position dans la trajectoire de vie au moment du décès. On ne vit pas l’épreuve du veuvage de la même manière selon qu’elle se produit au début de la retraite ou lorsque les conjoints se trouvent en phase d’« autonomie menacée » et se soutiennent mutuellement (Lalive d’Épinay, 1996). De ce point de vue, le fait que l’âge moyen du veuvage soit plus élevé pour les hommes joue plutôt en leur défaveur, mais avec, là encore, une grande diversité de situations.

20Un deuxième type de ressources tient aux engagements personnels antérieurs. Ceux-ci constituent, en effet, autant d’opportunités pour se réinvestir et, au-delà, pour donner sens à son existence. Sur ce point, il faut se souvenir des différences entre engagements masculins et féminins après la retraite que nous avons évoquées plus haut : les hommes âgés pratiquent plus souvent des activités sportives (Burlot & Lefebvre, 2009 ; Henaff-Pineau, 2009), sont un peu plus engagés dans des activités bénévoles et ont beaucoup plus fréquemment des responsabilités associatives (Lalive d’Épinay et al., 2000 ; Tabariès & Tchernonog, 2004) alors que les femmes se consacrent davantage à la famille, intervenant plus que les hommes dans la garde des petits-enfants et le soin aux parents âgés. Or, on peut faire l’hypothèse que l’investissement féminin dans la famille, s’il peut certes aider à surmonter le veuvage, présente une plus grande fragilité temporelle : les parents âgés viennent à décéder et, lorsque les petits-enfants grandissent, les grands-mères se trouvent moins sollicitées et, dans certains cas, font même l’amer constat de l’éloignement affectif des petits-enfants dont elles s’étaient occupés dans leur jeune âge (Hummel & Perrenoud, 2009). À l’inverse, on peut soutenir que l’engagement dans des activités sportives ou associatives est soumis à une moindre fragilité temporelle, du moins tant que des problèmes de santé ne viennent pas le compromettre (Lalive d’Épinay & Spini, 2008).

21Cette fragilité des engagements féminins est renforcée par le fait que deux autres ressources se trouvent inégalement réparties entre les genres : d’une part, les revenus qui, nous l’avons rappelé plus haut, baissent fortement au moment du veuvage pour les femmes qui n’ont pas exercé d’activité professionnelle ; d’autre part – et c’est un point à ne pas négliger pour comprendre l’engagement différencié des hommes et des femmes dans des activités extérieures après le veuvage – la maîtrise de la conduite automobile. Le fait de ne pas conduire constitue, en effet, un frein important aux sorties lorsqu’on ne peut accéder facilement aux transports en commun. Dans notre corpus, plusieurs femmes ne conduisaient pas, soit parce qu’elles n’avaient pas le permis de conduire, soit parce qu’elles l’avaient obtenu autrefois mais n’avaient pas conduit pendant leur vie conjugale. On y trouve certes quelques veuves qui ont passé leur permis ou qui ont repris des leçons de conduite, mais beaucoup se trouvent limitées dans leurs sorties et activités extérieures et dépendantes d’autrui. Citons, à titre d’illustration, une femme de 65 ans (ancienne commerçante, veuve depuis 3 ans, mari commerçant) qui déclarait : « Je n’ai pas mon permis alors il faut toujours être à la merci de tout le monde. Et c’est une chose que je n’aime pas. J’aime mieux aller à pied que de demander ».

  • 12 Ce « veuvage libération » est plus particulièrement présent dans certains milieux sociaux : chez le (...)
  • 13 Ce renouveau identitaire après le veuvage trouve sa traduction cinématographique dans le film de Re (...)

22Un autre type de ressources est ce qu’on peut appeler les « ressources en creux » (Caradec, 2004, ch. 2), c’est-à-dire les potentialités de soi qui n’ont pu être pleinement réalisées par le passé ou qui sont demeurées à l’état latent et que le nouveau contexte de vie peut en quelque sorte « révéler ». Ces potentialités de soi demeurées enfouies ou inexploitées pendant la vie conjugale peuvent concerner les hommes aussi bien que les femmes. Dans notre corpus, on trouve ainsi le cas, exceptionnel mais qui illustre bien le phénomène de « révélation de soi », d’un homme qui est devenu prêtre après son veuvage. Les femmes, cependant, ont souvent fait, au cours de leur vie conjugale, plus de sacrifices que les hommes. Aussi sont-elles plus enclines à vivre ce que Christian Lalive d’Épinay avait appelé le « veuvage libération » (Lalive d’Epinay, 1985) 12. C’est le cas notamment lorsque le mari a imposé à son épouse sa conception « fusionnelle » des activités, l’entraînant dans des sorties pour elle peu épanouissantes ou faisant en sorte qu’elle reste avec lui à la maison ; ou lorsque l’épouse a sacrifié ses propres goûts par souci d’harmonie conjugale, ou son temps et son énergie pour s’occuper de son conjoint malade. Après le décès du conjoint, les désirs individuels qui couvaient sous le carcan conjugal peuvent resurgir et trouver à s’épanouir. Se fait jour alors un sentiment d’indépendance, de liberté retrouvée, parfois même de « délivrance » qu’exprime, par exemple, cette femme de 69 ans, veuve depuis deux ans (femme au foyer, mari ouvrier) : « J’ai… une plus grande indépendance, oui, parce qu’avant je le laissais faire tout ce qu’il voulait et maintenant, c’est moi qui décide, j’ai plus d’indépendance ». Ce phénomène d’effacement de ses goûts personnels pendant la vie conjugale, suivi de leur réapparition après le décès du conjoint, peut se manifester de manière spectaculaire comme dans l’autobiographie d’Émilie Carles qui raconte comment, après le décès de son mari, elle a été amenée à développer un pan de sa personnalité laissé dans l’ombre par la vie conjugale : « Ma vie est devenue une autre vie […]. Curieusement, pendant les trente années de notre vie commune, une partie de moi était restée dans l’ombre […] je n’en ai jamais souffert ni eu de regrets, au contraire, mon bonheur fut justement cette communion. Carles disparu, je n’en fus que plus forte et plus décidée » (Carles, 1977) 13. Le plus souvent, cependant, la « libération conjugale » se traduit seulement par quelques inflexions dans les activités : pouvoir regarder désormais le genre de films que l’on apprécie (Caradec, 2003), manger ce que l’on aime (Cardon, 2009), partir en voyage là où on en a envie (Caradec, Petite & Vannienwenhove, 2007).

23Enfin, une dernière ressource tient aux relations sociales développées après le veuvage, auxquelles nous allons maintenant nous intéresser.

Les différences dans la sociabilité : les hommes veufs et leurs nouvelles compagnes, les femmes veuves et leurs amies

24En ce qui concerne la sociabilité des veufs et des veuves, notre corpus invite à faire le constat d’évolutions contrastées.

  • 14 D’après l’enquête « Étude de l’histoire familiale » de l’Ined (1999), dont l’ouvrage Histoires de f (...)

25D’un côté, la propension des veufs à renouer avec une nouvelle vie conjugale est remarquable. Ainsi, dans notre enquête qualitative, sur les 25 veufs rencontrés, six ont une nouvelle compagne, alors que sur les 25 veuves de notre corpus, deux seulement ont un nouveau compagnon. Et cette différence se retrouve dans d’autres enquêtes (Sol, 1992, 1996 ; Stevens, 1995 ; Davidson, 2002 ; Delbès & Gaymu, 2005 14). Parallèlement, cette propension s’exprime dans les propos tenus lors des entretiens : dans leur grande majorité, les hommes, même très âgés, n’excluent pas de revivre en couple, voire le souhaitent, alors que la plupart des femmes écartent une pareille éventualité. On peut rendre compte de cette différence d’attitude par rapport à la recomposition conjugale en avançant une double explication. D’une part, il faut rappeler le déséquilibre, à cet âge de la vie, entre les sexes – les femmes sans conjoint sont beaucoup plus nombreuses que les hommes seuls, accentué par le fait que les hommes, lorsqu’ils forment un nouveau couple, tendent à le faire avec une femme plus jeune qu’eux. D’autre part, il semble que les hommes sont plus dépendants de la vie conjugale que les femmes. C’est ce qui est dit dans les entretiens, à la fois par des hommes et par des femmes : il y a consensus pour penser que les hommes ont plus de mal à vivre seuls – ce qui explique aussi la plus forte mobilisation familiale dont bénéficient les veufs. Les veuves, à l’inverse, sont plus réticentes à la perspective de devoir s’occuper d’un nouveau conjoint et davantage soucieuses de préserver l’indépendance qu’elles ont acquises (Davidson, 2002). C’est cette même réticence qui explique que certaines femmes qui ont rencontré un nouveau conjoint préfèrent conserver leur propre logement et organiser leur nouvelle vie conjugale sur un mode « intermittent » (Caradec, 1996b). Des auteurs comme Toni Antonucci et Hiroko Akiyama (1987) ont d’ailleurs souligné, à partir d’une comparaison du réseau de sociabilité des hommes et des femmes, le caractère plus central et exclusif de la relation conjugale pour les hommes : les hommes comptent essentiellement sur le soutien de leur épouse, alors que les femmes reçoivent des soutiens plus diversifiés et semblent donc moins dépendantes de la relation conjugale.

26Si les veufs marquent une préférence pour la recomposition conjugale, les veuves entretiennent plus fréquemment des relations amicales avec d’autres femmes. Celles-ci se manifestent, par exemple, à travers le soutien que des amies ou des voisines, parfois veuves elles-mêmes, apportent à celle qui vient de perdre son mari, en lui rendant visite ou en l’invitant à manger. Parallèlement, l’envie de voyager – et la difficulté à partir seul – suscitent la constitution de dyades d’« amies de voyage » qui partent ensemble en vacances (Caradec, Petite & Vannienwenhove, 2007). Ces observations font écho aux résultats d’une recherche réalisée dans le sud du Pays de Galles, qui montre que, dans un contexte où les veuves âgées sont nombreuses, elles développent, après quelques mois de veuvage, des activités dans des clubs, des associations ou avec des amies et vivent de manière positive cette liberté nouvelle, alors que les veufs n’expriment aucun sentiment de libération et aspirent à trouver une nouvelle compagne (Pickard, 1994).

Les différences dans la réaction émotionnelle au décès du conjoint

27Enfin, pour terminer, nous voudrions faire état d’un constat empirique qui, bien que reposant sur un nombre limité de cas, mérite néanmoins d’être signalé. Cette observation concerne la réaction émotionnelle au décès du conjoint. En effet, dans notre corpus, quelques personnes – et ce sont toujours des veufs, jamais des veuves – ont réagi violemment au décès de leur épouse, en mettant brutalement à distance les objets conducteurs du souvenir. C’est le cas d’un homme (ancien technicien, 69 ans, veuf depuis deux ans ; épouse femme au foyer) qui a quitté l’appartement qu’il louait avec son épouse pour « la bannir de (s)a tête » et d’un autre (ancien traducteur, 69 ans, veuf depuis deux ans ; épouse femme au foyer), qui a vécu le décès de son épouse comme une « trahison » et a cassé les objets qui lui appartenaient car, explique-t-il aujourd’hui, « dans chaque objet, je voyais ma femme ». Le constat est d’autant plus frappant que la grande majorité des personnes rencontrées ne sont parvenues à mettre à distance les objets évoquant le conjoint qu’au terme d’un long processus (Caradec, 2001). Notons que la violence de la réaction de ces hommes ne leur a guère réussi : le premier a fait une tentative de suicide ; le second a suivi des « séances de psychiatrie » et il se déclare aujourd’hui « heureux » d’avoir, au cours de sa folie destructrice, négligé « par inadvertance » de jeter les photos qu’il aime aujourd’hui regarder. Ils ont ainsi pu mesurer qu’une mise à distance aussi brutale et radicale des objets n’était pas suffisante pour mettre fin à leurs souffrances.

  • 15 Pour les décès survenus entre 1989 et 1991, on note que, l’année qui suit le veuvage, la mortalité (...)
  • 16 En 2006, en France, on comptait 4,5 fois plus de suicides masculins que féminins chez les 75-84 ans (...)

28Sans vouloir développer plus avant, notre base empirique se limitant à quelques exemples, on peut rapprocher cette observation du phénomène de surmortalité des veufs par rapport aux veuves 15 et du différentiel de suicide entre hommes et femmes, particulièrement élevé dans la population âgée 16. On a ainsi le sentiment que certains hommes échouent à gérer, sur le plan émotionnel, la disparition de leur épouse, qu’ils ne parviennent pas à trouver en eux les ressources qui leur permettraient de surmonter l’extrême douleur dans laquelle ils se trouvent.

Conclusion

  • 17 Cf. aussi le site du Centre for Research on Ageing and Gender (CRAG), University of Surrey.

29Après les avoir longtemps négligées, la sociologie de la vieillesse francophone doit désormais s’ouvrir aux questions de genre, comme l’a fait, au cours des quinze dernières années la sociologie anglo-saxonne (Arber & Ginn, 1995 ; Arber, Davidson & Ginn, 2003) 17. Pour le dire autrement, il lui faut prendre au sérieux le fait que les individus vieillissants ont non seulement un âge et une appartenance sociale, mais aussi un genre. La sociologie francophone de la vieillesse ne part cependant pas de zéro en ce domaine grâce à quelques pionnier(e)s qui se sont intéressé(e)s au vieillissement des femmes et en ont éclairé différents aspects, grâce aussi à des recherches qui, sans mettre au cœur de leur approche la question du genre, ont produit un ensemble de résultats sur les pratiques masculines et féminines au cours des années de retraite. L’enjeu, désormais, est de prendre en compte de manière plus explicite et systématique la question du genre dans les travaux sur la vieillesse et de développer plus avant des recherches qui choisissent soit de se focaliser sur une partie de la population âgée définie à partir du critère de genre, éventuellement croisé avec un autre critère dans une perspective intersectionnelle (Charpentier, Quéniart & Lebreton, 2012), soit de mettre en regard vieillesse masculine et vieillesse féminine, tant du point de vue des représentations sociétales que des expériences vécues. C’est ainsi que l’on avancera dans la connaissance des inégalités entre les hommes et les femmes âgés et de la manière dont ces inégalités évoluent, et dans l’étude des différences entre vieillissement masculin et féminin. C’est ainsi également que l’on pourra mieux appréhender les décalages qui peuvent exister entre représentations et expériences de l’avancée en âge, comme c’est le cas, nous l’avons vu, pour la ménopause ou, pour en donner un autre exemple, pour le vieillissement corporel, certaines enquêtes tendant à montrer que les femmes âgées n’ont pas une image aussi négative de leur apparence que ce que pourraient laisser supposer les stéréotypes (Oberg, 2003).

30L’ouverture de la sociologie de la vieillesse aux questions de genre ne va pas, cependant, sans difficultés. L’une d’elles consiste à parvenir à caractériser les différences de genre sans pour autant se laisser abuser par le pouvoir homogénéisant des catégories de « vieillesse féminine » et de « vieillesse masculine », en prenant donc en compte la diversité des vieillesses féminines, d’une part, masculines, d’autre part. Une autre difficulté tient au fait qu’il convient d’être particulièrement attentif aux phénomènes générationnels. Ainsi, certaines différences entre hommes et femmes âgés tendent aujourd’hui à se réduire quelque peu, par exemple celles qui concernent l’espérance de vie ou la situation domestique. En ce qui concerne le veuvage, la question se pose par exemple de savoir comment vont évoluer les ressources des veufs et des veuves dans les nouvelles générations – les femmes seront notamment plus nombreuses à avoir exercé une activité professionnelle et à maîtriser la conduite automobile. On peut donc considérer qu’une perspective genrée de la vieillesse ne peut qu’être « intersectionnelle », en ce sens qu’elle doit nécessairement tenir compte du critère d’appartenance générationnelle, d’ailleurs rarement pris en compte dans les approches intersectionnelles.

Haut de page

Bibliographie

Aïach P. (2001), « Femmes et hommes face à la maladie et à la mort, des différences paradoxales », dans Aïach P., Cébe D., Cresson G. & P. Claudine (dir.), Femmes et hommes dans le champ de la santé, Rennes, Éditions de l’École nationale de la santé publique, pp. 117-147.

Antonucci T. & H. Akiyama (1987), « An Examination of Sex Differences in Social Support among Older Men and Women », Sex Roles, vol. 17, pp. 737–749.

Aouba A., Péquignot F., Camelin L., Laurent F. & É. Jougla (2009), « La mortalité par suicide en France en 2006 », Études et résultats, n° 702.

Arber S. & J. Ginn (dir.) (1995), Connecting Gender and Ageing. A Sociological Approach, Buckingham, Open University Press.

Arber S., Davidson K. & J. Ginn (dir.) (2003), Gender and Ageing: Changing Roles and Relationships, Buckingham, Open University Press.

Attias-Donfut C. (2001), « Sexe et vieillissement », dans Blöss T. (dir.), La Dialectique des rapports hommes-femmes, Paris, Presses universitaires de France, pp. 197-215.

Attias-Donfut C. (2009), « Les grands-mères au centre des solidarités familiales », dans Charpentier M. & A. Quéniart (eds), Vieilles, et après ! Femmes, vieillissement et société, Montréal, Les Éditions du remue-ménage, pp. 189-205.

Balard F. (2010), Les Plus âgés des âgés : une culture vivante aux portes de la mort, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes.

Barthe J.-F., Clément S. & M. Drulhe (1988), « Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées », Les Cahiers de la Recherche sur le Travail Social, n° 15, pp. 11-31.

Beauvoir de S. (1970), La Vieillesse, Paris, Éditions Gallimard.

Bereni L., Chauvin S., Jaunait A. & A. Revillard (2008), Introduction aux Gender Studies, Bruxelles, Éditions De Boeck Université.

Berger P. & H. Kellner (1988), « Le mariage et la construction de la réalité », Dialogue, n° 102, pp. 6-21.

Bonnet C. (2005), « Retraite et genre », dans Maruani M. (dir.), Femmes, genres et sociétés. L’état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte, pp. 200-208.

Bourdieu P. (1984), « La jeunesse n’est qu’un mot », Questions de sociologie, Éditions de Minuit, pp. 143-154.

Burlot F. & B. Lefèvre (2009), « Le sport et les seniors : des pratiques spécifiques », Retraite et société, n° 58, pp. 133-158.

Calasanti T. (2003), « Masculinities and Care Work in Old Age », dans Arber S., Davidson K. & J. Ginn (dir.) (2003), Gender and Ageing: Changing Roles and Relationships, Buckingham, Open University Press, pp. 15-30.

Cambois E., Désesquelles A. & J.-F. Ravaud (2003), « Femmes et hommes ne sont pas égaux face au handicap », Population et sociétés, n° 386.

Caradec V. (1996a), Le Couple à l’heure de la retraite, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

Caradec V. (1996b), « Les formes de la vie conjugale des "jeunes" couples "âgés" », Population, n° 4-5, pp. 897-928.

Caradec V. (2001), « Le veuvage, une séparation inachevée », Terrain. Carnets du patrimoine ethnologique, n° 36, pp. 69-84.

Caradec V. (2003), « La télévision, analyseur du vieillissement », Réseaux, vol. 21, n° 119, pp. 121-152.

Caradec V. (2004), Vieillir après la retraite. Approche sociologique du vieillissement, Paris, Presses universitaires de France.

Caradec V. (2012), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin, 3ème éd.

Caradec V., Petite S. & T. Vannienwenhove (2007), Quand les Retraités partent en vacances, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Caradec V., Poli A. & C. Lefrançois (2009), « Les deux visages de la lutte contre la discrimination sur l’âge », Mouvements, n° 59, pp. 12-23.

Cardon P. (2009), « "Manger" en vieillissant pose-t-il problème ? Veuvage et transformations de l’alimentation de personnes âgées », Lien Social et Politiques, n° 62, pp. 85-95.

Carles É (1977), Une Soupe aux herbes sauvages, Paris, Éditions Jean-Claude Simoën.

Chamahian A. & C. Lefrançois (dir.) (2012), Vivre les âges de la vie. De l'adolescence au grand âge, Paris, Éditions L’Harmattan.

Charpentier M. (2007), « Quand la militance ne bat pas en retraite. Femmes aînées, engagement social et solidarité », dans Charpentier M. & A. Quéniart (dir.), Pas de Retraite pour l’engagement citoyen, Québec, Presses de l’université du Québec, pp. 103-117.

Charpentier M., Quéniart A. & C. Lebreton (2012), « Regards féministes sur les vieillissements au féminin », dans Hummel C., Mallon I. & V. Caradec (dir.), Vieillesses et vieillissements : regards sociologiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Davidson K. (2002), « Gender Differences in New Partnership Choices and Constraints for Older Widows and Widowers », Ageing International, vol. 27, n° 4, pp. 43-60.

Delanoë D. (2001), « La question des troubles psychiques attribués à la ménopause », dans Aïach P., Cébe D., Cresson G. & P. Claudine (dir.), Femmes et hommes dans le champ de la santé, Rennes, Éditions de l’École nationale de la santé publique, pp. 75-95.

Delbès C. & J. Gaymu (2002), « Le choc du veuvage à l’orée de la vieillesse: vécus masculin et féminin », Population, n° 6, pp. 879-909.

Delbès C. & J. Gaymu (2003a), « Passé 60 ans : de plus en plus souvent en couple ? », Population et Sociétés, n° 389.

Delbès C. & J. Gaymu (2003b), La Retraite. Quinze ans après, Paris, Éditions de l’Institut national d’études démographiques.

Delbès C. & J. Gaymu (2005), « L’histoire conjugale des 50 ans et plus », dans Lefèvre C. & A. Filhon (dir.), « Histoires de familles, histoires familiales », Les Cahiers de l’Ined, n° 156, pp. 339-356.

Duret P. & P. Roussel (2003), Le Corps et ses sociologies, Paris, Éditions Nathan.

Galland O. (2011), Sociologie de la jeunesse, Paris, Éditions Armand Colin, 5ème éd.

Guillemard A.-M. (1972), La Retraite, une mort sociale, Paris, Éditions Mouton.

Guillemard A.-M. (2010), Les Défis du vieillissement. Âge, emploi, retraite. Perspectives internationales, Paris, Éditions Armand Colin.

Gutmann D. (1987), Reclaimed Powers: Men and Women in Later Life, New York, Basic books.

Henaff-Pineau P.-C. (2009), « Vieillissement et pratiques sportives : entre modération et intensification », Lien Social et Politiques, n° 62, pp. 71-83.

Hummel C. & D. Perrenoud (2009), « Grands-parentalités contemporaines : dans les coulisses de l'image d'Épinal », Revue française de sociologie, vol. 50, pp. 259-286.

Hurd Clarke L. & A. Korotchenko (2011), « Ageing and the Body: a Review », Canadian Journal on Aging, vol. 30, n° 3, pp. 495-510.

Katz S. (2002), « Les vieilles dames de Charcot », Cahiers du Genre, n° 31, pp. 105-128.

Kellerhals J., Widmer É. & R. Lévy (2004), Mesure et démesure du couple, Paris, Éditions Payot.

Kérisit M. & S. Pennec (2002), « La mise en science de la ménopause », Cahiers du Genre, n° 31, pp. 129-148.

Kohli M. (1986), « The World we Forgot: A Historical Review of the Life Course », dans Marshall V. (dir.), Later Life. The Social Psychology of Aging, Beverly Hills, Sage Edition, pp. 271-303.

Kohli M. (1989), « Le cours de vie comme institution sociale », Enquête, n°5, [En ligne], mis en ligne le 27 décembre 2005. URL : http://enquete.revues.org/document78.html.

Lalive d’Épinay C. (1985), « Veuvage et libération », Pénélope, n°13, pp. 96-100.

Lalive d’Épinay C. (1996), Entre Retraite et vieillesse. Travaux de sociologie compréhensive, Lausanne, Éditions Réalités Sociales.

Lalive d’Épinay C., Bickel J.-F., Maystre C. & N. Vollenwyder (2000), Vieillesses au fil du temps. Une révolution tranquille, Lausanne, Éditions Réalités Sociales.

Lalive d’Épinay C. & D. Spini (dir.) (2008), Les Années fragiles. La vie au-delà de quatre-vingts ans, Québec, Presses universitaires de Laval.

Le Borgne-Uguen F. (1999), « Construire sa grand-maternité : une affaire de femmes et une affaire de couple », dans Guillou A. & S. Pennec (dir.), Les Parcours de vie des femmes, Paris, Éditions L’Harmattan, pp. 99-116.

Lopata H. Z. (1973), Widowhood in an American City, Cambridge, MA, Schekman Editor.

Lopata H. Z. (1996), Current Widowhood: Myths and Realities, Newbury Park, CA, Sage Edito.

Martin-Matthews A. (1999), « Widowhood: Dominant Renditions, Changing Demography and Variable Meaning », dans Neysmith S. M. (dir.), Critical Issues for Future Social Work Practice with Aging Persons, New York, Columbia University Press, pp. 27-44.

Martin-Matthews A. (2011), « Revisiting "Widowhood in Later Life": Changes in Patterns and Profiles, Advances in Research and Understanding », Canadian Journal on Aging, vol. 30, n° 3, pp. 359-375.

Maruani M. (dir) (2005), Femmes, genres et sociétés. L’état des savoirs, Paris, Éditions La Découverte.

Maunaye E. (1997), Le Départ des enfants. Analyse de la séparation des jeunes de la famille d’origine, Thèse de doctorat de sociologie, Université de Paris V.

Maupassant de G. (1984), Fort comme la mort, Paris, Editions Flammarion.

Membrado M. (2010), « Les expériences temporelles des personnes aînées : des temps différents ? », Enfances, Familles, Générations, n° 13, pp. I-XX.

Meslé F. (2004), « Espérance de vie : un avantage féminin menacé ? », Population et sociétés, n° 402, pp. 22-28.

Oberg P. (2003), « Images versus Experience of the Aging Body », dans Faircloth C. A., Aging Bodies. Images and Everyday Experiences, Walnut Creek, California, Altamina Press, pp. 103-139.

Pennec S. (2002), « La politique envers les personnes âgées dites dépendantes : Providence des femmes et assignation à domicile », Lien Social et Politique, n°47, pp.129-142.

Pennec S. (2009), « Le soutien des fils envers leurs parents âgés », Réciproques, n° 1, pp. 91-133.

Pickard S. (1994), « Life After a Death : The Experience of Bereavment in South Wales », Ageing and Society, vol. 14, pp. 191-217.

Silver C. B. (2002), « Construction et déconstruction des identités de genre », Cahiers du Genre, n° 31, pp. 185-201.

Singly de F. (2000), Libres ensemble. L’individualisme dans la vie commune, Paris, Éditions Nathan.

Singly de F. (2006), « Postface. Sur la socialisation secondaire », dans Berger P. & T. Luckmann, La Construction sociale de la réalité, Paris, Éditions Armand Colin, pp. 335-349.

Sol (Groupe de travail Solitude) (1992), La Solitude, ça s’apprend ! L’expérience du veuvage racontée par celles qui la vivent, Genève, Éditions Georg.

Sol (Groupe de travail Solitude) (1996), Vivre sans elle. Le veuvage au masculin, Genève, Éditions Georg.

Stevens N. (1995), « Gender and Adaptation to Widowhood in Later Life », Ageing and Society, vol. 15, n° 1, pp. 37-58.

Szinovacz M. (dir.) (1982), Womens’s Retirement. Policy Implications of Recent Research, Beverly Hills, Sage Editor.

Szinovacz M. (1983), « Beyond the Hearth: Older Women and Retirement », dans Markson E. W. (dir.), Older Women: Issues and Prospect, Toronto, Lexington Books, pp. 93-120.

Tabariès M. & V. Tchernonog (2004), Les Femmes dans les associations. Premiers résultats de l’enquête sur le profil des dirigeants bénévoles des associations, Matisse, Université de Paris 1.

Thierry X. (1999), « Risques de mortalité et de surmortalité au cours des dix premières années de veuvage », Population, n° 2, pp. 177-204.

Thoer-Fabre C. (2005), Ménopause et hormonothérapie. Expériences et représentations de femmes baby-boomers, Thèse de doctorat de sociologie, Université du Québec à Montréal.

Van den Hoonaard D. (2010), By Himself: The Older Man’s Experience of Widowhood, Toronto, Ontario, University of Toronto Press.

Vinel V. (2004), « La ménopause : instabilité des affects et des pratiques en France », dans Héritier F. & M. Xanthakou, Corps et affects, Paris, Éditions Odile Jacob, pp. 221-235.

Woodward K. (1991), Aging and Its Discontents: Freud and Other Fictions, Bloomington, Indiana University Press.

www.ined.fr

Haut de page

Notes

1 Le comité de recherche 6 de l’AISLF, « Parcours de vie et vieillissement » a été initié en 1992 par Christian Lalive d’Épinay et Monique Legrand et officiellement créé en 2000. Cf. Lettre de l’Aislf, n°8, janvier-juin 2009.

2 Signalons cependant le numéro de la revue Pénélope, coordonné par Françoise Cribier et consacré aux « Vieillesses des femmes » (1985) ainsi que le numéro 31 de la revue Les Cahiers du Genre (2002), dirigé par Claudine Attias-Donfut et Pierre Tripier et intitulé « Vieillir jeunes, actifs et disponibles ? ».

3 On peut fournir une autre illustration de ce faible intérêt des études féministes pour la vieillesse : lors du 3ème colloque international des Recherches féministes francophones, à Toulouse, en 2002, qui rassemblait environ 500 communications, cinq seulement étaient inscrites dans l’atelier « Hommes et femmes dans le champ de la vieillesse ». En introduisant cet atelier qu’elle avait organisé avec Monique Membrado, Françoise Cribier parlait de « péché » du féminisme que de ne pas travailler sur la vieillesse.

4 On trouve cependant celui de « retraites », qui renvoie à un chapitre intitulé « Genre et travail ».

5 Cette posture n’est pas propre à la sociologie. Stephen Katz a ainsi montré que, dans les Leçons sur les maladies des vieillards (1868), l’un des ouvrages qui ont jeté les bases de la gériatrie, Jean-Martin Charcot masculinise ou généralise fréquemment son propos alors qu’il se fonde sur l’observation clinique de femmes âgées de l’hôpital de la Salpêtrière. Il identifie ainsi « le corps masculin avec le corps humain, même lorsque les corps, sur lesquels s’appuyait la connaissance, étaient féminins » (Katz 2002, p. 119).

6 Dans l’espace francophone, les travaux sociologiques sur le veuvage dans la vieillesse sont restés peu nombreux. À notre connaissance, on doit les premières publications sur le sujet à Christian Lalive d’Épinay, qui y mobilise les données d’une enquête plus large sur la population âgée réalisée en Suisse au début des années 1980 (Lalive d’Épinay, 1985) ou celles d’une enquête sur les veuves effectuée dans le cadre de l’université du troisième âge de Genève (Sol, 1992 ; Lalive d’Épinay, 1996). Si ces publications concernent les veuves, il est à noter que le groupe de recherche de l’université du troisième âge de Genève a publié ensuite un ouvrage sur les veufs, qui constitue le pendant du précédent (Sol, 1996).

7 Dans une revue de la littérature réalisée dix ans après celle que nous avons citée plus haut, Anne Martin-Matthews note ainsi qu’en ce qui concerne la prise en compte du genre dans les études sur le veuvage, « le paysage de la recherche a beaucoup changé au cours des dix dernières années » (Martin-Matthews 2011, p. 346).

8 Un roman de Maupassant, Fort comme la mort, met particulièrement bien en scène ces stéréotypes. On y entend un bourgeois vieillissant parler de ses succès auprès des jeunes femmes de la manière suivante : « Est-ce que les hommes ont un âge, ici ? Eh ! mon cher, nous autres, nous rajeunissons en blanchissant et plus nous blanchissons, plus on nous dit qu’on nous aime, plus on nous le montre et plus on le croit » (p. 109). De son côté, l’héroïne, confrontée à son propre vieillissement, vit l’épreuve du miroir – l’angoisse des rides qui apparaissent sur son visage – et voit s’éloigner l’homme qu’elle aime, qui tombe amoureux d’une femme plus jeune qu’elle (et qui, de plus, est sa propre fille). Je remercie A.S. de m’avoir fait découvrir ce beau roman sur le vieillissement.

9 En France, en 1999, 77% des hommes de 60 ans et plus vivaient en couple contre seulement 47% des femmes. Si l’on s’en tient aux 85 ans et plus, l’écart est encore plus net : 50% des hommes et 9% des femmes vivaient en couple (Delbès & Gaymu, 2003a).

10 Cette interrogation s’inscrit dans le cadre d’une réflexion plus large sur le vieillissement dont l’objectif est de rendre compte du processus et de l’expérience de l’avancée en âge dans la seconde partie de l’existence à travers l’étude des épreuves du vieillissement : épreuves du franchissement de transitions comme la retraite ou le veuvage (Caradec, 2004) ; épreuve du « grand âge » (Caradec, 2012).

11 Ce corpus d’entretiens, constitué à la fin des années 1990, a déjà fait l’objet d’analyses antérieures (Caradec 2001, 2004), mais sans qu’une attention spécifique soit portée aux différences de genre. Le lecteur pourra s’y reporter pour une présentation plus précise des caractéristiques du corpus.

12 Ce « veuvage libération » est plus particulièrement présent dans certains milieux sociaux : chez les petits possédants (les « s’am suffit ») lorsque l’homme, très casanier, avait imposé à son épouse un repli domestique au moment de la retraite et chez certaines femmes de cadres supérieur, ayant vécu pour leur mari et qui, après le veuvage, reconstruisent une existence plus autonome centrée sur leurs intérêts propres (Lalive d’Épinay, 1985).

13 Ce renouveau identitaire après le veuvage trouve sa traduction cinématographique dans le film de René Allio, La Vieille dame indigne (1965). Ce film, inspiré d’une nouvelle de Bertolt Brecht, raconte comment une vieille dame, plutôt que de rester à s’ennuyer chez elle après le décès de son mari, découvre la liberté et mène pendant quelques mois, avant de mourir, une vie faite de découvertes et d’ouverture aux autres.

14 D’après l’enquête « Étude de l’histoire familiale » de l’Ined (1999), dont l’ouvrage Histoires de familles, Histoires familiales (Lefèvre & Filhon, 2005) est le résultat, 11,8% des hommes devenus veufs entre 60 et 64 ans vivaient à nouveau en couple au bout de cinq ans, contre seulement 2,3% des femmes devenues veuves au même âge (Delbès & Gaymu, 2005, tableau 8).

15 Pour les décès survenus entre 1989 et 1991, on note que, l’année qui suit le veuvage, la mortalité des veufs de 65-74 ans est 1,66 fois plus forte que celle des hommes mariés du même âge, alors que la mortalité des veuves de 65-74 ans est 1,47 fois plus élevée que celle des femmes mariées (la deuxième année après le veuvage, les coefficients de surmortalité sont de 1,48 pour les veufs et de 1,25 pour les veuves ; dix ans après, ils sont encore de 1,23 pour les veufs et de 1,20 pour les veuves) (Thierry, 1999).

16 En 2006, en France, on comptait 4,5 fois plus de suicides masculins que féminins chez les 75-84 ans et 6,6 fois plus chez les 85 ans et plus (Aouba et alii, 2009).

17 Cf. aussi le site du Centre for Research on Ageing and Gender (CRAG), University of Surrey.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Caradec, « Vieillir après la retraite, une expérience genrée », SociologieS [En ligne], Dossiers, Genre et vieillissement, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4125

Haut de page

Auteur

Vincent Caradec

Université Lille III, CERIES, France - vincent.caradec@univ-lille3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page