Navigation – Plan du site
Les Êtres sociaux. Processus et virtualité

Grand résumé de l’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann, 2009

Suivi d’une discussion par Michel Messu et Nicole Ramognino
Pierre Livet

Notes de la rédaction

La discussion par Michel Messu est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4649 et celle par Nicole Ramognino à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4650

Texte intégral

1Dans ce travail mené de concert par deux philosophes, l’un spécialiste de métaphysique contemporaine et l’autre épistémologue des sciences sociales, nous avons voulu poursuivre deux buts principaux. Le premier était de montrer le peu de consistance d’une position constructiviste en sciences sociales, quand on prend au sérieux ses prétentions. Le constructivisme dénie évidemment tout intérêt à une enquête ontologique en sciences sociales (le domaine de l’ontologie étant celui des théories qui tentent d’expliciter en quels types fondamentaux d’entités se distribue ce qui existe sous tel ou tel mode). Nous voulions donner au contraire aux chercheurs en sciences sociales un aperçu des possibilités que leur offre l’ontologie contemporaine.

2Le second était de montrer l’intérêt – et même la nécessité – pour les chercheurs en sciences sociales, d’expliciter quelle ontologie est implicite dans leurs descriptions et leurs interprétations des phénomènes sociaux. Pour poursuivre ce dernier objectif, nous avons d’abord nous-mêmes proposé une ontologie qui nous semble plus pertinente pour les sciences sociales que l’ontologie classique (celle des substances et des propriétés). Il s’agit d’une ontologie des processus, dont nous indiquons par ailleurs quelles relations et quelles différences elle suppose avec les ontologies classiques et avec celles récemment proposées en métaphysique contemporaine, en particulier des ontologies qui ont renoncé à la notion de substance, ou qui ont développé une analyse plus fine des différents types de relations. Ensuite nous avons montré comment cette ontologie permettait de faire des distinctions plus fines que de coutume pour rendre compte de variations subtiles des phénomènes sociaux fondamentaux – par exemple des promesses, des différents types de collectifs, de la division sociale des tâches, des institutions.

3La position constructiviste est soit redondante, soit caricaturale. Elle est redondante dans la mesure où elle ne nous apprend rien : il est évident que bien des composants du paysage social, par exemple les artefacts, les structures symboliques, les institutions, sont construits par les acteurs sociaux – pas forcément, pour autant, par leurs seules volontés. Elle est caricaturale si elle est développée de manière cohérente jusqu’à ses dernières conclusions : les construits sociaux auraient une existence entièrement contingente et leurs formes seraient arbitraires parce que dépendant entièrement des fantaisies des acteurs sociaux combinées aux contextes historiques au sein desquels ils interagissent.

4Contrairement à ce qu’on pourrait croire, il y a une ontologie implicite dans ce constructionnisme radical : il fait des êtres sociaux de simples qualités flottantes qui confluent ou non au hasard et au gré des convergences et des divergences des activités humaines et des variations de leur environnement. Certes, le programme classique en sociologie, qui avait une ontologie implicite plus forte et consistait à identifier des déterminismes sociaux, a dû être abandonné à cause de l’incapacité des supposés déterminismes, lois, voire régularités, à prédire les évolutions sociales et en raison des conflits d’interprétation sur l’explication des phénomènes sociaux passés. Mais cet abandon ne conduit pas pour autant à un tel laxisme. L’ontologie sociale n’est pas aussi accommodante ou aussi peu contrainte que celle de ces qualités flottantes.

5Même si les constructions sociales sont contingentes, elles ne sont pas ad libitum et totalement arbitraires, parce qu’elles sont mises à l’épreuve de contraintes, en commençant par les contraintes physiques et en poursuivant par les contraintes plus spécifiquement sociales.

6La première d’entre elles est qu’une proposition d’interaction sociale – par exemple une promesse, un contrat, une relation de dépendance stable – ne devient un être social (autre qu’une attente) que si son projet est relayé (pas forcément à l’identique) par d’autres acteurs sociaux, dans le temps et dans l’espace. Cette évidence a bien des conséquences. En particulier, elle fait des êtres sociaux des êtres qui ont une dimension qui dépasse l’actuel, tout en devant sans cesse se réactualiser via d’autres acteurs sociaux, ce qui exige tout un travail social, de mémoire, de vérification de la réactualisation, de relance des projets, de transmission d’un acteur à un autre, de renouvellement des acteurs, de comparaison de ce qui se produit avec ce qui aurait dû se produire – évoquant ainsi des possibles contrefactuels, etc..

7La métaphysique contemporaine a eu recours à la notion de mondes possibles pour tenter de rendre compte de cette riche variété et si le mode d’existence qu’il faut leur accorder est un point de dispute, la nécessité de dispositifs ontologiques qui répondent aux problèmes qu’ils sont censés traiter n’est guère discutable. Prendre au sérieux l’ontologie du social a au moins le mérite de prendre toute la mesure de sa complexité. On trouvera dans la première partie du livre une revue détaillée des possibilités et des discussions qu’offrent sur ces points les recherches actuelles en métaphysique, en gardant à l’esprit que la métaphysique contemporaine, si elle garde des liens avec la métaphysique au sens pré-kantien et par exemple aristotélicien ou leibnizien, en a autant et sans doute davantage avec la logique contemporaine et avec les enjeux de formalisation des catégorisations linguistiques et scientifiques.

8Le constructiviste pourrait objecter qu’il ne vise qu’à déconstruire la prétention des sciences sociales de découvrir une réalité du social indépendante de ces activités constructives. Présupposer l’existence d’êtres indépendants de ces constructions serait selon lui la tendance de toute ontologie, supposée réaliste par définition. De fait, passer des énoncés épistémiques aux entités ontologiques dont ils sont censés parler implique que des descriptions différentes puissent renvoyer à la même entité référente, ce qui peut se comprendre comme une forme de réalisme, l’entité restant la même réalité alors que les descriptions diffèrent. L’ontologie nous suggère que l’inverse est aussi possible : des descriptions non discernées pourraient en fait renvoyer à des entités différentes (Livet et al., 2010). Cependant, s’il suffisait de construire la description d’une entité sociale pour qu’elle existe socialement (ce qui semble la thèse du constructivisme radical), ces deux situations opposées ne se produiraient jamais : à la description correspondrait immédiatement son être, qui s’y réduirait. Or nos disputes sociales amènent souvent à mettre en question cette identification entre être et description qui prétend réduire l’ontologique à l’épistémique. Le réalisme du social qui découle de cette remise en question est tout le contraire d’une fixation sur un social supposé donné, puisqu’il se manifeste d’une part dans cette possible mise en cause des catégorisations descriptives, d’autre part et inversement dans la nécessité d’un travail social pour perpétuellement s’assurer que les activités sociales ont toujours des chances de ne pas trop s’éloigner des catégories à maintenir.

9Cette existence dynamique – et sourdement inquiète – du social exige de reconsidérer les relations de l’épistémique et de l’ontologique. Au lieu de voir dans la description épistémique d’un processus social une copie de ce processus (réalisme naïf), ou de voir dans ce processus la simple mise en œuvre de cette description (thèse constructiviste), il faut s’interroger sur les contraintes ontologiques des processus sociaux qui produisent de telles descriptions. On retrouve alors la contrainte fondamentale indiquée plus haut : il faut que d’autres puissent reprendre la description en pouvant prétendre en maintenir et en poursuivre l’efficace. Les descriptions elles aussi sont des êtres sociaux – du moins si elles sont reprises. La thèse constructiviste, qui prétendait que les êtres sociaux se réduisaient à leurs descriptions, est ainsi retournée : les processus épistémiques ayant leurs contraintes ontologiques, les descriptions sociales se soumettent aux mêmes contraintes ontologiques que tous les êtres sociaux.

10Nous ne pouvons donc pas accepter, par exemple, le couplage étrange bricolé par John Searle entre une ontologie de base physicaliste et une superstructure constructiviste, qui réduit le social à des conventions. Il ne suffit pas que quelques personnes décident en chœur que tel bout de papier a la fonction statutaire de monnaie pour qu’il en soit socialement ainsi. Il faut encore que d’autres personnes, en d’autres lieux et d’autres temps, puisse échanger d’autres biens avec ce type de bouts de papiers et que l’on ait des moyens de s’assurer que cette chaîne d’interactions a des chances de rester ouverte vers d’autres échanges de biens et d’autres acteurs.

11Ainsi il ne suffit pas, pour qu’existe une institution, que des personnes se rassemblent pour en faire le projet (c’est déjà un être social que cela, cependant, mais c’est seulement l’activité sociale de faire un projet). Il faut encore que les opérations de cette institution puissent s’appliquer à d’autres personnes en d’autres temps et lieux et que ces opérations-là puissent cependant renvoyer au projet initial – en tenant compte éventuellement de modifications voire de dérives.

12Ce sont de telles contraintes qui doivent guider le choix de notre ontologie. Les êtres sociaux doivent pouvoir, selon la métaphore de Kevin Mulligan, avoir « plusieurs jambes » ou ancrages, les uns dans le présent, reposant sur plusieurs personnes, les autres dans d’autres espaces et d’autres temps, reposant sur ces personnes et/ou sur d’autres. Quand nous sommes dans le présent, les ancrages du futur ne sont évidemment pas actuels. Mais s’ils ne le deviennent pas, les ancrages du passé n’auront pas constitué un être social. S’ils le deviennent, en revanche, ils feront toujours partie de l’être social. Nos deux sortes d’ancrages ne se réduisent donc pas à de simples possibles, les éléments du présent étant possiblement ou en puissance un être social, tout comme ceux du futur. Il faut ajouter une contrainte supplémentaire : ceux du présent sont possiblement un être social conditionnellement à ceux du futur, qui seront eux-mêmes un être social conditionnellement à leur émanation de ces possibilités du présent, une fois qu’il est devenu passé. Pour marquer le renforcement de contrainte qu’implique cette conditionnalité réciproque, par rapport à la simple notion de possible, nous avons utilisé le terme de « virtuel ». Nous avons résumé cela dans un diagramme, qui prend deux états : dans l’état initial, l’actuel présent renvoie au virtuel futur, dans l’état final, ce virtuel devenu actuel renvoie à cet actuel passé qui reste un virtuel – un germe – pour l’actuel présent.

13Pour exprimer tout cela dans une ontologie classique, qui comprend des entités telles que les substrats ou substances, leurs propriétés, leurs relations, les modalités du possible, etc. il faudrait un dispositif ontologique très lourd. On peut l’alléger si on utilise une ontologie des processus. Certes, dans l’ontologie classique, un processus n’est pas une entité de base. C’est une relation entre l’état initial des propriétés d’une substance et leur état final. Et pourtant la complexité d’une telle relation ne serait pas encore suffisante pour rendre compte de la conditionnalité réciproque. Mais considérons maintenant un processus comme une entité de base. Sa caractéristique est alors que son être est sa manière d’être : le processus est sa façon de procéder. Il faut donc qu’il procède – qu’il atteigne sa fin ou qu’il se poursuive – pour que sa venue au monde s’inscrive dans l’existence et cela selon la manière dont il a procédé. Le processus comme entité ontologique de base a donc simplement à procéder pour satisfaire notre contrainte sociale de conditionnalité réciproque entre actuel et virtuel. De plus, les manières dont s’articulent entre eux des processus font aussi partie de leur manière de procéder et donc de leur être. Un réseau de processus conditionne l’être de chacun de ses processus – différemment pour chacun, mais selon la même contrainte de conditionnalité réciproque entre deux processus connexes. On peut ainsi développer des réseaux de processus, ce qui fait des processus de bons candidats pour une ontologie des êtres sociaux.

14Comme l’a fait remarquer Bernard Conein, l’ontologie des processus semble cependant poser problème quand on veut penser dans leur stabilité des structures sociales, par exemple des réseaux, puisque les processus sont sans cesse fluents. Mais précisément, aucune structure de réseau social n’existe en totalité en permanence (les seuls supports physiques de câblages et de serveurs d’Internet existent en permanence, mais ce n’est déjà plus le cas des flux physiques qu’ils véhiculent). Existent seulement les processus en cours. Comment un processus qui termine une boucle de réseau peut-il se raccorder au processus qui la commençait ? Ce processus final ne peut évidemment pas retrouver le processus initial, qui a fait son temps, si bien que parler de « bouclage » est à la lettre incorrect. C’est seulement en utilisant la conditionnalité réciproque pour remonter de proche en proche au processus qui la commençait, qu’un quasi-bouclage est possible. Plus la chaîne des processus est longue, plus ce raccordement est incertain et vague, si bien que les institutions sociales doivent sans arrêt entretenir des repères physiques et symboliques pour assurer les raccords des processus sociaux et donc présenter des structures identifiables. Ainsi les symboles sont des éléments physiques qui présentent entre eux ces rapports de conditionnalité réciproque propres aux êtres sociaux. Les défauts que paraît présenter l’ontologie des processus – par rapport à celle des substances – sont précisément ceux des êtres sociaux.

15Une telle ontologie, simple quant à ses éléments constitutifs, permet pourtant des distinctions sociologiques très fines. Elle permet ainsi, en étudiant de près les conditionnalités entre processus, de distinguer différents types d’engagements : non seulement il ne faut pas confondre engagement explicite et implicite, mais on peut par exemple distinguer un engagement « complet », qui est satisfait seulement si j’agis par référence à cet engagement, et un engagement incomplet, quand je peux supposer qu’autrui s’attend à ce que je me conforme à l’engagement pour d’autres raisons.

16Les groupes sociaux introduisent la possibilité de compter, pour satisfaire ces engagements, sur des liens tels qu’un processus ne va pas dépendre d’un seul processus particulier. Le lien de réciprocité entre virtuel et actuel pourra y être satisfait par un ou par d’autres processus. Si tel membre du groupe ne rapporte pas telle nourriture, c’est un autre qui pourra le faire, ou qui pourra rapporter un autre type de nourriture, sans que le circuit social des activités soit rompu. Le réseau peut se boucler par la substitution d’un processus à un autre. Nous avons parlé à ce propos de « substituabilités ».

17Elles ne se réduisent cependant pas à la possibilité d’une substitution en général d’un bien à autre, comme en économie. Il est exigé que cette substitution boucle le réseau d’une autre manière. Ainsi quand on peut commencer à stocker de la nourriture résultant de cueillettes, on peut aussi en réserver une partie – des graines – pour des semences. On a ainsi greffé un nouveau circuit d’activités sur le premier, tout en continuant à permettre au premier de clore le quasi-bouclage qui consiste entre autres activités à pouvoir relancer une nouvelle recherche de nourriture. Greffer un circuit sur un autre, en introduisant de nouvelles substituabilités, c’est le principe de la division du travail. Ces greffes rallongent les étapes du circuit, mais elles permettent en général à la fois d’accroître les biens à consommer et, en disposant de réserves ou en améliorant l’organisation, d’assurer la prévisibilité des activités sur un plus grand laps de temps et pour des interactions à plus longue distance.

18En combinant substituabilités et plus lointaine emprise, les groupes sociaux vont aussi pouvoir accepter la substituabilité aux membres connus de membres encore inconnus. Dans ces configurations, du point de vue de chaque individu, ce seront toujours au moins quelques membres du groupe étendu qui resteront anonymes. On passe alors des groupes aux sociétés.

19Étendre ainsi l’extension du réseau social, ce n’est pas seulement accroître sa puissance et son emprise, c’est aussi risquer d’accroître les délais de réaction d’un quelconque de ses membres à des déviations d’activités de membres éloignés. Quand il en prend conscience, ce sera parce que les conséquences en chaîne de ces déviations seront venues jusqu’à lui et il sera trop tard pour les circonscrire et pour éviter qu’elles n’entraînent des ruptures des réseaux. Chacun n’exerce sur la plupart des autres qu’un contrôle très indirect. Certes des rumeurs saillantes (alarmes ou enthousiasmes) se propagent très vite, mais les effets minimes des processus multiples peuvent s’accumuler sans être aperçus, jusqu’au seuil de déclenchement d’une crise ou d’une transformation. Conformément à l’ontologie des processus, la stabilité et la quiétude sociale recouvrent quelque « in-quiétude ». Nous n’avons jamais de certitude d’une stabilité, nous ne pouvons que mettre en suspension nos inquiétudes – en les maintenant en périphérie de notre sensibilité. La stabilité sociale tient alors à ce que nous mettons en suspension cette mise en suspension elle-même, que nous négligeons le fait même que nous considérons cette périphérie comme négligeable pour l’instant. Une fois devenu explicite le fait qu’une stabilité revient à une forme de négligence et si nos sociétés arrivaient à garder un accès au fait de cette négligence, il serait alors possible de revenir plus facilement et sans alarme excessive à l’état de veille que nous avons qualifié de « simple suspension », plus propice à déclencher des alertes et des révisions si nécessaire.

20Toute tentative de vérification d’un bouclage entre le processus et de ses conditionnalités réciproques est vouée à n’être qu’une quasi-vérification d’un quasi-bouclage. Ces quasi-bouclages impliquent donc tous une forme plus ou moins importante de négligence. La constitution des sociétés, dans la mesure où elle présuppose la possibilité de ces bouclages, ne peut se faire qu’en incorporant le vague introduit par ces négligences nécessaires, puis en négligeant ce vague dans les représentations des êtres sociaux. Elle implique ce que nous avons appelé une double suspension, qui est donc constitutive du social. Cette gestion du vague est indispensable aux quasi-bouclages des réseaux de processus en lesquels consistent les sociétés. Elle explique que bien des représentations des êtres sociaux – entreprises, institutions, groupes, classes, etc. – soient irréductiblement métaphoriques ou schématiques.

21La notion d’intention collective est de ce type. Les intentions collectives qui intéressent le sociologue ne sont pas les intentions de marcher ensemble à quelques-uns, scrutées par le philosophe. Les véritables intentions collectives se constituent quand un groupe peut repérer une structure de réseau social entre des activités qui ont une incidence sur le statut voire sur la survie de ce groupe ou d’autres groupes. Supposer cette structure permet alors de faire passer au second plan les différences entre les finalités des membres de ce réseau. L’identité du collectif auquel on assigne cette intention est aussi vague. Sa relative unité tient à un autre vague : la négligence des différences entre les activités des autres groupes qui ne présentent ni intérêts ni dangers pour le fonctionnement du collectif. Les intentions collectives se définissent donc de manière relationnelle, entre collectifs, entre deux entités elles-mêmes vagues.

22Que le vague se diffuse partout dans un réseau de processus, cela n’empêche pas, là encore, l’analyse en termes de processus de permettre des distinctions fines entre types de regroupements. Si dans ce livre nous avons débuté leur analyse typologique par les types de « nous » les plus restreints, nous aurions pu tout aussi bien commencer par la forme « société » qui implique les réseaux les plus complexes, l’anonymat le plus étendu et l‘impossibilité pour les individus d’exercer un contrôle autre que très indirect, puisque les interactions les plus directes des « nous » les plus restreints se font toujours sur fond de cette société.

23L’ontologie des processus nous permet d’aborder l’étude des différents types de regroupements sans avoir à supposer un engagement positif en faveur du groupe et encore moins une connaissance commune de cet engagement, comme le font trop de spéculations philosophiques. Nos critères de distinction entre types de regroupements sont toujours tirés des différences entre les contraintes de mise en cause, voire de rupture des quasi-bouclages censés être satisfaits pour chaque type. Ainsi nous sommes engagés dans bien des « actions conjointes » sans l’avoir planifié, simplement parce que nous vivons ensemble, mais l’action conjointe impose des contraintes sur la coordination des activités individuelles. L’action conjointe exige d’avoir une connaissance directe des autres personnes, alors que nous nommons « sujet pluriel » (en un autre sens que Margaret Gilbert) un groupe dans lequel on pourrait substituer un membre à un autre pour une même tâche. D’autres possibilités de substitutions, comme celle d’une activité à une autre – et pas seulement d’un acteur à un autre – pour une même tâche à réaliser, permettent de raffiner ces distinctions.

24Nous mettons alors en place une notion plus exigeante de « groupe » : non seulement les activités assurent le (quasi-)bouclage du réseau de processus et certaines activités sont substituables aux autres, mais cette substituabilité n’est pas un accident. C’est le facteur essentiel de l’unité du réseau. Chacun des membres se représente le groupe comme une ressource de substituabilités : le problème que les uns ne pensent pas pouvoir résoudre, ils s’attendent à ce qu’il puisse être résolu par d’autres membres du groupe. Ils n’en ont qu’une représentation vague et ce défaut de précision n’est pas un obstacle à la survie du groupe. Ce genre de perspective est nécessaire pour que le collectif puisse apparaître transcender les individus et leurs interactions directes. Les « collectifs » proprement dits combinent ce genre de substituabilité avec l’anonymat des membres.

25Les « institutions » répondent justement aux problèmes que peut poser la généralisation du vague pour les quasi-bouclages des processus sociaux. On ne peut pas se contenter d’espérer ces bouclages sans tenter au moins des vérifications partielles. Une institution crée des repères, signes et symboles qui tiennent lieu de marqueurs et de tests de ce qu’il n’y a pas eu de rupture des connexions des réseaux qu’il serait dangereux de négliger. Les institutions (famille, école, monnaie, église, etc.) créent ainsi des réseaux de ces marqueurs. Ce sont des réseaux secondaires, greffés sur les réseaux d’activités qu’elles se sont arrogé la tâche de contrôler – et il y a bien sûr aussi des institutions qui contrôlent d’autres institutions. Il y a des limites à ces empilements de contrôle, les mêmes que celles des empilements d’activités de substituabilité : les activités de degré supérieur doivent accroître l’efficace des précédentes au moins de manière à assurer la poursuite de leur propre subsistance. Les « sociétés » impliquent une pluralité d’institutions et elles subsistent seulement si elles peuvent soit continuer à maintenir les discordances entre institutions dans des limites supportables, soit créer des institutions qui se substituent à celles qui posaient problème.

26De même qu’il est possible de définir dans cette approche une notion d’intention collective qui n’implique pas une substance collective, mais seulement des quasi-réseaux de processus, de même il est possible d’y définir des notions d’émotions collectives. Les émotions individuelles étant suscitées par des ruptures de nos attentes – qui elles-mêmes, pour apparaître comme définies alors même qu’elles restent vagues, impliquent des négligences – les émotions collectives s’éveilleront quand le vague négligé qui est le partenaire de toute visée d’un collectif conduit par accumulation à rompre les quasi-bouclages attendus (émotions négatives) ou à en produire de tout nouveaux.

27Ainsi une ontologie des processus permet d’éviter les fixations soit sur une substance collective holiste, soit sur des substances individuelles. Elle permet aussi de penser les sociétés dans leur dynamique et non pas simplement dans leur structure. Elle permet de penser les constructions sociales en tenant compte à la fois de leur souplesse – liée au vague – et de leurs contraintes – liées aux conditionnalités réciproques entre processus sociaux.

Haut de page

Bibliographie

Livet P., Müller J-P., Phan D. & L. Sanders (2010), « Ontology, A Mediator for Agent-Based Modeling in Social Science », Journal of Artificial Societies and Social Simulation, vol. 13, n° 1 - en ligne : http://jasss.soc.surrey.ac.uk/13/1/3.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Livet, « Grand résumé de l’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann, 2009 », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4647

Haut de page

Auteur

Pierre Livet

Université de Provence, Aix-en-Provence (France)- pierre.livet@univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page