Navigation – Plan du site
Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones

Sociologie urbaine ou sociologie de l’espace ? Le concept de milieu urbain 1

Urban sociology or sociology of space? The concept of urban places
Oliver Frey

Résumés

Le texte analyse les problèmes d'orientation de la sociologie urbaine en tant que discipline scientifique face aux transformations multiples et fondamentales des structures sociales. Il présente le rôle de la sociologie urbaine allemande et ses méthodes diverses dans l'approche des objets d'études et il met l'accent sur l'instauration de la recherche sociale empirique se basant sur l'étude approfondie des lieux et de leur rapport avec les structures sociales. Il réfléchit aux méthodes de gouvernance en proposant une réciprocité dans la planification entre sujet et objet qui dépasse les compétences des experts. Ceci mènerait à une compréhension élargie de la notion de l'espace comme champ de dialogue entre les lieux urbains et les individus. Il souligne l'importance de l'étude du local pour comprendre l'apparition de styles de vie liés à l'espace.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Traduction Lucile Chartain.

1Les transformations socio-économiques actuelles ont provoqué un bouleversement des sciences sociales. Les questions concernant, d’une part, la structuration de la société selon des catégories appropriées à la description des modifications sociales et économiques – ainsi que les forces motrices et les causes de cette transformation – et, d’autre part, les réponses concernant les formes de gouvernance possibles deviennent, par conséquent, multiples (Habermas, 1985 ; Pongs, 1999, 2000).

2La nature fondamentale du changement structurel de la société est cependant incontestée au sein des sciences sociales. Les formes de ses manifestations sont multiples. Elles peuvent être décrites comme le passage de la société industrielle à une société de services ; comme l’érosion du modèle sexué de la division du travail (Gottschall, 1995) ; comme l’émergence d’une société d’information et de réseaux suite à l’apparition de nouvelles technologies et de nouvelles formes d’organisation (Castells, 1996) ; comme l’importance accrue des différentes formes de connaissance au sein de la société du savoir (Stehr, 1994) ; comme la mise en place d’une société globalisée suite à la flexibilisation et à l’internationalisation ; comme le passage à une société postmoderne – dans le sens d’une fin de la modernité (Bell, 1973 ; Inglehart, 1998).

3Les discussions au sein des sciences sociales sont marquées par les différences d’accentuation concernant, d’une part, les forces motrices de ces transformations et leurs répercussions sur l’économie, d’autre part, la structuration sociale en classes, milieux et scènes ou plutôt en principes et styles de vie individuels. De plus, ces différences d’accentuation accélèrent un bouleversement des sciences sociales et de la sociologie urbaine à plusieurs niveaux : a) une modification de la compréhension scientifique dans le sens d’un discours orienté vers la pratique et à forte dimension interdisciplinaire ; b) un débat méthodologique concernant les défis à relever pour maintenir un savoir empirique sur les processus de transformation ; c) un débat organisationnel et institutionnel sur la constitution de la discipline ; et d) point qui n’est pas des moindres, une discussion de fond sur les catégories et les concepts centraux utilisés pour décrire le changement structurel de la société.

4La sociologie urbaine subit elle aussi un bouleversement à ces quatre niveaux. Le changement structurel de la société implique celui de la ville (Frey & Koch, 2011a). Le consensus fondateur de la sociologie urbaine postule une relation mutuelle entre les structurations sociales et les structures spatio-urbaines. Dans les villes, les processus sociaux de transformation deviennent visibles au niveau de l’espace social et peuvent être décrits empiriquement. Dans le même temps, les villes, leurs habitantes et leurs habitants agissent comme forces motrices des mutations structurelles de la société. Ce paradigme fondateur de la sociologie urbaine est encore et toujours actuel : les structures sociales et sociétales ne peuvent être vraiment analysées et représentées que dans leur lien avec les données spatiales. Les catégories centrales et les méthodes pour décrire l’emboîtement spatial des structures et des relations sociales évoluent donc avec les bouleversements actuels. Il est cependant évident que les sciences sociales centrées sur l’espace, ainsi que l’architecture et l’aménagement du territoire, requièrent de plus en plus des modèles explicatifs spécifiques. Les sciences sociales, avec leurs théories et leurs modèles, ont infiltré les discours médiatiques et politiques. Parallèlement, la sociologie urbaine, avec ses descriptions et ses analyses de l’évolution de l’habitat, est sollicitée par les discours de politique sociale axés sur la pratique.

Qu’est ce qui caractérise la sociologie urbaine germanophone ?

  • 2 NdT : Nous avons ici choisi de traduire les concepts de « Vergemeinschaftung » et de « Vergesellsch (...)

5La sociologie urbaine est particulièrement vaste. Elle traite de la spatialisation de l’évolution de la société, en particulier de l’interaction entre les structures spatio-architecturales et l’action des individus. Elle examine les processus de communalisation (Vergemeinschaftung) et de sociation (Vergesellschaftung2 dans l’espace urbain ; elle constitue un concept générique pour les théories sociologiques et les résultats de recherche qui peuvent alimenter la compréhension du développement des villes, contribuer à expliquer les modes de vie urbains et aider à concevoir les conditions de vie urbaines. La « sociologie de la ville » est chargée de l’analyse de l’organisation de l’espace social habité. Le degré d’urbanisation en Europe, de près de 80 %, a déterminé le regard spécifique de la sociologie urbaine sur ces processus. Par là-même, le sens d’une « sociologie urbaine » spécifique a été remis en cause (Krämer-Badoni, 1991). Dans l’espace germanophone, cette mutation a également mené à un débat concernant la désignation de la discipline : doit-elle s’appeler « sociologie urbaine », « sociologie de la ville et de la région », « sociologie de l’espace » ou « sociologie de l’aménagement urbain » ?

6Depuis son établissement comme discipline scientifique à la jonction de la géographie sociale, de l’aménagement du territoire et de l’architecture, la sociologie urbaine tente de cerner la spécificité des villes. Dans cette optique, un point litigieux fondamental concernant l’indépendance de l’objet d’étude a été soulevé : les villes sont-elles l’expression et le reflet de la structuration sociétale, économique, culturelle et sociale de la société ? Ou bien constituent-elles un objet d’étude autonome, que sous-tend une logique et une structure propres ? (Weber, 1921 ; Park [1925] 1974 ; Saunders, 1987 ; Krämer-Badoni, 1991 ; Lichtenberger, 2002 ; Häußermann & Siebel, 2004 ; Dangschat & Frey, 2005).

7La sociologie de l’espace explique que celui-ci est produit dans un processus de construction sociale et que, au cours de ce processus, l’action et la structure de l’espace doivent être pensées conjointement (Löw, 2001). La conception de l’espace comme facteur environnemental (Umweltfaktor) pour l’action sociale essaye d’établir des connexions entre la matérialité de l’objet et le monde social. Dans le champ germanophone, Peter Atteslander et Bernd Hamm tentent d’appréhender la sociologie urbaine comme une théorie globale basée sur la plus grande diversité des formes d’appropriation et d’utilisation de l’espace, ainsi que sur l’organisation de l’espace dans son interaction, d’une part, avec le comportement social des individus et des groupes, d’autre part, avec les institutions civiles (Atteslander & Hamm, 1982). Chaque forme d’organisation sociale se réfère à une forme spécifique d’inscription spatiale. L’espace et le temps sont donc perçus comme des catégories de structuration de l’organisation sociale.

8René König a occupé la première chaire de sociologie germanophone de l’Université de Cologne. Dans les années 1970, il a étroitement collaboré avec des architectes, en coopération avec le secteur public. À cette époque, Jürgen Friedrichs (Hambourg), Bernd Hamm (Trèves) et Ulfert Herlyn (Göttingen) reprennent et approfondissent des recherches effectuées dans la tradition des études urbaines quantitatives de l’École de Chicago.

9Les approches qualitatives – les origines de l’ethnologie urbaine au commencement de l’École de Chicago – continuent alors à être largement ignorées par la sociologie urbaine allemande. Entre les années 1950 et les années 1980, les chercheurs qui s’intéressent à la ségrégation travaillent, en majorité, à partir d’une logique mathématique statistique formelle. À partir d’indices, les différences de répartition par rapport à la moyenne urbaine sont calculées d’après certaines caractéristiques déterminées des groupes sociaux (Friedrichs, 1977, 1988). À cela, Bernd Hamm (1982) oppose un système théorique de la « relation environnement/comportement » avec une théorie de l’espace qui conçoit celui-ci comme une construction sociale et non pas selon le modèle du container.

Les défis du développement de la sociologie urbaine

Le dépassement du problème micro-macro

10La tâche consiste aujourd’hui en un approfondissement des perspectives développées par la sociologie urbaine, à savoir que les structures sociales (économie, structure démographique, structuration sociale, idéologie, culture), à l’échelle macro, se forment en relation avec l’échelle micro des individus ; et qu’elles se reflètent au sein des configurations spatiales au niveau local. De ce point de vue, la ville est conçue comme le niveau où les structurations spatiales se manifestent, aussi bien à l’échelle macro qu’à l’échelle micro. Ces catégories sont trop simplifiées, car la relation de réciprocité entre les niveaux macro et micro est très complexe et multiple. Le problème micro / macro devrait plutôt être analysé et décrit sur la base de la fusion de la structure et de l’action. Il est possible de dégager des catégories structurelles et pertinentes à l`égard de l’action aussi bien au niveau macro de la société qu’au niveau micro des individus – et, par là même, aussi au sein du réseau spatial, au niveau des villes. La construction d’une dualité entre le « micro » et le « macro » déplace le regard vers la configuration spatiale du social. Celui-ci reflète des relations de réciprocité plus complexes entre les structures sociales et individuelles ; tout en les engendrant.

  • 3 NdT : nous avons choisi ici de traduire « Lebenswelt » par « monde vécu ». Le terme de « Lebenswelt(...)

11La consolidation des mondes vécus (Lebenswelten) 3

  • 4 NdT : le terme de « Werthaltung » recoupe également plusieurs acceptions. Au sein de la tradition p (...)

12La transformation structurelle de la société se manifeste au sein des mondes vécus et des biographies spécifiques des individus. De même, elle est façonnée en retour par les principes (Werthaltung) 4 subjectifs et les modes de vie des individus. Pour décrire et pour analyser de façon adéquate le processus de transformation sociale, il conviendrait de renforcer l’angle d’approche des mondes vécus spécifiques des individus. On peut avancer que la sociologie urbaine traditionnelle de l’époque moderne ne s’est pas assez attachée, en Allemagne, à la tradition qualitative, ethnographique et orientée vers le monde vécu des études urbaines de l’École de Chicago. La focalisation sur la description et l’analyse du développement de l’habitat au moyen de données statistiques concernant la ségrégation et les inégalités sociales, ainsi que les analyses conceptuelles de la théorie de la régulation ont occulté les mondes vécus subjectifs des individus, porteurs de sens et de valeurs. Recourir à des méthodes qualitatives de compréhension des mondes vécus, par le biais d’études biographiques et de recherches sur la culture urbaine, permettrait de décrire et d’analyser les acteurs et les actrices comme porteurs de sens, dans un contexte d’autonomie de la dimension culturelle des mondes vécus urbains (Dangschat, 1994). L’objectif serait d’instaurer un combiné de différents procédés de la recherche sociale empirique afin de rendre compte – à l’aide de méthodes textuelles, visuelles et géographiques – de l’organisation du travail et de la vie quotidienne des actrices et des acteurs, ainsi que de leurs espaces d’action locaux respectifs.

Comprendre les lieux

13Le point de vue traditionnel de l’aménagement du territoire et de l’architecture concernant les lieux et les espaces est influencé par une compréhension de l’espace en tant que facteur environnemental et container pour l’action sociale. L’aménagement du territoire a ainsi tenté de piloter les rapports à l’espace par le biais d’instruments et de méthodes empruntés à l’agencement de la matière physique architecturale. Il faudrait au contraire favoriser une compréhension de l’espace basée sur les rapports entre la matérialité tangible et le monde social. Des éléments du monde social se dévoilent au cœur de la tangibilité physique et matérielle des lieux. C’est pour cette raison que les structures objectivables sont qualifiées de « social objectivé » (Pinçon & Pinçon-Charlot, 1986).

14Au sein de lieux concrets, on retrouve également des structures sociales – véhiculées par des symboles, des images et des signes culturels (Lefebvre, 1974). Il existe des rapports entre les choses matérielles et le monde social et ces liens permettent aux deux domaines de communiquer l’un avec l’autre. La structure spatio-sociale et architecturale de la ville peut, de plus, être appréhendée comme un « actant » qui, au regard de cette « structure sociale objectivée », agit comme un acteur au sein de la configuration sociale. (Linde, 1972 ; Frey, 2009). En ce sens, la « logique propre » de la ville est également comprise comme un acteur spatio-social qui « parle », qui génère des « atmosphères » et qui engendre un « habitus du lieu » (Dangschat, 1996). L’échelle locale des lieux et des espaces produit, sous la forme d’une pratique spécifique, des cadres porteurs de sens pour l’action des individus et des groupes sociaux. Ces cadres sont à la fois transmis et potentiellement transmissibles. Il en résulte également une différenciation nécessaire des lieux et des espaces en fonction de la spécificité des relations de réciprocité entre les différentes caractéristiques sociales et architecturales.

La question du pilotage

15Une sociologie urbaine axée sur la planification interroge scientifiquement la question d’un pilotage adéquat des processus de transformation spatio-sociaux. Le développement de modèles de gouvernance urbaine constitue le point de départ de ces réflexions. Au sein de ces modèles, on observe en fin de compte un estompement de la démarcation entre l’objet et le sujet du pilotage. Cet estompement s’est produit car la conception positiviste d’une évolution des cadres sociaux commandée par des actions et des comportements rationnels a vacillé. La conception rationnelle de la planification – influencée par l’image d’un expert chef d’orchestre qui développe et met en application un « bon » plan à l’aide de méthodes, d’instruments objectifs et scientifiques – se trouve fragilisée par la reconnaissance d’une influence, bien plus importante que ce qui est communément admis, des facteurs individuels, émotionnels et subjectifs sur les principes et les normes de la science et de l’administration. Les limites d’une planification rationnelle et objective deviennent ainsi visibles : les compétences des experts ne suffisent plus pour comprendre la variété et l’hétérogénéité des mondes vécus des individus concernés par la planification. Les informations relatives aux évolutions et aux besoins des mondes vécus de milieux diversifiés, aux transformations des modes d’utilisation et des formes de comportement ne peuvent quasiment plus être déchiffrées à partir de statistiques. Aujourd’hui, une recherche de sociologie urbaine s’intéressant à la planification doit aborder la question de l’évolution des rôles du sujet et de l’objet du pilotage de façon à ce que les fondements et les conditions d’un pilotage spatio-social reposent sur une nouvelle relation de réciprocité entre ce qui ne peut pas être planifié et la gouvernance. Les actrices et les acteurs, au sein de ce processus de prise en compte des transformations spatio-sociales, doivent également être associés – en tant qu’agents collaborateurs – à l’analyse et à la description.

Les conceptions de l’espace au sein de la sociologie germanophone : l’exemple des milieux urbains

16Dans ce passage, nous allons, d’une part, décrire la conception de l’espace qui se trouve à la base de la conception des milieux urbains et, d’autre part, nous explorerons les formes du lien entre les lieux et les milieux urbains. Ces formes se réaménagent avec la désintégration croissante des liens unissant les structures sociales à un espace particulier et avec la fragmentation, l’hétérogénéisation des espaces urbains et de leurs milieux (Robertson, 1998).

La conception de l’espace au sein de l’analyse des milieux urbains

17Le rapport à l’espace des milieux urbains situe au premier plan la relation de réciprocité entre la matérialité spatio-physique d’un lieu, les structures sociales relatives à cette localité et les actions encastrées au sein de ces structures sociales (Castells, 2007). La description et l’analyse des milieux urbains doivent, d’une part, clarifier l’échelle de référence spatiale et, d’autre part, préciser le concept d’espace sous-jacent à cette échelle. Dans cette optique, Jens S. Dangschat différencie conceptuellement quatre niveaux d’analyse : un niveau macro international et national (qui comprend également le niveau régional et urbain), un niveau méso correspondant au quartier urbain et le niveau micro de la sphère individuelle (Dangschat 1990). L’introduction du quartier comme niveau méso, entre le niveau micro et le niveau macro, doit rendre visible les relations d’interdépendance qui se mettent concrètement en place au sein du quartier urbain. Les quartiers et les secteurs urbains sont qualifiés de « scènes intrinsèques » au cœur desquelles s’ébauchent le processus de transformation sociale et les modifications des styles de vie et des milieux (Dangschat, 1996). L’introduction d’un niveau méso permet d’observer et de comprendre la mutation sociale dans des lieux concrets, au sein des quartiers. Rainer Mackensen, qui considère également le niveau méso, se demande si « les quartiers ne sont pas le lieu de mondes vécus autonomes ? Inversement, les quartiers, eux non plus, ne peuvent pas être compris autrement que comme des empreintes et des concrétisations sociales qui reçoivent et préservent leur caractère à partir des dispositions d’une systématisation générale de la société et de sa spécification » (Mackensen, 2000, p. 241).

18L’introduction d’un niveau méso pour l’analyse de la transformation sociale établit de nouveaux cadres de références géographiques qui permettent de distinguer au mieux les conditions générales de l’action individuelle. La conception d’une « dimension locale de l’action » (Mackensen, 2000) – au sein de laquelle la structure sociale et les conduites individuelles sont liées – suppose une nouvelle interprétation des conditions de vie et d’action, interprétation qui garde constamment en ligne de mire l’intrication entre ces domaines.

« La sociologie urbaine ne peut être pratiquée de manière satisfaisante ni comme une “analyse de la structure urbaine” uniquement au niveau de l’ensemble de la ville, ni comme une “analyse du milieu” uniquement au niveau des domaines d’expériences individuelles. Il faut au contraire qu’elle soit pratiquée en ayant recours simultanément, de manière imbriquée, aux concepts et aux procédés qui ont été développés spécialement pour les différents niveaux » (Mackensen, 2000, p. 241).

19La conception des milieux urbains selon le niveau méso des quartiers permet de dépasser la pensée polarisée en termes contraires. L’approche consiste à appréhender la vie urbaine comme un enchevêtrement amalgamé, une interaction permanente entre les formes du monde social et du monde manifestement objectivé. La pensée dualiste s’annule si l’on considère l’espace social comme un « social objectivé » (Linde, 1972 ; Giddens, 1984 ; Pinçon & Pinçon-Charlot, 1986). Le social objectivé se rencontre dans les choses, les maisons et les lieux, mais aussi dans les personnes agissantes. Une nouvelle compréhension de l’espace se met ainsi en place. Les relations sociales sont structurées par les formes architecturales urbaines et constituent un enlacement relationnel qui est composé aussi bien d’évolutions sociales et techniques que de structures et d’actions sociales (Halbwachs, 1938 ; Chombart de Lauwe, 1952).

20La relation de réciprocité entre les lieux urbains et les individus coïncide avec le point de vue d’une communication liée à l’espace, spécifique à cet espace et qui est visible en un endroit déterminé (Noller, 1999). « L’espace » est ainsi conçu par contraste avec une compréhension positiviste, liée aux sciences de la nature, de « l’espace récipient ou container ». Au sein des disciplines comme l’urbanisme, l’architecture et l’aménagement du territoire, la représentation d’espaces « objectifs » concrètement mesurables et pouvant être reliés à une matérialité objective est, la plupart du temps, dominante. L’espace public est ainsi conçu comme un récipient neutre qui assimile des objets physiques, matériels, dont l’apparition, plus précisément l’incorporation, mène à une reconversion de l’espace. L’infrastructure du moment – ou la structure des bâtiments dans un quartier particulier de la ville – est perçue sous l’angle d’empreintes le plus souvent mesurables quantitativement, comme la densité ou la fréquence. La conception d’un « espace récipient ou container » découle d’un « espace absolu » qui est immobile, constant et autonome.

21Cependant, pour ceux qui s’interrogent sur les stratégies d’appropriation, d’interprétation et de prise en charge des milieux urbains, la capacité de construction de l’acteur social en ce qui concerne la conception de l’espace l’emporte. Le concept de l’espace théorique des milieux envisage que les espaces soient construits contextuellement. Cela signifie que les cadres porteurs de sens se trouvent au sein du contexte local, lequel dispose de cultures, de normes et de processus de travail chaque fois spécifiques. Les principes, l’habitus et les caractéristiques socio-structurelles au sein des différents milieux urbains influent également sur la capacité de construction. Le point de vue des individus sur les espaces diffère en fonction de l’appartenance à un milieu, à un genre ou à une cohorte. Cette conception des processus d’appropriation liés à l’espace est sous-tendue par une compréhension théorique en termes d’espaces relationnels, sociaux. Les espaces sont conçus comme des agencements de biens sociaux, d’individus et d’autres être vivants qui se réfèrent les uns aux autres. Les individus et les choses ne sont pas placés face à l’espace, ils ne sont pas non plus positionnés à l’intérieur ou à l’extérieur de cet espace. Ils sont partie prenante de celui-ci et les acteurs sociaux peuvent construire l’espace différemment, par des repositionnements ou des actes de langage. C’est l’association des biens sociaux et des individus qui, seule, forme l’espace. Ce concept relationnel de l’espace a été développé au sein de la sociologie de l’espace de Martina Löw. Elle écrit :

  • 5 NdT : Nous avons ici choisi de conserver le terme anglais Spacing utilisé par l’auteur de l’article

« L’espace est un ordonnancement (un classement) relationnel de biens et d’êtres vivants. L’espace est constitué par des processus qui doivent être séparés analytiquement, le Spacing 5 est le processus qui permet de synthétiser l’ensemble des biens et des individus en un seul élément. » (Löw, 2001, p. 159)

22Dieter Läpple (1992) développe également un concept relationnel de l’espace qui n’autorise pas de dissociation entre les lieux physiques et les structures sociales. Il ébauche le modèle d’un « espace-matrice » qui interprète les espaces sociaux selon leur contexte d’évolution et leur cadre fonctionnel social qualitatif. Par conséquent, une analyse de milieu doit étudier les composantes suivantes de l’espace social.

23a) Le substrat physique et matériel : le substrat physique et matériel dispose d’une tangibilité en tant que manifestation. Si l’on transfère cette conception à l’espace urbain public, l’urbanisation, le trafic matérialisé ou les éléments architecturaux – aménagés spatialement – font aussi partie de ce substrat. Ce substrat physique et matériel constitue l’environnement urbanistique du concept de milieu.

24b) Les structures d’action et d’interaction sociales, plus précisément la pratique sociale : les structures d’action et d’interaction sociales sont caractérisées par leur propriété de sujets. Le caractère de sujets des acteurs est déterminé par la différenciation en classes au cœur de l’espace social. Au sein de la conception de la recherche sur les milieux, ces structures d’action et d’interaction sont appréhendées à travers les empreintes des styles de vie et des principes.

25c) Le système de représentations, de signes et de symboles : le système spatial de signes renvoie à la fonction sociale des artefacts (comme, par exemple, les bâtiments). Il constitue un critère hautement sélectif qui structure le comportement spatial des individus. Cet espace symbolique est transmis, au sein des milieux, par des stylisations de l’existence et par des symboles des modes de vie.

26L’interaction entre la tangibilité matérielle et le caractère de sujets des acteurs au sein des milieux urbains établit une dualité entre l’action et la structure qui correspond également à une dualité se reflétant dans l’espace. L’appropriation des espaces par les acteurs engendre et modifie l’espace actuel, tout comme les structures spatiales elles-mêmes exercent une influence sur les sujets agissants en les transformant. Par conséquent, on retrouve au cœur des structures architecturales, des maisons et des équipements infrastructurels – tout comme au sein des relations sociales codifiées comme les structures juridiques, la propriété et les loyers – les structures sociales objectivées qui agissent au niveau des milieux urbains.

Les liens entre les lieux et les milieux urbains

27Nous allons maintenant explorer la question centrale des liens entre les lieux et les milieux urbains. D’un côté, ces processus sont inclus dans le contexte du déracinement spatial des structures sociales ; de l’autre, ils sont liés à une intensification de la référence au quartier et à la localité au niveau local. La description et l’analyse de la transformation sociale évoquent une « disparition de l’espace », une « abolition des frontières » et une « liquéfaction » des structures spatiales. Dans le cadre des débats autour de la mondialisation (Castells, 1996, 2007 ; Sassen, 1991), les répercussions de la mondialisation sur le système de coordonnées spatio-temporel des structures urbaines sont analysées. D’un côté, on constate une déterritorialisation, plus précisément une délocalisation des relations économiques et sociales, c'est-à-dire une perte de signification de l’espace concret pour les processus de communalisation et de sociation. D’un autre côté, les lieux spécifiques sont reliés entre eux et les systèmes relationnels locaux sont ainsi consolidés pour permettre la réussite au sein d’une concurrence globale.

28Ainsi, les acteurs sociaux et économiques, suite à la perte de signification de l’espace, se déprennent-ils de plus en plus de leur attachement au lieu. D’un autre côté, on évoque un « retour du régional » et on prête une attention croissante à la signification des dimensions spatiales pour l’évolution de la société. Cette thèse appelle une question : quel rôle le local joue-t-il réellement dans l’apparition de styles de vie liés à l’espace, influencés par celui-ci et donc dans la formation de milieux sociaux et de leurs identités ?

29Cette question thématise de nouvelles relations entre les formations sociales et les lieux, les espaces urbains. Alors que les représentants des conceptions axées sur les styles de vie considèrent plutôt les actions des individus comme étant détachées des distances spatiales, la référence au lieu est perçue comme décisive pour la constitution des milieux. C’est dans cette optique que Gerhard Schulze ébauche un « espace comme décor » : « L’ancrage au sol des milieux sociaux s’est considérablement délité, sans que les milieux eux-mêmes ne disparaissent – ce qui est suggéré par la conception traditionnelle. » (Schulze, 1992, p. 1).

30L’espace est ici perçu comme environnement, comme cadre de référence territorial qui coïncide avec le rayon d’action des individus et au sein duquel se déroule la formation du milieu. Gerhard Schulze observe un déclin de la conception de l’espace en tant qu’environnement et constate que cet espace se transforme en scène. L’environnement est ainsi réduit au lieu concret qui, en tant que lieu de rendez-vous et théâtre d’événements, acquiert une signification plus importante. Ces lieux scéniques sont décrits comme ayant une étendue spatiale limitée et comme disposant d’une continuité temporelle fragile. La relation entre le lieu scénique et l’individu au niveau de l’espace social est conçue comme éphémère. Les scènes sont occupées, puis de nouveau délaissées, elles peuvent être rapidement transformées et modifiées ou même disparaître complètement (Schulze, 1992).

« Une scène est un réseau de publics qui se constitue à partir de trois sortes de similitudes : l’identité partielle des individus, des lieux et des contenus. Une scène possède son public d’habitués, ses localités fixes et son offre typique d’expériences vécues […] Chaque scène a une étendue spatiale et temporelle. Il existe des scènes qui se désintègrent rapidement, mais aussi d’autres scènes qui se maintiennent pendant des mois ou des années » (Schulze, 1992, p. 463).

31Gerhard Schulze diagnostique une signification décroissante de l’espace, plus précisément des lieux d’habitation, pour la ségrégation urbaine. Cette position est très controversée au sein des débats de la sociologie urbaine. L’histoire de la recherche sur les milieux axée sur l’espace, au sein de la sociologie urbaine, constate plutôt, au contraire, l’intensité du lien entre l’espace et les structures du milieu. Karl-Dieter Keim (1979) différencie les dimensions du milieu au niveau : a) d’une structure spatiale agissant sur le social ; et b) d’une structure sociale agissant sur l’espace.

Conclusion. Le concept de milieu comme lien entre la sociologie urbaine française et allemande

32Le concept de milieu est central au sein de la sociologie urbaine, car il thématise les manifestations du lien entre l’espace urbain et les structures sociales. L’analyse des empreintes spatiales des relations sociales constitue l’objet de recherche central de la sociologie urbaine (Weber, 1921 ; Park ([1925] 1974 ; Saunders, 1987 ; Krämer-Badoni, 1991 ; Lichtenberger, 2002 ; Häußermann &Siebel, 2004 ; Dangschat &Frey, 2005 ; Castells, 2007 ; Dangschat, 2007).

33Depuis son établissement comme discipline scientifique à la jonction de la géographie sociale, de l’aménagement du territoire et de l’architecture, la sociologie urbaine tente de cerner la relation de réciprocité entre l’espace et la société. La thèse selon laquelle les structures sociales et sociétales ne peuvent être analysées et représentées que dans leur lien avec les données spatiales est liée, conceptuellement, à la notion de « milieu » (Dangschat, 1994).

34Le terme français de « milieu » signifie littéralement « entre le lieu » et se réfère à une relation établie entre les lieux et les structures sociales. Le milieu social, en sociologie, renvoie à un groupe social disposant de styles de vie, de principes et de conditions de vie socio-économiques semblables. Le rapport entre les relations sociales et leurs empreintes spatiales sur les lieux et les choses physiques a été décrit par le sociologue français Émile Durkheim comme « morphologie sociale » : pour lui, les substrats physiques doivent être perçus à la fois comme conditions et produits sociaux de la vie sociale (Durkheim, 1893, 1897).

35La vie sociale s’ancre et se structure en produisant des empreintes disparates ; et l’on peut différencier le substrat physique et le monde social notamment par l’ampleur de ces empreintes. Émile Durkheim, avec le concept de morphologie sociale, classe les faits à l’intérieur de la structure du monde objectif et démontre que les formes de l’urbain – les types d’habitat, mais aussi les structures politiques et juridiques – disposent d’un ancrage au sein de l’environnement physique (Durkheim, 1897).

36Les structures morphologiques des villes, qui sont formées et produites au cours de l’évolution historique, influencent et façonnent les acteurs de la vie urbaine. Les éléments physiques comme les villes, les bâtiments et les monuments ont souvent un impact et une influence plus durables que les conditions historiques, culturelles, sociales ou économiques qui leur sont sous-jacentes et qui ont contribué à leur production (Lefèbvre, 1974). La composition des groupes sociaux, leur répartition territoriale, les images et les souvenirs sont structurés de façon spécifique à chaque lieu urbain (Halbwachs, 1938). En ce sens se constitue, au sein du monde urbain, un milieu spécifique composé de personnes, de lieux et de choses, agencé selon certaines règles dans l’espace urbain.

37On différencie traditionnellement la conception des milieux sociaux selon les deux perspectives suivantes : l’une, macrosociologique, porte sur la structuration des groupes sociaux avec leurs orientations de vie, leurs mentalités et leurs principes respectifs  au niveau de l’ensemble de la société. L’autre, microsociologique, porte sur les caractéristiques d’un style de vie individuel qui est façonné par un contact direct avec les membres du milieu, c’est-à-dire au sein des familles, des cercles de travail et de voisinage ou bien des groupements de jeunes (Herlyn, 2000 ; Manderscheid, 2004).

38Le travail de Pierre Bourdieu sur la « distinction » (Bourdieu, 1987) dessine une nouvelle carte géographique des groupes sociaux au sein de l’espace social. Ceux-ci sont notamment ordonnés d’après leur style de vie, dont Pierre Bourdieu opère la classification à partir du mobilier des appartements, des habitudes en termes de musique et d’habillement. Dans cette démarche, les individus sont différenciés selon la similitude du déroulement de leur quotidien, de l’équipement de leur appartement, des formes de leurs activités de loisir ou de leurs préférences culturelles (Spellerberg, 2007).

39Le « milieu urbain » est ainsi défini comme un groupe social en grande partie socialement et culturellement homogène, avec des styles de vie et des principes similaires. Ce groupe social est lié à des espaces, à des quartiers particuliers et dispose de données, de structures physiques et matérielles spécifiques. Les conceptions du milieu proposées par les ouvrages Milieu dans la ville (Keim, 1979, 1997) et Les Espaces des milieux (Matthiesen, 1998) reposent toutes sur une appréhension intégrée des structures et des processus sociaux dans les espaces urbains. Pour la sociologie urbaine, le concept central de milieu urbain permet, parallèlement aux modèles verticaux et objectifs de la différenciation sociale, de repositionner les empreintes horizontales de cette différenciation selon un angle socio-spatial, c’est-à-dire au sein des quartiers, des cercles de voisinage, de travail et d’habitation, des lieux de temps libre et de consommation.

40Les villes sont des formations diversifiées. Elles hébergent de multiples mondes sociaux différents et produisent dans le même temps des forces dynamiques qui influencent les transformations sociales. Le regard porté sur les villes peut être orienté soit vers les formes urbanistiques ou les modes de vie et les mondes urbains, soit vers les forces de leur évolution et leur pilotage (Frey & Koch, 2011a). L’École de Chicago, au sein de ses études urbaines des années 1920, décrivait la ville comme une « mosaïque de mondes sociaux ». Elle recherchait des modèles sociaux et culturels des modes et des styles de vie urbains de groupes sociaux spécifiques (Lindner, 2004). Ces études urbaines qualitatives et ethnographiques de l’École de Chicago, orientées vers les mondes vécus, ont fondé une recherche sur les milieux qui associe les empreintes des mondes vécus urbains et les lieux et voisinages citadins – qu’il faut envisager de façon différenciée. Ces recherches urbaines sur les modes de vie citadins trouvent leur origine dans les expériences des reporters de la grande ville (Lindner, 1990). Le reporter de la grande ville, sous sa forme première de policier, est affecté à un ensemble précis de rues ou à un territoire délimité selon d’autres critères. La différenciation spatiale des structures urbaines, par rapport aux emplacements locaux, s’opère par des actions isolées ou par des institutions, plus particulièrement par le classement des modes de vie collectifs en quartiers urbains. Cette différentiation forme ainsi l’espace urbain.

41La sociologie urbaine élabore la conception de modes de vie urbains se mettant en place au sein d’un champ de tensions de caractéristiques urbanistiques et socio-culturelles. La densité, l’hétérogénéité et la différence sont appréhendées, dans leurs empreintes socio-spatiales, comme des caractéristiques urbaines (Wirth, 1938 ; Simmel, 1984).

42Les différentes définitions du mode de vie urbain et de l’environnement citadin qui l’accompagne décrivent les différents aspects socio-culturels et leurs formes architecturales et urbanistiques (Frey & Koch, 2011b, 2011c). Les modes de vie urbains sont caractérisés par des besoins et des principes relativement différenciés, par des choix entre différentes activités, différents domaines d’expériences répartis selon des lieux et des espaces urbains différenciés. Le concept de milieu urbain définit une compréhension de l’urbanité en tant que forme de vie déterminée à la fois par des caractéristiques socioculturelles et par des propriétés architecturales et physiques.

Haut de page

Bibliographie

Atteslander P. & B. Hamm (dir.) (1982), Materialien zur Siedlungssoziolgie, Köln, Kiepenheuer & Witsch.

Bell D. (1973), Die nachindustrielle Gesellschaft, Frankfurt am Main, New York Campus.

Berking H. (dir.) (2006), Die Macht des Lokalen in einer Welt ohne Grenzen, Frankfurt am Main, Campus.

Bourdieu P. (1987), Die feinen Unterschiede, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Castells M. (1996), The Rise of the Network Society, Malden, Massachusetts, Blackwell Publishers.

Castells M. (2007), « Die sozialen Milieus der Städte » dans Baum D. (dir.), Die Stadt in der sozialen Arbeit. Ein Handbuch für soziale und planende Berufe, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, pp. 29-44.

Chombart de Lauwe P. H. (1952), Paris et l'agglomération parisienne, Paris, Presses universitaires de France.

Dangschat J. S. (1990), « Geld ist nicht (mehr) alles – Gentrifikation als räumliche Segregation nach horizontalen Ungleichheiten », dans Blasius J. & J. Dangschat (1990), Gentrification – die Aufwertung innenstadtnaher Wohnviertel, Frankfurt am Main/ New York, Campus, pp. 69-92.

Dangschat J. S. (1994), « Lebensstile in der Stadt. Raumbezug und konkreter Ort von Lebensstilen und Lebensstilisierungen », dans Dangschat J. S. & J. Blasius (dir.), Lebensstile in den Städten, Opladen, Leske & Budrich, pp. 335-354.

Dangschat J. S. (1996), « Raum als Dimension sozialer Ungleichheit und Ort als Bühne der Lebensstilisierung? – zum Raumbezug sozialer Ungleichheit und von Lebensstilen », dans Schwenk O. (dir.), Lebensstil zwischen Sozialstrukturanalyse und Kulturwissenschaft, Opladen, Leske & Budrich, pp. 99-135.

Dangschat J. S. (2007), « Soziale Ungleichheit, gesellschaftlicher Raum und Segregation », dans Dangschat J. S. & A. Hamedinger (dir.), Lebensstile, soziale Lagen und Siedlungsstrukturen, Akademie für Raumforschung und Landesplanung, Hannover, Verlag der ARL, pp. 21-50.

Dangschat J. S. & O. Frey (2005), « Stadt- und Regionalsoziologie », dans Kessel F., C. Reutlinger, S. Maurer & O. Frey (dir.), Handbuch Sozialraum, Wiesbaden, VS-Verlag für Sozialwissenschaften, pp. 143-163.

Durkheim É. (1893), De la Division du travail social : étude sur l'organisation des sociétés supérieures, Paris, Éditions Félix Alcan.

Durkheim É. (1897), « Note sur la Morphologie sociale », L'Année sociologique, n° 2.

Frey O. (2009), Die amalgame Stadt. Orte. Netze. Milieus, Wiesbaden, VS-Verlag für Sozialwissenschaften.

Frey O. & F. Koch (dir.) (2011a), Die Zukunft der europäischen Stadt.Wiesbaden, VS-Verlag für Sozialwissenschaften.

Frey O. & F. Koch (2011b), Positionen zur Urbanistik I. Stadtkultur und neue Methoden der Stadtforschung, Wien/Münster, LIT-Verlag.

Frey O. & F. Koch (2011c), Positionen zur Urbanistik II. Gesellschaft, Governance, Gestaltung, Wien/Münster, LIT-Verlag.

Friedrichs J. (1977), Stadtanalyse. Soziale und räumliche Organisation der Gesellschaft, Westdeutscher Verlag, Opladen.

Friedrichs J. (1988), « Makro-und Mikrosoziologische Theorien der Segregation », dans Friedrichs J. (dir.), Soziologische Stadtforschung, dans Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, Sonderheft 29, Opladen, S. 56-77.

Giddens A. (1984), Die Konstitution der Gesellschaft. Grundzüge einer Theorie der Strukturierung, Frankfurt am Main, Campus Verlag.

Gottschall K. (1995), Geschlechterverhältnis und Arbeitsmarktsegregation, dans Becker-Schmidt R. & G.A. Knapp (dir.), Das Geschleterverhältnis als Gegenstand der Sozialwissenschaften, Franckfurt Am Main, Campus Verlag, pp. 125-162

Habermas J. (1985), Die neue Unübersichtlichkeit, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Halbwachs M. (1938), Morphologie sociale, Paris, Éditions Félix Alcan.

Hamm B. (1982), Einführung in die Siedlungssoziologie, Beck, München.

Häußermann H. & W. Siebel (2004), Stadtsoziologie. Eine Einführung, Frankfurt, Campus.

Herlyn U. (2000), « Milieus », dans Häußermann H. (dir.), Großstadt. Soziologische Stichworte, Opladen, Leske & Budrich, pp. 152-161.

Inglehart R. (1998), Modernisierung und Postmodernisierung. Kultureller, wirtschaftlicher und politischer Wandel in 43 Gesellschaften, Frankfurt am Main, Campus.

Keim K.-D. (1979), Milieu in der Stadt. Ein Konzept zur Analyse älterer Wohnquartiere, Stuttgart/ Berlin/ Köln/ Mainz, Kohlhammer.

Keim K.-D. (1997), « Milieu und Moderne. Zum Gebrauch und Gehalt eines nachtraditionalen sozial-räumlichen Milieubegriffs », Berliner Journal für Soziologie, H. 3., pp. 387-399.

Krämer-Badoni T. (1991), Die Stadt als sozialwissenschaftlicher Gegenstand - Ein Rekonstruktionsversuch, dans Häußermann H. (dir.), Stadt um Raum: soziologische Analysen, Pfaffenweiler

Läpple D. (1992), « Essay über den Raum: für ein gesellschaftswissenschaftliches Raumkonzept », dans Häußermann H. (dir.), Stadt um Raum: soziologische Analysen, Pfaffenweiler, pp. 155-207.

Lefebvre H. (1974), « Die Produktion des Raums », dans J. Dünne & S. Günzel (dir.), Raumtheorie. Grundlagentexte aus Philosophie und Kulturwissenschaften, Frankfurt am Main: Suhrkamp Taschenbuch Verlag, pp. 330-342.

Lichtenberger E. (2002), Die Stadt. Von der Polis zur Metropolis. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Linde H. (1972), Sachdominanz in Sozialstrukturen, Tübingen.

Lindner R. (1990), Die Entdeckung der Stadtkultur. Soziologie aus der Erfahrung der Reportage, Frankfurt am Main: Suhrkamp.

Lindner R. (2004), Walks on the wild side. Eine Geschichte der Stadtforschung, Frankfurt am Main: Campus.

Löw M. (2001), Raumsoziologie, Frankfurt am Main, Suhrkamp.

Mackensen R. (dir.) (2000), Handlung und Umwelt – Beiträge zu einer soziologischen Lokaltheorie, Opladen, Leske & Budrich.

Manderscheid K. (2004), Milieu, Urbanität und Raum. Soziale Prägung und Wirkung städtebaulicher Leitbilder und gebauter Räume, Wiesbaden? VS-Verlag für Sozialwissenschaften.

Matthiesen U. (dir.) (1998), Die Räume der Milieus: Neue Tendenzen in der sozial- und raumwissenschaftlichen Milieuforschung in der Stadt- und Regionalplanung, Berlin, Sigma Éditions.

Noller P. (1999), Globalisierung, Stadträume und Lebensstile. Kulturelle und lokale Repräsentationen des globalen Raumes, Opladen, Leske & Budrich.

Park R. ([1925] 1974), « Die Stadt als räumliche Struktur und als sittliche Ordnung », dans P. Atteslander & B. Hamm (eds.), Materialien zur Siedlungssoziolgie, Köln, Kiepenheuer & Witsch, pp. 90-100.

Pincon M. & M. Pincon-Charlot (1986), « Espace social et espace urbain », Socius, pp. 32-49.

Pongs A. (1999), In welcher Gesellschaft leben wir eigentlich? - Band 1, Dilemma-Verlag, München.

Pongs A. (2000): In welcher Gesellschaft leben wir eigentlich? - Band 2, Dilemma-Verlag, München

Robertson R. (1998), « Glokalisierung: Homogenität und Heterogenität in Raum und Zeit », dans U. Beck, Perspektiven der Weltgesellschaft, Frankfurt am Main: Suhrkamp, pp. 192-220.

Sassen S. (1991), The Global City: New York, London, Tokyo. Princeton: Princeton University Press.

Saunders P. (1987), Soziologie der Stadt. Frankfurt am Main/ New York: Campus.

Schulze G. (1992), Die Erlebnisgesellschaft – Kultursoziologie der Gegenwart. Frankfurt am Main/ New York, Campus.

Simmel G. (1984), « Die Großstädte und das Geistesleben », dans G. Simmel, Das Individuum und die Freiheit, Berlin, Wagenbach, pp. 192-204.

Spellerberg A. (2007), « Lebensstile im sozialräumlichen Kontext: Wohnlagen und Wunschlagen », dans J. S. Dangschat & A. Hamedinger (dir.), Lebensstile, soziale Lagen und Siedlungsstrukturen, Akademie für Raumforschung und Landesplanung, Hannover: Verlag der ARL, pp. 182-204.

Stehr N. (1994), Arbeit, Eigentum und Wissen. Zur Theorie von Wissensgesellschaften, Frankfurt am Main.

Weber M. (1921), « Wirtschaft und Gesellschaft: Die nichtlegitime Herrschaft (Typologie der Städte) », dans K.M. Schmals, Stadt und Gesellschaft. Ein Arbeits- und Grundlagenwerk, München, Edition Academic Verlags-GmbH, pp. 247-268.

Wirth L. (1938), « Urbanität als Lebensform », dans K.M. Schmals, Stadt und Gesellschaft. Ein Arbeits- und Grundlagenwerk, München, Edition Academic Verlags-GmbH, pp. 341-358.

Haut de page

Notes

1 Traduction Lucile Chartain.

2 NdT : Nous avons ici choisi de traduire les concepts de « Vergemeinschaftung » et de « Vergesellschaftung » selon leur acception française wébérienne. Littéralement, le concept de « Vergemeinschaftung » signifie « ce qui est érigé en communauté », il a été conceptualisé en sociologie par Max Weber et traduit scientifiquement par le terme « communalisation ». Le terme « Vergesellschaftung », lui aussi conceptualisé par Max Weber, signifie littéralement « ce qui est érigé en société » et est traduit en sociologie par « sociation ».

3 NdT : nous avons choisi ici de traduire « Lebenswelt » par « monde vécu ». Le terme de « Lebenswelt » est en effet énormément utilisé par la philosophie et la sociologie allemande et il recouvre plusieurs acceptions : « cadres de vie », « milieux de vie », « vécu », « vie quotidienne », « expériences vécues », « monde de la vie » (Alfred Schütz), etc. Le terme « monde vécu » nous paraît ici le plus approprié, dans le cadre de la sociologie urbaine, car il recoupe précisément les notions « d’expériences vécues » et de « vie quotidienne ». L’acception « monde de la vie » est, quant à elle, davantage ancrée au sein d’une théorie philosophique phénoménologique.

4 NdT : le terme de « Werthaltung » recoupe également plusieurs acceptions. Au sein de la tradition phénoménologique, il est souvent traduit par « tenue de valeur », notamment au sein de la théorie de la valeur d’Edmund Husserl. Littéralement, il signifie « attitude par rapport aux valeurs » (Haltung = attitude, posture, et Wert = valeur). Nous avons choisi ici d’utiliser le terme de « principes » qui nous semblait plus approprié dans le cadre de la sociologie urbaine – bien que moins conceptualisé.

5 NdT : Nous avons ici choisi de conserver le terme anglais Spacing utilisé par l’auteur de l’article.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Oliver Frey, « Sociologie urbaine ou sociologie de l’espace ? Le concept de milieu urbain  », SociologieS [En ligne], Dossiers, Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 14 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4168

Haut de page

Auteur

Oliver Frey

Professeur assistant à la section de sociologie à l’Université technique de Vienne (Autriche) et directeur de la section urbanisme - oliver.frey@tuwien.ac.at

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page