Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2012Actualité de la sociologie urbain...La sociologie urbaine et les métr...

2012
Actualité de la sociologie urbaine dans des pays francophones et non anglophones

La sociologie urbaine et les métropoles latino-américaines

Urban Research and Latin American Metropolis
Emilio Duhau

Résumés

Après une brève revue des principales questions et perspectives théoriques qui, depuis les années 1960, ont orienté en Amérique latine la formation des études urbaines comme champ de recherche, l’auteur présente une discussion critique sur les idées actuellement dominantes. La présentation est divisée en quatre sections. La première montre comment, par le biais de la sociologie du développement d’abord et la théorie de la dépendance ensuite, durant les années 1960 et 1970, les sciences sociales étudièrent le processus d’urbanisation de la région, ainsi que le rôle joué par ce qu’on appelait alors la « Nouvelle sociologie urbaine française ». Dans la deuxième section est discutée la définition durant les années 1980 de nouveaux agendas de recherche, coïncidant avec la crise du modèle d’industrialisation par substitution des importations (ISI). Ensuite est analysée la forte influence exercée depuis les années 1990 par la théorie des villes globales. Une influence qui s’est traduite dans la région par la constitution d’un important courant d’études de la globalisation, centrée sur les grandes métropoles latino-américaines. Finalement, cette influence est montrée par le biais d’une analyse comparative de la présence et de l’impact des articles consacrés aux principales questions concernant cette théorie, parus depuis les années 1990 dans plusieurs revues spécialisées publiées dans la région.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 L’auteur remercie Marie-Pierre Lefeuvre et Alain Bourdin pour les commentaires et questions posées (...)

1Il serait pratiquement impossible de faire un état des lieux des perspectives actuelles de la recherche urbaine dans l’Amérique latine à partir d’une revue directe de l’énorme quantité de travaux publiés depuis les deux dernières décennies, plus encore si l’on prend aussi en compte la littérature « grise » 1. On peut cependant s’en approcher par le biais de travaux du type « état de la question » et, surtout, à travers des revues spécialisées publiées dans la région, dont les contenus sont maintenant, dans la majorité des cas, disponibles sur internet, plus précisément sur le site Redalyc (Réseau de revues scientifiques de l’Amérique latine et des Caraïbes).

2Bien que les revues spécialisées, totalement ou partiellement, dans la recherche urbaine et accessibles sur Redalyc ou en site propre n’accueillent qu’une partie minoritaire des travaux faits dans la région ou sur l’univers urbain de la région, elles en donnent sans doute un bon échantillon. En effet, si, il y a seulement une décennie, on pouvait affirmer que la circulation des publications en livres et revues issues de la recherche urbaine latino-américaine avait rarement une portée effectivement latino-américaine (Duhau, 2000), cette situation semble avoir beaucoup changé, au moins en ce qui concerne les revues.

3Partant de cette constatation, je m’appuierai, pour esquisser l’état et les perspectives actuels des études urbaines en Amérique latine, sur ma propre connaissance du champ, sur des états de l’art publiés entre les années 1980 et 90 et sur l’analyse des travaux publiés depuis la fin des années 1990 dans plusieurs revues spécialisées éditées dans différents pays de la région.

De la sociologie du développement à la sociologie urbaine néomarxiste

4La sociologie urbaine en Amérique latine, ou plutôt l’intérêt des sciences sociales pour la ville et plus spécifiquement pour le processus d’urbanisation, naquit vers la fin des années 1950 et le début des années 1960, dans le cadre de la sociologie de la modernisation et du développement. À cet égard sont remarquables les travaux de Gino Germani relatifs au passage, ou à la transition, de la société traditionnelle à la société de masse, sur le rôle du processus d’urbanisation dans ce passage et sur la question de l’activation politique et de l’intégration des migrants (nouveaux habitants des villes) au processus de modernisation (Germani, 1962).

5Considérée comme une critique de la sociologie de la modernisation, laquelle fut écartée comme « fonctionnaliste » vers la fin des années 1960, la sociologie de la dépendance prit le relais. Avec elle, l’intérêt pour la ville continua à être subordonné à la question du développement. Mais, ce nouveau regard porté sur l’évolution des sociétés latino-américaines abordait les villes, ou plutôt les grandes villes, où arrivaient alors les migrations intérieures, comme la manifestation et le véhicule d’un modèle de développement dépendant des sociétés capitalistes industrialisées.

  • 2 Bien sûr, il y avait alors d‘autres questions adressées par la sociologie latino-américaine mais qu (...)

6Jusque-là, la ville en tant que telle ne constituait pas un sujet de recherche sociologique. Se sont néanmoins développés deux grands débats concernant le processus d’urbanisation, alors très rapide. L’un d’entre eux opposa ceux qui pensaient qu’il s’agissait d’une étape normale du processus de développement capitaliste (par ex. Singer, 1973) et ceux qui considéraient que la clé pour comprendre les évolutions observées était dans le caractère dépendant de ce processus (Marini, 1973 ; Cardoso & Faletto, 1969). Un deuxième grand débat eut lieu autour des nouveaux habitants des villes et de leur habitat, lesquels ne semblaient être en cours d’intégration ni au développement ni à la ville. Ainsi, naquit un nouvel usage du concept de marginalité (sociale et urbaine) (Sigal, 1981) 2.

7Durant les années 1970, la formation en Amérique latine d’un champ de recherche spécifique sur la ville et l’urbanisation fut influencée de manière remarquable par la perspective provenant de l’école marxiste alors nouvelle de sociologie urbaine d’inspiration lefebvrienne et althuserienne, qui surgit en France de la rénovation du marxisme occidental et de l’essor du structuralisme. Cette influence eut comme véhicule principal un bon nombre de jeunes sociologues, architectes et économistes latino-américains qui, étant intéressés par les questions urbaines, firent à cette époque-là des études de troisième cycle dans des universités françaises.

Figure 1 : La question urbaine depuis la perspective de la version latino-américaine de la sociologie urbaine néo-marxiste

Figure 1 : La question urbaine depuis la perspective de la version latino-américaine de la sociologie urbaine néo-marxiste
  • 3 Manuel Castells était le représentant aujourd’hui le plus connu de cette école de sociologie urbain (...)

8Pour rappeler brièvement les idées centrales de ce courant représentées ci-dessus, on dira que cette sociologie plaçait au centre le concept d’urbanisation capitaliste. Celui-ci s’appliquait aux conditions générales de la production et à la reproduction de la force de travail. Ainsi, pour le Manuel Castells de la Question urbaine 3, la ville pouvait être définie comme « unité de reproduction de la force de travail » (Castells, 1969). En Amérique latine, durant les années 1970 et le début des années 1980, ce courant regroupait le plus grand nombre de chercheurs et parmi eux sûrement les plus influents. Leurs quatre sujets d’étude privilégiés, qui découlaient du postulat concernant le rôle de la ville dans le processus d’accumulation, notamment dans la reproduction de la force de travail étaient les suivants : 1) les politiques urbaines concernant la planification urbaine, le logement, les services et les équipements collectifs ; 2) la production capitaliste de la ville, laquelle concernait d’un côté, elle aussi, les politiques urbaines, notamment l’aménagement et la planification urbaine et d’un autre côté, la promotion immobilière et la rente foncière ; 3) les luttes urbaines et les mouvements sociaux urbains, en rapport avec la question des moyens de consommation collective ; 4) les processus d’urbanisation informelle et l’autoproduction du logement, observés en liaison avec « l’insuffisance des moyens de consommation collective » en particulier la production limitée de logements sociaux.

9Il serait impossible de résumer ici ce que produisit, munie de cette perspective théorique, la recherche urbaine latino-américaine. Mais, en prenant comme exemple la recherche urbaine au Mexique, on trouve certains travaux de grande portée publiés pendant les années 1980, qui se présentent comme le point culminant d’un cycle de recherches qui se ferme précisément avec eux. À cet égard, je voudrais faire référence à quatre livres, dont chacun peut être considéré comme le produit d’un nombre considérable d’années consacrées à l’un de ces sujets.

10Los Productores del espacio habitable [Les producteurs de l’espace habitable] (Schteingart, 1989), offre une analyse, découlant de plus de dix ans de travail de recherche, portant sur le rôle de l’État, sur celui des promoteurs capitalistes et des habitants auto-constructeurs dans les processus d’urbanisation et de production de logements à Mexico, entre 1940 et 1980.

11El proceso de industrialización de la ciudad de México 1821-1970 [Le processus d’industrialisation de la ville de Mexico 1821-1970] (Garza, 1985). Produit d’une recherche menée entre 1977 et 1984, ce livre porte sur la question de la concentration industrielle, liant d’un côté mode de production, urbanisation et concentration économique-spatiale et, de l’autre, le rôle de l’État dans la production des conditions générales de la production qui, d’après l’auteur, rendirent possible la concentration économique et industrielle dans la ville de Mexico. Selon les propres mots de l’auteur :

« l’hypothèse principale [de ce livre] est que la construction à long terme d’un énorme ensemble de travaux publics au service de la ville constitue l’explication fondamentale de la grande concentration spatiale des activités économiques et, en plus, que ceci est une spécificité de l’organisation spatiale capitaliste (Garza, 1985, p. 15, ma traduction).

12Las Obras públicas de la ciudad de México (1976-1982). Política urbana e industria de la construcción [Les travaux publics de la ville de Mexico (1976-1982). Politique Urbaine et industrie de la construction] (Ziccardi, 1991), montre que les travaux publics et le rapport de ceux-ci avec les besoins des entreprises capitalistes et des travailleurs sont au centre des politiques urbaines, pour arriver à la conclusion que, dans la ville de Mexico, pour la période étudiée, la majeure partie des ressources consacrées aux travaux publics furent destinées à des moyens de transport collectif et à des infrastructures, dont les classes populaires furent les principales destinataires (Ziccardi, 1991, p. 14).

13Enfin, El Movimiento ubano popular mexicano [Le mouvement urbain-populaire Mexicain] (Ramírez Saíz, 1986), produit également d’un long et ambitieux cycle de recherche mené par l’auteur, reprenait les principales hypothèses circulant alors en Amérique latine à l’égard des « mouvements sociaux urbains », lesquels constituaient une réélaboration de la version canonique de Manuel Castells (1977). Cette recherche portait sur les rapports entre les contradictions de l’urbanisation capitaliste et lesdits mouvements. Mais à propos et au-delà de la discussion sur les « causes », Manuel Ramírez Saíz est arrivé à donner une caractérisation encore utile des revendications du Movimiento urbano popular (MUP), comme de la structure et des modalités d’organisation et d’action des organisations qui en faisaient alors partie.

Le déplacement du modèle développementaliste et les nouveaux agendas de la recherche urbaine latino-américaine

  • 4 Pour des analyses concernant cette éclipse aussi bien que la critique de la sociologie urbaine néom (...)

14Vers la fin des années 1980, en coïncidence avec la restructuration économique qui avait alors lieu dans les pays industrialisés et avec le déclin de l’ordre urbain fordiste qui était le cadre de référence de la sociologie urbaine néomarxiste, celle-ci s’est éclipsée comme école dominante dans le champ de la recherche urbaine, aussi bien en France qu’en Amérique latine 4. À cette époque, la recherche urbaine latino-américaine comptait déjà une masse critique de chercheurs distribués dans un nombre croissant d’universités et de centres de recherche, dont l’orientation théorique s’était diversifiée considérablement. Au Brésil en 1983 est fondée l’ANPUR - Associação Nacional de Pós-graduação em Planejamento Urbano e Regional ; au Mexique en 1987 se constitue le Red Nacional de Investigación Urbana [Réseau national de la recherche urbaine], lequel commence à publier depuis 1989 la revue Ciudades ; et en 1993 en Colombie se crée l’Asociación Colombiana de Investigadores Urbano Regionales - ACIUR [Association colombienne de chercheurs urbains régionaux].

  • 5 Il faut remarquer que le rapport de cette sociologie urbaine avec le champ disciplinaire de la soci (...)

15Ainsi, vers la fin des années 1980, on peut observer une remarquable diversification des sujets et des orientations de la recherche urbaine. Il s’agit d’une étape où il est difficile de repérer les sujets, les concepts et les orientations théoriques qui articulent la recherche urbaine. On peut penser qu’il s’agit plutôt d’une étape de construction de nouveaux problèmes de recherche dans le cadre de l’éclipse, plus ou moins rapide selon les pays, du modèle de développement basé sur l’industrialisation par substitution d’importations et sur le développement de marchés nationaux. Ainsi, bien que les concepts et les problèmes de recherche provenant de la sociologie urbaine néo-marxiste 5 continuèrent à avoir une influence significative sur l’orientation de la recherche, on peut constater l’apparition de nouveaux intérêts et d’approches qui tendent à nuancer et à s’éloigner des prémisses assumées depuis ce courant-là (Duhau, 1992).

16Les agendas de la recherche urbaine pour la région, produits dans le cadre d’un projet international, la Global Urban Research Initiative vers le milieu des années 1990, reprennent ces nouveaux intérêts et orientations. Il s’agit d’un projet coordonné par des chercheurs qui font partie du groupe de ceux qui, ayant pour la plupart complété leur formation universitaire en France, eurent un rôle important dans la consolidation du champ de la recherche urbaine en Amérique latine.

17Ces agendas ont été développés par le biais de trois groupements de nations latino-américaines : le Brésil et le Venezuela (Valladares & Prates, 1995) ; le Mexique, la Colombie et l’Amérique centrale (Schteingart, 1995) ; les pays d’Amérique du sud, à l’exclusion de la Colombie et du Venezuela (Rodríguez, Espinoza & Herzer 1995). Au-delà des différences plutôt mineures, ces agendas donnent dans leur ensemble ce qu’on pourrait appeler une nouvelle carte conceptuelle de la recherche urbaine latino-américaine, organisée autour de trois noyaux principaux.

18Le premier noyau se réfère au modèle général d’urbanisation et à l’impact de la globalisation sur la restructuration économique et spatiale et les formes de production des villes. Les changements de modalités de la division internationale du travail, la transformation de la base économique des villes et les nouveaux rapports entre public et privé dans la production des villes, sont autant de questions posées à la recherche urbaine dans la région. Le deuxième noyau se réfère à la restructuration sociale des villes et notamment à la problématique de la pauvreté et de la polarisation sociale. Le troisième noyau accorde la priorité aux rapports entre gouvernements locaux, gestion urbaine, citoyenneté et démocratie (Duhau, 2000 : 20).

Figure 2 : L’agenda de la recherche urbaine latino-américaine proposé dans le cadre de la Global Urban Research Initiative vers la moitié des années 1990

Figure 2 : L’agenda de la recherche urbaine latino-américaine proposé dans le cadre de la Global Urban Research Initiative vers la moitié des années 1990

19En octobre 1997, au Mexique, le Réseau national de la recherche urbaine (RNIU) réalisa son deuxième congrès sous le titre « Recherche urbaine et régionale : bilan et perspectives ». Y furent présentés autour de 300 papiers distribués d’après les thématiques suivantes : 1) Globalisation, changements dans le modèle de développement, restructuration industrielle et territoriale. Ville globale-locale ; 2) Production du cadre bâti, formes d’appropriation du sol et du logement. La production de l’urbain ; 3) Population, famille et marchés du travail ; 4) Ville et environnement. L’environnement urbain et régional ; 5) Pouvoir politique et gouvernement des villes, développement municipal et décentralisation ; 6) Culture et territoire : identités locales et régionales et modes de vie. La société et l’urbain ; 7) Action collective, citoyenneté, démocratie et mouvements sociaux ; 8) Histoire urbaine ; 9) Appropriation et impact des nouvelles technologies sur la production de la ville ; 10) Conceptions de l’analyse territoriale et urbaine dans la formation de troisième cycle ; 11) Conditions de vie, santé et zones à risque ; 12) Insécurité et violence dans les villes / Politique et gestion urbaine ; 13) Processus électoraux, alternance et institutions politiques ; 14) Services publics et nouvelles formes de gestion ; 15) Pauvreté et politiques sociales. Il faut remarquer que cette liste thématique fut élaborée par un groupe ample de membres du réseau avec l’intention d’accueillir l’ensemble des lignes de recherche présentes dans la RNIU.

20Un an plus tard, en 1998 à Buenos Aires, des chercheurs travaillant dans le champ des études urbaines organisèrent un séminaire national, « Le nouveau millénaire et l’urbain », avec l’intention de l’utiliser comme une plateforme pour l’organisation d’un réseau sur la recherche urbaine. Dans ce séminaire, les quelque 90 travaux présentés, parmi lesquels autour du 40 % furent signés par plusieurs coauteurs, furent distribués selon les thèmes suivants : 1) La production de l’urbain ; 2) La société et l’urbain ; 3) Le public et le privé dans la ville ; 4) L’environnement urbain-régional ; 5) Politique et gestion urbaines ; 6) Ville globale-locale ; 7) Exclusions sociales et l’urbain ; 8) Informatique, télécommunications et ville ; 9) Quartiers privés.

  • 6 Dans le cas du congrès de la RNIU des articles – sur lesquels je m’appuie ici – rapportant les bila (...)

21On notera non seulement la similitude des questions abordées ici et lors du congrès de la RNIU, mais aussi celle des concepts utilisés dans les deux cas pour énoncer les thématiques et les problèmes : local-global, public-privé, gestion locale, identités, fragmentation… En fait lorsqu’on reprend l’agenda de recherche explicite proposé dans le cadre du GURI, ainsi que celui, implicite, exprimé par les thématiques adoptées lors des deux congrès, comme les concepts et problèmes privilégiés par les chercheurs qui y participèrent, on peut tirer les concepts et les problèmes qui, vers la fin des années 1990, articulèrent le champ de la recherche urbaine 6.

22Tout d’abord apparaît clairement le rôle central joué par l’opposition entre processus globaux et villes/espaces locaux dans la formulation des questions concernant la restructuration économique des villes et les formes de production des espaces urbains. Mais le plus significatif fut les principales questions que les chercheurs qui participèrent au congrès de la RNIU et au séminaire « Le nouveau millénaire et l’urbain » exprimèrent à propos de ces thématiques ; en premier lieu la « globalisation, ses rapports avec la réorganisation du territoire et le rôle changeant du local ». D’un autre côté, l’opposition public/privé se substitua comme noyau organisateur du champ de recherche à d’autres oppositions telles que privé/social et individuel/collectif. Cette opposition, en liaison avec les questions de citoyenneté et de démocratie, jalonne le traitement de plusieurs sujets : pauvreté, intégration sociale, services et espaces publics, gouvernements locaux et gestion urbaine, parmi d’autres.

La sociologie urbaine de la globalisation et les métropoles latino-américaines : un petit essai de science-métrique

23Comment les agendas dont je viens de parler se sont-ils développés et exprimés depuis la fin des années 1990, dans la sociologie urbaine et la recherche urbaine latino-américaine en général ?

24En premier lieu, il faut situer les problèmes et controverses posés depuis les dix ou quinze dernières années dans le champ des études urbaines en Amérique latine en rapport avec ce qui a été effectivement une transition, d’un modèle de développement ancré dans des métropoles industrielles et des États développementalistes ayant une forte participation économique directe, à un autre modèle où le rôle des grandes métropoles a été bouleversé. Il faut aussi prendre en compte le fait que, tandis qu’on peut considérer les années 1980 comme des années de gestion de crise, depuis les années 1990 on commence à essayer vraiment un nouveau modèle et on peut observer un changement d’orientation des politiques urbaines.

25D’autre part, l’essor de certains sujets est lié à une meilleure disponibilité des données quantitatives et à la généralisation de moyens et de capacités de traitement statistique et géostatistique, lesquels étaient beaucoup plus restreints jusqu’aux années 1980. C’est le cas notamment de la prolifération de travaux sur la ségrégation socio-spatiale. D’un autre côté, il y a bien sûr des sujets et des problèmes qui continuent à caractériser les études urbaines dans la région, notamment ceux se rapportant à la production informelle de la ville.

26En tout cas, pour que l’on puisse parler d’une recherche urbaine latino-américaine, on doit considérer, en plus du critère régional, les théories, les interrogations, les concepts et les méthodologies à peu près partagés ou qui articulent les débats et les différences. À mon avis ces sortes de points de repères existent aujourd’hui. Mais il y a d’un côté ceux qui appartiennent à ce que j’appellerai le champ de la sociologie/des études urbaines de la globalisation, dont le principal repère théorique est la(les) théorie(s) des villes globales ; et d’un autre côté les questions et les sujets de recherche qui, ou bien ont précédé l’essor de la sociologie urbaine de la globalisation, ou bien se sont développés parallèlement. Dans le premier cas, les problèmes et la façon de les poser sont partagés parce que les différents travaux, au-delà du pays où ils sont menés, se réfèrent aux mêmes prémisses théoriques : la théorie des villes globales d’origine anglo-saxonne.

  • 7 On peut trouver un bon nombre de travaux publiés dans la revue Estudios Urbanos y Regionales (EURE) (...)

27Dans le schéma ci-dessous (figure 3) on peut observer, à titre d’illustration, les rapports explicitement ou implicitement établis, à propos de l’interprétation de l’ordre spatial des métropoles latino-américaines, entre différentes entités et processus, selon la version latino-américaine de ce que j’appelle sociologie ou études urbaines de la globalisation. Au centre, les fonctions économiques globales et leur organisation en réseau. À partir de celles-ci, d’un côté, on en tire le rôle des grandes métropoles latino-américaines, lesquelles feraient partie d’un réseau global hiérarchisé de villes, dont le sommet est occupée par les villes les « plus » globales (New-York, Londres, Tokyo…). D’un autre côté, on identifie les processus en cours et les entités qui seraient à la fois poussés et requis par le nouveau rôle des villes, notamment les grandes métropoles, dans le processus de globalisation. S’ensuivent plusieurs sujets privilégiés par la recherche, parmi les principaux : le développement des fonctions globales ; la production des « artefacts » (équipements, réseaux, infrastructures) qui contribuent à ces fonctions ainsi qu’à « l’attractivité » des villes ; le nouveau modèle spatial des villes latino-américaines ;  les nouvelles formes de la ségrégation urbaine 7.

Figure 3 : Le nouvel ordre (socio-)spatial des métropoles latino-américaines d’après la sociologie urbaine de la globalisation

Figure 3 : Le nouvel ordre (socio-)spatial des métropoles latino-américaines d’après la sociologie urbaine de la globalisation

28Mais comment mesurer le poids relatif de différentes idées, concepts, problèmes et thèmes ? Jusqu’ici, je me suis basé sur deux types de sources : ma connaissance personnelle de la littérature produite par la recherche urbaine latino-américaine et des textes du type « état des savoirs ». Mais il existe d’autres sources auxquelles on peut recourir, notamment les citations de travaux, les mots-clés utilisés pour classer les contenus des articles, les titres et les résumés des textes ainsi que les bibliographies utilisées dans les programmes d’enseignement. Comme partout, en Amérique latine les chercheurs qui font de la recherche urbaine publient leurs travaux à travers trois moyens principaux : revues spécialisées, livres collectifs et livres signés par un ou plusieurs auteurs. À l’exception de ces derniers, qui peuvent devenir à moyen ou long terme des ouvrages de référence, aujourd’hui, les textes les plus visibles, les plus lus et les plus cités, sont des articles publiés dans des revues spécialisées disponibles sur internet.

  • 8 On se demandera pourquoi je m’appuie sur des revues interdisciplinaires et je ne prends pas en comp (...)
  • 9 Il y a d’autres revues spécialisées dans le champ urbain-régional au Mexique, au Brésil et au Chili (...)
  • 10 Les congrès de ces associations attirent la participation de la grande majorité des chercheurs urba (...)

29C’est pour cela que pour explorer l’influence exercée sur la recherche urbaine par la sociologie urbaine de la globalisation, je me baserai ici sur des articles (thèmes-clés et citations) parus depuis la fin des années 1990, dans un groupe de revues spécialisées publiées dans la région : Estudios Urbanos y Regionales (EURE), Estudos Urbanos e Regionais, Estudios Demográficos y Urbanos et Territorios. Toutes ces revues sont interdisciplinaires et fournissent un bon échantillon des sujets et des orientations théoriques de la sociologie urbaine et des études urbaines en général durant la dernière décennie dans la région 8. Tant EURE qu’Estudios Demográficos y Urbanos sont des revues très connues et reconnues parmi ceux qui font de la recherche urbaine en Amérique latine. EURE, publiée depuis 1970 à Santiago du Chili par l’Instituto de Estudios Urbanos y Territoriales de la Pontificia Universidad Católica de Chile, est la revue la plus ancienne de la région parmi celles spécialisées dans les études urbaines ; Estudios Urbanos y Regionales est publiée à Mexico depuis 1986 par l’organisme actuellement nommé Centro de Estudios Demográficos, Urbanos y Ambientales du Colegio de México 9. Estudos Urbanos et Regionais et Territorios quant à elles sont des revues dont les trajectoires sont plus courtes, puisque la première est publiée depuis 1998 et la dernière depuis 2000, mais toutes deux appartiennent à des associations amplement représentatives des milieux de la recherche urbaine du Brésil et de la Colombie, respectivement 10.

30L’influence exercée par la sociologie/les études urbaines de la globalisation peut être observée notamment à travers EURE. Bien qu’elle ne publie qu’une petite partie de la production de la recherche urbaine latino-américaine, comme on le verra ci-dessous, il s’agit, parmi celles qui sont publiées en Amérique latine, de la revue spécialisée sur le champ urbain-régional, dont les articles reçoivent le nombre le plus grand de citations. En plus, elle est la revue spécialisée dans ce champ la plus internationale et en même temps la plus latino-américaine parmi celles publiées dans la région, si l’on en croit la proportion des auteurs non résidants dans le pays de publication.

31EURE publie principalement des articles de fond en espagnol et en portugais qui passent des filtres rigoureux et a été l’une des premières revues à diffuser des articles in extenso sur internet. Entre 1998 et 2009, 155 articles publiés par EURE peuvent être classés dans le champ des études urbaines. Parmi eux prédominent amplement des approches issues de trois disciplines : la sociologie d’abord, la géographie sociale ou humaine ensuite, l’économie en troisième lieu. Quant aux contenus de ces articles, on peut faire trois constations.

  • 11 Si Santiago du Chili l’emporte en nombre d’articles qui lui sont consacrés, cela découle bien sûr, (...)

32Une première constatation concerne le rôle dominant de la recherche et des débats autour des grandes métropoles latino-américaines. C’est sur elles que se concentre le traitement des thèmes et des problèmes les plus en vogue : 74, c’est-à-dire presque cinquante pour cent du total, se réfèrent à l’une de ces métropoles : Santiago du Chili, 30 11 (40.5 %) ; Buenos Aires, 16 (21.6 %) ; Mexico, 9 (12.2 %) ; São Paolo, 9 (12.2 %), Caracas, 5 (6.7 %). Si on ajoute à cela le fait que 43 autres articles sont de portée générale et ne se réfèrent à aucune ville en particulier, la présence d’autres villes (y compris des villes européennes) ou d’autres territoires se réduit à moins d’un quart du total (23.9 %). (Tableau 1).

Tableau 1 : Revue EURE : Articles publiés classés selon ville de référence (1998-2009)

Grandes métropoles latino-américaines

74

47,7%

Santiago du Chili

30

19,4%

Buenos Aires

16

10,3%

São Paolo

9

5,8%

Mexico

9

5,8%

Autres villes/lieux

38

24,5%

Généraux/Aucun(e) ville ou lieu en particulier

43

27,7%

Total

155

100%

Source : Élaboré par l’auteur à partir des articles publiés dans la revue EURE durant la période de référence.

33La deuxième constatation porte sur le fait que six sujets correspondent à plus de 60 % des articles et que, encore plus curieusement, presque un cinquième des articles ont pour thème l’organisation socio-spatiale des villes ou la « ségrégation urbaine ». Ainsi est remarquable, d’un côté, la prédominance de certains sujets, notamment la ségrégation, la structure socio-spatiale des villes, la globalisation et les villes globales et d’un autre la quasi absence de sujets comme l’urbanisation informelle, les services urbains, l’action collective et les conflits urbains (Tableau 2).

Tableau 2 : Revue EURE : articles publiés selon leur sujet principal (1998-2009)

SUJET

NOMBRE

%

Structure socio-spatiale/ségrégation

29

18,7%

Globalisation/structure spatiale

19

12,3%

Mobilité quotidienne/transports

15

9,7%

Développement urbain durable/environnement

11

7,1%

Globalisation/villes globales

10

6,5%

Croissance urbaine/suburbanisation

10

6,5%

Marketing urbain/compétitivité urbaine

9

5,8%

Imaginaires urbains

9

5,8%

Espaces publics

6

3,9%

Sécurité/insécurité

5

3,2%

Aménagement urbain/urbanisme

5

3,2%

Gestion/gouvernance métropolitaines

4

2,6%

Marché foncier

4

2,6%

Autre

19

12,3%

Total

155

100%

Source : Élaboré par l’auteur à partir des articles publiés dans la revue EURE durant la période de référence.

34Troisième constatation : malgré le fait que la mobilité quotidienne et les transports d’une part et la question de l’environnement et du développement durable de l’autre occupent, d’après le nombre d’articles qui leur sont consacrés, les troisième et quatrième positions respectivement, presque aucun des articles de cette catégorie de sujets ne figure parmi les 20 articles les plus cités (Tableau 3). Bien sûr, on pourrait dire que la question de la qualité des articles et celle de la notoriété variable des auteurs entre en ligne de compte. Mais à mon avis, ce qui l’emporte est le fait que les articles concernant les trois premiers sujets semblent être ceux qui fournissent à beaucoup de chercheurs leur « cadre » théorique général pour le traitement d’autres sujets comme la mobilité quotidienne ou les espaces publics.

Tableau 3 : Revue EURE : les 20 articles les plus cités publiés entre 1998 et 2009

POSITION

SUJET PRINCIPAL

CITATIONS/AN

1

Ségrégation / structure socio-spatiale

20.0

4

Ségrégation / structure socio-spatiale

9.8

5

Ségrégation / structure socio-spatiale

9.2

7

Ségrégation / structure socio-spatiale

7.1

13

Ségrégation / structure socio-spatiale

5.6

NOMBRE MOYEN DE CITATIONS

10.1

2

Globalisation / structure spatiale

11.7

3

Globalisation / structure spatiale

10.8

6

Globalisation / structure spatiale

7.9

10

Globalisation / structure spatiale

6.5

17

Globalisation / structure spatiale

4.4

NOMBRE MOYEN DE CITATIONS

8.3

11

Globalisation / villes globales

6.0

12

Globalisation / villes globales

5.8

14

Globalisation / villes globales

5.2

NOMBRE MOYEN DE CITATIONS

5.7

8

Croissance urbaine / suburbanisation

6.7

20

Croissance urbaine / suburbanisation

4.1

NOMBRE MOYEN DE CITATIONS

5.4

9

Autres sujets (logement social)

6.6

15

Autres sujets (contre-urbanisation)

5.2

16

Autres sujets (imaginaires urbains)

5.2

18

Autres sujets (espaces publics)

4.4

19

Autres sujets (transports urbains)

4.2

NOMBRE MOYEN DE CITATIONS

5.1

Source : Élaboré par l’auteur à partir des articles publiés dans la revue EURE durant la période de référence et Google Scholar.

35On aurait probablement tort de déterminer l’importance relative des différents sujets de recherche et plus encore de pondérer l’influence ou l’« impact » de la sociologie urbaine de la globalisation dans le champ de la recherche urbaine latino-américaine à partir des seuls articles publiés dans EURE. Pourtant, sous réserve des données qui pourraient produire un relevé plus exhaustif des travaux publiés, y compris des livres et de leur impact dans le développement du champ de recherche, il faut remarquer une corrélation : d’une part EURE a été depuis la fin des années 1990 un espace de publication où se manifeste une forte participation des chercheurs qui ont adopté la théorie anglo-saxonne des villes globales ou ont travaillé sur des sujets de recherche privilégiés par cette théorie, notamment ceux concernant la structure spatiale et socio-spatiale des métropoles ; d’autre part, comparée à d’autres revues spécialisées éditées en Amérique latine, les articles publiés dans EURE sont ceux qui recueillent de loin le plus grand nombre de citations (Tableau 4).

Tableau 4 : Revues totalement ou partiellement spécialisées en études urbaines publiées en Amérique latine

Revue

Pays

Éditeur

Nombre moyen de citations /an des 20 articles les plus cités

Période de publication des articles

EURE

Chili

U. C. de Chile (1)

7.36

1998-2009

Estudos Urbanos e Regionais

Brésil

ANPUR (2)

2.35

1998-2009

Estudos Demográficos y Urbanos

Mexique

Colmex (3)

1.41

2000-2009

Territorios

Colombie

ACIUR (4)

0.74

2000-2009

Source : Élaboration de l’auteur basée sur la consultation des revues et de Google Scholar (mars 2011).
(1) Univ. Católica de Chile, Instituto de Estudios Urbanos y Territoriales ; (2) Associacaõ Nacional de Pos Graduacaõ en Planejamento Urbano e Regional ; (3) El Colegio de México ; (4) Asociación Colombiana de Investigadores Urbanos y Regionales

36Lorsqu’on observe la production parue dans les autres revues de la région totalement ou partiellement spécialisés dans la recherche urbaine : Estudios Demográficos y Urbanos (Mexique, El Colegio de México) ; Estudos Urbanos e Regionais (Brésil, AMPUR) et Territorios (Colombie, ACIUR), on trouve, en ce qui concerne la présence relative des différents sujets de recherche, un panorama un peu différent de celui brossé à partir de la revue EURE, bien que coïncidant avec lui en ce qui concerne le poids relatif de thèmes comme la ségrégation urbaine et le développement urbain durable (voir Tableaux 5, 6 et 7).

Tableau 5 : Estudos Urbanos e Regionais : Articles publiés classés selon leur sujet principal (1999-2009)

Développement urbain durable

12

12,4%

Urbanisme

12

12,4%

Ségrégation urbaine

9

9,3%

Droit/législation urbanistique

9

9,3%

Favelas

7

7,2%

Compétitivité urbaine

6

6,2%

Formation/recherche

5

5,2%

Représentations/imaginaires urbains

5

5,2%

Structure spatiale

3

3,1%

Logement social

3

3,1%

Métropolisation

3

3,1%

Autres

23

23,7%

Total

97

100%

Source : Élaboration de l’auteur basée sur la consultation de numéros de Estudos Urbanos e Regionais durant la période de référence.

Tableau 6 : Estudos Demográficos y Urbanos : Articles publiés classés selon leur sujet principal (12000-2009)

Développement urbain durable/environnement

10

17,9%

Périphérie/suburbanisation

6

10,7%

Ségrégation/structure socio-spatiale

4

7,1%

Mobilité quotidienne

4

7,1%

Gestion urbaine/gouvernance

4

7,1%

Représentations urbaines

3

5,4%

Mobilité résidentielle

2

3,6%

Rurbanisation

2

3,6%

Centres commerciaux

2

3,6%

Géographie électorale

2

3,6%

Politiques foncières

2

3,6%

Autres

15

26,8%

Total

56

100%

Source : Élaboration de l’auteur basée sur la consultation de numéros de Estudos Demográficos y Urbanos durant la période de référence.

Tableau 7 : Territorios : Articles publiés classés selon leur sujet principal (12000-2009)

Ville/marchés fonciers informels

11

18,3%

Gestion urbaine

7

11,7%

Espace public

7

11,7%

Mobilité résidentielle

4

6,7%

Transports

4

6,7%

Imaginaires/identités urbains

4

6,7%

Exclusion/marginalisation

3

5,0%

Développement urbain durable/environnement

2

3,3%

Services publics

2

3,3%

Autres

16

26,7%

Total

60

100%

Source : Élaboration de l’auteur basée sur la consultation de numéros de Territorios durant la période de référence.

  • 12 Sur ce thème, par exemple, fonctionne depuis plusieurs années un groupe latino-américain de recherc (...)
  • 13 Bien sûr, les registres de citations, toujours partiels, ne disent rien quant aux autres formes d’i (...)

37En fait, ces revues montrent d’autres débats scientifiques, qui concernent aussi des sujets et des chercheurs à l’échelle de toute la région mais qui ne se positionnent pas par rapport à la perspective dominante de la globalisation ou adoptent par rapport à elle des positions critiques. C’est le cas notamment des recherches qui concernent la ville et les marchés fonciers informels 12 ; la reprise critique du sujet du développement urbain durable (voir entre autres Acselrad, 1999) ; la mobilité résidentielle et quotidienne abordée parfois en rapport avec l’essor de cette question dans la recherche urbaine/sociodémographique française (Dureau et al., 2002) ; les représentations et les imaginaires urbains (Silva, 2006 [1992] ; Lindon et al., 2006). Mais en plus, il y a bien sûr des chercheurs qui, tout en partageant certains sujets de recherche avec ceux formulés depuis le paradigme de la globalisation, ne partagent pas leur perspective. Pourtant, si l’on considère comme l’un des indicateurs importants d’influence et d’impact sur le développement d’un champ de recherche, le nombre de citations des publications 13 il ne semble exister, jusqu’à maintenant, aucune autre perspective ayant un degré d’influence équivalent sur la recherche urbaine en Amérique latine à celui exercé durant les dernières années par la/les théorie (s) des villes globales.

Commentaires finaux

38Vers les années 1990, la recherche urbaine latino-américaine reprend des thèmes et des problèmes qui circulent internationalement et regarde l’évolution des villes, notamment celle des grandes métropoles, munie de ces thèmes et problèmes, notamment ceux concernant la globalisation et les villes globales. Cela a entraîné la prolifération de trois biais remarquables.

39Le premier de ces biais consiste en la tendance à établir des rapports directs entre quelque chose appelé « globalisation » et des processus observés localement, sans mettre en évidence les médiations entre les supposés processus globaux et les phénomènes observés dans une ville quelconque.

  • 14 Le paragraphe suivant, provenant de l’introduction d’un article sur Mexico publié par EURE, me semb (...)

40Le deuxième biais est que les observations ou données, dans beaucoup de cas, sont triées d’après leur correspondance avec ce que devraient être les effets urbains de la globalisation et/ou ceux du néolibéralisme. De cette façon, par exemple, en adoptant la prémisse que les métropoles latino-américaines sont en train de se globaliser et se situent dans une certaine position dans la hiérarchie des villes globales, on présuppose que leur structure spatiale est en train de se polariser et que, nécessairement, la ségrégation résidentielle est en train de s’accroître 14.

41Le troisième biais consiste, tandis qu’on recherche les changements liés à la globalisation, à ignorer ou à laisser de côté des questions très importantes. Je soulignerai deux de ces questions. La première est celle de la durabilité de la ville construite et des inerties qui en découlent. Alors que, selon certaines analyses, les nouvelles formes de production de l’espace urbanisé auraient la capacité de transformer en quelques années l’organisation spatiale des métropoles. La deuxième est la capacité d’observer et de s’interroger à propos de faits et d’évolutions inattendus.

42Dans l’ensemble, on pourrait dire qu’il y a eu, durant les dix ou quinze dernières années, associée à l’influence exercée sur la recherche urbaine latino-américaine par la théorie des villes globales, une tendance assez marquée à observer les nouvelles formes de production de la ville, les modalités de l’action publique, la constitution et l’apparition de nouveaux acteurs urbains, comme autant de concrétisations de la globalisation – la globalisation tout court, si l’on et plutôt globalophile, ou de la globalisation néolibérale, si l’on est plutôt globalophobe. Pourtant, il convient de remarquer qu’au-delà des débats autour de cette théorie ou des critiques qu’on pourrait lui adresser, les biais dont on parle, en principe, n’appartiennent pas à cette théorie per se ni non plus à ses principaux concepteurs, mais à ceux qui l’adoptent comme une sorte de modèle prêt-à-porter universel.

Haut de page

Bibliographie

Abramo P. (2008), « El mercado del suelo informal en favelas y la movilidad residencial de los pobres en las grandes metrópolis: un objeto de estudio para América Latina », Territorios, n° 18-19.

Barrera Herrera E. (1998), « Apropiación e impacto de las nuevas tecnologías en la producción de la ciudad », Ciudades, n° 37, enero-marzo.

Cardoso F. E. & E. Faletto (1969), Dependencia y Desarrollo en América Latina, México, Siglo XXI.

Castro J. L. (1998), « Servicios públicos y nuevas formas de gestión », Ciudades, n° 27, enero-marzo.

Castells M. (1977), Movimientos sociales urbanos, México, Siglo XXI.

Castells M. (1974 [1972]), La Cuestión urbana, México, Siglo XXI.

Cicolella P. (1999), « Globalización y dualización en la región metropolitana de Buenos Aires. Grandes inversiones y reestructuración socioterritorial en los años noventa », EURE, vol. 25, n° 76.

Da Silva Leme M. C. (2003), « O impacto da globalizacaõ en Sao Paulo e a precarizacaõ das condicões de vida », EURE, vol. 29, n° 87, pp. 23-36.

De Mattos C. A. (1999), « Santiago de Chile, globalización y expansión metropolitana: lo que existía sigue existiendo », EURE, vol. 25, n° 76, diciembre, pp. 29-56.

Duhau E. (1992), « Ciencias sociales y estudios urbanos: ¿adiós a los paradigmas? », Sociológica, vol. 7, n° 18, pp. 29-43.

Duhau E. (2000). « Estudios urbanos: problemas y perspectivas en los años noventa », Sociológica, vol. 15, n° 42, pp. 13-35.

Dureau F. et al. (dir.) (2002 [2000]), Metrópolis en movimiento. Una comparación internacional, Bogotá, Institut de recherche pour le développement/Alfaomega.

Ganne B. (1987), « Las vicisitudes de las investigaciones urbanas », Sociológica, vol. 2, n° 5.

Garza G. (1985), El Proceso de industrialización en la ciudad de México, 1821-1970, Mexico, El Colegio de México.

Germani G. (1962), Política y sociedad en una época de transición, Buenos Aires, Paidós.

Godard F. (1987), « ¿Sociología urbana? », Sociológica, vol. 2, n° 5.

Gottdiener M. & J. Feagin (1990), « El cambio de paradigmas en la sociología urbana », Sociológica, vol. 2, n° 12.

Janoschka M. (2002), « El nuevo modelo de la ciudad latinoamericana. Fragmentación y privatización », EURE, vol. 28, n° 85.

Lindón Alicia, Aguilar M. A. & D. Hiernaux (dir.) (2006), Lugares e imaginarios en la metrópolis, Mexico, Anthropos/UAM-Iztapalapa.

López Moreno I. (1998), « Ciudad y medio ambiente », Ciudades, n° 37, janvier-mars.

Marini R. M. (1973), Dialéctica de la dependencia, México, Siglo XXI.

Panreiter C. (2002), « Ciudad de México: el camino hacia una ciudad global », EURE, vol. 28, n° 85.

Regalado Santillán J. (1998), « Inseguridad y violencia en las ciudades », Ciudades, n° 37, janvier-mars.

Reguillo R. (1998), « Cultura y territorio, identidades locales y regionales y modos de vida », Ciudades, n° 37, janvier-mars.

Rodríguez A., Espinoza V. & H. Herzer (1995), « Argentina, Bolivia, Chile, Ecuador, Perú, Uruguay: Urban Research in the 1900s – A Framework for an Agenda », dans Stren R. (dir.), Urban Research in the Developing world. Latin America, v. 3, Centre for Urban & Community Studies, University of Toronto.

Schteingart M. (1995), « Urban research in Mexico, Colombia and Central America: An Agenda for the 1990s », dans Stren R. (dir.), Urban Research in the Developing world. Latin America, v. 3, Centre for Urban & Community Studies, University of Toronto.

Schteingart M. (1989), Los Productores del espacio habitable. Estado, empresa y sociedad en la Ciudad de México, México, El Colegio de México.

Sigal Silvia (1981), « Marginalidad espacial, Estado y ciudadanía », Revista Mexicana de Sociología, vol. LVIII, n° 4.

Silva A. (2006 [1992]), Imaginarios urbanos, 5ème édition révisée et élargie, Bogotá, Arango Editores.

Singer P. (1974), Economía política de la urbanización, México, Siglo XXI.

Topalov C. (1990), « Hacer la historia de la investigación urbana. La experiencia francesa desde 1965 », Sociológica, vol. 5, n° 12.

Valladares L. & M. Prates Coelho (1995), « Urban Research in Brazil and Venezuela: Towards an Agenda for the 1990s », dans Stren R. (dir.), Urban Research in the Developing world. Latin America, v. 3, Centre for Urban & Community Studies, University of Toronto.

Vargas González P. (1998), « Población, familia y mercados de trabajo », Ciudades, n° 37, janvier-mars.

Ziccardi A. (1991), Las Obras públicas en la ciudad de México (1976-1982). Política urbana e industria de la construcción, México, IIS-UNAM.

Haut de page

Notes

1 L’auteur remercie Marie-Pierre Lefeuvre et Alain Bourdin pour les commentaires et questions posées sur une première version de cet article, ainsi que la première pour la révision du texte.

2 Bien sûr, il y avait alors d‘autres questions adressées par la sociologie latino-américaine mais qui n’avaient que des rapports indirects avec des processus urbains. C’est le cas de la perspective du « Troisième Monde » en vogue durant les années 1960 et 1970, y compris la théologie de la libération, laquelle influença surtout les théorisations sur les mouvements sociaux.

3 Manuel Castells était le représentant aujourd’hui le plus connu de cette école de sociologie urbaine.

4 Pour des analyses concernant cette éclipse aussi bien que la critique de la sociologie urbaine néomarxiste-structuraliste, voir Duhau, 1992 ; Ganne, 1987 ; Godard, 1987 ; Gottdiener & Feagin, 1990, Topalov, 1990.

5 Il faut remarquer que le rapport de cette sociologie urbaine avec le champ disciplinaire de la sociologie tout court était ambigu et que ses prémisses théoriques furent adoptés, sous la forme d’une « économie politique de l’urbanisation », par beaucoup de chercheurs qui n’étaient pas des sociologues.

6 Dans le cas du congrès de la RNIU des articles – sur lesquels je m’appuie ici – rapportant les bilans et les conclusions concernant chacune des thématiques présentées ici ont été publiés : Barrera Herrera, 1998 ; Castro, 1998 ; López Moreno, 1998 ; Ocampo, 1998 ; Regalado Santillán, 1998 ; Reguillo, 1998 ; Vargas González, 1998.

7 On peut trouver un bon nombre de travaux publiés dans la revue Estudios Urbanos y Regionales (EURE) qui représentent de façon qu’on pourrait considérer réussie cette perspective. Parmi d’autres voir : Cicolella, 1999 ; De Mattos, 1999 ; Janoschka, 2002 ; Panreiter, 2002 ; Da Silva Leme, 2003.

8 On se demandera pourquoi je m’appuie sur des revues interdisciplinaires et je ne prends pas en compte ce que publient les sociologues urbains dans des revues disciplinaires comme par exemple les revues mexicaines Revista Mexicana de Sociología (RMS), Estudios Sociológicos (ES) et Sociológica (S). Bien sûr, les sociologues urbains publient, de temps en temps, des articles dans des revues disciplinaires, mais si l’on prend comme exemple ces trois revues mexicaines, on trouve que, pour un total de 902 articles parus depuis l’année 2000 (2006-2011 pour la RMS ; 2000-2008, pour ES ; 2000-2011 pour S), seulement 26 (2.8 %) peuvent être classés comme issus de la sociologie urbaine ou, plus généralement, de la recherche urbaine. Cette présence réduite de la sociologie urbaine dans des revues disciplinaires exprime, à mon avis, le fait qu’aussi bien au Mexique qu’en l’Amérique latine en général, il est difficile de différencier aujourd’hui le champ propre de la sociologie urbaine du champ de la recherche urbaine ou les études urbaines en général, où les sociologues convergent avec des chercheurs formés comme géographes, économistes, anthropologues, urbanistes…

9 Il y a d’autres revues spécialisées dans le champ urbain-régional au Mexique, au Brésil et au Chili. Au Mexique il faut mentionner notamment Ciudades, la revue publiée par la RNIU. L’une des raisons pour lesquelles je ne l’analyse pas ici malgré son importance, est qu’à la différence de Estudios Urbanos y Regionales, ses contenus ne sont pas disponibles sur Internet.

10 Les congrès de ces associations attirent la participation de la grande majorité des chercheurs urbains de leur pays respectifs. D’autre part, il faut dire qu’il y a cinq pays latino-américains où la recherche urbaine compte le plus grand nombre de chercheurs, d’équipes et de centres de recherche, par ordre alphabétique : Argentine, Brésil, Chili, Colombie et Mexique, mais il n’y a encore en Argentine aucune revue spécialisée sur ce champ comparable aux quatre qu’on vient d’énumérer.

11 Si Santiago du Chili l’emporte en nombre d’articles qui lui sont consacrés, cela découle bien sûr, du fait que, malgré le caractère international d’EURE, il s’agit d’une revue publiée dans cette ville.

12 Sur ce thème, par exemple, fonctionne depuis plusieurs années un groupe latino-américain de recherche coordonnée depuis Rio de Janeiro par Pedro Abramo et concernant des chercheurs vivant dans plusieurs pays de la région.

13 Bien sûr, les registres de citations, toujours partiels, ne disent rien quant aux autres formes d’influence ou d’« impact », comme par exemple le nombre de lecteurs d’une publication donnée ou son inclusion dans des programmes de formation. En ce qui concerne Google Scholar en particulier et le software Publish or Perish, qui donne des résultats provenant du premier, résumés et qualifiés d’après plusieurs indicateurs « d’impact », il s’agit en tout cas du registre qui recueille, pour les publications en sciences sociales, le nombre de sources le plus grand et le plus varié, y compris souvent des citations de papiers présentés dans des congrès ou incluses dans ces papiers.

14 Le paragraphe suivant, provenant de l’introduction d’un article sur Mexico publié par EURE, me semble illustrer bien la perspective analytique depuis laquelle on risque de tomber dans ces deux premiers biais : « Dans cet article est analysée la transformation de la Ville de Mexico dans son chemin vers une ville globale. Est exploré le fait que – à cause de la globalisation et comme une partie de ce processus – la capitale mexicaine est en train de passer d’une métropole nationale à une charnière entre l’économie mexicaine et l’économie globale. En tant que telle, elle est un lieu important pour la production et la gestion de la globalisation du Mexique » (Panreiter, 2003).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La question urbaine depuis la perspective de la version latino-américaine de la sociologie urbaine néo-marxiste
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/4193/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2 : L’agenda de la recherche urbaine latino-américaine proposé dans le cadre de la Global Urban Research Initiative vers la moitié des années 1990
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/4193/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Figure 3 : Le nouvel ordre (socio-)spatial des métropoles latino-américaines d’après la sociologie urbaine de la globalisation
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/4193/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emilio Duhau, « La sociologie urbaine et les métropoles latino-américaines »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4193 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4193

Haut de page

Auteur

Emilio Duhau

Professeur, Département de sociologie, Groupe de recherche en sociologie urbaine, Universidad Autónoma Metropolitana, Azcapotzalco (Mexique) – erduhau@yahoo.com.mx

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search