Navigation – Plan du site
Nouveaux rapports de pouvoir et formes actuelles de domination

Le pouvoir dans la très longue durée et ses transformations

Long time power transformations
André Petitat

Résumés

Cet article traite de l’évolution des rapports de domination dans la très longue durée, en la mettant notamment en rapport avec le développement de nos facultés cognitives. Les États, contraints d’inhiber leurs pouvoirs techniques de destruction massive, sont engagés dans une compétition économique mondiale pacifique. Il en résulte un déficit relatif d’altérité qui stimule l’affirmation des différences internes, favorise la pluralisation des valeurs de référence et met en cause les monolithismes officiels et les modalités de gestion de type vertical.

Haut de page

Texte intégral

1Tout le monde sait que « le pouvoir est au bout du fusil » (Mao Tsé-toung) et qu’« on peut tout faire avec des baïonnettes sauf s’asseoir dessus » (Talleyrand). Ces deux célèbres citations sont évidemment complémentaires. C’est toujours désolant mais instructif, d’un point de vue sociologique, de voir une relation, une famille, un pays basculer dans la violence. C’est là que l’on comprend que l’étage le plus basique du pouvoir, c’est la force. Ce n’est pas pour rien que les sociologues, depuis Max Weber, définissent le plus souvent l’État par le monopole de la violence physique légitime. Le sociologue allemand a été précédé par une longue tradition qui remonte notamment à Thomas Hobbes et à Machiavel. La violence physique ne se réduit bien sûr pas à l’usage de nos capacités corporelles, à nos inégalités naturelles, au sens rousseauiste du terme. Elle s’amplifie de tous nos outils, nos machines, nos pouvoirs techniques et scientifiques. Aujourd’hui, nous vivons assis sur des arsenaux nucléaires, chimiques et biologiques, dans un équilibre précaire et inattendu.

2La conséquence de cette situation s’est peu à peu imposée au monde depuis Hiroshima. Ces 250.000 morts de l’effet d’une seule bombe ont inauguré la fin des conquêtes impériales. La guerre froide a gelé l’usage actif de ces nouveaux instruments de mort massifs, en se repliant sur un usage politique de dissuasion. Les États ne peuvent plus miser sur une destruction des forces adverses sans compter avec une destruction de leurs propres ressources et population. Les acteurs les plus importants sont devenus techniquement trop puissants pour user de leur propre puissance. Ils fonctionnent donc en autolimitation raisonnable.

3Dans cette situation, un projet d’expansion territoriale impériale devient impensable ou suicidaire. Voilà qui est tout à fait nouveau dans l’histoire de l’humanité, au cours de laquelle la taille de la pierre, la fabrication du bronze et du fer et l’invention du canon et du fusil ont d’emblée été mobilisés afin d’asservir et de subordonner des espaces de plus en plus considérables. Aujourd’hui, si les guerres locales, avec des armes classiques perfectionnées, sont nombreuses, les grandes aventures expansives militaires internationales sont impossibles. En inversant la citation de Carl von Clausewitz, on peut dire que la guerre qui a le monde entier pour théâtre se poursuit par d’autres moyens, politiques, économiques et culturels.

4Pour bien mettre en relief l’importance de ce tournant, je propose de partir de la construction anthropologique de l’action et de la compréhension du rôle des capacités motrices dans l’action, la plus primitive de toutes les compréhensions, celle qui est à la base des stratégies en termes de force. Elle se résume ainsi : « J’agis ainsi parce que je comprends le rôle des capacités sensorimotrices dans la réussite de mon action ». Cette prise de conscience rend possible non seulement l’anticipation et le déploiement des capacités physiques pour transformer la nature, mais surtout les combinaisons entre les forces en présence en vue de réaliser certains buts :

5- les alliances délibérées pour se procurer des ressources ;
- les alliances pour conquérir ou conserver le pouvoir ;
- les traitements favorables et les rétributions privilégiées pour les alliés.

6Ce stade primitif, contemporain de la révolution symbolique et de la naissance de l’action, ouvre certains possibles dans la dynamique relationnelle du pouvoir et il est toujours actif aujourd’hui.

7Après la compréhension sensori-motrice de l’action vient la compréhension du rôle des croyances dans l’action. Il suppose très probablement le développement du langage et comporte trois degrés importants qui tous ont des implications importantes sur les rapports de pouvoir.

8Le premier degré peut se résumer ainsi : « Je comprends que tu agis en fonction de croyances diverses, donc je peux agir sur tes croyances pour orienter ton action ». Ce type de compréhension fonde l’instrumentalisation du langage et des représentations. Le mensonge est un excellent révélateur de ces nouvelles capacités. Paradoxalement, c’est le mensonge qui jette les bases de l’interrogation sur la vérité. Chez l’enfant, le premier usage du langage est innocent, non stratégique. La possibilité de mentir transforme cette innocence langagière en recherche délibérée de la vérité. La conséquence de ce bond dans les capacités compréhensives, c’est un nouvel étage du pouvoir, au-dessus du pouvoir fondé sur le seul jeu d’alliances autour des capacités physiques.

9La compréhension des croyances au deuxième degré peut se résumer ainsi : « Je comprends que tu agis ainsi envers un tiers parce que tu crois qu’il croit ceci ou cela ; donc je peux agir sur tes croyances à propos de ses croyances ». Il s’ensuit deux conséquences très contrastées. La première est un élargissement de la palette instrumentale du pouvoir, notamment une anticipation en cascade des interactions et une manipulation possible des cadres interprétatifs (au sens d’Erving Goffman). La seconde consiste en l’apparition de quelque chose de tout à fait différent et de véritablement révolutionnaire, en regard des fondements antérieurs du pouvoir. Il s’agit de ce que l’on a appelé la règle autonome ou coopérative (Piaget, 1932). Le schéma compréhensif de cette acquisition peut se résumer ainsi : « Je conviens de me conformer au même principe d’action que toi ; tu conviens de te conformer au même principe d’action que moi. Nous nous attendons à ce que nos actions suivent le même principe ». Il est tout à fait remarquable que ce type d’engagement puisse se prendre indépendamment des rapports de force physique et de manipulation symbolique. Il s’ensuit la possibilité d’une sorte de rupture utopique consistant en des sociétés (couple, petit groupe, société en général…) dont le fonctionnement serait réglé indépendamment de la domination instrumentale. Jürgen Habermas notamment a mis ce possible au cœur d’une république idéale fondée sur la réciprocité, la discussion sincère et l’accord intersubjectif fondé en raison argumentative (Habermas, 1987).

10Le troisième degré de compréhension de l’action peut être défini comme une intégration systémique des degrés antérieurs. Il ouvre sur plusieurs aspects nouveaux des rapports de pouvoir. Alors que le deuxième niveau reste ancré dans la coordination des systèmes d’action concrets étroitement liés à l’expérience directe, le degré suivant est celui des ensembles abstraits de représentations. Il permet notamment l’élaboration réfléchie de systèmes de règles et de normes et aussi la construction de dispositifs institutionnels d’évaluation et de sanction. Il ouvre aussi sur la construction d’institutions complexes. Par exemple, il permet de dépasser les systèmes concrets de don réciproque et d’élaborer des systèmes avec des médiations charitables ou assurantielles. Ou encore, il autorise les médiations institutionnelles de l’échange, médiations monétaires, bancaires et débouche sur l’articulation de plusieurs sous-systèmes (acheteur/vendeur, propriétaire/banquier, gérant/fournisseur, etc.). Enfin, la compréhension au troisième degré débouche sur la construction réfléchie de systèmes abstraits de significations, théologiques, philosophiques, politiques, historiques, identitaires, etc.

  • 1 Voir mon livre Le Réel et le virtuel en ce qui concerne l’articulation possible entre psychologie g (...)

11Cette brève référence à la construction de la compréhension de l’action, qui s’appuie principalement sur les travaux de psychologie du développement de l’enfant 1, nous permet de dégager quatre dimensions essentielles du pouvoir :

12- les jeux de force et de perception, avec leurs prodigieux développements techniques ;
- les ressources économiques, comme objectif et comme moyen ;
- les systèmes abstraits de significations ;
- les constructions institutionnelles étatiques et paraétatiques, avec notamment les dispositifs normatifs d’évaluation et de sanction.

13Nous pouvons maintenant tenter de cerner les évolutions majeures dans chacun de ces quatre volets.

Les rapports de force et leurs prolongements techniques

14Sur ce point, je me limiterai à deux remarques. Plus que jamais, l’État se définit par le monopole de la violence symbolique, du seul fait qu’un seul homme ou un petit groupe puisse disposer d’un pouvoir technique énorme dans des sociétés relativement vulnérables. Par ailleurs, au niveau international, le fait que les États soient contraints de passer des accords de non utilisation de moyens destructeurs universels comporte un effet intéressant : il consiste en une contraction des altérités interétatiques, d’où résulte une affirmation des altérités internes (régionalismes, revendication d’autonomie ou d’indépendance). Certains États essaient de compenser cette évolution en cultivant le nationalisme.

La lutte pour les ressources

15En regard des accumulations actuelles, les richesses des États pré-industriels apparaissent bien limitées. Ce sont les développements des propriétés privées et étatiques, de la monnaie, des institutions économiques (usines, bureaux, banques,…) et les mutations techniques des derniers siècles qui ont permis des accumulations/concentrations immenses de ressources.

16Aujourd’hui, alors que les conquêtes territoriales sont limitées à certaines régions locales et ne menacent pas les équilibres internationaux, la lutte pour le pouvoir prend essentiellement la forme d’une lutte politico-économique régulée par des dispositions internationales plus ou moins respectées par chacun. Soulignons aussi que la maîtrise des savoirs et des techniques est absolument indispensable pour s’inscrire avec quelque succès dans cette compétition mondiale (Ruffier, 1996).

  • 2 Saskia Sassen a bien étudié la grande variabilité des formes prises par les nouvelles régulations m (...)

17Cette situation nouvelle s’est accélérée depuis la chute du Mur, c’est-à-dire depuis la débâcle de l’économie bureaucratique « socialiste » et la fin de la guerre froide. Il s’en est suivi une érosion des régulations étatiques, un peu partout dans le monde. Les partis socialistes eux-mêmes, qui ne juraient que par l’État, ont admis certains bienfaits du marché. Cet ébranlement sous le signe du néolibéralisme a favorisé l’apparition d’une catégorie de super riches et accru les inégalités. La mondialisation comme espace de lutte pacifique pour l’accaparement des ressources entame, de façon partielle et sectorielle, la souveraineté des États 2.

Les systèmes de significations

18Précisons d’emblée une chose : la pluralité des discours et des réceptions ne datent pas d’hier. Ses fondements sont l’arbitraire du signe (au cœur de la multiplicité des langues et des cultures), le découplage possible du signe et du référent (qui complexifie la dynamique relationnelle et identitaire) et la pluralité des émetteurs et des récepteurs (qui installe en permanence le sens sous tension).

19Dès lors, la question qu’il faut se poser n’est pas ce qui différencie essentiellement les sociétés communautaires des sociétés modernes, mais plutôt quels sont les éléments qui accentuent ou resserrent les virtualités du signe et des discours.

20Nous savons depuis longtemps que les liens communautaires ou liens forts resserrent l’éventail des significations, alors que les liens sociétaux ou liens faibles l’élargissent. L’oralité est plus propice à la transformation intergénérationnelle que l’écriture manuscrite. En revanche, l’imprimerie, en multipliant émetteurs et récepteurs et en les faisant échapper aux régulations communautaires, occasionne une ouverture remarquable. Les monopoles d’État, les censures de tous les médias audiovisuels compriment évidemment l’éventail, mais en produisant un sentiment de répression. Enfin, l’ordinateur, en rendant virtuellement accessible tous les discours et toutes les images à tous nous fait définitivement pénétrer dans un monde où la pluralité des significations, des écarts, des interprétations divergentes, est largement dominante. On peut dire que les techniques modernes de communication ont en quelque sorte accouché le signe de virtualités qu’il contenait déjà au départ.

21Un des effets de ces développements est d’accorder aux représentations ordinaires du social, à la mémoire ordinaire également, par opposition à la mémoire savante des historiens et éventuellement aux représentations officielles de l’État, une autonomie relativement grande, difficile à canaliser et à contrôler. Dès lors, le sentiment de totalitarisme se répand dans les États qui recherchent l’univocité perdue des représentations officielles, même chez les fonctionnaires.

22Ce n’est pas pour rien que les deux plus importantes tentatives récentes de restructuration théorique de l’État de droit démocratique s’appuient sur les théories de la communication (Habermas, 1987 ; Luhmann, 1995). Il ne suffit plus de dire comme chez Thomas Hobbes qu’on délègue à une instance centrale toute-puissante la tâche de maintenir la paix civile avec la hache du bourreau et la chaîne du galérien. Il faut plutôt créer des dispositifs pour, en permanence, créer du consensus et absorber du dissensus dans un contexte où la pluralité des significations et des réceptions a atteint des niveaux inconnus dans l’histoire de l’humanité (Petitat, 2010).

Le complexe institutionnel et judiciaire

23L’État central n’est bien sûr pas la seule source normative. Il partage ce rôle avec tous les autres groupes sociaux, avec les provinces, les villes, les villages, les institutions économiques, jusqu’aux clans, aux familles, aux couples. Quel que soit le niveau auquel on se place, deux grandes questions reviennent sans cesse, celle de la séparation des pouvoirs et celle du droit des personnes. Le colloque d’où est issu ce dossier concernait surtout les institutions économiques, où sont présents des schémas de pouvoir et de régulation très variés et des cultures d’entreprise très diverses. Les autres auteurs ont sans doute identifié quelques tendances fortes dans cet univers bariolé.

24Je me limiterai à trois remarques sur l’évolution de la normativité étatique. Tout d’abord, il fait peu de doute que les évolutions sous l’angle des rapports de forces, de la concurrence socio-économique mondiale et de la pluralisation des significations concourent à un ébranlement des verticalités plus ou moins fortes, associées aux empires et aux États-nations. Pratiques et discours en termes de gouvernance, de pluralité d’acteurs et de décentralisation sont venus relayer les tendances robespierristes de la République une et indivise (la mutation est évidemment moins forte dans les régimes fédéralistes). Seconde tendance : à la pluralisation et à l’individualisation des rapports sociaux fait écho une tendance à la différenciation des droits universels, droits accordés à divers ensembles d’acteurs comme les minorités culturelles et religieuses, les femmes, les enfants, etc. Enfin, on voit apparaître lentement, sous des formes diverses, un droit international voire supranational, droit qui pose évidemment la question d’une force qui en garantisse l’application.

Conclusions

25En résumé, la méga-puissance des États les oblige à inhiber l’usage des forces destructrices universelles et à faire face aux problèmes écologiques planétaires nés de l’usage généralisé des techniques modernes. Ces limitations poussent les États dans l’arène de la mondialisation, avec les multinationales en tête. Par ailleurs, rien ne semble pouvoir freiner la pluralisation en cours des systèmes de significations et des schèmes d’interprétation. Une des conséquences marquantes de cette évolution aperçue depuis quelque temps déjà est que le fonctionnement des institutions publiques repose de moins en moins sur les contenus et de plus en plus sur les procédures. Ce glissement n’est pas exclusif d’un autre, fortement souligné par Talcott Parsons, celui d’une abstraction/généralisation des valeurs de référence (en termes de rationalité, par exemple) (Parsons, 1951). Ce type d’évolution est en résonance avec une autonomisation des systèmes de significations et de leurs réceptions, autonomisation qui suppose un affaiblissement corrélatif des constructions symboliques officielles.

26Ces évolutions concourent à ébranler les gestions fondées sur la verticalité bureaucratique et à les remplacer par des modalités de régulation fondées surtout sur la concurrence, les évaluations en termes d’efficacité et de qualité, les incitations positives, la neutralisation réciproque des significations, etc. Toutes ces transformations interviennent de façon spécifique d’un pays à l’autre. Elles participent toutes d’une transition, comme on le dit volontiers en Chine (Roulleau-Berger, 2008 ; Peilin, Yuhua & Shiding, 2008), mais d’une transition qui est toutefois bien loin de se limiter au passage à une économie de marché.

Haut de page

Bibliographie

Habermas J. (1987), Théorie de l’agir communicationnel, Paris, Éditions Fayard.

Luhmann N. (1995), Social Systems, Stanford, Stanford University Press.

Parsons T. (1951), The Social System, London, Routledge and Kegan Paul Editors.

Peilin L., Yuhua G., & L. Shiding (2008), « La sociologie chinoise face à la transition sociale », dans Roulleau-Berger L. (dir.), La Nouvelle sociologie chinoise, Paris, Éditions du CNRS.

Petitat A. (2009), Le Réel et le virtuel. Genèse de la compréhension, genèse de l’action, Genève-Paris, Librairie Droz.

Petitat A. (2010) (dir.), La Pluralité interprétative, Paris, Éditions L’Harmattan.

Piaget J. (1932), Le Jugement moral chez l’enfant, Paris, Presses universitaires de France.

Roulleau-Berger L. (2008), La Nouvelle sociologie chinoise, Paris, Éditions du CNRS.

Ruffier J. (1996), L'Efficience productive, Paris, Éditions du CNRS.

Haut de page

Notes

1 Voir mon livre Le Réel et le virtuel en ce qui concerne l’articulation possible entre psychologie génétique et socio-anthropologie de la compréhension (Petitat, 2009).

2 Saskia Sassen a bien étudié la grande variabilité des formes prises par les nouvelles régulations mondiales, tout en soulignant que la plupart du temps elles soustraient des compétences aux parlements et donc à la démocratie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Petitat, « Le pouvoir dans la très longue durée et ses transformations », SociologieS [En ligne], Dossiers, Nouveaux rapports de pouvoir et formes actuelles de domination, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4223

Haut de page

Auteur

André Petitat

Université de Lausanne, Suisse – andre.petitat@unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page