Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2013Temps professionnels, temps presc...Les impacts de la flexibilité du ...

2013
Temps professionnels, temps prescrits, temporalités sociales

Les impacts de la flexibilité du travail sur l’interaction travail-famille/vie personnelle

Le cas des journalistes et des pigistes de la production de livres au Brésil
Impacts of work flexibility on work-family/personal life relation: the case of press journalists and freelancers working for book editors in Brazil
Paulo-Cesar Greenhalgh de Cerqueira Lima

Résumés

La question traitée est l'articulation travail-vie familiale/personnelle, dont les frontières se brouillent de plus en plus. La flexibilité du travail est la catégorie analytique utilisée dans cette étude. Des journalistes professionnels salariés et des pigistes prestataires de services pour les maisons d’édition de Rio de Janeiro participent à léchantillon étudié. Les dimensions de la flexibilité contribuant plus au déséquilibre dans la relation travail-famille sont la dimension du contrat et la dimension temporelle et les deux groupes connaissent des situations conflictuelles différemment, selon leurs caractéristiques de flexibilité. Nous avons observé que le prolongement du nombre d'heures travaillées augmente la probabilité de conflit. Des mesures de conciliation de la relation travail-vie familiale/personnelle doivent tenir compte de ces aspects de la flexibilité du travail.

Haut de page

Texte intégral

Introduction et problématique

1Le conflit travail-famille/vie personnelle est présent dans la société à travers le monde y compris au Brésil. Diverses études et recherches, dont Crompton & Lyonette (2006) ; Hirata (2002) ; Tremblay (2003 et 2012a) ; Sorj et al. (2007) et bien d'autres, mettent en cause des notions enracinées comme celle selon laquelle il revient à la femme de résoudre le conflit, grâce à son double dévouement à l’emploi et aux occupations domestiques.

2La flexibilité des heures travaillées est la principale demande des parents en vue d’atteindre un équilibre entre travail et vie familiale (Tremblay, 2003 ; Sorj et al., 2007 ; Hyman et al., 2005). Des recherches menées dans plusieurs pays européens ont montré que « le nombre d'heures travaillées était le facteur prédictif le plus important du conflit travail - vie personnelle » (Crompton & Lyonette, 2006, p. 385), alors que d’autres travaux ont montré que cela varie selon la catégorie professionnelle et que le soutien du conjoint ainsi que du supérieur immédiat peuvent parfois être le facteur le plus important pour faciliter la conciliation (Tremblay, 2012a et b).

3Nous nous intéressons ici à l’effet de la flexibilité du travail dans l’interaction travail-famille. Cet article est issu en partie d’une thèse de doctorat, à caractère qualitatif, dans laquelle nous avons étudié les caractéristiques et les effets de la flexibilité du travail auprès de deux groupes professionnels dans la municipalité de Rio de Janeiro – celui des journalistes professionnels employés par des quotidiens imprimés, tels les rédacteurs, les éditeurs et les maquettistes – et un deuxième groupe, celui composé par des pigistes professionnels responsables de la production éditoriale des livres, tels les traducteurs, les rédacteurs et les correcteurs.

4Les travailleurs sélectionnés comme terrain d’observation appartiennent à des groupes définis par leur haute qualification, en termes de scolarité. Ils partagent certaines similitudes dans leurs activités, comme le travail rédactionnel et les ressources technologiques nécessaires pour l'exercer. D’autre part, ces deux groupes sont très différents en ce qui concerne les relations de travail. Les journalistes professionnels observés sont formellement engagés par des entreprises des médias et y travaillent, alors que les pigistes travaillent à leur compte (sans contrat de travail – seulement un contrat qui formalise le service rendu) et ils le font presque toujours chez eux. En un mot, le travail des pigistes n’est couvert par aucune protection sociale, présentant un haut degré de flexibilité « de contrat ».

5Dans cette étude, nous identifions pour les deux groupes étudiés les dimensions de la flexibilité qui contribuent le plus au déséquilibre dans la relation temps professionnel-temps social. Deux questions centrales font l’objet de notre article.

6La première est le rôle que l’extension du temps de travail joue dans le conflit travail-famille/vie personnelle. Plus long est le temps de travail, plus grande serait la probabilité de conflit. Il s’agit ici de la flexibilité temporelle, qui peut être évaluée de façon positive ou négative. Elle est positive en tant que liberté de choix dans les horaires de travail, comme dans les « arrangements bons pour la famille » qui permettent au travailleur d’organiser son travail. La flexibilité peut aussi être vue de manière négative, en tant qu’excès ou imprévisibilité du temps de travail. (Vendramin & Valenduc, 1999). Dans ce dernier cas, c’est un facteur décisif pour accentuer le conflit travail-famille. Diane-Gabrielle Tremblay montre que la flexibilité qui est préconisée comme un facilitateur de la conciliation travail-famille/vie personnelle doit être distinguée « de celle parfois recherchée par les employeurs et qui consiste à rentabiliser davantage leurs entreprises » (Tremblay, 2012a, p. 110).

7Les deux groupes professionnels ont des relations de travail très différentes. La deuxième question traite de l’effet de cette différence sur les attitudes et les stratégies de ces groupes en ce qui concerne le conflit travail-famille/vie personnelle. Nous trouvons des réactions ambiguës au sein des deux groupes face à cette flexibilité contractuelle et à la flexibilité des horaires qui l’accompagne. Les sentiments positifs « d’une plus grande liberté » se mélangent à ceux de « l’exploitation au travail » que nous pouvons associer à l’ambiguïté même du concept de flexibilité. (Tremblay, 2012a ; Salerno, 1991 ; Vendramin & Valenduc, 1999 ; Hyman et al, 2005).

8L’article commence par une introduction, puis nous verrons les concepts de base liés à la flexibilité. Nous nous intéressons dans un troisième temps au marché éditorial et au cadre de travail des groupes professionnels étudiés. Puis, nous présentons la méthodologie avant de passer aux résultats et à la conclusion.

Concepts liés à la flexibilité

9Selon plusieurs auteurs (Boyer, 1986 ; Vendramin et al., 2000 ; Salerno, 1991), la flexibilité peut prendre différents sens. Mário Sergio Salerno, auteur travaillant sur l'ingénierie de production, remarque que le sens commun dans l'industrie et dans l'ingénierie renvoie « à la capacité à changer rapidement le produit en cours de fabrication » (Salerno, 1991, p. 54), mais la souplesse d'un système de production se définirait « seulement dans un contexte donné de produit-processus-marché dans lequel interviennent les dimensions et critères d'évaluation (efficacité) intra- et extra-entreprise » (Ibid., p. 55). Dans ce contexte particulier interagissent les variantes technologiques, sociales, économiques et politiques, ce qui illustre l'historicité de la notion de flexibilité et l’intérêt de son étude par des disciplines diverses, comme la sociologie.

10Robert Boyer énumère plusieurs dimensions de la flexibilité des organisations productives comme celle de « l’aptitude à ajuster les équipements à une demande du marché variable en volume et composition » (Boyer, 1986, p. 237). La flexibilité est obtenue par un haut niveau d'automation et par la gestion optimale des flux de production. Ce serait la flexibilité technique (Vendramin et al., 2000) ; l’entreprise responsable du quotidien imprimé possède cet aspect de flexibilité car elle dispose de l'équipement qui permet l'insertion et la mise à jour de l’actualité jusqu'au « bouclage » de l’édition. Ce flux de l’imprévisible est géré par le manuel du professionnalisme journalistique (Traquina, 2001).

11Une autre dimension renvoie à « l'aptitude des travailleurs à changer de poste de travail au sein d'une organisation », aussi appelée flexibilité fonctionnelle. Il s’agit de la « versatilité » des travailleurs, ce qui implique des connaissances et des compétences pour dominer différents segments d'un même processus de production ; le mot-clé ici est la polyvalence de la main d’œuvre qualifiée.

Un cas extrême de flexibilité horaire/contrat
« La flexibilité, c'est quand on a la possibilité de concilier vie personnelle et le travail. J'ai beaucoup souffert de cela, [...] l'absence, je ne vois pas mes frères, mes parents, ils dorment lorsque je rentre, quand je repars travailler, aussi. Je n’ai pas les moyens de partager leur vie... » (Journaliste ; elle a travaillé sur des sujets liés au crime organisé et a reçu une protection policière pendant plusieurs semaines hors de la ville).

12La journaliste adopte ici la vision de la flexibilité positive pour les travailleurs. Ce serait la liberté d’adopter des horaires de travail compatibles avec ses besoins personnels ou familiaux.

13Le journalisme multimédia est un exemple de la flexibilité fonctionnelle, qui peut ou non apporter une qualification au travailleur. En ce qui concerne le chef de service qui met en page et qui corrige, comme on l'observe dans certaines rédactions, il s'agit d'un cas de polyvalence sans qu’il y ait un accroissement significatif de qualification. Les cas observés impliquent généralement une intensification du travail.

14La dimension suivante est la faiblesse des contraintes juridiques régissant le contrat de travail (et en particulier les décisions de licenciement). Cela met l'accent sur les aspects institutionnels rattachés aux lois qui régissent l'emploi et les dispositions des conventions collectives. « Vont dans le sens de cette flexibilité toutes les mesures qui réduisent les attaches d’un travailleur vis-à-vis [...] d'une entreprise particulière » (Boyer, 1986, p. 238). L'auteur souligne qu'il existe une tendance de l’entreprise à considérer cet aspect « clé » pour retrouver la flexibilité « perdue » lors des avancées acquises par les travailleurs dans l’apogée du fordisme. Il ajoute : « Cette malléabilité du volume de l’emploi peut aussi être atteinte par la variation sans contraintes de la durée hebdomadaire du travail, de la répartition des horaires annuels en fonction du volume des commandes » (Ibid., p. 238). De cette façon, le nombre de travailleurs, des heures et des journées de travail s’ajustent ; il s’agit donc d’une flexibilité numérique (Vendramin et al., 2000, p. 32) et temporelle, intrinsèque à cette flexibilité de contrat qui comprend le travail à temps partiel (actuellement en étroite relation avec les tâches domestiques des femmes), le surmenage (exploration) et l'externalisation de la main d’oeuvre, un élément fondamental du marché du travail dans l'édition de livres. La figure emblématique serait celle du « travailleur intérimaire ».

15Cette dimension est présente dans quelques journaux à Rio de Janeiro, sous trois formes : l'emploi de stagiaires dans le rôle de rédacteurs, l’embauche des journalistes en tant qu’entreprise individuelle (ceux qu’on appelle « personne juridique ») et le travail non-rémunéré. Le «journaliste-personne juridique » prend en charge les dépenses de sécurité sociale à la place de la société qui l’embauche. Le travailleur non-rémunéré est considéré comme étant en situation d’apprentissage (Lima, 2007, p. 194).

16Cet ensemble (partiel) de dimensions de la flexibilité, interconnectées et contradictoires, caractérise le capitalisme mondial, dans lequel non seulement la production est flexible, mais les êtres humains et la société doivent l’être également (Sennett, 1999). Considérons maintenant deux questions cruciales intégrées dans la notion de flexibilité.

17La première est la « stabilisation » de la dualité dans l’ensemble des travailleurs entre les core workers et les travailleurs périphériques (Harvey, 2004). Les premiers ont la possibilité de reclassement et d'adaptation à de nouvelles tâches, aux nouveaux procédés et aux sources d'information. Ils sont « multifonctionnels ». Les périphériques vivent la flexibilité du contrat : en travaillant par intermittence ou pour une période déterminée, le travailleur est « indépendant » – il est de plus en plus dissocié de celui qui le paie et de ceux avec qui il partage l'activité.

18La deuxième question porte sur la difficulté de planifier vie personnelle et familiale. Ulrich Beck met l’accent sur la dimension du risque liée à la fragmentation du travail, qui élimine ce qu’il y avait en tant que sécurité et visibilité dans la vie professionnelle et rompt les limites de la vie familiale, créant éventuellement des problèmes dans les relations avec la famille et les amis (Beck, 2003). Richard Sennett souligne la difficulté à planifier une carrière avec les interruptions de plus en plus fréquentes et des changements rapides dans les compétences requises (Sennett, 1999). Il devient difficile de forger des liens de travail à long terme tout comme dans la vie personnelle, ce qui entrave le développement de relations de confiance. L'auteur pose la question : « comment maintenir la loyauté et les engagements mutuels dans les institutions qui sont continuellement repensées ? » (Ibid., p. 10)

Le marché éditorial et le cadre des groupes professionnels étudiés

19Tenant compte des concepts de flexibilité vus plus haut, nous traitons maintenant des aspects de l'organisation de la production de livres et des quotidiens, ainsi que du travail de production. Une telle organisation s’intègre dans le contexte régulateur des conditions de travail construit dans les dernières décennies du xxe siècle au Brésil, incluant les accords des conventions collectives du travail, la médiation de l’État et l'embauche des salariés à durée indéterminée avec une journée à temps complet de huit heures.

20Ce modèle a été rendu plus « flexible » dans les années 1990 (Cacciamali & Britto, 2002), avec l'introduction d'une législation visant la flexibilisation du temps de travail. Mentionnons les lois du travail à temps partiel (1998) et de la banque d'heures (1998), celle-ci ayant été utilisée de façon intensive par les entreprises de presse. La banque d'heures établit, dans la négociation collective, que « les heures supplémentaires travaillées une journée sont compensées par une diminution correspondante d'une autre journée de travail » (Cunha, 2011).

21De manière parallèle, la formalisation des relations du travail a augmenté. En 1999, 53,4% du total des emplois au Brésil (à part les travailleurs domestiques) reposaient sur un contrat formel qui incluait le droit à la sécurité sociale ; ce taux a atteint 59,6% en 2009, sur un total de 54,3 millions de salariés. (IBGE, PNAD, 2009) Cette situation touche directement les journalistes, qui ont vu croître leur professionnalisation, la réglementation de la profession et, surtout, la formalisation des relations de travail. Celle-ci est concrétisée par la carte de travail, document officiel d’enregistrement des principales caractéristiques de la relation employeur-employé.

22La participation des salariés « à leur compte » dans la population active occupée a connu une certaine stabilité entre 2004 (22,0%) et 2009 (20,5%). Ce travailleur exploite sa propre entreprise, seul ou avec un associé, sans avoir d’employés, en comptant ou pas sur l'aide de travailleurs non rémunérés (IBGE, PME, 2012). Il y a un écart entre les sexes, les salaires des hommes étant plus élevés de 32,7% que ceux des femmes dans ce secteur (IBGE, PNAD, 2009).

23L’utilisation des termes « indépendant » et « autonome » ne fait pas consensus, mais la notion de travailleur indépendant recueille davantage de soutien. Selon Martine D’Amours l’indépendant n’a pas de « liens de dépendance juridique » (D’Amours, 2006). Diane-Gabrielle Tremblay et Émilie Genin (2008 :3) appellent indépendants les travailleurs « à leur propre compte et sans employé », en suivant la terminologie canadienne reconnue (Tremblay & Genin, 2008, p. 3). Au Brésil, l’expression « indépendant » n’est pas utilisée, elle s’approche de celle du travailleur « à son compte» ou de « l’autonome », qui représentent la même situation, mais peuvent être couverts par la sécurité sociale.

24Pourquoi mettre l'accent sur le travail « à son compte » ? La grande majorité des pigistes travaillant pour le marché de l’édition des livres se trouve dans ce type de situation (on peut également créer une micro-entreprise, pour des raisons fiscales). Parmi les travailleurs à leur compte, les pigistes de l’édition de livres occupent les tranches supérieures d’éducation et de revenu.

Le marché de l’édition brésilienne

25Le secteur de la production de livres au Brésil représentait en 2011 quelques 58 200 titres et près de 500 millions d'exemplaires, dont environ 470 millions vendus, soit une valeur de US$ 4,84 milliards. Les ventes d’exemplaires ont augmenté de 46% par rapport à 2002 (SNEL, 2012).

26Chez les petits éditeurs, les fondateurs exercent eux-mêmes souvent toutes les activités de la production éditoriale. Chez les grands éditeurs ou ceux de taille moyenne, quelques coordinateurs éditoriaux, correcteurs et maquettistes salariés constituent le « noyau dur » requis par l'organisation du travail et doté d'une flexibilité fonctionnelle élevée qui contrôle le flux de production externalisée aux indépendants « prestataires de services » dans la production éditoriale (flexibilité de contrat). Correcteurs, traducteurs, graphistes composent un carnet des fournisseurs qui privilégie ceux qui respectent les délais, les normes de qualité et les critères éditoriaux de l’entreprise, comme nous le souligne une éditrice : « C'est la science du producteur éditorial, il doit savoir faire son choix [...]. J'ai réussi à assembler une merveilleuse équipe de fournisseurs, la priorité va à eux » (Éditrice).

27Les éditeurs « maintiennent » les fournisseurs qui répondent à leurs attentes. Bien que ceux-ci et les éditeurs n’aient pas de lien contractuel, certaines méthodes de gestion des pigistes, telles que la sélection, le contrôle de production sont similaires à celles utilisées auprès des employés. L'externalisation procure aux entreprises des coûts fiscaux plus faibles, réduit le coût des installations, ainsi que ceux pour l’équipement et la formation. On trouve souvent la figure du pigiste « régulier » ou « fixe », qui travaille régulièrement pour un même client, en général une grande maison d’édition. Pour le professionnel, l’avantage réside dans une certaine prévisibilité dans l’offre de services mais, par contre, ceci est compensé par une totale absence d’avantages sociaux.

Production de médias imprimés au Brésil

28La presse au Brésil se concentre sur des conglomérats de propriété familiale dans les grandes capitales. La circulation (des ventes journalières vérifiées) des quotidiens tend à ralentir. Entre 2000 et 2012 les ventes ont augmenté de 3,5 à 4,5 millions d'unités, y compris les éditions numériques et en ligne (environ 4% du total). Entre 2011 et 2012, la circulation a progressé de 1,8% (IVC, 2012). À Rio de Janeiro, au cours des dernières décennies, le nombre de quotidiens imprimés comme de travailleurs a fortement diminué pour se stabiliser au cours des quinze dernières années. En 1950, on comptait 22 quotidiens (Abreu, 2002) ; en 2011, il y avait neuf quotidiens imprimés à Rio.

29Dans le groupe des journalistes professionnels étudié (Lima, 2007) la plupart des travailleurs ont un contrat de travail régi par le code du travail, qui comprend un congé annuel de 30 jours, un 13e mois payé, ainsi que le FGTS – Fonds de garantie d’ancienneté de service et d’autres prestations.

30Le marché des journalistes inclut une proportion importante et croissante de femmes. Pour neuf éditions de quatre quotidiens de Rio, nous avons constaté une participation des femmes journalistes de 39% en tant que chef de service et de 51% pour les articles signés.

Les groupes professionnels possédant différents statuts

31Les groupes professionnels choisis sont similaires en ce qui concerne les classes moyennes auxquelles ils appartiennent et, par conséquent, quant à leur niveau culturel et éducatif. Comme nous l'avons vu, ils diffèrent par contre fortement dans la relation contractuelle de travail. Les journalistes salariés font généralement des activités parallèles tout comme les pigistes, et ce, pour de nombreux commanditaires, comme les journaux de quartier et des maisons d’édition. Ils expliquent cette situation par la nécessité d’aller chercher un supplément de salaire, mais également par un besoin personnel de diversification, de satisfaction d’autres aspirations professionnelles. En revanche, les pigistes sans contrat régulier avec des maisons d'édition travaillent avec un contrat par mission. Inutile de dire qu’ils sont fortement défavorisés en ce qui concerne les avantages sociaux. Dans ce contexte de travail fortement flexible fondé sur une précarisation des statuts, le conflit entre le travail et la vie familiale / personnelle prend une importance croissante.

Méthodologie

32Dans notre recherche sur le travail de journalistes de sept quotidiens de Rio de Janeiro, nous avons utilisé deux outils de collecte de données : des interviews semi-structurées et des questionnaires. Nous avons aussi réalisé des observations au sein des rédactions. Les interviews et les questionnaires ont été, à notre avis, les meilleurs outils pour capter la perception des professionnels sur les caractéristiques de leur travail et sa relation avec la flexibilité. Cela a également permis de connaître les caractéristiques objectives de ce travail.

33Nous avons soumis le questionnaire à un échantillon de 61 journalistes dont 42 ont été aussi interviewés en profondeur. De plus, 20 journalistes professionnels, tels des anciens journalistes, des enseignants et des membres du Syndicat des journalistes professionnels ont été interrogés afin de permettre une vision critique de l'histoire et du contexte du journalisme à Rio. Le questionnaire incluait des questions sur le profil socio-économique et l'impact de la flexibilité du travail pour les salariés, alors que les entretiens ont approfondi les questions telles que les motivations et les perceptions liées aux divers aspects du processus de travail. Les deux outils de collecte ont été construits à partir des dimensions de la flexibilité retenues dans les travaux scientifiques (Boyer, 1986 ; Vendramin et al., 2000), qui mettent en relief, respectivement, les aspects organisationnels et ceux liés aux nouvelles technologies de l’information. Les principaux éléments du questionnaire sont des données socioprofessionnelles et des données relatives aux dimensions de la flexibilité du travail, à la carrière et à l’articulation travail-famille/vie personnelle, tels l’amour du travail, la réalisation personnelle, le stress, la sécurité d'emploi, l’invasion de la vie de famille par le travail. L'entretien a permis d’approfondir les thèmes tels que la routine et le contrôle du travail, la relation activité-temps et le projet professionnel.

34Pour la constitution de l'échantillon, nous avons employé la méthode dite de « boule de neige », à savoir que nous avons interviewé des journalistes du même réseau, qui nous référaient à des connaissances. Nous avons soumis personnellement les questionnaires/entretiens à l'ensemble de l'échantillon, souvent au sein même des rédactions, ce qui a enrichi le processus de collecte des données.

35Nous avons observé le processus de production au sein des rédactions de quatre quotidiens. Nous avons pris part à des réunions pour discuter des sujets éditoriaux et pour définir la page de couverture du journal. Ces observations ont été recueillies de juillet 2006 à mai 2007 et ont permis d’évaluer auprès des journalistes la dynamique des relations de travail développées au sein des rédactions. Nous avons pu observer les réactions au stress et aux longues journées de travail, de sorte que notre étude permet d’analyser des aspects importants de la relation travail-vie quotidienne.

36Dans la recherche de terrain auprès de professionnels « à leur compte » de la production éditoriale des livres, les outils de collecte de données ont également été des interviews et des questionnaires, de manière analogue à la démarche auprès des journalistes. Quinze professionnels ont été interviewés en profondeur. Notre stratégie a été de contacter des pigistes auprès d'un échantillon diversifié de dix éditeurs différents. Ces travailleurs ont été interrogés par nous et les entrevues ont eu lieu chez eux la plupart du temps, ce qui a facilité l’interaction entre chercheur et interviewé.

Profil de l’échantillon de journalistes salariés et de pigistes de la production de livres

37Les femmes constituent la majorité dans les deux groupes professionnels (Tableau 1) : 54,1% du total des journalistes et 73,3% (11 sur 15) du total des pigistes.

Tableau 1 : Composition de l’échantillon selon le groupe professionnel et le sexe

Sexe

Total

Masculin

Féminin

Groupe professionnel

n

%

n

%

n

%

Journalistes salariés

28

45,9

33

54,1

61

100,0

Pigistes auprès des maisons d’édition

4

26,7

11

73,3

15

100,0

Total

32

42,1

44

57,9

76

100,0

n = nombre de questionnaires soumis.

38Les journalistes étaient pour la plupart des rédacteurs (64%), des éditeurs et des chefs de service (25%), des maquettistes (3) et des photojournalistes (2). Les pigistes interviewés étaient des traducteurs (3), correcteurs et reviseurs de textes (2 de chaque activité professionnelle) et un professionnel pour les autres activités, tels les consultants, les attachés de presse et le concepteur-graphiste. Les pigistes appartiennent à des tranches d’âge les plus élevées (moyenne 40,3 ans ; deux ont plus de 57 ans), tandis que les employés des quotidiens ont en moyenne 35 ans. Les médianes d’âge sont respectivement 37 et 32 ans. Les journalistes ont le profil suivant : ce sont des célibataires (60,3%), avec un niveau considérable de divorcés (12%) ; le profil des pigistes est inversé, 43% sont célibataires et 21,4% (3 sur 14) sont divorcés (compatible avec l'âge plus élevé). Enfin, les journalistes de l'échantillon ont des enfants en moindre proportion (31,6%) que les pigistes (60%, 9 sur 15).

Les limitations des échantillons

39Les échantillons n’ont pas été choisis de manière aléatoire car cela aurait exigé la disponibilité des registres par catégories. Afin d’obtenir une certaine représentativité parmi les journalistes, nous avons cherché, dans la composition de l'échantillon, un degré raisonnable de diversité des postes et des activités, mettant l’accent sur les rédacteurs. Une autre limitation est bien sûr la taille réduite de l'échantillon de pigistes.

40Les deux limitations rendent impossibles des inférences statistiques et la ventilation des données, ce qui nous fait considérer les comparaisons quantitatives seulement à titre indicatif – la généralisation exigerait des échantillons probabilistes avec un plus grand nombre de répondants. Les résultats sont cependant utiles, compte tenu de la rareté, au Brésil et même ailleurs, des recherches sur le travail des groupes étudiés (en particulier les pigistes).

L’articulation travail-famille et la flexibilité au travail

41Le terme « d'articulation » travail-famille/vie personnelle est préféré ici (Tremblay, 2012a, p. 19). Pour l'un des groupes professionnels étudiés, celui des travailleurs à leur compte, ce terme s’applique à la catégorie « travail », plus vaste que celle d’« emploi ». Le conflit souvent présent dans la mise en relation travail-famille, avec des désaccords entre le temps professionnel et le temps social, est conditionné par les conditions de travail, par la division effective du travail selon le sexe et par les politiques d’État favorables à la conciliation travail-vie. Dans les pays à haut niveau de précarité de l'emploi, comme le Brésil, un tel conflit est un symptôme et un élément de maintien de la précarité qui s’aggrave lorsqu’on constate la condition économique des femmes. La flexibilisation du travail a été retenue comme un élément-clé pour comprendre les déterminants de ce conflit.

À propos de la journée de travail et du contrat

42Les travailleurs pigistes ont des journées qu’ils déterminent eux-mêmes – mais elles sont conditionnées par les demandes des clients – car ils n’ont pas de contrat de travail. En revanche, les journalistes salariés des quotidiens maintiennent des liens contractuels et travaillent des journées en partie réglementées et en partie non – les effets de la réglementation sont complexes et limités. Comment des telles différences concernant la flexibilité contribuent-elles à permettre de comprendre la relation travail-vie de ces groupes professionnels ?

43Le nombre d'heures travaillées par semaine est un aspect fondamental du contrat de travail. Lorsque cela n'existe pas (pour le pigiste, par exemple), nous nous référons à la journée de travail effective. Les données recueillies révèlent que la moyenne des heures de travail quotidiennes la plus élevée est celle de travailleurs pigistes, dix heures et treize minutes, suivie par les journalistes (huit heures et 35 minutes). Les médianes sont, respectivement, neuf heures et huit heures et 30 minutes. La flexibilité de contrat explique probablement ces différences. En répondant, les pigistes ont évalué leur charge de travail à la maison, souvent sans horaires rigides (surtout pour ceux qui travaillent aussi la nuit). Les journalistes n’ont pas toujours considéré le temps travaillé à la maison pour les interviews, les recherches sur Internet et le matériau d’écriture.

44Les journalistes professionnels à Rio de Janeiro ont une journée contractuelle de cinq heures plus deux heures supplémentaires. Ils travaillent un nombre variable d'heures par jour en sus, en partie rattrapé par la banque d'heures, mais une partie reste tout simplement impayée. Parmi les journalistes, 85,7% ont affirmé qu'ils travaillent « souvent » ou « toujours » au-delà de la journée contractuelle de sept heures. Ce qui attire l’attention c’est le fait que 61% des journalistes (38 sur 62) ont indiqué que ces heures supplémentaires (en plus des sept heures de contrat) ne sont jamais rémunérées. Enfin, 12% des journalistes interviewés travaillaient plus de dix heures par jour.

45Les pigistes de la production de livres mentionnent fréquemment la nécessité d’instaurer une « discipline » en ce qui concerne la journée de travail :

« Il y a une question de discipline: [je fais des] heures de bureau ; aujourd'hui je travaille [à la maison] de 8h à 17h et non plus à l'aube... je « pointe » [...] je travaille moins et je me garde mon week-end. La flexibilité c’est ça, mais si vous n'installez pas une routine » (Traducteur pigiste) (voir également Costa, 2006):

46Notons que le pigiste « régulier », travaillant constamment pour un client, n’est pas contraint à avoir une disponibilité de temps pour la recherche de clients et le démarchage auprès des entreprises.

Travail et vie familiale

47L'invasion de la vie de famille par le travail est citée comme un désavantage du travail à domicile dans différentes recherches (Fraser & Gold, 2001 ; Tremblay et al., 2006). Diane-Gabrielle Tremblay et ses collègues ont mis en évidence, dans leurs recherches, les difficultés à établir les frontières entre le travail et la vie personnelle ; ainsi, des travailleurs indépendants au Québec (17%) font état de l’ingérence du travail dans la vie personnelle comme l’un des inconvénients du travail à son compte ; cependant, 31% voient celui-ci comme étant favorable à la conciliation famille/emploi (Tremblay & Genin, 2008). Une recherche qualitative auprès des télétravailleurs de Rio de Janeiro a identifié l’invasion de l’espace domestique comme un des désavantages du télétravail, soulignant la tension dans laquelle vit le télétravailleur pour être « simultanément demandé dans ses rôles de travailleur et de membre d’un foyer » (Costa, 2006, p. 149). Par contre, « plusieurs écrits voient la conciliation emploi-famille comme un avantage du télétravail » (Tremblay et al, 2006, p. 3 ; voir aussi Crompton et al., 2006)

48Ce « brouillage de frontières » travail-vie familiale est étroitement lié à la journée de travail et à la forme d’emploi ou de contrat. Dans notre recherche, 57,1% des pigistes interviewés (huit sur quatorze) travaillaient « fréquemment » ou « toujours » le week-end, tandis que 52,3% (n= 61) des journalistes se sont retrouvés dans cette situation. Le travail le week-end semble donc être routinier pour les deux groupes professionnels.

49Le facteur temps est confirmé par de nombreuses études comme étant le plus important dans le conflit travail-famille (Crompton et al., 2006). Dans le cas des journalistes, le travail en dehors de la journée est si fréquent – soit par sa nature, soit en raison de la pénurie de ressources humaines – qu’il est objet de règlementation. Une clause introduite par la convention collective, sous pression syndicale, a commencé à rémunérer le temps de travail réalisé en dehors de la journée, révélant par-là une tentative de contrôler un facteur générateur de conflit et visant à corriger une injustice.

50Parmi les journalistes interrogés, 46% ont déclaré qu'ils se sentaient envahis par le travail dans leur vie de famille, tandis que 33% (cinq sur quinze) des pigistes ont déclaré la même chose (Tableau 2):

Tableau 2 : La question travail-vie familiale selon le groupe professionnel

Groupe professionnel

Votre travail envahit-il votre vie familiale ?

Total

Oui

En partie

Non

n

%

n

%

n

%

n

%

Journalistes salariés

29

46%

22

34,9

12

19,0

63

100,0

À leur compte pour une maison d’édition

5

33,3

5

33,3

5

33,3

15

100,0

Total

34

43,6

27

34,6

17

21,8

78

100,0

51Compte tenu des réponses « oui » et « en partie », les pourcentages atteignent respectivement 81% et 67%. Les journalistes font tous les mois une ou deux astreintes de travail les week-ends, ils ont souvent des journées étendues et passent aussi beaucoup de temps dans les déplacements domicile-travail. Les pigistes ont une situation particulière, la majorité travaillant à la maison. Un tiers des interviewés a déclaré ne pas percevoir l'invasion du travail dans leur vie personnelle : ce sont ceux qui parviennent à construire une certaine « discipline », la séparation de l'activité de travail, dans le temps et l'espace, de la vie familiale. Pour un pigiste « régulier », la vie avec sa famille a été difficile jusqu'à ce qu'il puisse lui faire comprendre qu'il travaillait à la maison, de sorte qu’il ne pouvait pas être interrompu. Il a eu besoin d’établir la séparation physique entre les activités (voir aussi Tremblay, 2006) : « J'étais d'une humeur massacrante, les gens ne comprenaient pas, maintenant tout le monde comprend bien – quand je suis enfermé dans mon bureau, [...] je travaille... » (Pigiste).

52Certains interviewés ne voient pas les choses en termes d'invasion de la vie familiale par le travail. Une rédactrice, bien qu’elle soit d’accord que les journées de travail épuisent psychologiquement les personnes, a dit ne pas ressentir d’invasion dans sa vie personnelle. Ce serait une négation de la « mythologie temps-urgence ». Elle fait valoir qu’en fin de compte, une personne peut gérer la situation de manière à se préserver.

« Cela ne consomme pas ma vie personnelle… C’est une excuse pour ne pas faire d'autres choses si on tient beaucoup à notre vie personnelle [...] Je me force à aller dans des endroits quand je pars d'ici, car il y a une tendance [...] à vouloir rester à la maison, parce que c'est un travail qui nous renvoie dehors, dans les rues tous les jours, en contact avec [...] des situations différentes » (Journaliste).

53Nous avons observé différentes perceptions et formes d’adaptation ou manières de faire face à cette « invasion », reconnue ou non:

54• Besoin de « faire avancer » la charge de travail du jour suivant, soulageant le stress vécu pour le lendemain, en faisant du travail à la maison (les journalistes).

« J’essaie d’emporter des pages à réviser pour réussir à faire avancer [...] J’arrive le lendemain avec les corrections déjà faites. J’écris le soir à la maison, je mets mes enfants au lit et à l’ordinateur j’essaie au moins d’organiser l’article. Cela soulage mon stress » (Chef de secteur).
« Horaire ? Cela varie beaucoup parce que j’ai du travail à la maison quelquefois. Avant de sortir de chez moi, j’ai déjà écrit des e-mails et parlé avec des personnes au téléphone, je prends rendez-vous avec un député dans la rue. Je travaille tard la nuit chez moi, je travaille le week-end... » (Rédacteur).

55• Besoin économique d’exercer différentes activités professionnelles simultanées (les deux groupes) en raison de la faiblesse des salaires au Brésil :

« Le travail à la rédaction du journal ne rapporte pas d’argent. Je fais des "piges fixes". N’importe quel journaliste complète son revenu, il est difficile de survivre avec ce qu’on gagne, c’est un combat que nous avons... Théoriquement, nous travaillons exclusivement pour l’entreprise, sauf que le salaire est si bas que les patrons ne nous surveillent plus parce qu’ils savent que le salaire n’est pas suffisant. Aussi, je travaille beaucoup trop... à la maison le soir... je n’ai ni enfants, ni copain » (Rédactrice).
« Il y a des moments où on doit accepter tout le type de travail, le petit – pour payer la facture d’aujourd’hui et le grand – pour garder la tête hors de l’eau... » (Rédactrice pigiste).

56• Poursuite du travail en dehors de la rédaction, y compris les week-ends, en suivant les informations en temps réel :

« Je travaille toujours les week-ends et je ne vais pas à des fêtes ni à des rencontres. Souvent, je ne peux pas accepter des invitations... on a déjà annulé des fêtes à cause de moi. Pourtant, j’y suis depuis 20 ans et c’est ce que j’ai toujours voulu faire » (Rédacteur).

57• Pour les journalistes sportifs, obligation de travailler souvent le week-end, quand il y a des compétitions alors que la famille et les amis sont dans les temps de loisirs :

« Par contrat, nous devrions bosser un week-end et en chômer trois. Comme je travaille plus avec le sport – et que celui-ci est plus fort le week-end – c’est le contraire pour moi. En général, je travaille trois week-ends et j’en chôme un. J’essaie de compenser en me reposant un jour par semaine ou en accumulant pour les vacances, mais cela n’arrive pas toujours » (Rédacteur).

58• Besoin de se tenir disponible pour de nouveaux services, avec des délais serrés afin d'obtenir de nouveaux clients et de garder les clients réguliers (pigistes) :

« Ils disent "c'est bien parce que vous faites vos horaires". Je ne les fais pas, je fais le temps que le client demande [...]. Si on a besoin de passer une semaine à dormir quatre heures par nuit, on le fait [...] et je ne veux pas manquer une journée de travail [si on attrape la grippe], sinon je risque de perdre le client » (Rédactrice pigiste).

59• Difficulté de concilier les horaires pour résoudre des problèmes personnels et familiaux (journalistes) :

« Mon week-end de garde en est bien triste, je reste douze jours d’affilée, sans pouvoir sortir avec des amis... Il me faut, depuis quelques semaines, avoir un temps pour accompagner ma mère chez son médecin, elle a 80 ans » (Rédactrice)

60Nous avons retenu quelques citations, mais il s’agit de perceptions/actions constatées à maintes reprises dans les interviews. Les indépendants se battent pour une place dans le marché du travail éditorial et pour l'expansion de leur réseau professionnel. Cette lutte ouvre plusieurs fronts afin de répondre à leur question de survie : « Ai-je gagné de l'argent aujourd'hui ? ». (Rédactrice pigiste). Ce besoin, confirmé par les pigistes « non réguliers », amène les professionnels à accepter de nombreuses missions, ce qui conduit à de longues et multiples journées et à des déséquilibres dans la relation travail-vie personnelle. C'est un risque conscient, relié à des désirs manifestes de liberté, d'avoir le contrôle sur sa trajectoire professionnelle : «Au fond, je suis un nom sur le marché, avec mes compétences, qui peuvent être utilisées de différentes manières, c'est cela qui m'attire » (Rédactrice pigiste).

61Une autre rédactrice pigiste s’exprime sur cette nécessité ressentie d’autonomie, considérée en partie comme le rejet de travailler en entreprise. Elle se réfère à la période au cours de laquelle elle travaillait comme salariée dans une maison d’édition :

« Pour quoi faire ? Qu’est-ce que je gagnais avec ça [journée de travail rallongée quotidiennement] ? Quelques heures supplémentaires ? J’en avais assez ! J’ai commencé à faire des choses pour moi tous les jours – sport en salle et d’autres activités de loisir. Parfois, je reste tard au travail, par nécessité avec un auteur plus important [...] mais que pour ça ».

62Nous observons un refus de se préoccuper des politiques internes des entreprises. Une phrase en dit long : « J’aime me mêler seulement de mon travail, que ça » (Designer pigiste). Le témoignage d’une dernière rédactrice pigiste illustre ce sentiment d’autonomie et le rejet de la condition de salarié : « Je travaille beaucoup pour moi [emphase], plutôt que pour d’autres et je gagne beaucoup plus comme autonome que si je travaillais dans une entreprise ». Sa principale motivation pour être autonome est d’être près de ses enfants. Son statut professionnel présente une certaine stabilité (autant que possible), car elle révise depuis plus de dix ans pour une importante maison d’édition. La demande régulière assurée par une longue expérience stimule son auto-estime.

63On peut se demander alors ce qui mobilise des professionnels qualifiés à vouer leur vie professionnelle à un métier caractérisé par une forte flexibilité de contrat et de temps de travail. Il ne s’agit pas d’approfondir ici cette question, mais nous observons que le marché éditorial fait souvent l’objet de sous-traitance, en ce sens qu’il travaille presque seulement avec des pigistes. Le professionnel diplômé qui a la vocation de traducteur ou de rédacteur n’a pratiquement pas le choix d’être salarié – et, comme nous l’avons vu, ce professionnel a souvent par ailleurs une certaine aversion à l’égard du travail pour les autres, à l’idée d’avoir un patron.

64Les journalistes se battent pour le maintien de l’emploi et pour l’ascension professionnelle. L'invasion de la vie familiale par une activité professionnelle intermittente semble « naturelle » au métier, pourtant elle doit beaucoup à la politique d’engagement d’un minimum de main-d’œuvre menée par les groupes de presse. Il est évident que lorsqu’on travaille douze jours consécutifs, dix heures par jour (totalisant 120 heures d’affilée... atténuées par un congé hebdomadaire), cette invasion est fortement ressentie. Nous avons observé une indignation particulière concernant les astreintes de travail, mais seulement 16% des journalistes interrogés ont déclaré qu'ils « renoncent à leur vie personnelle à cause du travail », alors que 52% ont répondu « en partie ». Ainsi, même si nous avons observé une forte indignation, celle-ci ne mène pas à un haut niveau de résistance, bien que nous devions considérer les 52% de journalistes présentant un type de renoncement partiel. Il faut dire qu’un haut pourcentage de cette renonciation devrait correspondre à une faible anticipation de progression professionnelle et cela n’arrive pas, car 94% ont déclaré avoir (totalement ou en partie) cette attente. Les manifestations de « résistance » contre la confusion des domaines domestiques et professionnels, un type de combat pour la survie professionnelle dans un marché si étroit, étaient fréquentes. « Je ne renonce pas : j’ai une famille, un mari et deux enfants » ; « Je renonce en partie, par option je n’abdiquerais pas » ; « Ça fatigue le psychologique, plusieurs fois je me force à être avec des amis quand je sors d’ici » ; « Ça suffit de me mêler ici, à la rédaction, avec mon travail. C’est déjà assez », sont là des affirmations de journalistes des quotidiens.

65Non seulement les « astreintes » incarnent l'invasion de la vie familiale du journaliste, mais la profession vit au jour le jour, dans presque toutes ses activités, la flexibilité de la journée de travail à rallonge : « Je peux difficilement travailler à la maison, c’est très dur, ma fille me demande ; pour faire des interviews je dois attendre qu’elle se couche, parfois à 21h30 » (Chef de service). Le dévouement au travail provoque des sentiments de culpabilité chez les parents qui ne peuvent pas suivre le développement des enfants comme ils le voudraient (Lima, 2007). Un journaliste sportif explique : « Une fois j’ai demandé à mon fils, qui avait 7 ans, pourquoi il n’aimait pas le football et il m’a répondu : "parce que je te perds pour le football"... J’emmène mon fils à l’école, j’essaie de rattraper le temps perdu ». Une chef de section raconte le cas d’une parente journaliste : « Elle est arrivée à 45 ans déprimée, malade [...] faute de ne pas voir ses enfants grandir, elle travaillait tard la nuit, les bouclages du journal [...] elle vit rongée par la culpabilité envers son fils, son mari, qui sont des personnes normales... ».

66La perception dominante chez les journalistes semble être, par conséquent, de sentir l’intrusion du travail dans la vie familiale. Les conséquences de cette invasion sont exprimées de manières différentes mais, en général, on observe des reculs dans la fréquentation sociale et on cherche l’adéquation aux schémas de cette grande flexibilité du temps. Les manières de percevoir le problème varient selon la situation personnelle du journaliste : s’il est marié et a des enfants, s’il est célibataire et débutant dans ce métier. Il est intéressant de noter l’attitude, éventuellement minoritaire, de journalistes qui évitent un processus de victimisation, en s’affirmant face à un travail qui exige une volonté de faire face à de nouvelles situations chaque jour, pendant des journées de travail effectivement assez longues (Lima, 2007).

Sur les perspectives femme-travail

67Considérer que les femmes opèrent dans un système de travail incompatible avec la vie en couple, ou avec des responsabilités familiales, constituerait un constat difficile concernant la relation travail-vie familiale. Les décisions de retarder le mariage ou le moment d’avoir des enfants sont fréquentes toutefois pour ces raisons. Une journaliste constate que dans sa vie il n'y a pas de place pour le mariage : « Je n’aurais pas le temps d'y penser. Si j'avais des enfants aujourd'hui, ça m’obligerait à partir d’ici pour me consacrer à la famille, ce qui est impossible... ». Une rédactrice pigiste, diplômée depuis huit ans, ne peut pas encore obtenir des revenus réguliers et des économies lui permettant d'avoir un enfant. Elle est préoccupée par les coûts que ce projet implique, compte tenu des mois pendant lesquels elle ne pourra pas travailler. Une professionnelle pigiste voit la question différemment et elle justifie ainsi sa décision de travailler à son compte : « être près des enfants [...], pouvoir profiter au maximum d’eux ». Auparavant elle était employée dans une agence et complémentait le bas salaire les week-ends.

68Un facteur aidant à faire face au conflit travail-vie familiale est le fait que deux professionnels (journalistes ou pigistes) forment un couple. Pour les journalistes, ces unions sont fréquentes, la compréhension des difficultés liées aux horaires de travail est alors plus facile et cela aide le couple dans sa vie professionnelle et familiale. La compatibilité dépend d'une grille horaire négociée avec les supérieurs hiérarchiques, évidemment de façon inégale dans les rapports de forces, mais plusieurs témoignages indiquent une « compréhension » d’une grande partie de la hiérarchie, ce qui est important car les travaux montrent que le soutien du supérieur est souvent un facteur déterminant (Tremblay, 2012a ; Lima, 2007)

69Indépendants, travaillant à la maison et contrôlant leur production, ils avancent vers la compatibilité horaire, surtout lorsque les conjoints établissent des projets communs. Diane-Gabrielle Tremblay remarque, tout comme Gilles Guérin ((Guérin et al., 1997), que « le soutien du conjoint est le premier facteur permettant de réduire le stress ou de faciliter la conciliation » (Tremblay, 2012, p. 133). Une rédactrice pigiste aspire à avoir un lieu de travail et des situations distinctes de celles dans lesquelles elle prend soin de son enfant. Elle explique : « Avoir un ordinateur dans la chambre c’est terrible, je travaille tard et mon mari veut dormir ». L’ordinateur situé dans la chambre « transporte » le bureau à la pièce la plus proche de la relation conjugale. L’absence de séparation entre les deux a lieu à tout moment, car « il est toujours temps de travailler ».

Articulation travail-famille et flexibilité

70Nous avons vu que les différentes dimensions de la flexibilité sont interreliées. Le contrat de travail et les conventions collectives formalisent le travail des journalistes, mais n'empêchent pas la grande flexibilité horaire dans la pratique, celle-ci se réalisant dans les longues journées de travail et les astreintes les week-ends, un facteur important du conflit travail-famille.

71En revanche, les travailleurs à leur compte, par définition, n'ont pas les avantages de la réglementation – l'une de leurs grandes plaintes est le fait qu'ils ne peuvent pas prendre de vacances. Leur flexibilité horaire est grande en fonction de facteurs tels que le nombre des clients (et la proportion de clients « réguliers »). Un autre facteur est la nécessité plus ou moins grande d’accepter de nouvelles missions, à son tour influencée par la présence ou l'absence de soutien familial pour compenser des périodes de faible production. Dans les propos des personnes interrogées, l’existence de la discipline pour maintenir une routine de travail est cruciale pour éviter le « brouillage » des frontières travail-famille.

72Les témoignages et les données sur ce cas brésilien montrent clairement que les deux groupes professionnels sont largement affectés par la flexibilité temporelle dans son sens négatif et non comme un élément favorisant une conciliation travail-famille. Il faut cependant noter la distinction entre les deux groupes de professionnels concernant le conflit travail-famille, telle que mesurée par la question de l'invasion de la vie de famille par le travail. Les travailleurs disposant de plus de contrôle sur leur travail (planification et rythme, par exemple) – une partie importante de l'ensemble des pigistes – semblent percevoir ce problème dans une moindre mesure que les journalistes employés.

73En fonction de facteurs tels que le stade de développement professionnel où l’on se trouve, le soutien familial, l’état civil, avoir ou pas d’enfants dépendants, le pigiste réussit ou ne réussit pas à organiser son travail de manière à faciliter la conciliation travail-vie familiale/personnelle et ceci est aussi déterminé en partie par le travail à domicile. Les mêmes facteurs influent sur l’organisation du travail du journaliste, celui-ci étant conditionné par le travail salarié et par les normes très particulières du journalisme. Le planning quotidien du travail est hors de portée (sauf dans des cas particuliers typiques du « grand reporter »), présentant un faible degré d’autonomie, donc moins de ressources pour faire face au conflit travail-famille.

Conclusion

74Dans cet article nous avons traité la question travail-famille/vie personnelle dans ses rapports avec la flexibilité pour deux groupes professionnels pour lesquels le marché du travail est tendu et très concurrentiel. Dans notre recherche, les deux groupes ont montré une grande flexibilité au travail et les témoignages ont fait état de nombreuses situations de conflits dans l’articulation travail-famille/vie personnelle.

75Les caractéristiques de la flexibilité de contrat et de la flexibilité d’horaires sont présentes dans les déclarations des professionnels des deux groupes et dans l’observation de leur travail. Les témoignages sur le temps de travail – soit pour ce qui est des journées, soit quant aux « astreintes » – confirment l’influence directe de la flexibilité temporelle sur les conflits travail-famille (Tremblay, 2012a ; Crompton & Lyonette, 2006 ; Sorj et al., 2004 ; Vendramin & Valenduc, 1999 ; Hyman et al., 2005, parmi d’autres). Sous l’aspect quantitatif, les données recueillies sur la journée de travail, malgré les limites méthodologiques imputables au nombre limité de répondants, nous aident à comprendre comment ces espaces de temps consacrés au travail sont difficiles à intégrer avec les autres aspects de la vie. Aussi bien l’un que l’autre groupe mettent en place des stratégies différentes pour tenter d’arriver à concilier, parmi d’autres objectifs, le travail et la vie familiale/personnelle. Ainsi, le journaliste suit les procédures élaborées par sa profession, les outils « de la narration, des procédures et de discernement » (Traquina, 2001, p. 118), de façon à s'acquitter dans les plus brefs délais de son travail. L'accord syndical sur les congés et sur les heures travaillées en dehors de la journée de travail s'inscrit dans la tentative de contrôle des heures travaillées, indispensable pour accroître la conciliation travail-vie familiale/personnelle, mais les revenus ne semblent pas toujours permettre le respect de ces horaires. En revanche le pigiste contrôle raisonnablement l'organisation de son travail ; il s’agit alors, pour lui, de voir comment il assure l'autodiscipline, son réseau des contacts, sa formation, etc. L’absence de formalisation des relations de travail exige du pigiste des méthodes visant à concilier la relation travail-famille et celles-ci sont très dépendantes de caractéristiques telles que le degré de l’expérience professionnelle et la présence ou non d’enfants sous sa responsabilité.

76De nombreux témoignages de pigistes nous amènent à identifier schématiquement la séquence suivante : bas salaires/sécurité professionnelle – grande acceptation des services requis – longues heures de travail – conditions favorables au déséquilibre travail-vie familiale.

77Alors que le conflit travail-famille est étroitement lié à la flexibilité du temps de travail, l'augmentation du nombre d'heures travaillées augmente la probabilité de conflit, que l’on observe dans l’invasion de la vie personnelle/familiale par le travail chez plusieurs répondants. La réglementation de la « flexibilité positive », cependant, peut être utilisée en faveur du travailleur afin de réduire les risques de conflit, établissant la journée de travail en tenant compte des besoins personnels/familiaux ou le travail à mi-temps pour le membre du couple qui s'occupe d'un enfant pendant une certaine période.

78Dans le contexte brésilien, il semble bien qu’il faudrait, comme dans nombre d’autres pays, adopter des mesures de plus grande échelle (Sorj et al, 2007 ; Tremblay, 2012a), telles que les politiques en faveur d'un meilleur accès aux garderies publiques et en faveur de la participation du couple dans les responsabilités à l’égard des enfants, non seulement dans la reproduction, mais dans la création/formation dès l'enfance, des mesures et politiques qui sont encore bien timides au Brésil. (Sorj et al., 2007)

79Les entrevues amènent à conclure que des mesures visant à équilibrer la relation travail-famille devraient être discutées avec les journalistes, leurs syndicats et les employeurs. Dans la presse, les longues journées de travail trouvent leurs racines dans le volume réduit de main-d'œuvre embauchée dans les rédactions et dans l'immutabilité des principes d'organisation du travail, par rapport à la grille horaire, comme elles sont aussi liées à l’application des congés et aux astreintes de service. La contrepartie financière aux projets de marketing qui se sont intensifiés et au développement technologique (par exemple, le journalisme multimédia) dans les journaux pourrait améliorer le niveau de rémunération du journaliste, rendant plus facile sa conciliation travail-famille, mais il n’est pas certain que cela se réalise.

80En ce qui concerne les travailleurs pigistes de la production éditoriale, compte tenu de la permanence de la politique d'externalisation du travail, il faut une législation qui diminue les problèmes bureaucratiques des « entrepreneurs » individuels, allégeant également la charge fiscale des travailleurs, qui doivent se financer eux-mêmes, ce qui n’est pas facile.

Haut de page

Bibliographie

Abreu A. (2002), A Modernização da imprensa (1970-2000), Rio de Janeiro, Edições Zahar.

ANJ, Associação Nacional dos Jornais (2012), « Maiores jornais do Brasil 2012 », URL : www.anj.org.br/a-industria-jornalistica/jornais-no-brasil/maiores-jornais-do-brasil [consulté le 20/01/2013].

Beck U. (2003), Liberdade ou capitalismo, São Paulo, UNESP.

Boyer R. (dir.) (1986), La Flexibilité du travail en Europe, Paris, Éditions La Découverte.

Caccialali M. & A. Britto (2002), « A Flexibilização restrita e descentralizada das relações de trabalho no Brasil », Revista ABET, vol. 2, n° 2, pp. 91-120.

Costa I. (2006), « Subjetividade e controle organizacional: a experiência do teletrabalh », dans Motta P. & P. Tavares (dir.), Novas Ideias em Administração, Rio de Janeiro, FGV, pp. 123-152.

Crompton R. & C. Lyonette (2006), « Work-Life "Balance" in Europe », Acta Sociologica, vol. 49, n° 4, pp. 379-393, [En ligne], URL: http://asj.sagepub.com/cgi/content/abstract/ 49/4/379, [consulté le 31/10/09].

Cunha A. (2011), « Banco de Horas: saiba como funciona », [En ligne] URL: http://blog.mte.gov.br/?p=5272, [consulté le 12/01/13].

D’Amours M. (2009), « Organization of Work for Qualified Self-employed Workers: Internalization of Control and Externalization of Risk », dans Harrisson D., Széll G. & R. Bourque (dir.), Social Innovation. The Social Economy and World Economic Development, Frankfurt, Peter Lang Editionen, pp. 293-306.

D’Amours M. (2006), « La régulation des marchés du travail indépendant : le cas des journalistes indépendants de la presse écrite périodique », dans Lapointe P.-A. & G. Bellemare (dir.), Innovations sociales dans le travail et l’emploi. Recherches empiriques et perspectives théoriques, Québec, Presses de l’Université Laval, pp. 209-234.

Fraser J. & M. Gold (2001), « "Portfolio Workers": Autonomy and Control amongst Freelance Translators », Work, Employment & Society, [En ligne], 2001, 15:679-696, URL: http://wes.sagepub.com/cgi/content/abstract/15/4/679, [consulté le 22/01/08].

Guérin G., St-Onge S., Chevalier L., Denault K. & M. Deschamps (1997), Le Conflit emploi-famille : ses causes et ses conséquences : Résultats d’enquête, Montréal.

Harvey D. (2004), Condição Pós-Moderna, São Paulo, Edições Loyola.

Hirata H. (2002), Nova divisão sexual do trabalho?, São Paulo, Edições Boitempo.

IBGE, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, « Amostra do Censo Demográfico/Brasil – 2010 », http://www.ibge.gov.br [consulté le 20/01/2013]

IBGE, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, « PNAD, Pesquisa Nacional por Amostra de Domicílios – 2009 », http://www.ibge.gov.br [consulté le 20/01/2013]

IBGE, Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística, « PME, Pesquisa Mensal de Emprego – 2012 », http://www.ibge.gov.br [consulté le 23/01/2013]

Lima P. (2007), O trabalho flexível dos jornalistas: uma análise nas redações dos jornais diários impressos no Rio de Janeiro, Thèse de doctorat, Rio de Janeiro, COPPE/UFRJ.

IVC, Instituto Verificador de Circulação (2012), « IVC aponta crescimento de 1,8% na circulação de jornais em 2012 », mis en ligne le 24/01/2013, URL : www.ivcbrasil.org. br/ artigoBlog.asp? Artigo=254 [consulté le 24/01/2013].

MEC/INEP, Ministério da Educação e Cultura/Instituto Nacional de Estudos e Pesquisas Educacionais Anísio Teixeira (2011), URL : http://portal.inep.gov.br/web/censo-da-educacao-superior [consulté le 23/06/2013].

Salerno M. (1991), Flexibilidade, Organização e Trabalho Operatório: elementos para análise da produção na indústria, Thèse de doctorat, São Paulo, USP.

Sennett R. (1999), A Corrosão do caráter, Rio de Janeiro, Edições Record.

SJPRJ, Sindicato dos Jornalistas Profissionais do Município do Rio de Janeiro (2012), URL : http://jornalistas.org.br/siteantigo/barqs/arquivos/Convencao_Coletiva_Jornalistas_2012.pdf?phpMyAdmin=00148c98e8dc475afdbbcb2488f62a74, [consulté le 25/01/2013].

SNEL, Sindicato Nacional dos Editores de Livros (2013), « Produção e vendas do setor editorial brasileiro », URL : www.snel.org.br/dados-do-setor/producao-e-vendas-do-setor-editorial-brasileiro, [consulté le 24/01/2013].

Sorj B. (2004), « Reconciling Work and Family: Issues and Policies in Brazil », Conditions of Work and Employment Series, n° 8, ILO, URL: www.ilo.int/wcmsp5/groups/public/ed_protect/protrav/travail/documents/publication/wcms_travail_pub_8.pdf, [consulté le 06/06/2013].

Sorj B., Fontes A. & D. Machado (2007), « Políticas e práticas de conciliação entre família e trabalho no Brasil », Cadernos de Pesquisa, vol. 37, n° 132, pp. 573-594.

Stanworth C. & J. Stanworth (1997), « Managing an Externalized Workforce: Freelance Labour-use in the UK Book-publishing Industry », Industrial Relations Journal, vol. 28, n° 1, pp. 43–55.

Traquina N. (2001), O Estudo do Jornalismo no Século XX, São Leopoldo, Edições Unisinos.

Tremblay D.-G., « La difficile articulation des temps sociaux : concilier la vie familiale et la vie professionnelle », Interventions économiques, [En ligne], 31| 2003, mis en ligne le 01 juin 2003, URL : http://interventionseconomiques.revues.org/904, [consulté le 26/11/2012].

Tremblay D.-G., Chevrier C. & M. Di Loreto, « Le télétravail à domicile. Meilleure conciliation emploi-famille ou source d’envahissement de la vie privée ? », Interventions économiques, [En ligne], 34 | 2006, mis en ligne le 01 juillet 2006, URL : http://interventionseconomiques.revues.org/689, [consulté le 29/10/2012].

Tremblay D.-G. & É. Genin (2008), « Choisir le travail autonome : le cas des travailleurs indépendants de l’informatique », Notes de recherche de la Chaire de recherche du Canada sur les enjeux socio-organisationnels de l’économie du savoir, n° 08-04, Université du Québec à Montréal.

Tremblay, D.-G. (2012a), Conciliation emploi-famille et temps sociaux, Québec, Presses de l’Université du Québec.

Tremblay D.-G. (2012b), Articuler emploi et famille. Le rôle du soutien organisationnel au coeur de trois professions (infirmières, travailleuses sociales et policiers), Québec, Presses de l’université du Québec.

Vendramin P. & G. Valenduc (1999), « New Work Forms and Challenges for Public Policies », dans Proceedings of Telework, URL:www.ftu-namur.org/fichiers/TW99-pvgv.pdf.

Vendramin P., Valenduc G., Rolland I. et al. (2000), « Flexible Work Practices and Communication Technology », dans FLEXCOT, Final Report of project SOEI-CT97-1064, TSER-Targeted Socio-Economic Research Program, European Commission jan/1998 à fév/2000, URL : http://www.ftu-namur.org/fichiers/FLEXCOT-rapfinal.pdf.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paulo-Cesar Greenhalgh de Cerqueira Lima, « Les impacts de la flexibilité du travail sur l’interaction travail-famille/vie personnelle »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 24 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4461 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4461

Haut de page

Auteur

Paulo-Cesar Greenhalgh de Cerqueira Lima

Professeur, Département de Sciences Sociales, Pontifícia Universidade Católica do Rio de Janeiro/RJ, Brésil - paulogreenhalgh@uol.com.br

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search