Navigation – Plan du site
L'Ombre portée : l’individualité à l’épreuve de la dépression

Grand résumé de L’Ombre portée : l’individualité à l’épreuve de la dépression, Montréal, les Éditions du Boréal, 2012

Suivi d’une discussion par Alain Ehrenberg et Danilo Martuccelli
Marcelo Otero

Notes de la rédaction

La discussion de l’ouvrage L’ombre portée par Alain Ehrenberg est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4505 et par Danilo Martucelli à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4507

Texte intégral

La subjectivité c’est cinétiquement l’effort-que-je-suis. Les limites de mon effort sont les limites de mon « tenir », les limites du tenir tête, du soutenir, du tenir ferme, de l’abstenir, de l’entretenir. Là où l’effort se termine, notre aptitude à nous tenir débout de nous-mêmes parvient à sa limite, là commence « ce qui gît autrement »
Peter Sloterdijk, La Mobilisation infinie, Paris, Éditions Christian Bourgois, 2000

1L’individu humain, peu importe sa singularité, ne souffre pas comme il le veut. Même s’il souffre individuellement et que certaines dimensions de sa souffrance resteront à jamais dans son for intérieur, la grammaire de sa souffrance ne lui appartient pas : elle est à tous et à personne. La souffrance, notamment la souffrance psychique, ainsi que les manières de la combattre, de la gérer ou de l’accueillir (de la religion au psychotrope en passant par le masochisme) sont à la fois un lieu de rencontre, un collecteur de singularités et un socle collectif. Ils expriment une résonnance normative conduisant tantôt à une reconnaissance mutuelle réconfortante, tantôt à une assignation inquiétante aux catégories de la marge sociale et aux figures du pathologique. Il y a en effet des souffrances (et des manières d’y faire face) compréhensibles et incompréhensibles, acceptables et inacceptables, légitimes et illégitimes, institutionnalisées et marginales. Tout comme le furent jadis la névrose et la psychanalyse, la dépression contemporaine et les antidépresseurs sont un exemple remarquable de tandem à succès.

  • 1 Même si les antidépresseurs sont majoritairement prescrits pour les indications de dépression, plus (...)
  • 2 Depuis 1999, le nombre d’ordonnances des ISRS (antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recaptur (...)

2Au Canada, la dépression se classe troisième au chapitre des motifs de consultations médicales avec un total de huit millions de consultations par année. Elle suit de près les consultations pour l’hypertension (environ 20 millions) et le diabète (environ 10 millions). Le traitement « dit » de choix pour la combattre est sans conteste l’antidépresseur qui se hisse au premier rang des médicaments les plus délivrés par les pharmacies avec 34 millions d’ordonnances exécutées annuellement 1 (IMS Brogan, 2011). Ce sont les médecins généralistes, à plus de 80 %, qui diagnostiquent la dépression 2 avec une aisance remarquable et qui prescrivent les antidépresseurs avec une rapidité étonnante. Ne s’agit-il pas après tout d’un mal général que tout le monde connaît et reconnaît ?

  • 3 Nous faisons état des données disponibles, des inconsistances de certaines de ces données et des co (...)

3À première vue, on pense savoir de quoi il s’agit dès lors qu’on s’en remet aux logiques épidémiologiques lancinantes de régularité ; aux nosographies psychiatriques descriptives qui dessinent d’une main cycliquement sûre l’atlas humain du « mental pathologique » ; et aux essais cliniques qui légitiment très souvent les effets bénéfiques des antidépresseurs. Si on analyse de plus près le phénomène de la dépression, tout devient nébuleux et rien ne semble tenir sans sérieuses mises en garde : ni les définitions établies du mal éprouvé, ni les causes évoquées pour l’expliquer, ni les circonstances qui sont censées l’entourer et lui donner un sens, ni encore les effets escomptés des remèdes et pratiques que l’on affirme obstinément spécifiques et thérapeutiques 3. Ce que l’on croyait scientifique, familier et évident, devient suspect, inconfortable et inexplicable. Toutefois, rien n’y fait, le tandem dépression-antidépressseur semble fonctionner admirablement à l’échelle du social autour d’un paradoxe solidement ancré dans les logiques professionnelles-médicales, pharmaceutiques-marchandes et sociales-normatives. On n’a jamais pris autant d’antidépresseurs et on n’a jamais été autant déprimés.

Souffrance psychique et dépression

  • 4 Tant au Canada qu’au Québec, le nombre des consultations médicales pour dépression (troubles dépres (...)
  • 5 Pour une analyse sociologique exhaustive de ces transformations tant dans le contexte états-unien q (...)
  • 6 Dans un cas, les théoriciens du social, surtout européens, « déduisent » les figures du pathologiqu (...)

4La popularité actuelle de la dépression (et de plus en plus des anxiodépressions 4 comme souffrance psychique de masse) et de ses remèdes institutionnels (surtout les antidépresseurs de masse) s’inscrit dans un contexte sociétal large qui lui sert de terreau fertile 5. En effet, un large consensus semble réunir étonnamment les psychiatres (et psychologues) les plus conformistes et les sociologues (et anthropologues) les plus critiques 6 autour d’un phénomène récent : la montée de la souffrance qu’on qualifie de plus en plus comme indissociablement psychique (et singulière) et sociale (et commune). Psychique et singulière, parce que ressentie « intimement » et « intérieurement » par des individus particuliers dans des circonstances particulières. Sociale et commune, parce que distribuée et partagée avec une générosité et une régularité inédites chez de nombreux groupes, classes et communautés hétérogènes. Que les causes ultimes invoquées pour l’expliquer soient les dysfonctionnements du cerveau ou les effets aliénants du capitalisme, un constat semble émerger : tout le monde souffre, ou du moins souffre plus qu’auparavant et a droit à la reconnaissance de sa souffrance.

  • 7 Même des sociologues d’inspiration marxiste, structuraliste et « critiques » se montrent sensibles (...)
  • 8 Il est toujours frappant de comparer le premier DSM, le frêle DSM-I (1952) de 129 pages, avec l’imp (...)

5D’ailleurs, ni l’une ni l’autre de ces hypothèses extrêmes – cerveau et capitalisme – ne peuvent être vérifiées. C’est sans doute cette impasse épistémologique qui garantit le succès d’une controverse perpétuelle tant sur les campus universitaires que dans les laboratoires pharmaceutiques, deux milieux somme toute « contrôlés ». Une certaine sociologie jadis ancrée dans le freudo-marxisme des années 1960 s’est renouvelée grâce au succès sociologique tous azimuts du thème de la souffrance sociale entendue comme pathologie, symptôme ou paradoxe des sociétés capitalistes contemporaines mondialisées 7. Une certaine psychiatrie jadis ancrée dans l’organicisme s’est renouvelée grâce au codage généreux des figures du « social problématique » 8 comme figures du « mental pathologique », s’appuyant sur les promesses universelles de la génétique, des découvertes des neurosciences et du développement marchand agressif de la psychopharmacologie de masse.

6Toutefois, qu’est-ce que souffrir peut bien vouloir dire quand tout le monde souffre et, de surcroît, semble vouloir et devoir en parler ? Quel sens donner à cette incitation polymorphe à la plainte ? S’agit-il seulement de l’extension du soin psychique à d’autres catégories de personnes auparavant exclues ? À l’instar des droits humains « universels », s’agit-il d’une nouvelle égalisation symbolique des individus « effectivement » inégaux envers ce qui serait censé être « universellement » ressenti ? Le policer et le délinquant, le pompier et le sinistré, le col bleu et le riche homme d’affaires étalent au grand jour les détails de leur souffrance, la nomment, la communiquent, la partagent, la réfléchissent. La souffrance semble mieux « unifier » aujourd’hui les positions sociales effectivement inégales des individus que l’impersonnel humanisme juridique des droits de l’homme devenu moins crédible et surtout plus éloigné des expériences concrètes des individus. En effet, on n’a plus de peine à reconnaître que la souffrance « fait société » comme jamais auparavant.

  • 9 Le cas du jeune cardiologue canadien Guy Turcotte qui a tué ses deux enfants de 3 et 5 ans à l’arme (...)
  • 10 Par exemple, le dernier cas tristement célèbre de violence psychologique au travail menant au suici (...)

7La dépression s’assimile toutefois mal à ce registre vague de la souffrance, à la fois social et psychologique, qui va des effets négatifs du stress quotidien aux passages à l’acte les plus spectaculaires 9 en passant par les séquelles fatales du harcèlement psychologique, notamment au travail 10. Elle ne se résume pas à un état subjectif de malheur ou de tristesse ordinaire, grave ou moins grave, normal ou pathologique, vieux comme le monde et coextensif de toutes expériences humaines. Il y a quelque chose à la fois de profondément contemporain et de socialement emblématique dans la dépression autant dans sa forme que dans sa prévalence imposante. Son étude est l’une des manières possibles de tenter deux opérations délicates : a) esquisser l’une des limites toujours fuyantes du malheur ordinaire au-delà desquelles une expérience désagréable (ou inconfortable) devient ontologiquement « autre chose » (une pathologie ?) qui mobilise des savoirs et des techniques d’intervention ad hoc formalisées et extérieures aux ressources de la vie courante des individus ; b) mieux saisir les contours de l’individualité contemporaine (normalité ?) en partant de l’hypothèse que la généralisation de certains problèmes de santé mentale, devenus des « pathologies de masse », met « typiquement » à l’épreuve l’individualité, en la révélant du même coup comme déviance, insuffisance, inadaptation ou inadéquation.

  • 11 Le sociologue, par exemple, se posera essentiellement trois questions : a) pourquoi tel comportemen (...)

8Dans le cas de la dépression, le statut des signes observés, des symptômes rapportés et des comportements attribués font partie du débat sociologique et psychiatrique 11. Sous quelles conditions un dysfonctionnement (souffrance et/ou déviance) social peut-il être considéré comme un symptôme médical et légitimé par la psychiatrie dans le cadre d’un syndrome spécifique ? Sous quelles conditions un symptôme doit-il être démédicalisé et restitué à l’univers des tensions sociales ordinaires ? Pour la psychiatrie contemporaine, la dépression est un ensemble cliniquement significatif « associé » à une souffrance et/ou à un dysfonctionnement. Toutefois, rien dans les argumentations de la psychiatrie actuelle ne permet de comprendre pourquoi tant de personnes se sont mises à dysfonctionner, à souffrir et à produire des symptômes et des signes cliniques dans la figure syndromique de la dépression. Comment expliquer la résonance extraordinaire des mêmes signes, symptômes, souffrances et dysfonctionnements chez des millions d’individus partout en Occident et ailleurs ? La compréhension des racines de cette « démocratisation » dépressive revient, comme celles de la névrose autrefois, à la sociologie.

Individualité et dépression

9La dépression telle qu’elle se manifeste empiriquement à l’échelle du social ainsi que la manière institutionnalisée de la prendre en charge, la combattre ou la gérer est à la fois un phénomène social et psychologique. Elle exprime certes une expérience psychologique, voire intime, vécue de manière individuelle et singulière, mais elle exprime aussi une expérience sociale qui met en relief les caractéristiques d’une individualité sociale inadéquate, insuffisante, défaillante ou encore prise tout à coup en défaut. La dépression est sans aucun doute une véritable épreuve autant pour l’individu qui la subit que pour la société qui se constate impuissante face aux dynamiques régulières et ravageuses de sa prévalence. Il semble d’ailleurs impossible de parler d’épreuve individuelle sans parler de ce qui est socialement considéré comme une épreuve, de même qu’il demeure difficile de conceptualiser une épreuve sociale sans tenir compte de ce que les individus particuliers éprouvent.

10L’individualité ordinaire est tout simplement, même si cela n’a rien de simple, celle qui a cours à un moment donné dans une société donnée et à laquelle on doit, d’une manière ou d’une autre, « se référer  ». Cela ne veut pas dire s’y identifier ou s’y plier, ou encore la contester ou chercher à l’abolir dans un combat individuel ou collectif, théorique ou pratique. La référence à l’individualité ordinaire permet de « savoir » qui on est par rapport aux autres dans une société d’individualisme de masse et, de manière moins positive, de « se savoir » à un degré ou à un autre, d’une façon ou d’une autre, « en défaut », « en décalage » et, plus rarement, « en marge » de ce qu’on demande d’être et de faire à chaque individu en fonction des différentes configurations dans lesquelles il évolue : catégories socioéconomiques, groupes socioprofessionnels, d’âge, de genre, ethnoculturels, etc. En s’y référant, les individus prennent alors à la fois « connaissance » et « distance » de l’individualité sociale qui les concerne selon leur position sociale, car s’y référer oblige à se singulariser par rapport à une référence commune que nul n’est censé ignorer. Pas d’individu, donc, sans référence à l’individualité sociale ordinaire. Pas d’individualité sociale sans individus singuliers qui prennent constamment, dans chaque acte de leurs vies et de multiples manières à la fois « connaissance » et « distance ». L’individualité ordinaire ainsi considérée n’est ni normale ni pathologique, ni bonne ni mauvaise, ni critique ni aliénée. Elle est, sinon institutionnalisée, du moins distribuée comme moyenne provisoire de ce qu’il est souhaitable d’être et de faire dans une société (ou groupe) et à une époque donnée.

  • 12 Dans les sociétés contemporaines caractérisées par l’exigence d’un effort d’adaptation permanente d (...)

11De même que l’individualité ordinaire est, pour ainsi dire, une sorte de grammaire sociale assistée et actualisée sans relâche, c’est-à-dire à la fois reconduite, enrichie, modifiée et contestée par de multiples dispositifs de socialisation au sein desquels la psychologie se taille une place de choix 12, on peut supposer que les « failles » de l’individualité, dont la dépression est l’une de ses figures emblématiques, ont également les mêmes caractéristiques et subissent le même sort. Comment peut-on étudier la dépression en l’extirpant à la fois de l’univers flou des souffrances ordinaires et de l’univers fort codifié de la psychopathologie psychiatrique ? Le parallèle heuristique avec la névrose nous offre quelques pistes.

Névrose et dépression

  • 13 On utilise souvent les termes névrose et psychose de manière très générique afin de départager gros (...)
  • 14 Pour une théorisation sociologique des régimes de vie « non ordinaires », voir par exemple la notio (...)

12Comme l’a montré Alain Ehrenberg dans un travail désormais classique, la névrose révélait une société marquée par la référence à la discipline, au conflit et à la culpabilité, alors que la dépression révèle une société marquée par la référence à l’autonomie, à la responsabilité et à l’initiative (Ehrenberg, 1998). Dans les deux cas, on souffre, on dysfonctionne et on a des symptômes dans les limites de certaines figures du « mental pathologique » plutôt que d’autres. Le recours à l’opposition « névrose-dépression » a une valeur davantage heuristique qu’historique en ce qu’elle permet de contraster sociologiquement l’articulation entre le « mental pathologique » et le « social problématique » dans une société donnée et à une époque donnée. Certaines pistes dans les travaux de Roger Bastide (1965), Georges Canguilhem (1950) et Sigmund Freud (1930 et 1938), nous emmènent à considérer les névroses de manière « générique » 13, en mettant de l’avant certaines caractéristiques larges se prêtant bien à l’analyse de la dépression, à savoir : elles sont historiquement volatiles (apparaissent, deviennent épidémiques et disparaissent) ; elles sont associées habituellement à des thérapies « spécifiques » (hypnose et hystérie, psychanalyse et névrose, antidépresseur et dépression) ; elles constituent de formidables révélateurs de la normativité sociale qui a cours (hystérie et rectitude sexuelle ; névrose, tensions familiales et restrictions sexuelles ; dépression et exigences de performance sociale) ; et finalement, elles semblent être l’affaire de gens « ordinaires » soumis aux tensions sociales « ordinaires » (famille, études, travail) plutôt que d’affecter des populations spécifiques ou particulièrement handicapées 14.

  • 15 Pour cette raison, la névrose, contrairement à la psychose, est à répertorier, sociologiquement par (...)

13Sigmund Freud affirmait que le névrosé (nous ajouterions « générique ») présente les mêmes dispositions que l’homme normal soumis aux épreuves courantes de la vie, mais qu’il les supporte moins bien à cause de certaines « dysharmonies quantitatives » (innées, acquises, événementielles) responsables « des souffrances névrotiques et des inadaptations ». Comme pour la névrose, la dépression est affaire, somme toute, « de quantités et de normes » dans la mesure où le drame aussi réel qu’ordinaire vécu par l’individu dépressif est moins compréhensible « en soi » que par rapport à l’« être moyen normal » 15, pour utiliser l’expression de Georges Canguilhem, dont il s’écarte sans pour autant le dénaturer. Affaire de « quantités et de normes » parce que pour le déprimé, qui est un individu ordinaire, il est question du « normal » (au sens d’ordinaire) déréglé, mal dosé, mal distribué, insuffisant, inadéquat, plutôt que de rupture qualitative en regard des caractéristiques fondamentales du lien social.

  • 16 Le statut ontologique des problèmes de santé mentale de masse ne peut être saisi exclusivement par (...)
  • 17 Pour le DSM-I (1952), la dépression n’était qu’un discret mécanisme de défense parmi d’autres (la r (...)

14La névrose hier et la dépression aujourd’hui représentent les formes emblématiques de la « nervosité sociale » de leur temps, formule certes imprécise et fort critiquée, mais qui constitue somme toute une tentative d’hybridation de ce qui est autant irréductible qu’inséparable : le psychisme perturbé et le social problématique 16. Dans les deux cas, elles nous parlent d’une individualité ordinaire qu’elles mettent à l’épreuve de manière indissociablement singulière et commune, psychique et sociale. Elles montrent ce que nous ne sommes pas, ce que nous devrions être et, dans leur évolution constante, ce que nous sommes en train de devenir. Car, l’un des secrets du « succès » social d’un problème de santé mentale de masse 17 se trouve dans le fait qu’il est déjà partie intégrante de notre soi social ordinaire (l’individualité contemporaine) à titre de « faille » potentielle qu’il est vraisemblable « d’éprouver » sous certaines circonstances dans son parcours individuel.

L’épreuve dépressive

15La notion sociologique d’« épreuve », empruntée librement à Danilo Martuccelli (2007, 2010), nous a semblé utile pour analyser l’expérience de la dépression en tant que va-et-vient continuel entre, d’une part, le vécu individuel et privé des personnes déprimées et, d’autre part, sa signification collective, publique, partagée et codifiée par de nombreuses instances (médias, disciplines scientifiques, institutions, etc.) sur lesquelles l’individu n’a que peu d’influence. Cette notion est un opérateur analytique qui évite le piège d’un glissement courant, celui qui consiste à transformer les tensions sociales et historiques en phénomènes moraux et psychologiques.

  • 18 Au Canada, le statut socioéconomique (SSE) est clairement relié à la prévalence de problèmes de san (...)
  • 19 Au Canada, 82% des consultations pour dépression aboutissent à la prescription d’un antidépresseur, (...)

16Si, suivant Danilo Martuccelli, les épreuves sont des « défis historiques, socialement produits, inégalement distribués, que les individus sont contraints d’affronter », la dépression peut être analysée comme un défi pour l’individualité ordinaire de son temps. Elle la met à l’épreuve tout en révélant les principales caractéristiques et exigences auxquelles tous les individus en société sont confrontés. Elle est produite à l’échelle large du social, mais « capturée » spécifiquement par des disciplines et pratiques qui tentent de la définir et la gérer. Elle est étroitement associée aux tensions propres de son époque, notamment à celles du rapport social et individuel à ses propres capacités d’action. Elle est inégalement distribuée, notamment en termes de genre, âge et situation socio-économique 18. Enfin, on est contraint de l’affronter en recourant à certains moyens thérapeutiques spécifiquement institutionnalisés plutôt que d’autres pour la traiter, la gérer, l’accueillir 19. Ainsi, selon nous, l’épreuve dépressive permet de mettre en lumière les tensions produites par la forme sociale de l’individualité ordinaire sur chaque individu singulier. C’est dans ce sens que la dépression – et de plus en plus les anxiodépressions – est l’une des figures de l’ombre portée de l’individualité contemporaine. Il s’agit d’une sorte d’« épreuve » latente qui, lorsqu’elle s’actualise, teste les limites de ce qu’on nous demande d’être comme individus aujourd’hui dans une lutte perpétuelle entre interpellations d’adaptation sociale et investissement de nouvelles possibilités d’action, entre dominations ordinaires et résistances ordinaires et, plus largement, entre inconforts et plaisirs.

  • 20 La campagne publicitaire officielle en cours du Ministère de Santé et Services Sociaux du Québec (M (...)
  • 21 Les analyses s’appuient sur un corpus de 60 entretiens qualitatifs réalisés entre 2005 et 2008. Il (...)
  • 22 Le but de nos analyses a été de mieux saisir l’épreuve dépressive qualitativement dans sa généralit (...)

17L’épreuve dépressive se déploie forcément tantôt « en deçà », tantôt « au-delà », tantôt « à côté » de sa mise en forme psychiatrique (le syndrome dépressif, la dépression majeure, la maladie dépressive). Des multiples qui la composent, cette mise en forme « officielle » s’efforce par tous les moyens 20 mais sans succès, de la réduire à une seule consistance : le « mental pathologique ». En effet, l’analyse des récits de personnes 21 ayant reçu un diagnostic de dépression majeure montre bien comment les grammaires de l’épreuve dépressive mordent à la fois dans le « corps social » et dans l’« esprit social » des individus. C’est-à-dire de quelle manière elles s’attaquent à l’ensemble de leur individualité ordinaire 22 en la « déréglant », mais non en la « dénaturant ».

Ne pas pouvoir, ne pas pouvoir vouloir

18On pourrait résumer l’épreuve dépressive selon deux grandes formules inlassablement évoquées par les individus qui en font l’expérience : « ne pas pouvoir » et « ne pas pouvoir vouloir ». De quelle manière le corps d’un déprimé est-il déréglé au sens de « ne pas pouvoir » ? La difficulté majeure à laquelle est confrontée le déprimé est la diminution, le ralentissement, le blocage, l’entrave, l’arrêt, l’impossibilité de l’action. Ne pas fonctionner – et dans une moindre mesure diminuer ses performances habituelles – c’est le drame premier du déprimé. Le terme « fonctionner » est en effet omniprésent et se décline de manière variée dans les récits des déprimés : ne pas pouvoir fonctionner au travail sous le regard des autres et de soi-même ; ne pas pouvoir fonctionner minimalement dans l’intimité du chez soi ; ne pas pouvoir gérer les ressorts essentiels de son organisme (sommeil, énergie, appétit, etc.) ; voire ne pas pouvoir trouver le moindre souffle vital. Et c’est au travail qu’on fait preuve quotidiennement de « fonctionnement » et de « vitalité », c’est-à-dire d’existence sociale et individuelle plus que partout ailleurs.

19De quelle manière l’esprit d’un déprimé est-il déréglé au sens de « ne pas pouvoir vouloir » ? Les personnes déprimées voudraient « pouvoir vouloir », mais elles « ne peuvent pas », « n’y arrivent pas », « ne réussissent pas ». En ordre d’importance, cette contrainte s’exprime par la désaffection (déconnexion, apathie, désintéressement, inertie, etc.), la tristesse (les pleurs, la nostalgie, la mélancolie, etc.), le pessimisme (pensées négatives, avenir sans issue, etc.), l’autodévalorisation (mauvaise estime de soi, sous-estimation de ses capacités personnelles, etc.), la perte de contrôle de ses pensées et de son autonomie (manque d’initiative, confusion, concentration, etc.) et, enfin, l’autodestruction (pensées suicidaires, abandon important de sa personne, etc.).

20À la fois état d’âme, motivation et cognition déréglées, l’esprit déprimé ne pourrait être réduit aux registres galvaudés de la souffrance et de la tristesse tous azimuts. Il doit plutôt être lié aux enjeux cruciaux de l’individualité contemporaine : connexion alerte et permanente au monde, valorisation des qualités intrinsèquement individuelles (confiance en soi, estime de soi, etc.), valorisation des propres capacités à changer les choses (prise d’initiatives, prise de décisions éclairées, engagement des combats quotidiens, etc.), disposition tournée vers l’avenir (formulation de projets, recherche de nouveaux horizons et d’opportunités à découvrir, etc.), autonomie (autosuffisance, auto-prise en charge, auto-responsabilisation, etc.). Toutes ces dimensions cardinales de l’individualité ordinaire, largement instituées à l’échelle du social, font cruellement défaut chez l’individu déprimé qui porte péniblement son ombre sociale.

Seul au travail

21Dans la très grande majorité des cas, c’est le monde du travail qui est associé clairement à l’épreuve dépressive. On peut difficilement expliquer aux autres et s’expliquer à soi-même les tenants et aboutissants de l’épreuve dépressive sans référer d’une manière ou d’une autre à l’univers du travail, mesure par excellence de la valorisation, voire de l’existence sociale contemporaine et barème institué de la comparaison avec autrui. Que ce soient les effets d’un processus latent d’usure à long terme (travail sans relief, peu valorisant, effort physique et mental soutenu pendant des années, etc.), une conjoncture particulièrement éprouvante (changement de l’organisation du travail, promotion ou rétrogradation, changement au niveau des responsabilités et des tâches, augmentation ou diminution soudaine de la charge de travail, etc.) ou encore un concours de circonstances difficiles (coïncidence des problèmes au travail avec certains événements pénibles d’ordre personnel, relationnel, de santé, etc.), l’activité de travail, le rapport au travail ou le monde du travail sont systématiquement évoqués pour donner un sens à l’épreuve dépressive.

  • 23 Comme le souligne François de Singly, dans les sociétés contemporaines « le passé n’a de sens que s (...)
  • 24 La qualification de « primaire » et de « secondaire » à l’égard des deux « socialisations » ne reco (...)

22Tandis que les névroses, du moins celles freudiennes, renvoyaient de manière générale à des orientations normatives solidement reliées aux tensions familiales, à la répression (du désir) et au passé (l’enfance), la dépression renvoie à des orientations normatives tout autant solides, mais liées cette fois-ci aux tensions du monde du travail, au rapport à soi (ses limites) et au présent 23. La généralisation de l’épreuve dépressive nous signale non seulement que le monde familial et celui du travail se sont profondément transformés, mais également que certaines tensions sociales fondamentales se sont redistribuées de manière spectaculaire entre ces deux mondes. Ne doit-on pas alors réexaminer en profondeur la vieille équation classique de Peter Berger et Thomas Luckmann 24 qualifiant la socialisation « primaire » (famille) d’essentiellement « affective » et la socialisation « secondaire » (travail) d’essentiellement « cognitive » au regard de caractéristiques générales des sociétés d’individualisme de masse et des enjeux qui y sont associés ?

  • 25 Par exemple, la généralisation (ou l’augmentation) des familles recomposées, de la prise en charge (...)
  • 26 Ralph Linton soulevait les effets à long terme sur les adultes des modèles de famille ouverte et ét (...)
  • 27 Margaret Mead avait déjà désigné les sociétés occidentales comme « préfiguratives », c’est-à-dire d (...)
  • 28 Il est pertinent de rappeler que Peter Berger et Thomas Luckmann avaient déjà soulevé le fait que t (...)
  • 29 Les analystes de la scène de l’intervention en santé mentale au Canada signalent un renversement ma (...)

23La socialisation « primaire » n’est plus en effet ce qu’elle était quant à l’exclusivité du « personnel » familial qui y est associée, à l’adhésion « affective » au « monde » intériorisé et à la transmission d’un seul « monde » qui transforme l’individu abstrait en véritable « membre » de la société. Les autres significatifs sont aujourd’hui multiples, variés et parfois inattendus 25. La charge affective est moins « intense » puisqu’elle est redistribuée sur plusieurs membres du « personnel » familial et sur une pluralité d’instances de référence significatives 26. Le « monde » à transmettre est à la fois précaire (il deviendra plusieurs fois désuet au long d’une vie) 27 et multiple (plusieurs mondes concurrentiels, voire contradictoires, se côtoient ouvrant l’esprit du futur « membre » de la société à des trajectoires possibles différentes) 28. L’épreuve dépressive semble témoigner d’un certain apaisement de tensions du côté familial 29 y compris des enjeux liés à la sexualité qui sont complètement absents de l’expérience souffrante des personnes déprimées.

24La socialisation « secondaire » qui, dans sa conception classique, découle essentiellement de la division du travail et de la distribution sociale de la reconnaissance qui y est associée (médecin, malade, contremaître, employé, chômeur, etc.) se montre également sous un jour nouveau en fonction des caractéristiques et des enjeux mis de l’avant par l’épreuve dépressive. Compte tenu de la place et du poids inédits que le travail représente dans la vie des individus en termes d’enjeux fondamentaux d’identification en tant que « membres » à part entière de la société, doit-on penser à un réinvestissement « affectif » du travail corrélatif à un relâchement de l’investissement « affectif » associé à la transformation des configurations familiales aujourd’hui plus souples, modifiables, contestables et pleines d’interférences ?

  • 30 Malgré les nombreuses études portant sur la « fin du travail » qui ont vu le jour depuis le dernier (...)

25Dans une société où la dépression est la figure de proue de la nervosité sociale, le lieu typique des tensions de l’individualité est l’univers du travail où les limites de l’individu peuvent être testées en permanence 30. Jusqu’où peut-on aller ? Jusqu’où doit-on aller ? Quelle cadence peut-on maintenir et pour combien de temps ? C’est là une autre manière de se demander à soi-même, sous la menace permanente du déclassement social, « qui » on est et « quelle place sociale » on est capable – et non en droit – d’occuper et de conserver. L’individu déprimé est seul aux prises avec un problème majeur qui menace le fondement même de son existence sociale : sa capacité d’action est entravée. Dans un monde où les assurances sociales sont inégalement distribuées et où les positions statutaires peuvent se fragiliser en cours de trajectoire, l’action non rétablie est synonyme, à terme, de mort sociale. Tout comme le « salarié de la précarité » analysé par Serge Paugam (Paugam, 2007) le déprimé est amené à tester à la fois la « force » de son corps et la « force » de son esprit dans la précarité criante du rapport à soi. Les figures contemporaines des inégalités dans le monde du travail, notamment l’intégration incertaine (valorisation de soi dans l’incertitude) et l’intégration disqualifiante (intériorisation d’une identité négative), balisent la falaise identitaire arpentée par l’individu engagé dans l’épreuve dépressive. Hors de l’univers du travail, point de salut social : le purgatoire dépressif où languit l’individualité contemporaine en témoigne religieusement.

Seul avec experts

  • 31 500 000 millions de Canadiens et Canadiennes s’absentent du travail chaque semaine pour des problèm (...)

26L’épreuve dépressive est devenue un enjeu majeur de santé publique, car elle compromet la performance sociale de la population active du fait de sa prévalence impressionnante 31. Elle est un mal général devenu l’affaire de médecins généralistes pour des raisons d’ordre théorique (elle est un trouble trop « banal » pour intéresser vraiment les spécialistes psychiatres) et pratique (elle est un trouble « massif », qui nécessite des « effectifs prescripteurs » suffisants). Avec l’appui massif de l’ensemble de la puissante industrie pharmaceutique, la psychopharmacologie a réussi admirablement à exporter dans l’imaginaire et les pratiques cliniciennes son modèle idéalisé liant un « trouble spécifique » considéré de plus en plus comme chronique à une « molécule thérapeutique spécifique » qui soigne, mais ne guérit pas. Ce mouvement d’ensemble à la fois social, scientifique et économique s’accompagne, d’une part, par une « mondialisation » inédite des grammaires psychopathologiques étasunienne (DSM) et européenne (CIM) et, d’autre part, par un déplacement majeur des préoccupations de l’épidémiologie qui, passant de la mortalité et des maladies aiguës aux maladies chroniques et à l’incapacité, l’amènent à se recentrer sur les contre-performances sociales.

  • 32 Si on quantifie les allusions portant sur les interactions concrètes avec l’antidépresseur quatre t (...)
  • 33 Qu’est-ce que cela signifie être efficace ? Les figures sont variées : réduire les symptômes, améli (...)

27S’il est vrai que l’individu déprimé « sait » généralement à l’avance ce que la dépression signifie en termes d’expérience sociale, c’est le diagnostic médical qui transforme sa plainte ambiguë en un trouble mental « spécifique » auquel certaines stratégies de soins « spécifiques », notamment l’antidépresseur, sont étroitement associées, voire standardisées. Désormais, l’individu déprimé est « seul avec experts » (médecin généraliste, psychiatre et plus rarement psychologue) pour gérer techniquement l’enjeu crucial de l’épreuve dépressive : le rétablissement de l’action. Dans ce contexte, les expressions « avoir une vie normale », « fonctionner normalement », « faire face à la vie », « s’occuper de ses problèmes », « redevenir quelqu’un de normal » apparaissent très fréquemment dans les entrevues pour décrire l’effet souhaité de l’antidépresseur. Les rapports avec la médication sont toutefois complexes, ambivalents et variés 32 : on peut passer de la réticence au recours à la résignation, transiter par les multiples figures de l’« efficacité » 33, s’embourber dans une spirale d’essais de dosages, de rechutes et de recommencements, réussir un arrêt dans un stade particulier, subir un sevrage éprouvant ou intégrer la molécule dans sa vie de manière définitive.

28Au cours de ce périple hasardeux, où c’est non seulement le statut des antidépresseurs qui fait l’objet de débats (thérapeutique, réhabilitant, stabilisant, dopant, réconfortant, euphorisant, etc.), mais aussi son propre statut identitaire (on ne sait pas très bien qui on était et qui on est en train de devenir), on peut réussir à « aller moins mal », « mieux » et même « bien ». On peut également, mais plus rarement, « ne plus déprimer » grâce à une sortie d’épreuve réussie, ou bien « ne plus se rétablir », et faire de l’épreuve le lieu dramatique de sa survie. Une chose est sûre, les marques de l’épreuve, même surmontée, balisent tantôt en filigrane, tantôt brutalement les nouvelles limites concrètes des trajectoires post-dépressives individuelles, car elles mettent en relief une fissure dans les remparts de l’individualité avec laquelle il faudra apprendre à vivre réellement (dans le cas d’un déficit) ou en filigrane (dans le cas d’une fragilité). Les « autres » (famille, amis, proches) ne jouent le plus souvent qu’un rôle de miroir involontaire où l’individu peut évaluer les oscillations préoccupantes de sa « moyenne sociale à soi » dans un contexte où l’on privilégie les performances immédiates. L’individu déprimé est au bout du compte un fusible qui brûle toujours seul, figure emblématique des tensions ordinaires des sociétés d’individualisme de masse.

Haut de page

Bibliographie

American Psychiatric Association (1952), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM I), Washington, American Psychiatric Association Mental Hospital Service.

American Psychiatric Association (2000), Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM IV-TR).

Bastide R. (1965), Sociologie des maladies mentales, Paris, Éditions Flammarion.

Benigeri M. (2007) L’Utilisation des services de santé mentale par les Montréalais en 2004-2005, Montréal, Carrefour montréalais d’information sociosanitaire et Agence de la santé et des services sociaux de Montréal.

Berger P. & T. Luckmann (1966), The Social Construction of Reality, New York, Doubleday & Company Inc. Version française (2006), « La société comme réalité subjective », La Construction sociale de la réalité, Paris, Éditions Armand Collin.

Bourdieu P. (1992), Colloque RMI, cité par de Gaulejac V. (2001), « Sociologues en quête d’identité », Cahiers internationaux de sociologie, vol. CXI, n° 111, pp. 355-362.

Canadian Psychiatric Association (2005), « CPA Position Statement Prescribing Antidepresssants for Depression in 2005: Recent Concerns and Recommendations », The Canadian Journal of Psychiatry, vol. 49, n° 12, pp. 1-6.

Canguilhem G. (1950), Le Normal et le pathologique, Paris, Presses universitaires de France.

Castel R. (2009), La Montée des incertitudes, Paris, Éditions du Seuil.

Comité permanent de lutte à la toxicomanie (2003), La Consommation de psychotropes : portrait et tendances au Québec, Québec, Ministère de la Santé et des Services sociaux.

Conseil du médicament du Québec (2008), Usage des antidépresseurs chez les personnes inscrites au régime public d’assurance médicaments du Québec. Étude descriptive - 1999-2004, Québec, Les Publications du Québec.

Dorvil H. (2003), La Réadaptation psychosociale des patients psychiatriques désinstitutionnalisés dans leurs familles naturelles, les résidences d'accueil et les logements sociaux avec support communautaire, Montréal, GRASP, École de travail social, Université du Québec à Montréal.

Dorvil H. (2008), Problèmes sociaux, médiation communautaire, recherche et santé, Actes du Colloque « Problèmes sociaux, résolution de conflits, politiques sociales et santé », Montréal, Acfas.

Ehrenberg A. (1998), La Fatigue d’être soi. Dépression et société. Paris, Éditions Odile Jacob.

Ehrenberg A. (2010), La Société du malaise, Paris, Éditions Odile Jacob.

Freud S. (2001), Abrégé de psychanalyse, Paris, Presses universitaires de France.

Freud S. (2004), Le Malaise dans la culture, Paris, Presses universitaires de France.

Honneth A. (2000), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions Le Cerf.

IMS Health, Canada (2007, 2011, 2012) www.imshealthcanada.com

Institut canadien de l’information sur la santé (2007), Améliorer la santé des canadiens 2007-2008. Santé mentale et itinérance, ICIS, Ottawa.

Kirouac L. (2012), De l'Épuisement du corps à l'affaissement du soi. Effets des transformations des « freins » et « contrepoids » du travail sur la vie des individus, Thèse, département de sociologie, UQÀM.

Langlois S. (2011), Un Diagnostic « psy » invisible : le cas du trouble d'adaptation, Université du Québec à Montréal.

Linton R. (1945), The Cultural Background of Personality, New York, Appelton Century Publishers.

Mead M. (1978), Culture and Commitment: The New Relationships between the Generations in the 1970s, New York, Columbia University Press.

Martuccelli D. (2006), Forgé par l'épreuve, Paris, Éditions Armand Colin.

Martuccelli D. (2010), La Société singulariste, Paris, Éditions Armand Colin.

MSSSQ (2007), L’État de santé de la population québécoise. Quelques repères, Québec, Direction des communications.

Namian D. (2012), Entre itinérance et fin de vie. Sociologie de la vie moindre, Montréal, Presses de l’université du Québec.

Otero M (2003), Les Règles de l’individualité contemporaine. Santé mentale et société, Presses de l’université Laval.

Otero M. (2012), « Repenser les problèmes sociaux », SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 15 novembre 2012, consulté le 12 mars 2013. URL : http://sociologies.revues.org/4145

Paugam S. (2007), Le Salarié de la précarité, Paris, Presses universitaires de France.

Singly de F. (2004), Les Uns avec les autres, Paris, Éditions Armand Colin.

Haut de page

Notes

1 Même si les antidépresseurs sont majoritairement prescrits pour les indications de dépression, plusieurs autres indications sont évoquées dans les rapports gouvernementaux dont les troubles anxieux ainsi que les troubles de l’adaptation, de conduites alimentaires, du déficit de l’attention, de la bipolarité et de la fibromyalgie (Conseil du médicament du Québec, 2008).

2 Depuis 1999, le nombre d’ordonnances des ISRS (antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) qui représentent environ 81% de tous les antidépresseurs prescrits au Canada, a augmenté de 83%. En 2003, les médecins de famille et les omnipraticiens ont prescrit 81% des ISRS, une tendance qui continue à se confirmer depuis (IMS, 2007, 2011).

3 Nous faisons état des données disponibles, des inconsistances de certaines de ces données et des controverses épidémiologiques, nosographiques et thérapeutiques dans les chapitres 2 et 3 de l’ouvrage ici résumé.

4 Tant au Canada qu’au Québec, le nombre des consultations médicales pour dépression (troubles dépressifs) et anxiété (troubles anxieux) tend à se rapprocher depuis 2002. En 2012, le nombre de consultations pour anxiété a dépassé pour la première fois de quelques milliers celui pour dépression à Montréal et dans l’ensemble du Québec. 60% de l’ensemble des consultations du réseau public en santé mentale montréalais correspondent à parts égales aux troubles anxieux et aux troubles dépressifs (Benigeri, 2007).

5 Pour une analyse sociologique exhaustive de ces transformations tant dans le contexte états-unien que français voir La Société du malaise (Ehrenberg, 2010)

6 Dans un cas, les théoriciens du social, surtout européens, « déduisent » les figures du pathologique censées être valables pour toute la planète capitaliste. Dans l’autre, des enquêtes épidémiologiques menées à grande échelle, notamment aux États-Unis, « infèrent » l’univers des troubles mentaux dont tous les cerveaux de la planète sont censés souffrir. Le « succès » simultané des notions de souffrance sociale en sociologie, qui a pris la relève de celle d’exclusion sociale et de celle de trouble mental (ensemble clinique significatif associé à un dysfonctionnement social) en psychiatrie, qui a pris la relève de celle de maladie mentale, montrent bien l’accueil renouvelé que l’on réserve aujourd’hui au psychisme en sociologie et au social en psychiatrie.

7 Même des sociologues d’inspiration marxiste, structuraliste et « critiques » se montrent sensibles au thème de la subjectivité malmenée des classes subordonnées, autrefois largement négligée. Au début des années 1990, deux travaux sont fort symptomatiques de ce virage : La Lutte pour la reconnaissance (édition originale en 1992) d’Axel Honneth et La Misère du monde (1993) de Pierre Bourdieu. Pierre Bourdieu lui-même a signalé tardivement cette question inconfortable pour la sociologie dite critique : « Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre que le refus de l’existentiel était un piège, que la sociologie s’est constituée contre le singulier et le personnel, l’existentiel et que c’est l’une des causes majeures de l’incapacité des sociologues à comprendre la souffrance sociale » (Bourdieu, 1992, p. 355).

8 Il est toujours frappant de comparer le premier DSM, le frêle DSM-I (1952) de 129 pages, avec l’imposante dernière version, le DSM-IV-TR, publié en 2000. Cet ouvrage, qui ne diffère pas beaucoup du DSM-IV publié en 1994, compte 943 pages rédigées par plus de 200 professionnels organisés par groupes de travail. Il comporte aussi une annexe qui énumère la liste de plus de 2000 conseillers (médecins, Ph. D., experts divers, etc.) de partout dans le monde, qui ont participé d’une manière ou d’une autre aux différentes sections du manuel. Il demeure cependant que le noyau dur et la majorité des intervenants significatifs dans l’élaboration du manuel sont des hommes, psychiatres et étasuniens.

9 Le cas du jeune cardiologue canadien Guy Turcotte qui a tué ses deux enfants de 3 et 5 ans à l’arme blanche en est un exemple. L’argument central de sa défense s’est appuyé sur le diagnostic de trouble d’adaptation avec humeur dépressive hypothétiquement subi par l’accusé au moment des faits. Ce diagnostic qui a servi à innocenter l’accusé est utilisé souvent au Canada par les cliniciens pour justifier des arrêts de travail à la suite des situations de stress ou de fatigue. Il s’agit de l’un des diagnostics les plus inconsistants en psychiatrie que l’on assimile à une « petite dépression » dans le jargon des cliniciens (Langlois, 2011).

10 Par exemple, le dernier cas tristement célèbre de violence psychologique au travail menant au suicide concerne Stéphane Archambault, un travailleur au Service des incendies de Montréal. Voir « Les ravages de la violence psychologique », Patrick Lagacé, 11 mars 2013 au journal La Presse.

11 Le sociologue, par exemple, se posera essentiellement trois questions : a) pourquoi tel comportement, codé comme problème de santé mentale, est-il socialement « problématique » ? À qui pose-t-il problème ? À certains groupes sociaux ? À l’entourage de la personne « problématique » ? À la personne même qui « souffre » de ce problème ? À un ordre normatif dominant ? b) Pourquoi tel comportement, codé comme problème de santé mentale, est-il « mental » plutôt que « social », « culturel », etc. ? c) Pourquoi tel comportement est-il codé comme problème de santé mentale dans certains groupes sociaux (voire certaines cultures) et non dans d’autres et, de ce fait, les réactions sociales vis-à-vis du même comportement « problématique » varient-elles en fonction de la position sociale ou de l’horizon culturel considéré (thérapeutique, tolérance, répression, sanction sociale, indifférence, abandon, etc.) ? Dans ce contexte, la psychiatrie, la psychologie et la sociologie se positionnent comme des systèmes scientifiques ouverts l’un sur l’autre, qui peuvent certes s’ignorer et se contester – ce qui arrive très fréquemment – mais qui demeurent malgré eux intimement associés dans l’expression aussi socialement répandue qu’épistémologiquement improbable de « problèmes de santé mentale ».

12 Dans les sociétés contemporaines caractérisées par l’exigence d’un effort d’adaptation permanente dans un contexte de normativité changeante, les interventions psychothérapeutiques et plus largement « en santé mentale » jouent un rôle majeur dans les processus mêmes de socialisation en « assistant » l’individualité lorsqu’elle fait (ou peut faire) défaut dans les domaines les plus névralgiques (école, famille, travail). Au sujet de la multiplication des dispositifs psychologiques au Québec, voir Otero (2003).

13 On utilise souvent les termes névrose et psychose de manière très générique afin de départager grossièrement deux types d’affections « mentales » : a) celles légères, transitoires, sans étiologie organique connue, de prévalence importante, mais variable au long terme et dont le contact avec la réalité des personnes atteintes demeure intact, telles que les dépressions, les anxiétés, les troubles alimentaires, etc. b) celles plus handicapantes, permanentes, de prévalence moins importante, mais davantage stable et dont l’étiologie est soupçonnée d’être organique, telles que les schizophrénies, les démences, les troubles de la personnalité, etc. Au Canada, on range ces dernières dans la catégorie administrative de « troubles sévères et persistants » touchant des populations spécifiques par opposition aux « anxiodépressions » concernant la population en général. Dans son Abrégé de psychanalyse Sigmund Freud admet globalement : 1) le partage entre névroses et psychoses (« Les névroses et les psychoses sont les états dans lesquels se manifestent les troubles fonctionnels de l’appareil psychique ») et, 2) l’impossibilité d’appliquer les mêmes méthodes thérapeutiques aux deux types de psychopathologies (« Si nous avons pris comme objet d’étude les névroses c’est parce qu’elles seules paraissent accessibles à nos méthodes d’intervention psychologique »).

14 Pour une théorisation sociologique des régimes de vie « non ordinaires », voir par exemple la notion de « vie moindre » chez Namian (2012).

15 Pour cette raison, la névrose, contrairement à la psychose, est à répertorier, sociologiquement parlant, davantage chez les anormalités que chez les anomalies. Les névroses sont alors moins « compréhensibles en soi » que « par rapport à » l’« être moyen ou normal », ou encore par rapport « au cadre » duquel elles sont sorties, déviées, éloignées. En ce sens, le mépris des premiers aliénistes envers les « névroses » au sens générique du terme par rapport aux « vraies folies », ces aliénations somme toute dignes de ce nom, trouve des arguments supplémentaires et convaincants. Et les sociologues, comme nous en l’occurrence, trouvent aussi davantage d’arguments pour discuter l’exclusivité du statut psychopathologique et médical des névroses génériques.

16 Le statut ontologique des problèmes de santé mentale de masse ne peut être saisi exclusivement par la sociologie (et l’anthropologie) ni par la psychologie (et la psychiatrie), car le psychisme et la société sont inséparables et irréductibles. S’il est vrai que les problèmes de santé mentale de masse ne peuvent pas être compris sans les référer à la normativité qui a cours, ils ne se réduisent pas à la seule déviance de la norme. Le psychologisme et le sociologisme sont, on nous permettra cette boutade, des « pathologies épistémologiques » équivalentes.

17 Pour le DSM-I (1952), la dépression n’était qu’un discret mécanisme de défense parmi d’autres (la réaction dépressive) servant à contrôler l’anxiété lors d’une « psychonévrose », tandis que pour le DSM-III (1980) et les versions successsives du manuel (DSM-III-R, IV et IV-R) elle devient un trouble vedette à part entière, c’est-à-dire un vrai syndrome psychiatrique autonome.

18 Au Canada, le statut socioéconomique (SSE) est clairement relié à la prévalence de problèmes de santé mentale, car les personnes correspondant au SSE inférieur ont 2,3 fois plus de problèmes de santé mentale graves (troubles sévères et persistants), presque 2 fois plus de problèmes de santé mentale moins graves (dépression et anxiété) et 3,4 fois plus de problèmes de consommation de drogues et d’alcool que les personnes correspondant au SSE supérieur (ICIS, 2008). Dans le cas du Québec, si on considère l’ensemble des adhérents à la RAMQ (Régie de l’assurance maladie du Québec), on note que les catégories d’usagers les plus vulnérables sur le plan économique et social consomment deux fois plus de médicaments psychotropes que la moyenne (22 % contre 11%) des adhérents (CPLT, 2003). Aussi, à peu près toutes les études s’accordent sur le fait que les femmes sont deux fois plus déprimées que les hommes.

19 Au Canada, 82% des consultations pour dépression aboutissent à la prescription d’un antidépresseur, presque toujours un ISRS (IMS, 2007).

20 La campagne publicitaire officielle en cours du Ministère de Santé et Services Sociaux du Québec (MSSSQ) concernant la dépression est formelle et sans ambigüité : la dépression est une vraie maladie tout comme le cancer, il faut consulter un médecin et elle se soigne avec des médicaments antidépresseurs. http://www.grenier.qc.ca/nouvelles/2621/le-msss-sensibilise-la-population-a-la-depression-une-vraie-maladie

21 Les analyses s’appuient sur un corpus de 60 entretiens qualitatifs réalisés entre 2005 et 2008. Il s’agit de 40 femmes et 20 hommes âgés entre 25 et 55 ans (environ un tiers âgés de 25 à 35 ans, un tiers de 35 à 45 ans et un tiers de 45 à 55 ans) qui ont reçu au moins un diagnostic formel de dépression majeure. Environ la moitié d’entre eux ont obtenu un diplôme universitaire, un quart ont obtenu un diplôme d’études collégiales, 20 % ont complété leurs études secondaires et 5% ne les ont pas complété. Environ 70 % interviewés occupaient un emploi à temps plein ou à temps partiel au moment de l’entretien. 15 % étaient ou retournaient aux études et 15 % ne travaillaient pas ni étudiaient non plus au moment de l’entretien.

22 Le but de nos analyses a été de mieux saisir l’épreuve dépressive qualitativement dans sa généralité. C’est-à-dire d’analyser les résonnances spécifiques et transversales aux expériences individuelles telles qu’évoquées par les interviewés, plutôt que de mettre l’accent sur les particularités dues, par exemple, à l’appartenance à des groupes particuliers (âge, sexe, revenu, etc.). Ces résonnances spécifiques et transversales réconcilient concrètement, pour ainsi dire, les clivages de genre, d’âge et socioéconomiques dans les termes mêmes imposés par la logique sociétale générale de l’épreuve dépressive et de ses « tensions typiques ».

23 Comme le souligne François de Singly, dans les sociétés contemporaines « le passé n’a de sens que s’il est traduit en "champ d’expérience", que s’il est incorporé dans le travail sur soi des individus et des sociétés » (de Singly, 2003). Or, dans l’épreuve dépressive le passé n’a pas de sens, « tout se passe en temps réel ».

24 La qualification de « primaire » et de « secondaire » à l’égard des deux « socialisations » ne recouvre pas seulement une dimension chronologique, mais aussi en termes d’impact des processus qui transforment un individu en un « membre » de la société et à la possibilité de les « contester ». De même que Ralph Linton l’affirmait auparavant, c’est surtout l’éducation familiale qui forge la « personnalité de base » de l’individu en bas âge tandis que les « personnalités statutaires » constituent des « configurations de réponses culturelles » supplémentaires, essentiellement « cognitives », « contestables » et liées à des statuts extrafamiliaux (bourgeois, médecin, ouvrier, employé, sportif, etc.) acquis de manière ouverte et concurrentielle dans la vie adulte, ou du moins, post-adolescente (Linton, 1945).

25 Par exemple, la généralisation (ou l’augmentation) des familles recomposées, de la prise en charge de l’éducation des enfants par les structures de la prime enfance (CPE, crèches, garderies), de la réduction des inégalités des sexes, des mariages de conjoints et conjointes de même sexe, de la redistribution des rôles familiaux, du déclin de la figure du père, de la montée en importance des droits des enfants, de la monoparentalité – non voulue ou choisie – de la généralisation de la vie en solo, de la possibilité individuelle d’adopter des enfants ou, pour les femmes, de procréer individuellement, etc.

26 Ralph Linton soulevait les effets à long terme sur les adultes des modèles de famille ouverte et étendue, d’une part et fermée et restreinte, de l’autre. Ainsi, l’amour romantique et exclusif ne lui semblait possible que dans une société caractérisée par le modèle de famille restreinte et fermée (nucléaire) tandis que la pluralité et la non-exclusivité des « autres significatifs » familiaux favorisent des modèles amoureux moins exclusifs et permanents, ainsi que plus ouverts et instables (Linton, 1945).

27 Margaret Mead avait déjà désigné les sociétés occidentales comme « préfiguratives », c’est-à-dire des sociétés à changement très rapide où l’expérience transmise par les aînés semble peu utile aux plus jeunes, qui se trouvent dans une situation analogue à celle de l’immigrant ou du pionnier qui doivent tout apprendre en temps réel (Mead, 1978).

28 Il est pertinent de rappeler que Peter Berger et Thomas Luckmann avaient déjà soulevé le fait que toute société complexe tend à rendre possible la question : Qui suis-je ? Pourquoi suis-je un tel plutôt qu’un autre ? Ce questionnement existentiel qui met en relief l’ouverture possible du parcours biographique à d’autres « mondes » possibles (genre, sexualité, profession, goûts, morale, etc.) était évoqué par les auteurs comme un phénomène marginal. Aujourd’hui, il devient en quelque sorte un questionnement ordinaire largement établi dans les sociétés contemporaines plutôt qu’une source d’inquiétude au regard de la cohésion ou de la stabilité sociale. Nous développons ce point dans Otero (2013).

29 Les analystes de la scène de l’intervention en santé mentale au Canada signalent un renversement majeur depuis les 30 ou 40 dernières années : la famille est passée d’être un « problème » (source de tensions) à faire partie de la « solution » (reconstruire des réseaux de support, contention, attachement, aide, etc.) tandis que le travail est signalé de plus en plus comme un « problème » à plusieurs égards (source de stress) pour la santé mentale des individus (Dorvil, 2003 et 2008)

30 Malgré les nombreuses études portant sur la « fin du travail » qui ont vu le jour depuis le dernier quart du xxe siècle, la centralité du travail dans la vie des individus ne fait que s’affirmer (Castel, 2009 ; Kirouac, 2012).

31 500 000 millions de Canadiens et Canadiennes s’absentent du travail chaque semaine pour des problèmes de santé mentale dont la part du lion correspond aux dépressions. Aussi, les coûts attribuables à ces problèmes se chiffrent à plus de 20 milliards de dollars par an au Canada et à 4 milliards seulement au Québec (Chaire en gestion de la santé et de la sécurité au travail, Université Laval. http://www.cgsst.com/fra/les-consequences-du-stress/pour-lorganisation.asp). En 2001, un rapport de l’Organisation mondiale de la santé affirmait que la dépression est la première cause d’incapacité dans le monde avec 12 % de toutes les affections confondues (OMS, 2001).

32 Si on quantifie les allusions portant sur les interactions concrètes avec l’antidépresseur quatre thèmes émergent clairement : efficacité (33%), arrêt (26%), effets secondaires (24%) et réticences (17%). Si on regroupe les quatre derniers items, on constate que presque dans 70 % des cas, ils dessinent le spectre d’un soupçon : comment et quand arrêter ? Que faire des effets secondaires ? Comment justifier, devant soi et les autres, le recours à une pilule pour régler des problèmes au statut incertain (médicaux, psychologues, sociaux, etc.) ?

33 Qu’est-ce que cela signifie être efficace ? Les figures sont variées : réduire les symptômes, améliorer la qualité de vie, éradiquer la maladie, soulager la souffrance, empêcher la dégradation d’une situation déjà difficile, rétablir le fonctionnement normal, etc.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcelo Otero, « Grand résumé de L’Ombre portée : l’individualité à l’épreuve de la dépression, Montréal, les Éditions du Boréal, 2012 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, L'Ombre portée : l’individualité à l’épreuve de la dépression, mis en ligne le 19 novembre 2013, consulté le 25 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4504

Haut de page

Auteur

Marcelo Otero

Professeur au département de sociologie, UQÀM , Qc., Canada - CRI (Collectif de recherche sur l’itinérance, la pauvreté et l’exclusion sociale) - MEOS (Équipe de recherche sur le médicament comme objet social) - otero.marcelo@uqam.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page