Navigation – Plan du site
Paul Pascon
Découvertes / Redécouvertes
Paul Pascon

Segmentation et stratification dans la société rurale marocaine

Paul Pascon

Résumés

Article de Paul Pascon paru pour la première fois dans le Bulletin économique et social du Maroc, n° 138-139, 1979, p. 105 à p. 119. Reproduit avec l’aimable autorisation de la Société d'études économiques, sociales et statistiques, Rabat, Maroc.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les particularités typographiques et éditoriales de l’original ont été conservées. La présentation du texte de Paul Pascon par Mohamed Tozy est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4322

Texte intégral

  • 1 Ernest Gellner, Saints of the Atlas, London, Weindefeld, 1969. David Montgomery Hart, « Segmentary (...)
  • 2 John Waterbury, The commander of the faithfull, The Moroccan Elite. A Study of segmented Politics, (...)

1L’approche segmentariste hante la sociologie maghrébine d’obédience anglo-saxonne. Après Gellner et Hart 1, Waterbury applique – ou retrouve – le schéma segmentaire jusque dans la vie des partis politiques modernes 2. Certes il ne faut pas révoquer les efforts d’une recherche des fondements cachés de la vie sociale jusque dans l’autonomie de jeu des superstructures elles-mêmes. Et il y a à prendre dans l’itération que font les écoles sociologiques anglo-saxonnes entre le fonctionnalisme et le structuralisme. À condition d’en mesurer les limites et de ne pas en rester là. La forme des rapports sociaux est un signifié et non un signifiant ; elle est un peu l’écume des rapports de classes, mais ne peut être substituée à la réalité de ceux-ci. Il ne faut pas prendre le jeu politique, transposition romanesque et tactique des affrontements sociaux, pour l’affrontement lui-même ; celui-ci doit être dévoilé et le voile, c’est le code même du jeu.

  • 3 Sur 566 références de travaux d’anthropologie régionale au Maroc antérieurs à 1965, André Adam donn (...)
  • 1

2La tribu, corps politique notoire des collectivités rurales maghrébines, est depuis longtemps la pierre de touche de toute compréhension de la sociologie de ces pays. Comme autrefois en Europe, au siècle des Lumières, les historiens se devaient de faire la preuve de l’excellence de leur méthode et du bien fondé de leurs théories sur la chute de l’Empire romain, au Maroc, au Maghreb, il faut savoir disserter de la tribu pour qu’on puisse examiner si la percée d’une nouvelle pensée est faite. Moyennant quoi la vie sociale – le volcanisme social comme disait Gurvitch – est depuis fort longtemps ailleurs… dans les plaines et dans les villes. Et les sociologues continuent de s’essouffler en haute montagne 3 et au bord des déserts 4, bref sur les marges.

  • 5 L’expression est de Jacques Berque à propos des Seksawa dans les Structures sociales du Haut-Atlas, (...)

3Gellner n’y échappe pas qui affirme : « Les groupes tribaux en Afrique du Nord sont marginaux et segmentaires ». Ce qui ne l’empêche pas de passer son temps sur Ahansal et les Ayt Atta, chez qui « la grande histoire est depuis longtemps brisée » 5.

  • 6 Robert Montagne, Les Berbères et le Makhzen dans le Sud du Maroc, Alcan, Paris, 1930.
  • 7 op. cit.
  • 8 Remy Leveau, Le Fellah marocain, défenseur du trône, Ed. Fon. Nale Sc. Po., Paris, 1976.

4Face à cette conception segmentariste, l’approche marxiste s’affirme peu à peu, qui fait de la stratification en classes sociales l’explication cardinale du fonctionnement de la société marocaine. L’école coloniale française avait craint de systématiser et s’en tenait – sans pousser la modélisation jusqu’au bout – à un système lignager dominé par des élites en rapport d’obédience marchandée avec l’État central (Montagne 6, Berque 7 et plus récemment Rémy Leveau 8).

  • 9 Mehdi Ben Barka, Option révolutionnaire au Maroc, Maspéro, Paris, 1966.
  • 10 Abdelaziz Blal, L’Investissement au Maroc, Mouton, Paris, 1968.
  • 11 Abdelkader Zghal, « L’Élite administrative et la paysannerie en Tunisie », Annuaire AFN 1968, Paris (...)
  • 12 Abdelkbir Khatibi, « Note descriptive sur les élites administratives et économiques marocaines », A (...)
  • 13 Abdallah Laroui, L’Idéologie arabe contemporaine, Maspéro, Paris, 1967. À l’heure où cet article es (...)

5Les auteurs maghrébins de l’Indépendance (Ben Barka 9, Blal 10, Zghal 11, Khatibi 12, Laroui 13) ont affirmé avec plus moins de nuances la pesée du conflit de classes à la campagne pour expliquer et l’histoire et la genèse des structures sociales présentes, mais il faut le reconnaître sans apporter encore de matériaux savants suffisants.

6Nous voulons montrer dans cette communication que ces deux approches, si elles apportent chacune des réflexions indiscutables, ne permettent pas de donner séparément une image satisfaisante de la société rurale marocaine et sont incapables seules d’expliquer l’histoire sociale de ce pays.

I. RÉALITE ET LIMITES DU CARACTÈRE SEGMENTAIRE DE LA TRIBU 14 NORD AFRICAINE

  • 14 On pourrait parler de collectivité pour traduire qbila, taqbilt fakhda, farqa, etc… mais même si le (...)
  • 15 Abdallah Hammoudi, « Segmentarité, stratification sociale, pouvoir politique et sainteté, Réflexion (...)

7Hammoudi 15 a déjà enlevé d’une manière irréfutable cette place forte du segmentarisme. Il montre que deux faits indiscutables stratifient la tribu : l’allogénie (p. 154-155) et la chefferie (p. 156-163). Mais il ne va pas au bout de sa conquête. On pourrait encore lui opposer qu’en définitive, l’allogénie et la montée de la chefferie sont des faits d’histoire, des événements fortuits, que le modèle tribal et segmentaire met du temps à absorber, à niveler, à engloutir dans son objectif forcené d’égalitarisme, dans sa capacité à liquider ses contraires. Même des incidents d’allogénie et de césarisme, serait-ce pendant mille ans, ne peuvent que conforter la conviction de la force du segmentarisme.

8II faut donc, semble-t-il, aller plus au cœur du concept lui-même, en reconnaître la réalité indiscutable et repérer ses limites.

a. Origine du concept de segmentarité

9L’adjectif « segmentaire » est emprunté à la terminologie zoologique davantage qu’à la physique (tige aimantée) ou aux mathématiques (vecteur). Les animaux dits segmentaires sont ceux qui sont composés de telle sorte que le sectionnement d’un individu donne naissance à deux individus capables ou presque d’existence. Ce phénomène est particulièrement remarquable chez certains invertébrés comme les hydraires, planaires ou annélides, chez lesquels la régénération se fait selon une polarité physiologique ou gradient autant qu’on les divise (à la limite jusqu’au broyat).

10D’une manière analogue, les sociétés segmentaires seraient des sociétés presque indéfiniment sécables : tous les segments se ressemblent et sont répétitifs. À la différence des invertébrés cités plus haut, les sociétés segmentaires ne se contentent pas de pouvoir être divisées, elles peuvent en outre se fédérer, se confédérer pour constituer des ensembles d’ordre supérieur. Le jeu des divisions et des fédérations naît de la compétition pour des enjeux et débouche sur un processus indéfini d’équilibre.

  • 16 Evans-Pridtchard, Les Nuer, Clarendon Press, Oxford, 1937, trad. fr. Louis Evrard, Gallimard, Paris (...)
  • 17 On pourrait mener cette critique sur deux registres, l’empirique et le logique. Des faits empirique (...)

11Nous ne ferons pas l’injure à Evans-Pridtchard 16 ni à Ernest Gellner de croire qu’ils assimilent les sociétés humaines à ces organismes inférieurs. II s’agit bien ici d’un mot, du concept qu’il recouvre, de l’idéologie qu’il diffuse. Dans ce modèle abstrait le trait fondamental serait le caractère diffus du pouvoir. Le pouvoir s’organiserait à chaque occasion à partir du segment individualisé dès lors comme un tout, un peu en somme comme le système nerveux dans les animaux segmentaires. C’est de cette caractéristique spécifique de la société segmentaire qu’il faut faire le procès pour que la critique atteigne le fondement même du concept 17.

b. Limites infra de la segmentarité

12Quelle que soit l’universalité de la notion de segmentarité – en effet on peut toujours diviser un groupe humain et celui-ci trouve toujours à s’organiser d’une certaine manière pour assurer les principales fonctions de survie – il y a des limites inférieures et supérieures indépassables. On ne peut pas fractionner, ou voir se fractionner indéfiniment une société : il y a des cellules étymologiquement atomiques et telles que leur partage empêcherait une existence viable. Il y a des ensembles ou des sociétés humaines telles que le pouvoir politique ne peut y demeurer diffus sans créer de graves conditions d’anomie. Or l’anomie même est une preuve par l’absurde, un état transitoire supposé de l’absence d’organisation, une situation fictive.

13Je suis tout disposé à dire avec Gellner que toutes les sociétés sont en quelques choses segmentaires, mais qu’aucune société puisse l’être dans ses formes extrêmes de dimension et de sécabilité. En particulier dans ses divisions extrêmes.

14En effet nous savons bien qu’au niveau de la famille, voire du lignage, le pouvoir est bien et bel concentré dans la personne du chef de famille ou du chef de lignage. Des conflits d’héritages, de droits d’eau, de partages sont, en définitive, au sein du groupe concerné, arbitrés par le patriarche. Ceux qui, dans son lignage, ne sont pas satisfaits de son autorité ont pour seules solutions de le remplacer pour faire comme lui – ou de s’exiler, c’est-à-dire créer ailleurs un autre lignage ; peu recourent à une telle extrémité qui les affaiblirait davantage qu’elle ne leur serait bénéfique. Dans la société patriarcale, comme dans la tribu, le segment de base est le lignage (ou dans ses formes historiques ultérieures : la famille). Le meilleur exemple en est que les conflits d’héritage (latents en permanence) ne peuvent surgir qu’après le décès du patriarche. On ne doute pas que le désir d’accéder à la propriété et à la souveraineté dans le groupe n’agite tout au long de la vie du patriarche un monde d’intrigues, de rivalités au sein du lignage, mais celles-ci restent discrètes, bloquées ou arrêtées par l’autorité sans partage de l’auteur du groupe ; elles n’éclatent au grand jour qu’après sa mort. La lutte pour le pouvoir au lendemain de la vacance de celui-ci est le signe indiscutable de l’existence d’un pouvoir sans mélange. L’invention même de la notion d’héritage post-mortem ne peut s’expliquer que comme un fait de culture que suspend l’agressivité des fils et qui par suite durabilise un pouvoir centralisé dans le groupe de base : le lignage.

15Or il n’y a aucun argument sérieux pour discuter la hiérarchie qui existe à l’intérieur d’un lignage. Hiérarchie dominée par au moins trois composantes : la parenté, le sexe et l’âge. II serait étonnant que les productions idéologiques de cet ordre implacable qui régente la famille patriarcale y restent cantonnées : il y a de fortes chances plutôt pour qu’elles se prolongent hors de la sphère parentale.

c. Limites de la segmentarité par le haut

  • 18 On ne peut ignorer l’existence d’États tribaux dans le Sud-Ouest du Maroc, là où les agadirs étaien (...)

16À partir de là, la tribu paraît être une association politique entre des lignages, fondée sur des nécessités socio-économiques : rapport de l’homme et du sol, de l’énergie humaine et de la richesse écologique d’un espace à un niveau technologique donné. Cette association peut être une simple alliance temporaire, un pacte pour l’usage d’un pâturage, un contrat de bon voisinage pour l’exploitation d’une richesse, une confédération lâche polyfonctionnelle, une fédération plus étroite à partir d’un consensus (unanimité), une union de lignages institutionnalisant des pouvoirs. Ces différentes formes d’association des lignages citées ici ne sont pas exclusives, elles ne refusent pas des formes intermédiaires extrêmement diversifiées concernant telles ou telles fonctions particulières. Mais toutes jusqu’à la dernière, la quasi-communauté 18, font des lignages (adam, ighs...) la base politique indiscutable avec laquelle la fédération doit compter.

17Un des signes – je ne me prononce pas ici quant au fond – de l’apparition de la fédération, c’est la désignation de l’ensemble politique nouveau par le nom d’un ancêtre éponyme qui reconnaît à la fois la nécessité d’un pouvoir concentré mais ne peut l’établir, dans un premier temps, qu’en ayant recours à la terminologie patriarcale, au mythe généalogique pour choisir un ancêtre putatif, un pouvoir dans le ciel en quelque sorte.

18Dans cette fédération de lignages le pouvoir peut apparaître diffus parce que, sauf urgence, il n’y pas de chef (aguellid, amghar, cheikh). Le pouvoir politique appartiendrait au sénat oligarchique et gérontocrate qui réunit à chaque occasion au cours de longues palabres (preuve que « la souveraineté s’élabore » car de quoi discuterait-on sinon du pouvoir ?) les représentations, ou plutôt les chefs de chaque lignage. En fait la fédération est à la fois fragile et forte. Fragile car chacun n’est pas disposé à faire la moindre concession sans contrepartie car il engage son lignage, sa descendance. Les sacrifices qu’un individu peut accepter, il ne peut admettre de les imposer à un groupe dont il ne s’est pas politiquement et spirituellement dégagé ; forte parce que le refus d’un accord entraîne l’exil, la soumission à d’autres.

19Le principe d’unanimité et de rotation du pouvoir apparent dissimulent en fait des relations de force et d’autorité bien plus contraignantes qu’il n’y parait au premier regard.

20Il y a, dans l’assemblée, des lignages forts et des lignages faibles. Il y a d’ailleurs le plus souvent deux ou trois lignages forts : les autres s’allient, s’alignent ou se soumettent. Toutes proportions gardées cela fait penser un peu aux Nations Unies où l’étiquette et la procédure garantissent au plus haut point l’égalité strictement formelle de nations comme les États-Unis et Haïti. On sait ce qu’il en est de la réalité de cette égalité et des motifs réels des alliances lors des votes.

21Pouvoir diffus, charges également réparties, rotation de la souveraineté, me paraissent une fiction entretenue facilement par les chefs de lignages durant les premières phases de la fédération de ceux-ci, mais chacun sait bien en fait où se trouve la réalité du pouvoir : elle est dans le nombre d’hommes capables de porter les armes que chaque lignage est en mesure d’aligner, soit du fait de son extension biologique, de sa suprématie antérieure, des soumissions obtenues. Les familles les plus anciennes considérées comme autochtones, les familles nombreuses ayant beaucoup d’enfants mâles et ayant gardé solidaires, avec assez de cohésion, d’esprit de famille en somme (asabiya), de nombreux membres, se répartissent et concentrent davantage de parts de butins, davantage de terres à défricher, davantage de parts d’eau, davantage de charges et en définitive disposent de plus de poids dans les assemblées au point de pouvoir s’élever jusqu’à la chefferie, être gardiennes de rites, entrer dans la sainteté.

  • 19 Djinn Jacques-Meunié, « Hiérarchie sociale au Maroc présarien », Hespéris, XLV, 1958.
  • 20 Paul Pascon, « Type d’habitat et problèmes d’aménagement du territoire au Maroc », Revue du Maroc, (...)
  • 21 Jacques Berque, op. cité, p. 251 et n° 2 et Paul Pascon « Les Seksawa vingt ans après », article à (...)

22À qui y regarde de plus près, rien de moins égalitaire qu’une tribu. Il ne faut pas se laisser prendre à son propre discours idéologique ou à celui des ethnographes coloniaux. Quand l’inégalité des lignages n’a pas débouché sur des clientèles ou de quasi-castes comme dans l’oued Dra 19, elle n’a pas manqué de traverser les corps politiques segmentaires. On connaît bien dans le Sud de l’Atlas ces coexistences villageoises de mrabtins, chorfa, haratin, ahrar 20 qui hiérarchisent des corps sociaux plus larges que la tribu. Les mariages, c’est-à-dire les échanges de femmes, y sont dissymétriques, une femme « supérieure » se mariera exceptionnellement avec un homme « inférieur » alors que l’inverse est ordinaire. Un examen plus microscopique des Imetdan des Seksaoua montre que dans cette taqbilt trois lignages seulement participent au rite de l’entravé 21, sacrifice cardinal qui fonde la prééminence de ces parentèles sur les autres, les officiants étant choisis toujours dans les deux mêmes lignages et tirés au sort pour assurer symboliquement leur égalité au-dessus du commun.

d. Segmentarité stratifiée

  • 22 Georges Gurvitch, Traité de sociologie, P.U.F., Paris, 1958, t. 1 pp. 190-193.

23Les corps politiques segmentaires ne sont donc pas indéfiniment sécables, ni indéfiniment fédérables. L’accentuation segmentaire se tient dans la zone moyenne où la taqbilt un temps a formé ou forme un système suprafonctionnel 22. Faut-il y chercher la retombée d’un comportement politique hérité de la tentative historique de dépassement de l’agnatisme ? Le résultat en somme d’un effort idéologique ?

24Mais là même où l’accentuation est segmentaire, dans le jeu politique par exemple, la pesanteur des strates n’est pas absente. Catégories d’origine, de parenté, d’âge, de sexe, voire d’activités (pasteurs, irrigateurs, artisans, clercs...) fondent secrètement, mais parfois avec autant de virulence, l’affrontement social que les segments formellement présents sur la scène politique. Tout se passe comme si la segmentarité dissipait, divisait, assurait la redistribution des forces, des enjeux, du surplus, du pouvoir donc, dans des sections sociales plus réduites, dans lesquelles ceux-ci seraient mieux dominables.

25Ce qui limite en somme l’extension de la segmentarité vers le plus petit et vers le plus grand, c’est la stratification.

II. RÉALITE ET LIMITES DE LA FORMATION DES CLASSES AU MAROC

  • 23 Il s’agit pour l’essentiel de documents politiques non savants. On peut cependant citer Aziz Blal ( (...)
  • 24 Surtout la brochure de Mao Tsé Tung, Enquête à la campagne et comment déterminer l’appartenance de (...)

26L’école marxiste n’a pas encore créé d’œuvres suffisamment épaisses sur l’analyse des classes sociales au Maroc. Les rares exposés faits sur la question ne sont que de pâles extensions de descriptions pêchées ailleurs 23 en Europe surtout mais aussi en Orient, voire en Chine 24. Une véritable étude sur les classes sociales dans les campagnes marocaines reste à faire. Cette observation est significative et aurait quelques difficultés majeures à donner une image de la stratification sociale au Maroc. Le discours de nombreuses formations politiques dénie toute réalité à la division en classes. À l’exclusion des marxistes affichés, les partis de gauche ne voient au Maroc que l’opposition d’une infime minorité privilégiée à des « masses populaires » où se mêleraient indistinctement ouvriers, paysans, artisans, petits commerçants, voire même les intellectuels et les chômeurs.

27Sans que cela soit réellement déclaré, il est sous-entendu dans les explications orales que le système familial intègre les différences au sein de cette grande masse : la stratification serait trop récente, la mobilité sociale encore trop forte, pour que les classes soient faites.

28La classification sociale à la campagne est pourtant un phénomène ancien, durable, répétitif. La tenure serve, la corvée, le khamessa, le rebba’a, le discrédit et la quasi-impureté des travaux du fer, du feu et de la terre cuite, sont des phénomènes séculaires. Si les correspondances chérifiennes sont peu prolixes dans ces domaines ne distinguant que les « éminents » et les « gens du commun », la littérature savante (nawazil, manaqib), les chroniques (kunnas, jarida) et surtout les correspondances privées, y font largement allusion. Sur les terres mêmes réputées tribales – dites collectives depuis 1919 – les distinctions sociales n’ont jamais manqué d’être radicales entre les autochtones ayants-droits collectifs du fond et usufruitiers individuels d’une part et les allogènes, fugitifs, réfugiés, soumis ou associés d’autre part. Les amhars, amzaid, khammas, mougharis n’ont jamais pu accéder à la propriété des terres, des eaux, des arbres et par suite sont peu à peu devenus de quasi-serfs cultivateurs ou bergers.

29Il ne s’agit pas ici d’entreprendre une étude détaillée du phénomène de stratification qui a pris tant de formes variées selon les régions : les snagit des Zayans Imahzan sont à distinguer des harratin de l’oued Dra, des ahardan (snaga), des khammés corvéables des grandes plaines. Là où le capitalisme agraire s’est fortement implanté au stade de la production de grande ferme, le salariat permanent s’est largement étendu durant toute la période coloniale et déborde aujourd’hui dans un salariat occasionnel masculin et féminin avec de fortes réserves de main d’œuvre en chômage.

30En tous cas il est possible, sans difficultés particulières, de dresser des états descriptifs des catégories sociales existant à la campagne, au moins régionalement, même si des correspondances entre régions et au niveau national sont plus malaisées. L’analyse peut donc délimiter les classes en soi, réunir les catégories sociales en groupes d’intérêts et de compétition. Partout on trouvera au moins trois ensembles qui s’accentuent : les paysans sans terre, les propriétaires résidents, les propriétaires absentéistes. On peut aller plus loin et observer de vives distinctions de comportement social entre des manœuvriers (kheddàma, khammàssa, Rebbà’a) des tenanciers exploitants (choraka), des propriétaires (mellàk), des bénéficiaires de la Réforme agraire (mwalin iblàn, shàb tuzià). On peut encore partager les propriétaires selon la taille de leurs superficies moyennant quelques nuances selon que l’on se trouve en zone irriguée ou sèche, en montagne ou en plaine, en grande culture ou en maraîchage. Ces dernières distinctions plus délicates en classes statistiques peuvent avoir souvent peu de réalité sociologique.

31Mais ces observations et descriptions savantes ne repéreront que très rarement des classes sociales réelles ayant conscience d’elles-mêmes, sauf peut-être deux catégories bien déterminées : les grands propriétaires capitalistes et les ouvriers permanents de ces mêmes exploitants.

32Les grands propriétaires capitalistes – on dit aussi « modernes » – qui ont succédé aux colons étrangers, constituent indiscutablement une classe faite ayant conscience d’elle-même, disposant d’organisations représentatives (UMA, ASPAM...), de moyens spécifiques de pression et actionnant des organes politiques.

33Les ouvriers permanents sont regroupés dans une organisation syndicale (UMT, Fédération de l’agriculture), leurs leaders ont même tenté un temps de regrouper les travailleurs occasionnels, les tenanciers et les petits propriétaires, dans une organisation syndicale para-politique, l’USA (Union socialiste agricole) préfigurant une sorte de parti agrarien, mais cette tentative (1959-1961) a avorté rapidement. L’explosion démographique du pays, alors que l’industrialisation piétine, jette chaque année sur le marché de l’emploi une masse telle de jeunes chômeurs que le salariat permanent recule au profit du salariat occasionnel, saisonnier, aléatoire. La régression de l’organisation syndicale agricole est manifeste, même si l’on peut penser que ce recul est provisoire.

b. La difficulté de la prise de conscience des classes sociales

34La concentration des moyens de production (terre, eau, capital...) entre un petit nombre de mains face à une masse de plus en plus grande de paysans dépourvus de ces mêmes moyens, doit déboucher sur une aggravation des luttes sociales et la constitution de classes de plus en plus nettes.

35Tout analyste objectif est contraint de constater un retard particulièrement significatif entre l’intérêt pour les acteurs sociaux de se coaliser et la prise de conscience par ceux-ci de l’intérêt de cette coalition. Hors quelques luttes syndicales ponctuelles qui n’ont intéressé que quelques grands domaines pour la plupart entre les mains de l’État, les seuls affrontements sociaux à la campagne (oulad Khalifa, Settat, Tassoulant) ont été le fait de groupes tribaux ou de voisinage spontanés, toutes catégories mêlées.

36L’incapacité des organisations politiques et syndicales à mobiliser les paysans sans terres, les tenanciers ou les petits propriétaires, l’incapacité d’intervenir aussi dans les mouvements spontanés de revendication, montrent bien que le problème est plus fondamental qu’on ne le croit et qu’on ne le dit. Une théorisation du procès de prise de conscience reste à faire.

37On doit admettre qu’aujourd’hui les solidarités verticales sont plus fortes que les solidarités de catégories. On n’a encore jamais vu les khammés se coaliser, pas plus que les rebba’a, ni les tenanciers ni les fermiers faire grève. Les réseaux de clientèle, de parenté, les solidarités villageoises, coutumières, cantonales sont plus fortes que la conscience d’appartenir à une catégorie d’intérêt. Il y a plus à gagner dans la négociation individuelle. La fidélité, l’allégeance, le jeu des relations lignagères et usuelles rapportent plus que le boycott, la grève, la négociation collective. On ne voit guère, même dans les régions réduites et circonscrites, par exemple à une monoculture, des actions de refus d’emplois négociés à un salaire minimum.

38Deux caractères principaux de la situation des campagnes peuvent donner un début d’explication, mais à mon avis une explication un peu mécaniste : la faible dimension et la dispersion des exploitations et le réservoir considérable de chômeurs.

  • 25 La superficie moyenne des exploitations agricoles était de 4,9 ha en 1974. Recensement Agricole, Se (...)
  • 26 Dans une étude récente non encore publiée par Mohamed Oubahli sur les relations du système parental (...)
  • 27 C’est la règle dans les latifundia des anciens caïds.

39La faible dimension des exploitations 25 met face au propriétaire un petit nombre d’ouvriers ou de tenanciers. On comprend que l’employeur les connaissant bien, établisse avec eux des relations personnelles et par la suite utilise à plein les moyens de la solidarité parentale, l’imprégnation religieuse 26 ou la liaison féodale 27. La rémunération en nature, aléatoire, mal mesurée, négociable, mobilise davantage le pathos et les relations subjectives que le bargaining capitaliste. La fidélité, la soumission sont de meilleurs moyens de durer et de placer ses enfants et collatéraux, que la guerre ouverte.

40L’océan de la disponibilité en main d’œuvre donne évidemment de l’aisance aux propriétaires. Mais cela n’est pas vrai partout, ni toute l’année. Durant les récoltes, sur les places d’embauche (muqaf), des ententes instantanées et localisées permettent de faire monter les prix. Germination d’un syndicalisme agraire ? Il serait hasardeux de le dire déjà, tant cela est lié à la présence physique, à la vigilance sociale collective plus qu’à l’adhésion profonde et personnelle d’un devoir de classe.

41Sur la place d’embauche, ceux qui demandent du travail se surveillent, ils ne pourraient rompre les accords passés le matin même. Mais ces sortes de solidarités ne survivent guère à la dispersion lors de l’accès aux lieux de travail. Il faudrait pour cela qu’une crédibilité plus profonde existât, de la fidélité des frères de classes et des résultats du refus de salaires plus bas. En outre ceux qui offrent du travail peuvent de plus en plus faire appel aux femmes et aux jeunes, voire aux enfants, à peine moins productifs, mais bien moins payés.

c. La stratification segmentée

42L’héritage segmentaire dans la formation sociale marocaine freine considérablement la conscience de classe. L’appartenance à un lignage, à une parentèle, à un village, à une ethnie mais aussi à un réseau d’allégeance caïdal ou confrérique – mais encore à une entreprise, à un parti politique – contredit au sein de chaque individu la logique d’une solidarité catégorielle et l’intérêt des coalitions de classes. Les personnes, les groupes n’aiment pas avoir à choisir en toute lucidité entre ces deux dimensions de la structure sociale. En fait, les classes en train de se faire sont segmentées. Lorsque l’emporte l’avantage de la coalition d’une strate, elle est sans cesse soumise à la division en segments plus qu’à la division en sous-strates.

43Le démon des solidarités de classe n’est pas actuellement la compétition catégorielle mais l’appartenance lignagère, ethnique, régionale, sectorielle ; la source principale de ce phénomène nous paraît être la faible dimension des entreprises, leur dispersion, autant que l’héritage historique.

III. CARACTÈRE COMPOSÉ DES STRUCTURES SOCIALES AU MAROC

44En présentant la formation sociale marocaine comme la composition d’une segmentarité stratifiée et d’une stratification segmentée, je ne vise pas un dépassement éclectique, associant dos à dos les thèses en présence.

45En réalité il n’y a pas de vraie dissymétrie, car l’histoire va du lignager au nationalitaire, c’est-à-dire que le mouvement le plus certain, responsable de la refonte du système marocain, c’est l’élargissement des univers socio-économiques. Les segments mènent un combat dépassé, les classes sociales élaborent un champ de bataille à venir. Selon les différentes instances de la réalité sociale, telle solidarité l’emporte sur telle autre. Cela revient à dire qu’une description générale et univoque serait excessivement réductrice.

46Mais si l’on veut schématiser les structures sociales au Maroc, on peut faire l’image suivante :

47La société marocaine est d’abord divisée, dans son corps moyen, en segments, supportant une sous-segmentation modérée (ethnie, région, villes, fraction, village, lignages, secteurs économiques, ateliers...). Représentons ces segments par des colonnes verticales qui visualisent des solidarités verticales.

48Mais ces colonnes sont divisées par des lignes, qui ne les franchissent pas. Ces lignes fragmentent les segments en catégories hiérarchiques (dominants / dominés, propriétaires / sans terre, hommes / femmes, âgés / jeunes) et visualisent des solidarités catégorielles horizontales à l’intérieur du segment, c’est-à-dire sans pouvoir se coaliser à travers les segments.

49La société marocaine est aussi divisée en catégories socio-économiques confinant à la formation de classes (patrons de l’industrie, grands propriétaires terriens modernes, grandes familles citadines de l’entreprise et du commerce, artisans, commerçants, tenanciers, ouvriers...). Représentons ces classes par des cases horizontales qui visualisent des solidarités latérales.

50Mais ces cases sont divisées par des lignes qui ne les franchissent pas. Ces lignes fragmentent les classes en catégories segmentaires (régions, ethnies, entreprises, familles ...) et visualisent des solidarités de voisinage ou biologiques à l’intérieur de la classe sans pouvoir se coaliser à travers la classe.

51Le modèle I appartient plutôt aux codes de production précapitalistes (lignager, tribal, caïdal) ; le modèle II appartient plutôt au mode de production capitaliste. Mais il s’agit ici de la zone moyenne de la société. Celle-ci est coiffée par un système d’État hiérarchique dominant, qui repose sur une base presque totalement lignagère (figure III).

52Si la zone moyenne vibre alternativement entre la segmentarité et la stratification, selon les cas, les moments, les régions, les instances concernées, l’Histoire se fait cependant dans le sens d’une stratification accrue et l’évacuation du segmentaire vers l’infra-lignager (ménages) et sur les limites de l’espace national. L’accentuation du nationalisme, de l’arabisme, de l’africanité, d’ensembles socio-économiques plus larges encore, peut être comprise comme une amplification du segmentaire au niveau planétaire.

IRRÉVERSIBILITE OU INCERTITUDE EN HISTOIRE ?

53La vibration entre segmentarité et stratification, entre « démocratie » et hiérarchie, est-elle permanente, quelconque, totalement réversible ?

54Les schémas linéaires de l’Histoire, avec les idées de progrès indéfini, des techniques, de domination de la nature par l’homme et de sa libération de ses semblables, accréditent un temps social long au cours duquel le tribalisme gentilice passerait à la société de classes, elle-même travaillée par les contradictions majeures de celles-ci.

55Au Maroc, si on peut montrer la disparition probablement irréversible de certains rapports sociaux forts anciens (esclavage, corvée...), si on peut se demander encore si la domination du mode de production capitaliste est en passe de devenir hégémonique, on ne peut pas parler de liquidation de l’ordre segmentaire. Celui-ci reste latent et ressurgit parfois violemment sur le devant de la scène au moment où on l’attend le moins – l’épreuve électorale est un test remarquable de ce point de vue.

  • 28 Cette idée doit beaucoup à des discussions menées avec Abdallah Hammoudi.

56Mais si cette réversibilité de l’Histoire (segmentaire/stratifiée), n’est pas quelconque et événementielle, sa dynamique reste bien énigmatique et doit être élaborée 28. Sous l’empire de quels facteurs a-t-on vu dans l’Histoire de ce pays, le tribalisme l’emporter sur les rapports de classes et inversement ? Selon les instances socio-économiques de la formation sociale (technologie, rapports sociaux, rapports juridiques, rapports politiques, idéologie...), quelles circonstances avantagent la compétition des segments, ou au contraire la compétition des classes ?

57On a vu souvent dans tous les pays, les dangers extérieurs et la solidarité face à ceux-ci – le patriotisme en somme – occulter les luttes de classes ; puis celles-ci reprendre rapidement le dessus, la paix revenue. La démographie et la densité de l’occupation de l’espace, à un niveau technique constant, paraît bien être un facteur d’importance, mais dans quel sens ? La technologie semble aussi détenir un fort pouvoir d’influence, mais on a vu une mécanisation rudimentaire aider à la prolétarisation et une motorisation plus achevée faire reculer cette même prolétarisation. L’idéologie !, comment ne pas admettre qu’elle peut aider au renversement formel d’une structure au profit d’une autre ? Mais on a vu parfois qu’elle est impuissante à empêcher parfois la résurgence du système condamné.

58Ces interrogations n’appellent ici que des recherches plus approfondies.

Haut de page

Notes

1 Ernest Gellner, Saints of the Atlas, London, Weindefeld, 1969. David Montgomery Hart, « Segmentary systems and role of “five fifths” in the rural Morocco », Revue de l’Occident Musulman et de la Méditerranée, Aix-en-Provence, n° 3, 1er sem. 1967.

2 John Waterbury, The commander of the faithfull, The Moroccan Elite. A Study of segmented Politics, Weindenfeld, London 1970. Trad. franç. Le Commandeur des Croyants, la monarchie marocaine et son élite, P. U .F., Paris, 1975.

3 Sur 566 références de travaux d’anthropologie régionale au Maroc antérieurs à 1965, André Adam donne à l’index de sa Bibliographie (CNRS, Alger, 1972) 354 titres (62,5 %) concernant la montagne, 133 titres (23,5 %) concernant la zone présaharienne et saharienne et 79 titres (14 %) seulement concernant les plaines.

4

5 L’expression est de Jacques Berque à propos des Seksawa dans les Structures sociales du Haut-Atlas, P.U.F., Paris, 1955.

6 Robert Montagne, Les Berbères et le Makhzen dans le Sud du Maroc, Alcan, Paris, 1930.

7 op. cit.

8 Remy Leveau, Le Fellah marocain, défenseur du trône, Ed. Fon. Nale Sc. Po., Paris, 1976.

9 Mehdi Ben Barka, Option révolutionnaire au Maroc, Maspéro, Paris, 1966.

10 Abdelaziz Blal, L’Investissement au Maroc, Mouton, Paris, 1968.

11 Abdelkader Zghal, « L’Élite administrative et la paysannerie en Tunisie », Annuaire AFN 1968, Paris, 1969.

12 Abdelkbir Khatibi, « Note descriptive sur les élites administratives et économiques marocaines », Annuaire AFN 1968, Paris, 1969.

13 Abdallah Laroui, L’Idéologie arabe contemporaine, Maspéro, Paris, 1967. À l’heure où cet article est renvoyé, je n’ai pas encore pu étudier son dernier ouvrage Les Origines sociales et culturelles du nationalisme marocain, 1830-1912, Maspéro, textes à l’appui, Paris, 1977 et par suite ne peux en tenir compte ici.

14 On pourrait parler de collectivité pour traduire qbila, taqbilt fakhda, farqa, etc… mais même si le mot tribu appartient par trop au vocabulaire colonial et s’il y a risque de confondre avec les clans totémiques au Sud du Sahara, il est d’un usage trop général dans toutes les langues occidentales pour ne pas être conservé.

15 Abdallah Hammoudi, « Segmentarité, stratification sociale, pouvoir politique et sainteté, Réflexions sur les thèses de Gellner », in Hespéris-Tamuda. vol. XV. fasc. unique, Rabat, 1974, pp. 147 à 180.

16 Evans-Pridtchard, Les Nuer, Clarendon Press, Oxford, 1937, trad. fr. Louis Evrard, Gallimard, Paris, 1968.

17 On pourrait mener cette critique sur deux registres, l’empirique et le logique. Des faits empiriques peuvent être aisément amassés pour mettre en question les thèses de Gellner : c’est ce qu’a fait Hammoudi (op. cité). La construction praxéologique, elle, repose sur un système de sous-entendus assez détachés du réel, elle transporte très peu d’énoncés « falsifiables ». C’est sa logique interne seulement qui peut être atteinte, par un raisonnement qui introduit d’abord une insécurité dans notre esprit en développant le caractère absurde du modèle poussé à ses limites ; puis en calmant cette insécurité par un autre modèle provisoirement plus satisfaisant.

18 On ne peut ignorer l’existence d’États tribaux dans le Sud-Ouest du Maroc, là où les agadirs étaient plus que des forteresses-refuges, où elles alimentaient un trésor public et des œuvres collectives (médersa, réseau d’irrigation).

19 Djinn Jacques-Meunié, « Hiérarchie sociale au Maroc présarien », Hespéris, XLV, 1958.

20 Paul Pascon, « Type d’habitat et problèmes d’aménagement du territoire au Maroc », Revue du Maroc, n° 13, 1968, pp. 85-101.

21 Jacques Berque, op. cité, p. 251 et n° 2 et Paul Pascon « Les Seksawa vingt ans après », article à paraître in réédition des Structures Sociales du Haut Atlas de Jacques Berque.

22 Georges Gurvitch, Traité de sociologie, P.U.F., Paris, 1958, t. 1 pp. 190-193.

23 Il s’agit pour l’essentiel de documents politiques non savants. On peut cependant citer Aziz Blal (op.cit.), Hadi Messouak, Les Classes sociales au Maroc, Confluent, 1961 et Paul Pascon, « Du msali au tajer, essai de stratification sociale à la campagne », in Jamahir, 15 Octobre 1961.

24 Surtout la brochure de Mao Tsé Tung, Enquête à la campagne et comment déterminer l’appartenance de classe à la campagne, in Œuvres choisies, Ed. sociales, Paris, 1955, t. I (1926-1937), pp. 162-l65.

25 La superficie moyenne des exploitations agricoles était de 4,9 ha en 1974. Recensement Agricole, Secrétariat d’État au Plan, novembre 1976.

26 Dans une étude récente non encore publiée par Mohamed Oubahli sur les relations du système parental et du système du travail, il a pu être montré qu’un grand propriétaire moderne de la côte atlantique du Maroc n’engageait que des tenanciers qui rendaient un culte au sanctuaire de son ancêtre, ses ouailles en quelque sorte.

27 C’est la règle dans les latifundia des anciens caïds.

28 Cette idée doit beaucoup à des discussions menées avec Abdallah Hammoudi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul Pascon, « Segmentation et stratification dans la société rurale marocaine », SociologieS [En ligne], Découvertes / Redécouvertes, Paul Pascon, mis en ligne le 20 février 2013, consulté le 01 décembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4326

Haut de page

Auteur

Paul Pascon

(1923-1985)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page