Navigation – Plan du site
Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels

Ceux qui travaillent le dire. Subtilités et ambiguïtés d’une problématisation sociologique de la liberté et des capacités

Discussion de l’ouvrage de Bénédicte Zimmermann, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, Paris, Éditions Economica, 2011
Charles Gadea

Notes de la rédaction

Le grand résumé de l’ouvrage Ce que travailler veut dire par son auteure est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4391 et la discussion par Jean De Munck à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4393

Texte intégral

1La réflexion proposée par Bénédicte Zimmermann ne manque ni de pertinence ni de richesse argumentative. Le texte fourmille d’idées judicieuses et apporte un éclairage intéressant aux débats de l’actualité concernant non seulement la question de la flexibilité, mais au-delà d’elle, celle de la liberté au travail, notion que les sociologues auraient délaissée au profit de celle d’autonomie et que l’auteure entend revisiter en l’articulant à celle de capacité.

2Pris dans son ensemble, le propos semble parfaitement cohérent, bien calé dans la double articulation qui le structure : deux hypothèses centrales, soutenant une « double ambition », empirique en premier lieu (voir dans l’entreprise de quelle façon le travail peut contribuer à la sécurité ou à l’insécurité du lendemain), théorique ensuite (contribuer à la conceptualisation sociologique des notions de parcours et de capacité). Ce n’est donc pas au sujet du bien-fondé de la démarche que le doute peut s’insinuer, mais au sujet de l’accomplissement du programme annoncé. Les résultats empiriques sont-ils probants ? La construction théorique s’avère-t-elle claire et solide ? Comme bien souvent, on s’aperçoit, à regarder de plus près, que le diable est dans les détails.

3On peut le constater dès la formulation de l’argumentaire initial. L’auteure invite à déplacer le regard, à quitter la sphère des politiques publiques de « sécurisation des parcours professionnels » pour se tourner vers l’entreprise, instance où se joue la question décisive : les salariés disposent-ils des moyens d’agir sur leur parcours de manière à exercer la responsabilité individuelle en matière d’employabilité que leur confère la loi ?

4Bonne question, assurément. Il serait regrettable que la focalisation du débat sur la « flexibilité » de l’emploi fasse oublier que c’est dans la situation de travail que se construisent les ressources professionnelles des salariés. Toutefois, il faut veiller à ce que le déplacement n’aille pas trop loin. Il n’est pas inutile de se souvenir d’un autre retournement, qui invitait, selon Pierre Tripier, à « considérer que le chemin fait, l’itinéraire parcouru avaient une valeur explicative concurrente de celle de la situation de travail » (Tripier, 1992, p. 7). Il y a d’emblée une contradiction ou du moins une ambiguïté à vouloir chercher uniquement dans l’entreprise l’origine des ressources dont peuvent disposer les salariés pour conduire leurs parcours professionnels. Les cheminements individuels, les épisodes d’une biographie incluant les expériences scolaires, les liens familiaux et les multiples formes de relation à autrui au cours desquelles se construisent les attentes, les formes envisagées d’avenir, les « prétentions » des individus, sont aussi importants pour expliquer le sens donné à la situation de travail que cette dernière peut l’être pour rendre compte de leur capacité à construire leur parcours. Il n’y a pas de raison de penser que la sécurité ou l’insécurité du lendemain, surtout si on les situe sur le long terme, à l’échelle d’un parcours professionnel déroulé jusqu’à son achèvement, dépendent uniquement, ou même principalement, de la situation de travail.

5On sait que beaucoup se joue en amont de l’insertion professionnelle, dans le parcours scolaire, lui-même fortement dépendant de l’origine sociale, comme le rappellent les travaux récents de Camille Peugny (2013). L’emploi occupé est un produit de ce parcours antérieur et les capacités qu’il permet (ou empêche) de construire ne sont en grande partie que des virtualités dont l’actualisation dépend d’autres facteurs extérieurs. Les inégalités de genre en matière de carrières en sont un bon exemple : lorsqu’on constate que la rapidité des carrières masculines est proportionnelle chez les ingénieurs au nombre d’enfants, alors que pour les femmes, le couple et la maternité agissent plutôt comme des freins (Gadea & Marry, 2000), on comprend bien que « ce qui se passe dans le travail » dépend d’autre chose que des caractéristiques de la situation de travail. La division sexuelle du travail et les assignations de genre au sein du couple et de la famille restent une dimension fondamentale des parcours professionnels. On pourrait ajouter toutes les inégalités liées à la formation continue, dont on sait qu’elle est d’autant plus qualifiante qu’elle se fait hors de l’entreprise, dans le cadre de formations longues et diplômantes, dont l’archétype est le cours du soir au Cnam, entrepris à l’initiative individuelle, parfois sans même en informer son entreprise. De manière générale, les parcours de « formation promotionnelle », permettant de changer de catégorie sociale, sont devenus de plus en plus rares et les formations en entreprise, pratiquement devenues obligatoires, ont peu d’effets visibles en matière de salaire ou de promotion (Correia & Berton, 2004). Il ne s’agit pas de minimiser l’importance de ce qui se joue sur le lieu de travail, mais simplement de souligner les limites d’une approche qui se centre exclusivement sur celui-ci.

6Au demeurant, la référence à la seule entreprise est elle-même réductrice par rapport aux situations de travail des salariés : 1,8 million de salariés travaillent dans une association, un peu plus dans la fonction publique territoriale, 1,13 million dans la fonction publique hospitalière, 2,5 millions dans la fonction publique d’État, 800 000 dans les entreprises publiques. Près d’un salarié sur trois ne travaille pas dans une entreprise privée. Mais admettons que ce sont des variations à l’intérieur de la notion de situation de travail et que cela ne met pas en cause la réflexion qui est au cœur de l’ouvrage et qu’expriment les deux hypothèses de départ : d’abord que l’égalité de principe postulée par les politiques de flexibilité ne fait que masquer et renforcer les inégalités de fait existant dans l’accès aux ressources susceptibles de sécuriser les parcours et, deuxièmement, que l’on ne peut dissocier l’exercice individuel de la responsabilité (de son parcours) de l’environnement dans lequel cette responsabilité est exercée. La première de ces hypothèses étonne un peu, car elle paraît étrangement triviale, ce n’est pas d’aujourd’hui qu’on sait que l’égalité formelle des droits sert de paravent aux inégalités de fait. Alexis de Tocqueville avait écrit un beau chapitre à ce sujet dans La Démocratie en Amérique et bien d’autres l’ont suivi. Peut-être faut-il comprendre que ce n’est pas exactement une hypothèse, un énoncé dont il s’agit de vérifier empiriquement l’adéquation au réel observable, mais une proposition de départ, un raisonnement tenu pour vrai qui sert à fonder la suite de la réflexion. La deuxième hypothèse, tout aussi triviale au premier abord, semble répondre à une démarche analogue : elle est moins là pour être vérifiée ou falsifiée que pour amorcer une intéressante discussion théorique autour des idées de John Dewey.

7Pourtant, Bénédicte Zimmermann dit bien qu’elle accorde « le primat à l’épreuve empirique » ; s’agit-il donc, malgré tout, de mettre les hypothèses à l’épreuve ? Pas vraiment, il s’agit plutôt de confronter « les prescriptions réformatrices sur la formation tout au long de la vie et le salarié acteur de son développement professionnel aux pratiques effectives », en somme de confronter le discours des politiques publiques au réel des entreprises. L’objectif déclaré est finalement de comprendre pourquoi certaines entreprises sont plus favorables que d’autres au développement professionnel des salariés. On s’attend donc à la présentation de résultats permettant d’identifier les processus et conditions qui facilitent ou, au contraire, entravent l’acquisition par les salariés des outils de maîtrise de leur destin. Malheureusement, on ne trouve guère de données permettant de répondre à cette question. L’évocation du premier terrain, portant sur un groupement d’employeurs – situation à première vue bien choisie pour l’observation de logiques de sécurisation de parcours – s’arrête à une question : « qu’en est-il dans les faits, dans l’expérience au quotidien des salariés et des entreprises d’un groupement ? ». Qu’en est-il, en effet ? Dommage qu’on n’ait aucune réponse. Le deuxième terrain auprès de huit entreprises de la chimie et de la métallurgie n’apporte pas davantage d’information sur les matériaux empiriques. Tout ce qu’on apprend, c’est que « partant des résultats empiriques, cette partie débouche ensuite sur un essai plus général qui propose une définition du développement professionnel sous l’angle des capacités ». Un peu plus loin, à propos de la deuxième partie, il est question d’un site d’assemblage de poids lourds où les ouvriers bénéficient de conditions apparemment exemplaires de formation et de mobilité professionnelle, où « les maux du travail sont moins accentués qu’ailleurs », mais de nouveau, avant qu’on apprenne quoi que ce soit de concret, le texte a filé vers la discussion théorique.

8On se trouve donc devant des hypothèses trop triviales pour avoir une valeur opératoire et devant un « essai plus général » censé se fonder sur des résultats qui restent invisibles. Le texte a beau parler de « définition de concepts opérationalisables », ou d’« appuis complémentaires » de la théorie et du terrain, la référence au terrain semble ne constituer qu’un prétexte, une justification, parfois une illustration, pour développer le vrai propos de l’ouvrage : la construction d’un tryptique visant à articuler le pragmatisme critique de John Dewey avec une discussion théorique autour de la notion de parcours et avec la conceptualisation des capacités d’Amartya Sen. Sur ce plan, le texte de Bénédicte Zimmermann s’avère plus convaincant. Il met bien en évidence l’existence de quelque chose de plus qu’une compatibilité, une véritable complémentarité entre ces approches, qui entrent toutes en résonance avec la problématique de la sécurisation des parcours et constituent certainement un cadre théorique très éclairant.

9Mais là aussi, une lecture attentive fait s’étonner de certaines formulations. N’est-il pas bien rapide et imprudent de prétendre que le parcours « n’a pas été jusque-là conceptualisé comme catégorie d’analyse sociologique » ? Il faut se souvenir de l’article de Jean-Claude Passeron cité dans la bibliographie :

« Les théories – et, partant, les méthodologies – qui visent à rendre compte de l’intelligibilité des ordres biographiques en les mettant en rapport avec les structures synchroniques ou diachroniques situées en amont ou en aval des devenirs individuels, sont aujourd’hui fort nombreuses, ainsi qu’en témoigne la diversité des mots clés que l’on voit circuler, avec des acceptions point toujours semblables d’un auteur à l’autre, dans les travaux sociologiques : "âges de la vie", "cursus" ou "cycle de vie" en appellent-ils au même type de périodisation ? "Cheminement", "parcours", "trajet", "tactique" ou "stratégie" posent-ils les mêmes questions à des données biographiques ? "Biographie", "itinéraire", "carrière", "trajectoire" ont-ils le même statut théorique et conduisent-ils aux mêmes tâches de description et d’analyse ? » (Passeron, 1991, p. 197).

10Ce que dit Jean-Claude Passeron, c’est que les termes de cet espace sémantique ne sont pas bien fixés et que des auteurs différents peuvent utiliser le même terme dans des sens divergents, ou encore que l’usage d’un terme ne permet pas de juger de la perspective théorique dans laquelle il est employé. Lui-même emploie cinq fois dans ce texte le mot « parcours » dans des contextes théoriques différents, mais il s’emploie à identifier des modèles d’intelligibilité qui correspondent à des démarches sociologiques ou à des postures épistémologiques plus qu’à des appellations. Parmi ces modèles, celui de la carrière est conçu comme

« une description à la fois interprétative et explicative, [du] sens indissociablement subjectif et objectif que prend après coup comme carrière (pour le sociologue mais aussi sous le regard rétroactif du sujet) une succession d’actions, réactives, défensives, tactiques, anticipatrices, etc., que celui-ci a choisies en son nom personnel pour gérer ses rapports avec le pouvoir contraignant d’un appareil qui lui a imposé la gradation prédéterminée des sanctions ou des récompenses correspondant à ses réponses (ou à ses abstentions) choisies » (Passeron, 1991, p. 204).

11À quelques subtilités près, on n’est pas loin de la manière dont Bénédicte Zimmermann définit la notion de parcours qui « englobe aussi la production de sens, de mise en cohérence et de justification qui scelle l’appropriation personnelle d’un parcours et sa mise en forme pour soi-même et pour autrui » et qui « fait place à la réflexivité, au regard des personnes sur elles-mêmes et à la possibilité de prise de ces dernières sur leur devenir ». En somme on peut se demander si elle ne procède pas à un changement d’étiquette d’un modèle d’intelligibilité très proche dans son principe de celui de carrière, autant qu’à l’élaboration d’une conceptualisation de la notion de parcours supposée ne pas exister jusqu’à présent.

12Cela n’enlève rien à la validité et la fécondité de sa démarche, qui semble particulièrement bien ajustée à l’étude de la « sécurisation » des parcours professionnels. S’il y avait lieu de lui faire un reproche théorique, ce serait plutôt de ne pas avoir formalisé (au moins dans ce qui apparaît dans ce résumé) la notion de turning point. Il y a bien une référence à la « bifurcation », mais les travaux très fouillés tels que celui d’Andrew Abbott (2010) ne sont pas pris en compte, alors qu’ils seraient certainement très utiles pour analyser les inflexions du parcours.

13Une autre lacune, ou du moins une insuffisance, est à signaler, cette fois sur le plan du champ d’observation : les conditions de travail des salariés ne semblent tenir qu’une place très secondaire dans l’économie de l’ouvrage, alors qu’elles constituent un élément central et, littéralement, vital des parcours. Ce n’est pas juste une capacité qui s’ajoute à la capacité de se former, c’est une dimension qui engage la santé ou même la vie du travailleur et qui conditionne à ce titre toutes les autres capacités. D’une certaine manière, les autres capacités évoquées par Bénédicte Zimmermann sont englobées dans les conditions de travail, puisque l’impossibilité de faire un travail de qualité, l’empiètement excessif de la vie professionnelle sur la vie privée et la difficulté à s’exprimer ou se faire entendre font partie des indicateurs de risques psycho-sociaux (Coutrot & Mermillot, 2010).

14On pourrait également trouver matière à discussion à propos de l’autonomie des salariés, même si le débat ne porte que sur un point mineur. Il est vrai que la sociologie du travail a délaissé la notion de liberté, tenue pour périmée quand le travail est enchaîné – et ce présupposé est un de ceux qui ont conduit des auteurs comme Michel Crozier ou Alain Touraine à fonder d’autres domaines scientifiques, la sociologie des organisations et la sociologie de l’action, où elle reprend toute sa place. Peut-être a-t-elle retrouvé une actualité avec la théorisation de la régulation de Jean-Daniel Reynaud. En tous cas, il semble simpliste de fonder la distinction entre autonomie et liberté uniquement sur le fait que la liberté inclurait le choix de la finalité de l’action, alors que l’autonomie ne concernerait que le choix des moyens. C’est négliger une dimension du travail aussi décisive que celle du salariat, la dimension professionnelle, celle du métier, qui est justement choisi en tant qu’objectif, que finalité de l’activité. Pour beaucoup de salariés, aussi bien chez les ouvriers que les professions intermédiaires ou les cadres, le choix des moyens importe moins que la définition de l’activité donnée par le métier de soignant, d’enseignant, de travailleur social, de conducteur de train, etc. et les arbitrages relatifs au parcours peuvent conduire à accepter des sacrifices pour la sauvegarder. Dans ce cas, faut-il parler pour eux de liberté sans autonomie ? De manière plus générale, ne serait-il pas opportun de prendre plus fortement en compte la relation des salariés à leur métier et pas seulement la relation à leur travail ou leur entreprise ?

15Pour bien préciser l’esprit dans lequel sont faits les commentaires de cette réponse à Bénédicte Zimmermann, il faut peut-être évoquer la conception que se faisait Ludwig Wittgenstein du langage : pour savoir ce que veut dire telle ou telle expression, il faut étudier les usages que nous en faisons, il faut observer de quelle manière est travaillée la façon de dire. C’est à ce titre que je me suis permis de discuter certaines façons d’employer des termes tels qu’hypothèse, épreuve, parcours/carrière, etc. qui sont susceptibles d’autres usages, ou suggèrent habituellement d’autres attentes de sens dans l’esprit des lecteurs. Bénédicte Zimmermann a écrit un texte dense, soigné et stimulant, avec beaucoup d’adéquation au réel du travail contemporain et dont je ne dirai pas qu’il semble parfois jouer sur les mots, mais qu’il se livre à des jeux de langage, ce qui chez Ludwig Wittgenstein n’a rien de péjoratif. Du reste, ma lecture résulte peut-être d’incompréhensions dues seulement à l’exercice du résumé, qui impose par définition de ne pas tout expliciter. J’invite donc chacun, comme je compte le faire moi-même (la règle du grand résumé est qu’on ne traite que du résumé), à lire l’ensemble de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A. (2010), « À propos du concept de turning-point », dans Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (dir.), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’évènement, Paris, Éditions La Découverte, pp. 187-211.

Coutrot T. & C. Mermillot (2010), « Les risques psycho-sociaux au travail : les indicateurs disponibles », DARES Analyses, n° 81.

Correia M. & F. Berton (dir.) (2004), Initiative individuelle et formation, Paris, Éditions L’Harmattan.

Gadea C. & C. Marry (2000), « Les pères qui gagnent. Descendance et réussite professionnelle chez les ingénieurs », Travail, genre et société, n° 3, pp. 103-135.

Peugny C. (2013), Le Destin au berceau. Inégalités et reproduction sociale, Paris, Éditions La république des idées.

Tripier P. (1992), Du Travail à l’emploi. Paradigmes, idéologies et interactions, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Passeron J.-C. (1991) « Biographies, flux, itinéraires, trajectoires », dans Le Raisonnement sociologique. L’espace non-popperien du raisonnement naturel, Paris, Éditions Nathan, pp. 185-206.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charles Gadea, « Ceux qui travaillent le dire. Subtilités et ambiguïtés d’une problématisation sociologique de la liberté et des capacités », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Ce que travailler veut dire. Une sociologie des capacités et des parcours professionnels, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 15 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4394

Haut de page

Auteur

Charles Gadea

Laboratoire PRINTEMPS, université de Saint-Quentin-en-Yvelines, France - Charles.Gadea@uvsq.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page