Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSDossiers2014La transmission du métierLe paradoxe de la transmission du...

2014
La transmission du métier

Le paradoxe de la transmission du métier : le cas des éleveurs

The paradox of transmission in the breeding’s job
Dominique Jacques-Jouvenot

Résumés

Il s’agit dans cet article d’approfondir ce qui nous est apparu comme un paradoxe de la transmission dans les métiers de l’élevage. Dans ce métier d’éleveur, qui perdure par un processus de désignation du successeur familial qui permet au patrimoine familial de durer, on assiste à un double déni de transmission de la part des cédants et de celle des successeurs. Les cédants renvoient l’acte de transmettre à la responsabilité des successeurs, en revendiquant « qu’ils n’ont rien fait pour » alors que ces derniers, les successeurs, défendent leur statut de self made man, pensant ainsi échapper à l’obligation « symbolique » du rendre. Ce double déni de l’acte de transmettre inscrit dans ce discours de la déliaison tenu par les donateurs et les donataires, sert paradoxalement à renforcer le lien intergénérationnel sans lequel le patrimoine ne pourrait durer.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 « D’après l’INSEE, on estimait en 2003 que parmi les hommes âgés de 40 à 59 ans, neuf agriculteurs (...)

1La transmission du métier en agriculture et plus encore en ce qui concerne l’élevage, reste une affaire de famille 1. Dans les métiers de l’élevage, la transmission concerne aussi bien le patrimoine économique (terre, troupeau, patrimoine) que symbolique (savoirs, croyances et valeurs professionnelles) qui dessinent une place au travail. Transmettre le métier d’éleveur permet au patrimoine familial de durer. Cet objectif premier de la transmission se réalise notamment grâce à la désignation d’un successeur (Jacques-Jouvenot, 1997) première étape indispensable à la « fabrication » de l’héritier comme successeur, inscrite dans des interactions familiales multiples et complexes. Ainsi, les faits de transmission articulent les générations professionnelles entre elles, dans une temporalité longue. Transmettre obéit et soumet les acteurs sociaux, cédant et successeur, à cette logique patrimoniale qui s’apparente à une logique de don (Mauss, 2007).

2Nous voudrions saisir l’occasion qui nous est donnée ici pour tenter d’approfondir ce qui nous est apparu comme un paradoxe de la transmission. En effet, contrairement à cette force de la transmission qui s’impose en liant les générations successives, les acteurs interviewés visent à nier la part qui leur revient dans la responsabilité de ce processus. Ainsi, les cédants renvoient l’acte de transmettre à la responsabilité des successeurs, en revendiquant « qu’ils n’ont rien fait pour » alors que ces derniers, les successeurs, défendent leur statut de self made man, pensant ainsi échapper à l’obligation « symbolique » du rendre.

3Nous faisons l’hypothèse que ce double déni de l’acte de transmettre inscrit dans ce discours de la déliaison tenu par les donateurs et les donataires, sert paradoxalement à renforcer le lien intergénérationnel sans lequel le patrimoine ne pourrait durer.

Le patrimoine au cœur du lien

Les générations au travail et le travail des générations

  • 2 « Entre 1965 et 1970, 90% des entrants âgés de 15 à 29 ans étaient enfants d’agriculteurs (Reboul, (...)

4L’agriculture est un secteur marqué par une endo-reproduction très forte. Le renouvellement intergénérationnel se fait encore aujourd’hui essentiellement familialement, même si on constate une évolution de ce mode de recrutement des entrants dans le métier 2. Dans l’élevage, les professionnels trouvent encore le plus souvent leur successeur dans le vivier familial, de la même façon que les exploitants du secteur laitier épousent plus souvent encore des conjointes d’origine agricole que leurs collègues des autres branches de l’agriculture (Giraud & Rémy, 2008). Cela signifie que chez les éleveurs, plusieurs générations se succèdent au travail dans un espace identique pour une activité pour l’essentiel identique de génération en génération (Hervieu, 2001). Les transformations techniques importantes ne changent pas l’identité professionnelle commune aux acteurs de l’élevage.

5Cette situation d’endo-reproduction professionnelle crée une confusion des places professionnelle et familiale. En effet, le père est en même temps le patron et le cédant, le fils est en même temps aide familial et successeur potentiel, sans parler de la mère qui, avec ou sans statut professionnel, est la femme du chef d’exploitation et la mère du successeur. Cette forme spécifique de reproduction sociale marque donc le processus de transmission du sceau de la famille et c’est au sein de la complexité de ces « rapports familiaux de production » (Barthez, 1982) que s’organise la transmission. Dans ce mélange de travail et de famille, l’enjeu du processus de transmission n’est pas le savoir à acquérir mais la place du cédant : une place à hériter/conquérir. S’il s’agit bien pour le successeur potentiel de prendre la place du cédant, cela suppose qu’il soit désigné par ce dernier pour le faire. Cette désignation apparaît comme la condition première et indispensable de la succession. Cette place d’élu le « pousse » à devenir successeur dans un temps différé.

Le successeur désigné

6Dans les métiers patrimoniaux plus qu’ailleurs, le choix du métier reste une affaire de famille. Et cela au prix même de leur disparition ! Plutôt ne pas transmettre que de transmettre hors de la famille ! Les stratégies familiales de reproduction mises en évidence par Pierre Bourdieu (Bourdieu, 1980) fonctionnent bien et établissent, dans ces métiers, celui des enfants le mieux adapté à la pérennisation du patrimoine familial. Dans la veine des travaux de cet auteur, nous avons montré qu’être de la famille, être un garçon et occuper une place qui s’adapte le mieux à une reprise possible au moment du départ en retraite du père, sont les trois déterminants sociaux objectifs qui font de cet enfant-là le successeur désigné (Jacques-Jouvenot, 1997). Les travaux de Bernard Zarca sur les artisans français mettaient eux aussi en évidence que « les modes de transmission n’échappent pas au calendrier des naissances, à la répartition des sexes dans la famille, au statut matrimonial des germains et aux modalités de distribution du statut de travailleur indépendant au sein du couple parental » (Zarca, 1993). Ces travaux viennent confirmer ceux d’Anselm Strauss qui montrait que

« Dans les structures stables, il faut qu’entrants et sortants soient en phase. Or pour qu’ils le soient, il faut respecter la période de transition qui fera dire aux uns "qu’il faut leur laisser le temps"… Ceux-là ne jouiront de leur expérience (accès au nouveau statut) qu’après avoir franchi des étapes informelles » (Strauss, 1992).

7Si l’on suit la démonstration de Pierre Bourdieu, notamment dans son très beau texte sur les stratégies matrimoniales (Bourdieu, 1980), la transmission du métier se fait par le processus de reproduction. Or un seul, voire deux enfants, selon les exigences du patrimoine, sont « fabriqués » comme héritier-successeur en fonction des stratégies familiales de reproduction. Celui-là est « naturellement » mieux placé que les autres pour être désigné culturellement comme le successeur du père. Les parents sont ici décrits comme les seuls auteurs de la transmission. Pourtant, nous avons constaté que transmettre n’est pas reproduire. En effet, comme dans d’autres formes de transmission, une négociation de l’injonction à hériter existe, contrairement à ce que proposent Daniel Bertaux et Catherine Delcroix qui font de la transmission patrimoniale un cas très spécifique qui échapperait à la négociation :

« À part la transmission patrimoniale – au cours de laquelle des biens matériels changent d’un seul coup de propriétaire – qui ne concerne que les familles disposant d’un patrimoine matériel, les nombreuses autres formes de transmission s’opèrent dans la longue durée, par socialisation et imitation, et ne sont pas toutes réussies, loin de là : les parents proposent, mais ce sont les enfants qui disposent » (Bertaux & Delcroix, 2009).

  • 3 Cette injonction à hériter du métier sera notamment réévaluée au moment du mariage.

8La transmission patrimoniale ne s’opère pas « d’un coup » et les héritiers peuvent ne pas être disposés à hériter. Donc si cette hypothèse de la désignation comme acte premier de la transmission nous semble une condition indispensable, elle n’est pour autant pas suffisante. Suit l’attitude de l’héritier face au patrimoine, qui n’est pas tenu – s’il se comporte comme un successeur potentiel (inscription en lycée agricole, participation aux travaux de l’exploitation…) – de tenir parole 3. Désigné dès son plus jeune âge, cette désignation sera confirmée au moment de l’installation, après une socialisation professionnelle et scolaire tout au long de laquelle le choix d’hériter peut être remis en question.

  • 4 Groupement agricole pour l’exploitation en commun. Le GAEC est, en France une forme sociétaire part (...)

9Chez les éleveurs, le successeur désigné l’est en fonction de plusieurs critères dont sa date de naissance. Ce déterminant est très important dans la mesure où il définit le moment de l’entrée du plus jeune sur le marché du travail et donc celui du départ de son père de la direction de l’exploitation. L’écart d’âge entre l’entrant et le sortant détermine la période de collaboration dont on sait qu’elle est décisive quant à la fragilité des entreprises agricoles et donc au maintien du successeur sur l’exploitation dans de bonnes conditions. Trop longue, cette collaboration entre père et fils nuit à la reconnaissance du successeur comme professionnel qui n’exerce son autorité que partiellement tant que son père est présent. Le vrai professionnel reste « aux yeux d’autrui » le père. Et même en cas de bonne entente entre les deux acteurs, il n’y a, à terme, pas de place pour deux. « Entrées et sorties dans le métier sont donc étroitement liées dans la mesure où les installations nouvelles dépendent notamment des terres libérées par les agriculteurs qui cessent leur activité » (CEP - Ministère de l’agriculture de l’alimentation, de la pêche et de l’aménagement du territoire, 2012, p. 62). La solution du GAEC 4 père/fils est de ce fait une solution transitoire, elle n’est qu’un compromis.

10L’héritier désigné est donc fabriqué comme un successeur sur une période qui dure tout au long de sa socialisation scolaire et professionnelle. Aucun rite de passage, aucun baptême, seulement une place qui s’offre, au loin, celle du professionnel, à celui des enfants le mieux adapté à la pérennisation du patrimoine.

S’approprier le métier ou trouver sa place dans la chaîne des générations

  • 5 Les futurs cédants disent très fréquemment « on va laisser l’année prochaine » pour signifier leur (...)

11La transmission du métier est donc avant tout une affaire de place. Les acteurs sont les protagonistes du scénario. Comme dans le rapport maître/disciple décrit par Françoise Wacquet (Wacquet, 2008), la transmission du métier repose sur une relation établie entre des acteurs et sur les jeux de rôles sociaux qu’ils mettent en œuvre, les uns pour « laisser » 5 le patrimoine, les autres pour « se l’approprier ». Dans le concept d’appropriation, apparaît un double mouvement de reconnaissance et de rupture de filiation. Ce processus d’appropriation passe à la fois par une inscription des héritiers dans la logique familiale, dans une lignée et par la construction de l’héritier-successeur comme personne autonome. Il ne suffit pas d’avoir été désigné, il faut encore que ce choix ne pèse pas trop lourd sur les épaules du successeur, lourd en termes de dette à payer et au regard de l’histoire familiale. L’institutionnalisation du successeur suppose que celui-ci puisse se démarquer de ceux qui le précèdent pour affirmer une autonomie professionnelle. La transmission du patrimoine est ainsi comprise comme une économie du don. Au-delà d’une logique de profit économique immédiat, le cédant choisit son successeur pour augmenter les chances de se pérenniser en lui. Ce faisant, l’homo memor prend le pas sur l’homo œconomicus car le cédant est inscrit dans une histoire professionnelle. Plus que la dimension économique, c’est la mémoire des ancêtres, c’est la reconnaissance d’une dette qu’il a à leur égard, qui générera la transmission (Jacques-Jouvenot & Schepens, 2006). En plus de répondre à un rêve dynastique et à ses fantasmes d’éternité, l’homo memor, en transmettant, donne suite à une obligation dans le sens où il est lui-même un obligé, obligé par le don reçu de ses aïeux – ici, professionnels. Dépositaire de ce don, tout successeur se devra de le rendre à son tour. Nous sommes ici dans un cas typique de don non-circulaire : on ne rend pas à celui qui a donné. Le transmetteur donne et rend dans un même mouvement, faisant de celui qui accepte le don un endetté. Il donne à l’un, le successeur et rend aux autres, les aïeuls. Durer a aussi pour sens celui de valider, donner sa valeur au patrimoine, c’est-à-dire créditer les aïeuls d’une intelligence patrimoniale.

12Cependant, l’entreprise transmise ne signe pas la fin de la dette du cédant. Le choix du repreneur lui incombant, il faut encore que celui-ci transmette à son tour pour que le cédant puisse estimer ne pas avoir été l’ultime maillon de la chaîne. Malheureusement pour lui, même si son repreneur transmet l’entreprise, sa dette n’est pas pour autant éteinte. En effet, le choix de l’élu est en partie fondé sur une capacité professionnelle (celle qui permet de reproduire la lignée). Si lui-même a bien choisi son successeur, a-t-il su lui inculquer la bonne manière de choisir l’élu ? Cela, il ne le saura que quand l’élu choisi par son successeur aura à son tour transmis l’entreprise. Autrement dit, pour des raisons d’avancée en âge, il ne le saura que tardivement, souvent jamais et restera un endetté. C’est une lourde responsabilité qui engendre l’homo memor, car si elle n’est pas honorée, elle peut avoir des conséquences dramatiques. Dans tous les cas, elle ne sera pas imposée mais toujours négociée.

13La désignation rend possible la transmission du métier en créant une filiation professionnelle. Cette dernière inscrit le repreneur dans la chaîne des ancêtres professionnels au travail. Ce processus entraîne la constitution d’un homo memor, avec son cortège d’avantages et d’obligations. Homo memor qui, pour répondre à ses devoirs, se construit comme pater familias professionnel. Peut-être, parce que, pour reprendre Michel Bauer, les transmissions qui ont le plus de chance de succès sont celles marquées du sceau de la famille (Bauer, 1992). Construire un lien de filiation, s’il n’existe pas déjà, entre le cédant et le repreneur serait alors le moyen le plus sûr d’assurer la pérennité de l’œuvre et d’honorer sa dette envers les aïeux.

14La transmission du métier se comprend donc comme une logique du don qui organise la circulation des places professionnelles, notamment celle du successeur et du cédant, dans un jeu incessant d’obligations qui se déroulent dans une temporalité longue. La transmission travaille toujours l’identité des acteurs : face à l’héritage, le successeur peut, soit se penser ou comme un maillon d’une chaîne intergénérationnelle – ce qui l’oblige à mesurer la contrainte de l’héritage, car l’héritage oblige – soit comme un être auto-engendré – ce qui le situe comme un acteur libre.

15Oscillant entre ces deux postures anthropologiques, les acteurs ont une marge de liberté qui les autorise à accepter ou refuser le rôle qui leur incombe dans le poids et quelquefois la violence de la transmission.

Le déni de transmission

16Les phénomènes de transmission dans la paysannerie font l’objet d’une littérature abondante. On sait combien l’héritage est une donnée constitutive des relations familiales et sociales à la campagne et ce qu’il soulève de débats et de controverses. Mettant en avant « l’amour de la terre », le sens commun veut que les pères aient comme seule préoccupation, celle de se perpétuer dans leur fils, par le biais de la transmission du métier. Or, les enquêtes que nous avons faites auprès des éleveurs nous conduisent à penser le phénomène de manière un peu différente. En effet, lorsque les personnes sont interviewées sur leur propre cas de transmission, elles affirment « ne pas vouloir transmettre », ou « ne pas avoir voulu le faire » dans les cas où la transmission est récente. Cette négation discursive ne se comprend que dans l’interaction père-mère-fils. En effet, dès que les parents évoquent leur non-volonté de transmettre, l’acteur principal qu’ils mettent en scène dans leur discours, c’est le fils successeur : « Nous on ne voulait pas qu’il reprenne, c’est un métier trop difficile. Mais lui, il a voulu, alors il fait comme il veut, mais on l’a bien prévenu ». Les parents utilisent le plus souvent le terme de reprendre et non celui de transmettre, construisant ainsi le fils comme le sujet de l’action.

17Dans ces discours, la non-volonté de transmettre ne concerne pas uniquement l’exploitation matérielle mais plus largement le métier, le savoir-faire et le statut social. L’analyse des interviews réalisées avec les éleveurs fait apparaître – à l’inverse de l’idée répandue selon laquelle les pères n’ont qu’un souci : celui de transmettre – des pères qui nous renvoient, du point de vue manifeste, une non-volonté de transmettre leur métier à un fils. En d’autres termes, nous sommes face à un déni de transmission.

« Je pense que… on ne fera rien pour les faire reprendre, enfin, je veux dire, on ne les forcera pas. Mon mari, il n’a jamais été forcé de reprendre l’exploitation ; ça s’est fait vraiment comme ça. Je ne pense pas qu’il faille prévoir quelque chose sur eux… On travaille pour nous, pour pouvoir se dégager des revenus, dans les années à venir, c’est notre but pour le moment… Non, les enfants, ils feront bien ce qu’ils voudront » (femme d’exploitant).

18Cette non-volonté de transmettre n’est cependant pas dite de la même façon par les pères et par les mères et nous allons voir qu’elle est présente dans le discours des fils de façon complémentaire du discours des pères.

Pères et fils dans la transmission

19Dans le phénomène de transmission, nous avons affaire à une génération de donateurs et une génération de donataires, la transmission engageant, nous l’avons dit, transmettre et succéder, soit la volonté des deux parties. La volonté est ici entendue non seulement comme une simple faculté mais, au sens de Friedrich Nietzsche, comme ayant un contenu et une intention : « Il n’existe pas de vouloir en soi. On veut quelque chose. Il ne faut pas dissocier le but de l’état, comme le font les théoriciens de la connaissance » (Nietzsche, 1985). Que veulent père et fils dans le processus observé ? Le point le plus frappant dans le fonctionnement de l’interaction père-fils, à propos de la transmission, est que les uns comme les autres nient l’influence réciproque qui les lie. Dans ce métier où nous observons une interaction forte entre père et fils, concrétisée par un travail en commun de longue durée sur un espace commun, une proximité de vie sociale caractérisée par une cohabitation familiale tardive (si elle n’existe plus « sous le même toit », on l’observe au moins dans le même village) les acteurs tiennent un discours qui minimise, voire annule le rapport social très étroit qui les lie. Or si pères et fils partagent cette attitude qui consiste à nier l’influence réciproque, leur manière de signifier cette absence diverge.

Les pères : « On n’a rien fait pour »

20Les pères, eux, nient une quelconque participation de leur part à la décision de reprise de l’exploitation agricole par leur fils. Il n’est d’ailleurs jamais question, comme nous l’avons signalé précédemment, de transmission mais de reprise. Cela se traduit par des remarques telles que celles-ci : « on n’a rien fait pour qu’il reprenne », « on ne veut pas qu’il reprenne », « on ne fera rien pour, il fera ce qu’il voudra ». La génération des pères se « délivre du vouloir » en faisant du fils repreneur le seul détenteur du choix. Ici les pères s’excluent du choix comme si celui-ci ne les concernait pas, comme si ce n’était pas de leur ressort ; nous pourrions même dire que les pères tiennent un discours qui laisse penser que le fils a repris l’exploitation contre la volonté des parents, l’absence de volonté des pères agissant ici comme la condition nécessaire de la reprise par l’enfant. Plusieurs hypothèses peuvent être faites quant à ce désengagement des pères face à leur responsabilité dans la transmission.

21La première est que, dans ce métier où la proximité corporelle des pères et des fils au travail est très grande, les pères, assurés de la marque « quasi-génétique » qu’ils transmettent à leur fils, tentent, par ce désengagement concernant la décision de la transmission de l’exploitation, d’amenuiser cette empreinte. Ceci expliquerait en partie les degrés différents de discours de déni de transmettre selon l’âge des pères donc selon leur propre position dans le cycle de vie professionnelle. En effet, plus les enfants sont petits, donc plus le moment de la transmission est lointain, moins les pères insistent sur le choix du fils comme seul déterminant de la reprise. Cela donne des remarques de ce type : « Moi, j’aimerais bien qu’il y ait un repreneur mais ils feront bien comme ils veulent ». Lorsque les enfants sont encore petits, les pères s’autorisent à présenter l’éventualité d’une reprise par un fils comme une situation plaisante pour eux.

22Nous pouvons penser que cette réponse des pères est possible car les enfants petits n’ont encore pas intégré l’habitus professionnel et la marque du père n’est donc pas encore vécue par ces derniers comme un poids trop lourd à porter par les fils. En revanche, plus les enfants sont grands, donc plus le moment de la transmission se rapproche, plus disparaît le plaisir manifeste qu’aurait le père à se perpétuer dans le fils : « Moi, je n’ai rien fait pour qu’il reprenne. C’est vraiment lui qui décide. Puisqu’il est passionné de vaches, c’est lui qui voit ». Plus le moment de la reprise par le fils s’approche dans le temps et plus les pères distendent le lien réciproque au fils. Pour cela, ils renvoient la décision du choix du côté du fils, s’excluant de toute influence sur ce dernier.

23Enfin, lorsque la succession est faite, les interviewés pères ont un discours qui maintient le choix du fils comme décisif : « On lui avait dit que c’était dur ; il a voulu reprendre quand même ». On assiste alors à un discours qui accentue l’opposition des parents au choix fait par le fils et qui renforce la difficulté face à laquelle le fils s’est trouvé au moment de l’installation. Ajoutons à cette analyse que l’argumentaire qui consiste à noircir la situation économique conjoncturelle, faisant d’elle le frein à l’installation du fils, n’est jamais utilisé par les parents ayant eu un successeur. En revanche les pères interviewés, en retraite et sans successeur, utilisent ce type d’argument : « Comment vouliez-vous qu’il reprenne ? Vu la situation actuelle, c’est vraiment de la folie de vouloir faire ce métier ». Cette petite différence est intéressante à interpréter : lorsque la succession est assurée, elle nous est présentée comme dépendant de choix rationnels et personnels du fils ; en ce sens, lorsqu’il y a transmission, c’est une affaire interne à la famille, qui n’est soumise à aucune contrainte extérieure. En revanche, lorsque la succession ne s’est pas faite, c’est en raison d’une anticipation rationnelle par le fils de la réalité économique globale, indépendante de l’exploitation familiale.

24Dans le premier cas, les pères contestent les choix des fils mais en même temps ils leur attribuent l’entière responsabilité de leur choix, renforçant du coup le respect qu’ils ont pour leur progéniture. Dans le second cas, les pères approuvent les choix du fils en leur retirant toute responsabilité du choix. Ce n’est pas parce que le fils n’est pas courageux qu’il n’a pas repris l’exploitation, c’est parce qu’il est lucide !

Reprendre, c’est d’abord s’installer

25Il nous faut introduire une petite nuance dans le discours des acteurs, qui concerne le terme même de reprise. Lorsque les pères parlent de reprendre, c’est de l’exploitation qu’ils nous parlent. Reprendre signifie pour eux reprendre un moyen de production dans un espace donné. La reprise prend donc ici un sens spatial. Reprendre, c’est comme le disent très bien les organisations agricoles, s’installer. Et s’installer, c’est partager l’espace jusque-là travaillé par le père. Ceci fait bien entendu référence à la terre possédée par le père mais aussi à la terre en tant que lieu d’expression de l’autorité paternelle. Le capital foncier, seul le père en est propriétaire et seul lui peut décider de rendre la succession impossible à celui de ses enfants qui le souhaiterait. La reprise du patrimoine recouvre donc toujours la terre en premier lieu dans le discours des pères. Lorsque les fils parlent de l’héritage, la terre est rarement évoquée. Le savoir apparaît comme argument primordial, non pas pour dire que c’est de celui-ci qu’ils ont hérité, mais pour dire combien ils ont peu reçu… Le savoir du père est défini comme un savoir archaïque, déconsidéré conjointement par les mères et les fils. Cette dévalorisation du savoir paternel s’organise relativement au savoir du fils acquis dans les écoles et lycées agricoles et symbolisé par le diplôme toujours plus élevé que celui possédé par le père.

26La terre et le savoir considérés comme des patrimoines sont des enjeux de pouvoir entre pères et fils. Le terme de cette lutte étant le départ de l’un pour l’installation de l’autre, cristallisée dans le partage du patrimoine familial.

L’incertitude de la reprise

27Contrairement à ce qu’il est courant d’entendre à propos des populations paysannes, les pères font part d’une impossibilité d’anticiper l’avenir, ce qui signifie dans ce cas précis, d’anticiper l’attitude d’autrui et en particulier du fils-successeur. En effet, les pères disent qu’ils ne savent jamais de manière assurée si le fils reprendra, ce qui empêcherait le père d’adopter une attitude « rationnelle » face au patrimoine. Ceci vient renforcer l’idée présentée précédemment que la transmission est un processus long et transgénérationnel :

« Savoir ce que feront nos enfants plus tard… je veux dire si nos enfants ont envie de reprendre, ils auront besoin d’un minimum, quelque chose. Il faut leur laisser un minimum pour reprendre. Donc, ce n’est pas évident. Il ne faut pas que l’exploitation végète. Il faut plutôt augmenter le patrimoine et puis si ça se trouve, dans dix ans le gosse, il dira "je veux partir" ».

28Si ne pas savoir quelle sera l’attitude adoptée par le fils face au patrimoine engage les comportements économiques adoptés par le père et le confronte à une relative incertitude, inversement les décisions prises pour l’avenir par le père en activité pèsent lourdement sur le choix du fils de reprendre ou non. L’interaction père-fils est bien là une interaction où les attitudes du fils sont décisives dans le comportement du père au travail. Si le père investit trop dans l’exploitation, celui-ci considère qu’il marque d’une trop grande force le destin du jeune repreneur et en quelque sorte qu’il élit ce fils-là plutôt qu’un autre ; inversement, le devoir des parents étant de « laisser » quelque chose à leurs enfants, le père se voit dans l’obligation de faire fructifier un tant soit peu son patrimoine. Il ne faudrait pas, par exemple, qu’un fils voulant reprendre l’exploitation à 25 ans, ne puisse pas le faire – même s’il a passé sa jeunesse à dire à ses parents qu’il ne ferait pas ce métier – à cause d’une exploitation trop petite par exemple. Dans ce cas, seul le père serait considéré et se considérerait comme responsable de l’impossibilité de reprendre du fils.

29Ce type de choix est vraiment soumis à la mesure : ne pas en faire trop, pour ne pas trop marquer de sa patte la trajectoire professionnelle du fils, mais en faire assez pour que l’empreinte soit prête pour une éventuelle reprise.

30Cette hypothèse qui consiste à faire du déni de transmission le rempart contre une trop grande marque du père sur le fils s’apparente, du point de vue psychologique, à la mise en place d’une défense contre l’inceste. La fonction paternelle qui consiste, selon Françoise Hurstel à « la mise en place par le biais d’un interdit, celui de l’inceste, d’un désir réglé, limité, orienté, permettant à l’enfant de savoir qui il est et quelle est sa place, à quelle famille il appartient et de se situer selon la double différence, celle des générations et celles des sexes » (Hurstel, 1992) est rendue difficile dans le contexte observé. En effet, le père et le fils sont conduits à établir des rapports de proximité très développés (que ce soit dans l’espace de travail ou dans l’espace domestique). L’ensemble de leurs pratiques sociales les portent à être ensemble. La différenciation entre le père et le fils n’est, de ce fait, pas évidente. Faire une place à son fils, en ce qui concerne le père et faire sa place du point de vue du fils, nécessite donc qu’à un moment donné soit renforcé le discours de la non-influence, de l’indépendance et de l’autonomie. En niant leur volonté de transmettre, les pères mettent également à distance le fait que le fils successeur soit élu ou désigné au sein de la fratrie. Le successeur n’est pas désigné par les parents, il se construit lui-même comme tel, hors de toute influence des parents. Ce qui signifie donc que les pères nient l’existence d’une organisation sociale de la transmission, plus encore de l’existence de stratégies de transmission. Or nous avons dit que les aînés des familles sont les successeurs des parents jusqu’aux années 1960. La mise en question de l’autorité des pères, la modernisation des structures de production, l’âge au mariage abaissé sont des facteurs influents sur la difficulté de cohabitation professionnelle des pères et fils aînés. Au résultat, les cadets deviennent donc des successeurs mieux « ajustés » à la vie professionnelle du père et à la transmission de l’exploitation. Cette modification concernant le rang dans la fratrie du successeur signifie que, d’une certaine manière, tout n’est pas le fruit du hasard, ce qui nous a autorisé à parler de choix du successeur. Les comportements démographiques des familles de paysans sont une des possibilités d’allonger ou de raccourcir ce que Michel Blanc et Philippe Perrier-Cornet appellent la phase de transition : « La longueur de la phase de transition résulte de l’effet de trois variables principales : l’écart d’âge entre le prédécesseur et le successeur ; l’âge auquel le premier sort de la vie active ; celui auquel le second y entre » (Blanc & Perrier-Cornet, 1987).

31S’ajoutent à l’ensemble de ces facteurs internes les décisions de l’État qui fondent la politique agricole et qui ont trait tant à l’âge de la retraite qu’au diplôme nécessaire à l’obtention de prêts pour l’installation, etc. On voit donc bien que la succession, contrairement à ce discours des pères qui tend à faire de la volonté des fils le déterminant principal, n’est pas un phénomène individuel du type « il a fait ce qu’il a voulu », mais qu’elle est surdéterminée par les conditions sociales, politiques et économiques dans lesquelles évolue la paysannerie.

Les fils

32Parallèlement aux pères, les fils eux ont un autre discours qui consiste à dire « on ne m’a rien transmis », « mes parents n’y sont pour rien », « j’ai repris car j’ai bien voulu ». Ils se désignent comme les artisans de leur propre choix professionnel… ce qui confirme le rôle attribué au fils par le père dans la transmission. On est là aussi dans la négation de l’interaction. Les fils dénient toute responsabilité à leur père et accentuent à l’inverse la leur dans le choix du métier. On peut faire l’hypothèse que cette toute-puissance des successeurs est évoquée pour faire barrage à ce qu’ils savent être plus ou moins consciemment une imposition du métier par le père. En d’autres termes, le repreneur, pour ne pas éprouver la blessure narcissique de son impuissance dans le processus de succession, brosse de lui-même l’autoportrait du self-made man.

33Tout est dit par les fils en termes de talent, de don, de capacités, d’amour du métier : les fils se pensent comme des hommes tout-puissants. Là encore il nous faut introduire des nuances discursives. Les fils ne disent pas la même chose selon leur position dans le cycle productif.

34Il est frappant de constater que le passage d’héritier à donateur, en transportant le premier dans le rôle social du second, modifie son discours. Ce passage n’est pas une affaire d’âge. Ce qui différencie les deux statuts c’est l’exercice de l’autorité, donc la réalisation de la succession. On peut être héritier potentiel à 25 ans et donateur à 25 ans et un jour. Ainsi, ce jeune éleveur de 25 ans, installé à son compte depuis six mois, parle « comme » un donateur. C’est à partir d’une position de père de deux enfants, donc de donateur qu’il tient le discours suivant :

« Chez nous, c’était ça ; mon frère était passionné de vaches. On a failli se réinstaller en GAEC, moi je n’aurais fait que des chevaux. Mon frangin, c’était pas son destin de reprendre. Mes parents voulaient en faire un curé, donc dans leur idée la ferme c’était plutôt pour moi. Lui ça l’a passionné, c’est pour ça qu’il est revenu. Il a jamais été beaucoup là jusqu’à 19 ans. Automatiquement tes parents t’orientent car tu ne peux pas lever les pieds que tu dois déjà traîner les bottes de foin. Mais on sait pas pourquoi. Chez nous y’a deux garçons, Antoine et Benjamin, Benjamin c’est un passionné de chevaux, tu sais pas pourquoi. L’aîné c’est un passionné de foot. Ça se discute pas c’est comme ça. Chez nous c’était déjà comme ça. Benjamin, il est fou des chevaux, il attelle déjà avec moi… »

35Le « chez nous » renvoie à la famille, indifféremment selon les générations. Le frère aîné de cet éleveur, était passionné de vaches ; pourtant il a dû quitter l’exploitation. Quelques années plus tard, il se marie à une fille d’éleveurs (deuxième d’une fratrie de trois filles) et s’installe sur l’exploitation de ses beaux-parents.

  • 6 . La reconnaissance « encore timide » de la place de ses parents dans son installation n’est rendue (...)

36Le parallèle établi entre ce que l’interviewé dit à propos de son père « il voulait que je reprenne » et à propos de son frère « mon frère, mes parents voulaient qu’il soit curé », mis en relation avec son discours sur sa propre succession est intéressant. En effet, si l’éleveur interviewé reconnaît que, peut-être, ses parents l’avaient choisi 6, le locuteur ne reconnaît pas l’influence qu’il exerce sur son propre fils, cadet de la fratrie, et attribue au destin le fait que celui-ci sera peut-être le successeur « on ne sait pas pourquoi, mais le métier lui plaît ». Dans ce cas, la décision est renvoyée ailleurs, hors de sa propre influence ou d’une décision rationnelle.

37De tout-puissant face à sa propre installation, le fils devient impuissant à sa propre succession, à partir du moment où celle-ci s’est effectuée. Le passage de l’utilisation du terme de succession à celui d’installation tel que l’ont fait remarquer Philippe Champagne et Sylvain Maresca n’est pas sans intérêt. Cette évolution du terme est le fait en partie des organisations professionnelles agricoles qui « visent à casser la logique spontanée de la succession. En lui substituant celle de l’installation, elle introduit les futurs agriculteurs à la prise en compte des questions largement extérieures à l’univers familial » (Champagne & Maresca, 1990). Cet engagement des organisations professionnelles agricoles dans les phénomènes de transmission nous semble permettre le désengagement des parents, au moins symboliquement, dans le choix du successeur. Parler d’installation permet en effet aux parents de se dégager de la responsabilité de la décision, de s’extraire de la volonté de transmettre, de se « faire croire » que la succession est redevenue une affaire d’État, dont ils sont eux-mêmes exclus.

38À ce stade de la réflexion, nous pouvons tenter une seconde hypothèse à savoir que c’est la difficulté de reconnaître le privilège accordé à l’un des enfants qui explique le déni de transmission des parents. N’y être pour rien, c’est se soustraire à une responsabilité quelconque dans le choix du successeur et donc éviter que soit posée la question de l’équité dans la fratrie des héritiers. Choisir son successeur n’est pas avouable.

39Cette hypothèse qui souligne la culpabilité des pères nous semble tout à fait vérifiée dans la mesure où le discours des pères ne se contente pas de se mettre « hors de » mais il souligne et renforce les aspects négatifs de leur métier. Ils font donc de la situation choisie par leur fils une situation difficile et très peu enviable. « Vous savez, on en a trop vu dans notre métier », « Jamais de vacances, jamais rien, c’est trop dur ce métier ». On peut donc se demander ce qu’il y a de si culpabilisant dans la reconnaissance du choix. Il nous semble qu’une des réponses concerne l’organisation et les règles de transmission du patrimoine en France depuis la Révolution française, organisation de la transmission réactivée dans une mémoire collective au moment de l’héritage et des partages.

40Les travaux d’Anne Gotman font très largement état du débat sur l’héritage qui se pose dès la Révolution française dans des termes qui opposent la famille et l’État non seulement en ce qui concerne la responsabilité de la succession, mais en tant qu’institution assurant l’autorité morale (Gotman, 1988). En 1791, se tient à l’Assemblée nationale le débat qui oppose deux choix politiques : abolir les inégalités (droit d’aînesse, préciput…) ou abolir les inégalités liées à la volonté des pères ? En d’autres termes, les pères ont-ils le droit, par l’écriture testamentaire, de privilégier un des enfants ? La place des deux institutions, État et famille, dans la transmission des normes sociales nous semble être au cœur de ce débat. Cette question sera reprise par Frédéric Le Play, très critique sur la réforme du droit de succession français, en particulier sur le caractère universel que le droit français a la prétention d’imposer – rappelons que le droit français s’oppose à la liberté testamentaire en introduisant l’idée de partage égalitaire entre les enfants, ou encore, dans une partie de la France, en privilégiant le droit d’aînesse. L’argument de Frédéric Le Play pour s’opposer à cette loi est le fait que la contrainte imposée au père est une atteinte à son droit de propriété. Frédéric Le Play propose donc d’associer les changements des lois et des mœurs, ce qui au niveau de la transmission patrimoniale produit, selon lui, une liberté de tester, à savoir « la consigne de transmettre intégralement à un héritier associé digne de cette situation, l’industrie ou la fonction de la famille avec l’habitation et les autres biens qui s’y attachent » (Arnault, 1993). Frédéric Le Play prend clairement position pour les pères, pour la liberté des familles en opposition à celle de l’État, dans la transmission des biens, qu’il s’agisse des biens mobiliers, immobiliers ou de tout autre bien en possession de la famille. La solution de l’héritier associé permet, selon Frédéric Le Play, d’assurer la pérennité du patrimoine alors que le partage égalitaire suppose un morcellement de celui-ci. Mais au fond ce que défend Frédéric Le Play, c’est la famille ou plus précisément l’autorité paternelle comme seule légitime et capable de maintenir l’ordre social.

41Il nous semble que ce débat historique est réactivé dans les situations de succession et, avec lui, la question de l’équité entre les enfants et celle de la désignation de l’élu. Admettre que l’on a choisi un fils et non pas l’autre pour succéder serait accepter d’une certaine manière l’idée d’une iniquité entre les enfants : ce serait inconsciemment aussi se confronter au fait que les rapports seigneuriaux, desquels la paysannerie s’est libérée, se pérennisent dans le choix du successeur au sein de la famille. Comme si la famille répétait en son sein les inégalités sociales contre lesquelles les aïeuls se sont battus. Ainsi, reconnaître le fils comme produit de l’élection, c’est reconnaître le privilège de l’un au sein de la fratrie engendrée. Selon cette logique, la transmission du métier, qui s’apparente à celle d’une place professionnelle, renforce l’idée du lien inégalitaire entre les enfants et le repreneur. Tout va donc se construire dans le discours du père, pour au contraire, transformer la situation d’élu en une situation de soumission. « Il ne sait pas ce qui l’attend » ; « celui-là il n’a rien pu faire d’autre, alors il est paysan » ; « si ça n’avait tenu qu’à moi, il n’aurait pas repris » ; « il ne faisait rien à l’école, alors il fallait bien le caser quelque part ». Dans cette dernière remarque, l’école est souvent signalée comme un privilège. Ainsi, celui des enfants qui fait des études est désigné comme un privilégié par les cédants. L’iniquité entre les enfants est acceptable pour les parents lorsqu’elle résulte de l’école ; elle ne l’est pas lorsqu’elle résulte d’un choix familial, signant ainsi leur responsabilité dans la transmission.

Conclusion

42La transmission du métier s’apparente ici à la transmission d’une place. C’est par cette place que circule le patrimoine afin de durer, d’où la force du lien qui constitue l’interaction entre celui qui donne et celui qui reçoit. L’un comme l’autre ne sont que des passeurs, dépositaires durant une génération de ce patrimoine, de cette histoire familiale. Comme une nécessité de la transmission, le cédant se sépare d’un bien qui doit lui survivre. Le successeur hérite donc de ce bien avec le devoir de le faire fructifier et de le transmettre à son tour. Ce patrimoine l’oblige donc à la dette, le lie au donateur plus qu’il ne l’en sépare. Or la séparation est nécessaire pour que la transmission s’effectue. Elle ne se fait pas du jour au lendemain mais tout au long de l’histoire familiale des générations au travail.

43Cette situation résulte donc de négociations micro-familiales, de stratégies, de soumission et de révolte qui sont chaque fois spécifiques et jamais jouées d’avance. Le successeur doit réussir à se séparer sans rompre (Jacques-Jouvenot, 2012) car le rapport au patrimoine interpelle toujours le successeur quant au lien entretenu avec les générations qui le précèdent et quant à la place qu’il souhaite prendre dans cette chaîne intergénérationnelle. Le double déni de transmission observé dans les discours de déliaison fait paradoxe et sert à contrebalancer la force du lien de transmission, en permettant aux acteurs de se maintenir à bonne distance l’un de l’autre, mais toujours dans une soumission à la loi du patrimoine.

Haut de page

Bibliographie

Arnauld F. (1993), F. Le Play. De la métallurgie à la science sociale, Nancy, Presses universitaires de Nancy.

Bauer M. (1991), « De l’homo-economicus au pater familias », dans Segalen M. (dir.), Jeux de famille, Paris, Presses du CNRS.

Barthez A. (1982), Famille, travail et agriculture, Paris, Éditions Economica.

Bertaux D. & C. Delcroix (2009), « Transmissions familiales et mobilités », Migrations et société, vol. XXI, n° 123-124.

Blanc M & P. Perrier-Cornet (1993), « Transmission des exploitations agricoles et installation des agriculteurs dans la CEE », Série Actes et Communications - INRA, n°11.

Bourdieu Pierre (1980) « Stratégies matrimoniales et reproduction sociale », dans Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

CEP - Ministère de l’agriculture de l’alimentation, de la pêche et de l’aménagement du territoire (2012), Le Monde agricole en tendances : un portrait social prospectif des agriculteurs, Paris, La Documentation française.

Champagne P. & S. Maresca S. (1990), De la succession familiale à l’installation professionnelle, Rapport de recherche, Dijon-Paris, INRA.

Gillet M. (2003), Les hors cadres-familiaux, Thèse de doctorat de sociologie, Université de Franche Comté, mars.

Giraud C. & J. Remy (2008), « Les choix des conjoints en agriculture », Revue d’études en agriculture et environnement, n° 3, pp. 21-46.

Gotman A. (1988), Hériter, Paris, Presses universitaires de France.

Hervieu B. & J. Viard (2001), L’Archipel paysan, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Hervieu B. & F. Purseigle (2013), Sociologie des mondes agricoles, Paris, Éditions Armand Colin.

Hurstel F. (1992), « Le nom et sa fonction dans les transmissions des métiers de père en fils », Tradisis n°0, avril.

Jacques-Jouvenot D. (1997), Le Choix du successeur, Paris, Éditions L’Harmattan.

Jacques-Jouvenot D. & F. Schepens (2007), « Transmettre et reprendre une entreprise : de l’Homo-oeconomicus à l’Homo-memor », Revue du Mauss, vol. 29, n° 1, pp. 377-391.

Jacques-Jouvenot D. & G. Vieille Marchiset (dir) (2012), Socio-anthropologie de la transmission, Paris, Éditions L’Harmattan.

Jacques-Jouvenot D. (2012), « Se séparer sans rompre ou l’art de transmettre », Biennale CNAM, Paris, http://labiennale.cnam.fr/

Mauss M. (2007 [1925]), Essai sur le don. Formes et raisons de l’échange dans les sociétés archaiques, Presses universitaires de France.

Nietzsche F. (1992 [1985]), dans Grand dictionnaire encyclopédique Larousse, Tome XV, Paris, Éditions Larousse.

Strauss A. (1992), Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Éditions A.-M. Métailié.

Waquet F. (2008), Les Enfants de Socrate, Paris, Éditions Albin Michel.

Zarca B. (1993), « L’héritage de l’indépendance professionnelle selon la lignée, le sexe et le rang dans la fratrie », Population, n° 2.

Haut de page

Notes

1 « D’après l’INSEE, on estimait en 2003 que parmi les hommes âgés de 40 à 59 ans, neuf agriculteurs sur dix ont la même position sociale que leur père » (Hervieu & Purseigle, 2013).

2 « Entre 1965 et 1970, 90% des entrants âgés de 15 à 29 ans étaient enfants d’agriculteurs (Reboul, 1981) alors qu’en 2004 ils ne sont plus que 75%, tous âges confondus (CNASEA, 2004b) » (CEP - Ministère de l’agriculture de l’alimentation, de la pêche et de l’aménagement du territoire, 2012, p. 58).

3 Cette injonction à hériter du métier sera notamment réévaluée au moment du mariage.

4 Groupement agricole pour l’exploitation en commun. Le GAEC est, en France une forme sociétaire particulière formée par la réunion de plusieurs exploitations agricoles : « Les groupements agricoles d'exploitation en commun sont des sociétés civiles de personnes […]. Ils sont formés entre personnes physiques majeures » Article L323-1 du Code rural.

5 Les futurs cédants disent très fréquemment « on va laisser l’année prochaine » pour signifier leur désir de quitter et transmettre l’exploitation.

6 . La reconnaissance « encore timide » de la place de ses parents dans son installation n’est rendue possible que parce que l’installation est effective, c’est-à-dire que le père ne travaille plus avec lui sur l’exploitation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Jacques-Jouvenot, « Le paradoxe de la transmission du métier : le cas des éleveurs »SociologieS [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 07 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4566 ; DOI : https://doi.org/10.4000/sociologies.4566

Haut de page

Auteur

Dominique Jacques-Jouvenot

Professeure de sociologie, LASA UFC, Université de Franche-Comté, Besançon, France - dominique.jacques-jouvenot@univ-fcomte.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search