Navigation – Plan du site

AccueilSociologieSGrands résumésLes Êtres sociaux. Processus et v...Les entités sociales : réflexions...

Les Êtres sociaux. Processus et virtualité

Les entités sociales : réflexions ontologiques

Discussion de l’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann, 2009
Nicole Ramognino

Notes de la rédaction

Le grand résumé de l’ouvrage Les Êtres sociaux. Processus et virtualité par Pierre Livet est accessible à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4647 et la discussion par Michel Messu à l’adresse : http://sociologies.revues.org/4649

Texte intégral

1La légitimité d’une discipline scientifique est de rendre compte du réel ou tout au moins d’une partie de réel. Ainsi la sociologie n’a de valeur que si l’on admet l’existence d’un objet scientifique spécifique, une « entité sociale » réelle. À sa naissance comme discipline à la fin du xixe siècle, Émile Durkheim et les chercheurs de l’École française de sociologie ont fait le pari de cette existence : leurs tentatives explicites pour la reconstruire et la démontrer s’exprimaient dans les diverses révisions des conceptions d’Émile Durkheim au fil de ses grands ouvrages ainsi que dans celles qui ont été effectuées par Maurice Halbwachs et Marcel Mauss, pour ne m’en tenir qu’à ces seuls auteurs. Ces perspectives s’inscrivaient dans le cadre du réalisme, d’un « réalisme naïf » au départ qui s’est complexifié par la suite. Le souci de ces fondateurs était lié aux mutations culturelles profondes que connaissait la France autour des années 1870. Robert Nisbet interprétait l’émergence de ces préoccupations comme une nostalgie due à la perte des liens sociaux traditionnels liés à une France rurale (Nisbet, 1984). Je préférerais la référer plutôt à une inquiétude pour le futur liée au délitement des liens sociaux lors des mutations industrielles et urbaines. L’ouvrage d’Émile Durkheim prend ici toute sa pertinence ou son opérativité sociale, si l’on saisit le suicide comme un indicateur d’une perte de solidarité et, par conséquent, d’une incertitude croissante sur l’existence ou le maintien de liens sociaux. La sociologie s’inscrit, depuis, dans une pluralité de constructivismes qui refusent plus ou moins une consistance à l’objet sociologique. La légitimité de la discipline est alors revendiquée au plan méthodologique et épistémologique, c’est-à-dire au nom de la valeur « scientifique » que l’on accorde aux différentes descriptions et interprétations. C’est avec ce dernier contexte que l’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef, Les Êtres sociaux. Processus et Virtualité fait rupture, au sens où il revient à la question ontologique. Un objet sociologique existe-t-il ? Cette question peut s’énoncer de manière diverse. Comment émerge une « société » si tant est qu’elle existe, du moins comment peut-on la refonder ou la maintenir ? Comment émerge et se maintient le lien social ? Les auteurs admettent d’entrée de jeu l’existence d’êtres sociaux et, grâce à une « ontologie du processus » et aux nouvelles logiques (méréologiques ou linéaires), montrent comment elle procède.

2Mon propos, dans ce commentaire, est de montrer ce qui fait, à mes yeux, la nécessité de l’ouvrage et l’intérêt d’une discussion sur l’ontologie du social. Je pointerai rapidement quelques préalables rappelés par le résumé de Pierre Livet. Je reviendrai ensuite sur les enjeux de la question ontologique et sur les propositions qui sont faites par les deux auteurs avant de confronter ma propre compréhension de leur ouvrage avec des enquêtes qu’à un titre ou un autre j’ai pu connaître.

Quelques points à titre de préalables

3Pierre Livet, dans le Grand résumé de l’ouvrage publié avec Frédéric Nef sur Les Êtres sociaux, décrit un « aperçu des possibilités qu’offre l’ontologie contemporaine », « plus pertinente que l’ontologie classique, celle des substances, (des choses) et des propriétés » pour traiter du social. Les perspectives actuelles « ont renoncé en particulier à la notion de substance et […] ont développé une analyse plus fine des différents types de relations ». Quelles propriétés fondamentales sont reconnues aux entités sociales ? Pierre Livet et Frédéric Nef commencent leur réflexion en privilégiant des entités élémentaires, les processus, qui, sous certaines conditions, accèdent au statut d’« êtres sociaux ». Les auteurs montrent ensuite comment, par connexion, se constituent des réseaux de processus, « de plus en plus complexes » jusqu’à la constitution d’« institutions » et de « sociétés ». Ils envisagent ainsi différents types d’entités sociales que sont les « nous restreints », les « actions conjointes », les « sujets pluriels », les « groupes » et des collectifs de plus en plus larges, balayant ainsi les questions « vives » contemporaines de la discipline. Selon Pierre Livet, une ontologie des processus permet de dépasser les « fixations sur soit une substance collective holiste, soit des substances individuelles » qui ont scandé et scandent l’histoire de la sociologie, entre les différents holismes et les individualismes.

4La perspective ontologique est préférée à un positionnement épistémologique dans la mesure où, d’une part, les épistémés – les descriptions et les interprétations – ont un fondement ontologique implicite qui reste celui des substances, trop insatisfaisant au regard de la complexité des phénomènes sociaux. Elle permet, d’autre part, de dépasser les difficultés du réalisme naïf des premiers temps de la sociologie et celles du constructivisme plus revendiqué aujourd’hui, dans la mesure où le premier « consistait à identifier des déterminismes sociaux », « lois ou régularités » peu susceptibles de « prédire les évolutions sociales » ou d’expliquer le changement et le second, quand il se veut radical et non simplement redondant, « fait des êtres sociaux de simples qualités flottantes qui confluent ou non au hasard et au gré des convergences ou des divergences des activités humaines et des variations de leur environnement ».

5Le point de départ est un processus (« une proposition d’interaction sociale », « une promesse, un contrat, une relation de dépendance stable ») qui nécessite certaines conditions pour devenir « être social » et, en premier lieu, la condition « d’être relayé (et pas forcément à l’identique) par d’autres acteurs sociaux dans le temps et l’espace ». Une telle proposition implique que

« les "êtres sociaux" ont une dimension qui dépasse l’actuel, tout en devant se réactualiser via d’autres acteurs sociaux, ce qui exige un travail social de mémoire [et] de vérification de la réactualisation, de relance des projets, de transmission d’un acteur à un autre, de renouvellement des acteurs, de comparaison de ce qui se produit avec ce qui aurait dû se produire, évoquant ainsi des possibles contrefactuels ».

6L’intérêt heuristique du processus social est qu’il est un modèle pour saisir ce que l’ontologie contemporaine offre comme ouverture par rapport aux épistémés. En tant que modèle, la nature d’un processus est justement qu’il « procède » et que, par conséquent, on peut le schématiser en deux états, un état initial et un état final. Or, à chaque moment, l’on ne peut observer que l’un des deux états, l’état actualisé que la description reconnait, alors que le deuxième est virtuel, ancré dans le passé et/ou dans le futur.

7Les contraintes d’une ontologie sociale relationnelle manifestent ainsi la pluralité des ancrages, « les uns dans le présent reposant sur plusieurs personnes, les autres dans d’autres espaces et d’autres temps reposant sur ces personnes et/ou d’autres ». Comme l’écrit encore Pierre Livet, « au lieu de voir dans la description épistémique d’un processus social une copie de ce processus (un réalisme naïf) ou de voir dans ce processus la simple mise en œuvre de cette description (thèse constructiviste) », il s’agit de « s’interroger sur les contraintes ontologiques des processus sociaux qui produisent de telles descriptions ». Sans entrer dans la démonstration que Pierre Livet fait de ces ancrages, notons simplement que, pour qu’existe une « entité sociale », une « conditionnalité réciproque » est nécessaire entre les deux aspects actuel et virtuel, conditionnalité réciproque qui différencie exactement le « virtuel » du (des) possible(s).

8La conditionnalité réciproque a aussi pour conséquence le fait qu’un processus social ne peut exister indépendamment d’un réseau de processus qui le « conditionne ». Pierre Livet contourne les objections concernant la fluence des processus sociaux qui interdirait la « stabilité » des structures sociales des réseaux, en observant qu’« aucune structure de réseau social n’existe en totalité en permanence ; existent seulement les processus en cours ». La relation entre les processus n’est pas un bouclage du réseau qui ferait système ou structure mais une configuration de conditionnalités réciproques qui permettent « de remonter de proche en proche au premier processus ».

9Ces modalités d’existence du et des processus ouvrent à différentes formes d’engagement des membres. En effet, la description d’une chaîne plus ou moins longue de processus permet d’observer des formes différenciées d’engagements, explicites et implicites, complets et incomplets. Si l’engagement des membres est nécessaire, ses modalités variées d’existence ne sont pas dirimantes quant à l’existence même de l’entité sociale. En fait, pour qu’existe une entité sociale, la contrainte conditionnelle, ici, serait que soient substituables les membres (ou les activités) qui configurent d’une autre manière le réseau en question. La substituabilité peut être celle des acteurs ou des membres qui sont engagés dans le processus en cours mais elle peut également être celle des activités. L’exemple du chasseur-cueilleur met en scène cette double substituabilité, l’activité de chasse se substitue à l’activité de cueillette et vice-versa. Et une division du travail s’opère entre le travail des hommes et celui des femmes qui restent néanmoins substituables. C’est ainsi que « se greffent de nouveaux circuits d’activités » sur le premier processus et que s’origine la division du travail.

10Mais c’est aussi la raison pour laquelle nous ne pouvons jamais être certains d’une quelconque stabilité de cette entité sociale. Cette dernière exige une double « mise en suspension » : pour poursuivre nos engagements, nous devons « mettre en suspens nos inquiétudes en les maintenant en périphérie de notre sensibilité ». La mise en suspens de cette périphérie est le résultat d’une « négligence » provisoire des membres : nous ne pouvons pas vérifier l’ensemble des comportements attendus. Plus le type d’entité s’élargit en collectifs et comprend des « anonymes » ou des membres lointains, moins notre capacité de vérification des comportements attendus au nom de ce processus et du réseau de processus qui le conditionne est effective. Cette « double suspension » est également constitutive de l’entité sociale. De ce fait aussi, l’entité sociale contient nécessairement du « vague » à la mesure des modalités de l’actualisation de comportements attendus, de l’éventuelle actualisation de comportements innovants (qui pourront se stabiliser si les nouveaux comportements sont relayés par d’autres acteurs dans d’autres temps et d’autres lieux), ou encore de leur non actualisation.

11Ces quelques préalables, posés par Pierre Livet dans son résumé, appellent à en expliciter les enjeux pour notre discipline, à mieux en saisir les subtilités analytiques et à expérimenter les propositions de ces deux auteurs dans nos propres recherches.

L’enjeu de la question ontologique

12Les auteurs estiment que les sociologues gagneraient à se déplacer de positionnements épistémologiques vers des questions d’ontologie et de logique. Cela rencontre mes préoccupations (cf. cumulativité) liées à l’inflation des interprétations sociologiques et à la variété des défenses et illustrations d’approches méthodologiques. Quelle que soit la signification que l’on donne aux propositions établissant que les « faits sociaux » sont réels ou construits, encore s’agit-il de connaître la nature de leur consistance, si tant est qu’ils en ont une. L’ouvrage de Pierre Livet et Frédéric Nef place le lecteur devant ce défi qui permettrait d’accorder à la connaissance sociologique une place propre et spécifique dans cette « région de savoirs » particulièrement floue que sont les sciences sociales.

13Sans prononcer de jugements sur la pluralité des descriptions et interprétations sociologiques ou sur les épistémologies des sociologues, Pierre Livet et Frédéric Nef pointent le fait

« que les concepts des sociologues sont […] souvent vagues. Pensez à des concepts fondamentaux comme « intégration », « contrainte sociale » (Durkheim), « fait social total » (Mauss), « genre de vie » (Halbwachs), « éthique de responsabilité (Weber qui est pourtant l’un des sociologues les plus précis dans ses définitions), « interaction » (Simmel puis Goffman), « résidus » (Pareto), « internalisation des normes » (Parsons), « règles », « usages » « formes de vie » (Wittgenstein), « accountability » (Garfinkel), « habitus », « capital symbolique » (Bourdieu), « bonnes raisons » (Boudon), « contrôle » (Coleman), « mouvement social » (Touraine), « grandeurs » (Boltanski et Thévenot), etc. On a du mal (plus ou moins de mal selon les cas) à savoir ce qui rentre sous ces concepts et surtout ce qui n’y entre pas… Ce qui est encore plus vague dans la plupart des sociologies, ce sont les opérations par lesquelles soit les faits sociaux sont constitués, soit les constructions sociales sont supposées efficaces socialement et capables de maintenir une forme de société… » (Pierre Livet dans le manuscrit provisoire de l’ouvrage Les Êtres sociaux).

14Ce « vague » renvoie sans doute à un « flou » épistémologique des démarches, mais les auteurs les perçoivent surtout à partir des qualités ontologiques de l’entité sociale. Ce qui conduit à interroger les formes variables de réalisme et les modes d’existence du réel qui sous-tendent les différentes descriptions et interprétations. L’objectif de l’ouvrage étant d’ancrer l’objet sociologique dans une perspective réaliste, il s’agit par conséquent de pouvoir répondre à ces questions 

15« Comment existe effectivement une société ?  Le problème principal de toute étude des faits sociaux est plus précisément de comprendre comment les activités qui ont lieu dans une société – activités qui peuvent être individuelles, infra-individuelles, entre individus et individus, entre divers médiums (outils, symboles) et individus – font exister une société – ou plus généralement un ensemble de faits sociaux et comment inversement elles n’existeraient pas en tant que faits sociaux sans cette société ».

16Je traduirai la question ontologique ainsi : comment un fait social émerge et se maintient ? C’est certes renouer, dans un contexte actuel plus visiblement incertain, avec l’inquiétude d’Émile Durkheim et des chercheurs de son École. Mais c’est surtout reconnaître que les acteurs ont à résoudre continûment des obstacles et à surmonter leurs incertitudes pour maintenir leurs liens sociaux, problème central qu’Émile Durkheim tentait de résoudre. Dans son premier ouvrage, De la division du travail social, ce dernier décrit des formes différenciées de solidarités (mécaniques ou organiques) mais il ne sait sur quoi étayer le « fait social » sinon en arguant de la métaphore biologique de l’organisme, en chosifiant naïvement l’entité sociale en tant que substance (Durkheim, 2007 [1893]). Les Formes élémentaires de la vie religieuse révisent cette première solution métaphorique et ouvrent la voie constructiviste à l’hypothèse, non durkheimienne pour autant, de la constitution de ce lien par des représentations partagées (Durkheim, 2002[1912]). Si la première tentative est simplement évoquée par les deux auteurs du fait de son obsolescence, la seconde est plus développée et se résout dans l’objection réaliste : « L’existence d’une représentation sociale dépend de l’existence de l’entité collective virtuelle et non l’inverse » (Livet, 2008). Les auteurs renouent ainsi d’une part avec l’objectif réaliste durkheimien sans en adopter la naïveté et d’autre part évitent les limites des sociologies constructivistes ou constructionnistes qui fondent le social sur les représentations ou comptes rendus des acteurs, en réaffirmant la différence de nature entre les propos des acteurs et le texte sociologique.

17Pierre Livet et Frédéric Nef notent en effet que « les opérations des sociologues sont sûrement des opérations constitutives des faits sociaux mais en quoi diffèrent-elles des autres opérations sociales ? ». La distance prise avec le holisme durkheimien ne vient pas de l’adoption du point de vue de l’ethnologie radicale ou de la sociologie acritique qui enferment le travail du sociologue dans la reconstitution des faits sociaux comme les acteurs eux-mêmes peuvent le faire (accountability). Pierre Livet affirme que les descriptions sociologiques doivent être spécifiques et différenciées des représentations qu’en donnent les acteurs.

18Ces points posés, je vais tenter de montrer d’une part ce que me suggère non la théorie ontologique du social que les auteurs ont livrée dans plusieurs de leurs articles et dans cet ouvrage, mais l’intérêt heuristique de quelques-uns de leurs concepts : en quoi ceux-ci permettent-ils une refondation de la spécificité des entités sociales et en quoi ouvrent-ils aux sociologues des perspectives nouvelles ? Puis j’essaierai de présenter deux exemples qui mériteraient de plus amples discussions avec les auteurs.

Quelques éléments contribuant à une définition ontologique du social

Processus singulier, activité sociale et vague

  • 1 Le terme « relationnel » est à préciser parce que l’on peut distinguer au moins deux formes de « re (...)

19Le premier élément que je voudrais souligner est le point de départ de cette ontologie que je peux qualifier bien entendu de complexe mais plus précisément de relationnelle 1 et empiriquement ancrée. Les auteurs distinguent une unité relationnelle de base, singulière, un «processus social », c’est-à-dire, du point de vue ontologique, un phénomène « duratif », mettant en relation un état initial (démarrage du processus), un état final (fin du processus) et une opérativité qui permet le passage d’un état à l’autre du processus en question. Si l’on considère le phénomène du point de vue « duratif », l’unité de base élémentaire de l’être social est une relation, un couplage entre de l’« actuel » directement observable d’une part et une « virtualité », couplage qui se déploie de fait à tous les niveaux des phénomènes étudiés, niveaux qui résultent eux-mêmes de combinaisons complexes et variées de processus.

20Sans suivre la finesse des linéaments de la pensée des deux auteurs, mettons l’accent sur l’une des conséquences, forte à mes yeux, qu’implique le concept de « virtualité » : le social est, de fait, constitué de « vague ». Cette conséquence m’apparaît forte dans la mesure où cette qualification des « êtres sociaux », intégrant du « virtuel », interdit que l’on puisse déterminer ou prévoir sous quelles formes (ou modalités concrètes) le processus se bouclera, s’il s’actualise. Je m’arrête sur ce point particulier parce qu’il permet de prendre distance avec certaines valeurs classiques d’ordre épistémologique et méthodologique : une ontologie complexe du social, qui intègre dans sa consistance propre du « vague », refuse l’hypothèse implicite selon laquelle il existerait une coïncidence entre les factualités observables et la « réalité » sociale. Le double aspect, actualisé et virtuel, du processus social, rend évidentes les limites de toute observation du social. L’observation d’un processus, en effet, ne peut se faire que sur un de ses aspects, celui qui est actualisé au moment de l’observation (l’état initial ou le démarrage), alors que le second (l’état final) « virtuel » a été ou pourra être actualisé en tant que tel ou de manière imprévisible, ou encore ne pas être actualisé du tout.

21L’accès à la connaissance du « réel » social dans ces couplages relationnels n’est ni direct ni immédiat, dans la mesure où l’observation de l’existant actualisé est bien le moyen d’accès à la connaissance du « social » mais il est insuffisant pour en rendre compte. Les données recueillies sont partielles en regard des couplages relationnels de la réalité, dont certains aspects sont de facto absents lorsqu’on accède à l’observation. L’observation ethnographique ou participante ou l’enquête par questionnaires, entretiens, archives ne révèlent pas des « faits sociaux » mais en sont des traces et les catégories descriptives qu’ils autorisent rendent compte du seul aspect actualisé des phénomènes sociaux en réduisant ainsi un « être social » bien plus complexe qu’il n’apparaît dans l’espace-temps localisé de l’observation.

22On pourrait se contenter d’emprunter à Charles Sanders Peirce ses catégories du possible, de l’existant et du réel, articulées aux outils linguistiques de la connaissance pour tenter de rendre compte de cette ontologie « relationnelle » du social (Pierce, 1931-1935). Cependant les auteurs distinguent le possible du virtuel. Pour eux, n’est virtuel (et non simplement possible) que ce qui conditionne l’actualisé, lequel conditionne le virtuel. C’est en ce sens très précisément qu’il s’agit d’une ontologie réaliste, ce que ne permet pas la catégorie de possible. Les auteurs admettent que l’être social n’existe que sous une conditionnalité réciproque. Une première conséquence peut être envisagée que l’on peut également, me semble-t-il, tirer de leur concept d’« entité collective virtuelle » : la nécessité, dans l’analyse, d’une explicitation du statut partiel des « ontologies » implicites qu’expriment les aspects sociaux sélectionnés et observés : le point de vue ontologique appelle ainsi une théorie de la description, ou une théorie auxiliaire sur les données. En sociologie, en effet, deux difficultés émergent d’un nouveau mode de « réalisme naïf » : d’une part, s’en tenir à l’observation localisée fige la « réalité » sociologique à l’un des aspects de la dualité qui qualifie le processus ; le social peut perdre ainsi sa qualité relationnelle pour des descriptions unidimensionnelles des factualités observées. D’autre part, la dynamique du social (ses transformations) est renvoyée à l’influence d’autres factualités externes. La définition de l’unité de base processuelle comme couplage entre de l’actuel et du virtuel permet d’échapper à ces difficultés et établit une distance entre ce qui est observé (l’actualisé) et ce qui est absent de l’observation (le virtuel passé et futur).

23Une deuxième conséquence concerne directement la sociologie comme « activité sociale ». En effet, le sociologue qui s’en tient à la description et à l’interprétation des existants (de l’actuel) et prétendrait à la « réalité » de ces constructions, réduit et homogénéise la complexité relationnelle de l’entité sociale tout en la figeant dans les catégories sociales avec lesquelles les membres nomment ces factualités. La sociologie – et même celle qui se définit comme critique – devient « conservatrice », dans la mesure où elle maintient les catégories ontologiques présentes dans l’imaginaire et les représentations sociales des membres. Ainsi la dichotomie théorique qui oppose individualisme et holisme en sociologie se fonde sur les existants que sont les actions individuelles d’un côté et de l’autre le vécu et les sentiments des contraintes subies (forces, lois, règles et normes) et leur accorde respectivement le statut de « réel ». Elle autonomise d’une part des individus et d’autre part, des « institutions » ou « une société », puis les réarticule par agrégation ou par dépendance (les dispositions) dont on ne sait trop comment elle opère. L’intérêt de l’ontologie du social présenté par Pierre Livet et Frédéric Nef est qu’elle met fin aux conflits des interprétations dans la mesure où l’ontologie relationnelle n’autonomise pas les éléments qui composent la relation mais considère la relation elle-même, non les états des choses mais leur transformation, c’est-à-dire l’activité qui met en œuvre le processus social en question. La focalisation du regard est différente sans pour autant négliger les éléments ou états des choses qui sont en relation.

24Ainsi, bien des programmes de recherche (en réponse le plus souvent aux appels d’offre qui les financent) confondent existence (factualité) et réalité des phénomènes sociaux. Prenons l’exemple des « violences scolaires » (mais nous pourrions généraliser le problème à d’autres phénomènes). Les programmes de recherche sur les populations d’« agresseurs » et de « victimes » se multiplient, alors que, on le sait, les mêmes individus peuvent tour à tour être « victimes » ou « agresseurs ». Les descriptions et les interprétations sont à la fois partielles et politiquement dangereuses. Soit ces études servent à repérer les caractéristiques sociales des enfants « violents » ou « victimes » (qui relèvent de leurs dispositions propres) dès l’école maternelle pour leur faire suivre un programme quasiment thérapeutique. Soit, pour une sociologie critique, l’évocation de problèmes liés à la structure institutionnelle (inégalités des chances et absence de reconnaissance à l’égard de certains élèves) ou celle de la « violence symbolique » renvoient en quelque sorte à des « chimères » du fait de la non-explicitation des opérations sous-jacentes, c’est-à-dire virtuelles, qui déterminent leur efficience en la matière.

25La violence est du point de vue ontologique un phénomène relationnel et relatif aux différentes activités singulières et aux contextes sociaux concrets (c’est-à-dire aussi le réseau des processus qui le conditionne) dans lesquels elle émerge. S’en tenir à l’aspect actualisé des individus « agressifs » ou des individus « victimes » (« victimaires ») et affirmer une causalité des caractéristiques sociales dites objectives de ces individus ou évoquer une institution répressive ou contrôlante ne permet pas d’envisager la violence comme une réalité sociale spécifique, c’est-à-dire comme un réseau de processus antérieurs ou collatéraux qui, en conditionnant activement le processus en cours, participent concrètement (par ce qui est actualisé) au délitement les liens sociaux de ce dernier. Le concept de conditionnalité réciproque entre les premiers et le second est opératoire dans la mesure où, dès l’unité de base, le couplage du « processus social », actuel et virtuel, engage en quelque sorte la prise en compte d’autres processus antérieurs ou latéraux qui, virtuellement, conditionnent ce qui est actualisé. Sans demander aux auteurs de cautionner cet exemple, je voudrais les citer ici : « Cela a l’avantage de pouvoir échapper au dilemme entre individualisme et collectivisme puisqu’individus et collectifs sont constitués à partir des activités et que nous pouvons de plus rendre compte des processus de requalification qui sont une des marques du social ».

26Une troisième conséquence forte de cette ontologie du processus est qu’elle permet de dépasser une difficulté rencontrée à propos du concept de « possible ». L’usage des catégories de Charles Sanders Peirce (possible, existant, réel) conduisait à une difficulté ouvrant la voie à des modalités irréalistes. Le virtuel comme condition de l’actuel ramène au réalisme. La discussion des auteurs sur les différences entre ces deux concepts est éclairante puisque ce qui définit distinctement le « virtuel » est le fait qu’il soit ancré dans l’aspect actualisé du processus en cours. Cela permet de mieux saisir comment traiter du social dans le cadre d’une épistémé qui s’affirme réaliste tout en ne confondant pas le réel et le factuel. Ainsi, si l’aspect virtuel est bien en relation avec l’aspect actualisé (en tant que passé ou en tant que futur conséquent de l’aspect actualisé), c’est que ce dernier – l’aspect actuel – dépend de la virtualité même du processus. La virtualité est une condition de l’aspect actualisé en cours, virtualité d’un réseau de processus ayant existé auparavant ou qui existent latéralement. Nous abordons par là-même, un concept fondamental de l’ontologie relationnelle : le concept de substituabilité.

Virtualité et substituabilité

27Reprenons cette « unité de base » qu’est le processus avec son couplage d’aspects actuel et virtuel dans le cadre d’une approche d’« actions sociales » qui relèvent en fait de combinaisons de processus nombreux et complexes. Il est clair que les auteurs sont bien conscients de la « complication » d’un phénomène social empirique, mais leur visée est d’aboutir à la schématisation d’un « modèle » qui permette un retour à ces objets empiriques compliqués, dotés de de virtualité :

« Les données de départ sont des activités, définissant ainsi des processus structurés ; les opérations de démarrage sont des coordinations d’activités sous incertitude, ce qui suppose du vague. Ensuite les interactions se déploient en réseau et nous avons alors besoin d’opérations de constitution des nœuds virtuels dans un réseau qui s’appuie sur le fait que deux interactions sont virtuellement substituables l’une à l’autre… ».

28Les substituabilités actualisent les aspects virtuels des processus structurés. L’exemple des chasseurs/cueilleurs illustre certes bien ces concepts et la nécessité que les activités soient ainsi « couplées » : si la cueillette est défaillante, la chasse prend le relais ou inversement. L’intérêt d’un tel exemple est qu’il permet de ne pas subsumer naïvement ces deux activités chasse et cueillette sous la catégorie unique d’activité de « prélèvement de nourriture » et leur couplage comme des activités qui peuvent « se combiner », selon que cette combinaison est logiquement une conjonction multiplicative (l’activité proprement dite de cueillette ou de celle de chasse peuvent se combiner) ou une conjonction additive (une liste d’opportunités). Les auteurs notent que cette combinaison relève plutôt d’une opération logique de disjonction multiplicative dans laquelle l’une se substitue à l’autre. Qu’apporte de nouveau cette possibilité relationnelle, la « substituabilité des activités » que nous constatons dans cet exemple des chasseurs-cueilleurs ? De même, l’exemple du paysan-réparateur et du forgeron permet aussi de saisir que la substituabilité n’est pas une substituabilité d’acteurs mais bien plutôt une « substituabilité de relations » en même temps qu’il introduit une forme de flèche du temps plus ou moins réversible. Qu’apporte d’heuristique la notion de « substituabilité » ?

29Si j’ai bien compris, le couplage virtuel des activités chasse-cueillette « rend possible l’émergence d’un groupe social en tant que tel », c’est-à-dire d’une entité sociologique proprement dite. Pour le dire autrement, dans le premier exemple, la survie des individus dépend en fait de la « robustesse » de la solidarité du groupe qui se constitue grâce à la substituabilité de leurs activités et de la mise en œuvre (l’actualisation du second aspect) de cette nécessité. En d’autres termes encore, « la substituabilité est liée au fondement d’une société ». Sa négation (découpler ces activités) rendrait impossible la constitution de l’entité groupale en tant que telle ou plus généralement de tout réseau d’interaction sociale. En effet, si l’on n’admet pas la substituabilité, il faudrait pouvoir articuler entre eux les processus de base, démarche qui nous conduit à une régression à l’infini. Or nous évitons cette impasse avec le couplage : c’est le fait d’actualiser « telle voie qui fait que telle autre devra être ensuite choisie » (la disjonction multiplicative) ou encore comme les auteurs l’écrivent encore :

« Pour coupler deux processus entre eux, il suffira que l’aspect final de l’un (son aspect initialement virtuel) soit l’aspect initial de l’autre (son aspect actuel). L’accomplissement du premier processus déclenchera le démarrage de l’autre. Nous n’aurons pas besoin d’ajouter aux processus les relations entre processus, puisque les processus s’expriment déjà immanquablement dans des couplages... Ces couplages des processus ou ces processus comme couplages sont donc les éléments de base de notre ontologie ».

30L’exemple de la substituabilité du paysan-réparateur par le forgeron développe une nouvelle forme de lien social qui complexifie la division du travail tout en rendant cette solidarité nécessaire pour que le premier moment du processus, l’activité paysanne, puisse se maintenir.

31N’y a-t-il pas aussi dans ce concept de substituabilité une solution au dilemme de l’opposition entre une micro et une macrosociologie ? Si c’était le cas, le concept de substituabilité et sa définition logique (disjonction multiplicative) ne sont-ils pas des outils heuristiques pour rendre opératoire, au moins en partie, le concept proposé par Andreas Glaeser d’« articulation projective » (Glaeser, 2010) ? Ce dernier tente par là – et en utilisant la terminologie de nos auteurs – d’étoffer en quelque sorte l’aspect actuel (les interactions en face-à-face ethnographiquement observées), d’un social « antérieur », « extérieur », ou « latéral » qui composent ainsi l’aspect virtuel du phénomène étudié, comme condition de l’existence même de l’aspect actuel.

32À partir de cette qualité forte du social – la propriété processuelle – et des opérations de substituabilité des activités et des relations, Pierre Livet, dans plusieurs articles, reprend et révise les théories sociales diverses qui ont pour défaut de rester partielles du fait d’une part de l’insuffisance opératoire de leurs interprétations et d’autre part de la limite conceptuelle de leurs ontologies pour décrire la consistance et l’efficience d’une « entité collective » ; sa réflexion délibérément réaliste consiste à pointer leur recours à des modes d’existence idéels de l’objet sociologique et par conséquent en dernier recours à une ontologie minimaliste, celle de l’acteur – individu ou acteur-agent social – et de ses représentations. Son propos, loin d’être polémique, suggère des révisions susceptibles de résoudre les difficultés opératoires de ces théories.

33La thèse est toujours de défendre et de définir une ontologie réaliste, non seulement celle des processus sociaux, mais également des réseaux et des circuits, des « Nous » et d’autres entités collectives – groupe, clan, tribus, institution – jusqu’au concept si décrié aujourd’hui de société, grâce aux différentes formes de substituabilité, aux classes d’équivalence qu’elles permettent de construire et aux conditions permettant d’affirmer, « matériellement » je dirais, l’existence de telles entités sociales. Les « substituabilités conditionnelles » ou encore « les équivalences conditionnelles » sont autant d’outils conceptuels capables d’expliciter de manière opératoire la constitution et le maintien du « lien social ».

Essai d’illustration : l’exemple du « procès littéraire »

  • 2 LAMES ou Laboratoire méditerranéen de sociologie, AMU-MMSH-CNRS.

34Cependant cette analyse appelle que nous puissions expérimenter ces outils sur des domaines empiriques dont nous traitons et de discuter de nos expérimentations avec les auteurs pour éviter tout contre-sens ou malentendu. À ce titre, je voudrais reprendre des recherches menées au sein du LAMES 2 qui avaient pour objet la spécificité sociologique de ce que nous avons appelé « le procès littéraire » (Ramognino, 2006).

35La sociologie de la littérature se décompose habituellement soit en recherches portant sur le « champ de la production littéraire » (les rapports entre les différents acteurs sociaux qui y contribuent, les auteurs, les éditeurs, les entrants dans le champ littéraire, etc.), en fait les interactions « formelles », soit en recherches portant sur une herméneutique sociale des œuvres littéraires par le biais d’une compréhension des intentions ou de la socialisation des auteurs, soit enfin par des recherches portant sur la réception des œuvres, c’est-à-dire sur les lecteurs, leurs intentions ou leurs socialisations. Ces recherches, très pertinentes par ailleurs, ont pour nous l’inconvénient de passer sous silence l’entité sociale qu’est le procès littéraire, si tant est qu’une telle entité existe. Dans les perspectives classiques, en effet, les différentes sélections de données et de programmes correspondent aux catégories sociales découpées communément, à savoir les auteurs, les éditeurs, les lecteurs, les œuvres et l’objet physique livre. Il nous semblait qu’un tel découpage avait comme effet dirimant l’annulation du littéraire en tant que tel, c’est-à-dire en tant qu’activités sociales d’écriture, de lecture et de partage éventuel des lectures. C’est la raison qui nous a fait choisir l’hypothèse d’un « procès littéraire » social, le procès étant composé d’un couplage d’activités sociales : la relation et les activités d’écriture/lecture, selon notre propre conception ontologique relationnelle. L’accès direct à un objet ainsi conçu se faisait par le traitement de questionnaires d’évocation passés auprès de lecteurs actuels de deux œuvres de Balzac (Le Colonel Chabert et La Peau de chagrin), l’objectif étant bien de traiter de la lecture comme une activité entrant dans un ensemble relationnel d’activités sociales, de l’écriture aux lectures jusqu’à la réécriture (réécritures publiées par Balzac du Colonel Chabert). Puis-je alors parler de deux aspects de ce dit procès littéraire en termes d’un couplage écriture/lectures/écritures, dont un aspect est substitué à un autre lorsque le premier a été actualisé ? Nous avions en fait deux dimensions de l’analyse : d’une part l’interaction auteur-lecteur, bien entendu par la médiation des œuvres elles-mêmes, d’autre part l’interaction lecteur-lecteur, effet d’une combinaison de processus mais dont il ne nous a pas été possible de définir la base opératoire avec précision. Les « entités collectives » étaient donc doubles, une interaction simple et médiatisée par le livre et une entité plus complexe. Les interactions entre lecteurs fabriquaient-elles des « Nous », des réseaux, des circuits ? En fait, nous avons été dans l’incapacité de traiter de cette deuxième dimension parce que, d’une part, nous étions sans doute aveuglés par le terme de « public » : nous recherchions à constituer le « public » ou « les publics », sans pouvoir précisément définir ce terme ni du point morphologique proprement dit ni du point de vue des propriétés d’une « entité collective ». En l’état, les publics ne pouvaient être que des agrégations de lecteurs réunis par les chercheurs au nom de représentations équivalentes, ce qui nous cantonnait dans l’une des modalités de recherches constructivistes. Une deuxième raison, d’autre part et de plus, était liée à des données déclaratives (évoquer les œuvres à partir de questions très largement ouvertes) portant sur la description et l’interprétation de l’œuvre, des personnages. Ce matériau était donc discursif : avec ce seul type de données, nous avons eu recours à l’hypothèse de représentations sociales, sinon partagées du moins « communes » pour expliciter les nuances interprétatives des lecteurs. Notre objectif n’étant pas de construire une typologie des lecteurs, mais bien de définir le « procès littéraire » comme « entité sociale », nous avons opté pour une entité collective diffuse, une « institution sociale de l’esprit », terme emprunté à Jean de Munck (1999). Nous avons articulé cette hypothèse interprétative à la définition donnée en préalable à la littérature d’avoir la propriété d’explorer le monde et les situations sociales. Nous avons employé les analyses de Laurent Thévenot et Luc Boltanski (la justice, l’humanitaire, l’agapé) (Boltanski, 1990 et 1993 ; Boltanski & Thévenot, 1991) pour traiter des réponses au questionnaire, en montrant comment les représentations traduisaient différemment et proposaient des réponses à la question de la justice dans un monde social d’une part et à la question du lien social dans un monde en mutation d’autre part. Or il aurait fallu plutôt ancrer notre analyse des interactions lecteur-lecteur sur des processus virtuels, actualisés par ailleurs auprès des « lecteurs spécialisés » qui relèvent de l’institution sociale littéraire d’une part et d’autre part auprès de lecteurs qui se constituent en « réseaux » de lecture. Bref, il me semble aujourd’hui que les propositions formelles sur les morphologies sociales proposées dans l’ouvrage pourraient nous permettre d’être plus précis et sans doute de mieux affiner le « grain » de notre questionnement.

36En tant que sociologue, l’intérêt que j’ai pris à la lecture des travaux de Pierre Livet et Frédéric Nef a été attiré par les opérations de constitution des entités sociales diverses que sont les opérations de substitution bien sûr, mais aussi notamment la forme de la révision, les « mises en suspens » simples ou doubles et la négation (mises en suspens qui permettent d’agir et d’acter la stabilité du social). Les opérations de substituabilité conditionnelle permettent de rendre compte des émergences d’entités sociales quel qu’en soit le degré de complexité. Quant aux opérations de révision et de mise en suspens jusqu’à celles de négation, elles relèvent d’une description et d’une interprétation moins coûteuses que le recours aux représentations sociales partagées et/ou différenciées des acteurs ou au common knowledge. Elles ouvrent la possibilité de répondre, dans une perspective réaliste, à la question fondamentale : comment la solidarité d’entités sociales et la robustesse plus ou moins grande de celles-ci survivent-elles et se maintiennent-elles en l’absence de contrôle direct des activités, des processus et des objets par des acteurs plus ou moins confiants, en état de veille et prêts à réviser leurs comportements ?

37Cependant, si ces opérations paraissent heuristiques pour saisir la constitution efficiente d’« entités collectives », il me semble que l’opération de révision mériterait d’être définie dans la pluralité de ses formes. En effet, si l’on peut admettre la régularité (la stabilité du fait social) et par conséquent les opérations de régulation (première forme de révision), le social contient de plus des révisions plus radicales du fait des opérations de digression, de subversion, ou de réversibilité (qui ont statut, à mes yeux, de virtualités) qui seront ou non actualisées socialement. Le « régime normal du fait social », à partir duquel les auteurs considèrent l’opération de révision, cadre – à mes yeux trop drastiquement – la pluralité des « virtualités » susceptibles de s’ancrer dans l’action sociale. Ces opérations (digression, réversibilité, subversion, etc.) sont-elles aussi contenues dans le concept de révision – ce que je crois – mais alors comment les différencier de la première ? Cette révision-là est en lien avec les « émotions » et les phénomènes d’engagement que je ne discuterai pas ici, des dimensions esthétiques et pragmatiques des activités sociales et de leur interaction. Les questions de révision telles qu’elles m’apparaissent à la lecture des textes (Livet, 2002) relèvent plutôt d’une interaction entre dimensions épistémiques et pragmatiques des activités. Introduire dans une ontologie du social les opérations de subversion et de réversibilité pour l’analyse de tout fait social permet d’envisager que l’activité sociale en cours peut faire ontologiquement événement, rupture. S’en tenir au seul registre « normal » des faits sociaux, c’est accepter cette « normalité », cette stabilité du social. Si le sociologue a bien pour tâche d’en rendre compte, ne peut-il pas montrer aussi comment certaines révisions peuvent être susceptibles d’être subversives ou réversibles, si elles sont reprises par les acteurs sociaux dans un mouvement de diffusion ou de généralisation ?

Quelques projections sur deux exemples

38Ainsi la philosophie des ontologies permet : 1) de « respecter » l’activité sociologique en tant que telle : en saisissant en quoi les théories sociales sont autant de versions partielles d’un pluralisme ontologique du social, une ouverture en quelque sorte vers une cumulativité disciplinaire ; 2) de mieux reformuler l’objet propre de la sociologie, de le reformaliser de telle sorte que cette formulation permette non une dilution du sociologique dans le social ou les sciences sociales, mais une spécification solide permettant une interdisciplinarité conséquente. Je voudrais avancer deux relectures que j’ai pu faire de travaux de recherche et de documentation à partir des réflexions émanant de ma lecture des textes de Pierre Livet et de Frédéric Nef et qui permet de restituer d’autres opérativités de leur démarche.

L’activité sociale, sa normativité pratico-sémantique et la normalisation

39J’ai choisi le premier exemple pour souligner la question de « la normativité des activités », qui permet d’observer la dimension pragmatique des phénomènes sociaux. Il est emprunté à Iris Loffeïer qui a travaillé sur le vieillissement comme « fait social » (Loffeïer, 2013). L’un des modes d’accès à son terrain est une enquête par observation directe et un temps participante d’une maison médicalisée pour personnes âgées de la région provençale : elle a recueilli comme données des activités sociales multiples qui se coordonnent et peuvent entrer en conflit dans l’établissement. Ces activités sont effectuées par des acteurs variés : les « clients », la famille des clients, les professionnels (directeurs de l’établissement, gestionnaires, médecin, infirmiers, aides médicales, aides-soignantes et femmes de ménage, etc.). Outre les gestes et les comportements liés à ces activités qu’elle a décrites et interprétées, elle a recueilli les « rapports » que les divers acteurs sociaux, internes et externes à l’établissement, pouvaient transmettre dans leurs discours en situation.

40Il est possible de reformuler ses observations à partir des substituabilités conditionnelles qui ont permis le passage (historique) de la « prise de soin des "vieux" » dans l’espace domestique et/ou de proximité à la « prise de soin des "personnes âgées" » dans un espace professionnel et institutionnel : substituabilités à la fois d’activités et de relations. C’est sur un autre point de cette recherche que je m’attarderai, notamment sur les changements qui sont actualisés dans les modalités du travail professionnel, lors de la recommandation administrative de prévenir la maltraitance des personnes âgées. Présentons d’abord la recherche. Pour traiter ses données discursives et gestuelles, Iris Loffeïer a exploité le modèle de Luc Boltanski et Laurent Thévenot des « cités » et vu comment différents registres étaient constatés. La sociologue aurait pu attribuer une cohérence « sociale » dans leur emploi, par exemple, du registre « marchand » et/ou « humanitaire » lors des contestations des usagers ou de leur famille pour légitimer leurs revendications, du registre de la rationalité « productive » de la part de la direction et des gestionnaires ou des professionnels (médecin, infirmière), du registre « domestique » pour les aides-soignantes et les femmes de ménage. Tous ces registres se combinent avec le registre « humanitaire » du « respect de la personne » qui se substitue actuellement au registre « civique » dans les textes officiels des administrations qui autorisent l’habilitation de la prise en charge aux établissements.

41Cette cohérence « sociale » aurait masqué pourtant le fait constaté : ces registres peuvent se substituer l’un à l’autre pour un même acteur selon les circonstances et les contextes, mais bien sûr pas n’importe comment : ces substitutions dépendent de ce que chacun des acteurs interprète comme contraintes et comme normativités impliquées par chacune de leurs activités respectives et investissent comme mode d’engagement en situation de tensions ou de conflits. Ces normativités jouent bien comme « des contraintes conditionnelles » qui permettent de respecter la relation entre processus actuel et trajets virtuels qui est à la base de la « reconnaissance sociale » et qui autorise les « révisions ». La définition de Pierre Livet et Frédéric Nef concernant la normativité des activités comme une « normativité de signifiance » est utile dans ce cadre puisque cette dernière « va cependant de pair avec l’incomplétude, la tolérance, le vague de la double suspension qui accepte tous les trajets réels qui respectent les repères de la structure virtuelle comme rentrant tous dans la même classe, répondant tous au même qua-universel ». Sans m’attarder sur les différents concepts non abordés, notons d’abord que la « normativité » des activités sociales ne relève pas d’une quelconque dimension éthique, mais bien d’une définition ontologique puisqu’elle est « simplement celle qui assure la constitution de classes d’équivalences d’activités sociales, celle qui découpe le monde en catégories. Il s’agit donc d’une normativité sémantique ou plus exactement pratico-sémantique implicite de nos activités ordinaires ». La proposition ontologique oblige alors à considérer cette propriété des activités sociales comme inhérente à l’activité même qu’il s’agit de décrire : contrairement aux sociologies qui renvoient cette qualité au domaine de l’éthique, cette proposition exige que la référence à la normativité pratico-sémantique de l’action sociale et de toute activité soit comprise dans l’unité de base de l’analyse pour ne pas perdre la dimension pragmatique de l’entité sociologique.

42Notons de plus la donnée incontournable suivante : « la normativité d’un fait social est toujours liée à son incomplétude ». Le « vague », qui en découle, ouvre un champ de virtualités entre deux limites pour les engagements des membres, « soit d’être rigoriste et donc de déclencher la révision très tôt, soit d’être laxiste et de ne la déclencher que très tard ». Les auteurs constatent que

« le régime rigoriste est l’attitude la plus facilement activée dans un conflit entre faits sociaux. Le régime ordinaire des faits sociaux est plutôt celui d’une normativité tolérante. (La raison de cette tolérance est que beaucoup de trajets réels peuvent satisfaire les repères des trajets virtuels de référence, donc assurer le lien symbolique) » (Livet & Nef, 2009).

43Ainsi, affirment les auteurs, quand la normativité de signifiance devient visible, « c’est seulement en fonction de l’observation de conflits, de transgressions, de défenses contre ces transgressions, de moyens de sanction […] Sinon cette normativité reste implicite, tant que les variations de nos activités, respectent les repères des virtualités de référence » (Ibid., p. 202).

44Les normativités différentielles des diverses activités qui sont en interaction dans la maison de retraite apparaissent explicitement dans les propos des acteurs qui accompagnent les incidents et montrent comment la coordination actualisée des activités peut souffrir de conflits et conduire à des scissions, à des déliaisons sociales. Ainsi l’injonction des administrations à mettre en œuvre des activités dites « respectueuses de la personne âgée » s’actualise, dans cette institution, par de nouvelles pratiques de gestion du personnel et par le développement de normes sociales plus rigoristes que tolérantes, par des « évaluations » de plus en plus fréquentes et tatillonnes, vis-à-vis notamment des personnels les moins « reconnus » de l’institution. En réponse à cette activité gestionnaire, soit les personnels qui se sentent injustement traités affirment et agissent de manière masquée la « grandeur » liée au registre domestique (contre celle du registre « professionnel productif ») dans leur « travail sur autrui » – activité principale de l’institution. Soit ils revendiquent le « droit à l’acquisition d’une spécialité » et deviennent « rigoristes », sinon dans leurs gestes auprès des personnes âgées, du moins dans leur explicitation de la définition de leurs tâches. Pour résumer rapidement les discours des acteurs, l’injonction du « respect de la personne âgée » s’accompagne d’un manque de respect pour les professionnels et notamment les femmes de ménage. Ces transformations peuvent mener à une scission, telle qu’elle me semble bien décrite par ce qu’écrivent les auteurs :

« La scission au sein d’une même institution entre des tiers et des participants directs a un effet social majeur qui est tout simplement l’émergence du normatif explicite, du déontique. Une société pourrait fonctionner avec des engagements implicites et le normatif ne s’y dégagerait pas alors des pratiques et des usages. Or dès que nos tiers se fient à des déclarations, les exigent et éventuellement les soupçonnent, nous entrons dans le domaine du normatif explicite. Nous aurons alors des normes affichées et des règles explicites à suivre – même si ces règles sont très loin de suffire à déterminer les usages effectifs. Nous aurons de l’autre côté des usages souvent soupçonnés d’être insuffisamment corrects et de ne faire que se conformer aux règles sans en suivre l’esprit, ou au contraire, loués parce qu’ils constitueraient les activités réelles, inventives, et solidaires face à des consignes déconnectées de la réalité » (Ibid., pp. 177-178).

45C’est bien ce qu’observe Iris Loffeïer : d’une part, le déploiement d’une définition de plus en plus rigide des tâches et des demandes institutionnelles d’évaluations quant à la mise en œuvre de ce travail sur autrui et d’autre part, selon les personnels, une coordination qui se fragilise et qui divise cette « institution », ce que l’on perçoit notamment soit à travers un discours critique oral et des refus pratiques, soit, à l’opposé, des louanges des codifications nouvelles de ces pratiques et un engagement strict à la lettre plus qu’à l’esprit de ces normes. Ce qui me paraît ici important à souligner, au-delà des outils descriptifs, c’est la différence entre la définition sémantico-pratique de la normativité d’une activité et le passage à des « normes sociales » qui la « régularisent » et tentent de la « stabiliser ». La sociologue constate ainsi que les régularités, les stabilités, laissent alors émerger d’autres processus sociaux et notamment un système relationnel « formel » qui peuvent reconfigurer, par des opérations de normalisation, la « réalité » de cette institution.

Du lien social, son émergence et son maintien

46Le deuxième exemple me paraît exemplaire de la question ontologique du social : qu’est-ce qui fonde une entité collective et permet son maintien ? Les représentations, un common knowledge, suffisent-ils pour assurer le maintien des liens sociaux ? Cette réflexion ne vient pas d’une recherche mais du visionnement d’un documentaire sur « Le printemps érable », cette longue grève des étudiants québécois en 2012. Celle-ci nait avec la volonté du gouvernement d’augmenter les frais de scolarité ; elle s’est déployée sur plus de cinq mois et a entraîné le déclenchement des élections provinciales au Québec et le changement de gouvernement. Le mouvement s’est étoffé tant dans l’ampleur de ses manifestations que par les thématiques qui se sont développées sur le rôle de l’enseignement supérieur et de la recherche et la gratuité de l’enseignement dans un contexte socio-économique mondialisé. Le documentaire, réalisé par Maël Demarcy-Arnaud, est intitulé : L’école de la montagne rouge. En fait le réalisateur-apprenti a choisi de filmer tout au long de cette grève une vingtaine d’individus, jeunes étudiants en arts plastiques, peu « politisés » au départ et qui se sont constitués en un « Nous », en un groupe. La question est bien celle posée : comment émerge une « entité sociale » particulière et comment se maintient-elle et à quelles conditions survit-elle ? Les représentations des acteurs jouent-elles un rôle – et lequel ? – pour cette « entité collective » ?

47La condition de départ de ce regroupement est celle que François Dubet décrit avec bien sûr d’autres formes sociales, le refus de s’organiser à la manière des mouvements sociaux habituels. Cependant, contrairement aux jeunes de La Galère, les acteurs coordonnaient leurs activités avec celles des associations syndicales structurées d’étudiants. On les voit s’interroger sur les activités et les « créations » susceptibles de participer à cette lutte avec leur spécificité artistique propre : discussions sur les derniers événements et préparation de projets d’interventions ; apprentissage du graphisme, de la construction d’affiches, d’objets divers, d’« installations » qu’ils ajustaient aux diverses manifestations, aux marches régulières des étudiants en grève, etc. On voit petit à petit la constitution d’une « identité sociale » différenciée et en lien avec les activités sociales des autres étudiants en grève : ils sont habillés de chemises ou de salopettes rouges, avec lesquelles ils s’identifient en tant que justement « L’école de la montagne rouge ». C’est le nom qu’ils se sont donné au début du mouvement. Au début de l’été, ces jeunes, dont le nombre s’étiole avec la mise en sourdine des luttes étudiantes, se resserrent autour d’une dizaine de personnes. Le groupe s’interroge sur son « identité » et sur sa survie. La question est posée : « doit-on mettre fin à "l’école de la montagne rouge" ? ». Selon les contextes qui vont advenir, d’autres individus et d’autres objectifs se substitueront-ils à eux ? En reprenant ou non leur « nom » ? Subsisteront-ils eux-mêmes comme « groupe » à partir d’autres activités ? En d’autres termes, va-t-on survivre comme « entité sociale » ? En l’absence d’une activité sociale et de sa normativité propre (leur apprentissage aux métiers des arts qu’ils exerçaient lors de la grève), les représentations sociales des individus, pourtant en co-présence à ce moment de la discussion, sont insuffisantes pour les aider à résoudre leur dilemme : comment faire perdurer ces liens si forts, si robustes, dans lesquels ils se sont engagés et qu’ils ont développés par leur engagement même dans des activités artistiques « subversives » ?

48En guise de conclusion, je voudrais citer à nouveau les auteurs des Êtres sociaux : « Les relations entre actuel et virtuel sont multiples, mais cela nous révèle simplement la richesse structurelle immense du réel… Les faits sociaux sont des explorations infinies de cette richesse, explorations qui sélectionnent quelques facettes au lieu de les mettre en jeu toutes ensembles » (Ibid., 2009, pp. 202-203).

  • 3 Les recherches actuelles de Frédéric Nef sur la connexion seront, me semble-t-il, heuristiques pour (...)

49Les théories sociales ou sociologiques sont aussi des explorations qui sélectionnent quelques facettes au lieu de les mettre en jeu toutes ensembles, ce qu’explicitent remarquablement les réflexions de Pierre Livet et Frédéric Nef. Leur thèse d’une ontologie des processus, comme entité de base de l’objet sociologique, m’apparaît comme une condition pour accéder à la cumulativité de notre discipline, pour la caractériser spécifiquement dans les sciences sociales et la requalifier dans l’univers des sciences 3.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski L. (1990), L’Amour et la justice comme compétence. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski L. (1993), La Souffrance à distance. Morale humanitaire, médias et politique, Paris, Éditions Métailié.

Boltanski L. & L. Thévenot (1991), De la Justification. Les économies de la grandeur, Paris, Éditions Gallimard.

de Munck J. (1999), L’Institution sociale de l’esprit, Paris, Presses universitaires de France.

Dubet F. (1987), La Galère. Jeunes en survie, Paris, Éditions Fayard.

Durkheim E. (2007 [1893]), De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.

Durkheim E. (2002 [1912]), Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, Presses universitaires de France.

Glaeser A. (2010), « Une ontologie pour l’analyse ethnographique des processus sociaux. Élargir l’étude de cas élargie », dans Cefaï D. (dir.), L’Engagement ethnographique, Paris, Éditions de l’EHESS, pp. 239-272.

Livet P. (2002), Émotions et rationalité morale, Paris, Presses universitaires de France.

Livet P. (2008), « Entités sociales collectives, représentations collectives et réseaux », Revue européenne des sciences sociales, XLVI-140, pp. 133-151. http://ress.revues.org/174

Livet P. & F. Nef (2009), Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, Paris, Éditions Hermann.

Loffeïer I. (2013), Prise en charge des vieillissements. Le cas d’une EHPAD privée comme entité collective, Thèse de doctorat de 3ème cycle, Aix-Marseille-Université.

Nisbet R. A. (1984), La Tradition sociologique, traduit de l’américain par Martine Azuelos, Paris, Presses universitaires de France.

Peirce C. S. (1931-1935), Collected Papers, Cambridge, Harvard University Press.

Ramognino N. (dir.) (2006), La Réception de Balzac aujourd’hui, Tome 1 : Le procès littéraire ou l’ouverture de mondes possibles. Tome 2 : Livre réel, livres possibles et monde commun, Paris, Éditions L’Harmattan.

Haut de page

Notes

1 Le terme « relationnel » est à préciser parce que l’on peut distinguer au moins deux formes de « relations », les « relations formelles », telles qu’elles sont données dans la mise en relation entre des éléments découpés dans la pratique (par exemple des individus qui entrent en relation) et l’opération savante qui établit des « relations matérielles » qui sont censées constituer le « réel ». La distinction entre forme et matière est présente dans Le Suicide mais Émile Durkheim n’a pas explicité (parce que sans doute pas vu clairement) en quoi sa distinction entre les « suicides égoïstes » (description des relations formelles) et les « suicides anomiques » (description des relations matérielles en termes de règles, normes, codes etc.) étaient sous-tendues chacune respectivement par des ontologies partielles.

2 LAMES ou Laboratoire méditerranéen de sociologie, AMU-MMSH-CNRS.

3 Les recherches actuelles de Frédéric Nef sur la connexion seront, me semble-t-il, heuristiques pour œuvrer à la cumulativité de la sociologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicole Ramognino, « Les entités sociales : réflexions ontologiques », SociologieS [En ligne], Grands résumés, Les Êtres sociaux. Processus et virtualité, mis en ligne le 07 mars 2014, consulté le 08 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/sociologies/4650

Haut de page

Auteur

Nicole Ramognino

LAMES-MMSH, Université d’Aix-Marseille (France) - ramognino@mmsh.univ-aix.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue SociologieS sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search