Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumés2013Monde pluriel. Penser l'unité des...Un programme unitaire pour un esp...

2013
Monde pluriel. Penser l'unité des sciences sociales

Un programme unitaire pour un espace théorique conflictuel ?

Discussion de l’ouvrage de Bernard Lahire, Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Éditions du Seuil, 2012
Luc Van Campenhoudt

Notes de la rédaction

Le Grand résumé de l’ouvrage de Bernard Lahire par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4303 et la discussion par Matthieu de Castelbajac à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4304

Texte intégral

1Monde pluriel développe une rude critique des travaux et théories de plusieurs auteurs contemporains, surtout français mais pas uniquement. Cette critique n’est évidemment pas, en elle-même, la finalité du livre. Elle ne vise pas à disqualifier purement et simplement l’œuvre de chacun des auteurs qui en font les frais mais bien à resituer chacune à sa juste place dans un ambitieux programme visant à montrer et à réaliser l’« unité cachée » des sciences humaines et sociales et singulièrement de la sociologie. Bernard Lahire élabore et structure ce programme selon une grille distinguant les niveaux de réalité sociale, les échelles d’observation, les types d’objets étudiés et les problèmes soulevés à leur sujet. Loin de pouvoir prétendre, comme les auteurs critiqués y ont tendance, à une applicabilité universelle, c’est-à-dire capable de rendre compte de la réalité sociale dans sa totalité, sa complexité et sa diversité, chaque œuvre doit alors être reconsidérée comme une « réalisation partielle » de ce programme.

2Cette entreprise, qui peut sembler intrépide voire quelque peu présomptueuse, a le mérite d’aider le lecteur à mettre de l’ordre dans ses propres connaissances sociologiques et à porter un jugement sur différentes œuvres non en les considérant indépendamment les unes des autres, comme c’est souvent le cas, mais bien à partir d’une vision d’ensemble du champ théorique.

3Cette vision d’ensemble est réussie, notamment parce qu’elle repose sur une conception juste, selon nous, de la sociologie, en particulier sur les trois points suivants. Primo, l’épistémologie à la base du travail sociologique est à la fois réaliste et constructiviste. Secundo, la sociologie est clairement conçue comme une discipline de l’enquête ; dans sa démarche, théorisation et travail empirique (ou « de terrain ») s’imbriquent étroitement. Tertio, le réel dont l’enquête doit rendre compte ne se limite pas aux interactions directement observables ; une grande partie du travail sociologique consiste en effet à « élaborer une "connaissance médiate" de la réalité » portant sur des objets non directement observables et non directement vécus comme tels, comme un taux de redoublement scolaire par catégorie socioprofessionnelle ou « des mouvements lents, pluriséculaires, de population, etc. » (pp. 282-283). Les quelques pages sur la réalité de ces faits sociaux, de second degré en quelque sorte, sont très convaincantes et comptent parmi les meilleures du livre.

4Cette vision d’ensemble est réussie surtout parce que les différentes discussions et les différents développements qui composent le livre sont solides et vont droit à l’essentiel sans tourner autour du pot. Enfin, ce qui ne gâche rien, l’écriture de Bernard Lahire est, comme toujours, sobre et limpide, dégageant une impression de facilité, même lorsque l’ouvrage aborde les questions les moins faciles.

5Trois points de discussion seront soulignés ici, qui touchent directement aux idées centrales de l’ouvrage. Le premier porte sur la conception du champ théorique de la sociologie et, plus largement, des sciences humaines et sociales, le second sur la radicalité des théories, le troisième sur la finalité de la discipline.

La construction polémique d’un champ théorique unitaire

  • 1 À quelques exceptions près, comme Niklas Luhmann, il nous semble que les principaux sociologues con (...)

6Dans Monde pluriel, les différents travaux et théories sont donc pensés comme des « réalisations partielles d’un programme d’ensemble » (p. 55) et, de ce point de vue, sont considérés comme davantage complémentaires que conflictuels : « Plutôt que de s’opposer, [les différents travaux] communiquent entre eux et se complètent » (p. 321). Pour le montrer, Bernard Lahire entraîne le lecteur dans un commentaire critique souvent passionnant de quelques-uns des principaux auteurs actuels au terme duquel chacun est en quelque sorte remis à sa place 1.

7Dès lors, chacun devrait reconnaître les limites de sa propre contribution, suivant en cela l’exemple donné par Erving Goffman, salué pour cette raison par Bernard Lahire. Malheureusement, la plupart des ténors de la discipline peinent à admettre le caractère « régionaliste » de leurs travaux, tant dans les objets étudiés que dans la manière dont ils sont construits. C’est notamment clair pour le concept de champ (p. 222), historiquement daté, lié à une conception différenciée de l’action publique dans un contexte où les différents domaines institutionnels sont relativement autonomes, explique Bernard Lahire, rejoignant en cela la critique d’autres auteurs comme Cyril Lemieux (2011, p. 91). La critique de Bernard Lahire vise aussi leur réductionnisme théorique. Ce dernier reproche s’applique sans doute le plus remarquablement à Niklas Luhmann, épinglé pour l’absence de prise en compte des acteurs dans sa théorie ainsi que pour sa vision des systèmes sociaux comme des univers radicalement étanches les unes par rapport aux autres.

8Leur prétention à l’universalisme met forcément les différentes théories en concurrence et en en conflit. Mais, pour Bernard Lahire, cette conflictualité ne serait qu’apparente. Si chaque auteur se contentait plus modestement d’occuper sa juste place, les théories et travaux des uns et des autres se complèteraient utilement, dotant de surcroît la discipline, dans son ensemble, d’une plus grande cohérence et d’un plus grand crédit par rapport aux discours concurrents, notamment ceux des intellectuels médiatiques. Malheureusement, on est loin du compte et l’unité de la discipline reste cachée. La tâche de Monde pluriel est de la faire apparaître, pièce par pièce, étage par étage, en intégrant les travaux critiqués dans un espace théorique exhaustif et structuré à partir des critères évoqués plus haut (niveaux de réalité, échelles d’observation, etc.). La conception du champ sociologique ainsi présentée est fondamentalement unitaire et consensuelle.

9Cette ambition n’est-elle pas une chimère ? Les théories peuvent-elles effectivement se coordonner et se compléter ? Peut-on éviter qu’elles se combattent mutuellement, troublant ainsi la compréhension de la société, dont il est alors impossible de dégager une perception unifiée et cohérente ? Comment, par exemple, penser les théories fonctionnaliste et marxiste comme composantes complémentaires d’un même programme ? Comment penser la société à la fois comme système fonctionnel et comme système de domination et de contradictions ? Est-il concevable de penser comme composantes d’un même programme d’une part des théories (par exemple fonctionnaliste ou marxiste) qui conçoivent la société comme une totalité (intégrée pour l’une, divisée pour l’autre) et d’autre part des théories qui la conçoivent comme composée d’univers différenciés et autonomes (chez Pierre Bourdieu) sinon étrangers (chez Niklas Luhmann) ? Il y a certes des complémentarités entre diverses composantes de la théorie sociologique mais il y a aussi et peut-être même surtout, des incompatibilités et des contradictions qui recouvrent en partie les conflits entre les écoles et les auteurs qui les incarnent.

10De même, les conflits entre disciplines, comme entre la science économique et la sociologie de l’économie ou entre la science politique et la sociologie du politique et de l’État, ne sont pas que des résidus d’une institutionnalisation historique des disciplines et du partage entre elles du champ du savoir tel qu’il a été effectué arbitrairement à la fin du xixe siècle et à l’aube du xxe. Pour une large part, il s’agit de conflits entre paradigmes qui défendent des visions antagonistes et partiellement inconciliables du monde social et de la manière de l’étudier.

  • 2 Notamment la distribution des postes universitaires et la répartition des crédits de recherche.

11Certes, qu’ils soient intra- ou inter-disciplinaires, ces conflits reposent, dans une certaine mesure, sur des raisons discutables 2. Bernard Lahire n’hésite pas à mettre en avant des raisons d’ordre individuel voire psychologique, estimant que les « intérêts de connaissance [des différents auteurs] sont au croisement de l’état des connaissances et de leurs propres problématiques existentielles, leur propre parcours biographique » (p. 302). Mais, comme l’ont bien montré plusieurs sociologues de la science (Thomas S. Kuhn, Mary Douglas et Pierre Bourdieu notamment), ces conflits sont inhérents à la dynamique même de la recherche et, dans une certaine mesure, nécessaires sur les plans intellectuel et idéologique.

12Souvent, les meilleurs auteurs se définissent autant par leur opposition à d’autres auteurs que par leur complémentarité. Pierre Bourdieu a d’autant plus insisté sur les déterminations sociales que se développait une sociologie du sujet insistant sur le libre-arbitre des individus. Il a étudié les « mécanismes » de la reproduction avec d’autant plus de conviction que d’autres, comme Alain Touraine, défendaient une conception de la société comme un processus d’auto-production. Il ne fait aucun doute, selon nous, que cette attitude était délibérée parce que jugée nécessaire. Concernant les rapports entre sociologie et science politique, Pierre Bourdieu a également insisté sur la nécessité de « penser le politique sans penser politiquement » (Bourdieu, 2000). Avant lui, les classiques, à commencer par Émile Durkheim et Max Weber, ont ouvert la voie d’une conception dialectique et conflictuelle du champ de la sociologie. Dialectique en ce sens que les innovations théoriques reposent essentiellement sur la mise en évidence et l’examen sévère des insuffisances réelles ou supposées des théories antérieures (ou des disciplines rivales) ; conflictuelle en ce sens que leurs développements théoriques se présentent presque toujours comme des « disputes » avec d’autres, le pire étant de les ignorer tout simplement.

13Bernard Lahire est indiscutablement leur digne héritier. La dureté de certaines de ses critiques semble elle-même contredire la conception intégratrice du champ sociologique telle qu’il la défend dans l’ouvrage. A part Niklas Luhmann, ce sont principalement les rivaux français les plus en vue, comme Luc Boltanski, Michel Callon et Bruno Latour, qui en prennent pour leur grade. Les concernant, le jugement est particulièrement polémique et conflictuel. Et, indépendamment du jugement que le lecteur se fera finalement lui-même sur les travaux des auteurs critiqués, les discussions engagées par Bernard Lahire valent le détour. Mais ce hiatus entre la dureté des critiques et la conception unitaire de la discipline est un paradoxe qui traverse tout le livre. Notons que, par l’importante place qu’elle occupe, la critique adressée à l’œuvre de Pierre Bourdieu est une espèce d’hommage inversé, comme un prolongement quelque peu distant de l’œuvre du maître dont l’équation « habitus + champ = pratique » a explicitement inspiré celle qui structure le programme proposé par Bernard Lahire : « disposition + contexte = pratique ». À noter enfin que l’ignorance dans laquelle l’auteur tient le courant de la sociologie de l’action en France est plus cruelle encore, comme si ce courant ne méritait pas ou plus la moindre mention.

L’intérêt de la radicalité

  • 3 Nous pourrions l’illustrer à partir de travaux sur les comportements face au risque de contaminatio (...)

14La majorité des sociologues, surtout ceux formés dans la tradition française, sera sans doute en grande partie d’accord avec les critiques formulées par Bernard Lahire à l’égard de la théorie des systèmes sociaux telle qu’élaborée par Niklas Luhmann. Nous les partageons largement (Van Campenhoudt, 1997). Comment ne pas formuler de fortes réserves à l’égard d’une théorie qui réussit l’exploit d’ignorer complètement les acteurs ainsi que leurs rapports sociaux et relations sociales ? Ajoutons que cette théorie offre peu de ressources dès qu’il s’agit de réaliser une enquête de terrain 3.

15Toutefois, pour sa radicalité même, la pensée de Niklas Luhmann n’en présente pas moins un intérêt certain, notamment en ce qu’elle oblige à repenser certaines questions jugées non pertinentes par cet auteur (comme celles de la légitimité, de la démocratie et de la liberté des acteurs) sans se payer de mots et sans prendre nos désirs pour des réalités. La radicalité de sa théorie, qui pose la fermeture des systèmes sociaux, leur absence de finalité, leur autopoïèse procédant d’une pure opérativité qui échappe totalement aux acteurs, est peut-être excessive mais elle force à se poser des questions dérangeantes, sans pour autant que l’on ait à s’y rallier. Nous n’adoptons évidemment pas ici une position œcuménique consistant à trouver « un petit peu de positif partout » mais suggérons de nous laisser questionner par les théories et les auteurs solides et inventifs qui voient les choses radicalement autrement que nous et de consolider, par là, notre propre conception du social et de la société. Bref, loin d’adopter une conception consensuelle du champ théorique, il s’agit, en quelque sorte, de faire un usage profitable et opportuniste de ses « adversaires ».

16Plus largement et indépendamment du jugement porté sur une théorie, on peut admettre que son auteur, quel qu’il soit, emporté par son enthousiasme et par la perspective de faire valoir un apport sinon décisif au moins original, en tout cas plus intéressant que ce que font ses concurrents, soit incité à en exagérer la portée et l’intérêt. C’est de bonne guerre et cela permet au lecteur d’en mieux percevoir la spécificité et la valeur ajoutée. Sans doute ne faut-il pas trop prendre cette radicalité au premier degré et ne pas penser, comme le fait sans doute un peu trop vite Bernard Lahire, que systématiquement, les auteurs n’ont pas suffisamment de recul par rapport à la portée et à la pertinence limitées de leurs propres concepts et travaux.

La finalité de la sociologie : expliquer les pratiques ?

17Le troisième point de discussion porte sur la finalité attribuée à la sociologie. Le programme de la sociologie qui consiste à répondre « à la question de savoir pourquoi les individus agissent comme ils agissent, pensent comme ils pensent, sentent comme ils sentent, etc., peut se résumer en une formule assez simple : Passé incorporé + contexte d’action présent = Pratiques » explique Bernard Lahire. Cette formule procure à l’ouvrage sa colonne vertébrale. Il en faut bien une pour réorganiser les multiples théories dans un schéma d’ensemble cohérent et celle-ci n’est certainement pas plus mauvaise qu’une autre, mais elle pose, à nos yeux, deux problèmes.

18Primo, est-il bien certain que l’objet de la sociologie, ce dont elle vise à rendre compte, la « variable dépendante » en quelque sorte de toute recherche, soit les pratiques des individus ? Lorsque Karl Marx étudie les contradictions du capitalisme, lorsqu’Émile Durkheim étudie la solidarité sociale ou le taux de suicide comme un fait social, lorsque Max Weber étudie la légitimité du pouvoir, lorsque Norbert Elias étudie l’accroissement des interdépendances… l’on peut évidemment toujours prétendre qu’au bout du compte ce sont bien les pratiques des individus qui sont expliquées, mais cette vision des choses appauvrit et déforme la problématique et l’objet sociologiques de ces œuvres. D’ailleurs, la première « variable explicative » de la formule de Bernard Lahire, soit le passé incorporé, n’a guère de pertinence pour expliquer les contradictions du capitalisme ou les autres phénomènes macro-sociaux évoqués ci-dessus.

19De plus, considérer les pratiques comme l’objet à expliquer, la « variable dépendante » n’est pas pertinent si l’on se réfère à de nombreux travaux qui étudient les interactions sociales ou qui, plus largement, s’inscrivent dans une explication « relationnelle » des phénomènes sociaux. Pour ne prendre à nouveau que l’exemple des comportements face au risque de contamination par le VIH dans les relations sexuelles tels qu’étudiés par plusieurs équipes européennes dans les années 1990, un progrès théorique décisif a été réalisé à partir du moment où les chercheurs n’ont plus considéré les pratiques (comme l’utilisation ou non du préservatif) comme la résultante de facteurs divers (comme les connaissances, les croyances, un calcul rationnel coût-bénéfice, etc.) mais bien comme des éléments constitutifs de la relation intime (par exemple comme un message adressé au ou à la partenaire en vue de faire évoluer la relation de telle ou telle manière, comme une manière de s’impliquer dans la relation ou de s’en désimpliquer…) (Van Campenhoudt, 1999). Voir les pratiques comme des effets de l’action d’autres facteurs est moins pertinent que de les voir comme constitutives de processus sociaux et relationnels.

20Les pratiques ne seraient alors que le phénomène ou l’objet à expliquer « apparent », l’objet « réel » de la sociologie étant le processus social ou, plus brièvement encore, le social en tant que processus relationnel d’auto (re)production de ce qu’on appelle la société dans son ensemble et dans ses multiples composantes. On pourrait dire toutes ces « forces sociales » si l’on veut bien considérer que ces forces combinent intimement des réalités internes aux acteurs et à leurs relations et des réalités externes, les unes et les autres se produisant réciproquement, pour partie au moins. Certains sociologues sont parfois parvenus à exprimer ces forces par une formule heureuse, par exemple « la force des liens faibles » chez Mark Granovetter. Mais, quel que soit le nom qu’on leur donne, n’est-ce pas de ce social dont toute sociologie vise à rendre compte, plutôt que les pratiques en tant que telles ?

21Prenons, pour illustrer ce point, la critique par Bernard Lahire de l’explication bourdieusienne des pratiques et dispositions culturelles par l’habitus tel que considéré par l’auteur de La Distinction, soit comme un principe de comportement et de jugement unique et homogène chez chaque individu, partagé avec d’autres de même position sociale et qui serait actif dans tous les domaines de son existence. S’il s’agit d’expliquer strictement les pratiques, Bernard Lahire a raison de montrer la pluralité et la complexité des dispositions et de ses façons de voir, de sentir et d’agir en raison notamment de la diversité des inscriptions sociales d’un même individu (Lahire, 2005) et il peut montrer que, de ce point de vue, l’approche de Pierre Bourdieu est trop unilatérale et réductrice. Mais si l’on considère que l’objectif sociologique de La Distinction n’est pas seulement d’expliquer les dispositions et les pratiques mais bien ou même surtout d’étudier, à l’échelle non plus de chaque individu mais de l’ensemble de la société, d’une part, le système d’écarts dont les pratiques des uns et des autres participent et d’autre part, les principes et mécanismes de la domination symbolique ; si, en d’autres termes, on cherche à mettre au jour non des réalités directement observables mais bien à élaborer des « connaissances médiates », comme l’a parfaitement montré Bernard Lahire lui-même (cf . supra), alors il est moins important de reconstituer le plus fidèlement possible la complexité des dispositions et pratiques des uns et des autres et plus pertinent de tenter de dégager des logiques relationnelles, ce qui nécessite et justifie une accentuation idéal-typique des différences.

Conclusion

22Par la vigueur de ses critiques, Monde pluriel suggère lui-même implicitement une conception peu unitaire et consensuelle du programme d’ensemble de la sociologie. Il présente de facto un espace intellectuel et scientifique dialectique et conflictuel dont la cohérence ne repose pas sur une approche théorique consensuelle de la société, mais plutôt sur un triple accord, à réélaborer indéfiniment dans la discussion : primo, sur les enjeux des disputes – de quoi vaut-il la peine de discuter ? ; secundo, sur la conception du métier – qui, pour Bernard Lahire, est une pratique de l’enquête ; et tertio, sur les principes clés de la « méthode », au sens durkhémien du terme – notamment, par exemple, la désubstantification des entités collectives et l’explication relationnelle et non essentialiste des phénomènes sociaux. Sur ces débats, l’exercice ambitieux auquel Bernard Lahire se livre dans Monde pluriel apporte une contribution précieuse car il permet au lecteur sociologue de réorganiser sa propre conception de sa discipline et d’en clarifier certains enjeux et au non sociologue de découvrir que la sociologie est structurée par des lignes de force.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu P. (2000), Propos sur le champ politique, Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Lahire B. (2005), L’Homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Éditions Armand Colin.

Lemieux Cyril (2011), « Le crépuscule des champs. Limites d’un concept ou disparition d’une réalité historique ? », dans de Fornel M. & A. Ogien (dir.), Bourdieu, théoricien de la pratique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 75-99.

Van Campenhoudt L. (1997), « L'approche systémique : un paradigme a-social ? », dans Robert P., Soubiran-Paillet F. & M. van de Kerchove (dir.), Normes, normes juridiques, normes pénales. Pour une sociologie des frontières, Tome 1, Paris, Éditions L'Harmattan, pp. 293-308.

Van Campenhoudt L., Cohen M., Guizzardi G.& D. Hausser (dir.) (1997), Sexual Interaction and HIV-Risk. New Conceptual Perspectives in European Research, London (G.-B.) and Bristol (U.S.A.), Taylor & Francis Editors.

Van Campenhoudt L. (1999), « The Relational Rationality of Risk and Uncertainty Reducing Processes Explaining HIV Risk-Related Sexual Behaviour », Culture, Health & Sexuality, vol. 1, n° 2, pp. 181-191.

Haut de page

Notes

1 À quelques exceptions près, comme Niklas Luhmann, il nous semble que les principaux sociologues contemporains non français ne sont pris en compte que lorsque leurs travaux contribuent à argumenter la thèse du livre, ce que l’on peut évidemment comprendre.

2 Notamment la distribution des postes universitaires et la répartition des crédits de recherche.

3 Nous pourrions l’illustrer à partir de travaux sur les comportements face au risque de contamination par le VIH dans les relations intimes mais cela nous mènerait trop loin. (Van Campenhoudt, Cohen, Guizzardi & Hausser, 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Van Campenhoudt, « Un programme unitaire pour un espace théorique conflictuel ? »SociologieS [En ligne], Grands résumés, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 25 juillet 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4309

Haut de page

Auteur

Luc Van Campenhoudt

Facultés Universitaires Saint-Louis, Bruxelles, Belgique - vancampenhoudt@fusl.ac.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search