Navigation – Plan du site
Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales

Aménagement des fins de carrière : entre reconfiguration des temps sociaux et transformations normatives

Reorganization of ends of careers: between reconfiguration of social time and normative transformations
Nathalie Burnay

Résumés

L’objectif de cet article est de comprendre les transformations des temporalités actuelles, à travers le prisme des fins de carrière. Il s’agira de montrer combien le développement de dispositifs spécifiques de réduction du temps de travail en Belgique transforment les vécus dans et hors travail des seniors, dans une recomposition des temps sociaux et des parcours de vie. Cet article repose sur l’analyse de 491 questionnaires récoltés dans deux secteurs d’activité contrastés et de 42 entretiens semi-directifs de bénéficiaires de crédit-temps. Ces données permettent de repenser les cadres temporels d’aujourd’hui à travers deux focales : la gestion des fins de parcours professionnel et l’articulation des temps sociaux à l’intérieur d’une cohorte particulière.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1« Le temps de travail et le temps libre s’ajustent, se complètent, se composent d’autant mieux que l’un et l’autre donnent la meilleure occasion de produire des temps personnels […], mais les horizons temporels rétrécis nuisent à la qualité du présent, donc à la qualité de vie » (Grossin, 1974, p. 510 cité par Sivadon & Fernandez-Zoïla, 1983). Si cette citation de 1974 n’est pas neuve, elle permet de placer d’emblée la réflexion menée dans cet article au cœur des dynamiques temporelles et des enjeux sociétaux d’aujourd’hui : comment comprendre les dynamiques singulières d’articulation des temps sociaux, les opportunités et les contraintes qui y sont liées, dans des cadres normatifs en pleine mutation ? Comment les individus bricolent-ils leur emploi du temps à l’intérieur de contraintes diverses du social ?

2Depuis la fin du xixe siècle, la transformation des temps sociaux s’appuie avant tout sur une large diminution du temps de travail : « entre 1880 et 1984, la durée annuelle moyenne de travail dans l’industrie et le bâtiment passe de 3177 heures à 1668 heures et, pour l’ensemble de la population active, de 3006 heures à 1681 heures » (Yonnet, 1999). L’articulation des temps sociaux devrait pouvoir s’appuyer sur ces données objectives : le temps libéré de l’activité professionnelle devrait donner une souplesse aux individus dans la gestion de leur quotidien. Or de nombreux travaux récents montrent combien le temps est bien une ressource rare qui nécessite, de la part de nombreux individus, une capacité à jongler avec les impératifs et les investissements symboliques, mais aussi un véritable travail identitaire : « comment passes-tu tes journées, je te dirai qui tu es ». Pour certains même, la modernité tardive se définirait par une forme d’accélération du temps qui rendrait les rythmes de vie trépidants au point de s’y perdre (Rosa, 2010).

3L’objectif de cet article est de comprendre les transformations des temporalités actuelles, à travers une empirie particulière : celle des fins de carrière. Plus exactement, il s’agira de montrer combien le développement de dispositifs spécifiques d’aménagement des fins de carrière et de réduction du temps de travail en Belgique transforment les vécus dans et hors travail des seniors, dans une recomposition des temps sociaux et des parcours de vie.

Aménagement des fins de carrière, temporalités et parcours de vie

4L’analyse des cadres temporels est complexe (Burnay et al., 2013) et si l’on suit la pensée d’Hartmut Rosa, le temps comporte analytiquement trois dimensions (Rosa, 2010). La première renvoie à la structuration du quotidien, à la distribution des temps sociaux à l’intérieur d’un espace temporel journalier. C’est le temps des articulations entre des temps concurrents mais aussi le temps routinier qui dessine des horizons de stabilité. Plus la routine s’efface, plus se pose la question de l’articulation et de la hiérarchisation des temps sociaux.

5La seconde porte sur la construction des existences, sur le découpage des âges de la vie donnant au temps une portée métaphysique : que va-t-on faire de notre existence ? On peut aisément parler de trajectoire de vie pour comprendre et analyser le déroulement d’une existence. Ainsi, un parcours de vie peut être défini comme un modèle de stabilité et de changements à long terme (Sapin et al., 2007). Il se compose d’une série d’étapes, de transitions et de points de bifurcation (turning points). Ceux-ci correspondent à des événements plus radicaux qui réorientent les trajectoires en question : c’est par exemple la rupture d’union ou encore le chômage (Lalive D’Épinay et al., 2005). Ces événements, qui déterminent les transitions et les points de bifurcation des trajectoires et qui permettent d’appréhender les changements identitaires, peuvent être de nature différente. Ils peuvent être prévisibles et codifiés, voire ritualisés et construits socialement (la majorité, l’âge légal de la retraite…). Ils peuvent être subis par l’individu pris dans des contextes sociaux globaux (période de guerre, de récession économique…) ou particuliers (veuvage, perte d’un parent…). Enfin, ils peuvent être provoqués par l’individu lui-même (changement d’emploi, divorce…). Dans ce sens, « les bifurcations sont donc situées à la fois à l’écart des routines et des socialisations instituées et pourtant socialement balisées, reconnues et normées » (Bessin et al., 2010, p. 30).

6La troisième dimension envisagée par Hartmut Rosa permet de rapporter le temps à un contexte historique et spatial particulier, de penser l’acteur social comme enchâssé dans une époque et dans une génération particulière. Cette troisième dimension renvoie directement à la construction des parcours de vie définie par Glen H. Elder (1985). Le paradigme du parcours de vie a pour objet d’identifier et de comprendre les logiques individuelles, sociétales et historiques qui déterminent les trajectoires ainsi que leurs interactions (Elder, 1985). Ainsi, l’ère industrielle s’est construite sur un découpage des âges de la vie en trois périodes : la jeunesse comme âge de formation, l’âge adulte consacré à l’activité professionnelle et la retraite comme âge de repos après un dur labeur. Ces trois temps, possédant leur logique propre, ont construit nos existences, structuré nos quotidiens. Plus encore, ils ont défini nos politiques sociales en instaurant des droits et des devoirs aux citoyens en fonction de seuils d’âge, largement inspirés de ce découpage (Vrancken & Thomsin, 2008).

7Cette forme de standardisation des parcours de vie demeure opérante aujourd’hui, les âges de la vie continuent d’être structurés pour la plupart d’entre nous sur cette répartition en trois temps (Widmer, 2013). Cependant, on constate de plus en plus que de véritables brèches pénètrent nos horizons temporels et déstabilisent le modèle. La fin de carrière n’échappe pas à ce processus de déstandardisation où, certes, l’âge légal de la retraite demeure fixé à 65 ans en Belgique, mais où effectivement le cadre se dérégule : en 2009, en Belgique, le taux d’emploi des 55-64 ans atteint seulement 35.3 % alors que la moyenne de l’Union européenne est de 46 % (Eurostat, 2010). Le seuil d’âge fixé par le législateur doit donc être pensé par rapport à ces statistiques, sachant que ce même législateur participe à la dérégulation depuis près de 40 ans en proposant notamment des dispositifs de sortie prématurée du marché de l’emploi. Les préretraites ont longtemps servi de dispositif pour tenter de juguler les désastres sociaux nés des processus de restructurations ou de fermetures d’activité.

  • 1 Pacte de solidarité entre les générations - loi du 23 décembre 2005.

8Mais les travailleurs eux-mêmes sont entrés dans ce processus de déstandardisation par le développement d’une véritable culture du retrait précoce de l’activité professionnelle (Guillemard, 2003 ; Burnay, 2008). C’est pour tenter de juguler le flux de départs anticipés qu’en 2005, la Belgique élabore le Pacte de solidarité entre les générations 1 dans un contexte de nécessaire relèvement des taux d’emploi des seniors. Différents dispositifs sont ainsi instaurés de manière à favoriser une carrière plus longue. C’est dans ce contexte que le crédit-temps senior constituera une mesure phare du pacte, notamment sous l’impulsion des syndicats.

  • 2 Signalons que les mesures de crédit-temps ont été modifiées en Belgique à dater du 1er janvier 2013 (...)

9La convention collective de travail n° 77 (CTT n° 77) délimite les règles d’application de ce crédit-temps, notamment pour les seniors qui disposent d’une réglementation adaptée. Ainsi, à partir de 50 ans, tous les travailleurs peuvent bénéficier soit d’une réduction des prestations de travail à mi-temps, soit d’une réduction des prestations à concurrence de un cinquième des prestations hebdomadaires de travail à temps plein. Pour ces travailleurs, le crédit-temps n’est pas limité dans le temps et permet ainsi de gérer cette réduction du temps de travail sur une longue période. Une indemnité d’interruption vient compléter le salaire. De plus, ce statut permet au travailleur qui en bénéficie de conserver ses droits sociaux pendant toute la période. Ainsi, concrètement, cela signifie que l’ancien salaire continue d’être la référence en matière de chômage et de droit à la retraite. L’indemnité de maladie, le nombre de jours de vacances, le pécule de vacances sont quant à eux calculés sur la base des prestations de travail à temps partiel. Le dispositif remporte un réel succès et le nombre de bénéficiaires connait une véritable explosion: il était de 8.591 en 2002 pour atteindre 88.311 bénéficiaires en 2011 2.

Présentation du double dispositif méthodologique

  • 3 Cette recherche a été financée par le Fonds scientifique du CESI, service externe de prévention et (...)

10Cet article repose sur une recherche 3 menée de 2010 à 2012 portant sur les aménagements du temps de travail chez les seniors et plus particulièrement sur la réduction du temps de travail en fin de carrière. Le projet de recherche était construit sur une double méthodologie :

  1. La réalisation d’une enquête par questionnaires ;

  2. La réalisation d’entretiens semi-directifs de bénéficiaires d’une réduction du temps de travail en fin de carrière grâce au dispositif de crédit-temps.

Réalisation d’une enquête par questionnaires

11Un questionnaire a été réalisé de manière à cerner la volonté de réduire son temps de travail en fin de carrière. Il s’agissait de pouvoir identifier les facteurs qui contribuaient soit à maintenir les travailleurs âgés à temps plein en fin de parcours professionnel, soit, au contraire, à envisager une réduction du temps de travail en fin de carrière. Le questionnaire comprenait les dimensions suivantes :

I. variables sociodémographiques (âge, sexe, situation familiale, enfants, type d’habitation…) ;
II. formes de sociabilité (contacts sociaux avec la famille, avec les amis, insertion dans une association…) ;
III. situation professionnelle et trajectoire professionnelle (type de métier, temps de travail, ancienneté dans la profession…) ;
IV. conditions de travail (à partir du questionnaire européen « conditions de travail ») ;
V. fins de carrière (souhaits de départ anticipé, raisons de ce départ anticipé…) ;
VI. implications hors travail ;
VII. les intentions en matière d’aménagement des fins de carrière.

12L’administration du questionnaire s’est déroulée entre janvier 2012 et décembre 2012. 1000 questionnaires ont été distribués dans deux secteurs d’activité contrastés : le secteur industriel et manufacturier, plutôt masculin et très lourd physiquement et le secteur des soins de santé, secteur très féminin et à charge psychosociale importante. Le choix de ces deux secteurs reposait sur des hypothèses fortes :

- la valeur symbolique et l’investissement professionnel sont différents pour les hommes et pour les femmes ;
- la réduction du temps de travail se pose différemment dans un contexte à forte pénibilité physique ou à forte charge psychosociale.

13Dans ce cadre, 491 questionnaires ont été validés. Ce sont les médecins du travail, en consultation annuelle, qui se sont chargés de récolter les questionnaires, préalablement distribués dans la salle d’attente de la médecine du travail. Les questionnaires ont ainsi pu être récoltés dans une vingtaine d’entreprises ou hôpitaux différents.

Tableau 1. Description de l’échantillon (%) : Enquête quantitative (n=491)

Variables

Modalités

Pourcentages

Sexe

Femmes

59.3

Hommes

39.7

NR

1.0

Catégories d’âges

De 20 à 29 ans

11.3

De 30 à 39 ans

27.1

De 40à 49 ans

30.4

De 50 à 59 ans

28.1

60 ans ou plus

1.5

NR

1.5

Statut professionnel

Ouvrier non qualifié

3.8

Ouvrier qualifié

25.6

Contremaître

2.8

Employé administratif

14.8

Employé du secteur tertiaire

39.9

Cadre inférieur

4.8

Cadre supérieur

3.0

NR

5.3

Secteur d’activité

Secteur des soins de santé

64

Secteur manufacturier- industriel

36

Réalisation d’entretiens semi-directifs auprès de bénéficiaires de crédit-temps

14En Belgique, le dispositif de crédit-temps ne constitue pas en soi une nouvelle mesure et n’est pas réservé uniquement aux travailleurs âgés. Cependant, depuis 2007, il est devenu un outil important dans une politique fédérale de maintien des seniors en emploi. Deux populations utilisent en effet majoritairement cette mesure : il s’agit de jeunes parents voulant concilier l’éducation des enfants avec une activité professionnelle et des travailleurs plus âgés à qui cette mesure permet de gérer progressivement leur fin de carrière.

1542 entretiens semi-directifs ont été menés auprès de bénéficiaires de crédit-temps senior, soit avec une formule de crédit-temps à mi-temps, soit avec une formule à un cinquième temps. Ces entretiens se sont déroulés entre septembre 2011 et décembre 2012 dans différents secteurs d’activité : le secteur des soins de santé, le secteur industriel, l’administration publique, le secteur des services. Les entretiens ont été réalisés soit à domicile, soit sur le lieu de travail, en accord avec la direction, soit via le service des ressources humaines, la délégation syndicale ou la médecine du travail. D’une durée d’une heure à une heure trente environ, ils ont permis de cerner à la fois les attentes par rapport au crédit-temps, le processus décisionnel, les transformations des relations de travail, l’engagement professionnel y compris dans sa dimension prospective (départ anticipé ou pas). Le tableau ci-dessous permet de qualifier l’échantillon.

Tableau 2. Qualification des entretiens semi-directifs réalisés

Variables de sélection

Indicateurs

Nombre

Genre

Hommes

25

Femmes

17

Type de crédit-temps

Mi-temps

32

1/5 temps

10

Secteur d’activité

Administration publique

9

Secteur tertiaire

8

Soins de santé

15

Secteur industriel lourd

10

Age

De 50 à 55 ans

20

Plus de 55 ans

22

16La grille d’entretien comprenait les dimensions suivantes :

17I. relations de travail (rapports avec la ligne hiérarchique, avec les collègues…) ;
II. contenu du travail ;
III. vécu subjectif du travail (motivation, investissement…) ;
IV. impacts sur la santé physique et psychologique (y compris en termes de
burn-out, de stress…) ;
V. utilisation du temps dégagé par les mesures ;
VI. qualité de vie.

18C’est dans l’articulation de ces deux dispositifs de recherche que repose l’originalité de cet article : les résultats quantitatifs permettent d’identifier les variables significatives qui expliquent la volonté de réduire son temps de travail en fin de carrière, en amont de la décision ; alors que les entretiens qualitatifs permettent de comprendre les logiques d’action qui ont présidé au choix du crédit-temps, en aval de la décision.

Temps sociaux et réduction du temps de travail : des logiques qui s’entrecroisent

19L’enquête réalisée auprès de 491 travailleurs montre qu’une minorité de travailleurs envisage de terminer leur carrière professionnelle à temps plein. Le tableau ci-dessous permet de visualiser ce résultat. Ainsi, pour les moins de 45 ans, seuls 21,5% déclarent vouloir terminer leur carrière à temps plein, près de 45% voulant réduire leur activité professionnelle. Pour les plus de 45 ans, le pourcentage augmente à près de 40% et 20% se trouvent déjà engagés dans un régime de temps partiel.

Tableau 3. Volonté de réduire son temps de travail par catégorie d’âge (%)

Moins de 45 ans (%)

Plus de 45 ans (%)

Resterez à temps plein

21,5

39,7

Réduirez votre temps de travail à un 4/5

31,5

25,8

Réduirez votre temps de travail à un mi-temps

14,9

14,6

Aurez déjà quitté le marché de l’emploi

0,3

-

Je suis déjà à temps partiel

6,0

19.9

Je ne sais pas encore

25,8

-

Total

100,0

100,0

20Ces faibles pourcentages s’expliquent notamment par le public particulier interrogé dans cette enquête : les secteurs concernés se caractérisent par une forte pénibilité physique ou une forte charge psychosociale. Ils sont sans doute quelque peu surévalués par rapport à une population représentative.

21Cependant, une récente enquête européenne confirme cette tendance : « ainsi, environ 29% des employés de 50 à 59 ans préfèreraient travailler moins d’heures qu’ils ne le font actuellement » (Vendramin, Valenduc, Molinié, Volkoff, Ajzen & Léonard, 2012), tous pays européens confondus. Cette volonté d’aménagement du temps de travail a également été constatée au Québec, « s’incarnant prioritairement dans une réduction du temps de travail et/ou un développement du travail à temps partiel, ou une prise de retraite progressive ou un retrait progressif d’activité » (Tremblay, 2005 cité par Lesemann, 2007)

22Les raisons qui poussent le travailleur à envisager ou pas une réduction du temps de travail en fin de carrière sont multiples, mais elles témoignent à la fois de contraintes organisationnelles fortes, de spécificités familiales ou d’investissement personnel. Le tableau suivant permet de mieux appréhender les raisons du choix posé.

Tableau 4. Raisons invoquées en % (Codage a posteriori à partir d’une question ouverte)

Raisons invoquées

Préférer garder le temps plein (n=84)

Préférer le temps partiel (n=264)

Pour des raisons financières

72,4%

Pour des raisons organisationnelles ou un investissement important dans l’activité professionnelle

27,6%

Pour la famille

5,5%

Pour mon développement personnel, pour profiter de la vie, de mes hobbies

8,4%

Pour des raisons familiales et personnelles

17,8%

Pour des raisons liées à l’environnement de travail

44,8

Pour des raisons de santé

23,5%

TOTAL

100%

100%

n= 344 en raison des non-réponses à la question ouverte

23Cette volonté de diminuer son activité ou de demeurer à temps plein en fin de carrière ne s’exprime pas de manière homogène dans l’échantillon constitué : le tableau suivant permet d’identifier les travailleurs voulant demeurer à temps plein tout au long de leur carrière professionnelle.

24Une première étape, très descriptive, permet à la fois de trier les variables significatives des autres variables envisagées (par Chi2) et de construire des blocs thématiques dans les variables significatives (2ème colonne).

  • 4 Il était difficile d’inclure dans un seul modèle l’ensemble des variables sélectionnées pour des ra (...)

25Dans une seconde étape, représentée par la colonne de droite dans le tableau, des régressions logistiques, construites à partir de chaque bloc de variables précédemment identifiées 4, permettent de contrôler l’ensemble du système et d’ainsi mesurer le degré de significativité de chacune des variables introduites dans les modèles.

26Les résultats montrent combien certaines catégories socio-professionnelles peuvent être identifiées. Ce sont les hommes plus âgés et cadres qui désirent le plus terminer leur carrière à temps plein. Le secteur est également significatif puisque les travailleurs du secteur sanitaire et social envisagent davantage le temps partiel en fin de carrière. De plus, ce sont les ménages monoparentaux qui, sans doute pour des raisons financières, envisagent le plus le travail à temps plein.

27Trois blocs de variables permettent de compléter l’analyse :

28- le premier met en évidence le rôle prépondérant de la santé dans la construction des fins de carrière : la maladie constitue un frein important à la réalisation de carrières à temps plein.

29- le deuxième bloc comporte des variables se référant aux conditions de travail. L’aspect financier se révèle être un facteur important. Mais les variables significatives s’articulent surtout autour de la question de l’autonomie dans le travail ou d’une forme de latitude décisionnelle ainsi que, dans une moindre mesure, autour du rythme de travail imposé. D’autres variables ont été introduites dans l’analyse : elles portaient sur l’intensification du travail, le stress professionnel et les charges physiques supportées. De manière directe, ces variables ne sont pas significatives, mais elles interviennent de manière indirecte par l’entremise des variables de santé. En effet, ces variables sont fortement corrélées entre elles : le stress, l’intensification du travail et l’effort physique consenti engendrent clairement des problèmes de santé.

30- le troisième bloc se construit autour d’un rapport au temps et dans une moindre mesure, à la conciliation vie privée- vie professionnelle. Ainsi, les travailleurs soucieux de demeurer à temps plein en fin de carrière se caractérisent par un rapport au temps tout à fait particulier : ils ne désirent pas plus de temps pour eux ou pour leur famille, peut-être parce qu’ils y consacrent déjà du temps plusieurs fois par semaine ou parce que l’activité professionnelle ne semble pas poser de problème dans l’articulation des temps sociaux. À l’inverse, ce sont les travailleurs qui aimeraient pouvoir davantage concilier leurs impératifs professionnels avec du temps libéré qui aspirent le plus à une réduction du temps de travail en fin de carrière.

Tableau 5. Volonté de rester à temps plein (%) et Odds ratio (régressions logistiques)

Variables

Modalités

% de temps plein

Odds ratio

Variables socio-démographiques

Diplôme

Diplôme secondaire inférieur au plus

45

1

Diplôme secondaire sup.

40

n.s.

Diplôme de l’enseignement sup.

27

Catégorie professionnelle

Ouvrier

39

1

Employé

21

n.s.

Cadre

58

0.15***

Sexe

Femme

15

1

Homme

48

0.28***

Catégories d’âge

Au plus je vieillis, au plus je veux rester à temps plein

***

Secteur

Secteur sanitaire et social

20

1

Secteur de la construction, travail manufacturier

47

0.26***

Composition familiale

Vivre seul

50

1

Vivre seul avec un enfant

32

n.s.

Vivre en couple sans enfant

20

6.81***

Vivre en famille

32

2.55***

Santé

Santé subjective

Bonne

37

1

Moyenne à médiocre

26

Santé limitée

Oui

23

1

Non

35

n.s.

Problème chronique de santé ou handicap

Oui

21

1

Non

35

n.s.

Conditions de travail

Vu mes efforts, mon salaire est correct

Pas du tout d’accord

23

1

Ni d’accord, ni pas d’accord

35

n.s.

D’accord ou tout à fait d’accord

46

0.51*

Mes perspectives de carrière, de promotion sont mauvaises

Pas du tout d’accord

44

1

Ni d’accord, ni pas d’accord

34

n.s.

D’accord ou tout à fait d’accord

26

n.s.

J’ai très peu de liberté quant à la façon de réaliser mon travail

Pas du tout d’accord

38

1

Ni d’accord, ni pas d’accord

32

n.s.

D’accord ou tout à fait d’accord

18

1.92*

Je peux travailler à mon propre rythme

Plutôt faux

20

1

Ni vrai, ni faux

36

n.s.

Plutôt vrai

40

0.58*

Je peux décider moi-même quand accomplir les tâches qui me sont attribuées

Plutôt faux

22

1

Ni vrai, ni faux

36

n.s

Plutôt vrai

46

0.54*

Je crains de recevoir un nouvel horaire

Oui

24

1

Non

37

n.s.

Rapport au temps et conciliation vie privée-vie professionnelle

Je prends du temps pour la famille

De jamais à une fois par semaine

26

1

De plusieurs fois par semaine à tous les jours

33

0.59*

Je prends du temps pour moi

De jamais à une fois par semaine

25

1

De plusieurs fois par semaine à tous les jours

40

0.40**

Je souhaiterais avoir plus de temps pour ma famille

Oui

29

1

Non

34

0.68*

Je souhaiterais avoir plus du temps pour moi

Oui

26

1

Non

39

0.62**

Le temps que me prend mon travail rend difficile la réalisation de mes responsabilités familiales

Pas du tout d’accord à pas d’accord

31

1

Ni d’accord, ni pas d’accord

42

0.54**

D’accord ou tout à fait d’accord

21

n.s.

Les tensions créées par mon travail rendent difficile l’accomplissement de mes obligations familiales

Pas du tout d’accord à pas d’accord

34

1

Ni d’accord, ni pas d’accord

42

n.s.

D’accord ou tout à fait d’accord

21

n.s.

Importance du travail

Mes proches me disent que je consacre trop de temps à mon travail

Pas du tout d’accord à pas d’accord

31

1

Ni d’accord, ni pas d’accord

22

n.s.

D’accord ou tout à fait d’accord

37

n.s.

(*) = 0.10 ; (**)= 0.05 ; (***)=0.01, ns= non significatif

Temps sociaux et réduction du temps de travail : cinq figures 5

  • 5 Cette section a déjà fait partiellement l’objet d’une publication (Burnay, 2012). Mais le texte a é (...)

31Les analyses quantitatives précédentes ont mis en lumière les facteurs déterminants dans la volonté de réduire son activité professionnelle en fin de carrière. Elles ont ainsi pu mettre en évidence l’importance de contextes biographiques, familiaux, professionnels qui vont orienter le travailleur soit vers un allègement de l’activité professionnelle en fin de parcours professionnel, soit, au contraire, vont l’en empêcher. Ces facteurs, qui vont prendre corps à travers l’analyse qualitative, vont être travaillés par l’individu dans une construction d’un champ des possibles, à la fois pragmatique et symbolique.

32Plus largement, ces entretiens, très riches, permettent de cerner l’impact du crédit-temps dans une perspective théorique de Life course, de construction des parcours de vie. L’enjeu était de montrer comment cette décision s’insère dans une trajectoire de vie au sens large du terme : prise en considération des trajectoires personnelles, familiales et professionnelles. L’intérêt de cette partie qualitative repose donc sur une intégration du crédit-temps à l’intérieur d’un espace de vie, comme un point de bifurcation significatif pour l’individu, c’est-à-dire un moment clé et charnière dans le déroulement de son existence.

33C’est dans ce sens que les expériences de vie que nous avons découvertes sont intéressantes à comprendre parce qu’elles montrent à la fois des univers de sens différenciés, personnalisés mais aussi des logiques sociales qui sont porteuses d’un changement normatif important qui déplace notamment la question du sens du travail et de son importance symbolique.

34Plus qu’un univers unifié, les entretiens ont permis de sonder différents mondes, avec leurs logiques propres, leurs contraintes et leurs projets propres, une centration sur le présent ou au contraire une projection vers l’avenir, des chemins socialement novateurs ou juste une résistance face aux contraintes du social. Les bénéficiaires du crédit-temps bricolent leurs univers et tentent de composer leur vie au regard des opportunités du moment. Cette complexité fonde une analyse nuancée mais riche de découvertes d’histoires de vie singulières comme d’espaces sociaux de conciliation entre des possibles ou des nécessaires.

35Parfois, le crédit-temps répond à des contraintes professionnelles ou familiales qui dépassent l’engagement, le choix. Il s’agit alors de répondre à des situations qui échappent au bénéficiaire et dont il n’est plus véritablement l’acteur. Cette bifurcation professionnelle est rendue nécessaire, s’impose comme une évidence parce qu’elle est la seule possible en tenant compte de toute une série de paramètres et l’on perçoit combien la décision de cette réduction du temps de travail échappe à toute négociation psychique ou familiale : elle s’impose avec dureté.

36Parfois, au contraire, la décision du crédit-temps est fortement négociée au sein des espaces de vie, prend le temps de la réflexion, s’insinue progressivement et finit par faire sens et évidence. Le temps de latence permet de fonder un autre projet de vie, une autre ouverture symbolique. La bifurcation est assumée, recherchée même comme un espace d’épanouissement qui se construit pour soi ou pour les autres. C’est le temps long qui prime sur l’urgence, la négociation sur l’imposition.

37Deux axes ont ainsi pu être identifiés : soit le crédit-temps relève d’un choix personnel, soit d’un choix pour Autrui ; soit il répond à une nécessité, soit à un choix négocié. Ces deux axes sont construits a posteriori, dans une démarche très inductive. Ils sont le fruit d’un travail d’analyse de contenu, ils se sont révélés progressivement, en faisant sens, au fil des histoires et des parcours de vie. Ils montrent combien la décision relève d’un choix ou d’une contrainte du social, d’une décision qui touche directement le bénéficiaire ou son entourage.

Figure 1. Figures du crédit-temps

Figure 1. Figures du crédit-temps

38Quatre figures se devaient de prendre place dans l’intersection créée entre deux axes. Une analyse plus fine a cependant révélé que, même si la pertinence heuristique de ces deux axes n’était pas remise en question, la réalité était plus complexe encore et méritait d’être prise en considération dans un souci d’honnêteté intellectuelle. C’est pourquoi la première case du tableau doit être scindée parce qu’elle recouvre deux réalités quelque peu différentes. Même si l’on sait combien la « mise en boîte » des récits n’est qu’une construction intellectuelle du chercheur, elle doit rester fidèle aux propos et le chercheur doit accepter de prendre en considération sa complexité au risque de ne plus respecter ni les règles de scientificité, ni surtout la parole confiée.

Le fatigué : lorsque le corps ne suit plus…

39Dans cette figure, le travailleur n’a d’autre choix que de réduire son temps de travail pour maintenir une activité professionnelle. Les problèmes de santé s’accumulent, signes à la fois d’un vieillissement physique, mais surtout d’une forme d’épuisement au travail. Les contraintes organisationnelles pèsent sur les corps, le physique ne résiste plus et cela d’autant plus si la compression des temps se rajoute à un vécu professionnel déjà difficile. On est clairement ici sur un profil masculin, peu qualifié, où le physique est sollicité au quotidien.

40La réduction du temps de travail peut alors permettre un allègement des tâches et une forme de récupération du physique. On sait par ailleurs que les besoins de récupération augmentent avec l’âge (Kiss, De Meester & Braeckman, 2007), les temps hors travail permettent de maintenir l’activité professionnelle, coûte que coûte.

« Pour deux raisons. La première, c’est pour des petits problèmes physiques qui se posent au bout de 37 ans de manutention. J’ai quand même un boulot assez dur, porter des charges lourdes et tout ça. Bon, une caisse de banane c’est 17 kilos par exemple. C’est pareil pour les oranges, les pommes de terre par exemple. En fin de journée, quand tu as "dépalettisé" tout ça, avec l’âge, ce n’est vraiment pas évident. La mécanique s’use un petit peu de tous les côtés : que ce soit les genoux, les hanches, les coudes, les chevilles et le dos, tout souffre » (Guillaume, 52 ans).

« Depuis que j’ai commencé ma carrière et que je suis sur des chantiers et c’est tout à fait physique. Puis on apprend sur le terrain et on arrive où on arrive. Ça m’est arrivé de passer la nuit sur un chantier, pour poser des poutres sur un pont qui ne pouvait se faire que de nuit ou des chantiers un peu pointus avec des matériaux spéciaux qu’il fallait suivre. Bon maintenant, c’est plus calme quoi. Au jour d’aujourd’hui, je ne fais plus du travail physique. Mais, il y a pas longtemps, bon je n’aurais pas dû, mais j’ai déplacé une taque et je me suis fait mal au dos. Mes années dans la construction elles sont là et je ne saurais plus faire ce que je faisais avant. Je ne me plains pas de mon boulot, je me sens bien dans mon job et je n’ai pas de souci avec ça. Le travail, je le fais à fond comme je l’ai toujours fait mais je suis quand même fatigué au bout de la journée et c’est une vraie contrainte » (Julien, 55 ans).

41Le temps libéré n’est pas un temps investi, il est tout juste scandé par différentes activités qui remplissent l’agenda. L’emploi constitue toujours le temps de référence qui procure identité et sociabilité au travailleur. Le crédit-temps est alors simplement une respiration nécessaire entre deux périodes d’investissement professionnel.

« C’est un jour où je ne me lève pas à 3 heures et demie. Un peu de repos ça fait du bien à tout le monde. Le vendredi, je peux me lever à 7 h. et demi, 8 h. J’ai gagné ça, mais tu dors, mais tu ne récupères pas ce que tu as perdu. Ce que tu as perdu, c’est perdu à vie. Je me lève plus difficilement avec mon âge quand je dois aller travailler. J’ai besoin de plus de sommeil qu’avant. Je dors de la journée quand je rentre et je me permets de dormir plus tard, même beaucoup plus tard » (Lucien, 55 ans).

42La difficulté réside justement dans cet engagement professionnel : la diminution du temps de travail s’accompagne souvent d’une transformation de l’activité, surtout si celle-ci correspond à un mi-temps. Le temps de travail n’est alors plus suffisant pour assumer l’ensemble des responsabilités mobilisées par un temps plein. La diminution des capacités physiques s’accompagne d’une frustration professionnelle et d’une forme de relégation. Seule l’ambiance de travail peut permettre de surmonter le déclassement ; dans le cas contraire, le détachement progressif de l’activité professionnelle s’installe.

Le saturé : lorsque la tête ne suit plus…

43Les nouvelles formes de management, la dégradation des conditions de travail ainsi que l’augmentation des contraintes temporelles pèsent sur les vécus au travail depuis plusieurs années (Gollac & Volkoff, 2000 ; De Nanteuil & El Akremi, 2005 ; Théry, 2006 ; Askenazy, Carron, de Conninck & Gollac, 2007 ; Combalbert & Riquelme-Sénégou, 2006). Les transformations organisationnelles peuvent contribuer au retrait symbolique de l’emploi. Le travailleur se sent perdu, ne se reconnaît plus dans ces nouvelles logiques managériales et se replie sur des pratiques de métier, qui disparaissent progressivement. L’investissement professionnel fait place à un dégoût, parfois très important, de ce qui faisait sens hier. Le désenchantement n’est pas loin. On est clairement dans un profil de retrait du marché du travail pour raisons professionnelles.

« Et bien pour ça, les conditions dans lesquelles on doit travailler aujourd’hui, comme je viens de vous le dire, mais je veux le répéter. Vous n’avez aucune reconnaissance de ce que vous avez fait. Vous êtes payé, donc… C’est un constat. On crée des tas de frustrations. Les gens viennent travailler frustrés ou ils partent. Ce n’était pas comme ça avant et je dirais que c’est depuis le changement de direction » (Ernest, 56 ans).

« Ben voilà, on va résumer ça à la considération. C’est un mot important. Après 2000, il n’y en a plus eu. Considéré comme un citron, qu’on presse et qu’on jette. On est exploité. On envenime un climat qui est malsain. J’ai réalisé que quelque part, je démontais leur mécanisme et j’en riais. Je suis gagnant. Je me sentais satisfait, pour moi, de pouvoir prendre un peu plus d’oxygène. Et le fait de devoir moins subir ce contexte malsain, nauséabond, pourri, m’a satisfait. Voilà. Il faut mettre tous les éléments dans le contexte. Donc ambiance pourrie, personnel corvéable à merci » (Paul, 57 ans).

44Le crédit-temps permet alors de concilier les impératifs économiques (l’arrêt définitif de la carrière représenterait une perte salariale trop importante) avec une activité professionnelle dénuée de sens. Dans cette figure, il s’agit moins de problèmes physiques qui affectent les corps que d’une forme de saturation de l’activité professionnelle : dans certains cas, on est proche d’une forme d’épuisement professionnel ou de burn-out.

« Ça c’est très important. Quand je mets le nez dehors le jour où je ne travaille pas, je me dis enfin de l’air à moi, tout seul, je peux profiter sans cette injonction au-dessus qui est là au-dessus de ma tête. Je suis libre de faire ce que je veux : d’aller en vélo, de compter les marguerites, de tondre ma pelouse ou de mettre en couleur le châssis » (Henri, 57 ans).

45L’investissement symbolique dans l’emploi disparaît et laisse place à une redéfinition des temps sociaux : du temps pour soi, du temps pour les autres. Il s’agit pour l’individu de se construire en dehors de l’activité professionnelle, avec toutes les difficultés que ce choix représente. Véritable défi pour certains, évidence pour les autres, probablement en fonction du degré d’implication que l’activité professionnelle représentait auparavant dans leur vie.

« Oui, il y a ça aussi. Que l’on fasse bien son boulot ou pas… Il n’y a pas de valorisation du travail bien fait. À chaque âge on attend, bon si on fait bien son boulot, je reconnais que je ne suis plus au top de ma forme et qu’il y a beaucoup de choses qui devraient être améliorées dans ma façon de donner cours pour l’instant. Maintenant, je ne cherche plus à faire le forcing. Quand les élèves ont envie de bavarder, ben je bavarde plutôt avec eux plutôt que de commencer la guerre quoi, parce que c’est carrément quelquefois la guerre » (Françoise, 56 ans).

46Parfois aussi, le temps libéré permet une réorientation professionnelle, un temps pour souffler et s’offrir une nouvelle dynamique professionnelle. Le temps libéré est alors réinvesti symboliquement dans une autre activité, qui, elle, est emplie de sens, surtout lorsque le bénéficiaire de crédit-temps possède des qualifications importantes à faire valoir sur le marché du travail.

« En fait, ma carrière s’est un petit peu réorientée d’une façon qui m’a déplu à un moment donné parce qu’à la base je suis graphiste donc je fais de la communication visuelle. Au tout début, c’était de la mise en page de brochures, d’affichettes, de dépliants, etc. Donc en communication interne et externe et puis, ça s’est réorienté vers le web parce que quand j’ai commencé à travailler l’ordinateur a été introduit. Je me suis réorientée vers le web, ça, ça me plaisait car c’était encore très créatif, et ici récemment ça s’est réorienté vers la gestion de projets. Et donc ça c’est gérer des budgets, des plannings, ce n’était pas du tout dans mes cordes. Je l’ai fait tant bien que mal, je me suis épuisée là-dedans et ça ne me convient pas donc je me suis dit que pour tenir la tête au-dessus de l’eau, il vaut mieux retrouver un peu de création, un peu quelque chose qui me correspond et j’ai pris un jour de congé. Et là j’ai commencé des projets un peu plus artistiques avec de la création de sites, mais hors S. ce qui donne beaucoup plus le champ libre à la créativité. Ici, chez S., on est très limité par toutes sortes de restrictions. Donc mon jour de congé consiste à vérifier si ce que je fais chez S. me correspond encore. C’est l’occasion d’aller explorer d’autres pistes et de vérifier s’il n’y a pas quelque chose d’autre qui se profile » (Luc, 54 ans).

47Ces deux premières figures de crédit-temps correspondent donc à une nécessité : réduire son activité professionnelle pour tenir, soit physiquement, soit mentalement. Les contraintes professionnelles ont évolué, rendant plus difficile l’insertion professionnelle et les vécus au travail. Sur nos 42 entretiens, ils sont majoritaires, près des 2/3 se situent clairement dans cette perspective. Ces deux figures sont remplies d’hommes et de femmes qui bricolent leur implication au travail grâce à ces formules d’allègement. Certains secteurs semblent davantage porteurs de ces formes de détresse et de souffrance : le secteur des soins de santé et sa population féminine au premier plan des saturés ; le secteur manufacturier davantage masculin où les charges physiques continuent d’agresser les corps et où les fatigués sont très nombreux. Les cadres du secteur privé sont également touchés par un épuisement professionnel et passent dès lors plutôt sur une formule à 4/5 temps.

48Les enjeux professionnels sont parfois redéfinis par l’organisation et le passage à temps partiel peut correspondre à une perte de statut, de responsabilités, de redéfinition de postes. Le climat organisationnel est alors fondamental pour réguler ou non ces déstabilisations : tant les collègues directs que la ligne hiérarchique peuvent contribuer soit à aplanir ces difficultés, soit à les renforcer. Le crédit-temps ne peut se concevoir sereinement sans une volonté hiérarchique d’apaisement.

49La réduction du temps de travail peut également se construire sur des raisons privées, confirmant par là le caractère hétérogène de cette population.

Le dévoué : lorsque le Lui s’impose…

50Le dévoué ne choisit pas le crédit-temps pour lui-même : son choix est avant tout la résultante d’une contrainte extérieure qui va peser sur son destin professionnel. La maladie du conjoint, la prise en charge de l’un ou des deux parents constituent autant de raisons d’alléger sa charge professionnelle pour se consacrer prioritairement à l’autre, au fragile. La figure du care pourrait ici trouver tout son sens, mais un care contraint, même si les processus de rationalisation permettent au travailleur d’y trouver un sens pour lui-même. Profil davantage féminin, le dévoué est investi d’une responsabilité morale plus forte que l’engagement professionnel. Le crédit-temps constitue alors une possibilité de conciliation, temporaire ou définitive, entre contraintes familiales et investissement professionnel.

51Le temps libéré est tout entier aspiré dans la spirale familiale : la contrainte familiale venant remplacer les contraintes professionnelles. Le projet d’avenir est conditionné par l’évolution de ces contraintes familiales, mais plus le temps passe, plus le retour à l’emploi à temps plein s’estompe.

L’hédoniste : lorsque le Je s’impose…

52Loin des contraintes professionnelles, l’hédoniste est un conciliateur entre un investissement symbolique dans l’emploi et hors emploi. Il veut profiter de l’existence en se réappropriant le temps. C’est la figure du temps choisi, investi dans ce qui procure plaisir et épanouissement. Le temps libéré par la réduction de l’activité professionnelle est avant tout du temps pour soi, de manière à accomplir des activités de loisir stimulantes et enrichissantes d’un point de vue personnel, y compris dans le déploiement de formes de sociabilités secondaires (voir des gens, rencontrer des amis, partager des rencontres).

« Je fais de la peinture, je me suis inscrite à des cours de discussions, de philosophie, je fais énormément de lectures, des ateliers de lecture, des discussions, je me promène énormément… j’ai deux chiens, je les promène parfois toute une après-midi » (Henriette, 50 ans).

53Le crédit-temps permet une certaine souplesse dans les temps sociaux, ouvre de nouvelles opportunités, sans quitter l’engagement professionnel. Le travail continue à procurer une satisfaction parce qu’il est investi de sens, de reconnaissance dans le métier et de relations sociales gratifiantes. Le choix est posé et les contraintes du social peu présentes : le profil socioculturel est assez élevé et permet probablement à la figure hédoniste de s’imposer. Sans doute d’ailleurs qu’en l’absence de formule d’aménagement des fins de carrière, l’abandon définitif de l’activité professionnelle se serait imposé tant l’aspiration à d’autres ouvertures symboliques est grande.

54Le conjoint participe au choix posé et renforce la décision prise. L’argument est moral et s’appuie sur une carrière faite de sacrifices et de manques de temps qui justifie de pouvoir profiter de la vie avant qu’il ne soit trop tard. La hantise du temps perdu, de la vieillesse ou de la maladie scande les discours et permet d’asseoir le choix. Le présent devient le temps de référence.

« J’ai fait des choses mais rien par rapport à ce que je peux encore faire ! Si on travaille jusque 65 ans… quand va-t-on en profiter ? On va arriver là et on ne pourra plus rien faire. Il faut profiter maintenant » (Alice, 56 ans).

L’altruiste : lorsque le Nous s’impose…

55L’altruiste fait également des choix qui l’engagent dans une forme de réalisation de soi. C’est en se consacrant aux autres qu’il trouve son épanouissement personnel. La famille demeure très majoritairement le lieu d’expression symbolique de prédilection : l’apparition des petits-enfants contribue à l’élaboration du projet. Contrairement au dévoué, la décision s’apparente à un véritable choix de vie, assumé et revendiqué. La contrainte familiale ne s’exprime pas.

« Oui je dispose de plus de temps pour m’occuper des miens. Au moment où j’ai pris mon crédit-temps, mes parents n’avaient pas encore vraiment besoin d’aide. Entre-temps mon père est décédé et je passe donc tous mes vendredis avec maman. C’est quelque part un petit luxe que je peux me permettre. Je n’aurais pas pu me permettre de faire ça pour eux avant. Maintenant, le vendredi n’est plus vraiment un jour de repos mais j’ai la satisfaction de pouvoir aider les miens » (Béatrice, 51 ans).

56Il s’agit également d’un profil de conciliation entre un investissement dans l’emploi et en dehors de celui-ci. Un équilibre à construire entre une activité professionnelle épanouissante et une envie d’autre chose, plus proche d’une sociabilité primaire, à l’intérieur du cocon familial. Les indemnités financières ainsi que la préservation des droits sociaux liées au crédit-temps contribuent indéniablement au choix posé.

57Cette typologie des bénéficiaires de crédit-temps permet de mettre en lumière des logiques différentes qui s’entrecroisent, des impératifs différents que l’on tente de concilier, des aspirations dans et hors travail.

58D’un côté, on y voit la puissance destructrice des conditions de travail sur les corps et sur les âmes par la mise en place de stratégies d’adaptation, de compensation, de récupération qui permettent aux travailleurs de continuer pour un temps à allier impératifs professionnels avec santé au travail. On perçoit la manière dont le management actuel fait peser sur les travailleurs des contraintes professionnelles de plus en plus dures qui affectent les existences. Même si cette méthodologie qualitative ne permet pas de quantifier avec précision l’ampleur de ces premières figures du crédit-temps, il apparaît clairement qu’elles sont majoritaires et affectent tant les hommes que les femmes, tous secteurs, tous niveaux hiérarchiques confondus.

59D’un autre côté, se dessine une transformation symbolique du travail, une aspiration à d’autres formes d’investissements affectifs et personnels, un recentrage sur soi ou sur ses proches, un temps choisi et investi pour soi et pour les autres. Le crédit-temps permet alors de concilier les temps sociaux, d’harmoniser au mieux besoins et aspirations, dans une quête d’harmonie. Bien que les profils soient davantage féminins, ils témoignent de la présence d’une véritable lame de fond qui balaye littéralement toute la société d’aujourd’hui, n’épargnant finalement que ceux qui n’ont d’autre choix que de demeurer dans leur situation actuelle. Les contraintes financières pèsent également sur le choix, favorisant ceux qui peuvent se permettre de réduire leurs rentrées financières ; le prix d’une forme de mieux-être.

Conclusions

60Les résultats de recherche présentés dans cet article confirment l’intérêt croissant pour des formules d’aménagement de fins de carrière dans le paysage belge actuel. Ce véritable engouement des travailleurs belges pour l’introduction d’une souplesse dans leur temps de travail s’explique partiellement par le climat social et politique dans lequel prennent place ces mesures, notamment en termes de maintien des droits pleins à la retraite. Mais cet engouement relève également d’autres logiques sociales, d’un agencement des temps sociaux qui évolue dans un souci d’articulation entre temps contraint et temps choisi, entre activité professionnelle et loisirs, mais aussi au cœur même du temps de travail. Ainsi, trois conclusions s’imposent.

61La première remet en question la construction d’un cycle ternaire de la vie : les temps sociaux s’enchevêtrent davantage et la fin de carrière « couperet » doit sans doute être revue, tout en protégeant les travailleurs d’une précarisation en fin de vie professionnelle.

62En effet, les aspirations des travailleurs âgés s’orientent clairement vers une articulation des temps sociaux plus harmonieuse, plus sereine, qui n’est pas sans interroger le symbolique : le temps pour soi apparaît de plus en plus comme un impératif catégoriel central dans cette articulation. Pouvoir disposer d’un temps pour soi, dégagé des obligations professionnelles s’impose de plus en plus comme un temps de respiration nécessaire face aux exigences du social. Un temps pour soi parfois d’ailleurs mis à contribution pour les autres, dans un rôle familial choisi ou non. Ce sera la deuxième conclusion.

63Ces temps de respiration sont d’autant plus nécessaires qu’ils répondent également à des besoins, physiologiques ou mentaux, de récupération face à des contraintes professionnelles de plus en plus exigeantes et à des contextes professionnels de plus en plus éprouvants. Mais à l’intérieur même du temps professionnel, se joue également une aspiration des travailleurs âgés à davantage de liberté dans l’organisation, dans l’agencement des tâches à effectuer. Ainsi en effet, le temps plein s’impose davantage en fin de carrière lorsque le travailleur peut disposer d’une forme d’autonomie et de confiance au travail.

64Ces trois conclusions montrent combien la gestion politique (au sens large du terme) des fins de carrière ne peut se priver d’une réflexion plus globale sur l’articulation des temps sociaux. Ainsi, au final, même si les données récoltées ne sont pas représentatives statistiquement de la population active belge, les résultats présentés démontrent combien les politiques publiques de demain devront prendre en considération cet enjeu majeur d’articulation des temps sociaux, au risque de ne pas pouvoir s’adapter aux demandes d’une population au travail dont les valeurs et les normes sont en pleine mutation…

Haut de page

Bibliographie

Askenazy P., Carron D., de Coninck F. & M. Gollac (2007), Organisation et intensité du travail, Toulouse, Éditions Octares.

Bessin M., Bidart C. & M. Grossetti (2010), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, Éditions La Découverte.

Burnay N. (2008), « Voluntary early Retirement: Between Desires and Necessities », Pistes, vol. 1, n° 2, pp. 3-22.

Burnay N., « Transformations des parcours de vie et fin de carrière. L’exemple du crédit-temps en Belgique », dans Ertul S., Melchior J.-P. & P. Warin (2012), Les Parcours sociaux à l’épreuve des politiques publiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes, pp. 57-70.

Burnay N., Ertul S. & J.-P. Melchior (2013), Parcours sociaux et nouveaux desseins temporels, Paris, Éditions Académia-L’Harmattan.

Combalbert N. & C. Riquelme-Sénégou (2006), Le Mal-être au travail, Paris, Presses de la Renaissance.

De Nanteuil M. & A. El Akremi (2005), La Société flexible, Toulouse, Éditions Érès.

Elder G. H., Kirkpatrick Johnson M. & R. Crosnoe (2003), « The Emergence and Development of Life Course Theory », dans Mortimer J. T. & M. J. Shanakan (dir.), Handbook of the Life Course, New York, Kluwer Academic/Plenum Publishers, pp. 3-19.

Kiss P., De Meester M. & L. Braeckman (2008), « Differences between Younger and Older Workers in the Need for Recovery after Work », International Archives of Occupational and Environnemental Health, vol. 81, n° 3, pp. 311-320.

Kohli M. (1985), « Die Institutionalisierung des Lebenslaufs », Kölner Zeitschrift für Soziologie und Sozialpsychologie, n° 37, pp. 1-29.

Gollac M. & S. Volkoff (2000), Les Conditions de travail, Paris, Éditions La Découverte.

Guillemard A.-M. (2003), L’Âge de l’emploi : les sociétés à l’épreuve du vieillissement, Paris, Éditions Armand Colin.

Lalive d’Épinay C., Bickel J.-F., Cavalli S. & D. Spini (2005), « Le parcours de vie : émergence d’un paradigme interdisciplinaire », dans Guillaume J.-F., Lalive d’Épinay C. & L. Thomsin (dir.), Parcours de vie. Regards croisés sur la construction des biographies contemporaines, Liège, Les Éditions de l'Université de Liège, pp. 187-210.

Lesemann F (2007), « La gestion des âges et la gestion au travail », dans Tremblay D.-G. (dir.), D’une Culture de retraite vers un nouveau management des âges et des temps sociaux, Québec, Presses de l’Université du Québec, pp. 33-45.

Rosa H. (2010), L’Accélération, Une critique sociale du temps, Paris, Éditions La Découverte.

Sapin M., Spini D. & É. Widmer (2007), Les Parcours de vie. De l’adolescence au grand âge, Lausanne, Éditions Savoir suisse.

Sivadon P & A. Fernandez-Zoïla (1983), Temps de travail, temps de vivre, Liège, Éditions Mardaga.

Théry L. (2006), Le Travail intenable, Paris, Éditions La Découverte.

Vendramin P., Valenduc G., Molinié A.-F; Volkoff S., Ajzen M. & E. Léonard (2012), Sustainable Work and the Ageing Workforce, Luxembourg, European Working Conditions Survey.

Vrancken D. & L. Thomsin (2008), Le Social à l’épreuve des parcours de vie, Bruxelles, Éditions Académia.

Widmer É. & G. Ritschard (2013), « Parcours de vie : une pluralisation "encastrée" », dans Burnay N., Ertul S. & J.-P. Melchior (dir.), Parcours sociaux et nouveaux desseins temporels, Paris, Éditions Académia-L’Harmattan, pp. 293-313.

Yonnet P. (1999), Travail, loisir. Temps libre et lien social, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Notes

1 Pacte de solidarité entre les générations - loi du 23 décembre 2005.

2 Signalons que les mesures de crédit-temps ont été modifiées en Belgique à dater du 1er janvier 2013 et sont plus restrictives qu’auparavant. Nous avons présenté les mesures telles qu’elles étaient en vigueur en moment de la récolte des données.

3 Cette recherche a été financée par le Fonds scientifique du CESI, service externe de prévention et de protection au travail en Belgique.

4 Il était difficile d’inclure dans un seul modèle l’ensemble des variables sélectionnées pour des raisons liées à la taille de l’échantillon. Nous avons dès lors opté pour des blocs de variables permettant de n’inclure, dans chaque régression, qu’un nombre limité de variables. Il s’agit sans doute d’un biais important de notre recherche.

5 Cette section a déjà fait partiellement l’objet d’une publication (Burnay, 2012). Mais le texte a été profondément remanié tant au niveau du fond que de la forme. C’est pourquoi nous nous sommes permis de le proposer dans le cadre de cette revue.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Figures du crédit-temps
URL http://journals.openedition.org/sociologies/docannexe/image/4440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Burnay, « Aménagement des fins de carrière : entre reconfiguration des temps sociaux et transformations normatives  », SociologieS [En ligne], Dossiers, Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 20 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4440

Haut de page

Auteur

Nathalie Burnay

Département de sciences politiques et sociales, Université de Namur et Centre de recherche IACCHOS, Université catholique de Louvain (Belgique) - nathalie.burnay@unamur.be

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page