Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2013De la VisibilitéAnalyse des conditions de la célé...

2013
De la Visibilité

Analyse des conditions de la célébrité en régime médiatique : une mise au point salutaire de Nathalie Heinich

Discussion de l’ouvrage de Nathalie Heinich, De la Visibilité. Excellence et singularité en régime médiatique, Paris, Éditions Gallimard, 2012
Daniel Vander Gucht

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage par son auteure est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4282 et la discussion par Jean-François Côté à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4283

Texte intégral

1Nathalie Heinich nourrit depuis ses premiers travaux sur l’invention de la figure moderne de l’artiste, qui constitua l’objet de sa thèse doctorale soutenue sous la direction de Pierre Bourdieu jusqu’à son dernier ouvrage en date qui nous occupe ici, un intérêt constant à l’endroit de la question de la notoriété en tant que manifestation du statut social, soit de la reconnaissance et de la représentation sociale de l’artiste. Son exemplaire étude consacrée à Vincent Van Gogh marque une inflexion notable dans son positionnement épistémologique, à l’instar de la trajectoire de Luc Boltanski, autre disciple de Pierre Bourdieu, en prenant ses distances avec une sociologie critique dont les partis-pris idéologiques considérés comme inhérents à cette approche jugée normative et dénonciatrice de la sociologie la conduisent à embrasser une sociologie pragmatique plus compréhensive, soucieuse de la Wertfreiheit wébérienne, dans un projet théorique désormais axé sur la question de la construction de la valeur et l’évaluation de la grandeur. Faisant en quelque sorte suite à un précédent ouvrage, comme invitent à le penser leurs sous-titres respectifs, Nathalie Heinich embraye ici une réflexion sur la question de la célébrité dans la société de masse et prenant, salutairement et à bon droit, au sérieux ce phénomène médiatique trop souvent dédaigné par les sociologues qui en laissent l’analyse aux journalistes eux-mêmes, fait de cette célébration médiatique plus qu’un simple indicateur sociologique, un véritable objet sociologique à part entière (comme le firent en leur temps Roland Barthes, sur un registre certes plus sémiologique que sociologique, ou Edgar Morin) – ce dont nous avons tout lieu de nous réjouir.

2Les idées déployées dans cet ouvrage de près de 600 pages – en gestation, d’après ses dires, depuis plus de vingt-cinq ans – semblent découler en droite ligne d’une féconde intuition réfutant la célèbre thèse de Walter Benjamin sur la perte d’aura de l’œuvre d’art reproduite par la photographie et affirmant au contraire que c’est la reproduction photographique des œuvres d’art qui leur confère leur aura, c’est-à-dire un écart déterminant entre l’original unique et l’ubiquité de ses répliques. Tout laisse à penser que son dernier opus est le déploiement de cette intuition initiale, comme elle l’explique dans son « grand résumé » :

« La dimension médiatisée de la reproduction technique creuse un écart fondamental entre le référent et le signe, le modèle et l’image, le réel et la représentation – d’où naît le désir d’être mis en présence de l’original lorsqu’on n’en connaît que la copie. Cette attente engendre un considérable investissement émotionnel : celui-là même qui, du temps où l’authenticité n’était pas encore devenue "le substitut de la valeur cultuelle", s’appliquait aux apparitions et, à défaut, aux reliques – ces substituts de la présence du saint » (voir dans cette revue).

3L’invention de la photographie, puis sa mise au service de dispositifs de reproduction et de diffusion massive des images mécaniques (presse, télévision, internet), aurait ainsi non seulement fait basculer la célébrité de la « renommée » (c’est-à-dire la réputation qui passe par la connaissance d’un nom par le plus grand nombre) vers la « visibilité » (qui suppose la reconnaissance de la personne par son image publique reproduite massivement) – d’attribut de la personne, la célébrité en vient ainsi à signifier la personne elle-même par la grâce des médias. Cette nouvelle forme de consommation des images engendrerait un véritable culte des vedettes (étymologiquement, comme elle le rappelle, ceux qui sont en vue) qui serait au principe de rien moins qu’une nouvelle élite non plus fondée sur le mérite (principe propre au régime démocratique) mais à comprendre sur le mode de la grâce, générant en retour des pratiques voire des communautés d’admiration que Nathalie Heinich n’hésite pas à qualifier de « véritable » religion. Cette nouvelle « élite sans pouvoir », comme la définit Francesco Alberoni, propre au régime médiatique dont elle serait le pur produit, jouirait néanmoins d’un « capital médiatique » qui procure aux célébrités des « privilèges » comparables à ceux dont jouissait « l’élite artiste » au titre de nouvelle aristocratie en régime démocratique – thèse de son précédent livre déjà évoqué.

4Quelle est alors l’originalité, la pertinence et la portée de cette étude ? L’affaire semble en tout cas sérieuse dès lors que cette « extraordinaire assomption de la valeur de célébrité […] modifie en profondeur la vie sociale dans ses dimensions tant hiérarchiques que professionnelles, économiques, juridiques, psychologiques, politiques ou morales ». Et de fait, après s’être livrée à une sorte de taxonomie des célébrités, l’auteur ne manque pas d’aborder à son aise successivement les différentes dimensions de ce « fait social total », convoquant pour le coup Marcel Mauss. Nathalie Heinich identifie du reste quatre critères qui définiraient la « visibilité » telle qu’elle l’entend : 1) la « reproductibilité technique à grande échelle des images » ; 2) une « dissymétrie » entre les célébrités et les célébrants produisant un écart significatif dans l’inégale distribution du « capital de visibilité » et assurant ainsi des bénéfices et des privilèges aux nantis médiatiques ; 3) une « aristocratie des personnes en vue » constituée en une « catégorie sociale spécifique » ; 4) une liturgie médiatique faisant office de nouvelle religion dont les idoles constituent une nouvelle élite bouleversant la hiérarchie sociale des valeurs affectées à la représentation publique. Pressentant sans doute que les deux premiers points pourraient passer pour triviaux et les deux derniers pour flous voire contestables, Nathalie Heinich se flatte d’être parvenue à identifier ces quatre composantes du phénomène de visibilité mais surtout de les penser conjointement tant leur articulation lui semble cruciale pour en saisir la logique et le sens.

5On peut se demander si la « visibilité » est bien le concept adéquat pour rendre compte de ce culte de la célébrité dès lors qu’il excède largement l’aspect trivial et réducteur du « vu à la télé » ? Le choix de ce terme semble certes justifié dans la mesure où celui de « célébrité », qui revient presque à égalité dans l’ouvrage, ne recouvre pas la dimension proprement visuelle de la notoriété : être reconnu par (et pour) son image diffusée de manière répétitive dans les médias de masse, bref le phénomène des vedettes. Peut-être aurait-on pu avancer celui de « popularité », voire de « publicité », au sens des annonceurs, voire de « propagande » si l’on veut bien songer que les dispositifs et mécanismes de la diffusion massive de l’image publique de certains personnages ne se réduit pas à « l’admiration des grands hommes » (songeons au culte de la personnalité dans le régimes dictatoriaux, à la diffusion à la télévision, dans les journaux et dans la rue – là où ils sont exposés à tous – des portraits de personnes recherchées par la police, etc.) mais une fois les propriétés du concept et donc les limites de son champ d’investigation, posées par l’auteur, le terme de « visibilité » en vaut bien un autre. On comprend aussi qu’elle récuse, au motif d’une abstraction jugée excessive aggravée de partialité au regard de ses propres convictions épistémologiques, tout le pan de la sociologie critique et par là-même toutes les questions pourtant sociologiquement fondées eu égard au sujet traité : individualisme et hédonisme, désenchantement et marchandisation du monde, etc. De tout cela, il ne sera donc pas question ici. On aurait pourtant préféré voir Nathalie Heinich discuter plutôt que congédier ces penseurs qui ont pourtant rempli nos bibliothèques, nourri notre réflexion sur la société médiatique depuis plus d’un demi-siècle et livré des analyses bien argumentées. Exit donc la dialectique de la raison de Theodor W. Adorno et Max Horkheimer, la société du spectacle de Guy Debord et les simulacres de Jean Baudrillard, l’ère du vide de Gilles Lipovetsky et la société liquide de Zygmunt Bauman, la médiologie de Régis Debray et les diatribes de Pierre Bourdieu contre la télévision (tous autant qu’ils sont considérés par l’auteur comme de simples documents d’époque), laissant le champ libre à l’auteur qui choisit de limiter les causes du phénomène au seul dispositif technique de reproduction mécanique des images. C’est là un choix heuristique légitime s’il concourt à clarifier la question, nettement moins s’il ne fait que simplifier le problème… Reste que l’essai de Nathalie Heinich – qui ne manque pourtant pas d’aborder les dimensions techniques, historiques, économiques, juridiques, psychologiques, physiologiques et axiologiques du phénomène de visibilité, tel qu’elle l’entend et le définit – délaisse évidemment, et on ne saurait bien sûr le lui reprocher, les multiples dimensions de ce que les Visual Studies, ou les sociologues eux-mêmes (de la sociologie critique à la sociologie visuelle), subsument sous ce même vocable de « visibilité » – depuis la surveillance (et l’auto-surveillance) et la traçabilité jusqu’aux modalités classiques du faire voir et de l’être vu, de la dialectique du montré et du caché et, en filigrane, les dispositifs d’appréhension scopique du monde social qui sont au principe du projet sociologique de connaissance et de maîtrise des mécanismes de la vie en société, pour nous découvrir, en ce miroir médiatique comme dans le Portrait de Dorian Gray d’Oscar Wilde, mais surtout pour nous interroger sur les angles morts et les évidences aveuglantes que ne perçoit plus notre regard sociologiquement aiguisé – syndrome de La Lettre volée d’Edgar Allan Poe en quelque sorte, pour reprendre à notre tour cette référence littéraire que convoque Nathalie Heinich (qui charge la barque lorsqu’elle impute la supposée cécité des sociologues incapables de discerner le bouleversement social qui, d’après elle, « crève les yeux », au « double voile de la familiarité et du mépris de classe »). Se profilant dès lors implicitement comme garante non seulement de la sacro-sainte « rupture épistémologique » mais encore libérée de toute prénotion – empruntant là à une rhétorique curieusement plus positiviste que phénoménologique – elle n’en égrène pas moins les clichés les plus éculés (« l’attachement aux vedettes » serait ainsi propre à « la culture populaire et, en particulier, aux femmes ») assurant, en gage d’empathie avec le peuple à n’en pas douter, que les « gens simples […] ne s’embarrassent guère de rationalisations, ni de justifications […] et préfèrent l’admiration à la critique » tandis que « les universitaires » ont, eux, « les moyens de penser [la célébrité] »). Mais là n’est pas l’essentiel pour l’auteur qui s’est bien gardé, avec raison sans doute, de s’engager, ou de s’égarer, dans cette réflexion qu’inspire le sujet.

6On s’étonnera peut-être que cette lectrice assidue d’Erving Goffman n’envisage pas la visibilité ou la célébrité, comme on voudra, sous l’angle du stigmate et du discrédit, comme c’est le cas lorsqu’une personne est livrée à l’opprobre ou à la vindicte populaire à travers les médias (qui a oublié les images de DSK enchaîné dans sa tenue de prisonnier des geôles américaines et qui ignore le visage de Charles Manson ou d’Oussama Ben Laden – indéniablement célèbres ?). Dès lors, que signifie un « capital » négatif sinon… une dette peut-être et un discrédit. Mais est-on encore fondé à user du terme « capital » en tel cas, ou ne vaudrait-il pas mieux parler de « crédit », comme le suggère aussi Sylvain Maresca ? Et, s’il existe des « élites sans pouvoir », tout capital est-il nécessairement assorti de privilèges ? Ce sont en tout cas des questions qui mériteraient d’être plus amplement discutées (pas seulement sur le plan sémantique) et solidement étayées. À cet égard, un regret tient à l’absence d’une véritable enquête sociologique de terrain conduite selon les règles de la méthode, que ne peut compenser la somme d’anecdotes, de lectures et de propos collectés au fil des ans, aussi plaisants à lire, voire instructifs soient-ils, pour corroborer ce qui reste ici de l’ordre de l’hypothèse rhétorique : à savoir que l’assomption de la visibilité en régime médiatique a

« profondément remodelé l’échelle sociale, modifié la notion même de catégorie socioprofessionnelle, reconfiguré l’élite, réorienté les pratiques religieuses, affecté les mœurs politiques, créé de nouveaux statuts et de nouvelles professions, entraîné d’importants effets économiques, pesé sur la doctrine juridique et la jurisprudence, donné lieu à des expériences émotionnelles d’une rare intensité, bousculé le rapport aux valeurs » (dans l’ouvrage commenté).

7comme nous l’assure l’auteur. Autant d’assertions qui restent pourtant à démontrer, en dépit de l’ampleur et de l’ambition de cet ouvrage au demeurant passionnant, faute peut-être d’un cadre interprétatif que fournissait, avec des biais certes discutables, la sociologie critique. Comme reste à comprendre quelles sont les compétences spécifiques à mobiliser pour accéder, jouir et tirer profit de ce « capital de visibilité » – au-delà du jugement moral sur la question du mérite et du recours à la rhétorique de la grâce dont l’invocation parfois condescendante dans le cas d’espèce s’apparenterait presque à celle de la « vertu dormitive de l’opium ».

8L’auteur, qui emprunte finalement bon nombre de concepts à Pierre Bourdieu, depuis le « capital symbolique » reconfiguré en ici « capital de visibilité » – pourtant compris explicitement dans l’acception qu’en donnait Pierre Bourdieu lui-même – jusqu’à ses fameux « quartiers de noblesse » ou encore le langage de la « grâce » mobilisé pour rendre compte de l’« amour de l’art » considéré « comme » un culte religieux, semble parfois encline à confondre les métaphores vives de la pensée analogique avec des modèles scientifiques (à l’instar de l’idéal-type wébérien qui, rappelons-le, reste une modélisation scientifique empiriquement construite et contrôlée et non une approximation théorique et encore moins un stéréotype) et les discours et fictions littéraires avec les pratiques et la réalité vécue, ce qui l’autorise manifestement à décréter et à répéter à l’envi que les artistes sont ni plus ni moins que des professionnels de la transgression et constituent une « élite artiste » à prétention aristocratique. Le même traitement est aujourd’hui réservé aux « people » – « pipeule » ou « pipole » comme l’orthographie désormais le Dictionnaire Robert de la langue française – (et à leurs privilèges, forcément scandaleux et injustifiés si l’on partage les valeurs démocratiques et méritocratiques affichées par Nathalie Heinich elle-même, brisant ainsi, ici et là, explicitement ou non, avec la neutralité axiologique revendiquée par ailleurs) comme si la notoriété médiatique qu’ont en commun Jeanne-Marie Le Calvé, plus connue comme la Mère Denis, Steevie Boulay de « Loft Story », la Reine d’Angleterre et Marc Dutroux le pédophile justifiait leur appartenance à une « même catégorie sociale », qui plus est à une « élite » ? Partant du postulat que la religion est une « pratique contextuelle » et une « notion indigène », l’auteur fait également du très prosaïque « culte des vedettes » une « véritable » religion, confondant ce faisant le registre de l’admiration (du fan) qui suppose encore un libre arbitre et un sens critique avec celui de la dévotion et de l’adulation (du dévôt soumis à l’autorité spirituelle) – confusion à notre sens aussi préjudiciable à une compréhension fine du vedettariat et de son culte spécifique en fonction des publics différenciés qui s’y adonnent, que de la religion elle-même, dont on est en droit d’attendre qu’elle soit aussi un « outil de la pensée savante » dans un tel ouvrage.

9On l’aura compris, en dépit d’un appareillage épistémologique et d’une quantité de faits et de propos rapportés, d’une plume alerte unanimement saluée, Nathalie Heinich est parvenue sinon à porter l’attention sur une terra incognita, du moins à ouvrir un chantier des plus passionnants sur un aspect déterminant de la « culture de masse » (qui n’existe pas, comme chacun sait au moins depuis Hannah Arendt) que les outils massifs de la sociologie critique ne permettaient sans doute pas d’analyser avec toute la finesse et la subtilité requises par un sujet infiniment plus complexe (mais aussi moins récent) qu’il n’y paraît. Elle est parvenue également à nous procurer à la fois un matériau inestimable récolté sur une longue période et dans différents registres (ce qui est très précieux pour cerner ce phénomène de l’immédiateté et de l’ubiquité), une sensibilisation à la littérature anglo-saxonne savante consacrée à la culture de la célébrité et des outils qui restent, certes, encore à améliorer mais qui, à n’en pas douter, nous font progresser dans la compréhension sociologique de la logique médiatique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Vander Gucht, « Analyse des conditions de la célébrité en régime médiatique : une mise au point salutaire de Nathalie Heinich »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4285 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4285

Haut de page

Auteur

Daniel Vander Gucht

Docteur en sociologie, chef de travaux chargé de cours à l’Université libre de Bruxelles (Belgique), directeur du Groupe de recherche en sociologie de l’art et de la culture (GRESAC) et de la Revue de l’Institut de sociologie - danielvandergucht@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search