Navigation – Plan du site
Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones

Introduction au dossier sur l’actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones

Jean-Yves Authier, Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre

Texte intégral

  • 1 Cette rencontre était organisée par le CR 02 Sociologie urbaine : villes, sociétés et action publiq (...)
  • 2 Elle fait l’objet d’un livre à paraître fin 2012 aux Presses de l’université de Lyon.

1La rencontre « actualité de la sociologie urbaine francophone » 1 – dont ce dossier est tiré – comportait deux journées. La première, consacrée à des interventions de doctorants et nouveaux docteurs, a permis de construire un panorama de la jeune sociologie urbaine francophone 2. Au cours de la seconde, nous voulions saisir la situation de cette sociologie dans un ensemble de pays totalement ou partiellement de langue française. Il nous a cependant paru intéressant d’inviter des sociologues urbains liés à la sociologie francophone mais travaillant dans des pays qui ne le sont en rien : leur témoignage permettait d’ouvrir plus largement la réflexion sur la spécificité éventuelle du monde francophone. Nous demandions aux auteurs de présenter les thématiques, les grands courants de pensées et figures marquantes, les institutions scientifiques de la sociologie urbaine et de la situer par rapport à la discipline sociologique, à celles qui s’occupent de l’urbain et du territoire, aux mondes professionnels correspondants. Cette commande, formulée de manière très ouverte, laissait à chacun une grande liberté d’interprétation.

2Ce sont finalement sept contributions qui sont présentées ici. Elles proviennent d’Allemagne, de Belgique, du Canada, de France, du Maroc, de Suisse, d’Amérique Latine.

Des logiques de présentation contrastées

3Chacun des contributeurs a interprété la commande en fonction de sa personnalité, de son parcours scientifique, de sa position institutionnelle. Mais, au-delà, on discerne des logiques de présentation qui éclairent la diversité des situations nationales et montrent au moins que l’on ne se situe pas dans le cadre d’une démarche standard internationale.

4Examinons d’abord les deux approches les plus opposées. La première consiste à envisager la sociologie urbaine au sein de l’histoire longue de la discipline, ici principalement considérée au niveau national. Elle conduit à référer les débats internes à la sociologie urbaine et ses terrains privilégiés aux débats théoriques généraux de la discipline et à les interpréter en fonction de leurs mouvements, en particulier des débats structurants entre grands paradigmes ou grands blocs théoriques qui ont marqué l’évolution de la discipline dans les pays où sa tradition est la plus forte. Le critère de la théorie s’en trouve très logiquement privilégié, même lorsqu’on ne l’envisage plus à partir de la référence aux débats de la sociologie. La sociologie urbaine se définirait alors par sa capacité à formuler des théories en réponses à des questions centrales : qu’est ce que la ville comme fait sociologique ? Comment penser le rapport espace société ? Etc.

5L’entrée par les thématiques se situe à l’opposé. L’auteur décrit alors les sujets sur lesquels les sociologues urbains travaillent (ou ont travaillé dans une période un peu plus ancienne). Ces sujets correspondent pour l’essentiel aux demandes de la commande publique qui, dans la plupart des pays présentés, ne procède pas (ou alors de manière secondaire) d’institutions scientifiques dans lesquelles les chercheurs occupent une place prééminente, mais d’administrations nationales, régionales, locales dont les préoccupations relèvent plus de l’expertise, de l’élaboration de politiques publiques ou de mise en œuvre opérationnelle. Le repérage par les thématiques n’exprime pas seulement le poids de la commande publique. Il correspond également à un mode de structuration scientifique très typique de pays où les études urbaines se sont fortement développées. Elles jouent alors, comme les études de genre ou les études postcoloniales, le rôle d’un espace de recherche interdisciplinaire dans lequel la référence à la discipline originelle perd de son importance au profit des relations avec les autres disciplines du champ. Cela se traduit parfois par une contamination théorique ou méthodologique forte.

6Certaines contributions privilégient les questions institutionnelles. Elles portent d’abord sur les relations entre le monde des praticiens et celui de la recherche. Ce faisant, elles se focalisent sur des lieux d’enseignement et de recherche extérieurs aux départements de sociologie, Facultés (ou écoles) d’architecture, instituts d’urbanisme, centres de recherche spécialisés en études urbaines où les sociologues trouvent leur place avec plus ou moins de bonheur. Mais cette importance donnée aux institutions exprime également une inquiétude concernant la place de la sociologie urbaine dans les nouveaux dispositifs d’enseignement et de recherche en sociologie qui se mettent en place à l’occasion de diverses réformes universitaires.

7Deux autres entrées, un peu différentes, apparaissent également dans les contributions. La première concerne l’inscription des mouvements actuels de la sociologie urbaine dans un débat mondial. La question ne se trouve fortement posée qu’à propos de l’Amérique latine. Dans d’autres cas, elle se trouve sans doute minimisée par le fait que les auteurs se sont centrés sur l’espace francophone.

8Cela rejoint la question de la diffusion. Là encore, la limitation à la sphère francophone a sans doute conduit à ne pas traiter la question de l’accès aux supports de valorisation en langue anglaise et des contraintes (pas seulement linguistiques) que cela suppose. On remarque en revanche que plusieurs auteurs se réfèrent à des instruments ou recherches qui relèvent de la bibliométrie, ce qui manifeste l’importance accordée aux questions d’impact international. Ils s’interrogent également sur le choix des supports d’expression, par exemple lorsque les sociologues urbains s’expriment plus dans des revues d’études urbaines que de sociologie. La valorisation de la « littérature grise » apparaît également (au moins dans un cas), comme une question non résolue.

Ce qui fait différence

9Ces présentations manifestent une grande diversité de situations nationales ou régionales. Comment l’interpréter ?

10Dans les divers contextes étudiés, la sociologie urbaine n’a pas, d’abord, la même histoire. Même si elle se présente, de façon large, comme une discipline plutôt récente, son ancienneté varie fortement d’un pays à l’autre. À titre d’exemple, près de 70 ans séparent la thèse de Maurice Halbwachs sur les ressorts sociologiques du mécanisme de la spéculation foncière à Paris des premières thèses de sociologie urbaine marocaines. En outre, les conditions à la fois socio-historiques et scientifiques dans lesquelles la sociologie urbaine a vu le jour diffèrent sensiblement d’un pays à l’autre, comme le montrent fort bien les deux cas très contrastés de la Suisse, d’un côté et des pays d’Amérique latine, de l’autre. Enfin, dans ce registre toujours, les périodisations de la sociologie urbaine présentées par les auteurs ne coïncident pas, même quand elles renvoient à un même temps historique.

11D’un pays (ou d’une région) à l’autre, la sociologie urbaine n’occupe pas, ensuite, la même place dans le champ des études urbaines. Dans certains contextes (en France, en Allemagne, en Belgique, en Suisse ou au Québec), la sociologie urbaine apparaît comme une discipline singulière, occupant une position plus ou moins forte, à l’intérieur de la recherche urbaine ; dans d’autres pays au contraire (au Maroc et, dans une moindre mesure, dans les pays d’Amérique latine), sa spécificité dans le champ des études urbaines est moins marquée. Cette (double) différenciation est en partie liée à la position – plus ou moins importante –qu’occupe la sociologie dans les champs scientifiques de chaque pays et à la place accordée à l’urbain dans les différentes sociologies nationales (ou régionales). L’exemple marocain est sur ce point particulièrement significatif : dans ce pays, la sociologie est encore une discipline faiblement instituée et les sociologues s’intéressent assez peu aux « questions urbaines ». Aussi, au Maroc, la sociologie urbaine ne se distingue pas nettement dans le champ national des études urbaines, qui est largement dominé par la géographie. En même temps, les différences observables ici sont liées au fait que dans les divers contextes présentés les disciplines traitant de la ville n’interagissent pas de la même manière. Dans les pays où la communauté scientifique est peu nombreuse (Belgique, Suisse, Québec), il existe une plus grande pratique de l’interdisciplinarité qu’en France ou en Allemagne.

12Un troisième élément de différenciation se situe dans la structuration et le financement des recherches. En France, même si dans ce domaine des changements se dessinent depuis quelques années, l’administration et le financement de la recherche en sociologie urbaine (et plus largement de la recherche urbaine) relèvent très largement de l’État, qui se préoccupe avant tout d’éclairer par la recherche des politiques publiques nationales. Dans d’autres pays, les financements, même s’ils sont en apparence presque aussi centralisés (au niveau de l’État central ou d’États fédérés), tiennent un plus grand compte de la demande locale ou en provenance de la société civile. En outre, les chercheurs sont davantage en lien avec les « milieux de la pratique », à l’exemple des groupes communautaires québécois. De ce fait, en Belgique, en Suisse ou au Québec, les travaux de sociologie urbaine apparaissent plus dépendants de la demande sociale et ont aussi plus couramment des visées pratiques. Dans ce registre, les pays d’Amérique latine se singularisent également, avec un grand nombre d’« études urbaines » qui bénéficient de financements internationaux, octroyés dans le cadre de programmes de recherche associant plusieurs pays.

13Un autre élément de différenciation réside dans les caractéristiques urbaines et sociales des pays (ou régions) dans lesquels vivent et travaillent les chercheurs en sociologie urbaine. Parce que ces caractéristiques varient selon les pays, parce que les enjeux et débats qu’ils génèrent ne sont pas les mêmes, les questions et réalités sur lesquelles sont sollicités et travaillent les sociologues urbains ne sont pas identiques. C’est ainsi, par exemple, que la question de la métropolisation apparaît davantage présente dans la sociologie urbaine « suisse » et dans la sociologie urbaine « belge » que dans les autres sociologies urbaines nationales ou régionales. C’est aussi, autre illustration, ce qui explique que la question des « banlieues » est inégalement présente dans les sociologies urbaines québécoise et française : parce qu’au Québec, à la différence de la France, les banlieues sont souvent « sans histoire », elles attirent beaucoup moins l’attention des sociologues que dans le cas français.

14Pour toutes ces raisons, dans les divers contextes étudiés, la sociologie urbaine n’a pas la même ampleur, en termes de nombre de chercheurs, de nombre d’équipes de recherche ou en termes de productions et ne traite pas exactement les mêmes thématiques. D’une part, d’un pays ou d’une région à l’autre, les thématiques dominantes ne sont pas les mêmes. Par exemple, si la thématique de la mobilité est présente dans l’ensemble des sociologies nationales ou régionales présentées dans ce dossier, elle occupe une position beaucoup plus centrale dans la sociologie urbaine « suisse » que dans de nombreux autres contextes nationaux ou régionaux. D’autre part, certaines thématiques apparaissent plus spécifiques à un ou à quelques pays. Tel est le cas, par exemple, de la thématique de l’ethnicité et de ses territoires, de l’analyse, en d’autres termes, du rôle que joue le rapport à l’espace urbain dans la construction et la transformation des communautés dites ethniques, fortement associée à la sociologie urbaine et au contexte québécois.

15Avec la montée en puissance du mouvement d’internationalisation de la recherche, au cours des dernières années, on assiste sans aucun doute à une certaine diffusion et à une certaine uniformisation des thématiques (et des questions) de la recherche en sociologie urbaine, comme en témoigne par exemple la multiplication récente, dans les différents pays, des travaux autour des thématiques de « la gouvernance urbaine », de « la ville et du développement durables » ou bien encore de « la participation citoyenne ». Mais, et c’est un élément supplémentaire de différenciation, les sociologies urbaines nationales (ou régionales) ne paraissent pas également soumises à l’agenda de la recherche internationale. Sur ce point, les présentations proposées invitent en effet à distinguer d’un côté, les sociologies urbaines des pays d’Amérique latine, fortement dépendantes de l’agenda de la recherche internationale et d’un autre côté, les sociologies allemandes et françaises, moins étroitement liées à cet agenda, les sociologies urbaines des « petits pays » occupant ici une position intermédiaire.

16Enfin – et les deux phénomènes sont en partie associés – les sociologies urbaines nationales et régionales se caractérisent par une ouverture inégale aux théories, aux concepts, aux approches ou aux modèles issus d’autres pays. Ainsi, il existe visiblement un plus grand « métissage » dans la sociologie urbaine pratiquée en Belgique, en Suisse ou au Québec que dans la sociologie urbaine française qui, même si là aussi des changements sont à l’œuvre, reste encore pour une large part très « franco-française ». Dans le cas des pays d’Amérique latine, la tendance est plutôt à l’ouverture, mais avec une configuration très particulière, au sein de laquelle on peut identifier deux périodes historiques bien distinctes : l’une marquée par l’influence de la sociologie urbaine radicale française des années 1960-1970, l’autre marquée par l’influence des théories des « villes globales » d’origine anglo-saxonne.

Fragilité du champ et rapport à la pratique

17Même si trop peu de sociologies urbaines nationales ou régionales sont abordées ici, la mise en regard de ces différentes approches doit aussi apporter des éléments de réponse à la question qui était à l’origine du colloque de Lyon : comment définir la sociologie urbaine aujourd’hui et quelles en sont les tendances ?

18Il serait sans doute hâtif de conclure qu’il n’existe aucun paradigme dominant. Si tous les auteurs avaient cherché à mesurer l’influence de la théorie de la ville globale par exemple, peut-être auraient-ils abouti à des conclusions proches de celles d’Emilio Duhau. Cependant, plusieurs indices incitent à formuler l’hypothèse d’un infléchissement des débats autour d’enjeux théoriques structurants – voire d’un désintérêt vis à vis de la théorie. En tout cas, plusieurs auteurs soulignent qu’aucune théorie ne joue un rôle analogue à celui des courants d’inspiration marxiste à la fin des années 1960 et durant les années 1970. Et, même si l’École de Chicago continue d’être citée, la référence aux travaux fondateurs s’estompe.

19Les constats dressés par les différents contributeurs concourent à montrer qu’au-delà de quelques thèmes fédérateurs (souvent transdisciplinaires), dans chaque pays et internationalement, le morcellement domine. De surcroît, ces quelques grands thèmes, dont on a déjà souligné la variabilité, dessinent un domaine aux contours fragiles, dont certains sous-ensembles tendent même à s’autonomiser : l’immigration, la mobilité spatiale ou la participation par exemple.

20Cela incite à reprendre le questionnement sur l’existence même de la sociologie urbaine et sur sa nécessité, engagé de très longue date par certains de ses grands auteurs de référence et qui est, à certains égards, constitutif du champ. Ceux qui s’expriment ici le poursuivent à leur manière. Ils observent la fragilité de la sous-discipline sans forcément converger vers une explication commune. « Parent pauvre de la sociologie » dans la plupart des pays considérés, selon la formule d’Annick Germain ; parent pauvre d’une discipline elle-même marginale au sein des sciences sociales au Maroc. Au passage, on peut s’interroger pour savoir dans quelle mesure cette faiblesse lui est propre et dans quelle mesure elle est inhérente à la structuration de la discipline dans les pays francophones. On sait que la sociologie française a longtemps entretenu une forte suspicion à l’égard des sociologies spécialisées qui, à l’exception de la sociologie du travail, n’ont obtenu un plein droit de cité que dans les années 1980.

21Néanmoins prêtons foi à l’idée selon laquelle la sociologie urbaine serait un champ plus hétéronome car moins structuré que d’autres. Comparer différentes approches de la sociologie urbaine montre à quel point ce champ est conditionné par certaines données contextuelles. En premier lieu, la nature des phénomènes urbains eux-mêmes. L’histoire de l’urbanisation, ou de la « métropolisation » et les caractéristiques du processus ainsi nommé, concourent à expliquer son surgissement. Elles permettent aussi de comprendre la saillance de thèmes, tels que l’immigration ou l’ethnicité ici ; la ségrégation ou la dualisation là… En second lieu, la sociologie urbaine s’ajuste au cadre institutionnel dans lequel elle se déploie et aux financements dont elle dépend et, par-dessus tout, à la commande publique. Mais certains éléments incitent à relativiser la contextualité de la sociologie urbaine. Si elle semble surdéterminée par différents facteurs, elle ne les subit pas nécessairement. Elle s’en empare, notamment lorsqu’elle construit sciemment son rapport à la commande publique et aux milieux professionnels auxquels elle s’adresse. Le rôle moteur de la relation à l’État dans la production de recherches sur la ville en France est bien connu. Plus généralement les auteurs mettent en évidence l’importance de ses interrelations avec certains milieux professionnels, certaines institutions publiques, certaines communautés. Bien entendu, ces commandes contribuent à orienter la sociologie urbaine vers l’étude de réalités locales. Au passage, il faudrait s’interroger plus avant sur les spécificités de la commande publique lorsqu’elle concerne le champ urbain. D’autres sociologies spécialisées bénéficient également de ce type de financement. Pour autant la commande qui s’adresse à elles n’est pas forcément de même nature et peut donner lieu à des interactions assez différentes de celles qui priment dans le domaine urbain.

22Plusieurs auteurs vont au-delà de ce constat en insistant sur le fait que la sociologie urbaine se caractérise par un rapport spécifique – et particulièrement étroit – à l’action. Il ne s’agirait pas seulement pour elle de répondre à la pression d’une demande sociale contraignante. L’avenir de la sous-discipline serait donc conditionné par la manière dont ceux qui la représentent construisent (ou construiront) leur rapport à l’action : pas seulement en répondant à des questions préconstruites et en assumant leur statut de représentants d’un savoir « appliqué ». Nous n’en sommes plus à l’époque où Raymond Ledrut déclarait que la sociologie urbaine permettrait de « gouverner de façon consciente et rationnelle le développement de la ville » (Ledrut, 1968) ! L’intrication entre recherche et action apparaît plus forte dans certains pays que dans d’autres : au Québec, il est question d’alliance « communauté/chercheurs » ; en Belgique, le rôle d’expert conféré au sociologue urbain semble aller de soi. Faut-il voir ces situations comme anticipatrices de tendances plus générales ? La question reste ouverte.

23Une autre explication récurrente de la fragilité de la sociologie urbaine est l’influence centrifuge qu’exerceraient sur elle d’autres disciplines. On constate que l’interdisciplinarité peut s’organiser à l’intérieur de domaines constitués : études ou recherche urbaine/s, savoirs de l’urbanisme, urbanologie, etc. ou peut s’effectuer sous la forme d’échanges bilatéraux avec des disciplines voisines, qui abordent les mêmes terrains, voire co-construisent les objets de la sociologie urbaine. Ces disciplines connexes sont les sciences de l’espace, du politique et du social dotées de branches urbaines : la géographie, suivie de près par l’architecture, la science politique et l’anthropologie. On notera l’absence d’autres sciences sociales, notamment l’histoire et l’économie avec lesquelles les interactions furent autrefois plus intenses. Quoiqu’il en soit, le dialogue interdisciplinaire, abondamment souligné dans ces pages, est considéré tantôt comme aliénant, tantôt comme structurant.

24Face à l’interrogation sur l’existence même d’une sociologie urbaine, deux tendances s’affrontent : la fonder sur une/ des théorie/s du phénomène urbain, comme le prônait Louis Wirth ; accepter (ou même défendre) le pluralisme des paradigmes comme un ressort de la sociologie urbaine. Cette seconde tendance semble prévaloir aujourd’hui. De ce fait, la question de la définition de la sociologie urbaine par celle de son objet a perdu sa centralité. L’apport de la sociologie urbaine résiderait principalement dans l’éclairage qu’elle apporte sur la spatialité du social. Cette question apparaît en tout cas comme un des fils conducteurs possibles des débats et des thématiques évoqués dans ces pages.

Haut de page

Bibliographie

Ledrut R. (1968), Sociologie urbaine, Paris, Presses universitaires de France.

Haut de page

Notes

1 Cette rencontre était organisée par le CR 02 Sociologie urbaine : villes, sociétés et action publique de l’AISLF, en collaboration avec l’université Lyon 2 et l’ENS de Lyon, le Groupe de Recherche sur la socialisation (UMR 5040), l’équipe COST (UMR CITERES, 6173) et le Lab’Urba à Lyon, les 23 et 24 juin 2010.

2 Elle fait l’objet d’un livre à paraître fin 2012 aux Presses de l’université de Lyon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Authier, Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre, « Introduction au dossier sur l’actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones  », SociologieS [En ligne], Dossiers, Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 18 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4165

Haut de page

Auteurs

Jean-Yves Authier

Professeur à l’université de Lyon 2, France - jean-yves.authier@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Alain Bourdin

Professeur à l’université de Paris-Est Marne la Vallée, France - bourdin@msh-paris.fr

Articles du même auteur

Marie-Pierre Lefeuvre

Professeure à l’université François Rabelais de Tours, France - marie-pierre.lefeuvre@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page