Navigation – Plan du site
La situation actuelle de la sociologie

Un Janus bifrons : la sociologie comme discipline universitaire et comme « vocation »

A Janus bifrons: a sociology in research and higher studies and as “a vocation”
Monique Hirschhorn

Résumés

Les sociologues s’intéressent de nouveau à la sociologie. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’ils se posent les mêmes questions. L’analyse du débat lancé par SociologieS montre qu’il s’est constitué en fait deux débats : l’un centré sur la sociologie en tant que discipline universitaire, l’autre sur la vocation morale de la sociologie à s’adresser aux non-sociologues. Or l’urgence, dans un monde en pleine mutation, est de prendre en compte ces deux dimensions qui se réalisent dans ce que Michael Burawoy appelle la sociologie académique et la sociologie publique. Cela oblige à s’interroger sur les conditions de la mise en œuvre de la sociologie publique, mais aussi à la manière dont la sociologie académique répond au besoin social de sociologie.

Haut de page

Texte intégral

Une question d’actualité

1L’interrogation des sociologues français sur la sociologie, qui avait quelque peu perdu de son intérêt – le livre de Raymond Boudon, La Crise de la sociologie, date de 1971 – est réapparue depuis une dizaine d’années avec une série de publications : en 2004, par Bernard Lahire, un ouvrage collectif : À quoi sert la sociologie ? ; en 2006, par Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie et par Jan Spurk, Quel avenir pour la sociologie ? Quête de sens et compréhension du monde social ; en 2007, par François Dubet, L’expérience sociologique ; en 2010, par Jacques Hamel, Woody Allen au secours de la sociologie ; en 2011, de nouveau par François Dubet, Dites-nous François Dubet, à quoi sert vraiment un sociologue ? ; en 2012, par Jacques Coenen-Huther, Les Paradoxes de la sociologie. Autre preuve de cet intérêt grandissant, la revue Commentaire a publié en 2011 les résultats d’une enquête internationale menée, à l’initiative de Raymond Boudon, auprès de 25 sociologues (neuf français et seize étrangers), sur le thème « La sociologie : science ou discipline ? » (Valade, 2012). Enfin, si l’on sort de l’espace francophone, il faut bien évidemment faire place à l’allocution présidentielle de Michael Burawoy devant l’Association américaine de sociologie en 2004 : « For public sociology », publiée en 2005 dans l’American Sociological Review, traduite en partie par Daniel Bertaux dans Socio-logos en 2006, puis de façon plus complète, en 2009, dans le dossier « Sociologie publique » des Actes de la recherche en sciences sociales. Cette liste ne se veut pas exhaustive. Il manque probablement quelques publications dont les deux livres d’Alain Touraine (en 2005, Un Nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, en 2007, Penser autrement) mais qui – et c’est probablement assez significatif des menaces qui pèsent sur l’avenir de la sociologie – ne comportent pas dans leurs titres de référence à celle-ci. Elle suffit toutefois à montrer la conscience que les sociologues ont, comme le dit Jacques Hamel « de l’utilité de la réflexion sur l’utilité de la sociologie » (Hamel, 2011).

Une question, deux débats

2Toutefois, avant d’entrer dans ce débat et de prendre position après une quinzaine de contributions, il convient, si l’on veut espérer apporter quelque chose de nouveau, d’en dresser un rapide bilan. Un constat s’impose d’emblée : les contributeurs ne se réfèrent pas à la même dimension de la sociologie. Pour les uns, qui sont de loin les plus nombreux, la sociologie désigne la discipline universitaire qui prend comme objet la réalité sociale et qui, à la faveur d’une élévation générale du niveau de scolarisation et du progrès de la démocratie, a connu un fort développement dans la seconde moitié du xxe siècle. Le débat porte donc sur la situation actuelle de cette discipline, envisagée sous des aspects très différents, de l’analyse de son programme de recherche jusqu’à celle de son positionnement dans des contextes nationaux (le Portugal, les pays de l’Europe centrale et de l’Est) en passant par une sociologie des conditions d’entrée dans le métier des sociologues français...

3En dépit de l’incitation de l’éditorial à ne pas majorer les éléments négatifs, le tableau dressé paraît assez sombre et explique probablement, pour une part, ce renouveau d’intérêt pour l’interrogation sur la discipline. Aux yeux des sociologues, la sociologie ne va pas bien : hétérogénéité des cadres d’analyse, mauvais usage des techniques, insuffisance des méthodes, hyperspécialisation des chercheurs, fragmentation des objets de recherche, incapacité à s’articuler avec les autres disciplines, menace sur l’autonomie de la recherche par les nouvelles formes d’attribution des financements, mauvaise régulation d’un milieu professionnel incapable de s’accorder sur un ensemble de critères, affaiblissement de l’image de la sociologie, moindre présence des sociologues parmi les intellectuels publics, diminution du nombre d’étudiants, difficulté d’entrée des jeunes sociologues dans la carrière universitaire ou des sociologues sur le marché du travail… Au passage, on notera que ce tableau, qui accrédite le diagnostic de Raymond Boudon en 1971 (la situation de crise est consubstantielle à la sociologie), contraste fortement avec celui de la sociologie américaine qui, selon Michael Burawoy, après avoir connu un déclin dans les années 1980, avait retrouvé en 2005 son attractivité.

4En revanche, pour d’autres contributeurs qui sont beaucoup moins nombreux, l’objet du débat n’est pas tant de savoir ce qu’il advient de la sociologie comme discipline universitaire, que de la sociologie comme « vocation », projet intellectuel, né au xixe siècle, du besoin d’expliquer et de comprendre le monde issu des deux révolutions et de l’effondrement des garants méta-sociaux. Si l’on admet en effet avec François Dubet que la sociologie est devenue ainsi un des dispositifs symboliques des sociétés modernes et démocratiques et qu’à ce titre « la connaissance de la vie sociale, donc, la sociologie qui en fait son objet, est indispensable à celles-ci » (Dubet, 2011b), il n’est plus possible de se focaliser uniquement sur la situation actuelle de la sociologie comme discipline universitaire. Ce questionnement rencontre celui de Michael Burawoy lorsqu’il propose une division du travail sociologique qui comprend, à côté de la « sociologie académique » (professional sociology) définie par son objet, ses théories, ses méthodes et les connaissances qu’elle produit sur la vie sociale, une « sociologie publique » (public sociology) dont l’objectif est de dépasser la vulgarisation non contrôlée du savoir sociologique qui s’opère à travers les médias et « d’initier une relation dialogique entre le sociologue et le public dans laquelle chacun se présente avec ses objectifs et s’ajuste à l’autre » (Burawoy, 2005).

5C’est donc l’enjeu de parler aux non-sociologues qui est pris en compte par quelques contributions et, à la différence de l’autre débat dans lequel la priorité est donnée à la dénonciation des dysfonctionnements et à l’analyse de leurs causes, la réflexion est ici essentiellement prospective. Les contributeurs tentent de répertorier les conditions nécessaires au développement d’une sociologie publique : connaissance des mécanismes (passeurs, réseaux…) qui peuvent permettre à la sociologie d’entrer dans le débat public (Dubet, 2011b), création d’espaces publics, de forums propres aux sociologues, par lesquels s’établirait le contact avec la société civile (Spurk, 2012), constitution d’un monde professionnel des sociologues capable de prendre en charge la dimension publique de la discipline (Dubet, 2011b ; Spurk, 2012), développement d’une expertise réflexive qui sait se servir de la connaissance sociologique, y compris de celle qu’ont acquise les acteurs sociaux, pour les aider à énoncer les problèmes sociaux (Bourdin, 2012).

6Il y a donc deux débats portant sur deux objets différents, même si l’on peut trouver des contributions (Caillé, 2011 ; Hamel, 2011 ; Voyé, 2012…) qui associent critique du fonctionnement disciplinaire au regret explicite de la faible prise en compte de la vocation morale de la sociologie. Reste à comprendre la raison de cette dichotomie. Une réponse est toute prête qui renvoie à la formulation de la question. Il est probable que, si elle avait été : « À quoi sert le sociologue ou la sociologie ? », le contenu des contributions aurait été plus homogène. Mais là n’est pas la seule explication. Ce n’est pas sans raison que l’article de Michael Burawoy dont il a été question a eu un tel retentissement et a été traduit dans plusieurs langues. C’est qu’il a réveillé les sociologues de leur sommeil, non pas dogmatique comme celui d’Emmanuel Kant mais académique, en leur rappelant le lien étroit entre la sociologie comme discipline universitaire et la sociologie comme vocation morale, qu’avaient voulu les pères fondateurs et en leur proposant un autre choix que celui de s’enfermer de façon autiste dans l’univers académique. Dans un monde en pleine mutation où existent des menaces réelles sur l’avenir des sociétés démocratiques, les sociologues ne peuvent plus en effet se contenter de produire des travaux faits avant tout pour être lus et évalués par d’autres sociologues, ils ont aussi la responsabilité de s’adresser à la société civile. Mais, comme le dit fort justement Jan Spurk, « le défi intellectuel de rendre le monde social intelligible à travers des sciences sociales anti-utilitaristes rentre en contradiction profonde avec le fonctionnement ordinaire des institutions universitaires » (Spurk, 2012).

La sociologie académique au service de la sociologie publique

7C’est par ce dernier point que l’on peut revenir dans le débat, pour apporter un point de vue dans lequel la sociologie comme discipline universitaire et la sociologie comme vocation ne sont pas traitées comme des mondes séparés, dans lequel la sociologie est un Janus bifrons. D’abord, en rappelant une évidence, à savoir que la sociologie publique ne peut exister sans la sociologie académique qui produit, non seulement les cadres d’analyse, les méthodes, mais aussi, à travers de multiples programmes de recherche, les connaissances elles-mêmes. La sociologie publique ne peut se réduire à l’établissement d’un dialogue avec le public. Elle doit avoir quelque chose à lui dire, s’appuyer sur un savoir sociologique. Il existe nécessairement « une face publique de la sociologie académique » (Burawoy, 2005). La question est donc de savoir si la sociologie académique qui se fait aujourd’hui en France est réellement en mesure de répondre au besoin social de sociologie.

8Dans un article intitulé « Sociology: a disinvitation ? » publié en 1992 – titre qui renvoie à celui de son ouvrage Invitation to Sociology publié en 1963 – Peter L. Berger se montrait déjà très critique à l’égard de la sociologie académique aux États-Unis et son propos pouvait s’appliquer à d’autres contextes nationaux. Que lui reprochait-il ? Rien moins que son étonnante incapacité à anticiper ces événements majeurs du xxe siècle qu’ont été la révolte des privilégiés à la fin des années soixante, l’émergence du capitalisme asiatique, le retour du religieux, l’écroulement du socialisme. Insuffisance que Peter L. Berger n’était pas le seul à constater, la Société américaine de sociologie ayant organisé début 1990 deux symposiums pour essayer de comprendre la surprise provoquée par les événements de 1989. Évidemment, l’objection est toute prête. Demander à la sociologie d’anticiper des événements, n’est-ce pas revenir à la tentation du prophétisme, à l’ambition nomologique, à l’illusion de l’explication causale, au rêve d’une théorie générale ? Ce serait mal comprendre le propos de Peter L. Berger. Il ne niait nullement l’imprévisibilité des événements. Ce qu’il dénonçait avec force, c’était l’incapacité de la sociologie d’apporter des connaissances sur le contexte qui auraient permis au moins de faire des prévisions probabilistes. À l’époque, on pouvait voir dans cette impuissance de la sociologie les effets d’une approche idéologique des phénomènes sociaux. Aujourd’hui, la situation est différente. La sociologie est, comme le souligne Bernard Lahire, « globalement beaucoup plus professionnalisée et rigoureuse qu’elle ne le fut dans le passé » (Lahire, 2012) et elle peut apporter autre chose que des théories plaquées sur la réalité.

9Mais c’est ici que le débat sur la discipline rejoint celui sur la vocation. Prisonniers d’une hyperspécialisation, les sociologues travaillent le plus souvent sur de petits objets. Alors même que nos sociétés ont développé tout un appareil d’investigation (statistiques, sondages) qui fournit une matière importante, publiée en France par la Documentation française, que l’on dispose de nombreuses études et recherches sur des points particuliers, y compris celles qui sont menées par d’autres sciences sociales, fort peu de sociologues s’intéressent à dresser un tableau sociologique de l’état d’une société nationale à un moment donné et, compte tenu de la rapidité des changements sociaux, à le renouveler rapidement. L’exemple d’Henri Mendras qui a travaillé, à partir de 1984, avec quelques sociologues au sein du groupe Louis Dirn de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), avec comme objectif de saisir l’évolution de la société française – ce qui a donné lieu à des chroniques dans la revue de l’OFCE ainsi qu’à une série de publications (La Seconde révolution française : 1965-1984 en 1988 ; avec le collectif Louis Dirn, La Société française en tendances, en 1998 ; avec Laurence Duboys-Fresney, Français, comme vous avez changé en 2004) n’a pas été vraiment suivi, même si d’autres sociologues ont rejoint le groupe par la suite. Le livre de Danilo Martuccelli et François Dubet dont le titre, Dans quelle société vivons-nous ?, illustre notre propos et qui donne à voir la société française sous tous ses aspects, reste une exception (Dubet & Martuccelli, 1998). Seules les enquêtes sur les valeurs, comme l’Enquête européenne sur les valeurs, réalisée de 2007à 2009, que cite Liliane Voyé (2012), retiennent l’attention de quelques sociologues. Ce problème est d’autant plus grave qu’il ne se limite pas à la France, mais se retrouve dans de nombreux pays. L’on ne s’étonnera donc pas que, lors d’un colloque de l’AISLF à Tunis en mai 2012, nos collègues tunisiens, confrontés aux résultats des dernières élections, aient reconnu que, bien qu’étant sociologues, ils n’avaient qu’une vision très partielle de la société dans laquelle ils vivaient.

10Par ailleurs, cet inintérêt pour le savoir sociologique sur les sociétés nationales n’est pas le seul obstacle à l’articulation entre sociologie académique et sociologie publique. Un autre obstacle tient aussi à la manière dont s’expriment les sociologues. Plus soucieux de s’adresser à leurs pairs et de justifier le caractère académique de leurs publications que de se faire entendre – il n’y a pas de pire injure pour un sociologue que de se voir accuser de faire du journalisme – ils sont souvent incompréhensibles pour le profane, incapable de maîtriser les références théoriques et de saisir la pertinence des considérations méthodologiques. À ce propos, il est difficile de ne pas évoquer les travaux de la sociologie critique bourdieusienne. Alors que celle-ci se donne explicitement comme projet de dévoiler les mécanismes de domination dont sont victimes les acteurs sociaux, d’être justement une sociologie académique au service de la sociologie publique, la plupart de ces publications tombent sous le coup de la critique formulée précédemment. Sans doute parce que, comme le montre Didier Lapeyronnie (2004), la sociologie critique, en ce qu’elle prétend détenir la vérité qui échappe aux acteurs sociaux, n’a pas besoin d’établir un dialogue avec eux. Adoptant une position surplombante elle peut s’enfermer dans un monologue. Quoi qu’il en soit, trop rares sont donc les sociologues qui parviennent, comme François de Singly ou encore Jean-Claude Kaufmann, à rendre lisibles pour le « grand public » des travaux dont la qualité n’est pas contestée. De fait, le travail indispensable de traduction des résultats de la recherche est laissé à des « passeurs », à des journalistes ou à divers types d’intellectuels par vocation, ce qui n’est pas en soi nécessairement un mal, mais pose le problème du contrôle sur la validité du travail effectué. À quand la création d’un magazine comme Contexts ou de tout autre support présentant les résultats de nos recherches de façon compréhensible ?

11Pour conclure, le problème actuel des sociologues n’est pas seulement de s’interroger sur la manière d’entrer dans le débat public, il est aussi de développer une sociologie académique qui réponde effectivement au besoin de sociologie des sociétés modernes et démocratiques. Les obstacles sont nombreux et ne pourront être surmontés que si le monde professionnel des sociologues se mobilise, en particulier à travers ses associations. Mais l’urgence est là. Faut-il rappeler que le monde ne va pas mieux que la sociologie et que, dans une société démocratique, les citoyens doivent le comprendre pour le changer (Favre, 2005) ?

Haut de page

Bibliographie

Berger P. L. (1963), Invitation To Sociology. A Humanistic perspective, New York, Anchor Books-Doubeleday.

Berger P. L. (1992), « Sociology: A Disinvitation? », Society, 1992, pp. 12-18.

Boudon R. (1971), La Crise de la sociologie, Genève, Éditions Droz.

Bourdin A. (2012), « L’expertise réflexive est la vocation actuelle de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 20 juin 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3837

Burawoy M. (2005), « 2004 American Sociological Association Presidential Address: For Public Sociology », American Sociological Review, n° 70, February, pp. 4-28, trad. franç. partielle dans Actes de la recherche en sciences sociales (2009), dossier « Sociologie publique », pp. 121-144.

Caillé A. (2011), « La situation actuelle de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 19 juin 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3548

Coenen-Huther J. (2012), Les Paradoxes de la sociologie, Paris, Éditions L’Harmattan.

Dirn L. (1998), La Société française en tendances, Paris, Presses universitaires de France.

Dubet F. (2007), L’Expérience sociologique, Paris, Éditions La Découverte.

Dubet F. (2011a), Dites-moi François Dubet, à quoi sert vraiment un sociologue ?, Paris, Éditions Armand Colin.

Dubet F. (2011b), « Diversité des styles et unité de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 20 juin 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3580

Dubet F. & D. Martucccelli (1998), Dans quelle société vivons-nous ?, Paris, Éditions du Seuil.

Favre P. (2005), Comprendre le monde pour le changer, Paris, Presses de sciences Po.

Hamel J. (2010), Woody Allen au secours de la sociologie, Paris, Éditions Economica.

Hamel J. (2011), « De l’utilité de la réflexion sur l’utilité de la sociologie », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 06 juillet 2011, consulté le 19 juin 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3553

Lahire B. (dir.) (2002), À quoi sert la sociologie ?, Paris, Éditions La Découverte.

Lahire B. (2012), « Des effets délétères de la division scientifique du travail sur l’évolution de la sociologie  », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 19 juin 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3799

Lapeyronnie D. (2004), « L’académisme radical ou le monologue sociologique. Avec qui parlent les sociologues ? », Revue française de sociologie, vol. 45, n° 4, pp. 621-651.

Latour B. (2006), Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, Éditions La Découverte.

Mendras H. (1988), La Seconde révolution française 1965-1984, Paris, Éditions Gallimard.

Mendras H. & L. Duboys-Fresney (2004), Français, comme vous avez-changé, Paris, Éditions Tallandier.

Spurk J. (2006), Quel Avenir pour la sociologie ? Quête de sens et compréhension du monde social, Paris, Presses universitaires de France.

Spurk J. (2012), « Contre la résignation et la mauvaise foi – pour les sciences sociales publiques », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 27 janvier 2012, consulté le 20 juin 2013. URL : http://sociologies.revues.org/3771

Touraine A. (2005), Un Nouveau paradigme. Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, Paris, Éditions Fayard.

Touraine A. (2007), Penser autrement, Paris, Éditions Fayard.

Valade B. (2012), Note de lecture « L’enquête de Commentaire sur la sociologie », L’année sociologique, vol. 62, n° 1, pp. 245-253.

Voyé L. (2012), « Un avenir ouvert pour une sociologie revisitée », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 09 mai 2012, consulté le 20 juin 2013. URL : http://sociologies.revues.org/4014

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Hirschhorn, « Un Janus bifrons : la sociologie comme discipline universitaire et comme « vocation » », SociologieS [En ligne], Débats, La situation actuelle de la sociologie, mis en ligne le 25 juin 2013, consulté le 17 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4397

Haut de page

Auteur

Monique Hirschhorn

CERLIS - Université Paris Descartes, France - monique.hirschhorn@parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page