Navigation – Plan du site
De la Visibilité
Grands résumés
De la Visibilité

Grand résumé de De la Visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Éditions Gallimard, 2012

Suivi d’une discussion par Jean-François Côté et Daniel Vandergucht
Nathalie Heinich

Notes de la rédaction

La discussion de l’ouvrage De la Visibilité par Jean-François Côté est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4283 et par Daniel Vandergucht à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4285

Texte intégral

1Longtemps, dans l’histoire de l’humanité, la célébrité ne passa pas ou exceptionnellement par la visibilité – la diffusion du visage et du nom dans l’espace public – mais par la renommée – la diffusion du nom et des récits associés au grand homme. Avant que n’interviennent, il y a un siècle et demi, les moyens modernes de reproduction de l’image, la visibilité du grand homme se limitait à son nom et à sa biographie, à ses effigies sculptées, peintes ou gravées et, éventuellement, à sa présence, pour ceux qui avaient l’occasion de se trouver sur son passage.

2L’invention puis l’expansion à grande échelle du portrait photographique ont profondément bouleversé les modalités traditionnelles de la célébrité : celle-ci prend désormais la forme d’une reproduction relativement précise des traits du visage, en nombre indéfini. À partir du milieu du xixe siècle, des foules innombrables peuvent reconnaître un individu, sur le papier, en mettant un visage sur un nom connu. Ainsi se forment conjointement des communautés d’admiration potentiellement immenses et des objets d’admiration d’autant plus singularisés et valorisés qu’ils sont largement reconnus. C’est grâce à cette nouvelle mise en visibilité de la célébrité que se créera au début du xxe siècle le « culte des vedettes ».

3L’invention de la photographie, puis du cinéma, de la télévision et enfin d’Internet, a ouvert une nouvelle ère dans l’histoire de notre rapport au monde, en étendant démesurément, dans l’espace et dans le temps, les possibilités de présentification des êtres par la médiation d’images hautement fidèles à l’original. Cette fabrication technique de l’ubiquité à grande échelle nous est devenue tellement familière que nous n’en percevons plus guère le caractère proprement renversant, qui aurait frappé de stupeur nos ancêtres, ni non plus les innombrables conséquences sur notre rapport au monde et à autrui : au premier rang desquelles l’extraordinaire assomption de la valeur de célébrité, qui modifie en profondeur la vie sociale dans ses dimensions tant hiérarchiques que professionnelles, économiques, juridiques, psychologiques, politiques ou morales.

4L’extension du domaine de la célébrité grâce aux techniques de mise en visibilité ne s’inscrit pas dans une continuité linéaire par rapport aux formes traditionnelles de la renommée : elle s’accompagne au contraire d’une double rupture, hiérarchique et axiologique, dans le rapport entretenu avec le secret et la publicité. À la renommée dans le temps, qui faisait la postérité des grands hommes bien au-delà de leur vie terrestre, s’est substituée en quelques générations la visibilité dans l’espace, qui fait la médiatisation des vedettes bien au-delà du lieu de leur présence. Corrélativement, ce basculement conjoint du temps à l’espace et de l’ancien au nouveau se double d’un renversement hiérarchique entre le bas et le haut, le vulgaire et le noble, en matière de valeur affectée à la représentation publique. Loin de représenter, comme jadis, une déchéance dans la dignité, l’exposition publique de sa propre image est donc devenue, même pour des catégories qui y étaient traditionnellement réfractaires, une façon de se grandir.

Le capital de visibilité

5À nouveau phénomène, nouvelle terminologie : pour penser véritablement la spécificité des formes modernes de la célébrité, il faut prendre au sérieux sa dimension de « visibilité », au sens le plus littéral du terme (d’ailleurs présente dans l’étymologie du terme même de « vedette ») : c’est le seul terme qui convienne dès lors qu’on n’a plus affaire au monde intemporel de la célébrité, où c’étaient les noms qui comptaient avant tout, mais à ce nouveau monde où les visages importent au moins autant sinon plus que les noms – même si ceux-ci demeurent indispensables.

6S’il est important d’insister, avec la notion de « visibilité », sur la reproductibilité des images, c’est que celles-ci, parce que reproduites, suscitent une attente de mise en présence avec « l’ici et le maintenant de l’original », pour reprendre la définition de l’« authenticité » selon Walter Benjamin. La dimension médiatisée de la reproduction technique creuse un écart fondamental entre le référent et le signe, le modèle et l’image, le réel et la représentation – d’où naît le désir d’être mis en présence de l’original lorsqu’on n’en connaît que la copie. Cette attente engendre un considérable investissement émotionnel : celui-là même qui, du temps où l’authenticité n’était pas encore devenue « le substitut de la valeur cultuelle », s’appliquait aux apparitions et, à défaut, aux reliques – ces substituts de la présence du saint.

7Chamfort définissait la célébrité comme « l’avantage d’être connu de ceux que vous ne connaissez pas ». Voilà qui ouvre à deux notions fondamentales autant qu’indissociables : d’une part, la connaissance, ou plutôt la « reconnaissance », par laquelle on met un nom sur un visage ; d’autre part, la dissymétrie, autrement dit l’inégalité numérique entre « reconnaisseurs » et « reconnus ». Avec la visibilité, l’image multipliée fait la grandeur et appelle la reconnaissance-identification, laquelle permet à son tour, lorsque la situation le permet, la reconnaissance-confirmation et la reconnaissance-déférence, voire la reconnaissance-gratitude lorsque l’idole en personne fait don de sa présence. Le propre des vedettes en régime médiatique, c’est le nouage étroit de tous les sens du mot « reconnaissance » : cognitive, interactionnelle, hiérarchique, émotionnelle. Il suffit d’être « reconnu » pour être triplement « reconnu », l’identification devenant confirmation, déférence et gratitude.

8Le deuxième grand critère de la visibilité, après la diffusion à grande échelle de l’image du sujet, c’est la dissymétrie : dissymétrie entre celui qui est vu et ceux qui voient, celui qui est identifié et ceux qui identifient, celui qui est reconnu et ceux qui reconnaissent, celui dont la présence, au-delà de ses images, est appelée comme une grâce par ceux qui, en retour, le gratifient de leur admiration. À la multiplication des images – premier critère – fait écho la multiplicité des sujets capables d’identifier ces images d’une unique personne –deuxième critère. La dissymétrie dans l’identification signale et opère un écart de grandeur : une grandeur qui, avant de tenir à des propriétés personnelles, tient avant tout au nombre de personnes capables de rapporter un nom à un visage, de sorte que l’écart entre la multiplicité des sujets qui « reconnaissent » et l’unicité de l’objet « reconnu » étire le lien qui les unit à la dimension d’une admiration collective. Bref, l’inégalité dans l’interconnaissance est l’une des formes les plus simples et les plus fondamentales d’inégalité – trop simple peut-être pour avoir été remarquée ?

9Pourquoi donc est-il si important de prendre au sérieux cette question, apparemment triviale et évidente, de la dissymétrie ? C’est qu’elle crée un différentiel de ressources entre gens connus et inconnus, qui peut s’assimiler à un véritable capital. Celui-ci confère à son détenteur du prestige, du pouvoir, des relations et de l’argent ; mais il n’est réductible à aucune des autres formes de capital, pas même au « capital social » puisque celui-ci mesure simplement l’étendue et la qualité des « connaissances » ou des relations, non le degré de réciprocité. À preuve qu’on a bien affaire à un véritable « capital » au sens littéral du terme, le capital de visibilité possède toutes les caractéristiques d’un capital au sens classique (économique) du terme : il constitue en effet une ressource mesurable, accumulable, transmissible, rapportant des intérêts et convertible.

10Le capital de visibilité a bel et bien opéré une transformation majeure de la hiérarchie, en créant une nouvelle catégorie sociale. Apparue dans le courant du xxe siècle, elle n’a encore guère été repérée comme telle. La visibilité se transmet comme un héritage, se négocie comme une dot et s’utilise comme un parrainage : on est bien là non seulement dans la protection de la frontière entre la catégorie des gens célèbres et les gens ordinaires, mais aussi dans la conservation d’un privilège. Cette étroite association entre l’existence d’une catégorie sociale à part entière et sa position privilégiée amène à ajouter, aux trois premiers critères définissant le phénomène de la visibilité – la reproduction technique de l’image, la dissymétrie, la catégorie sociale – le critère hiérarchique, qui fait de cette catégorie une nouvelle élite.

11Par bien des aspects en effet, la visibilité apparaît aujourd’hui comme une forme d’aristocratie, mais non identifiée comme telle en dépit de l’omniprésence de ses membres dans l’espace public : c’est, paradoxalement, l’aristocratie cachée des personnalités en vue. En associant une position éminente à une rupture avec les formes classiques de domination (pouvoir, naissance, patrimoines), cette nouvelle élite permet, sinon de résoudre, du moins d’atténuer la tension entre, d’une part, l’exigence d’égalité propre aux sociétés démocratiques et, d’autre part, l’aspiration à un ordonnancement des grandeurs qui permette d’opérer un partage consensuel entre petits et grands, offrant aux premiers des modèles à imiter ou, du moins, à admirer. De même qu’au xixe siècle la nouvelle élite artiste, par son assignation à marginalité, permettait de conjoindre le rejet démocratique des valeurs aristocratiques avec l’aspiration élitiste à une excellence reconnue, de même au xxe siècle la nouvelle élite de la visibilité noue la singularité à la popularité, à l’encontre des formes traditionnelles de l’excellence autant que de la valeur du mérite.

12Reproductibilité technique à grande échelle des images, dissymétrie entre objets et sujets du regard creusant d’énormes différences dans le capital de visibilité et instaurant parmi ses détenteurs une catégorie sociale spécifique, située au sommet d’une hiérarchie à la structure profondément renouvelée par l’irruption de cette nouvelle élite : voilà donc les quatre critères qui définissent la visibilité à l’époque médiatique. Les auteurs qui s’y sont intéressés ont perçu l’un ou l’autre de ces critères, mais jamais les quatre en même temps ; or c’est leur articulation qui, seule, permet de donner toute sa mesure à un phénomène aussi spectaculaire et profondément novateur que peu observé et compris dans toutes ses dimensions, recouvert qu’il est par le double voile de la familiarité et du mépris de classe.

Culte ou culture de la célébrité ?

13Le culte des célébrités n’est-il pas qu’une nouvelle forme de religion, ou bien un « substitut de la religion », selon une formule déjà bien galvaudée, donc un « culte » et non pas seulement une culture ? Pour donner tout son sens sociologique à la notion de « religion », il faut, premièrement, considérer que la religion n’est pas une matrice originelle, mais une configuration contextuelle (la configuration chrétienne n’étant que la forme la plus familière aux sociétés occidentales) ; et deuxièmement, qu’elle est une notion indigène et non pas un outil de la pensée savante. Ainsi devient-il enfin possible de parler non plus seulement de culture de la célébrité mais de culte des célébrités, sans s’astreindre aux guillemets ; car l’on n’est plus dans la métaphore, mais dans la littéralité d’une conduite dont la réduction au « religieux » interdirait de comprendre les spécificités.

14L’on peut alors affirmer qu’il existe, entre le phénomène familier – mais encore bien mal défini – des conduites qualifiées de religieuses et ce phénomène moderne – tout aussi familier et aussi peu défini – qu’est la culture des célébrités, des similitudes et des différences, plus ou moins centrales ou marginales. Il apparaît dès lors que l’essor de la visibilité en régime médiatique n’est pas seulement la conséquence d’une série d’innovations techniques dans la reproductibilité de l’image, mais provient aussi de la propension à construire des communautés d’admiration par des conduites cultuelles et culturelles appliquées à des personnalités charismatiques dont l’image est abondamment figurée – conduites associées, dans d’autres configurations, à ce qu’on nomme, dans la culture occidentale, « la religion ».

15Dans le bouleversement de l’économie émotionnelle de tout un chacun produit par les moyens modernes de reproductibilité technique du visage et de la voix, il y a bien continuité avec des formes antérieures – et bien connues – de cultes. Et seul, probablement, le mépris des lettrés envers la culture populaire a pu nous dissimuler cette évidence alors même qu’elle nous crève les yeux.

La distribution du capital de visibilité

16Dans quelle mesure la visibilité est-elle motivée par des capacités propres à la personne concernée, ou bien due au hasard, ou encore fabriquée par les instruments mêmes de la visibilité, rendant celle-ci, si l’on peut dire, auto-réalisatrice ? Dans le premier cas, la visibilité est pleinement justifiée, car elle n’est qu’une valeur ajoutée à une valeur qui la précède et la motive (par exemple, le talent) ; dans le second cas, elle n’est pas justifiée mais n’est imputable qu’au hasard (par exemple, un accident) et ne peut donc être reprochée à quiconque ; dans le troisième cas, elle n’est justifiée par aucun acte extérieur et antérieur à la mise en visibilité et n’a donc d’autre cause qu’elle-même (par exemple, les présentateurs de la télévision), la vedette étant alors connue essentiellement « pour sa notoriété », selon la formule fameuse de Daniel Boorstin. La visibilité est alors une valeur que l’on peut dire « endogène » ou auto-engendrée : ce sont les moyens techniques de mise en visibilité qui, à la fois, fabriquent et entretiennent le capital de visibilité, par un mouvement circulaire ou, plus exactement, spiralé.

17Entre valeur ajoutée à une autre valeur et valeur endogène, auto-produite, la visibilité des différentes catégories de célébrités se déplace d’un pôle à un autre, sur un axe évidemment hiérarchisé allant du plus au moins « justifié » selon les normes de la morale ordinaire – ou, en d’autres termes, du plus au moins légitime – en même temps que de la ressource la plus ancienne à la plus actuelle. Ainsi la télévision et les nouveaux médias produisent des « parvenus » de la célébrité, ne bénéficiant que d’une visibilité endogène à défaut d’être adossée à des valeurs plus solides.

18L’on rencontre ainsi, tout d’abord, la visibilité comme valeur ajoutée à la naissance, avec les souverains et membres des familles royales ; puis la visibilité comme valeur ajoutée à la performance, avec les hommes politiques et les sportifs ; puis la visibilité comme valeur ajoutée au talent, avec les penseurs et créateurs ; puis la visibilité comme mixte de valeur ajoutée au talent et de valeur endogène, avec les chanteurs et acteurs, ainsi que les mannequins ; puis la visibilité comme mixte de valeur ajoutée au charisme et de valeur endogène, avec les personnalités de la télévision, professionnelles ou amateurs ; enfin, la visibilité comme valeur accidentelle, avec les héros ou anti-héros de faits-divers.

19Il existe une hiérarchie non dite entre célébrités, dont le principe est la durée. L’on peut même dresser un tableau à double entrée de la « hiérarchie de la visibilité » croisant, d’un côté, l’axe spatial (du local à l’international, en passant par le régional et le national) et, de l’autre, l’axe temporel (de « un jour » à « toujours », en passant par « une semaine », « un an », « une génération »). Car la rançon de la gloire, pour le nouveau monde des « people », réside avant tout dans son caractère éphémère, qui fait subir à l’intéressé de spectaculaires écarts de grandeur, dont il risque fort d’avoir du mal à se remettre. Il importe en effet de noter la concomitance de la modernisation technique, de la démultiplication des publics, de la démocratisation des prétendants à la visibilité, de la dé-moralisation de leurs qualités, ainsi que du raccourcissement des liens spatiaux et temporels entre les personnalités et leurs admirateurs – l’ensemble de ces phénomènes caractérisant la « peopolisation » des célébrités. Ces mutations spectaculaires dans la distribution du capital de visibilité, qui lui-même constitue une mutation tout aussi spectaculaire de la notion d’élite, rejoignent à un niveau plus général une mutation historique de l’excellence, de ses définitions et de ses attributions.

Économie et droit de la visibilité

20L’assomption de la visibilité a entraîné la création ou l’extension de toute une série de métiers : photographes et paparazzis, maquilleurs, agents, coachs, gardes du corps, voire sosies… Elle a également suscité une véritable industrie, faite de tourisme et de produits dérivés centrés sur les célébrités, presse et édition spécialisées… Elle a permis le développement d’une économie spécifique : une économie « en régime de singularité », où le vedettariat engendre d’énormes profits à travers la consommation intensive de l’image des vedettes, la pratique des promotions publicitaires, les rémunérations hors du commun attribuées aux stars du cinéma, de la musique ou du sport, les prix fabuleux atteints par leurs reliques en salles des ventes, ou encore les indemnités régulièrement accordées par les tribunaux pour atteinte à la vie privée.

21Cette pratique, fortement développée depuis au moins une génération, indique aussi l’impact de la visibilité sur le droit : le droit au nom, le droit à l’image et le droit de la vie privée ont été profondément remodelés, au niveau international, par les actions intentées par les célébrités pour défendre leurs intérêts. Ainsi, de même que la visibilité a modifié la hiérarchie sociale, engendré de nouveaux métiers, donné lieu à une économie spécifique, de même elle a contribué à créer ou, du moins, à transformer les règles de droit qui la concernent.

Psycho-physiologie de la visibilité

22L’attachement aux célébrités a ceci de spécifique qu’il se fait dans la non-familiarité, la non-réciprocité et l’admiration. Il partage cependant avec l’attachement aux gens ordinaires, d’une part, l’attachement par identification à la personne admirée et, d’autre part, l’attachement par désir de possession de cette personne. Dans la vie courante, il n’est pas considéré comme anormal de faire d’une personne un objet d’identification, pas plus que d’en faire un objet d’amour ou de désir, qu’il soit sexuel ou, simplement, présentiel. Considérons donc que dans le monde régi par la visibilité, il n’y a pas à s’étonner que des fans admirent une vedette et s’y identifient, ni même qu’ils éprouvent à son égard des sentiments amoureux : la seule chose qui peut nous interroger est le caractère extrême des émotions éprouvées.

23En s’approchant de son idole, ne serait-ce que par l’intermédiaire de ses traces, l’admirateur ou l’admiratrice ne se contente pas de se couler dans les standards de la relation amoureuse, même sous la forme particulière d’un attachement forcément dissymétrique, non réciproque et, pour l’essentiel, fantasmatique : il ou elle opère aussi, ce faisant, une sortie hors de l’anonymat du grand public, hors de la foule des autres fans, en tâchant d’instaurer une relation unique. Une telle dualité entre objet et sujet de l’admiration demeure toutefois imaginaire : le sujet sait bien qu’il n’est pas le seul à aimer – mais quand même, il peut se leurrer lui-même en se racontant l’histoire romantique d’une proximité, voire d’une intimité, sinon d’une relation exclusive avec l’objet de son admiration. Bien loin d’être seul face à la vedette, il est entouré d’une foule d’autres fans, auxquels il peut s’identifier en partageant un même sentiment pour leur objet commun. La relation n’est pas duelle mais multiple – et même multipliée quasiment à l’infini. La relation avec l’idole engage d’autres admirateurs, et même des collectifs d’admirateurs, soit déjà institués, comme les fan-clubs, soit constitués ponctuellement pour une occasion, comme les publics rassemblés lors d’une cérémonie funéraire, d’un événement, d’une représentation.

24Quant à la rencontre avec une star, ses effets peuvent aller d’un extrême à l’autre sur l’échelle des degrés d’admiration : renforcement ou confirmation de sa grandeur, normalisation par sa réduction à l’ordinaire, désillusion lorsqu’elle déçoit les attentes, voire « dissonance cognitive » lorsque l’aspect ou le comportement de la vedette entrent en trop violente contradiction avec son image publique. Mais quelle que soit l’issue de l’événement, celui-ci a toutes chances d’exercer un notable « effet disruptif » dans la vie de celui qui l’a vécu, ainsi doté d’une expérience émotionnelle spécifique qu’il aura à cœur de partager avec des tiers. On n’est jamais, décidément, tout seul avec une célébrité, même et surtout lors d’une rencontre en face-à-face.

25Mais la mise en présence elle-même ne créerait aucune émotion s’il n’y avait, la précédant, l’image, ou plutôt les images ; et celles-ci possèdent une charge émotionnelle d’autant plus puissante qu’il y a toujours, même de façon lointaine, l’éventualité de la présence, ou sa réalité passée. En même temps que la fascination prend sa source dans le va-et-vient entre singularité de l’admiré et multiplicité des admirateurs, elle prend consistance dans le va-et-vient entre présence et absence, proximité et distance : c’est l’« effet référentiel ». Inaccessible en personne en même temps qu’indéfiniment disponible en ses images : tel est donc, par principe, le détenteur d’un capital de visibilité.

26Enfin, du côté des détenteurs d’un fort capital de visibilité, celle-ci est à la fois un atout et un handicap : elle peut offrir les formes les plus extrêmes de gratification tout autant que de déréliction, y compris pour une même personne. Admiré, observé, l’homme célèbre est en même temps, comme le notait Paul Valéry, « un homme surveillé et qui se sent tel ». Instrument hors pair de séduction érotique, la célébrité est aussi facteur de vice et de déchéance morale, puis sociale : l’ambiguïté est le lot de l’ubiquité.

Axiologie de la visibilité

27La dimension morale n’est pas le moindre des domaines de la vie sociale affectés par la visibilité. Mais la visibilité est aussi ambivalente sur le plan axiologique qu’elle l’est sur le plan psycho-affectif ; elle occupe une place particulière sur l’échelle de « publicité » ou de légitimité des valeurs ; et, en posant de façon cruciale la question du mérite dans une société démocratique, elle oblige à relativiser celui-ci en le replaçant dans un éventail plus large de justifications de la « grandeur », si l’on entend par là l’état d’un être auquel a été affectée une valeur positive. Voilà qui fait de la visibilité le principe d’une grandeur « singulière » en un double sens : reposant par principe sur l’exceptionnalité, elle occupe aussi une place atypique dans la grammaire des justifications de la grandeur et, plus généralement, dans le système des valeurs.

28Le succès de la phrase fameuse de Daniel Boorstin, partout ressassée, sur la circularité de la célébrité – un homme célèbre étant « une personne connue pour sa notoriété » – est un symptôme de sa consonance avec une exigence axiologique profondément ancrée dans nos sociétés. C’est précisément cette exigence qu’épingle – la soulignant autant que la moquant – la phrase tout aussi célèbre d’Andy Warhol sur le « quart d’heure de célébrité » bientôt promis à tout un chacun ; car si n’importe qui peut devenir célèbre, fût-ce pour peu de temps, n’est-ce pas qu’un rien – que rien – ne motive cet accès à une grandeur qui, du même coup, cesse d’en être une ? Mais la chose est bien sûr un peu plus complexe que ne le suggère cette pirouette d’artiste, dont personne d’ailleurs ne doute qu’elle n’a d’autre valeur que de plaisanterie. Car il faudrait une profonde révolution axiologique pour qu’une grandeur accordée à tout un chacun continue d’en être une et pour qu’on cesse de chercher, à tout différentiel de statut entre les êtres, des explications et, surtout, des justifications, fondées sur des valeurs.

29La critique de la célébrité a encore de beaux jours devant elle. Et pour peu qu’on généralise la question de la célébrité à celle, plus générale, de l’exposition aux regards, c’est même toute dépendance à l’égard de l’opinion d’autrui qui se trouve stigmatisée par une partie de la tradition philosophique. Dans cette perspective la visibilité, non adossée à un mérite et entachée de la superficialité des relations inauthentiques, apparaît comme le contraire d’une valeur : une « anti-valeur ». Toutefois la perspective inverse existe aussi : différents arguments existent pour faire l’apologie de l’exposition au regard d’autrui, mettant en avant la visibilité comme un besoin humain fondamental. Symétriquement, c’est l’invisibilité qui apparaît dans cette perspective comme une anti-valeur, une infraction à l’éthique en tant qu’elle serait préjudiciable.

30Bref, la visibilité est axiologiquement ambivalente : elle oscille entre droit moral et privilège indu et ce non seulement pour les penseurs mais aussi pour les gens ordinaires. Les diatribes contre la « pipolisation » sont légion, mais n’empêchent pas des millions de lecteurs d’acheter chaque semaine les magazines qui en ont fait leur fonds de commerce ; les fans eux-mêmes oscillent entre admiration et envie, dévotion et ressentiment, désolation et jubilation lorsque chute leur idole.

31La querelle de l’iconoclasme opposait ceux qui acceptent voire vénèrent l’image de l’idole, en tant qu’elle serait une médiation positive donnant accès au divin et ceux qui refusent voire détruisent une telle image, en tant qu’elle serait une médiation négative, faisant écran à la présence du divin. Derrière la contradiction entre une visibilité acceptée voire désirée et une visibilité refusée voire honnie se profile une même logique, centrée sur le rôle ambigu attribué à la médiation, selon qu’on y voit ce qui rapproche ou, au contraire, ce qui sépare de l’objet d’admiration, d’amour ou, simplement, de regard. L’ambivalence de la médiation apparaît ainsi homologue de l’ambivalence de la visibilité elle-même, à la fois décriée pour son manque d’authenticité (le « spectacle ») et louée pour sa capacité à dévoiler, à sortir du secret, à tout dire (Loft story). Bref, ce n’est pas la visibilité en tant que telle qui est inauthentique, donc mauvaise, mais bien sa médiation par la médiatisation.

32La visibilité possède cette particularité d’être une qualité à la fois éminemment publique, puisqu’elle n’existe que par l’exposition d’un être dans l’espace public médiatisé et une valeur – lorsqu’elle en est une – essentiellement privée : l’attachement aux vedettes tend à s’éprouver et à se pratiquer plus qu’à se revendiquer. De ce point de vue, la visibilité est très proche de la beauté, laquelle est aussi une valeur tirant beaucoup plus du côté du pôle « privé » que du pôle « public ». Nous retrouvons ainsi, par leur place homologue sur l’échelle entre valeurs publiques et valeurs privées, la proximité entre visibilité et beauté. La visibilité est d’ailleurs aussi une valeur en phase avec la féminité : non seulement en ce qu’elle permet à des femmes d’accéder à des positions éminentes, mais aussi en ce que le type d’admiration pour les vedettes qui se décline sur le mode positif de l’amour et de la reconnaissance est traditionnellement plus familier à la culture populaire et, en particulier, aux femmes.

33Il existe dans l’héritage religieux de la culture occidentale une dualité marquée entre deux principes permettant de construire une axiologie de la juste rétribution : le mérite, que privilégie la tradition axiologique et politique propre au régime démocratique et la grâce, que privilégie une certaine tradition religieuse. Si le premier est à la fois dénié par les formes actuelles du prestige médiatique et toujours réaffirmé par ses condamnations, ne reste-t-il pas la seconde pour donner consistance morale à la grandeur des gens célèbres ? Car la grâce, la vraie grâce que reconnaissent les gens simples – ceux qui ne s’embarrassent ni de rationalisations, ni de justifications et qui préfèrent l’admiration à la critique – la grâce donc n’existe qu’à provenir d’une instance supérieure, ne relevant pas de l’action humaine : qu’elle soit divine, pour les croyants, astrologique, pour les crédules, ou aléatoire, pour ceux qui préfèrent invoquer le hasard ou la chance. À leurs yeux, l’excellence n’a pas à être méritée ni discutée : elle doit être, simplement, célébrée, vénérée, adorée, en tout cas reconnue, dans un mouvement collectif d’admiration qui unit une communauté face à la singularité d’un être hors du commun. Que la grandeur puisse être donnée à certains et pas à d’autres, cela ne choque ni n’offense leur sens de la justice : cela satisfait leur besoin d’admirer, tous ensemble, sans réserve, avec ferveur et volupté. Et dire « leur », parler d’« eux », n’est pas couper la société en deux catégories – les savants et les simples, les rationnels et les irrationnels – mais plutôt désigner deux polarités dont nous sommes tous habités et que nous savons tous investir, même si l’une ou l’autre est plus familière à certains d’entre nous qu’à d’autres. La grâce donc est le mode d’accès à la grandeur des gens célèbres aux yeux de ceux qui prennent d’abord plaisir à reconnaître, à tous les sens du terme (identifier et confirmer), plutôt qu’à justifier.

34C’est dire que la critique des savants y trouve une cible rêvée : le « monde du renom », pour reprendre la terminologie de Luc Boltanski et Laurent Thévenot est, dans la culture occidentale actuelle, particulièrement vulnérable à la critique. La visibilité, avec les phénomènes extrêmes auxquels elle donne lieu, ne peut qu’exacerber cette défiance envers ce qui ne cesse d’être stigmatisé comme vulgarité, publicité, inauthenticité, marchandisation, aliénation, irrationalité. La philosophie, le droit, la morale, la politique et le souci des écarts hiérarchiques se conjuguent donc pour opposer, à une consommation de la célébrité qui ne cesse de se développer, les digues d’une condamnation par le monde savant de pratiques perçues comme essentiellement populaires, iconophiles et idolâtres. Ainsi se rejoue, à propos d’une forme de rapport aux idoles modernisée par les moyens techniques de fabrication des icônes, la tension millénaire qui habitait, dès la basse Antiquité, le culte des saints. Car ce qui a changé dans le rapport aux « grands singuliers », entre les premiers temps du christianisme et notre entrée dans l’ère médiatique, c’est que, comme l’expliquait Peter Brown, « ces figures protectrices sont maintenant des êtres humains ».

Un fait social total

35La visibilité est typiquement ce que Marcel Mauss, à propos du don, appelait un « fait social total » : elle touche tous les domaines de la vie collective et ne peut donc être pleinement appréhendée qu’en prenant en compte cette globalité. C’est pourquoi il nous a fallu parcourir tour à tour l’histoire des techniques, les représentations mentales, la hiérarchie, les religions, la politique, le sport, le journalisme, l’art, les professions, l’économie, le droit, la psychologie, la morale... C’est pourquoi aussi nous avons dû nous appuyer sur toute la gamme des disciplines universitaires qui se sont intéressées au phénomène : philosophie, histoire, communication, droit, économie, psychologie, anthropologie, politologie, sociologie – et, à l’intérieur de cette dernière, des spécialisations aussi différentes que la sociologie des professions, la sociologie de l’art, la sociologie des médias, la sociologie des religions, la sociologie des valeurs, la socio-psychologie, l’interactionnisme et même… la sociologie générale. C’est pourquoi enfin nous n’avons pu nous limiter à notre ère géographique initiale – la France – mais avons dû traverser et re-traverser les frontières et particulièrement l’océan Atlantique, pour voir comment se déploie ce phénomène entre l’ancien et le nouveau continent.

36Plus souterrainement encore, nous avons dû nous déplacer mentalement d’un milieu social à un autre : utiliser les ressources du monde savant pour comprendre le monde populaire, mais aussi utiliser cette compréhension pour mettre à distance la vision propre au monde savant, avec ses préjugés et ses angles morts. Car la culture de la visibilité, même si elle imprègne profondément les milieux populaires, n’épargne pas les milieux plus favorisés et en particulier ceux qui ont les moyens de la penser – les universitaires – même si leurs valeurs les inciteraient plutôt à la dénigrer. Le lecteur aura donc compris que le « moment axiologique » (le désir de défendre des valeurs) ne doit pas entraver le « moment épistémique » (le désir de comprendre, de décrire, d’expliquer) : l’un n’est pas exclusif de l’autre, à condition de ne pas chercher à les pratiquer en même temps, dans le même contexte.

37Si le phénomène de la visibilité à l’âge médiatique est aussi nouveau que les techniques qui l’ont rendu possible, l’économie hiérarchique, émotionnelle et axiologique dans laquelle il s’inscrit tout en la renouvelant est très ancienne. C’est donc dans la longue durée qu’il faut, pour finir, le considérer, en tant qu’il relaie des pratiques profondément ancrées dans notre culture, grâce notamment aux formes religieuses qu’elles ont longtemps prises. Sous l’Ancien Régime régnait l’élitisme aristocratique, fondé sur une excellence sans singularité (car due à l’appartenance familiale) mais avec une « particularité » à laquelle renvoyait, justement, la « particule » aristocratique : celle d’une excellence collective étayée par un récit familial et résumée par un nom. Après la Révolution française s’est installé un élitisme bourgeois, où l’excellence rimait avec le mérite, la conformité aux conventions et le respect du standard de l’argent. Très vite, dès le deuxième tiers du xixe siècle, s’y est ajouté l’élitisme artiste où, pour la première fois, l’excellence a pu reposer sur la singularité – celle du talent et de l’originalité, mais aussi de la marginalité sociale. Enfin, l’élitisme médiatique apparu au xxe siècle a mis au premier plan la singularité, mais une singularité d’autant plus dissociée de l’excellence qu’elle repose sur la seule visibilité.

38De l’excellence sans singularité à la singularité sans excellence : ainsi oscillent les conceptions de la grandeur et, avec elles, l’économie des relations entre des communautés et les singularités autour desquelles elles se nouent, entre la multitude et l’être hors du commun, grandi par ses exploits, ses souffrances, son génie ou, simplement, l’amour collectif qu’il inspire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Heinich, « Grand résumé de De la Visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Éditions Gallimard, 2012 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, De la Visibilité, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 21 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4282

Haut de page

Auteur

Nathalie Heinich

Centre de recherche sur les arts et le langage, CNRS et EHESS, Paris, France – heinich@ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page