Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2014La transmission du métierLa transmission du métier d’artis...

2014
La transmission du métier

La transmission du métier d’artisan batelier : de l’apprentissage traditionnel à l’apprentissage institutionnalisé

Transmission craft of owner boatmen: from traditional to institutionalized training
Charlotte Paul

Résumés

Dans la batellerie artisanale, l’apprentissage traditionnel s’efface au profit d’un apprentissage institutionnalisé. Cela s’explique par la recomposition du secteur (besoin croissant de main-d’œuvre) et les transformations au sein du groupe professionnel (affaiblissement de la reproduction sociale, arrivée de nouveaux profils non issus du milieu). Toutefois, le groupe des artisans bateliers résiste à ce changement et revendique la nécessité de s’approprier de multiples dimensions, à la fois professionnelles, culturelles et sociales, pour accéder au métier, en particulier l’identité du groupe. Par ailleurs, l’étude de la transmission du métier constitue une grille de lecture pertinente pour appréhender l’évolution du groupe professionnel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle Environnement, dite loi Grenelle 1, ad (...)

1En France, le transport fluvial de marchandises connaît un nouvel essor. L’État souhaite en effet promouvoir son développement, en raison des vertus environnementales 1 qu’on lui prête (ADEME, 2006), mais aussi afin de désengorger les principaux axes routiers. Compte-tenu de ces ambitions, un certain nombre de leviers sont identifiés pour accroître la compétitivité de ce mode de transport ; ils concernent par exemple l’amélioration des infrastructures du réseau fluvial, le renouvellement de la flotte, ou encore la mise à disposition d’une main-d’œuvre qualifiée. C’est précisément sur ce dernier point que nous avons choisi d’orienter cet article.

2Le transport fluvial s’appuie sur deux types d’acteurs : la batellerie artisanale et les compagnies de navigation. Il connaît de profonds bouleversements depuis une quarantaine d’années. D’abord avec la concurrence des autres modes de transport (fer et route) dans les années 1970 ; ensuite avec la destruction d’une partie de la flotte artisanale dans les années 1980 ; enfin avec la libéralisation du secteur en 2000.

3Ces différents facteurs ont eu pour conséquence de provoquer une baisse constante des effectifs de la batellerie artisanale. On l’observe encore récemment puisqu’en 2001, les artisans bateliers représentaient 70 % de l’effectif total du secteur, et que cinq ans après ils n’étaient plus que 62 % (Paul, 2011). De l’autre côté, l’effectif des compagnies de navigation n’a cessé de croître, en raison du développement d’une production industrialisée de transport. La batellerie artisanale reste encore majoritaire aujourd’hui mais ne réalise pas plus du tiers du chiffre d’affaires du secteur.

4Ces évolutions structurelles posent en tout cas un certain nombre de questions du point de vue du renouvellement de la main-d’œuvre, puisqu’une des principales caractéristiques de la profession réside dans la transmission du métier de père en fils. En outre, il est prévu qu’un tiers des artisans bateliers parte à la retraite dans les cinq prochaines années. L’équation apparaît encore plus complexe lorsque l’on observe que les compagnies de navigation recrutent majoritairement leurs salariés parmi les fils d’artisans.

5Face aux besoins croissants de main-d’œuvre industrielle et d’artisans, il devient donc nécessaire de s’interroger sur les mécanismes de production sociale d’artisans bateliers et plus particulièrement sur les modalités de leur formation. Finalement, le groupe des artisans bateliers, soumis à une concurrence croissante de la part des compagnies de navigation, est-il encore en mesure de produire et de reproduire socialement de nouveaux professionnels ? Le passage par l’enseignement professionnel suffit-il pour devenir artisan batelier, profession atypique et dotée ? Par ailleurs, ce passage suppose-t-il une évolution du métier ? Peut-on déjà percevoir les contours de cette évolution ? Pour répondre à ces interrogations, nous aborderons, dans une première partie, l’évolution de la transmission du métier, c'est-à-dire le passage de la formation sur le tas à la professionnalisation du métier. Nous nous focaliserons dans une deuxième partie sur l’appropriation de l’identité de métier comme déterminant pour incarner pleinement la figure batelière. Cet article propose, plus généralement, quelques éléments de réflexion sur la recomposition du secteur.

Encadré méthodologique

Du point de vue de la littérature, ce travail s’appuie essentiellement sur les travaux de Danielle Gerritsen qui a conduit une vaste enquête dans les années 1980 auprès de la population artisanale batelière et a traité la question de la formation à travers de nombreux entretiens.

Cet article tire ses principaux éléments de compréhension de matériaux récoltés lors de recherches doctorales sur le groupe professionnel des artisans bateliers, conduites entre 2010 et 2013. Une enquête concernant les voies d’accès au métier d’artisan batelier a donné lieu à un entretien auprès du directeur d’un des établissements de formation ; à des observations pendant une semaine auprès d’une classe de CAP et de son équipe enseignante au cours d’un embarquement sur leur bateau-école ; à une participation à la commission sur la mise en place du baccalauréat professionnel « transport fluvial ». Plus largement, cette recherche repose sur une série d’observations auprès de bateliers, aussi bien indépendants que salariés, issus et non issus du milieu fluvial et d’entretiens auprès des associations relatives au transport fluvial.

De la transmission générationnelle à l’enseignement professionnel

6L’artisan batelier est un chef d’entreprise. Son travail consiste à acheminer, par voie fluviale, différents types de marchandises (céréales, gravats, conteneurs, matières dangereuses) à l’aide de son bateau, dont il est le propriétaire. Son activité nécessite un ensemble de connaissances techniques en termes de navigation et d’entretien du bateau, de connaissances législatives du règlement de police et du code fluvial et repose sur un ensemble de tâches administratives et commerciales. La formation cherche alors à doter les futurs bateliers des meilleurs outils pour leur permettre de s’insérer au mieux dans le milieu professionnel.

Un modèle traditionnel encore présent

7La production d’artisans bateliers se fait en premier lieu au sein du groupe professionnel. C’est pourquoi la première profession exercée par les enfants de bateliers est batelier. L’artisan batelier a longtemps suivi, à travers l’apprentissage, le même modèle d’insertion professionnelle que le groupe des artisans (Gerritsen, 1983). L’apprentissage du métier sur le lieu de travail, sa transmission par un adulte expérimenté à un adolescent, voire parfois à un enfant, est le fondement de la formation traditionnelle de la force de travail dans l’artisanat (Zarca, 1986).

8La formation au métier d’artisan batelier s’effectue en premier lieu par une socialisation primaire. Les artisans bateliers travaillent et vivent à bord de leur bateau, généralement en couple, avec leurs enfants, jusqu’à ce que ceux-ci atteignent l’âge de la scolarité obligatoire à 6 ans. Ces derniers sont ensuite confiés aux internats dédiés aux enfants de bateliers ou à des parents proches (Le Sueur, 2005). L’imbrication de la vie privée et de la vie professionnelle au sein du bateau facilite l’apprentissage d’un vaste ensemble de savoir-faire et de connaissances par un processus d’incorporation et d’imitation de la parole et de la gestuelle technique dès le plus jeune âge. Les travaux de Danielle Gerritsen, qui retracent le type idéal du modèle de production et de reproduction de l’artisanat batelier, illustrent cette étape : « à bord, le jeune fils de batelier va faire, avec son père, son apprentissage du métier sur le tas. Il va peu à peu remplacer sa mère dans son rôle de matelot, apprendre à manœuvrer le bateau, à entretenir le moteur, les machines, la cale et à participer aux peintures fréquentes du carénage » (Gerritsen, 1983, p. 28). La superposition de la sphère privée et professionnelle permet aussi une configuration adaptée à la circulation des affects. Cette dernière forme et permet l’acquisition du goût des héritiers pour le métier (Bessière, 2003 ; 2010).

9En somme, ce degré de socialisation à l’exercice du métier dote l’enfant des capitaux nécessaires à sa future insertion professionnelle, tels qu’un capital culturel et relationnel mais surtout un capital économique, l’acquisition du « bateau de famille » (Wateau, 1989). La famille semble être l’instance idéale de socialisation au métier d’artisan batelier.

10La formation traditionnelle artisanale est donc encore bien présente, comme le souligne le directeur du Centre de formation d’apprentis de la navigation intérieure (CFANI) : « 50% de mes effectifs sont génétiques (batelier de père en fils), c’est un vrai virus, il n’est pas question qu’ils fassent autre chose ».

  • 2 Entretien réalisé par Sara Arrhioui en 2012 dans le cadre de son mémoire sur « la formation des pri (...)
  • 3 Embarquement avec un artisan batelier, voyage Paris-Conflans-Sainte-Honorine, le 10 janvier 2011.

11Si cette transmission est possible, elle est généralement soutenue par une catégorie de bateliers qui a survécu à la précédente crise des années 1970 et voit aujourd’hui, dans la reprise du secteur, une opportunité pour ses enfants. L’exemple d’un artisan batelier qui a particulièrement bien réussi illustre bien cette transmission familiale. Ce batelier possède une flotte de quatre bateaux de grand gabarit navigant sur le bassin de la Seine. Son fils s’est associé avec lui à la sortie de ses études et occupe le poste de capitaine d’un des bateaux ; il explique qu’il a toujours voulu faire ce métier et ne s’est jamais vu faire autre chose 2. La réussite du père et son besoin de s’entourer d’appuis familiaux pour développer son entreprise (son oncle est également sur un des bateaux) ont déterminé la volonté du fils de poursuivre ce métier. Durant un embarquement avec l’artisan batelier en question 3, son fils appelle (au téléphone) plusieurs fois son père au sujet du chargement du bateau qu’il est en train de réaliser. À travers la discussion, on observe que le père, en partageant son expérience avec son fils, guide celui-ci dans son activité. Il transmet alors des savoirs non formalisés, c'est-à-dire un « savoir procédural » abstrait de l’observation d’une pratique, ce qui est fréquent dans « l’apprentissage par frayage » (Delbos & Jorion, 1990).

Crise de la transmission familiale

12Toutefois, une autre partie des bateliers n’a pas aussi bien réussi. Lors de la crise, certains artisans n’ont pas eu d’autre choix que de détruire leur bateau et de se reconvertir professionnellement, en bénéficiant d’une aide financière de l’État. La transmission familiale s’est alors effritée. Les bateliers ont été de moins en moins enclins à former leurs enfants et ont préféré les diriger vers d’autres voies professionnelles et pour certains, vers la poursuite d’études, comme l’évoque le directeur du CFANI :

« L’artisanat batelier était dans un tel marasme que le discours familial qui était tenu dans les familles de bateliers était de dire aux enfants : tu ne feras pas le même métier […]. Les parents disaient "le transport fluvial c’est foutu, si tu veux faire ça, je ne pourrai pas t’en empêcher si tu en as envie, mais tu passes d’abord un bac" ».

  • 4 Entretien avec la Présidente de l’association « la vague des femmes batelières », batelière en reco (...)

13Comme dans le milieu de la paysannerie, le groupe professionnel « reproduit de moins en moins l’envie de se reproduire » (Champagne, 2002). La transmission traditionnelle est donc en crise : la famille ne constitue plus une instance sûre de production d’artisans bateliers. Une ancienne batelière interviewée 4 en 2011, qui a délaissé le métier à la suite de son divorce avec son mari artisan batelier, évoque de la même façon cette volonté d’ouvrir l’horizon professionnel à ses enfants lorsqu’elle était encore en activité :

« Moi je voulais que mes enfants aient la possibilité de choisir ; donc maman, qui était jeune retraitée, s'est proposée de prendre mes enfants en pension chez elle, donc elles [les filles] ont été en pension et en plus à l'école de tout le monde [distinction avec l’internat dédié aux enfants de bateliers] comme moi j'aurais voulu, et puis elles ont fait des études et elles sont batelières [elles n’exercent pas le métier mais leur mère considère que leur expérience de vie au bateau est constitutif de leur identité personnelle] » (elle rit).

14Ses filles ont été formées au métier durant leur enfance et les périodes de vacances scolaires. C’est pourquoi elles ont incorporé le métier de « batelière ». Cependant, par la poursuite d’études supérieures, elles se dirigent vers des carrières éloignées de la batellerie artisanale. François Gresle explique d’ailleurs à propos des familles d’indépendants que la réussite scolaire de leurs enfants risque à la limite d'avoir un effet négatif (pour la reproduction du groupe) en les conduisant vers un autre métier, car souvent la possession de diplômes éloigne du milieu artisanal (Gresle, 1982).

  • 5 L’expression « gens d’à terre », employée par les bateliers, désigne l’ensemble des individus qui n (...)

15Ainsi, l’instance traditionnelle de formation ne suffit plus pour répondre au besoin croissant de main-d’œuvre. Il y a encore quelques années, l’écrasante majorité des bateliers étaient eux-mêmes issus de familles de bateliers, depuis une dizaine d’années la profession s’ouvre à de nouveaux profils, les « gens d’à terre 5 » (Talmon, 2009). Des problèmes se posent alors en termes de formation : ces individus qui ne bénéficient pas de la même formation professionnelle que les enfants de bateliers doivent reprendre l’apprentissage à zéro (ONISEP, 2001).

L’enseignement professionnel : un passage obligatoire

16Celui qui se destine à la carrière d’artisan batelier, fils de batelier ou personne « d’à terre », emprunte majoritairement des voies de formation plus institutionnalisées. Bien qu’aucun diplôme ne soit nécessaire pour exercer le métier, l’aspirant au métier doit toutefois obtenir une attestation de capacité professionnelle (ACP) depuis 1992 pour se mettre à son compte et un certificat de capacité correspondant au permis de bateau.

17En France, hors la formation pour les adultes ou les personnes en reconversion, seulement trois établissements préparent aux métiers de la navigation fluviale dont le CFANI en Île-de-France, situé à Tremblay-sur-Mauldre (78) qui concentre un peu plus de 60% de l’effectif total en raison d’un ancrage fort de la batellerie du Nord. Cet établissement a été créé en 1973 pour accompagner les individus en formation aux différentes évolutions techniques et sociales du secteur. Les acteurs à l’origine de sa création voyaient d’un mauvais œil l’apprentissage quasi familial alors encore dominant, ce que confirme Danielle Gerritsen : « Les techniques de transport par eau évoluent […] vers la complexité, elles ne peuvent pas se satisfaire d’une simple tradition ancestrale du métier. La sécurité des hommes et du matériel exige de plus grands soins. Le métier doit être valorisé aux yeux de tous, y compris de ceux qui le pratiquent » (Gerritsen, 1983, p. 99].

18La mise en œuvre de cette qualification correspond à la période de déclin de la batellerie artisanale. D’abord, la réforme de l’apprentissage de 1971 a contraint l’apprenti batelier à suivre un enseignement théorique et à préparer le Certificat d’aptitude professionnelle (CAP) de navigation fluviale dans un établissement d’enseignement, complété par une formation sur le tas (Ibid., p. 97]. Puis, le processus de professionnalisation du métier s’est accéléré ces dix dernières années, au point qu’on compte aujourd’hui trois niveaux de formation.

19Le CAP « navigation intérieure » a été rénové puis remplacé par un CAP « transport fluvial » en 2011. Il prépare au métier de matelot qualifié, des enseignements généraux et pratiques y sont dispensés. L’individu réalise sa formation soit dans un centre de formation d’apprentis permettant un apprentissage en alternance dans une entreprise de navigation (artisan ou compagnie) durant toute l’année ; soit dans un lycée professionnel où des périodes de formation en milieu professionnel d’une quinzaine de jours devront être réalisées ponctuellement durant l’année. Cette immersion en entreprise vise à une meilleure insertion professionnelle.

20Parallèlement, de nouveaux diplômes ont été créés : la Mention complémentaire (MC) « transporteur fluvial » en 2003 et le Baccalauréat professionnel « transport fluvial » prévu à la rentrée 2014. Selon l’État, « le métier […] nécessite une formation de plus en plus diversifiée, en adéquation avec la modernisation du secteur » [ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, 2010], axée notamment sur la sécurité (le transport de matières dangereuses) et sur la législation en matière d’environnement.

21Sur le même modèle que le CAP, la mention complémentaire ne comporte en revanche plus que des enseignements professionnels. Suite à la libéralisation du secteur, le tour de rôle qui visait à répartir l’ensemble des voyages aux artisans a été supprimé, les artisans bateliers doivent désormais rechercher leurs contrats de transport par eux-mêmes et se retrouvent en concurrence les uns avec les autres. Aussi, ce diplôme vise à préparer le futur batelier aux logiques entrepreneuriales en lui permettant d’acquérir les compétences nécessaires en gestion (droit, comptabilité, fiscalité, ressources humaines) et en technique (sécurité, conduite).

22L’enseignement professionnel est devenu la voie de formation privilégiée des futurs artisans bateliers. Il s’appuie sur le modèle de l’apprentissage familial en favorisant l’immersion des individus en entreprise, en proposant des modules très techniques permettant l’acquisition des techniques de matelotage et en faisant appel aux ressorts de l’apprentissage par la répétition et l’imitation du geste technique.

23Ce modèle semble surpasser le modèle traditionnel en dotant les individus d’outils nécessaires au jeu du marché libre et donc concurrentiel, une configuration de l’activité apparue suite à la libéralisation. En effet, l’apprentissage artisanal favorise l’incorporation d’une position de dominé, tel que François Gresle la décrit, « l’artisan préparait ses apprentis à devenir de bons ouvriers […] la formation en atelier (dans le cas présent, le bateau) ne prédispose pas l’apprenti à affronter le changement, encore moins à devenir responsable avisé d’une petite entreprise » (Gresle, 1981). La formation technique par l’école, plus que celle de la famille, semble désormais incontournable pour exercer le métier.

Résistances du groupe professionnel

24L’enseignement professionnel paraît préparer au mieux l’avenir professionnel des individus en formation. Pourtant, dans les années 1980, d’après une enquête de l’Association nationale des travailleurs indépendants de la batellerie (ANTIB), la majorité des artisans considère que la meilleure formation est « sur le tas », sur le bateau. Ils estiment aussi que la meilleure école reste « celle du vent », que ceux qui vont à l’école ne savent rien. Ils ajoutent enfin que l’enseignement est valable pour ceux qui viennent « d’à terre », pas pour eux (Gerritsen, p. 100). Aussi, d’autres processus, en marge du milieu « scolaire », forment au métier.

Influence de l’industrie sur l’enseignement professionnel

25Tout d’abord, les artisans bateliers considèrent que le passage par l’enseignement professionnel oriente davantage les « jeunes » vers le salariat. En effet, les compagnies entretiennent d’étroits liens avec les établissements de formation. Le déploiement de stratégies dans la formation, principalement par l’industrie du transport, amène à s’interroger sur l’orientation de la formation. En ce sens, les propos de Bernard Zarca confirment cette orientation, notamment lorsqu’il évoque que l’école des hommes de métier forme en général des ouvriers qualifiés, techniquement mieux préparés au travail industriel qu’au travail artisanal (Zarca, 1986, p. 205). Les compagnies cherchent effectivement à constituer un vivier de salariés pour soutenir leur croissance, au détriment du renouvellement de la batellerie artisanale. La moitié des individus en formation est d’ailleurs aujourd’hui en apprentissage dans les compagnies. Cette première expérience impacte alors le choix professionnel de ces derniers puisque, d’après le directeur du CFANI, la même proportion se dirige vers le salariat. Cela s’explique notamment par les campagnes importantes de promotion du métier faites par les compagnies de navigation. Elles attirent de nouvelles recrues avec des perspectives de mobilité professionnelle et un contrat d’apprentissage correspondant aux attentes des « jeunes » en formation. Parallèlement, les actions de promotion de la batellerie artisanale demeurent faibles. De plus, les artisans travaillent majoritairement sur des petits bateaux, ce qui ne leur permet généralement pas de loger un apprenti. Par ailleurs, ils ont longtemps compté sur une main-d’œuvre gratuite en s’appuyant sur la mobilisation de leurs enfants. Aujourd’hui cela n’est plus possible et la perspective de former des futurs concurrents – et non plus leurs propres enfants – peut limiter les embauches. L’ensemble de ces contraintes freinent ainsi la formation d’artisans bateliers.

Une identité professionnelle au cœur du métier

  • 6 Entretien avec le Président (artisan batelier à la retraite) et l’ancienne Présidente de l’AFB (pat (...)
  • 7 L’AFB, créée en 1946, soutient les familles de bateliers dans la défense de leurs droits et dans le (...)

26De plus, une partie des artisans bateliers juge encore l’enseignement professionnel trop faible pour intégrer le groupe professionnel. D’après la Présidente 6 de l’Association familiale de la batellerie (AFB) 7, les formations dispensées dans les établissements et l’obtention de l’ACP ne suffisent pas, « ça en fait pas un bon personnel navigant ». Son association met d’abord en avant les atouts de l’apprentissage traditionnel du métier. Elle cherche à faire-valoir ce que Patrick Pharo appelle « l’instruction sans instruction » (Pharo, 1985) produite au sein de l’entreprise familiale en réclamant une équivalence sans passer par la formation, c'est-à-dire de bénéficier du dispositif de la validation des acquis de l’expérience (VAE) :

« On se bat pour valoriser ces acquis, c’est une formation ignorée qui n’est pas qualifiable […] On acquiert des acquis de l’expérience même si on [les enfants de bateliers] n’a pas de contrat d’apprentissage, tels que les notions de montant/avalant, les bases sur le canal pour ne pas être avec le courant, etc. Les "gens d’à terre" n’ont pas acquis la pratique par le jeu, par le loisir, ils n’ont pas l’expérience de la conduite du bateau. D’ailleurs les compagnies de navigation choisiront un fils de batelier à compétence égale ».

27Si elle reconnaît la complémentarité de l’apprentissage en entreprise et les ajustements entre la théorie et la pratique étudiés au sein des établissements de formation, elle soulève aussi le problème de la non-transmission des fondamentaux dans l’enseignement professionnel : le mode de vie et les traditions. En effet, les artisans bateliers revendiquent une identité de métier propre, ancrée sur la transmission traditionnelle du métier. Le groupe professionnel se définit principalement par une culture, par une transmission à l’échelle des générations, de savoirs et de savoir-faire capitalisés (Zarca, 1988), mais aussi de valeurs, de manières d’être, au cours d’une trajectoire sociale. Durant les périodes où l’enfant est à bord du bateau de famille, « il apprend une manière de vivre où savoir-faire et savoir-vivre sont une et même expérience » (Sigaut, 1988). Les artisans bateliers sont fortement isolés, ils cherchent à rallier le plus vite possible les lieux de chargement ou de déchargement. Ils s’arrêtent uniquement pour dormir (Paul & Raimbault, 2013). Cette vie itinérante implique un mode de vie particulier où vie professionnelle et vie privée sont intimement liées. Danielle Gerritsen montre que, bien au-delà de l’apprentissage artisanal où l’on transmet surtout une gestuelle, devenir artisan batelier c’est aussi assimiler un savoir-vivre, « une habituation à un mode de vie, l’adoption d’un modèle socioculturel » (Gerritsen, p. 95).

  • 8 Le système de valeurs implicites que les gens ont intériorisé depuis l’enfance et à partir duquel i (...)

28C’est bien la question de la non-transmission de l’identité du groupe professionnel dans le processus de formation par l’enseignement professionnel qui est soulevée puisque celui-ci ne réunit pas les conditions favorisant son assimilation. Comme le souligne Bernard Zarca, l’école n’inculque pas aux personnes en formation les dispositions morales et l’attitude à l’égard du travail qui seront nécessaires au fonctionnement des entreprises artisanales (Zarca, 1986, p. 205). Le milieu agricole est aussi traversé par cette problématique de l’identité professionnelle. Aussi les agriculteurs ont-ils créé leur propre système d’enseignement avec la mise en place des Maisons familiales et rurales (MFR) qui visent à inculquer un « savoir-faire technique » mais également un « savoir-être éthique ». Ces MFR défendent l’idée de l’enseignement basé sur la formation de la « personne totale » participant ainsi à la construction de l’identité professionnelle des futurs entrants (Sanselme, 2000). Plus largement, ces groupes de professionnels indépendants tels que les agriculteurs et les artisans cultivent une opposition vis-à-vis de l’école. On peut se demander si l’assimilation de cet antagonisme par les « jeunes » en formation ne fait pas aussi partie de l’acquisition d’un ethos de classe 8 (Bourdieu, 1984), indispensable à l’insertion dans le groupe des artisans bateliers.

29Cependant, compte tenu du passage des individus en formation lors de leur période de stage ou d’apprentissage auprès d’artisans bateliers ou de capitaines salariés bien souvent anciens artisans, on peut faire l’hypothèse qu’une transmission d’un ensemble de pratiques spécifiques au groupe professionnel s’opère encore. De plus, les acteurs de l’enseignement professionnel parmi les deux principaux établissements de formation (Schiltigheim et Tremblay-sur-Mauldre) disposent, à travers leur trajectoire socio-professionnelle, de liens forts avec le milieu de la batellerie artisanale. Certains sont des fils, voire des arrières-petits-fils, d’artisans bateliers, d’autres sont des artisans bateliers reconvertis ou encore en activité durant les vacances scolaires. Le directeur du CFANI explique que les permanents qui prennent en charge l’enseignement de la Mention complémentaire sont issus de la profession, « ce sont tous des professionnels de la matière qu’ils enseignent et qui travaillent avec le monde du fluvial : assureur, comptable, conseil en entreprise, économiste, ancien directeur commercial d’une compagnie de navigation ». Aussi, il est probable que ces rapports occasionnent une circulation de savoirs a-scolaires constitutifs de l’identité du groupe.

D’autres voies d’apprentissage

30La délivrance de l’ACP préparée au terme de la formation n’est pas suffisante du point de vue des artisans bateliers pour être reconnu comme un membre du groupe. L’apprentissage d’un métier se fait aussi par son identification à celui-ci et à ceux qui l’exercent (Chaix, 2007). Dans l’exercice du métier, il existe d’autres formes de formation après l’obtention de son diplôme. Souvent interdépendantes, elles permettent l’apprentissage d’un ensemble de connaissances intrinsèques au métier visant à l’intégration du nouvel entrant au sein du groupe professionnel. Nous prendrons les exemples de la cooptation professionnelle et des activités hors travail pour illustrer notre propos.

  • 9 La CNBA est un établissement public national à caractère administratif. Elle représente, soutient e (...)
  • 10 Extrait tiré d’un blog d’artisan bateliers non issus du milieu fluvial (http://www.kairos-peniche.c (...)

31En ce qui concerne la cooptation professionnelle, les individus issus « d’à terre » ne bénéficient pas d’un apprentissage familial, leur formation repose uniquement sur les enseignements tirés de leur période de stage ou d’apprentissage ainsi que sur l’enseignement professionnel. À travers les différentes observations menées auprès d’individus récemment inscrits en tant qu’artisans à la Chambre nationale de la batellerie artisanale (CNBA) 9, on s’aperçoit que ces nouveaux entrants sont souvent pris en charge par un petit nombre de bateliers déjà en activité. Audrey, 30 ans, ancienne ambulancière, n’est pas issue du milieu fluvial. Après une formation professionnelle comprenant un stage de cinq mois dans une compagnie de navigation, elle réalise depuis trois ans, avec son propre bateau, des transports de sable en sous-traitance. Plusieurs artisans bateliers effectuent, pour le même client, les mêmes voyages qu’elle. Ils forment ensemble un groupe d’une douzaine d’artisans sur le bassin de la Seine. Ces derniers rencontrent les mêmes difficultés de travail et ceux qui y travaillent depuis plus de quinze ans partagent leurs expériences avec les plus jeunes. Un couple de bateliers, travaillant depuis près de 30 ans, a pris Audrey sous son aile. Il lui apprend le métier en lui indiquant les endroits dangereux à éviter (bancs de sable), l’informant de ce qui se passe sur le réseau fluvial (grève, tronc d’arbre dans le chenal) et en l’introduisant auprès des autres membres du groupe. Ce couple d’artisans bateliers accompagne les nouveaux entrants, notamment ceux qui ne sont pas issus du milieu fluvial comme en témoignent les propos d’un couple de bateliers récemment reconvertis dans le métier, en contact également avec ce premier couple aguerri : « Merci à Jacques et à Muriel, son épouse, mariniers sur l'Oise et la Seine, nos parrains qui nous ont beaucoup donné de conseils à nos débuts et même encore aujourd'hui 10». La cooptation paraît essentielle pour les individus « d’à terre ». Elle apporte un réseau qui est nécessaire pour se familiariser au métier et à son environnement. La cooptation permet ainsi d’introduire et d’intégrer le nouvel entrant au sein du groupe professionnel. Les enfants de bateliers disposent quant à eux du réseau familial et ont déjà acquis les attitudes à adopter face au client, au professionnel connexe (éclusier, manutentionnaire). Ils ont aussi recueilli les informations sur les différents membres du groupe professionnel pour se positionner sur le marché.

32Concernant les activités hors travail, l’artisan batelier se définit par un ensemble de dispositions professionnelles mais aussi par le rattachement à un groupe professionnel (Chaix, 2007). Devenir professionnel c’est assimiler la culture professionnelle du groupe sur laquelle se fonde son identité. Cela passe par exemple par la participation aux fêtes professionnelles, telles que la Saint Nicolas ou encore le Pardon de la batellerie. Le Pardon est une fête professionnelle réunissant chaque année une partie des artisans bateliers. Différentes activités ont lieu en lien avec leur activité professionnelle : concours de pavois, bénédiction des bateaux, joutes. Elle permet aux artisans de se retrouver une fois dans l’année et favorise la circulation de savoirs professionnels. Elle a surtout une charge identitaire forte où les artisans bateliers, tout en célébrant leur métier, se mettent en scène et affirment leur identité collective. Aussi, participer à cette fête faisant écho aux valeurs et aux caractéristiques de la profession, apparaît comme l’une des modalités d’insertion au groupe et d’intégration de son identité (Paul, 2013). Elle constitue généralement un rite de passage pour les nouveaux entrants dans la profession et d’autant plus pour ceux qui ne sont pas issus du milieu fluvial. Ces derniers, en se socialisant aux pratiques culturelles du groupe, gagnent en légitimité à se présenter comme artisan batelier. Ils redoublent d’efforts pour s’intégrer dans le groupe professionnel. Cette fête paraît incontournable dans le processus de construction de l’identité professionnelle du futur batelier.

33Dans tous les cas, ces différents exemples montrent que ce n’est pas seulement le diplôme ou la formation initiale qui servent à définir le professionnel, mais son apprentissage pratique, son expérience professionnelle et son appartenance à un groupe professionnel (Chaix, 2007). Obtenir la reconnaissance de ses pairs, se faire une place dans la communauté professionnelle participent aussi à la construction d’une identité de métier et permettent l’accès symbolique au statut d’artisan batelier à travers le regard du groupe. Il existe encore d’autres moyens d’apprentissage du métier tel que le recours aux réseaux sociaux. Les artisans bateliers, bien qu’isolés sur l’eau, entretiennent une sociabilité professionnelle importante, notamment par l’usage fréquent du réseau social Facebook. Ils ont créé différents sous-groupes tels que « info batellerie », « forum batellerie » qui leur permettent d’échanger leurs expériences professionnelles, de signaler les difficultés sur le réseau fluvial et pour certains, de faire appel aux compétences du groupe pour des problèmes, en général techniques, auxquels ils ne trouvent pas de réponse seuls. C’est surtout une sociabilité professionnelle du groupe qui est cultivée, sociabilité constitutive de leur identité professionnelle. Aussi, certains groupes sont fermés, c'est-à-dire qu’il y a une sélection à l’entrée. Seuls ceux reconnus comme artisans bateliers, par l’administrateur du forum, sont acceptés.

34Finalement, comme dans le milieu agricole, les établissements de formation jouent aujourd’hui un rôle majeur dans la formation, mais la famille et le milieu professionnel (artisans bateliers, associations batelières, réseaux sociaux) permettent encore l’accès au métier par leur fonction d’intégration au groupe d’appartenance (Chaix, 1985). Ces autres voies d’apprentissage du métier favorisent l’incorporation de savoirs, savoir-faire et savoir-vivre (Sigaut, 1988) constitutifs de l’identité du groupe menant ainsi à l’intégration dans la communauté professionnelle.

Conclusion

35De manière générale, dans l’artisanat, le mode de transmission du métier évolue. L’apprentissage traditionnel s’efface au profit d’un apprentissage institutionnalisé. Ce déclin s’explique dans le cas de la batellerie artisanale, entre autres, par l’arrivée de nouveaux profils non issus du milieu, ainsi que par un besoin croissant de main-d’œuvre. L’étude de Cédric Tolley sur les bergers de Provence décrit les mêmes transformations dans la transmission du métier : l’affaiblissement de la reproduction du groupe dans la communauté rurale ; l’hétérogénéité des candidats en formation, avec l’arrivée de jeunes bergers issus des villes ; ainsi que le développement du salariat. La recomposition des profils et du secteur a requis la qualification des travailleurs par un autre mode de formation (Alaluf, 1986). Ce changement se traduit alors par la professionnalisation du métier de berger. À l’instar du milieu pastoral, la batellerie artisanale passe ainsi d’une économie traditionnelle à une économie capitaliste, accompagnée aussi d’un changement du mode de formation (Tollens, 2004). Ce dernier est incarné par l’enseignement professionnel. Il s’inscrit dans le cadre d’une société dont le mode de rapport de travail dominant est le salariat, où la formation qualifiante est fortement encouragée (Alaluf, 1986) pour une meilleure employabilité. La formation valorise alors un nouveau modèle professionnel en rupture avec la batellerie traditionnelle.

36Cependant, l’enseignement professionnel n’est pas une condition suffisante pour accéder au métier. Le groupe des artisans bateliers résiste à ce changement et valorise l’apprentissage de tout ce qui ne s’apprend pas dans la formation et, plus largement, revendique la nécessité d’incorporer l’identité professionnelle. Par ailleurs, la transmission du métier s’effectue tout au long d’une trajectoire sociale, d’abord lors de la formation, qui commence dès l’enfance ou dès l’entrée dans un établissement de formation ; ensuite au sein de la communauté professionnelle et des sous-groupes qui la composent ; et enfin au cours des processus de production (sous-traitance, exportation, etc.) et d’environnements variés (canaux, réseau fluviomaritime, bassins spécifiques) dans lesquels le batelier évolue. Il apparaît dès lors que d’autres leviers d’apprentissage et d’accès au métier existent en dehors des schémas classiques de formation. Finalement, devenir artisan batelier s’appuie aussi sur l’appropriation de multiples dimensions, à la fois professionnelles, culturelles et sociales.

37L’étude de la transmission du métier constitue, en outre, une grille de lecture pertinente pour appréhender l’évolution de la composition du secteur. Elle caractérise non seulement une société mais aussi l’évolution des techniques artisanales (Chamoux, 2010). L’enjeu actuel, aussi bien pour la batellerie artisanale que pour les compagnies, est d’élargir les voies d’accès au métier pour augmenter la main-d’œuvre. En effet, tous les regards sont désormais portés sur l’orientation des candidats non issus de la batellerie artisanale, catégorie de plus en plus importante. Le choix professionnel réalisé à l’issue de leur formation sera déterminant dans la recomposition du secteur. D’après les observations menées, on considère que les parcours professionnels ne sont pas linéaires, en particulier pour ceux qui ne sont pas fils d’artisans. En effet, le salariat constitue, pour certains d’entre eux, une étape dans leur carrière leur permettant de se doter d’une expérience de navigation, d’un capital financier et relationnel avant de se mettre à son compte. Finalement l’enseignement professionnel, en ouvrant l’accès à un public plus large, ne va-t-il pas contribuer à changer l’identité même du groupe des artisans bateliers ?

Haut de page

Bibliographie

ADEME, VNF, TL et Associés (2006), Étude sur le niveau de consommation de carburant des unités fluviales françaises. Efficacités énergétiques et émissions unitaires de CO2 du transport fluvial de marchandises, Paris, Éditions TL et Associés.

Alaluf M. (1986), Le Temps du labeur. Formation, emploi et qualification en sociologie du travail, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles.

Bessière C. (2003), « Une profession familiale : les trois dimensions de la vocation agricole », dans Weber F., Gojard S. & A. Gramain (dir.), Charges de famille, dépendance et parenté dans la France contemporaine, Paris, Éditions La Découverte, pp. 237-273.

Bessière C. (2010), De Génération en génération. Arrangements de famille dans les entreprises viticoles de Cognac, Paris, Éditions Raisons d’agir, Collection Cours et Travaux.

Bourdieu P. (1984), Questions de sociologie, Paris, Éditions de Minuit.

Chamoux M.-N. (2010), « La transmission des savoir-faire : un objet pour l’ethnologie des techniques ? » Techniques et Culture, vol. 1, n° 54-55, pp. 139-161.

Chaix M.-L. (1985), « Théories et pratiques à l’œuvre dans la formation des agriculteurs. Les stages en exploitation agricole », Revue Française de Pédagogie, n°73, pp. 31-39.

Chaix M.-L. (2007), « Dispositifs de formation par alternance et construction d’identité de métier », Strasbourg, Communication au Congrès International : Actualités de la Recherche en Éducation et Formation, Université Louis Pasteur, Strasbourg.

Champagne P. (2002), L’Héritage refusé. La crise de la reproduction sociale de la paysannerie française, 1950-2000, Paris, Éditions du Seuil.

Delbos G. & P. Jorion (1990 [1984]), La Transmission des savoirs, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Damien M.-M. (2010), Dictionnaire du Transport et de la Logistique, Paris, Éditions Dunod.

Gerritsen D. (1983), Production et reproduction de l’artisanat batelier, variations autour d’un modèle idéal. Des destins individuels au changement social, Paris, Centre d’études sociologiques, CNRS, janvier.

Gresle F. (1981), L’Univers de la boutique. Petits patrons du Nord (1920-1975), Lille, Presses Universitaires de Lille.

Le Sueur B. (2005), Mariniers. Tome 2, Histoire et Mémoire de la batellerie artisanale, Douarnenez, Éditions du Chasse-Marée.

Ministère de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie (2010), Direction générale des infrastructures, des Transports et de la Mer, La Formation dans le secteur fluvial, Paris, mars.

Paul C. (2011), Les Artisans bateliers : sociologie d’un groupe professionnel en mutation. 4 pages, Programme de recherche FLUIDE, Agence Nationale de la Recherche, Unité Systèmes Productifs, Logistique, Organisation des Transports, Travail. En ligne : http://www.inrets.fr/fileadmin/partenariats/fluide/pdf/publications/4pages_Paul_vf.pdf

Paul C. (2013), « Le Pardon de la Batellerie : dernier lieu de sociabilité pour les artisans bateliers », dans Marcotte P. & O. Thevenin (dir.), Transmission des savoirs : loisir et culture, Paris, Éditions L’Harmattan.

Paul C. & N. Raimbault (2013), « Habiter le fleuve : la "flurbanité" des bateliers du bassin de la Seine », EspacesTemps.net, le 13.05.2013, en ligne : http://www.espacestemps.net/articles/habiter-le-fleuve-la-flurbanite-des-bateliers-du-bassin-de-la-seine/

Pharo P. (1985), Savoirs paysans et ordre social : l’apprentissage du métier d’agriculteur, Paris, Centre d’études et de recherches sur les qualifications.

Sanselme F. (2000), Les Maisons familiales rurales. L’ordre symbolique d’une institution scolaire, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Sigaut F. (1988), Les Recherches sur la culture technique, Rapport au conseil du patrimoine ethnologique, ministère de la Culture et de la Communication, Paris.

Talmon V. (2009), « Devenir artisan batelier : mode d’emploi », Dossier Transport fluvial : un marché au long cours, Les Échos entrepreneurs, 1er décembre.

Tolley C. (2004), « Formation scolaire ou formation sur le tas chez les bergers de Provence », Sociétés contemporaines, vol.°3, n° 55, pp. 115-138.

Wateau F. (1989), « Gens de l’eau. Structure familiale de la batellerie artisanale du nord de la France », Ethnologie française, vol. XIX, n° 4, pp. 350-361.

Zarca B. (1986), L’Artisanat français, du métier traditionnel au groupe social, Paris, Éditions Economica.

Zarca B. (1988), « Identité de métier et identité artisanale », Revue française de sociologie, vol. XXIX, n° 2, pp. 247-273.

Haut de page

Notes

1 Loi de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle Environnement, dite loi Grenelle 1, adoptée définitivement le 23 juillet 2009 et promulguée le 3 août 2009.

2 Entretien réalisé par Sara Arrhioui en 2012 dans le cadre de son mémoire sur « la formation des prix dans le transport fluvial » en Master 1 au sein de l’IFSTTAR.

3 Embarquement avec un artisan batelier, voyage Paris-Conflans-Sainte-Honorine, le 10 janvier 2011.

4 Entretien avec la Présidente de l’association « la vague des femmes batelières », batelière en reconversion, le 14/12/2010 à Béthune.

5 L’expression « gens d’à terre », employée par les bateliers, désigne l’ensemble des individus qui n’habitent pas sur l’eau. Individus non navigants.

6 Entretien avec le Président (artisan batelier à la retraite) et l’ancienne Présidente de l’AFB (patronne batelière en activité) le 21/01/2011 au bateau-chapelle de Conflans-Sainte-Honorine.

7 L’AFB, créée en 1946, soutient les familles de bateliers dans la défense de leurs droits et dans leurs démarches : caisse d’allocations familiale, scolarité, etc. (Référence : http://www.bateaujesers.org/afb.html).

8 Le système de valeurs implicites que les gens ont intériorisé depuis l’enfance et à partir duquel ils engendrent des réponses à des problèmes extrêmement différents (Bourdieu, 1984).

9 La CNBA est un établissement public national à caractère administratif. Elle représente, soutient et défend la profession de batelier. Elle joue auprès des artisans bateliers (entreprises ne dépassant pas six salariés) le rôle d’une chambre des métiers : défense des intérêts de la batellerie artisanale, tenue du registre de la batellerie artisanale, coordination et développement du secteur, formation et information des professionnels.

10 Extrait tiré d’un blog d’artisan bateliers non issus du milieu fluvial (http://www.kairos-peniche.com/le-blog-du-kairos/).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charlotte Paul, « La transmission du métier d’artisan batelier : de l’apprentissage traditionnel à l’apprentissage institutionnalisé »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4560 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4560

Haut de page

Auteur

Charlotte Paul

Doctorante en sociologie, IFSTTAR – SPLOTT, Marne la Vallée (France) - charlotte.paul@ifsttar.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search