Navigation – Plan du site
Genre et vieillissement

Genre et travail biographique au grand âge

Gender and biographical work in extreme old-age
Virginie Vinel

Résumés

L’article interroge le caractère genré des narrations subjectives et des actes de personnes âgées de plus de 75 ans, interviewées à leur domicile, dans le cadre d’une recherche intitulée « Genre, institution et trajectoire sociale » (MSH Lorraine). En mobilisant la notion de « travail biographique »  (Corbin & Strauss, 1988), l’objectif est de montrer combien le corps est central dans les narrations du parcours de vie récent de ces personnes âgées, mais aussi comment des ajustements, des « techniques de soi » (Foucault, 1984, 2001) sont mis en acte quotidiennement pour faire face à ces changements corporels. Hommes et femmes rapportent leur vieillissement en termes de diminution des forces, mais les femmes ont davantage intégré le modèle du corps pathologique. Les actes que ces amenuisements corporels affectent sont genrés, mais chacun ruse pour maintenir l’action ou retrouver le contrôle de sa biographie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loin de nous l’idée que le vieillissement s’apparenterait à la maladie chronique, même si cette rep (...)

1L’article interroge le caractère genré du « travail biographique » de personnes âgées interviewées dans le cadre de la recherche « Genre, institution et trajectoire sociale » menée au sein de la MSH Lorraine. La notion de « travail biographique », développée par Juliet Corbin et Anselm Strauss concernant l’expérience de la maladie comme trajectoire (Corbin & Strauss, 1988 ; Strauss, 1992), nous a paru spécialement pertinente pour l’analyse des discours que portent les personnes âgées sur leur parcours de vie récent, dans le sens où ces auteurs mettent au centre du travail biographique, ou ajustement biographique, trois éléments : le corps, le temps biographique et les conceptions du soi. Or, le corps est majoritairement – mais pas exclusivement – mobilisé dans les narrations des interviewés sur leurs changements récents. Et ces transformations corporelles s’inscrivent dans un temps biographique, dans et par lequel les personnes vont ajuster à la fois leurs perceptions mais aussi leurs actions. Le plus de la théorie interactionniste, par rapport aux théories psycho-sociales du vieillissement en termes de pertes et de gains (Elder et al. 2003, cité par Sapin, Spini & Widmer, 2007) est, à nos yeux, qu’elle tient pour principales les actions que les personnes et leurs proches entreprennent pour retenir ou regagner un certain degré de contrôle de leur biographie rendue discontinue par la maladie, ici par le vieillissement 1. Anselm Strauss et Juliet Corbin soulignent le caractère dynamique du travail biographique, les ajustements discontinus qu’il implique, les micro-actions souvent hésitantes, toujours renégociées mises en place par les individus et leur entourage et les capacités d’action (autrement dit l’agency) des personnes selon leurs ressources sociales, familiales, biographiques (Corbin & Strauss, 1988). La notion de technique de soi décelée par Michel Foucault (1984, 2001a et b) dans les pratiques de soin du corps et de l’esprit de l’Antiquité et du début de la chrétienté, vient compléter l’idée d’actions entreprises car les personnes âgées mettent aussi en œuvre des « opérations sur leur corps et leur âme, leurs pensées, leurs conduites, leur mode d’être » pour « prendre soin » d’elles-mêmes (Foucault, 2001a, p. 1604).

  • 2 L’intersectionnalité, c’est-à-dire le croisement du genre, de la catégorie sociale (classe dans le (...)

2Ce regard sur des personnes âgées agissantes et pas seulement agies et « dépendantes » nous apparaît particulièrement pertinent dans le champ de la sociologie de la vieillesse et plus largement des âges. Cette perspective s’approche de la notion de « déprise » définie par Vincent Caradec à la suite de Jean-François Barthe, Serge Clément et Marcel Drulhe comme « le processus de réorganisation des activités qui se produit au cours de l’avancée en âge » (Caradec, 2007a, p. 15) car ces auteurs incluent les actions réalisées par les personnes âgées, mais elle s’en distingue car la « déprise » met au cœur de sa définition les activités, alors que le travail biographique se focalise sur le corps et la conception de soi. Notre focale se rapproche davantage de la notion de « travail de vieillissement » retenue par Isabelle Mallon (2007) qui fait référence à l’identité narrative de Paul Ricoeur par laquelle les personnes âgées accomplissent un travail de redéfinition de soi et aux stratégies et tactiques (De Certeau, 1990) qu’elles mettent en acte. Or la théorie du « travail biographique » inclut l’idée de reconstitution de l’identité ou d’un soi, qui, à la suite de George Hebert Mead (2006), ne se définit pas comme une entité intrinsèque psychique à l’individu, mais comme un processus dynamique défini par un « Autrui généralisé » (id est une structure sociale), incluant ses actions en relations avec les autres. Cette conception de l’identité intrinsèque au « travail biographique » nous permet d’introduire la question du genre. En effet, le genre est, selon les perspectives matérialistes (Mathieu, 1991 ; Guillaumin, 1992 ; Tabet, 1979) et constructivistes (Butler, 2005 ; Goffman, 2002), une modalité sociale de classer l’humanité en deux catégories (Colette Guillaumin parle de classes de sexe) et de les hiérarchiser. Ces frontières et catégories sont sans cesse mobilisées au niveau macro-social (les institutions, le travail, le politique), méso-social (la famille, les associations, la sexualité…) et individuel. Le genre est ainsi un des modes de rapport social (avec la « classe », l’origine nationale, l’âge…), structurant les relations entre des catégories de personnes définies comme hommes et femmes et assignées à des conduites, des techniques, des représentations. Ces conduites de genre sont mises en acte en relation avec les individus environnants, ce qui crée aussi des variations individuelles de « performation » du genre (Butler, 2005). De même, la catégorie de genre n’est pas mobilisée dans toutes les situations : Barry Thorne montre, par exemple, à l’enfance que l’âge est parfois davantage structurant dans l’organisation scolaire (Thorne, 1993). Ainsi, l’article essaye de rendre compte des formes d’émergence des catégories de genre dans le travail biographique des personnes rencontrées 2. Il interroge à la fois le caractère genré des actions réalisées par les personnes et celui des narrations subjectives que les personnes âgées livrent dans le temps de l’entretien.

  • 3 Se pose la question de la définition de la population que nous étudions. Les études gérontologiques (...)
  • 4 Quarante et une personnes ont été interviewées, dont vingt-huit femmes et treize hommes, de catégor (...)

3L’enquête a porté sur une population de personnes âgées en majorité de 80 ans et plus, vivant à domicile (à l’exception d’un homme vivant dans un foyer-résidence), en Lorraine 3. Nous avons cherché à équilibrer le nombre d’hommes et de femmes, tout en étant confrontées à la rareté de la population masculine 4. Dans cinq cas, les enfants ont été également interviewés et plusieurs demi-journées d’observations ont été réalisées dans un club de personnes âgées. Les analyses portent surtout sur des discours : notre approche s’inscrit dans ce que Marc Bessin, Claire Bidard et Michel Grossetti nomment le « narrativisme compréhensif » (Bessin, Bidard & Grossetti, 2010). Celui-ci met en lumière le sens que les acteurs – dans des situations et relations de genre – donnent à des événements ou à des changements. Les deux premières parties rendent compte de deux modalités par lesquelles les personnes narrent leur vieillissement : la diminution des forces et le corps pathologique. La troisième partie met en évidence des techniques d’ajustement biographique.

La vieillesse comme diminution des forces

4La recherche posait la question des moments de ruptures, de bifurcations (Hughes, 1996 ; Bessin, Bidart & Grossetti, 2010) que les personnes âgées pouvaient pointer dans leur trajectoire comme marquant leur entrée dans la vieillesse, voire la grande vieillesse. Or, c’est en termes de diminution progressive que la majorité des personnes rencontrées ont dépeint leur vieillissement corporel, même si cet amenuisement continu entraîne parfois des ruptures dans les actes. Cette perception s’avère plutôt mixte, mais les actes qu’elle concerne se rapportent aux conduites genrées.

Une diminution progressive

5Les personnes âgées rencontrées décrivent par petites touches, tout au long de l’entretien, les tâches, les actes corporels et sensoriels qui au fur et à mesure du temps se délitent, que les personnes n’arrivent plus à faire ou plus lentement et leur signifient leur avancée en âge. Le terme « diminution », notamment « diminution des forces » est récurrent et se retrouve aussi implicitement dans les expressions commençant par : « je ne peux plus », « je n’arrive plus ». M. Gandoni (91 ans) commence ainsi l’entretien : « Je suis diminué de moitié déjà ». Mme Thiébault (83 ans) et M. Morin (84 ans) évoquent explicitement de diminution des forces :

« Tu sais : t'as des forces qui te quittent, qui diminuent. Tu veux faire mais tu n’arrives plus. […] C'est toujours un petit peu moins. Tu vois, ce n'est pas la volonté qui te manque. Mais t'as les forces qui diminuent. On ne croit pas qu'un jour ça arrive, mais ça arrive. Hein (rires). »
- « Enquêtrice : Vous me dites être vieux ; quelque part ce serait être inutile ? À quel moment on devient inutile ?
- M. Morin : Quand vous mesurez que vos forces vous quittent... Forces physiques, forces morales... (silence) »

6La variante de la diminution des forces est la fatigue et le ralentissement des activités : M. Faber (80 ans) : « Ah oui beaucoup moins, on se fatigue plus vite. Ou c'est qu'il faut peut-être un peu plus de temps ». « On va moins vite » affirme Melle Martin (86 ans).

  • 5  Il faut rappeler la difficulté à généraliser sur un petit panel de 13 interviews, parmi lesquels d (...)

7Ces narrations sont majoritaires dans les entretiens des hommes, y compris lorsqu’une pathologie lourde 5 existe, mais cette conception se retrouve aussi dans les narrations des femmes, plus souvent combinée à une autre modalité de travail sur le temps et le corps que nous examinerons plus loin. Ainsi, le vieillissement perçu comme, d’une part, un changement progressif dans le temps et non comme une rupture, d’autre part, comme un affaiblissement global du corps, s’avère mixte dans notre enquête. Des discours proches ont été recueillis par Stephano Cavalli et Karine Henchoz (2009) en Suisse, sans toutefois que son caractère genré soit interrogé. Cette définition de la « grande » vieillesse se repère dans des populations très diversifiées (Diasio & Vinel, 2007) : chez les Moose du Burkina Faso, être une vieille femme, c’est « ne plus avoir de force » (Vinel, 2005 ; 2008). Les Kgtala du Boswana font une distinction entre la vieille femme qui prend encore en charge des activités de production et la très vieille femme qui « n’est pas forte. Elle ne peut plus travailler » (Suggs, 1987, p. 118). En Italie contemporaine, l’interprétation en termes de perte des forces ou de l’énergie (Cozzi, 2007 ; Facchini & Ruspini, 2007), en zones rurale et urbaine, supplante la définition médicale du corps dans les représentations populaires. Ainsi, il s’avère que la grande vieillesse est considérée, entre autre, comme la diminution de la capacité globale d’action et de production avec son corps, chez les hommes comme chez les femmes. Mais les actions concernées s’inscrivent dans les rapports de genre institués.

Des bifurcations sexuées

  • 6  Bien que les rôles sociaux sexués se soient en partie assouplis depuis les années 1970, la part de (...)

8La conséquence de cet amenuisement des forces est l’impossibilité de réaliser certains actes corporels qui se rapportent pour une grande part à une division sexuée des tâches omniprésente dans cette génération et dans les suivantes 6. Ainsi, ne plus pouvoir réaliser les activités ménagères est évoqué comme une bifurcation biographique par les femmes et non par les hommes :

« Oui je sais bien, mais c’est vexant quand même parce que parfois vous oubliez que vous ne pouvez plus le faire et vous foncez, vous foncez. Bon vous foncez on y va doucement ! Mais [rires] on y va et puis alors je me fais disputer […] mais c’est dur d’admettre hein qu’il faut se faire aider » (Mme Girard, 84 ans).

9La majorité des femmes rencontrées refuse l’intervention quotidienne d’une aide-ménagère et continue de faire ce qu’elles appellent « leur petit ménage ». Pour une majorité des femmes de cette génération, les actes ménagers consistent en une activité de production essentielle, soit à temps plein pour celles qui n’ont pas eu d’activités salariées, soit en plus de leur emploi. L’arrêt de ces actes, du fait de leur amenuisement corporel, affecte leur biographie, leur conception de soi. En miroir, l’entourage propose moins de l’aide extérieure aux femmes âgées (Voléry, 2012) en dehors de l’assistance des filles, qui s’avère être en continuité des rapports de sexe dominants. Au contraire, pour les hommes, déléguer les actes ménagers fait partie des rapports de sexe continus et n’affecte pas leur biographie.

10Ces rapports sexués sont tellement inscrits, que lorsque Mme Esser (76 ans) évoque son souhait de mourir avant d’être trop vieille, c’est autour de la nécessité de l’homme à se débrouiller seul, dans cette éventualité, que le dialogue s’oriente :

- Mme Esser : « Mais ne je voudrais pas arriver jusqu’à 95 ans comme maman et avoir besoin de trop de choses, j’aimerais autant partir avant »
- M. Esser : Alors vous voyez ce qu’il y a de grave, alors ça c’est grave ! Là il y a divergence de vue. Parce qu’elle me demande pas si moi ça me plaira.
- Mme Esser : Si je pars la première, mon Dieu tu te débrouilleras.
- M. Esser : Bah, voilà! »

  • 7 Vincent Caradec (2007b) et Stefano Cavalli et Karine Hechoz (2009) soulignent aussi ce tournant bio (...)
  • 8 Mais l’assignation au domicile pour accompagner la maladie du conjoint est présent aussi dans les i (...)

11Les hommes évoquent surtout les activités d’extérieur – jardin, rangements extérieurs – et le bricolage comme actes que leur amenuisement corporel ne leur permet plus de réaliser ou plus lentement. Mais l’arrêt de la conduite du véhicule est la principale action qu’ils évaluent comme une perte et une rupture biographique 7. Inversement, ceux qui continuent à conduire soulignent qu’ils veulent le faire le plus longtemps possible. Cette situation se rencontre aussi dans les entretiens de femmes célibataires comme Mademoiselle Martin (80 ans) qui insiste sur la liberté que lui confère sa voiture. Par délégation, les femmes mariées de plus de 80 ans, sans permis, attribuent leur immobilité – et leur dépendance vis-à-vis de personnes extérieures – au fait que leur mari a cessé de conduire. Le moment où la mobilité extérieure s’arrête est ainsi vécue comme une bifurcation pour les deux catégories de genre, mais pour la plupart des femmes mariées rencontrées, c’est l’affaiblissement corporel de leur conjoint qui définit leur propre immobilité 8. Ainsi, on relève une spécificité féminine, en partie générationnelle, de la dépendance en matière de mobilité envers le conjoint. À la perception d’une diminution des forces s’ajoute une définition du corps en termes de pathologie.

Une définition pathologique du corps et du vieillissement

12Une partie des personnes âgées rencontrées propose une vision biomédicale et mécaniste du corps (Le Breton, 1990), c’est-à-dire que leur parcours est narré en termes de pathologies plutôt que de vieillesse. Pour certains, surtout certaines femmes, chaque organe défaillant est décrit et fait l’objet de soins. Le corps est ainsi perçu comme morcelé et les actions engagées visent à le réparer. Le discours de Mme Girard (84 ans) est particulièrement explicite : « Et bien j'ai du mal de marcher, je ne peux plus bouger mes bras. […] Le (sic) ne mécanique marche plus, dommage qu’on ne puisse pas mettre un peu d’huile ou quelque chose ». Melle Popin détaille aussi les organes concernés par des pathologies :

« J'ai des problèmes avec ma colonne vertébrale. J'ai les disques qui sont usés. Alors, ça ne se remplace pas... Les vertèbres lombaires et les vertèbres sacrées, tout le bas du dos. Et évidemment, des fois c'est les cervicales, des fois c'est les épaules... je ne suis jamais bien ! Et alors j'ai des problèmes digestifs, j'ai beaucoup d'acidité, de reflux gastro-œsophagien... ça c'est désagréable au possible ! Enfin, je ne suis pas en bonne santé quoi ! ».

13Et Mme Jasper (77 ans) définit son parcours comme une succession de problèmes de santé. Ses incapacités actuelles sont moins présentées comme le fruit du vieillissement que comme le résultat de cette succession d'opérations et de son AVC récent : « Je ne peux pas faire beaucoup. [...] Tellement j'ai mal à la main. Ben bon j'ai eu un AVC, j'ai du mal à marcher avec la jambe [...] Oh, j'en ai eu des opérations. J'ai été opérée de la vessie, après 1992, j'ai été opérée du cœur, ma foi ». Les incapacités provoquées par les pathologies sont considérées, par certaines femmes, comme résorbables par des interventions médicales, chirurgicales ou de la rééducation, ce qui correspond bien à cette vision mécaniste du corps : « Enfin, j’ai déjà une prothèse d’un côté, maintenant de l’autre côté, je ne sais pas. J’ai rendez-vous avec le chirurgien fin mai, je vais voir ce qu’il va dire, si il va trouver quelque chose … » (Mme Girard).

14Ce type de travail biographique revient davantage dans les narrations féminines mais apparaissent aussi chez quelques hommes. Ainsi M. Morin (84 ans) atteint de la maladie de Parkinson n’évoque que la diminution de ces forces, alors que M. Carré (83 ans) rapporte son vieillissement à sa pathologie cardiaque et aux lourdes opérations qu’il a dû subir. M. Gandoni (91 ans) détaille chaque organe corporel qui défaille, mais l’interprète moins en termes biomédicaux qu’au regard des conséquences sociales que cela entraîne : la perte de l’ouïe l’empêche de participer à une conversation à plusieurs et de téléphoner à ses enfants et ses petits-enfants, la fragilité de ses jambes lui interdit de marcher longtemps et de rendre visite à sa fille.

  • 9  Les études récentes corroborent le fait que les femmes consultent davantage les médecins et suiven (...)

15Ce travail biographique de définition de son corps comme malade et non comme vieux, dérive de l’histoire sociale du xxe siècle qui a imposé dans tous les champs de la vieillesse (gérontologie, services sociaux, institutions territoriales) une définition pathologique du vieillissement (Thomas, 2005 ; Lalive d’Épinay & Spini, 2007 ; Lafontaine, 2010). Cette lecture est davantage appropriée par les femmes, bien qu’une étude à plus grande échelle soit nécessaire pour le corroborer. Plusieurs hypothèses peuvent être avancées pour expliquer cet écart : la première est que, dans la population rencontrée, les femmes sont plus nombreuses à souffrir de pathologies lourdes tout en pouvant conduire un entretien. La seconde relève de représentations séculaires qui font du corps féminin un corps substantiellement pathologique (Sissa, 1992), ce qui a créé un fort différentiel de dispositifs médicaux pour les femmes et les hommes depuis le xixe siècle (Foucault, 1976 ; Aïach, Cebbe, Cresson & Philippe, 2001). Les femmes, depuis plus longtemps médicalisées, sont familières du discours biomédical et plus enclines à déclarer des pathologies et à fréquenter les médecins (Aïach, 2001 ; Tremblay & Déry, 2010) 9.

16Mais cette modalité de travail biographique n'est pas exclusive d'autres formes de conception de soi. Ainsi, elle se conjugue à différents moments de l’entretien avec une vision en termes de diminution ou avec des maux plus génériques : douleurs (Mme Girard 84 ans, M. Bernard 89 ans), problèmes de dos (Mme Morin 83 ans). Mme Thiébault (83 ans), par exemple, rapporte les différents maux dont elle souffre du fait de la vieillesse de son corps et, concomitamment, les fait découler de son diabète. Et certaines femmes élaborent un tout autre travail biographique, telle Madame Lescot (92 ans) qui attribue ses maux et sa réduction d’activité à son vieillissement physiologique, se déclare en bonne santé et satisfaite de ce qu’elle peut encore faire :

« Je fais de l'ostéoporose... et ça, c'est mes os qui me handicapent... mais c'est normal ! À part ça, je prie le Seigneur, je touche du bois, je n'ai pas de cholestérol, je n'ai pas d'insuline à faire, j'ai encore mes oreilles, j'entends encore un petit peu, je vois encore un petit peu... évidemment, j'ai les mains qui deviennent dures et j'ai un peu du mal à faire mes mots-croisés ! Que voulez-vous ! À mon âge, je comprends très bien ! Et je ne m'en plains pas, c'est normal ».

17Toutefois, cette conception de soi et du temps biographique n’est pas majoritaire. Presque tous, hommes et femmes, élaborent des réajustements pour résister à l’idée de vieillesse.

Les techniques de soi pour reconfigurer sa biographie

18La majorité des interviewés construit des actes et des modes de pensée qui leur permettent de retrouver un certain contrôle de leur biographie et de leur identité (Strauss, 1992) face aux changements corporels du vieillissement, qu’ils soient interprétés en termes de diminution ou de pathologies. Elles mettent en œuvre des techniques de soi (Foucault, 2001a, p. 990) c’est à dire « des techniques […] qui permettent à des individus d’effectuer, par eux-mêmes, un certain nombre d’opérations sur leur corps, leur âme, leurs pensées, leurs conduites et ce de manière à produire en eux une transformation, une modification », sans doute pas « d’atteindre un certain état de perfection, de bonheur, de pureté, de pouvoir surnaturel » (Ibidem), mais du moins, de trouver un certain équilibre et un soi valorisé. Ainsi, les personnes âgées en bon état physique adoptent des lignes de conduites de maintien de soi : plusieurs personnes participent à un club du 3ème âge dont certain-e-s (un homme et deux femmes) ont des responsabilités dans le comité d’organisation. « Garder le contact avec les autres » est une modalité pour résister au modèle d’une vieillesse immobile, figée, solitaire définie comme La vieillesse. Sortir, bouger – aller en ville ou rouler en voiture – est une obligation. Mme Balland (80 ans) le résume avec ses mots : « Ben je dis qu'il faut que les personnes âgées sortent, c'est primordial, parce que rester à la maison entre quatre murs, ce n'est pas l'idéal. Il faut voir du monde, être en contact même ne serait-ce qu'une heure par jour mais sortir ».

  • 10 Vincent Caradec a prouvé l’importance de l’usage de la télévision dans la reconfiguration des activ (...)

19Ces éléments se retrouvent dans l’idée de « ne pas se laisser aller » qui comprend un aspect à la fois physique et moral. Les disciplines du corps apparaissent surtout dans les discours féminins. Elles sont faites d’exercices pour conserver la mémoire, de conduites alimentaires pour garder la forme physique, d’émissions de télévision aux vertus intellectuelles 10 : « Je regarde Motus. Ça fait travailler la mémoire. Tous les jeux comme ça, ça me passionne » (Mme Laurine, 80 ans) ; « On en parle beaucoup maintenant, je suis assez bio » ajoute Melle Martin (86 ans) ; « Ce que je fais, moi, je fais attention à la nourriture, j’essaie de ne pas trop saler […]. J’essaie de ne pas faire trop gras, pour que justement on reste quand même… ce qu’ils disent depuis une paire de mois, manger des fruits, manger des légumes verts, c’est vrai que nous oui, on en mange pas mal » (Mme Esser, 77 ans).

20Les femmes semblent avoir intégré davantage que les hommes – ou semblent davantage les restituer à l’enquêtrice  – les messages sanitaires des politiques publiques et les normes du « successfull aging » (Rowe & Kahn, 1997 ; Lalive D’Épinay & Spini, 2007). Certains indices incitent toutefois à rester prudent sur l’incidence de ce modèle venu de l’extérieur car, pour ces hommes et femmes nés dans les années 1920-1930, de classe moyenne ou ouvrière « ne pas se laisser aller », être « dures au mal » (Voléry, 2012), tenir son intérieur pour les femmes et son jardin pour les hommes, sont autant des valeurs générationnelles et de classe sociale qu’une norme proposée par les politiques publiques. Ces actes participent de fait à se détourner de l’image d’une vieillesse repoussoir (Caradec, 2008).

  • 11 Quelques hommes font des plaisanteries à caractère sexuel avec l’enquêtrice et au sein du club du t (...)

21D’autres techniques de soi se distancient des injonctions du « bien vieillir », telles que la prière, acte récurrent chez plusieurs femmes, ou garder le sens de l’humour 11, y compris sur ses propres maux, comme en attestent les rires dans les interviews. Cette disposition plutôt mixte se décline en « être souriante même si ça ne va pas » et ne pas se plaindre. Repousser la vieillesse, au point que celle-ci ne soit plus une question d’âge, ni de corps, mais de disposition de caractère, transparaît dans nombre de propos : « Y en a qui sont vieux à trente ans car ils ronchonnent tout le temps ».

22Les personnes âgées font aussi un usage réinventé de l’environnement et des objets en préparant le repas ou en repassant assise, en prenant le bus plutôt que de marcher, en téléphonant plutôt que de rendre visite et en effectuant les mêmes actions plus lentement (Vinel, 2012 ; Voléry, 2012). Mme Girard a, quant à elle, à la fois intégré les actions des aidantes dans son schéma personnel et mis à distance ses handicaps corporels par une définition mécaniste de son soi : elle ne peut presque plus se mouvoir, elle est aidée par une infirmière pour la toilette et reçoit chaque jour une aide pour les repas et le ménage. Elle rapporte combien il a été difficile d’accepter d’être remplacée pour faire les activités domestiques, puis depuis un an environ, d’être lavée « c’était dur… ». Le temps a permis un travail d’incorporation des aidantes et au moment de l’entretien, infirmière et aides à domicile sont des compagnes de discussions qu’elle attend chaque jour pour sortir de l’enfermement de « ses quatre murs » qu’elle supporte mal. La séparation cartésienne qu’elle fait entre son corps « le mécanique ne marche plus » et son esprit – « moi je vous dirais que dans ma tête j’ai 20 ans », appartient aussi à ces techniques de soi qui lui permettent de reconfigurer un moi valorisé à ses yeux : « J’ai 85 ans mais je ne suis pas vieille, il y a que mes genoux qui disent que je suis vieille, mais enfin, moi pas, pas dans ma tête ».

23Les personnes âgées développent des techniques de soi à la fois corporelles, spirituelles et mentales, pour ruser avec les changements corporels. L’idée ultime est de continuer à se gouverner par soi-même, de « s'occuper de moi-même » le plus longtemps possible, quelles que soient les défaillances corporelles et sociales. Ce discours autour de la « liberté de faire ce que je veux quand je veux » est partagé par les hommes et les femmes sans conjoint, bien que le contenu de ce « faire » diffère d’un genre à l’autre. La dynamique des couples est davantage asymétrique (Caradec, 2001 ; Voléry, 2012). Le travail biographique des personnes âgées seules se niche dans le maintien d’une volonté propre qui les fait se sentir « autonomes » bien loin des définitions institutionnelles (Voléry, Ibidem) comme le démontrent les propos de madame Lescot (92 ans) qui ne sort plus de chez elle, fait peu d’activités ménagères et affirme : « Là, je suis autonome, à telle enseigne que je vous dis, je reste au lit jusqu'à 9h des fois, je fais ma toilette jusqu'à 10h des fois, à 10h je descends pour déjeuner ! Je suis libre de faire ce que je veux ! Ça c'est une richesse pour une vieille ! ».

24Toutefois, quelques personnes n’ont pas, au moment de l’entretien, les ressources pour réajuster leur biographie et se sentent en désarroi. Tel est le cas de monsieur et madame Morin (84 et 83 ans) qui ont vécu plusieurs ruptures en quelques mois – l’arrêt de la conduite automobile, une lourde opération pour l’épouse, l’avancement de la maladie de Parkinson pour l’époux – et n’ont pas de soutiens immédiats – absence de descendance et de parenté proche, évitement d’un placement en institution de l’époux. Leurs constats convergent : « C’est un naufrage la vieillesse hein, il n’y a rien à faire hein » (Mme Morin), « un constat d’impuissance » (M. Morin).

Conclusion

25Le travail biographique des personnes âgées rencontrées s’appuie sur des normes de genre, de catégorie sociale et de génération qui orientent les femmes vers des travaux d’intérieur et les hommes vers les tâches d’extérieur. Ainsi, si hommes et femmes traduisent leur biographie en termes de diminution des forces, les actes concernés par l’amenuisement sont genrés. Le travail biographique des couples est interdépendant, rendant les femmes mobiles lorsque l’époux l’est, immobiles lorsqu’il faut en prendre soin et l’homme dépendant des activités ménagères de l’épouse. Les femmes perçoivent ainsi l’arrêt des tâches ménagères – du moins dans un premier temps – comme une mise en cause de leur identité, alors que les hommes font de l’arrêt de la conduite automobile un élément de rupture biographique. Mais la variabilité et la singularité des biographies et des reconfigurations de soi laissent la place à des perméabilités dans les frontières de genre : telles femmes célibataires font de la voiture leur instrument indispensable de liberté, tel homme divorcé ou veuf voit dans les menus actes ménagers quotidiens le gage de leur autonomie. Chacun ruse avec les changements corporels en souhaitant maintenir l’action, bouger, sortir, voir du monde. Si ces injonctions apparaissent conformes au modèle du « bien vieillir », elles correspondent aussi à des exigences de classe sociale et de génération. Bien manger, garder une activité cognitive sont des techniques davantage exprimées par les femmes qui restituent le discours biomédical, de même qu’elles se sont davantage appropriées des représentations mécanistes de leur corps. Les reconfigurations face aux changements du grand âge demandent un micro-travail constant et, face à l’accumulation des difficultés, certaines personnes âgées n’ont pas toujours – pendant un temps – les ressources suffisantes pour reprendre le contrôle de leur biographie et sont dans le désarroi. Mais, dans l’ensemble, les personnes âgées mettent en œuvre des techniques de soi (la prière, l’humour, ne pas se plaindre, faire lentement, incorporer leurs aidantes) et les normes biomédicales même, une fois réappropriées, leur permettent de reconfigurer un soi valorisé à leurs yeux.

Haut de page

Bibliographie

Aïach P., Cebbe D., Cresson G. & C. Philippe (dir) (2001), Femmes et hommes dans le champ de la santé, Rennes, Éditions de l’École nationale de santé publique.

Aïach P. (2001), « Femmes et hommes face à la mort et à la maladie, des différences paradoxales », dans Aïach P., Cebbe D., Cresson G. & C. Philippe (dir) (2001), Femmes et hommes dans le champ de la santé, Rennes, Éditions de l’École nationale de santé publique, pp. 117-147.

Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (dir.) (2010), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l'évènement, Paris, Éditions La Découverte.

Bilge S. (2009), « Théorisations féministes de l’intersectionnalité », Diogène, vol. 129, n° 1, pp. 70-88.

Butler J. (2005 [1990]), Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, Paris, Éditions La Découverte.

Caradec V. (2001), « Hommes et femmes face aux transitions biographiques : le cas de la retraite et du veuvage », dans Aïach P., Cebbe D., Cresson G. & C. Philippe (dir) (2001), Femmes et hommes dans le champ de la santé, Rennes, Éditions de l’École nationale de santé publique, pp. 255-280.

Caradec V. (2003), « La télévision, analyseur du vieillissement », Réseaux, vol. 3, n° 3, pp. 121-152.

Caradec V. (2007a), « Avant propos », Retraite et société, n° 52, pp. 4-10.

Caradec V. (2007b), « L’épreuve du grand âge », Retraite et société, n° 52, pp. 11-37.

Caradec V. (2008), Sociologie de la vieillesse et du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin.

Cavalli S., Bickel J.-F. & C. Lalive d’Épinay (2002), « Les événements marquants du grand âge sont-ils facteurs d’exclusion ? Une analyse longitudinale », Gérontologie et société, n° 102, pp. 137-151.

Cavalli S. & K. Henchoz (2009), « L’entrée dans la vieillesse : paroles de vieux », dans Oris M. (dir.), Transition dans les parcours de vie et construction des inégalités, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Corbin J. & A. Strauss (1988), Unending Work and Care: Managing Chronic Illness at Home, San Francisco, Jossey-Bass Editions.

Coupié T. & D. Epiphane (2007), « Vivre en couple et être parent : impact sur les débuts de carrière », Bref, CEREQ, n° 241.

De Certeau M. (1990), L’Invention du quotidien, Paris, Éditions Gallimard.

Cozzi D. (2007), « Quello che facevo prima, quello che faccio oggi. Donne di montagna tra perdite materiali e perdite simboliche », dans Diasio N. & V. Vinel (dir.), Il tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milan, Franco Angeli Editore, pp. 101-115.

Diasio N. & V. Vinel (dir.), Il tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milan, Franco Angeli Editore.

DRESS (2010), Santé et recours au soin des hommes et des femmes en France, Études et Résultats.

DRESS (2009), La Santé des femmes en France, Paris, La Documentation française.

Facchini C. & E. Ruspini (2007), « Esperienze et vissuti della menopausa. Un approccio di generazione », dans Diasio N. & V. Vinel (dir.), Il tempo incerto. Antropologia della menopausa, Milan, Franco Angeli Editore, pp. 27-54.

Foucault M. (1976), Histoire de la sexualité, Tome I, La Volonté de savoir, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (1984), Histoire de la sexualité, Tome III, Le Souci de soi, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (2001a), Dits et Écrits II 1976-1988, Paris, Éditions Gallimard.

Foucault M. (2001b), L’Herméneutique du sujet. Cours au collège de France 1981-1982, Paris, Éditions Gallimard-Seuil.

Goffman E. (2002 [1979]), L’Arrangement des sexes, Paris, Éditions La Dispute

Guillaumin C. (1992), Sexe, race et pouvoir. L’idée de nature, Paris, Éditions Côté-femmes.

Hughes C. E (1996), « Carrières, cycles et tournants de l’existence », dans Bertaux D., Le Regard sociologique, Paris, Éditions de l’École des Hautes études en Sciences sociales, pp. 165-173.

Lafontaine C. (2010), « La vieillesse, une maladie mortelle », Revue internationale des soins palliatifs, vol. 25, n° 1, pp. 5-9.

Lalive d’Épinay C. & D. Spini (2007), « Le grand âge : un domaine de recherche récent », Gérontologie et société, n° 123, pp. 31-54.

Le Breton D. (1990), Anthropologie du corps et de la modernité, Paris, Presses universitaires de France.

Mallon I. (2007), « Le "travail de vieillissement" en maison de retraite », Retraite et société, n° 3, pp. 39-61.

Mathieu N.-C. (1991), L'Anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe. Paris, Éditions Côté-femmes.

Mead Georges Herbert (2006 [1934]), L’Esprit, le soi et la société, Paris, Presses universitaires de France

Pennec S. (2009), « Récits et transitions : entre repli et renouvellement des espaces et des réseaux relationnels », communication au colloque « Vivre le vieillir : des lieux, des mots, des actes », mars 2009, Université de Toulouse II-Le Mirail.

Poiret C. (2005), « Articuler les rapports de sexe, de classe et interethniques », Revue européenne des migrations internationales [En ligne], vol. 21 - n°1 | 2005, mis en ligne le 08 septembre 2008, consulté le 14 février 2012. URL : http://remi.revues.org/2359

Rowe J. W. & R. L. Kahn (1997), « Successful aging », The Gerontologist, vol. 37, n° 4, pp. 433-440.

Sapin M., Spini D. & É. Widmer (2007), Les Parcours de vie. De l’adolescence au grand âge, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Sissa G. (1992), « Philosophies du genre. Platon, Aristote et la différence des sexes », dans Duby G. & M. Perrot, Histoire des femmes, Tome 1, L’Antiquité, Paris, Éditions Plon, pp. 65-100.

Strauss A. (1992), La Trame de la négociation, Paris, Éditions L’Harmattan.

Suggs D. N. (1987), « Female Status and Role Transition in the Tswana Life Cycle », Ethnology, vol. 26, n° 2, pp. 107-120.

Tabet P. (1979), « Les mains, les outils, les armes », L’Homme, vol. 19, n° 3-4, pp. 5-61.

Thomas H. (2005), « Le "métier" de vieillard. Institutionnalisation de la dépendance et processus de désindividualisation dans la grande vieillesse », Politix, vol. 4, n° 72, pp. 33-55.

Thorne B. (1993), Gender Play. Girls and Boys in School, Buckingham, Open University Press.

Tremblay G. & F. Déry (2010), « Les hommes et leur santé : un portrait, une analyse, des questionnements », dans Hamelin-Brabant L., Bujol L. & N. Vornax (dir.), Des Sciences sociales dans le champ de la santé et des soins infirmiers, Québec, Presse universitaire du Québec, pp. 205-228.

Vinel V. (2005), Des femmes et des lignages, Paris, Éditions L’Harmattan.

Vinel V. (2008), « Âges de la vie féminine et relations intergénérationnelles au Burkina Faso », Le Portique [En ligne], 21 | 2008, mis en ligne le 05 juin 2010, Consulté le 14 février 2012. URL : http://leportique.revues.org/index1803.html

Vinel V. (2012), « Environnement matériel et avancée en âge : comment les objets fabriquent le sentiment de vieillir », communication au colloque AFEA, No Limit, en ligne (sous peu).

Voléry I. (2012), « Autonomie et dépendance au grand âge : une approche de sociologie du genre », dans Diana J.-F. & V. Meyer, Images troublées, réalités morcelées, Alzheimer : incarnation du mal vieillir ?, Bordeaux, Éditions Les études hospitalières, pp. 127-140.

Haut de page

Notes

1 Loin de nous l’idée que le vieillissement s’apparenterait à la maladie chronique, même si cette représentation est diffuse aujourd’hui (Lalive d’Épinay & Spini, 2007). Notre propos est de transposer le modèle d’analyse d’Anselm Strauss et Juliet Corbin au processus du grand vieillissement.

2 L’intersectionnalité, c’est-à-dire le croisement du genre, de la catégorie sociale (classe dans le vocable américain), de l’origine nationale ou « ethnique », interagit dans la biographie des individus (Poiret 2005 ; Bilge 2009). Ici, nous tenons compte de l’origine sociale et de la position générationnelle qui se combinent avec le genre, mais la population de cette enquête ne comprend pas de personnes d’immigration récente et la variable « ethnique » n’est pas pertinente.

3 Se pose la question de la définition de la population que nous étudions. Les études gérontologiques américaines ont divisé la vieillesse en trois phases : les « jeunes vieux » (young old), les « vieux » et les très vieux (oldest old) acceptées par nombre de spécialistes du champ (Lalive d’Épinay & Spini, 2007). Christian Lalive d’Épinay et Dario Spini bornent ces étapes, non pas par l’âge chronologique « utile en démographie mais nul sur le plan des individus », mais par les « seuils ou niveaux d’état de santé. » (Lalive d’Épinay & Spini, 2007, p. 46). Comme le souligne la présentation des textes du colloque « Vivre le vieillir : des lieux, des mots, des actes » (mars 2009 - Université de Toulouse II-Le Mirail), cette catégorisation tend à accentuer des représentations opposées entre la vieillesse réussie et la vieillesse ingrate des trop âgés. Dans la lignée de ce colloque, considérer le vieillissement comme un processus global et continu sera notre perspective. La diversité des trajectoires, soutenue par Simone Pennec, apparaît tout aussi indispensable à pointer (Pennec, 2009). Toutefois, on ne peut échapper dans une enquête socio-anthropologique à la définition de la population et l’âge reste un critère commun que nous avons utilisé. Nous avions défini la population au-delà de 75 ans, mais il est apparu que 80 ans était un seuil plus parlant : une majorité des interviewés est âgée entre 80 et 89 ans.

4 Quarante et une personnes ont été interviewées, dont vingt-huit femmes et treize hommes, de catégorie sociale plutôt moyenne ou moyenne inférieure (ouvriers qualifiés, employés, commerçants, agents de maîtrise, cadre moyen, femmes au foyer, enseignantes) et de statuts matrimoniaux diversifiés (deux femmes célibataires, huit mariées, dix-neuf veuves, sept hommes mariés, cinq veufs, un divorcé).

5  Il faut rappeler la difficulté à généraliser sur un petit panel de 13 interviews, parmi lesquels deux hommes seulement avaient une pathologie lourde, les autres étant plutôt en bonne santé.

6  Bien que les rôles sociaux sexués se soient en partie assouplis depuis les années 1970, la part des femmes dans les travaux domestiques reste dominante y compris dans la plus jeune génération adulte actuelle (Coupié & Epiphane, 2007).

7 Vincent Caradec (2007b) et Stefano Cavalli et Karine Hechoz (2009) soulignent aussi ce tournant biographique, sans toutefois indiquer son caractère genré.

8 Mais l’assignation au domicile pour accompagner la maladie du conjoint est présent aussi dans les itinéraires d’hommes : ainsi monsieur Francis (83ans) a accompagné sa femme hospitalisée à domicile et relate son épuisement : « Oui. Alors à la fin moi je n’en pouvais plus, surtout que je sortais du CHU. […] C’est à dire que j’essayais de faire le maximum, mais il y a un maximum qu’on ne peut pas dépasser. Et comme il y avait un compteur [des doses de morphine] sur cette machine, l’infirmier ou l’infirmière le matin, quand il ou elle venait recharger la morphine, disait "tiens, aujourd’hui il n’y a pas beaucoup", ou "tiens, aujourd’hui ça va […] il y a eu des moments où je n’en pouvais plus et où je devais m’endormir ».

9  Les études récentes corroborent le fait que les femmes consultent davantage les médecins et suivent davantage de prévention que les hommes quel que soit l’âge (DRESS, 2010). Les femmes de plus de 65 ans sont en moyenne moins affectées par les maladies cardiovasculaires et les cancers (DRESS, 2009), mais davantage par les polyarthrites rhumatoïdes et les chutes (Ibidem). Les déclarations en 2008 de bon état de santé sont similaires pour les hommes et les femmes après 74 ans (DRESS, 2010), les femmes se déclarant moins souvent « fortement limitées » après 85 ans que les hommes. Ces données se distinguent nettement des résultats de l’enquête 2002-2003 dont il ressortait de plus grandes incapacités des femmes de plus de 65 ans (DRESS, 2009).

10 Vincent Caradec a prouvé l’importance de l’usage de la télévision dans la reconfiguration des activités et de la conception de soi des personnes âgées (Caradec, 2003).

11 Quelques hommes font des plaisanteries à caractère sexuel avec l’enquêtrice et au sein du club du troisième âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginie Vinel, « Genre et travail biographique au grand âge », SociologieS [En ligne], Dossiers, Genre et vieillissement, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 13 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4132

Haut de page

Auteur

Virginie Vinel

Université de Lorraine, Laboratoire « 2L2S », MSH Lorraine, Nancy (France) - vinel5@univ-lorraine.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page