Navigation – Plan du site
Les Êtres sociaux. Processus et virtualité

La sociologie peut toujours faire l’économie d’une ontologie

Discussion de l’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann, 2009
Michel Messu

Notes de la rédaction

Le grand résumé de l’ouvrage Les Êtres sociaux. Processus et virtualité par son auteur est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4647 et la discussion par Nicole Ramognino à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4650

Texte intégral

1Le Grand résumé qu’a fourni Pierre Livet de l’ouvrage co-écrit avec Frédéric Nef, Les Êtres sociaux, processus et virtualité, est le plaidoyer d’un métaphysicien agacé, semble-t-il, par la propension des sociologues à faire l’économie d’une ontologie de leurs objets d’investigation. Singulièrement ces sociologues qui se réclament – et ils sont désormais légion – d’une conception « constructionniste » du social dont ils traitent. La raison de cet engouement constructiviste, comme le note d’ailleurs Pierre Livet, étant à chercher dans le faible crédit accordé actuellement aux explications déterministes – si tant est qu’il y ait pu en avoir d’aussi radicales, puisque la tradition de la recherche sociologique est plutôt celle du changement et des mutations ; disons seulement des explications en quête d’une architectonique du social au fondement de son histoire et de son actualité. À quoi j’ajouterai volontiers la méfiance dans les théorisations globalisantes à visée simplificatrice, telle celle de la « domination » comme moteur en dernière instance du social et de son mouvement. Mais qu’importent les motifs, Pierre Livet entend ruiner tout crédit aux thèses « constructionnistes » et, pour en établir l’inanité, nous engage à adhérer à une ontologie renouvelée, celle des processus. Bref, la charge est frontale, la condamnation sans appel et la thérapeutique quelque peu amère.

2Puisque l’exercice veut que l’on discute le Grand résumé qui a été livré, non l’ouvrage qui en est le support, mon commentaire prendra aussi une allure directe, sans toujours toutes les précautions qui s’imposent et risque donc d’avoir un ton polémique trop sonore quand il conviendrait de procéder par l’argumentation nuancée et développée. C’est l’exercice du genre et je n’irai pas par quatre chemins. Je voudrais défendre l’idée que la sociologie peut toujours faire l’économie d’une ontologie et que, de ce point de vue, le constructivisme (non « radical » et, oserai-je dire, non métaphysique) en est le meilleur exemple. D’autant qu’à mes yeux, l’ontologie des processus et des « êtres sociaux » proposée ne peut recevoir d’autre statut, au sein de la discipline, que celui d’artéfact modélisateur.

3Pour le dire en d’autres termes, la question, ici, renvoie à ce qui avait formé la trame inaugurale de la discipline, notamment en France et en Allemagne et bientôt aux États-Unis, quand Émile Durkheim, Marcel Mauss, Célestin Bouglé, Ferdinand Tönnies, Max Weber, Georg Simmel, Albion W. Small, Robert E. Park, Everett C. Hughes, etc. entendaient donner une compréhension du social qui ne soit plus dépendante des valeurs et de la démarche de la philosophie sociale et de ses présupposés ontologiques. En somme, une coupure épistémologique, comme on a pu le dire. Foncièrement donc, s’affirmait la volonté de rendre raison des phénomènes sociaux observés par des procédures formelles, validées en interne –comme l’on dit aujourd’hui – débouchant sur des propositions susceptibles d’être vérifiées et censées avoir évacué une trop coûteuse métaphysique. Bref, une nouvelle épistémè. Bien sûr, et à l’instar des réflexions de Gaston Bachelard sur la formation de l’esprit scientifique, on saura déceler les imperfections du projet. Les ontologies finalistes, le positivisme béat, les prophéties démenties, les concepts et pseudo-concepts, etc., n’auront de cesse d’être critiqués au sein de la discipline elle-même, tout comme à l’extérieur d’ailleurs. Mieux, au fil du temps, la discipline bénéficiera des nouvelles conjonctures épistémiques, au sens foucaldien, pour affiner toujours et ses outils d’investigation et ses cadres d’intelligibilité. Le moment structuraliste aura été de celles-là, les apports de la philosophie analytique également. Un Pierre Bourdieu, de ce point de vue, en est un bon exemple. Et là encore, la critique opérant et les conjonctures épistémiques se déplaçant, la discipline peut-elle faire la part plus belle aux opérations constitutives du réel social, fussent-elles déréifiées, virtualisées, probabilisées, marquées du sceau de l’arbitraire anthropo-historique ? Pensons en l’occurrence à l’apport des sciences cognitives.

4C’est dans cette fresque disciplinaire, certes trop sommaire, qu’il convient de replacer le constructivisme en sociologie. Il ne saurait dès lors être tenu pour une sorte de spéculation plaisante en mal de fournir une vision globale du monde et des entités qui le constituent. Il importe au contraire d’en saisir la contribution au regard du projet explicatif de la sociologie. Et sur ce plan, force est de reconnaître qu’il l’a fait avancer d’un grand pas, tout particulièrement dans l’intention première de la discipline de s’affranchir d’une ontologie préalable. D’où, peut-être, le désappointement du métaphysicien.

5Entendons-nous cependant. Dire qu’une discipline qui veut procéder scientifiquement puisse prétendre s’affranchir d’une ontologie préalable n’est pas affirmer que l’ontologie (au sens que lui donne ici Pierre Livet : « le domaine de l’ontologie étant celui des théories qui tentent d’expliciter en quels types fondamentaux d’entités se distribue ce qui existe sous tel ou tel mode ») n’a pas sa place dans le débat critique qui porte sur les énoncés sociologiques. Il s’en faut même puisque, par posture, il revient au scientifique d’être l’épistémologue de lui-même, c’est-à-dire de sa démarche et de ses productions conceptuelles. Gaston Bachelard, toujours, nous ayant engagé à penser « contre », il y va de la consistance des théories sociologiques à pouvoir discuter du statut épistémologique des notions et des concepts qu’elles mobilisent. Et donc, à déceler les éventuelles traces d’ontologie préalable qui pourraient les habiter. Cela veut dire aussi que la question ontologique n’est pas une question surplombante, externe et enveloppante de la discipline. Elle est interne et subordonnée à la question épistémologique, celle de son statut de discipline scientifique. Bref, ce n’est pas une posture de métaphysicien mais de « scientifique » – à prendre au sens courant du terme qu’ont imposé les disciplines expérimentales depuis longtemps déjà.

6Précisons encore : subordonner l’analyse ontologique à l’activité scientifique ou, si l’on veut, instrumentaliser l’ontologique dans une épistémè, c’est renvoyer la question transcendantale capitale de l’Être aux calendes grecques – mais Emmanuel Kant n’avait-il pas ouvert le chemin ? – et ouvrir à l’existence des entités sans autre ontologie que celle de leur opérativité théorique. N’est-ce pas ce vers quoi se sont déjà tournés les physiciens contemporains ? Lorsque, par exemple, Bernard d’Espagnat, dans son Traité de physique et de philosophie, nous dit que le physicien d’aujourd’hui doit se faire plus relativiste qu’Emmanuel Kant dans sa saisie de la réalité empirique puisqu’il ne dispose plus des universels de temps, d’espace… et donc doit renoncer au descriptif au profit du prédictif, au moins pour certaines catégories de phénomènes tels le très petit (d’Espagnat, 2002). Ne dit-il pas autre chose que l’ontologie propre du phénomène n’importe plus et que seule compte la qualité de ses équations ? Lesquelles n’ont pas besoin d’avoir d’autre propriété ontologique que celle que leur donne la consistance de la théorie mathématique qui les construit. Foin donc de l’ontologie dans la démarche scientifique. Jusques et y compris dans la démarche de la sociologie comme science. Si ce n’est que la sociologie est loin d’avoir atteint le degré de désempirisation (si l’on peut oser le néologisme) de la physique.

7Aussi, mutatis mutandis, la démarche sociologique peut-elle toujours se voir confrontée à la question qui avait agité les premiers moments de la philosophie analytique : comment obtenir des énoncés bien construits dépourvus d’empreinte métaphysique ? Et le constructivisme propose de tels énoncés. Il prétend que le réel social est l’actualisation empirique de processus complexes d’élaboration historiquement situables et parfois datables, qui opèrent selon d’autres processus – variablement définis il est vrai – d’intériorisation et d’effectuation par les acteurs sociaux, les individus empiriques observables hic et nunc. Ce qui ne fait en rien des institutions sociales de pures et aléatoires conventions, arbitraires selon Pierre Livet.

8On peut regarder l’armature théorique qui sous-tend la sociologie de Pierre Bourdieu comme relevant d’une telle démarche. La notion d’habitus qu’il déploie, ou encore celle de champ, nonobstant les insuffisances conceptuelles qu’on a pu y relever, procèdent d’un tel constructivisme. De même, sa vision de certaines institutions sociales, l’État, la famille… relèvent du même constructivisme. C’est que ces hétérostructures, comme les appelle Johann Michel (2013, pp. 22), n’ont aucune vocation à être substantialisées. Elles reçoivent en quelque sorte le statut ontologico-épistémologique de fiction efficace. L’efficace du social – je me suis employé à l’établir dans certains de mes travaux – tient justement à notre capacité (nous, acteurs sociaux datés et situés) à réifier, naturaliser, substantialiser – qu’importe le vocable – le fictionnel construit eu égard au dispositionnel transmis, acquis, reçu, bricolé –qu’importe toujours le vocable.

9C’est donc faire peu de cas de ce que la sociologie a pu produire d’avancées significatives dans la compréhension de ce qu’on appellera, par commodité, la nature du social. Et, encore une fois, on le doit en bonne partie à ce que bien des sociologues se soient engagés dans la voie constructiviste. De quoi, donc, prendre le parti de défendre ici l’approche constructiviste en sociologie.

10Maintenant, regardons au plus près les arguments avancés par Pierre Livet pour rejeter dans sa globalité cette approche et tentons d’apprécier la solution alternative qu’il nous propose, sachant toujours que nous ne saurions préjuger des développements que contient l’ouvrage et de la logique démonstrative sur laquelle il repose. Mais le Grand résumé avance des arguments et fait des suggestions susceptibles d’être reçus par un lecteur de sociologie contemporaine, moyennement éclairé sur les débats internes à la philosophie mais indulgent quant à leur contribution analytique des phénomènes sociaux dont il s’occupe. Ainsi, on ne peut que donner son accord à la phrase préambule par laquelle Pierre Livet entame l’exposé de ses arguments. Rien à redire donc à considérer que « même si les constructions sociales sont contingentes, elles ne sont pas ad libitum et totalement arbitraires, parce qu’elles sont mises à l’épreuve de contraintes, à commencer par les contraintes physiques et en poursuivant par les contraintes plus spécifiquement sociales ». Ce « cela va de soi » sociologique fait cependant toute la difficulté de l’analyse empirique pour le sociologue.

11Pour autant, faut-il en inférer « la nécessité de dispositifs ontologiques » censés rendre compte de toute la complexité du social ? Si cela veut dire que toute démarche compréhensive du monde qui nous entoure et dans lequel nous sommes en appelle à un méta-discours pour tenir le sien, rien de bien neuf. En l’occurrence cela revient à dire que tout sociologue doit pouvoir penser que le monde social qu’il étudie n’est qu’un cas particulier de mondes possibles. Autrement dit, foin du finalisme et autres déterminismes téléologiques. Reste à expliquer comment il advient à être ce qu’il est, c’est-à-dire prend la forme sous laquelle nous l’expérimentons, le percevons, l’appréhendons, lui donnons sens, etc., bref y vivons. D’où la grande variété des « objets » de la sociologie et la non moins grande variété des manières d’en traiter.

12Dès lors, la question pertinente pour le sociologue est-elle celle de la rentabilité heuristique de sa démarche. Question qui redouble la question épistémologique constitutive de la discipline et, par définition – seulement par définition devrait-on dire – balise le discours sociologique de son métadiscours ou de sa métaphysique. De là, la vigilance épistémologique à laquelle doit se soumettre le sociologue, tant dans sa démarche empirique que théorique et singulièrement quant aux concepts, notions, catégories… qu’il manipule. On pourrait dire, de ce point de vue, que la philosophie du langage et la logique modale représentent une sorte de substrat culturel intégré par le sociologue.

13Autant dire que si l’ontologie hante le discours sociologique, il revient au sociologue de la laisser dans les marges de son activité compréhensive et de s’en assurer au mieux par la critique réflexive de ses outils, à savoir aussi bien ce qu’il appelle ses méthodes que son corpus conceptuel et notionnel. Et, sans que l’on puisse prétendre à une quelconque formalisation opérationnelle – comme c’est le cas pour d’autres disciplines – au moins peut-il tendre à contrôler le mieux possible l’ontologie implicite que pourraient véhiculer ses propositions. Un peu à la manière du physicien évoqué plus haut qui sait que les mots qu’il utilise pour dire les choses dont il traite ne sont que des mots-images, parfois des allégories, pour désigner le substratum cognitif qui s’exprime dans le formalisme mathématique d’une théorie-cadre. Par exemple, la « mécanique quantique » lorsqu’est évoquée la « mer de Dirac » pour rendre compte de la production de particules lors de collisions à haute énergie de protons qui restent intacts. La « mer », ici, n’est qu’une image-support. Aucune ontologie dans tout cela, si ce n’est celle du formalisme du langage mathématique et de la fonction métaphorique du langage ordinaire. Ce que prosaïquement on peut traduire par « ça marche », ça sert aux physiciens à se comprendre entre eux, à faire des observations, des vérifications… à pratiquer leur discipline.

14Que n’accorde-t-on alors à la sociologie de tendre vers le même but ? D’avoir à l’égard du monde social la même attitude que le physicien à l’égard du monde physique et de l’univers ? En somme, de tenter de formuler ses propositions explicatives dans un langage qui contienne au mieux l’ontologie hors de son substratum cognitif. Et quand bien même cette dernière rentrerait par la fenêtre quand on la chasse par la porte, l’entreprise de vigilance épistémologique n’a rien de vain, ni d’illusoire. Il y a, par exemple, belle lurette que les sociologues ont évacué l’ontologie de la métaphore organiciste qui, un temps, prévalait lorsqu’ils parlaient de « société ».

15Alors pourquoi réintroduire à toute force de l’ontologie dans le lexique, les modes d’exposition des propositions sociologiques et les théorisations auxquelles elles conduisent, fût-elle requalifiée d’« ontologie des processus » ? Pourquoi suspecter, toujours et encore, les sciences du social de ne pouvoir se départir du piège du langage quand on l’accorde aux sciences de la nature, celles qu’on appelle « dures » pour signifier la « mollesse » des autres ? Si ce n’est, répétons-le, leur moindre capacité à la formalisation mathématique et, partant, leur plus grande propension à la contamination ontologico-linguistique.

16Aucun doute donc, il en tient d’abord à la capacité de la discipline d’assurer sa propre vigilance épistémologique, de l’inclure dans sa démarche même, ce qui n’exclut nullement la critique du philosophe à son endroit. En la matière, il n’y a pas de chasse gardée.

17En retour, l’exercice de cette vigilance épistémologique doit aussi s’étendre à l’adresse des propositions alternatives qui peuvent lui être adressées. Cela se fait assez bien lorsque ces dernières lui viennent du monde politique ou social lui-même – en témoignent les récents débats, en France, sur la famille, le genre et l’éducation dans lesquels les propositions de la sociologie portant sur la production de la norme, ses fonctions régulatrices et dérégulatrices, ses usages collectifs ou individuels, sa congruence avec d’autres normes ou aspirations, attentes, etc., son éventuel caractère épiphénoménal et bien d’autres dimensions, se sont révélées en grand décalage avec les représentations sociales qui ont cours, sans que les sociologues aient cru devoir réviser leurs énoncés. Cela semble moins probant lorsque la contradiction vient de philosophes, surtout de philosophes aussi attentifs à la production sociologique et des sciences du social en général, ou d’autres scientifiques estampillés « sciences dures ». D’autant que, lorsque cela pouvait arriver, la condescendance des uns envers les autres l’a parfois emporté, comme ce fut le cas dans « l’affaire » Sokal et Bricmont. Mais passons. Et raison de plus, dirais-je, pour poursuivre la considération des arguments de Pierre Livet.

18Les descriptions du social qui forment la teneur du discours sociologique, nous dit-il, prétendent rendre compte de processus sociaux sur lesquels pèsent des « contraintes ontologiques » insuffisamment prises en considération par les sociologues. Et d’avancer l’idée que « les descriptions elles aussi sont des êtres sociaux » dès lors qu’elles se trouvent reprises par d’autres. Qu’est-ce à dire exactement ? Probablement pas que l’énoncé descriptif du sociologue est ontologiquement différent de l’énoncé descriptif du physicien ou de tout autre énonciateur. Il en va seulement du statut ontologique du langage qui relève de l’ontologie périphérique de la discipline. Possiblement que certains des énoncés descriptifs puissent opérer comme des quasi-performatifs, des sentences sociales ou des jugements normatifs. Autrement dit, les énoncés sociologiques peuvent avoir des effets sociaux lorsque d’autres acteurs s’en saisissent pour agir. Comme, par exemple, lorsqu’on parle d’« inégalité sociale », d’« exclusion sociale », de « classe sociale »… tout comme on avait pu parler de « sociétés archaïques », d’« homme primitif », etc.

19Alors de deux choses l’une, soit on envisage leurs effets sur les « autres », ceux qui forment aux côtés du sociologue le paysage social dans lequel il se trouve et alors – et sans entrer dans la discussion de l’« utilité » sociale de la sociologie – nous pouvons nous en remettre aux analyses d’un John L. Austin, d’un Peter Frederick Strawson, d’un John R. Searle ou de tout autre selon ses affinités intellectuelles et ici l’ontologie est celle que l’on imputera à ces analyses et une nouvelle fois se trouvera remisée à la périphérie de la discipline. Est-ce là l’ontologie implicite du sociologue que pourchasse Pierre Livet ? Soit on s’en tient à la teneur propositionnelle de l’énoncé, sa valeur de vérité si l’on veut, laquelle participe de la théorie sociologique proposée et vaut donc, au premier chef, dans le débat interne de la discipline sur ses objets et ici nulle ontologie ne peut prétendre trancher le débat. Seule la confrontation des productions théoriques aux objets empiriques y contribuera. Ce qui n’est autre qu’une des modalités de la vigilance épistémologique réclamée plus haut.

20Dans ces conditions, où trouver des « êtres sociaux » dans les descriptions du sociologue ailleurs que dans les attributions d’effectivité empirique de ce que la description décrit ? Ou, pour le dire autrement, dans l’acceptation d’un réalisme à faible teneur ontologique, quelque chose comme le to be is to be the value of a variable de Willard Van Orman Quine ? C’est donc bien le rejet d’une ontologie forte dans la pensée sociologique qu’il s’agit de professer ici à l’encontre de la préconisation de Pierre Livet.

21C’est même pourquoi je souscrirai volontiers à son jugement sur le bricolage de John R. Searle « entre une ontologie de base physicaliste et une superstructure constructiviste ». Que nous apporte, en effet, de savoir que l’objectivité ontologique du bois tienne à ses « caractéristiques intrinsèques », selon l’expression qu’utilise John R. Searle, c’est-à-dire, en l’occurrence, « qu’il ait une certaine masse et une certaine composition chimique » (Searle, 1998 [1995], p. 23) ? Si ce n’est dire que son mode d’être est celui que décrivent la physique et la chimie des particules. Ce qui pourrait, sous défaillance de la vigilance épistémologique, nous entraîner vers une ontologie atomistique relative à l’état d’avancée de la physique et de la chimie des particules et, partant, vers une métaphysique nouménale aporétique. Ce qui n’est pas le cas de John R. Searle, s’entend.

22Cependant, si le mode d’être de ce qui est ontologiquement objectif est relatif à l’état d’avancée de la physique et de la chimie, donc de nos connaissances historiques, il est purement et simplement dépendant de nos représentations, de nos facultés d’entendement ou de tout ce qu’on voudra qui participe de la production d’un savoir sur les choses. Ce qui a l’inconvénient de contredire l’affirmation d’indépendance de l’objectif à l’endroit du subjectif préconisée par John R. Searle mais l’avantage de circonscrire la question à la seule objectivité/subjectivité épistémique. C’est là, à mon sens, la question philosophique intéressante. C’est à partir de là que l’on peut penser un réalisme débarrassé de sa quête du Graal ontologique. Et s’engager, comme le fait John R. Searle dans la suite de son ouvrage, dans une analyse de La Construction de la réalité sociale à défaut de s’en tenir à une « construction sociale de la réalité ».

23C’est pour cette même raison que je tiendrai l’exercice que nous propose Pierre Livet de construire une ontologie des processus pour inopportun et contreproductif sur le plan sociologique. En effet, si on peut volontiers lui accorder que « le processus comme entité ontologique de base a donc simplement à procéder pour satisfaire notre contrainte sociale de conditionnalité réciproque entre actuel et virtuel » et ce, par simple convention de langage, on ne saurait en conclure que les processus sociaux sont des entités ontologiques constituées, autonomes ou admettent un mode d’être indépendant, « objectif » aurait peut-être dit John R. Searle. Car cela reviendrait à dire que notre conception – ici du processus appliqué à la compréhension du fonctionnement social – produit ipso facto le mode d’être du processus, voire l’être même du processus opérant dans le social. Or, son opérativité reste seulement sur le plan représentationnel.

24C’est tellement vrai que dans l’exemple que nous donne Pierre Livet, celui de la quête de nourriture et de l’indispensable « substituabilité » organisationnelle dans le fonctionnement d’un réseau, laquelle opère donc ces « quasi-bouclages » qui complexifient l’ordonnancement du social – ce qui l’amène à dire, un peu rapidement, que nous passerions ainsi du « groupe » à la « société »—, il ne nous livre ici qu’une autre représentation imagée de ce que d’aucuns avaient appelé les « sociétés de cueilleurs ». Ces sociétés qui développeront l’agriculture, organiseront autrement leur espace territorial et sa défense, etc. Notons d’ailleurs, au passage, que les tenants de cette description le feront, avantageusement, en opposant les « sociétés de cueilleurs » aux « sociétés de chasseurs » qui, elles, n’avaient (encore) su procéder à la « substituabilité », au stockage de leur nourriture, mais qui néanmoins surent également faire « société ». Et si ces dernières sont représentables dans le schéma de Pierre Livet (peut-être comme cas de « suspension » ? à moins qu’il ne s’agisse seulement de routine ?), elles sont indicatives d’un problème majeur pour le sociologue auquel l’ontologie des processus n’apporte pas de réponse. Elles mettent l’accent sur ce que le sociologue ne saurait procéder à la généralisation d’un cas d’espèce sans avoir pu, dans le même mouvement explicatif, rendre compte de son exception ou de son contraire. Et, de ce point de vue, la seule « suspension » ne saurait fournir la clé de compréhension. Elle est, en l’occurrence, purement tautologique. C’est bien pourquoi je continue à prétendre qu’on n’explique rien de l’échec scolaire ou social dans nos banlieues si l’on n’explique pas, en même temps, la réussite, fût-elle à moindre échelle.

25En somme, si les développements que consacre Pierre Livet aux « réseaux », à leurs modes d’opérativité, aux conceptions que l’on peut s’en faire – et sur ce point il s’inscrit dans une tradition théorique déjà bien assise, y compris chez les sociologues – il ne peut nous convaincre qu’il y a là des « êtres sociaux » qui en appellent à son « ontologie des processus ». L’entreprise de Pierre Livet est typiquement une entreprise de modélisation, un peu à la manière de celles qui font fureur chez les économistes, la formalisation mathématique en moins. S’agit-il vraiment d’autre chose que de fournir un schéma général de représentation du monde social basé sur une abstraction de premier niveau : appeler « réseau » un ensemble d’éléments par lesquels s’effectuent des procédures, plus ou moins complexes, en tout cas caractérisables (« substitution », « suspension »….) ? Tout cela ne porterait guère à conséquence si n’était en même temps affirmée sa prétention à la généralité, si ce n’est à l’universalité, comme modèle explicatif – en dernier ressort ? – du social empirique. Et si n’était aussi postulée sa dimension ontologique. Ne manque plus dès lors que de désigner le grand architecte de tout cela.

26C’est bien entendu là que le bât blesse. Nombreuses ont été – et sont encore – les tentatives visant à fournir les principes généraux de structuration, d’évolution, de réification et l’on pourrait multiplier les termes conduisant à penser le social comme « doué de réalité ». Elles ont été abandonnées les unes après les autres. Non parce qu’elles n’avaient aucune pertinence. Mais parce qu’elles étaient trop prétentieuses. Elles laissaient toujours échapper quelque chose qui, exclu de la théorie générale, allait cependant produire ses effets « réels ». Bien sûr des théories concurrentes pouvaient voir le jour, mais, surtout, cela allait réduire l’ambition du sociologue. Il allait se faire plus modeste. On parlera de « théories locales » à ce propos, et non plus de « théories générales », on mettra l’accent sur la démarche méthodologique plus que sur la conceptualisation spéculative et partant, on sera plus attentif aux « données empiriques » jusques et y compris à leur fabrication. C’est dire que la sociologie ne procède pas tellement différemment des autres disciplines scientifiques. Son désordre théorique, conséquent il est vrai, n’en est pas moins à rapprocher de celui du physicien déjà mentionné qui peut disposer de plusieurs théories, consistantes et conduisant aux mêmes observations, sans que cela le trouble outre mesure puisque, par posture épistémologique, il a évacué toute ontologie de ses objets.

27C’est bien pourquoi j’estime que, plus que jamais, la sociologie doit résister à la tentation métaphysique. Elle doit le faire, non pas en disqualifiant le métaphysicien, mais en affermissant sa posture épistémologique. En affirmant sa clôture épistémique et son rejet de l’ontologie – au sens fort du terme (je ne parle pas de l’ontologie des concepts ou autres « êtres mathématiques », le philosophe a déjà répondu). À mon sens, la sociologie à tout à gagner en récusant l’ontologie des « êtres sociaux » proposée par Pierre Livet.

28D’autant que cette dernière, sur certains points, me semble être en recul au regard de ce que les conceptualisations et les théorisations sociologiques ont déjà fourni. Je relèverai, incidemment, ce que dit Pierre Livet du symbole et du symbolisme social. Sauf à ce que son expression dans le Grand résumé n’édulcore la pensée qu’il livre dans son ouvrage, il me semble qu’il en traite de manière bien sommaire. Pour lui le symbole opère comme un signe entre deux choses. C’est un peu court. Le symbole social – ou plutôt l’activité de symbolisation – est bien plus que cela. Elle contribue, par toutes sortes de mécanismes, d’opérations ou de processus si l’on préfère (association, déplacement, condensation….), à la formation d’ensembles significatifs sur lesquels on ne saurait faire l’impasse dans l’explication sociologique. C’est que le symbole donne à penser, comme l’indiquait Paul Ricœur. Cela n’a pas l’air d’être le cas pour Pierre Livet.

29Cela révèle encore un point sur lequel on mesure la grande distance qu’il peut y avoir entre l’approche du social par Pierre Livet et celle qui prévaut majoritairement chez les sociologues. C’est celui du sens que les individus donnent à leurs actions. Faut-il le rappeler ? Les « pères fondateurs » de la discipline ont tous pris grand soin de l’inclure dans leur sociologie, même si cela s’est fait de manière bien différente entre un Émile Durkheim et un Georg Simmel ou un Max Weber. N’étaient ses caricatures, Pierre Bourdieu est loin de l’exclure. Il était même de ceux qui attachent une grande importance aux activités de symbolisation et au sens que l’on donne à ses actes. Les « bonnes raisons » d’agir que rencontre le sociologue dans ses observations ne peuvent donc être passées à la trappe d’une modélisation finalement bien peu satisfaisante et quelque peu régressive au plan problématique.

30C’est donc au renoncement à inclure les « êtres sociaux » de Pierre Livet dans la démarche sociologique que j’appelle. Pour faire image et reprendre une formule bien connue, ils m’apparaissent comme un épisode de « maladie infantile » de la sociologie. Il en va de la bonne santé de cette dernière de réaffirmer son primat épistémique sur toute considération ontologique (toujours au sens fort). La confusion des genres est sûrement dommageable pour les disciplines, même si, holisme de la connaissance aidant, elles peuvent et doivent s’entre-nourrir. Ce n’est donc pas à la sociologie de fournir les (nouveaux) prolégomènes à toute métaphysique future qui pourra se présenter comme science.

Haut de page

Bibliographie

d’Espagnat B. (2002), Traité de physique et de philosophie, Paris, Éditions Fayard.

Michel J. (2013), Ricœur et ses contemporains, Paris, Presses universitaires de France.

Searle J. R. (1998 [1995]), La Construction de la réalité sociale, Paris, Éditions Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Messu, « La sociologie peut toujours faire l’économie d’une ontologie », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 07 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4649

Haut de page

Auteur

Michel Messu

Université de Nantes et GEPECS Université Paris-Descartes - michel.messu@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page