Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2012Actualité de la sociologie urbain...La recherche urbaine au Maroc

2012
Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones

La recherche urbaine au Maroc

Urban research in Morocco
Abderrahmane Rachik

Résumés

À partir de plusieurs ressources bibliographiques, nous avons élaboré une base de données relative à la production sociologique marocaine (livres, articles, thèses, contributions dans des ouvrages collectifs). L’évolution récente de cette production, après l’Indépendance du Maroc, est analysée essentiellement en fonction de trois variables : les centres et groupes de recherches, la langue de publication et les thématiques dominantes. L’importance du processus de l’urbanisation et de l’intervention multidimensionnelle de l’État dans le champ urbain depuis la seconde moitié des années 1970 vont de pair avec l’augmentation numérique de la production intellectuelle sur la ville marocaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir les sources consultées à la fin du texte.
  • 2 Cette base de données se compose de 2.862 titres, répartit comme suit : 499 livres, 366 thèses, 320 (...)
  • 3 Nous avons recensé un ensemble de 2.465 titres, répartis de la manière suivante : 509 titres de liv (...)

1Nous nous sommes appuyé essentiellement sur les ressources électroniques existantes (générales ou spécialisées) pour élaborer une base de données bibliographiques relative à la production sociologique marocaine (livres, articles, thèses, contributions dans des ouvrages collectifs) 1. Nous avons réalisé, en 2004, une première base de données bibliographiques dans le cadre d’une recherche pour le Centre Jacques Berque (Rabat) (Rachik A., 2005). Elle tente de recenser la production universitaire sur le Maroc urbain 2. En 2009, nous avons élaboré une autre base de données sur la production sociologique des auteurs marocains 3.

2Nous allons commencer par donner un bref aperçu sur la sociologie au Maroc après l'indépendance politique du pays (après 1956), pour examiner, par la suite, la politique urbaine et son rapport avec l’émergence de centres et groupes de recherches et la multiplication de la production académique sur la ville. Dans une seconde étape, nous allons voir les différents sujets traités et les nouvelles thématiques à travers la production sociologique nationale.

Aperçu sur la sociologie au Maroc

3La sociologie au Maroc d'après l'indépendance a vu le jour avec la création de l'Institut de sociologie en 1960. Avec l’appui de l’UNESCO et sur les recommandations de ses experts, Jacques Berque, professeur au Collège de France et Maurice Erard, professeur à l’Université de Neuchâtel, l’université marocaine décida de créer l’Institut de sociologie qui était chargé de délivrer une licence en sciences sociales.

  • 4 Il faut signaler l’effectif très réduit des étudiants qui étaient en majorité des fonctionnaires.

4Dès 1961, l’enjeu de la langue s’impose. Une section en sociologie en langue arabe a été créée malgré l’absence d’encadrement scientifique (manque d’enseignants). Le nouvel Institut se trouva contraint de faire appel à un enseignant égyptien, Rochdy Fekkar 4. Un rapport d’expertise concluait en 1964 que « l’Institut n’est jamais parvenu à constituer le corps de professeurs dont il a besoin » (Conne, 1964, p. 5).

5La sociologie pratiquée au cours des années 1960 et 1970 se voulait critique sur le plan théorique et politique. Décoloniser l’appareil conceptuel colonial était presque un mot d’ordre. Marqué par une idéologie marxiste, la sociologie était conçue comme un acte militant pour améliorer les conditions de vie des masses rurales et urbaines (Rachik H., 2007, pour plus de détail).

  • 5 محمد جسوس : رهانات الفكر السوسيولوجي بالمغرب. أعده للنشر وقدم له إدريس بنسعيد.
    الرباط : وزارة الثقاف (...)

6En 1970, l’État ferme les portes de l'Institut de sociologie, perçu comme un espace de protestation politique. En contrepartie et pour calmer une éventuelle mobilisation au sein de l’université, l’État autorise l’ouverture d’un département qui réunit à la fois la philosophie, la sociologie et la psychologie au sein de la faculté des lettres de Rabat (Guessous, 2003) 5.

7La genèse de la sociologie du Maroc indépendant est fortement associée au nom de Paul Pascon décédé accidentellement à l’âge de 53 ans (1932-1985.) Cette histoire récente de la sociologie était plutôt dominée par des études et enquêtes en milieu rural. Il faut dire que la majorité de la population, soit 70 %, résidait en milieu rural.

Tableau 1 : Taux d’urbanisation au Maroc entre 1960 et 1994

Année

Population urbaine

%

Population totale

1960

3.389.613

29,1

11.626.470

1971

5.40972.5

35,1

15.379.259

1982

8.730.399

42,7

20.419.555

1994

13.407.835

51,4

26.073.717

2004

16.463.634

55

29.891.708

Source : Recensement général de la population et de l’habitat, 1960, 1971, 1982, 1994 et 2004

  • 6 Dahir royal du 13 avril portant constitution du gouvernement. Bulletin Officiel du 19 avril, 1972. (...)

8Depuis le début des années 1970, l’État donne la priorité à l’habitat urbain dans ses instruments de planification (plan quinquennal 1973-1977.) En effet, le recensement de 1971 révéla une situation urbaine catastrophique : la moitié des logements constituant le parc immobilier urbain national était jugée défectueuse. Cette constatation chaotique allait contribuer, entre autres, à la création de nouvelles structures d'intervention pour la réalisation de lotissements et de logements économiques qui allaient voir le jour à partir de 1975, pour se renforcer au début des années 1980. Ce nouvel intérêt politique pour l'espace urbain allait transformer le Service de l'Habitat en un ministère à part à partir de 1972 6, nommé Ministère de l'habitat, de l'urbanisme, du tourisme et de l'environnement.

9Le processus d’intervention multidimensionnelle de l’État dans le champ urbain depuis la seconde moitié des années 1970 et l’importance de l’urbanisation – dont le taux passe de 29% en 1960 à 55% en 2004 – vont de pair avec l’augmentation numérique de la production, à la fois académique et officielle, sur la ville marocaine. Le nouveau contexte de la politique urbaine a favorisé l’élaboration de plusieurs documents d’urbanisme (schémas directeurs d’aménagement urbain) et la publication de périodiques par le Ministère de l’habitat. Plusieurs organismes internationaux sont venus soutenir l’intervention de l’État dans le champ urbain (Banque mondiale, BIRD, US AID, etc.).

10Mais le déclenchement de l’émeute de juin 1981 dans les différentes villes marocaines, notamment à Casablanca, a eu pour effet d'accélérer l’intervention des différents appareils de l’État, de mettre en cause les instruments de planification urbaine en cours d'élaboration et de décider de la réalisation de nouveaux documents d'urbanisme, d'arrêter des projets urbains en cours de conception (restructuration des bidonvilles), etc. (Rachik A., 1994 et 2002).

  • 7 Création de l’Agence urbaine en 1984 pour mener des études et plus particulièrement pour élaborer d (...)

11Depuis le début des années 1980, sous la pression des émeutes récurrentes (1981, 1984 et 1990), l'État a investi énormément dans l'élaboration d’instruments de planification urbaine 7, dans l'infrastructure urbaine (réseaux routiers, assainissement...), dans les équipements administratifs (sièges de préfecture...), dans le logement social et dans le transport urbain public. Alors que dans le même temps, l'État se trouve obligé de geler ses investissements publics et d'adopter des mesures d'austérité et un Programme dit d'ajustement structurel (PAS), à partir de 1983, sous l'égide du FMI et de la Banque Mondiale.

Thématiques et institutions de recherche sur la ville

  • 8 À noter la multiplication numérique des étudiants et chercheurs, qui est le résultat du processus d (...)
  • 9 Il faut aussi dire que le nombre d’étudiants marocains en France a connu une augmentation important (...)
  • 10 Sur les 335 thèses portant sur l’urbain, soutenues entre 1980 et 2004, presque un tiers sont souten (...)

12L’intérêt récent que portent les chercheurs à la ville, à partir des années 1980, découle de ce nouveau contexte urbain 8. C’est dans ce climat général favorable que nous assistons, vers la fin de ces mêmes années 1980, à une augmentation numérique très sensible des thèses soutenues en France 9 sur le phénomène urbain au Maroc. Entre 1973 et 1987, nous avons recensé, à travers le Thesam, 118 thèses soutenues dans les différentes facultés françaises 10 sur la question urbaine, soit une moyenne annuelle de 11 thèses par an entre 1985 et 1987 et 9,6 entre 1980 et 1984 contre seulement 1,3 entre 1970 et 1979 (IREMAM & Institut du Monde arabe, 1989).

  • 11 La création d’un Ministère de l'urbanisme, de l'habitat et de l'environnement en 1973 était accompa (...)
  • 12 La Direction de la statistique contribue efficacement à la diffusion de l’information grâce à la pu (...)

13Ce nouveau contexte lié à une nouvelle politique urbaine a également permis la création en 1981 de l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU) et de l’École nationale d’architecture (ENA). Il a également permis de lancer au début des années 1970, des publications périodiques telles la revue Eddar (= الدار) et la revue La cité 11. On peut aussi citer la revue al-Maouil publiée par l’Agence nationale de lutte contre l’habitat insalubre (ANHI) et l’Habitat en chiffres, périodique annuel, publié par l’actuel Ministère de l’habitat 12.

14Le premier centre de recherche est créé en 1984, affilié à l’INAU, baptisé Centre d’études et de recherches en aménagement et urbanisme (CERAU). Il a pour mission de réaliser des études pour les organismes publics et de contribuer ainsi à développer la recherche scientifique relative à la question urbaine (planification urbaine, gestion urbaine, etc.) Il a réalisé à partir de 1983 des études urbaines sur quelques villes moyennes (Tifelt) et d’autres dans le cadre de l’élaboration du Schéma directeur et d’aménagement urbain (SDAU) de la ville de Khémisset.

  • 13 دليل المختبرات و الجمعيات العالمة و مجموعات و مراكز الأبحات بكليات الاداب بالمغرب. منشورات كلية الا (...)
  • 14 Atlas de la Wilaya de Casablanca. Planches, Casablanca. Faculté des lettres et des sciences humaine (...)
  • 15 Un travail presque similaire est réalisé par des géographes à la Faculté des Lettres de Fès, en col (...)

15Depuis, plusieurs groupes de recherche dont l’intérêt est centré sur le phénomène urbain sont venus renforcer cette dynamique relative à l’étude de la ville. Ils ont été créés au sein des différentes universités marocaines. Menés essentiellement par des géographes, la plupart de ces groupes ont vu le jour à partir du début des années 1990 : Groupe de recherche sur l’émigration dans la région Nord à la Faculté de Kénitra, Groupe de recherche sur la ville de Mohammadia à la Faculté de Mohammedia, Groupe de recherche sur la ville d’Oujda à Oujda, Bureau d’études sur Tadla à la faculté de Beni Mellal, Groupe de recherche sur la région et la régionalisation à la Faculté de Rabat, Groupe de recherche sur l’émigration et le développement du sud marocain à la Faculté d’Agadir, Groupe de recherche et d’études géographiques à la faculté de Kénitra, Groupe de recherche en géographie socio-spatiale à la Faculté de Fès et Groupe de recherche sur le sud marocain à la Faculté d’Agadir 13. On peut également citer le Groupe de recherche et d’études sur Casablanca (GREG), créé en 1986 et dirigé par le géographe Abdelkader Kaouia. Ce groupe a publié son deuxième colloque sur la ville de Casablanca, en 1987 et un Atlas de vingt cartes sur le Grand-Casablanca 14 en collaboration avec URBAMA de l'Université François Rabelais de Tours 15. Mais, une compétition (plutôt personnelle que scientifique) entre les quelques enseignants géographes a abouti à la création d’un groupe parallèle au GREG, dans la même Faculté des lettres et des sciences humaines de Aïn Chock, baptisé Centre d’études et de recherches en aménagement, présidé par Abdelkader Kaouia. Les deux groupes de recherche sont à l’agonie. D’autres géographes, dans cette même faculté, donnent naissance à un troisième centre baptisé Pôle de l’aménagement de l’espace qui a concrétisé sa présence par l’unique publication d’un ouvrage collectif en 2003 (Chouiki, 2003).

  • 16 Fondé en 1991, le Centre Jacques Berque est placé sous la double tutelle du CNRS et du Ministère fr (...)
  • 17 Le programme « Les patrimoines dans la ville, » a été dirigé par Rafaele Cattedra puis Pascal Garre (...)
  • 18 Voir les rapports d’Abderrahmane Rachik (2005) et Béatrice Allain El-Mansouri (2003)

16À la multiplication des centres et groupes de recherches ne correspond pas une organisation de séminaires ou de colloques, ni une production intellectuelle soutenue. Le Centre Jacques Berque pour les études en sciences humaines et sociales 16 cherche à innover dans ce sens. Il lance, entre 1998 et 2001, L’Atelier Ville marocaine, animé par un jeune architecte, Pascal Garret. Le souci de fédérer des efforts individuels des chercheurs sur l’urbain et d’offrir une documentation de seconde main sur la ville marocaine était fort présent. En effet, de nouveaux programmes ont vu le jour au CJB (Abouhani, 2000). Le premier porte sur les processus de patrimonialisation. Les patrimoines, matériels ou symboliques étaient considérés comme des construits sociaux. « La notion de patrimoine a acquis une place prépondérante et s'est imposée avec toute l'ambiguïté du rapport au passé, condensant une polyvalence sémantique et de registres (mémoire, identité, témoignage, tradition, sacralisation), et désignant plusieurs typologies d'objets (matériels, symboliques, savoir-faire...) susceptibles d'attentions patrimoniales » (Volait, Garret & Cattedra, 2001) 17 Le second programme a été lancé par le CJB, l’INAU et URBAMA (Tours). Il a pour objectif d’analyser le processus de la décision au niveau de la gestion urbaine en mettant en exergue la nature des intervenants urbains. Avec l’arrivée de Nadir Boumaza (géographe, sociologue) comme directeur du CJB en 2001, une nouvelle dynamique soufflera sur la recherche urbaine au centre. Des rapports synthétiques et détaillés sur la problématique urbaine au Maroc ont été lancés 18, des ateliers et colloques ont été organisés à Rabat, à Fès et à Marrakech dont un seul a abouti à la publication (Boumaza, 2006). Un nouveau programme intitulé « Fabrication urbaine » est lancé entre 2002 et 2006. Il a réuni une trentaine de participants du Maghreb et de France en s’interrogeant sur les écarts entre ville projetée et ville réelle. La thématique de la fabrication urbaine y est abordée aussi bien du point de vue de la connaissance des processus de fabrication « spontanée » ou planifiée que du point de vue de la construction de nouvelles méthodes d’action en urbanisme. Les nombreux cas étudiés couvrent l’ensemble de la région (Maroc, Algérie, Tunisie) et les principales métropoles urbaines – et présentent à ce titre un état des villes à l’aube du xxie siècle.

  • 19 Le PRUD est une action concertée incitative (ACI) initiée par la sous-direction de la recherche du (...)
  • 20 Il s’agit d’un partenariat entre la communauté scientifique française et les communautés scientifiq (...)

17Dans ce même esprit de collaboration entre des chercheurs français et ceux du Maghreb, le Programme de recherche urbaine pour le développement (PRUD) 19, vient renforcer cette dynamique de recherche 20 à partir du début des années 2000. Il a permis le financement de recherches sur le terrain et donné naissance à une série de publications (Boumaza & Abouhni, 2002-2006 ; de Miras &Le Tellier, 2005 ; de Miras, 2005).

  • 21 Le CM2S, qu’abrite la Faculté des lettres et des sciences humaines Aïn Chock de Casablanca, est cré (...)

18Un nouveau tournant se dessine entre 2006 et 2008. Le partenariat entre le CJB et le nouveau Centre marocain des sciences sociales (CM2S) 21 a abouti à la création d’un Atelier de recherche en anthropologie urbaine. Ce partenariat a pris le relais des différents programmes relatifs aux études urbaines du CJB, en décidant d’opter pour une échelle plus ciblée (l’axe Casablanca-Kénitra) et des méthodes de recherches relevant de micro-enquêtes de terrain. Le CJB et le CM2S lancent un programme sur la Marginalité métropolitaine au Maroc. Ainsi, vingt portraits de différents habitants de la ville ont été réalisés lors d’une série de séminaires regroupant des doctorants européens et marocains.

19Le partenariat entre les deux institutions est couronné par la publication d’un ouvrage volumineux (19 contributions) sur la ville de Casablanca (Péraldi & Tozy, 2001). Cette nouvelle publication a pour ambition de s’inscrire dans la tradition de l’École de Chicago, avec un « penchant marqué pour l’anthropologie, telle qu’elle est pratiquée du côté des miniaturistes, façon Clifford Geertz » (Ibidem, p. 9). Dans cette perspective, l’étude propose un ensemble de portraits de nouveaux citadins ordinaires face à la métropolisation à travers une sociologie sensible aux processus de désorganisation / réorganisation : femme au foyer, femme divorcée, célibataire, marchand ambulant, portefaix, habitant à la périphérie, écrivain public, taleb (clerc), jeune…

20Actuellement, la production académique sur le champ urbain est susceptible d’être renforcée et stimulée par la création de nouvelles formations doctorales. Une formation doctorale intitulée « Urbanisme, gouvernance urbaine et territoire », est initiée à partir de l’année 2011 à l’Institut national d’aménagement et d’urbanisme (INAU). Elle s’est fixé comme objectif « d’une part, l’observation de la scène locale à travers divers enjeux locaux, d’autre part, la traduction des interventions sur l’organisation de l’espace et les populations concernées sur le terrain ».

21Il faut noter que ces différentes formations universitaires s’adressent à des groupes numériquement très restreints (une dizaine de personnes) qui sont essentiellement des fonctionnaires (cadres administratifs, architectes, voire ingénieurs.) L’espoir de produire de futurs chercheurs sur l’urbain à travers ces formations doctorales reste très limité. Et la « relève » devient déjà une problématique de taille.

Faiblesse numérique de la production académique

22Pour suivre le processus de production intellectuelle et réunir des informations pertinentes sur la production marocaine en sociologie, une base de données bibliographiques est nécessaire. La première difficulté est de définir ce qu’est une œuvre sociologique. La production sociologique doit-elle être réalisée nécessairement par des chercheurs qui ont suivi des études académiques en sociologie ?

  • 22 Thèses marocaines. CDROM bibliographique édité en 2007 par la Fondation du Roi Abdul Aziz (Casablan (...)
  • 23 Sur l’ensemble des doctorants, 54 auteurs, soit 47 %, ont publié moins de cinq références.

23La production sociologique marocaine (thèses, livres, articles et contributions) sur la question urbaine est numériquement trop faible. Le CDROM bibliographique 22 relatif aux thèses soutenues par les Marocains permet de repérer ceux ayant soutenu leurs doctorats en sociologie (ethnologie et anthropologie compris), soit 321 titres de thèses. Parmi les auteurs de ces 321 thèses, seuls 113 ont publié au moins une référence 23, c’est-à-dire que, selon cette base de données, plus de 64 % n’ont jamais écrit un article au cours de leur vie. Sur ces 321 thèses, 21 seulement traitent de la ville, dont sept en arabe et quatorze en français. Alors qu’en géographie, presque 700 thèses ont été soutenues dont 158 titres relatifs à l’urbain.

  • 24 La référence au concept de l’espace urbain ou du territoire comme support ou comme l’un des facteur (...)
  • 25 Une anecdote personnelle : j’ai obtenu la licence et la maîtrise en sociologie à Lyon II en 1981 et (...)
  • 26 Ce livre est publié en langue arabe.

24Les raisons de la domination de la géographie 24 sont liées à l’histoire particulière et au statut de la discipline (sociologie) dans un système politique autoritaire 25 comme nous l’avons signalé plus haut. Si la géographie a existé et existe encore dans toutes les facultés des lettres, la sociologie refait timidement surface dans quelques rares universités. Suivre ses études doctorales en sociologie se faisait plutôt en dehors du Maroc (aux États-Unis, en Angleterre et plus particulièrement en France). La majorité des doctorants marocains en sociologie ont soutenu leurs thèses en langue française, soit 66 %, contre 30 % en langue arabe. Avant 1990, sur un ensemble de 160 titres de thèses, 138 ont été soutenus en langue française, soit 86 % et 19 en langue arabe, soit seulement 12 %. Mais, au cours des vingt dernières années, la tendance se renverse : seulement un tiers des thèses étaient soutenues en langue française (en majorité en France) et le reste en langue arabe. On estime à 3.000 les licenciés marocains qui ont suivi leurs études en sociologie dont 500 seulement ont été formés à l’étranger (Guessous, 2003) 26.

25Notre corpus relatif à la publication en sociologie des auteurs marocains traduit un bilinguisme relativement équilibré : 48 % de la production est en langue arabe et 47 % en langue française. Mais après une courte vérification des titres en langue arabe dans la base de données, on s’aperçoit que la traduction des œuvres marocaines se fait dans un seul sens, toujours à partir du français vers l’arabe. Ceci gonfle le volume des publications en langue arabe. J’ai repéré 24 livres qui ont été traduits du français vers l’arabe dont huit d’Abdelkébir Khatibi et six de Fatima Mernissi.

26Certes, la recherche urbaine est à cheval sur plusieurs disciplines (géographie, sociologie, économie, sciences politiques…). Il est également vrai qu’il existe des sociologues très actifs au niveau de la production intellectuelle, mais qui viennent d’horizons disciplinaires différents. La faculté de droit abrite des enseignants qui pratiquent la sociologie, mais qui ont une formation en sciences politiques ou en droit public et qui ont accumulé une expérience de terrain, plus particulièrement avec les deux sociologues Paul Pascon (1932-1985) et Abdellah Hammoudi. Vu la rareté des sociologues sur le marché, la conversion disciplinaire de certains universitaires vient renforcer la production nationale en sociologie.

27Il a fallu attendre la seconde moitié de la décennie 1980 pour assister à une augmentation relativement sensible de la production académique sur la question urbaine. À noter que seulement 481 documents (livres, articles et contributions) ont été publiés entre 1980 et 1990, alors que ce chiffre a presque doublé entre 1990 et 1999 pour atteindre 899 titres.

  • 27 Pour plus de détails, cf. Rachik A. (2005).

Tableau 2 : Types de documents produits sur l’urbain (1980-2004) 27

  • 28 Cette période est largement sous-estimée à cause d’un manque de mise à jour des bases de données co (...)
  • 29 Il s’agit de livres produits par un ou deux auteurs physiques. Au-delà de deux auteurs, nous consid (...)

Type de document

1980-1984

1985-1989

1990-1994

1995-1999

2000-2004 28

Total

Contribution

52

172

169

254

186

833

Article

49

90

220

185

110

654

Livre 29

57

61

49

22

8

197

Total

158

323

438

461

304

1.684

  • 30 Entre 1956 (date de l’indépendance du pays) et 1979, nous avons recensé 72 contributions.

28La faiblesse du nombre d’articles publiés traduit l’absence de revues spécialisées sur la question urbaine. Seuls des numéros spéciaux de revues sont occasionnellement publiés, notamment par le Bulletin économique et social du Maroc (BESM). Par contre, l’organisation de colloques sur la ville par les universités augmente d’une manière sensible au cours des années 1980 et 90. Sur les 905 contributions 30 publiées que nous avons identifiées, plus de 58 % sont le produit d’actes de colloque.

29Sur un ensemble de 499 livres identifiés entre 1956 et 2004 sur la question urbaine, nous estimons à 254 titres les ouvrages écrits par des auteurs physiques, soit plus de 51 %, le reste étant des publications collectives, dont 60 actes de colloques.

Thématiques dominantes

30Depuis le début des années 1990, le nombre de références sur la femme, sur la famille, sur les jeunes et sur la socialisation augmente d’une manière très sensible. De nouvelles problématiques, inspirées des valeurs féministes ou des droits de l’Homme ont alimenté la recherche sur cette thématique, qui arrive au premier rang. On y trouve des auteurs comme Fatima el-Mernissi, Aicha Belarbi, Ghita el-Khayat, Fatim Zahra Zrouile, Rabia Naciri, Nadira Barkallil, Mohamed Talal, Rahma Bourquia, etc.

31Les écrits sur l’urbain figurent parmi les préoccupations majeures des auteurs marocains. Ils viennent immédiatement en seconde position. La thématique dominante est relative à l’habitat (logements clandestins, médina, bidonvilles), à l’urbanisation, à la politique urbaine, au foncier et au transport. On peut citer les travaux de Françoise Navez-Bouchanine, Mohamed Naciri, Abdelghani Abouhani, Mohammed Ben Attou, Abderrahmane Rachik, Abdellah Lahzam, Aziz Iraki, etc. Le champ de la recherche urbaine est animé essentiellement par des chercheurs qui produisent en grande partie en langue française. Mais leur nombre ne dépasse pas une trentaine et ce dans les deux langues – arabe et européenne –et toutes disciplines confondues.

32Plusieurs sujets sont abordés par la production relative à la question urbaine contemporaine. Mais deux thématiques majeures retiennent l’attention des chercheurs. Au premier rang vient celle de la ségrégation résidentielle, qui met l’accent sur la crise du logement et sur l’urbanisation périphérique, sur les mauvaises conditions socio-spatiales, le sous-équipement dans les bidonvilles, les médinas et les quartiers non-réglementaires ou « clandestins »… La seconde thématique reste celle de la politique urbaine. Celle-ci est approchée généralement comme une série d’interventions multidimensionnelles de l’État et plus particulièrement à travers sa politique de logement social (relogement des populations des bidonvilles) et de restructuration des quartiers dits « clandestins ».

  • 31 Dépouillement personnel à partir du Thésam 1 (IREMAM, 1989).

33Si on revient aux thèses soutenues par les Marocains, on remarque qu’elles portent sur l’urbanisation (croissance urbaine, habitat, politique urbaine...), soit 40 % de l’ensemble des thèses. Le choix de l’étude des grandes villes vient en tête : treize thèses portent sur la ville de Rabat, onze sur Casablanca, huit sur Tanger et Fès, et sept sur Marrakech 31. Mais la diffusion de cette littérature grise est trop faible. Elle aboutit rarement à la publication.

  • 32 On peut citer les travaux de Mounia Bennani-Chraibi, (1994), d’Abderrahmane Rachik (1994), de Moham (...)

34Parallèlement à ces sujets classiques, de nouvelles thématiques émergent. L’approche de la protestation sociale pacifique, des nouveaux mouvements sociaux, est en train de s’imposer, après l’explosion violente d'une série d'émeutes dans plusieurs villes 32, plus particulièrement dans les quartiers périphériques et les zones urbaines démographiquement denses. Considérée comme un fait divers, l’émeute n’a pas eu le mérite de retenir l’attention des chercheurs en sciences sociales. Mais avec sa répétition dans les villes maghrébines, nous assistons à une floraison d’une littérature sur la violence urbaine.

35D’autres thématiques secondaires émergent. Une littérature sur le modèle d’habiter, sur les perceptions des habitants, est développée plus particulièrement à travers les travaux de la sociologue Françoise Navez-Bouchanine. Des travaux récents mettent l’accent sur la faiblesse des relations de voisinage, la montée de l’individualisme et le repli des ménages sur eux-mêmes. L’approche des relations de voisinage dans les quartiers est plutôt axée sur la recherche d’une éventuelle solidarité territoriale en cherchant « les éléments qui feraient la cohésion de cette collectivité : identité collective, proximité culturelle, historique, sociale, espérance et inquiétudes communes, solidarité territoriale » (Iraki, 2005, p. 103) ». Cette approche se réalise grosso modo dans le cadre de l’identification de l’émergence des leaders à l’échelle locale (nouvelles élites).

36Ceci dit, le champ de la recherche urbaine reste encore quasi-vierge. Plusieurs thématiques (nous ne parlons pas de problématique qui est encore plus précise) font encore défaut dans la littérature sur la question urbaine au Maroc. On peut citer les thématiques suivantes qui restent très marginales dans la production nationale : les études urbaines en termes d’acteurs, la gestion urbaine, les pratiques spatiales, les perceptions spatiales ou les travaux sur le secteur informel, le commerce, la mobilité résidentielle, les espaces publics, les migrants ou les femmes dans la ville, les études sur le centre-ville, les quartiers abritant les couches sociales moyennes et aisées, les petites et moyennes villes…

Conclusion

37La faiblesse numérique de la production intellectuelle en sociologie et sur la question urbaine découle d’un contexte général caractérisé par une pauvreté numérique éditoriale (livres et revues) en sciences sociales et humaines. Cette production académique est également liée à l’histoire mouvementée de la sociologie qui n’a pas encore le statut qu’elle mérite au sein de l’université. Elle était enseignée uniquement à la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat. Récemment, la discipline a pu s’introduire discrètement dans quatre autres facultés des lettres (Marrakech, Mohammedia, Kénitra et Fès).

38Certes, elle bénéficie aujourd’hui d’un contexte politique ouvert plus favorable aux sciences sociales, mais les pouvoirs publics « n’ont pas de politique scientifique claire et visible qui encadrerait l’activité collective de la recherche…» (Cherkaoui, 2011, p. 111). L’IURS (Institut universitaire de la recherche scientifique) et les Centres de recherches en sciences sociales devraient jouer ce rôle en créant les conditions institutionnelles d’une dynamique de recherche collective. Dans la plupart des cas, nous assistons à des efforts individuels éparpillés, isolés. L’insuffisance criante dans la formation des chercheurs en sociologie et le tarissement du recrutement des enseignants universitaires créent un contexte défavorable qui pose la problématique de la relève.

Haut de page

Bibliographie

Abouhani A. (dir.) (2000), Enjeux et acteurs de la gestion urbaine au Maroc, 1998-2000, Programme CJB, URBAMA-Tours, INAU, Dakar, Éditions du CODESRIA.

Allain El-Mansouri B. (2003), La Concession au privé de la gestion de l’eau potable et de l’assainissement liquide au Maroc ou La ville à l’épreuve de la bonne gouvernance. En ligne : http://www.ambafrance-ma.org/cjb/Actualites/CJB/Allain-MansouriEau.pdf.

Ameur M. & A. Filali-Belhaj (1997), Développement urbain et dynamiques associatives. Rôle des amicales dans la gestion des quartiers urbains, Rabat , ANHI.

Bennani-Chraibi M. (1994), Soumis et rebelles : les jeunes au Maroc, Paris, Éditions du CNRS.

Boumaza N. (dir.) (2006), Villes réelles, villes projetées : villes maghrébines en fabrication, Paris, Éditions Maisonneuve et Larose / CJB.

Boumaza N. & A. Abouhani (dir.) (2002-2006), Gouvernance urbaine, Programme CJB-INAU, PRUD.

Cherkaoui M. (2011), Crise de l’université, Genève, Librairie Droz.

Chouiki M. (2003), L'Aménagement des marges urbaines de Casablanca, Casablanca, Pôle de l'aménagement de l'espace Faculté des lettres et des sciences humaines.

Conne P. (1964), Sciences sociales auprès de l’Institut de sociologie de l’université de Rabat. Programme élargi d’assistance technique, UNESCO, Paris, juin.

de Miras C. & J. Le Tellier, en collaboration avec Saloui A. (dir.) (2005), Gouvernance urbaine et accès à l’eau potable au Maroc. Partenariat Public Privé à Casablanca et Tanger-Tétouan, Paris, Éditions L’Harmattan.

de Miras C. (2005), Intégration à la ville et services urbains au Maroc, Paris, Éditions IRD/INAU.

Guessous M. (2003), Enjeux de la pensée sociologique au Maroc, Préparé par Idriss Bensaid, Rabat, Ministère de la culture.

Iraki A. (avec la collab. d’A. Rachik) (2005), « Quartiers non-réglementaires : intermédiation, élite de proximité et restructuration urbaine », dans de Miras C., Intégration à la ville et services urbains au Maroc, Paris, Éditions IRD/INAU.

IREMAM (Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman) & Institut du monde arabe (1989), Le Monde arabe et musulman au miroir de l'université française : répertoire des thèses soutenues dans les universités françaises, en sciences de l'homme et de la société, sur le monde arabe et musulman : 1973-1987, THESAM I : Maghreb, Mauritanie, Maroc, Aix-en-Provence, IREMAM.

Péraldi M. & M. Tozy (dir.) (2011), Casablanca : figures et scènes métropolitaines, Paris, Éditions CJB / Karthala.

Rachik A. (1994), Ville et pouvoirs au Maroc, Casablanca, Éditions Afrique-Orient.

Rachik A. (1999), « Sciences sociales et violence collective au Maghreb », Prologues, n° 16, pp. 17-25.

Rachik A. (2002), Casablanca, l'urbanisme de l'urgence, Casablanca, Imprimerie Najah el Jadida.

Rachik A. (2005), Études et recherches urbaines sur le Maroc, 1980-2004, rapport de recherche, Centre Jacques Berque, Rabat, dans le cadre de son programme de recherche « Lire et comprendre le Maghreb », mai. En ligne http://www.ambafrance-ma.org/cjb/docligne.cfm

Rachik H. (2007), « Sociologie, anthropologie et science politique », dans Cherkhaoui M. (dir.), Enquête sur l’évaluation du système national de la recherche dans le domaine des Sciences humaines et sociales. Projet R&D Maroc SHS/12/12/05, Ministère de l’éducation nationale (Rabat), novembre.

Volait M., P. Garret P. & R. Cattedra (dir.) (2001), Les Patrimoines dans la ville : de la construction des savoirs aux politiques de sauvegarde. Exemples marocains, libanais, égyptien, suisse, Rabat, Centre Jacques Berque. En ligne : http://www.cjb.ma/6-les-publications-au-centre-jacques-berque/12-les-ouvrages-du-cjb/677-les-patrimoines-dans-la-ville-de-la-construction-des-savoirs-aux-politiques-de-sauvegarde-exemples-marocains-libanais-egyptien-suisse-textes-reunis-par-m-volait-p-g.html

Haut de page

Annexe

Sources bibliographiques consultées

- La base de données du centre de documentation de la Fondation du Roi Abdul Aziz qui dispose de plus de 45.000 références sur le Maroc en langue arabe, française, anglaise, espagnole, etc.

- Le CD ROM bibliographique édité en 2007 par la Fondation du Roi Abdul Aziz (Casablanca), intitulé Thèses marocaines. Il recense environ 10.000 titres de thèses soutenues par les Marocains.

- Urbamet, une banque de données bibliographiques françaises, qui contient plus de 215.000 références sur les villes, l’habitat, le logement, l’aménagement, etc. Elle couvre principalement la France, l’Europe, les grandes métropoles mondiales et les pays en voie de développement. Nous avons repéré 733 documents bibliographiques relatifs aux études urbaines sur le Maroc, principalement des articles et des documents peu diffusés, baptisés « littérature grise (rapports d’experts, documentations officielles, mémoires, etc.) ;

- Le CD-ROM du Ministère français de recherche et d’enseignement qui regroupe 403.125 notices relatives aux thèses soutenues en France jusqu’au 31 décembre 2001.

- Le CD-ROM de l’Unité de formations et de recherches sur les théories de lecture et de ses méthodes à la Faculté des Lettres et des sciences humaines de Ben M’sik – Casablanca. Il recense près de 5.000 thèses soutenues ou simplement enregistrées dans les différentes facultés du Maroc entre 1962 et 1996, mais il se limite uniquement aux thèses en langue arabe.

- Les sources bibliographiques imprimées, plus particulièrement celles relatives à la littérature grise (THESAM) qui est difficilement repérable et dont la diffusion reste très restreinte. Le Thesam recense plus de 1.400 thèses soutenues en France entre 1973 et 1987.

- Le CD ROM Francis est une base de données bibliographique contenant 1,5 millions de notices et couvrant les sciences humaines et sociales à l’échelle internationale. L'INIST (INstitut de l'Information Scientifique et Technique) est producteur de cette base de données multilingue et multidisciplinaire qui traite la littérature française et européenne en priorité.

- Wilson Select plus, géré par l’OCLC First Search permet l’accès au texte intégral de plus de 750.000 articles dans plus de 1.600 revues. C’est une référence qui permet de repérer les publications en langue anglaise sur le Maroc.

Haut de page

Notes

1 Voir les sources consultées à la fin du texte.

2 Cette base de données se compose de 2.862 titres, répartit comme suit : 499 livres, 366 thèses, 320 documents officiels, 772 articles et 905 contributions. Pour plus de détails, cf. http://www.ambafrance-ma.org/cjb/docligne.cfm

3 Nous avons recensé un ensemble de 2.465 titres, répartis de la manière suivante : 509 titres de livres, soit 20%, 860 contributions dans des ouvrages collectifs, soit 35% et 1.096 articles, soit plus de 44%.

4 Il faut signaler l’effectif très réduit des étudiants qui étaient en majorité des fonctionnaires.

5 محمد جسوس : رهانات الفكر السوسيولوجي بالمغرب. أعده للنشر وقدم له إدريس بنسعيد.
الرباط : وزارة الثقافة، 2003. ص. 213

6 Dahir royal du 13 avril portant constitution du gouvernement. Bulletin Officiel du 19 avril, 1972. p. 386

7 Création de l’Agence urbaine en 1984 pour mener des études et plus particulièrement pour élaborer des documents d’urbanisme et veiller sur l’application des instruments de planification urbaine.

8 À noter la multiplication numérique des étudiants et chercheurs, qui est le résultat du processus de généralisation de l’enseignement en milieu urbain.

9 Il faut aussi dire que le nombre d’étudiants marocains en France a connu une augmentation importante vers la fin des années 1970.

10 Sur les 335 thèses portant sur l’urbain, soutenues entre 1980 et 2004, presque un tiers sont soutenues dans des universités parisiennes, soit 23 thèses à l’Université de Paris I. Mais la part du lion revient à l’Université François-Rabelais de Tours, avec 53 thèses. Le défunt (2005) centre de recherche sur l’urbanisation dans le monde arabe (URBAMA à Tours) a joué un rôle important dans l’encadrement des doctorants géographes marocains. Il a également assuré la publication de leurs thèses, soit neuf titres.

11 La création d’un Ministère de l'urbanisme, de l'habitat et de l'environnement en 1973 était accompagnée par de nouvelles publications officielles. La parution de ces deux revues (Eddar et La cité) fut de courte durée.

12 La Direction de la statistique contribue efficacement à la diffusion de l’information grâce à la publication des différents résultats de ses propres enquêtes et de ceux du Recensement général de la population et de l’habitat.

13 دليل المختبرات و الجمعيات العالمة و مجموعات و مراكز الأبحات بكليات الاداب بالمغرب. منشورات كلية الاداب و العلوم الإنسانية، سايس - فاس، 1995

14 Atlas de la Wilaya de Casablanca. Planches, Casablanca. Faculté des lettres et des sciences humaines, 1987

15 Un travail presque similaire est réalisé par des géographes à la Faculté des Lettres de Fès, en collaboration avec l’université de Toulouse-Le Mirail en France ; ils ont en effet élaboré, entre 1981 et 1989, l’Atlas de la médina de Fès qui est constitué de cinq planches sur les portes de Fès, la médina dans l’agglomération, les activités du cuir, la dynamique de l’agglomération et l’immigration dans la médina.

16 Fondé en 1991, le Centre Jacques Berque est placé sous la double tutelle du CNRS et du Ministère français des Affaires étrangères. Le CJB coordonne, anime et dirige des programmes de recherche associant les doctorants du centre et des partenaires marocains, maghrébins, européens. Pour plus de détails, voir : http://www.latitudefrance.org/index.php?page=afficher_centre&uid=124.

17 Le programme « Les patrimoines dans la ville, » a été dirigé par Rafaele Cattedra puis Pascal Garret pour le CJB de 1996 à 2000 en partenariat avec Mercedes Volait (URBAMA-Tours) et Abdelaziz Jazouli (Faculté de droit de Rabat).

18 Voir les rapports d’Abderrahmane Rachik (2005) et Béatrice Allain El-Mansouri (2003)

19 Le PRUD est une action concertée incitative (ACI) initiée par la sous-direction de la recherche du Ministère des affaires étrangères, à destination de l’ensemble des pays de la zone de solidarité prioritaire (ZSP). L’appel à propositions lancé en juillet 2001 proposait deux axes de recherche : les interventions sur la ville (projets liés à la « métropolisation », à l’environnement et au patrimoine, à la réalisation d’infrastructures et de services urbains) d’une part, les logiques et stratégies d’acteurs présidant aux interventions urbanistiques (gouvernance, décentralisation, démocratie locale, expertise face aux savoirs professionnels et aux cultures urbaines nationales et locales) d’autre part. Les résultats de l’ensemble des travaux du PRUD ont donné lieu en 2004 à un colloque de restitution ainsi qu’à des publications destinées à un très large public. Pour plus de détails, voir : http://www.gemdev.org/prud/.

20 Il s’agit d’un partenariat entre la communauté scientifique française et les communautés scientifiques de la zone de solidarité prioritaire (ZSP). Celle-ci regroupe, entre autres, le Liban, les Territoires palestiniens, le Yémen, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, le Bénin, le Vietnam…

21 Le CM2S, qu’abrite la Faculté des lettres et des sciences humaines Aïn Chock de Casablanca, est créé en 2007 et dirigé par le sociologue et politologue Mohamed Tozy. Hassan Rachik, Mohamed El-ayadi et Mohamed Tozy étaient derrière cette initiative.

22 Thèses marocaines. CDROM bibliographique édité en 2007 par la Fondation du Roi Abdul Aziz (Casablanca.) Il recense 10.000 titres de thèses soutenues par des Marocains (www.fondation.org.ma).

23 Sur l’ensemble des doctorants, 54 auteurs, soit 47 %, ont publié moins de cinq références.

24 La référence au concept de l’espace urbain ou du territoire comme support ou comme l’un des facteurs explicatifs des phénomènes sociaux est perçu académiquement comme l’apanage des géographes. Les sociologues prennent rarement en charge la dynamique de l’espace dans leurs approches des faits sociaux.

25 Une anecdote personnelle : j’ai obtenu la licence et la maîtrise en sociologie à Lyon II en 1981 et 1982. À partir de cette date (date du Programme d’ajustement structurel) la bourse d’études du gouvernement marocain n’est plus généralisée. Pour la préparation du doctorat, on m’a conseillé fortement de changer de discipline pour pouvoir continuer à recevoir la bourse. J’ai choisi la géographie qui n’est pas considérée comme une discipline « subversive ». Je me suis donc inscrit en géographie urbaine. Mais je n’ai pas eu pour autant ma bourse.

26 Ce livre est publié en langue arabe.

27 Pour plus de détails, cf. Rachik A. (2005).

28 Cette période est largement sous-estimée à cause d’un manque de mise à jour des bases de données consultées.

29 Il s’agit de livres produits par un ou deux auteurs physiques. Au-delà de deux auteurs, nous considérons le livre comme étant un ouvrage collectif.

30 Entre 1956 (date de l’indépendance du pays) et 1979, nous avons recensé 72 contributions.

31 Dépouillement personnel à partir du Thésam 1 (IREMAM, 1989).

32 On peut citer les travaux de Mounia Bennani-Chraibi, (1994), d’Abderrahmane Rachik (1994), de Mohamed Ameur et Abdelaziz Filali-Belhaj (1997)… Pour plus de détail voir notre article (Rachik A., 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abderrahmane Rachik, « La recherche urbaine au Maroc »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4184

Haut de page

Auteur

Abderrahmane Rachik

Sociologue, Fondation du Roi Abdulaziz Al Saoud, Casablanca, Maroc - rachik@fondation.org.ma

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search