Navigation – Plan du site
Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones

La sociologie urbaine en Suisse : histoire, développement, débats actuels

Urban Sociology in Switzerland: history, development and current debates
Vincent Kaufmann

Résumés

La Suisse est située entre deux mondes académiques, le monde francophone et le monde germanophone et il en résulte que la scène nationale de la recherche en sciences sociales est morcelée. D’autre part, elle est un pays dont l’identité s’est largement construite en opposition à la ville, si bien que la recherche urbaine s’y est développée de façon tardive. Enfin, il faut mentionner qu’en Suisse, la recherche urbaine est souvent très proche de l’application : ce qui est sans doute le propre des petits pays. La sociologie urbaine en Suisse est abordée successivement de deux manières. La première consiste à raconter son histoire, en insistant en particulier sur la personne de Michel Bassand qui est à bien des égards son penseur pionnier. La seconde est consacrée aux débats qui animent la Suisse actuellement en matière de recherche urbaine. Ces deux entrées permettent d’esquisser une description des spécificités, paradoxes et enjeux de la sociologie urbaine en Suisse.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Dresser un état des lieux de la sociologie urbaine en Suisse n’est pas chose aisée et ceci pour plusieurs raisons. La Suisse est située entre deux mondes académiques – le monde francophone et le monde germanophone – et il en résulte que la scène nationale de la recherche en sciences sociales est morcelée. D’autre part, elle est un pays dont l’identité s’est largement construite en opposition à la ville, si bien que la recherche urbaine s’y est développée de façon tardive. Enfin, il faut mentionner qu’en Suisse, la recherche urbaine est souvent très proche de l’application : ce qui est sans doute le propre des petits pays.

2Dans cet article, la sociologie urbaine en Suisse sera abordée successivement de deux manières. La première consiste à raconter son histoire, en insistant en particulier sur la personne de Michel Bassand qui est à bien des égards son penseur pionnier. La seconde est consacrée aux débats qui animent la Suisse actuellement en matière de recherche urbaine. Ces deux entrées permettront d’esquisser une description des spécificités, paradoxes et enjeux de la sociologie urbaine en Suisse.

Le développement de la sociologie urbaine en Suisse

Michel Bassand : le pionnier

  • 1 Un ouvrage a récemment été consacré à l’œuvre de Michel Bassand (Jaccoud & Kaufmann, 2010). Nous y (...)

3Dans le contexte particulier de la Suisse, le développement de la sociologie urbaine et plus généralement la recherche sur le phénomène urbain, doivent beaucoup à Michel Bassand qui a très largement contribué à bâtir ses problématiques et à l’institutionnaliser 1.

4Avec Jean Kellerhals, Christian Lalive d’Épinay et Hans Joachim Hoffmann-Nowotny notamment, Michel Bassand appartient à une génération de chercheurs qui a institutionnalisé la sociologie en Suisse dès les années 1970. Abreuvé des outils, des ressources et des problématiques de la sociologie nord-américaine, Michel Bassand développe ses recherches sur des terrains suisses dès la fin des années 1960. L’originalité de ses travaux tient en particulier dans le fait qu’il considère l’espace, non pas comme une instance inerte hébergeant simplement une grande variété de faits sociaux, mais comme un espace social au sens le plus large du terme. De ce fait, il a contribué à faire entrer l’espace dans le champ de la sociologie en utilisant la systématique et la rigueur analytique que lui offre cette discipline. Cette ambition va rapidement l’amener à travailler sur les régions périphériques et leur tissu social, sur les inégalités spatiales, la participation, sur la mobilité résidentielle, la mobilité quotidienne, puis la métropolisation.

5Dès le milieu des années 1970, il va prendre la direction de l’Institut de recherche sur l’environnement construit (IREC) à l’École polytechnique fédérale de Lausanne et cet institut va progressivement devenir la principale fabrique de la recherche urbaine en Suisse. Dans les années 1990, l’IREC compte jusqu’à une quarantaine d’employés et va de facto former toute une génération de chercheurs, qui vont par la suite occuper des postes à travers toute la Suisse. On citera en particulier et parmi d’autres, Jean-Philippe Leresche, Dominique Joye et Antonio Da Cuhna, tous trois professeurs à l’Université de Lausanne, Daniel Kübler, professeur à l’Université de Zurich, Fritz Sager, professeur à l’Université de Berne, François Hainard et Christophe Jaccoud, professeurs à l’Université de Neuchâtel, Martin Schuler et Vincent Kaufmann (votre serviteur), professeurs à l’EPFL.

6La force de l’IREC réside dans le fait que Michel Bassand cherche systématiquement à rassembler plutôt qu’à faire allégeance à une école de pensée. Cette attitude a permis à son institut de devenir un vrai lieu de débat et de confrontation, au sein duquel cohabitent des chercheurs aux options épistémologiques très diverses. Loin cependant d’être une « pensée molle », l’approche de Michel Bassand se caractérise par deux grands traits qui vont marquer la recherche à l’IREC : la « dialectique » de l’espace et l’approche « systémique ». Dans une perspective d’inspiration marxiste et hégelienne en arrière fond, la dialectique est un mode de raisonnement, de questionnement et d’interprétation qui consiste à analyser la réalité par confrontation des points de vue, des idées, des thèses en apparence contradictoires, puis à chercher à dépasser ces contradictions. Dans cette perspective, la méthode s’appuie précisément sur ces contradictions pour montrer qu’elles sont en fait enchaînées par des relations de complémentarité et de dépendance réciproque et qu’il est alors possible de faire émerger de nouvelles thèses qui permettent de résoudre ou d’expliciter ces contradictions initiales (Jaccoud & Kaufmann 2010).

7L’ouverture de Michel Bassand sera aussi disciplinaire et la sociologie urbaine qu’il déploie à l’IREC est très proche de la géographie de Claude Raffestin, d’Antoine Bailly (tous deux professeurs à l’Université de Genève) et de Jean-Bernard Racine (professeur à l’Université de Lausanne) avec qui il va beaucoup collaborer, à tel point qu’on ne peut pas véritablement comprendre le développement de la sociologie urbaine en Suisse sans faire référence à la géographie humaine et sociale. Il convient d’ailleurs de noter que cet état de fait perdure actuellement et que dans la recherche urbaine, les travaux de Jacques Lévy, d’Ola Söderström, d’Etienne Piguet ou d’Antonio Da Cunha alimentent et dialoguent avec des problématiques sociologiques.

8La Suisse sera le terrain de l’essentiel des recherches menées à l’IREC. Il s’agit d’un périmètre particulièrement riche pour aborder la dialectique de l’espace, tant l’espace national est une mosaïque institutionnelle et culturelle traversée par des clivages qui se construisent notamment au plan spatial.

  • 2 La notion de transaction sociale, inventée par Jean Remy dans les années 1970, s’apparente à bien d (...)

9L’approche empirique sous-tendant l’essentiel des travaux menés à l’IREC s’inspire des grandes enquêtes américaines de sociologie urbaine des années 1960 – celles de Floyd Hunter et Robert Dahl en particulier (Dahl, 1961 ; Hunter, 1952). Elle s’inspire en particulier de la tension rigoureusement articulée entre un questionnement théorique et le souci de l’administration de la preuve empirique de ce que l’on cherche. Sur ce dernier point, la quantification est centrale et constitue d’ailleurs l’un des apports reconnus des travaux de Michel Bassand et de son équipe. Dans ses méthodes empiriques, il pratique en particulier les mixed methods avant l’heure, soit l’utilisation des données quantitatives d’enquêtes et des autres sources statistiques mêlées à des interviews. La force de cette approche consiste alors dans le fait qu’elle tient à la fois à distance la philosophie, dont Michel Bassand se méfie fortement et l’empirisme étroit d’une recherche strictement appliquée (Jaccoud & Kaufmann, 2010). Elle va trouver un écho particulier en Belgique, notamment avec les travaux de Jean Remy et son équipe de l’Université catholique de Louvain sur la notion de transaction sociale 2 et l’urbain – et avec qui l’IREC va beaucoup collaborer, créant ainsi un espace de recherche francophone internationalisé plus ouvert sur le monde anglo-saxon que la recherche française.

10Avec de tels ingrédients, la recherche menée à l’IREC permet non seulement de comprendre et d’expliquer des phénomènes sociaux, mais aussi de les décrire et de les quantifier à l’aide d’outils de modélisation qui rendent possible leur appropriation et leur usage par des acteurs publics et privés engagés dans des activités décisionnelles, à l’instar des définitions suisses des agglomérations, par exemple (Schuler, Dessemontet & Joye, 2005).

11Des apports scientifiques décisifs émergent des travaux de recherche menés à l’IREC entre les années 1970 et 1990. Ceux-ci sont importants à mentionner, car ils ont marqués la recherche urbaine en Suisse et en constituent encore aujourd’hui certaines de leurs colonnes vertébrales thématiques. Trois semblent particulièrement emblématiques : l’espace comme vecteur de changement social, la métropolisation et les émergences spatiales, la conceptualisation de la mobilité comme pivot des dialectiques spatiales.

L’espace comme vecteur de changement social

12Dans bon nombre de recherches et d’études menées à l’IREC, le changement social se construit avec l’espace et ses différenciations. Si cette idée paraît banale de prime abord, elle se construit à partir de trois propositions précises, reprises ici de l’ouvrage de Christophe Jaccoud et Vincent Kaufmann (2010) :

  1. La première, que l’on qualifierait aujourd’hui de « latourienne », a trait aux relations qui unissent les morphologies urbaines – ou formes urbaines pour reprendre une expression usitée en architecture – aux pratiques sociales. Elle consiste à affirmer que les formes urbaines agissent sur les appropriations, usages et autres pratiques sociales des acteurs et qu’en retour, ces usages agissent sur l’image des différentes formes urbaines.

  2. La deuxième proposition concerne l’action. Elle consiste à affirmer que l’espace est toujours à la fois un support et un enjeu de l’action et que ces deux facettes ne peuvent être abordées séparément.

  3. La troisième proposition concerne les relations entre culture et espace. Elle consiste à affirmer que l’innovation culturelle, pour se déployer véritablement, a non seulement besoin d’acteurs porteurs de projets innovants et d’un capital de créativité, mais aussi d’un espace hospitalier à de tels projets.

Métropolisation et émergences spatiales

  • 3 L’idée de métropole suisse consiste à constater que l’espace urbanisé situé entre Genève, Lausanne, (...)

13Une des caractéristiques les plus saillantes des recherches menées à l’IREC est le soin qu’elles mettent à décrire la Suisse et ses transformations. Parmi elles, le processus d’urbanisation, puis la métropolisation, occupent une place centrale. La Suisse est désormais une métropole et les villes, petites et grandes, sont autant de quartiers de cette conurbation nationale. L’idée est apparue à la fin des années 1980 3, elle est très provocante dans un pays dont l’identité se construit à partir des cultures alpines et du monde paysan. La proclamation de la métropole suisse fera la une des journaux au début des années 1990, sera très abondamment commentée, critiquée, politiquement récupérée, pour finir par être adoptée comme un fait d’évidence la décennie suivante.

14L’idée de métropole suisse est sans aucun doute le coup de maître de Michel Bassand (Leresche et al., 1993). Bien avant la « métapolis » de François Ascher (1995), il décèle le phénomène de la métropolisation, dans le sillage de l’urbanisation et démontre qu’il constitue une émergence qui deviendra progressivement la principale dynamique de transformation de la Suisse et plus généralement de l’Europe. Michel Bassand se rend rapidement compte que les emboîtements territoriaux disparaissent, que l’espace se réticularise et de nombreux travaux de son équipe porte sur cette question. Dans l’optique développée à l’IREC, cette réticularisation ne se fait pas d’une manière excluante et dichotomisante comme le développe Manuel Castells (1998) dans ses travaux sur l’espace des lieux et l’espace des flux, mais bien d’une façon dialectique et articulée. Ce faisant, il place la mobilité des acteurs au centre des dynamiques spatiales.

La mobilité comme pivot des dialectiques spatiales

15La conceptualisation de la mobilité spatiale comme un système est sans doute la dimension la plus reconnue des travaux de Michel Bassand et de son équipe au plan international et en particulier le livre Mobilités spatiales (Bassand & Brulhardt, 1980). Son concept de mobilité donnera lieu à un véritable courant de recherche en sociologie urbaine, trente ans avant que des Luc Boltanski, des John Urry et autres Zygmunt Bauman fassent de la mobilité une notion-clé de la compréhension du changement social.

16L’orientation de Michel Bassand est de comprendre les déplacements en mesure de structurer et d’organiser l’espace et ce qui les informe. Reprenant à son compte Marcel Mauss, il conceptualise la mobilité comme un fait social total à partir duquel se produisent les espaces, les formes spatiales et leurs dynamiques. C’est ainsi que Michel Bassand va proposer une définition sociologique large des déplacements et de la mobilité, une approche qui intègre les dimensions spatiale et sociale.

17Cette approche est une réponse à l’émiettement de la notion de mobilité qui est problématique, car elle oriente l’état des savoirs de façon pointue sur des formes spécifiques de déplacements, alors qu’un des enjeux réside précisément dans l’étude des interactions entre les différentes formes de mobilité. Ces interactions peuvent consister dans des renforcements, des jeux de substitution ou des modifications des formes elles-mêmes.

Le devenir thématique et institutionnel de la recherche

18Assez spécifiques à la Suisse car fortement liés à son contexte, les trois domaines de recherche brièvement décrits vont rester centraux dans la recherche car ils correspondent à une demande sociale forte. Le sol, ressource rare dans un petit pays comme la Suisse, induit une attention particulière au mitage du sol et à la coordination entre les politiques de transports et d’urbanisme. L’hospitalité des milieux urbains aux modes de vie contemporains et à leur diversité est dès lors une question de recherche centrale et récurrente. De la même manière, le processus de métropolisation qui touche la Suisse depuis une vingtaine d’années interroge à la fois les structures institutionnelles (l’autonomie cantonale, les découpages institutionnels), la citoyenneté et le développement économique de la Suisse (qui a tendance à se faire dans les trois grands centres que sont Zurich, Bâle et Genève). C’est donc aussi un champ qui recèle une très forte demande sociale. Pour ce qui concerne la mobilité, l’explosion de la pendularité et des mobilités de loisirs font de sa régulation une question centrale pour la Suisse, ce d’autant plus que l’excellence des réseaux de transports publics interurbains contribue à l’accroissement des déplacements.

19En complément de ces thématiques, la recherche urbaine suisse est aussi prise par l’agenda de recherche international. Ceci se traduit en particulier par le développement de recherches autour du développement durable et de la participation citoyenne, de travaux sur la gouvernance urbaine, dans le sillage des travaux anglo-saxons sur ces questions. Plusieurs équipes travaillent également sur des problématiques liées au projet urbain ou à la gestion des réseaux techniques et territoriaux (eau, électricité, télécoms, transports).

20Il est important de noter que la recherche urbaine en Suisse s’alimente des débats se déroulant respectivement en France et en Allemagne, tout en les contextualisant par rapport à la situation nationale et les mettant en perspective par rapport à des débats scientifiques internationaux plus larges. Ce métissage que l’on retrouve aussi dans la recherche urbaine belge et québécoise est sans doute caractéristique des petits pays et permet une mise en relation inédite des savoirs scientifiques.

21Sur le plan institutionnel, si la recherche sur la ville et le territoire est très confinée aux deux écoles polytechniques (de Zurich et Lausanne) dans les années 1970 à 1990, avec une dominante assez nette de l’IREC, elle va se diffuser progressivement dans la plupart des universités de Suisse dès la fin des années 1990.

22Ceci se fera en particulier par l’intermédiaire de programmes nationaux de recherche [PNR], qui mettent au concours des thématiques de recherche orientées. Quatre de ces programmes vont se succéder depuis les années 1980, le PNR 5, le PNR 25, le PNR 41 et le PNR 54. Ils vont permettre à de nombreuses équipes de se lancer et à toute une génération de chercheurs de se faire connaître (Kübler, 2005 ; Schmid, 2004 ; Schuler et al., 2006 ; Kaufmann, 2011 ; Da Cunha, 2007).

23Les trois domaines de recherche spécifiquement suisses vont chacun connaître une descendance importante dès les années 1990. Le vivier de chercheurs que constituait l’IREC va progressivement essaimer à travers toute la Suisse, au gré des nominations. L’espace comme vecteur de changement social a en particulier été repris par l’équipe d’Antonio Da Cunha à l’université de Lausanne dans l’optique du développement durable, la métropolisation dans ses dimensions fonctionnelles et organisationnelles a été reprise par l’équipe de Daniel Kübler à l’Université de Zurich, tandis que les questions de mobilité restent une des thématiques centrales de l’Institut de l’urbain et des territoires de l’EPFL.

Les débats actuels sur le territoire en Suisse

24Aujourd’hui plus que jamais sans doute, en Suisse, le débat sur le développement territorial est d’actualité et la recherche en sciences sociales est fortement sollicitée pour y répondre. La Suisse change, la Suisse se transforme, elle s’urbanise. Les agglomérations urbaines abritent aujourd’hui les trois quarts de la population (ARE, 2005). En même temps, l’habitat tend à se disperser. La surface occupée par les agglomérations a augmenté beaucoup plus rapidement que la population : de 1979 à 1997, la croissance a atteint près de 1 m2 par seconde, au détriment des terres agricoles. Les frontières spatiales et administratives ont cessé de délimiter les territoires fonctionnels associés aux villes-centres ; la traditionnelle distinction ville/campagne est obsolète.

  • 4 Comme par exemple à Londres avec l’institution de gouvernement métropolitain le Greater London Asse (...)

25Bien que le concept de métropole suisse ait été développé dès les années 1980, la Suisse est l’un des très rares États européens à avoir très peu modifié ses institutions locales en vue de les adapter au développement des régions urbaines et à maintenir leur niveau de compétitivité (Salomon Cavin, 2004). À l’inverse, conscients de l’importance grandissante du rôle des villes, la plupart des États européens se sont dotés d’un cadre institutionnel spécifique ou d’autres formes de gouvernance pour permettre à leurs métropoles de gérer plus efficacement les problèmes particuliers qu’elles rencontrent 4.

26Ces transformations ont fait l’objet d’un rapport de l’Office fédéral du développement territorial (ARE) en 2005. Sa finalité est d’engager une révision des Grandes lignes de l’organisation du territoire suisse qui datent de 1996 et qui définissent la politique nationale en matière de développement territorial (Conseil fédéral, 1996).

27La première partie de ce rapport propose un état des lieux détaillé, qui identifie les tendances lourdes du développement territorial. Le rapport distingue deux grands territoires : les agglomérations et l’espace rural. Ce dernier se décline en espace rural périurbain, centres touristiques alpins et espace rural périphérique. Pour chaque (sous)-catégorie, les auteurs énoncent une série d’atouts, de faiblesses et de défis. La question centrale à ce rapport est de déterminer dans quelle mesure l’évolution tendancielle du développement territorial va dans le sens d’un développement durable du territoire, tel qu’il est prescrit par la Constitution fédérale (art. 2 et 73). Les auteurs s’arment d’une batterie d’indicateurs opérationnels pour évaluer la situation et obtiennent une réponse catégorique : le territoire suisse connaît un développement non durable. L’idée régulatrice à la base du principe du développement durable connaît ici une application concrète.

  • 5 L’architecte néerlandais Winy Maas est l’auteur de la contribution de l’agence MVRDV à Stadtland Sc (...)

28La deuxième partie du rapport propose quatre scénarii de développement qui s’inspirent des visions de Winy Maas pour une Suisse du futur 5, mais restent dans un registre beaucoup plus réaliste, afin « d’aider à penser la Suisse de demain » (ARE, 2005, p. 67). À partir de ces quatre variantes, un projet de territoire est élaboré, il propose une stratégie générale pour ouvrir un débat public et infléchir le cours du développement dans le sens recherché. Le projet de territoire va dans le sens d’une « Suisse urbaine polycentrique ». Du point de vue de la répartition territoriale, il propose un compromis entre une compétition territoriale et une décentralisation équitable : les services publics sont maintenus dans les régions périphériques, mais une urbanisation orientée vers l’intérieur des agglomérations est encouragée.

Fig.  : Projet de territoire

Fig.  : Projet de territoire

Source : Rapport sur le développement territorial 2005.

29Le rapport de l’ARE est fortement adossé à des recherches et des études qui servent assez directement une vision politique du territoire et de son devenir. Cette posture est typique en Suisse, mais elle crée un certain nombre de tensions. La figure 1 l’illustre parfaitement. Elle identifie cinq grandes régions métropolitaines : Zurich, Genève-Lausanne, Bâle, Berne et Lugano. Si l’on se situe dans une optique purement analytique, seule trois de ces régions en sont, Berne et Lugano ne répondant pas aux critères fonctionnels de l’aire métropolitaine. L’inclusion de ces deux régions urbaines répond à des impératifs politiques : Berne est la capitale de la Suisse et Lugano est la plus grande ville de la partie italophone du pays. Cet exemple illustre le paradoxe d’une recherche urbaine proche de la demande sociale : d’une part elle sert véritablement le débat public, mais d’autre part, elle se trouve dévoyée par les subtils équilibres politiques régionaux qui font la substance de la Suisse.

  • 6 www.avenirsuisse.ch
  • 7 « un futur compétitif, durable » (traduction personnelle de l’auteur).
  • 8 Traduction personnelle de l’auteur.
  • 9 « comment les territoires se transforment-ils ? » Traduction personnelle de l’auteur.

30Les transformations du territoire suisse alimentent également des réflexions émanant de groupes de pression et de lobbies, à l’instar d’Avenir Suisse, ou de milieux professionnels comme le groupe Studio Basel. Ces travaux ont d’une certaine manière les mêmes caractéristiques que les rapports émanant des administrations fédérales : ils instrumentalisent la recherche. Avenir Suisse a publié Stadtland Schweiz, soit un ouvrage collectif pluridisciplinaire qui regroupe plusieurs recherches et études de cas sur le développement régional (Avenir Suisse, 2005). Il s’agit d’une fondation née en 1999 de la réunion de quatorze des plus importantes multinationales du pays, qui constituent ainsi un groupe de travail indépendant, inspiré du modèle des think-tanks anglo-saxons. Les développements économiques, sociaux et politiques sont au cœur des préoccupations de la fondation, qui affiche ouvertement son engagement en faveur d’une économie de marché, et soutient « une vision libérale du monde et de la société 6 ». Elle s’est fixée pour mission « d’être au service des meilleurs futurs possibles pour la Suisse ». Dans Stadtland Schweiz, les auteurs proposent une description assez enthousiaste de la situation actuelle et prennent ce statu quo comme point de départ pour imaginer « a competitive, sustainable future 7 » (Eisinger & Schneider, p. 386). En introduction, Angelus Eisinger définit le concept de « Urbanscape Switzerland » comme « une succession sans fin d’habitations et de lotissements, de ceintures vertes, d’industries, d’infrastructures de trafic, de centres commerciaux et de fermes isolées […] dans laquelle la ville est partout et nulle part 8 ». Confronté à la foisonnante littérature relative à la transformation actuelle de l’espace, ce constat paradoxal prend valeur de consensus. Dans ce contexte, Angelus Eisinger se pose la question de réformes durables basées sur les études de cas du livre. Son approche l’amène par ailleurs à réfléchir sur le « comment » des processus d’évolution spatiale : « How do areas change 9 ? » (Ibidem, p. 391). Sa réponse – la réalité spatiale est contingente à l’acte normatif de la planification – est au centre d’un certain nombre de réflexions portant sur le rôle du planificateur : on est passé de l’expertise du « comment organiser les choses » à celle du « comment organiser le débat pour décider de ce qu’il faut faire » (Wenger, 2007).

31Les réformes envisagées n’ont pas la prétention de proposer des solutions concrètes, mais plutôt d’identifier la combinaison de facteurs qui permettront d’atteindre une « durabilité compétitive ». Ce qui surprend, en définitive, c’est la convergence dans les stratégies territoriales entre partisans d’une idéologie libérale – incarnés par Avenir Suisse – et défenseurs de l’environnement. Les argumentaires empruntent des chemins divergents et pourtant aboutissent à des conclusions identiques. Le plaidoyer en faveur d’une densité accrue en est un exemple frappant : les adeptes d’une politique de la croissance mettent en avant la concentration de facteurs socioéconomiques, technico-scientifiques et d’infrastructure qui, combinée à la formation d’un marché du travail plus compétitif, favorise l’innovation et la création de valeur ajoutée. Les écologistes, eux, y voient la solution pour enrayer l’empiètement toujours plus grand des surfaces urbanisées sur les espaces ruraux d’une part et pour limiter la nécessité de mobilité grâce à une plus grande mixité d’autre part.

  • 10 Hochparterre, Tracés, das Magazin (supplément hebdomadaire du Tages-Anzeiger, du Bernerzeitung et d (...)

32Studio Basel est un groupe d’architectes qui a publié en 2005 un ouvrage intitulé La Suisse. Portrait urbain, qui a placé la question du développement territorial au centre du débat public. Plusieurs périodiques 10 – spécialisés dans l’architecture ou non – lui ont consacré un numéro spécial. Les auteurs (Roger Diener, Jacques Herzog, Marcel Meili, Pierre de Meuron et Christian Schmid) proposent une réflexion structurée en trois tomes et une carte de synthèse. Il est richement illustré et s’appuie sur une multitude de représentations et de genres de textes (théoriques, descriptifs, dialogues…). La démarche se veut à la fois synchronique et diachronique : le portrait d’une Suisse contemporaine, basé sur une enquête spatiale minutieuse, est précédé d’une analyse historique.

33Le premier volume fait office d’introduction. Il présente les trois « catégories » activées dans la recherche : réseaux, frontières et différences. Les réseaux représentés mettent en valeur un certain nombre de hiérarchies, de différenciations spatiales. L’espace métropolitain, par exemple, se caractériserait simultanément par la concentration et la superposition de plusieurs réseaux. Ces mêmes réseaux seraient également le signe d’une disparition des zones rurales, puisqu’ils couvrent aujourd’hui l’ensemble du territoire. Les auteurs dressent ainsi le portrait d’une Suisse entièrement urbaine, mais non pas uniforme : la globalisation renforcerait « les différents modèles de comportements urbains ». Les auteurs définissent l’urbanité spécifique à la Suisse par le négatif, comme un refus « de la densité, de la hauteur, de la masse, de la concentration » (Diener et al., 2006, p. 17). Les frontières constituent la deuxième catégorie ; elles nous parlent d’une Suisse percluse de conservatisme, où chaque commune se met en compétition avec ses voisines et défend bec et ongles son éventail de zones : centre, logement, villa, industrielle, forêt… Ce phénomène serait à l’origine du brouillard urbain qu’on observe sur le plateau. La catégorie des différences célèbre la ville en tant que lieu de l’innovation, du rassemblement et de la confrontation – en référence aux travaux dHenri Lefebvre. Le deuxième volume intitulé « Frontières, communes : brève histoire du territoire » est consacré à l’analyse géohistorique de l’espace suisse. Le troisième livre, « Matériaux », présente les cinq types d’espaces urbains identifiés :

341) Les régions métropolitaines : Studio Basel recense trois aires métropolitaines : la région zurichoise, le triangle Bâle-Mulhouse-Fribourg et l’arc lémanique. Il se distingue ainsi de la vision officielle de l’ARE en adoptant une posture analytique sur ce point ;

352) Les réseaux de villes peuvent être linéaires (le cas du Valais), transfrontaliers (autour du lac de Constance) ou en couronne (la région bernoise). Ils se distinguent des métropoles par l’absence de spécialisation sectorielle et leur moindre dynamisme économique ;

363) Les zones calmes désignent ce qui reste, entre régions métropolitaines et réseaux de villes. On y mène un semblant de vie rurale, mais ces régions sont exclusivement orientées vers les métropoles ;

374) Les ressorts alpins seraient une prolongation du monde urbain à la montagne : l’autoroute mène directement sur les pistes de ski… Actifs surtout en hiver, ils prennent une dimension temporaire.

385) Les friches alpines connaissent des difficultés à survivre ; elles doivent affronter une perte de diversité, d’emplois, de population…

39Ce troisième livre débouche sur des réponses au diagnostic réalisé, des réponses rédigées dans le style inimitable des prophéties généralisantes d’architectes.

40Le portrait d’une Suisse faite de territoires poursuivant des logiques et des vitesses de développement différentes dérange et utilise les acquis de la recherche de façon sélective. Il tranche avec l’image fédéraliste d’une Suisse unitaire. Le débat sur l’avenir du développement territorial en Suisse est lancé, il associe le monde de la recherche aux grandes administrations publiques et aux think thank d’entreprises privées. D’une certaine manière, la recherche scientifique répondant à une demande sociale forte dans les années 1980 et 1990 est passée dans le débat public et la Suisse urbaine apparaît aujourd’hui comme un vaste terrain d’expérimentation et de débats où les acteurs, la recherche, l’étude et le projet se mêlent.

Conclusions

41La sociologie urbaine s’est développée tardivement en Suisse, nous l’avons vu dans cet article et elle n’a véritablement été reconnue académiquement que dans le milieu des années 1970. Depuis cette période cependant, elle a connu un développement considérable en lien avec la géographie humaine et sociale, car la Suisse est devenue, à contrecœur, un pays fortement urbanisé et en fin de compte très urbain. Cette urbanité reste largement inavouée, pas totalement assumée et occasionne de nombreux conflits.

42Le portrait de la Suisse urbaine en cours de métropolisation reste d’autant plus flou que l’imaginaire national s’est d’abord construit historiquement sur une double idée de la campagne et du refuge. Le nouveau visage urbain de la Suisse est constitué des débats politiques sur le rôle des world cities que sont Genève et Zürich et sur la déstabilisation des équilibres régionaux internes qu’elles provoquent ; des visions produites par les autorités publiques qui peinent à tirer les conséquences de leurs modèles, notamment en ce qui concerne le renforcement institutionnel des métropoles ; des arguments peu développés de certains lobbies économiques – et enfin de recherches sur l’urbaphobie des Suisses (Salomon Cavin, 2005) et leur goût pour l’habitat périurbain (Thalmann & Favarger, 2002), d’études sur les tensions entre le fédéralisme et la métropolisation (Heinelt & Kübler, 2005) et entre la pendularité et la participation politique (Kübler, 2005). Tous ces ingrédients forment un environnement dynamique, bien que coupé par la frontière linguistique. La recherche urbaine – et en son sein la sociologie urbaine – sont portés par une demande sociale qui ne faiblit pas, au risque de se focaliser sur des questions pratiques au détriment des grandes questions. Qu’est-ce que la ville contemporaine ? Peut-on en définir les contours, les différenciations, la substance ?

43ARE (2005), Rapport sur le développement territorial, Berne, Office Fédéral du développement territorial.

Encadré sur Michel Bassand

Michel Bassand est né en 1938. Il deviendra professeur assistant de sociologie au département de sociologie de l’Université de Genève. En 1976, il sera nommé professeur de sociologie à l’École polytechnique fédérale de Lausanne. Il y dirigera l’Institut de recherche sur l’environnement construit jusqu’en 2001, puis le Laboratoire de Sociologie urbaine de 2001 à 2003, année où il prendra sa retraite. Sous son impulsion, l’IREC va considérablement se développer au point de devenir le principal centre de recherche sur la ville et l’urbain en sciences sociales en Suisse. Ses principales publications portent sur la participation, les inégalités spatiales, la mesure du phénomène d’agglomération, la mobilité et la métropolisation.

Michel Bassand dans son bureau de l’EPFL à la fin des années 1980

Michel Bassand dans son bureau de l’EPFL à la fin des années 1980
Haut de page

Bibliographie

Avenir Suisse (2005 ), Stadtland Schweiz, Zurich, Birkhäuser Verlag.

Ascher F. (1995), Métapolis ou l'avenir des villes, Paris, Éditions Odile Jacob.

Bassand M. (2004), La Métropolisation de la Suisse, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Bassand M. (1993), Culture and Regions of Europe, Bruxelles, Council of Europe.

Bassand M. & M.-C. Brulhardt (1980), Mobilités spatiales, St.-Saphorin, Éditions Georgi.

Castells M. (1998), La Société en réseaux, Paris, Éditions Fayard.

Conseil fédéral (1996), Rapport sur les Grandes lignes de l’organisation du territoire suisse, Berne.

Dahl R. (1961), Who Governs? Democracy and Power in an American City, New Haven, Yale University Press.

Da Cunha A. (2007), « Eco-quartiers et urbanisme durable : entre performance écologique et renforcement du lien social », Urbia n° 4, pp. 1-10.

Diener R. et al. (dir.) (2006), Switzerland. An Urban Portrait, Basel, Birkhäuser.

Eisinger A. & M. Schneider (dir.) (2003), Stadtland Schweiz. Untersuchungen und Fallstudien zur räumlichen Struktur und Entwicklung in der Schweiz, Basel, Birkhäuser.

Jaccoud C. & V. Kaufmann (2010), Michel Bassand : un sociologue de l’espace et son monde, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Heinelt H. & D. Kübler (dir.) (2005), Metropolitan Governance. Capacity, Democracy and the Dynamics of Place, Oxon/New York, Routledge Editor.

Hunter F. (1952), Community Power Structure, Chapel Hill, University of North Carolina Press.

Kaufmann V. (2011), Rethinking the City. Motility and Urban Dynamics, London, Routledge Editor.

Kübler D. (2005), La Métropole et le citoyen, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Leresche J.-P., Joye D. & M. Bassand (dir.) (1993), Métropolisations, Genève, Éditions Georg.

Remy J. & L. Voyé (1992), La Ville : vers une nouvelle définition ?, Paris, Éditions l’Harmattan.

Remy J., Voyé L. & É Servais (1978), Produire ou reproduire ? Une sociologie de la vie quotidienne. Bruxelles, Éditions De Boeck.

Salomon Cavin J. (2004), « La Suisse urbaine : entre ubiquité et absence », EspacesTemps.net, Textuel, 13.09.

Salomon Cavin J. (2005) La Ville, mal-aimée : représentations anti-urbaines et aménagement du territoire en Suisse. Analyse, comparaisons, évolution, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Schmid C. (2004), « A New Paradigm of Urban Development for Zurich », dans INURA (dir.), The contested metropolis, Basel, Birkhäuser.

Schuler M., Dessemontet P. & D. Joye (2005), Les Niveaux géographiques de la Suisse, Neuchâtel, Office fédéral de la statistique.

Schuler M., Dessemontet P., Jemelin C., Jarne A., Pasche N. & W. Haug (2006), Atlas des mutations spatiales de la Suisse, Zürich, Verlag NZZ.

Thalmann P. & P. Favarger (2002), Locataire ou propriétaire ?, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Wenger F. (2007), «Table ronde : Flux et vitesses du territoire », Tracés, n° 1, janvier.

Haut de page

Notes

1 Un ouvrage a récemment été consacré à l’œuvre de Michel Bassand (Jaccoud & Kaufmann, 2010). Nous y renvoyons le lecteur pour tout complément. Voir aussi l’encadré en fin d’article.

2 La notion de transaction sociale, inventée par Jean Remy dans les années 1970, s’apparente à bien des égards à la dialectique de l’espace de Michel Bassand (Remy, Voyé & Servais, 1978).

3 L’idée de métropole suisse consiste à constater que l’espace urbanisé situé entre Genève, Lausanne, Neuchâtel, Fribourg, Berne, Bâle, Zurich, Winterthur et Saint-Gall fonctionne comme une grande agglomération, avec des flux pendulaires importants et en croissance et un marché de l’emploi de plus en plus intégré. Se pose dès lors la question de la gouvernance de cet ensemble métropolitain afin que son développement soit harmonieux et son rayonnement international réel, dans le contexte de morcellement institutionnel cantonal (Leresche et al., 1993 ; Bassand ,2004).

4 Comme par exemple à Londres avec l’institution de gouvernement métropolitain le Greater London Assembly ou à Stuttgart avec le Verband Region.

5 L’architecte néerlandais Winy Maas est l’auteur de la contribution de l’agence MVRDV à Stadtland Schweiz.

6 www.avenirsuisse.ch

7 « un futur compétitif, durable » (traduction personnelle de l’auteur).

8 Traduction personnelle de l’auteur.

9 « comment les territoires se transforment-ils ? » Traduction personnelle de l’auteur.

10 Hochparterre, Tracés, das Magazin (supplément hebdomadaire du Tages-Anzeiger, du Bernerzeitung et du Baslerzeitung).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig.  : Projet de territoire
Légende Source : Rapport sur le développement territorial 2005.
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/4189/img-1.jpg
Fichier image/, 56k
Titre Michel Bassand dans son bureau de l’EPFL à la fin des années 1980
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/4189/img-2.jpg
Fichier image/, 39k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Kaufmann, « La sociologie urbaine en Suisse : histoire, développement, débats actuels », SociologieS [En ligne], Dossiers, Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 23 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4189

Haut de page

Auteur

Vincent Kaufmann

Laboratoire de Sociologie Urbaine [LaSUR] - École Polytechnique Fédérale de Lausanne [EPFL], Suisse - vincent.kaufmann@epfl.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page